Fin de la restriction cognitive - le 12/02/2012

Aurelia54.
Abonné

Coucou à tous !

Voilà ca fait près d'un moi que j'ai commencé le programme.. et j'ai réalisé depuis mardi dernier une chose simple : je vivais sur un mode de restriction cognitive très sévère. En fait techniquement parlant je ne me privait de rien puisque toutes mes nourritures 'interdites' étaient choisies pendant mes EME (qui sont de l'ordre d'une ou plusieurs par jour) mais en moi même, je me détestais de manger toutes ces choses qui font grossir.

En surfant sur internet, j'ai compris que j'étais dans une attitude de restriction cognitive extrême. Du coup, j'ai adopté une attitude de "je mange quand je veux, ce que je veux et où je veux" et ca marche ! Je veux dire, si je suis cette logique et bien j'arrive à savourer mes aliments, à choisir ce que j'aime et à ne pas manger en excès (m'arrêter quand je n'ai plus faim). 

Cependant, cette reprogrammation de mon comportement alimentaire n'est pas finie parce qu'il y a encore deux choses qui sont des obstacle à retrouver un comportement alimentaire normal: l'obsession de la minceur et le perfectionnisme.

En fait, je mange quand je veux à ma faim ect.. mais dès que je sens que je n'ai pas suivi cela et que je mange non pas par envie, mais par culpabilité d'avoir trop mangé selon moi, je retombe dans une spirale : j'ai mangé sous le coup d'une emotion, pas parce que j'en avais envie.. et du coup j'ai très envie de faire une EME pour oublier la culpabilité qui s'en accompagne.

Il faudrait que j'arrive à diminuer cette culpabilité associée aux petits dérapages (manger un peu plus que je ne le voudrais) qui ensuite se tranforme en très gros dérapages! Mais cette envie obsedante de mincir rend très difficile cela. 

Bref je me sens soulagée d'avoir découvert ce nouveau principe de manger ce que je veux mais d'un autre coté je n'arrive pas à dédramatiser des mini écarts à cette règle et du coup ca engendre des EME

Quelqu'un dans le même cas?

Merci et bonne soirée!

Aurélia

Commentaires

isabellej.
Abonné

beaucoup dans le même cas à mon avis

pour moi ce n'est même pas la culpabilité qui est en cause, mais l'inconfort physique quand j'ai trop mangé, du coup l'inconfort me donne automatiquement envie de manger plus, pour me réconforter, ce qui est paradoxal tout de même

pour ma part ce sont les exercices de pleine conscience qui m'aident à sortir de ce cercle vicieux

Juliaan.
Abonné

Bonjour Aurélia,

Je me retrouve dans ce que tu dis. Quand je lâche prise sur je mange quand ou et ce que je veux (j'adore ta phrase!), je me sens hyper bien. Légère et libre. et dès que je mange un peu trop (genre hier soir, car j'avais un petit blues), c'est la panique je culpabilise à fond et je perds totalement mes moyens. 

Il est vrai que je suis en restriction cognitive depuis des années...

Dans la suite du programme, j'ai vu qu'il y avait un passage comment se réconforter en PC, donc j'espère qu'il va m'aider, car faut quand même dire que le bon chocolat qui réconforte ou les repas un peu arrosés entre amis font parties de la vie et devraient nous faire du bien aussi si !!!! on n'arrive pas à culpabiliser!!!

ON va y arriver!! 

danseuse37.
Abonné

Bonjour Aurélia,

En fait tu suis le programme LC comme on suit un régime  wink Quand tu fais fais tout bien tu es fière de toi et quand tu "dérapes" tu culpabilises! Il faut que tu arrives à sortir de ce cercle vicieux compulsion/culpabilité/compulsion etc... et avec la méthode LC c'est beaucoup plus plus "simple" qu'avec un régime où tout écart est proscrit et où tu te dis immanquablement "au point où j'en suis...". Ici, il est toujours temps de rattrapper un "dérapage"! Comment? Avec la sacro-sainte REGULATION smiley Tu te dis "j'ai mangé sans faim, j'ai dérapé, ça arrive à tout le monde! La culpabilité va me faire manger encore plus donc je reprends mes esprits et j'attends d'avoir faim pour remanger". Avec une petite dose de RPC avant ou après ce monologue intérieur histoire de vraiment calmer le jeu. Et je te promets que tu ne grossiras pas à chaque dérapage!! Le stresseur "poids" semblant être ton principal ennemi, quand tu auras constaté par toi-même que quelques petits dérapages ne te feront pas grossir si tu régules ensuite tes prises alimentaires en écoutant tes sensations alimentaires, petit à petit tu gèreras comme une chef ces petites pertes de contrôle, qui deviendront plus rares au fil du temps ;)

Patience et courage!!

A bientôt!

Nanna.
Abonné

Votre conversation est très interressante, mais au final cette méthode devrait me permettera de me sentir mieux vis à vis de la nourriture et des autres mais quand même je ne peux pas espérer maigrir ? Ou alors le fait de penser que je serais bien dans ma peau quand je serais mince est faux ?

Merci pour vos conseils

danseuse37.
Abonné

Bonjour Nanna,

cette méthode te fera maigrir si tu te trouves au dessus de ton set-point, c'est à dire de ton poids d'équilibre. Si par exemple, tu es en restriction cognitive depuis des années et que tu prives ton corps de ce dont il a besoin il est au contraire possible de grossir en répondant à ses besoins! Le but ultime de cette méthode, c'est de se réconcilier avec la nourriture et de pouvoir enfin entretenir une relation sereine avec elle. De s'accepter aussi, avec des kilos en plus ou en moins. Parceque la vie n'est pas un long fleuve tranquille mais au contraire elle est faites d'émotions qui peuvent parfois avoir un retentissement sur notre poids, en plus ou en moins, et la vraie richesse c'est de se dire que même si norte corps change parfois (je pense aussi aux grossesses etc...) on reste la même et on est tout autant "aimable". Maintenant je ne connais pas ton histoire et je ne suis pas devin : je ne peux pas te dire si tu vas maigrir ou pas! Si tu manges sous le coup des émotions, par ennui etc... alors oui il y a des chances que tu perdes du poids en apprenat à les gérer!

Je me permets de te répondre sur ta dernière question, mais ça n'engage que moi ;)

Oui je crois que le fait de penser que tu seras bien dans ta peau quand tu seras mince est faux. Ca voudrait dire que tu deviendrais une autre personne? Non, tu resteras la même, et se dire je ferai çi et ça "quand je serai mince" est la meilleure façon de passer à côté de sa vie! Ta vie elle est ici et maintenant, elle a déjà commencé et tu n'as pas à attendre d'être mince pour te chouchouter, pour te faire belle, pour faire des choses qui te font du bien! C'est par cette acceptation de toi-même que petit à petit tu lâcheras prise sur la nourriture et tu minciras sûrement. Dire le contraire est prendre le problème à l'envers.

Je te souhaite bonne route sur LC!!

AguaMaria
Marraine

Bonjour nanna,

Je pense effecivement comme Danseuse. J'ai été très mince pendant de longues années de boulimie et j'étais obsédée et mal dans ma peau. Je me trouvais énorme à 52kg pour 1m70. Beaucoup plus que maintenant avec 30 kilos de plus. je n'étais pas très bien non plus en phase de restriction et de craquage continuel à 90 kilos avant LC. Je ne me sentais pas bien, balonnée, lourde.

Mais maintenant, je ne crois pas que ce soient les presque 8 kilos perdus qui me font sentir à nouveau bien et belle à 82 kilos. C'est de la bienveillance et de la tolérance, mais aussi le sentiment que je respecte ce corps qui a souffert. Je lui donne ce qu'il a besoin et il se sent bien. Du coup, c'est moi qui en profite. J'ai un sentiment de liberté et de sérénité nouveau.

Si on me donne le choix entre perdre beaucoup plus de poids et perdre cette sérénité pour moi c'est facile. Mais je sais que plusieurs pourraient rechoisir la privation. Sauf que je sais. je sais maintenant que cette privation ne fera pas maigrir, elle fait grossir. très peu font la preuve du contraire. Alors choisir entre grossir plus ou être bien? le choix est encore plus facile. Se mettre la tête dans le sable et s'imaginer que nous, nous réussirons, nous n'avons pas beaucoup de preuve de réussite de ça. Est-ce que ce choix c'est l'anorexie? Malgré que nous ayons pu en rêver, c'est une torture, un triste choix pour le long terme. Je choisi la sérénité.

Dire que je n'espère pas que mon poids d'équilibre soit très bas serait faux, mais je peux vivre avec ce qu'il sera, parce que je sais aussi toutes les privations, les sentiments d'échecs et les prises de poid que je n'aurai pas à affronter. De toute façon, je me sens déjà tellement plus légère dans ces pantalons qui flottent... Moins, c'est déjà moins que plus!!!

En espéant contribuer à ta réflexion,

Bonne route,

danseuse37.
Abonné

AguaMaria,

Ton témoignage est magnifique! Pour moi c'est ça la vraie réussite,  c'est retrouver la paix, la sérénité et l'estime de soi et tu es la preuve que ça n'a souvent rien à voir avec le nombre de kilos de perdus.

Je te souhaite bonne chance sur le long chemin de l'acceptation, et beaucoup de bonheur à venir!

A bientôt.

Haut de page 
X