Flore intestinale et obésité - le 03/09/2011

Pipelette.
Abonné

Bonjour,

Suite à l'écoute d'une emission de france culture sur l'obésité citée par ilo sur le post concernant la recherche scientifique en matière d'alimentation et d'obésité je suis tombée des nues : certains types de flore intestinale induisent l'obésité.

Il y a très peu d'infos sur les rapports entre flore intestinale et obésité sur le net mais elles sont impressionnantes. Comment interprêter notamment les infos sur le bifidus, les yaourts de type activia et le lactobacillus fermentum ? Quelles bactéries, présentes dans quels produits laitiers boostent la croissance voire le surpoids ? Poulets et enfants grandissent-ils simplement plus vite ou cela conduit-il à l'obésité ? Comment peut-on modifier sa flore intestinale et que privilégier ?

Pourriez-vous en parler dans le blog des experts ou au sein d'un dossier ? Il est toujours difficile d'avoir un avis objectif sur ce type de questions.

Merci

Commentaires

jpzermati
Votre coach

Bonjour Pipelette,

La flore intestinale fait effectivement beaucoup parler d'elle en ce moment. Les premières recherches sont récentes et datent de 2006. Elles ont commencé par la découverte suivante : l'introduction dans l'intestin stérilisé d'une souris de la flore intestinale d'une souris obése entraine une prise de poids supérieure à celle obtenue par le transfert de la flore d'un animal normal.

On a également montré que la surconsommation alimentaire entrainait une modification rapide de la flore intestinale se traduisant par l'élimination plus importante des calories dans les selles. Le biotope jouerai ainsi un rôle d'adaptation à la surconsommation alimentaire permettant à l'organisme de se maintenir à son poids d'équilibre. Ce qui permet à certaines personnes possédant un certain biotope de finalement manger plus sans prendre de poids. Ces mécanismes sont réversibles et disparaissent lors du retour à une alimentation normocalorique.

Pour le moment, nous ne sommes pas encore en mesure d'en tirer des recommandations pratiques. Notamment, comment modifier le biotope pour influencer10 l'efficacité de l'absorption calorique. Mais les recherches avancent très vite et nous en saurons sans doute plus dans les moins ou les années qui viennent. 

La suite donc au prochain épisode.

On croise les doigts pour que les nouvelles soient bonnes.

 

JPZ

Pipelette.
Abonné

Merci beaucoup d'avoir fait "l'état des lieux".
Suite au prochain épisode donc...

Pipelette.
Abonné

Depuis que je suis une RA sur LC m'a façon de me nourrir a beaucoup changé et ça a mis à mon avis pas mal le bazar (pour le meilleur dans l'avenir j'espère) dans ma flore intestinale.

J'aime bien comprendre ce qui se passe et j'essaye de faire des hypothèses mais je n'ai pas, et de loin, les connaissances suffisantes pour les pousser très loin ou les vérifier. Pourriez-vous me renseigner un peu ?

A me demander ce dont j'ai vraiment envie là sur le moment au lieu de me servir au self, au supermarché ou dans mon frigo presque de façon "reflexe" ou "pensée" plutôt que "ressentie" j'ai surtout vraiment beaucoup diminué ma consommation de viande sans l'avoir prémédité et énormément augmenté celle de chocolat noir à 75% ainsi que de thé vert et de tisanes diverses (dont l'une contenant de l'inuline).

J'ai l'impression que ça a modifié ma flore intestinale. Beaucoup moins de viande induit je présume une diminution de la flore dite, sur des sites de vulgarisation, "de putréfaction". Serait-il possible qu'une telle diminution, dans un premier temps, avant qu'une flore plus saine n'ait le temps de se développer, laisse de la place permettant à des bactéries, virus, ou autres machins pathogènes de se développer ?
En traduction est-ce que cela a pu me rendre plus receptive aux gastros hivernales ?

Qu'est ce que boire beaucoup plus, une augmentation de la quantité d'inuline ingérée, moins de sucre raffinés etc ont pu modifier ?

Par ailleurs je me demande si parler de flore de fermentation / flore de putréfaction revient à parler de Firmicutes et de Bacteroidetes ou si cela n'a rien à voir. S'agit-il d'appellation "vulgaire", appelation "savante" ou de deux types de choses sans rapport ?
S'il y a beaucoup d"informations" sur le net c'est soit très savant soit très basique, difficile de trouver une information claire, argumentée pour tâcher d'y comprendre quelque chose.

Merci pour tout eclaircissement ou lien à suivre sur le sujet.

Haut de page 
X