Je mange de nuit - 11042013

laupulence.
Abonné

Bonjour,

 

Depuis un an, je fais des crises d'yhperphagie ou boulimie non vomitique (je compense pas un escès de sport).

Depuis quelques mois, ces crises sont moins fréquentes et moins considérables.

Néanmoins je ne parviens pas du tout à changer cela : je me réveil toutes les nuits et vais aussitôt manger (en général je mange ce que je prendrai au petit déjeuner : du pain avec beurre/confiture, compote..., en quantité assez copieuse). Je précise que je n'ai pas faim à ce moment là.

Je ne prends même plus la peine de lutter contre ce comportement nocturne sous peine de ne pas résussir à me rendormir et d'accumuler de la fatigue. (jai essayé de lutter quelques fois mais je me réveillais ensuite toutes les heures ou demi-heures).

Et lorsque je me lève le matin, je ne remange pas (mais cela me frustre et j'attends alors avec impatience l'heure du déjeuner, ce qui monopolise mes idées).

Bref... comment gérer ces réveils nocturnes et prises alimentaires ?

 

Merci de votre aide !

Laurence

Commentaires

doveline.
Abonné

Bonjour laupulence,

 

Bienvenue parmi nous.

 

Il faudrait que tu contactes ta coach... elle te conseillera au mieux.

 

Belle journée à toi et à toutes et à tous,

 

Bien amicalement,

 

doveline

Noelle
Marraine

Bonjour Laupulence

 

j'ai connu souvent des episodes de faim la nuit, ou je me reveillais pour aller me faire un truc , genre fruit, banane dans du pain et du beurre, pour me rendormir, le tout en conduite automatique, et ça a assez rapidement disparu  dans les premiers mois de ma pratique de LC

j'ai attribué cela au reveil , dans cet espace de demi sommeil, de tout ce que j'essayais de controler dans mon alimentation :  ne pas manger ceci ou cela, eviter  ou controler  certains types d aliments (pain, pates, beurre, bananes, chocolat...j'en oublie des tonnes)

c'est venu petit a petit, au fil des differentes experiences sur la faim, la sasiete et les aliments tabous

 

ça m'arrive maintenant de façon assez exceptionnelle, je le prends plutot calmement, d'ailleurs, je trouve que tu as bien raison de ne pas lutter,' ( je ne crois pas que cela serve a grand chose ) et de suivre ta faim le matin,

je pense que tu trouveras des appuis avec les exercices sur la faim, la sasiete et sur les a(liments tabous

je crois que nous sommes  nombreuses a avoir connnu ça, et peut etre a le connaitre encore

 

bon courage et bonne journée

FRED73
Marraine
Bonjour Laupilence, As-tu essayé l'EME-zen ? Si tu n'y as pas accès maintenant tu peux peut être trouver l'EME-zen découverte dans tes outils. Il y a aussi l'image refuge qui peux t'aider dans ces cas là, c'est aussi dans tes outils. Sinon, il y a aussi la respiration en pleine conscience qui peux te permettre de te calmer parce que ce que tu as besoin à ce moment là c'est de trouver quelque chose qui te calme parce que tu manges pour te calmer et non parce que tu as faim.
Lyphaé.
Abonné

Laupulence, déjà sache que tu n'es pas la seule à avoir ce type de comportement. Je pense en effet que c'est lié aux émotions, peut-être que l'EME-zen pourra t'aider. Maintenant, je ne suis pas spécialiste du tout, je te conseille de contacter ta coach, elle pourra sûrement te conseiller et t'aider !

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

 

Bonjour à toutes et tous,

Le syndrome d’alimentation nocturne (NES = night eating syndrome) est un trouble du comportement alimentaire connu depuis longtemps, mais qui ne bénéficie pas de la même publicité que, par exemple, la boulimie. Il consiste effectivement à se lever la nuit, à manger dans un demi- sommeil, voire dans certains cas dans un état somnambulique. Il y a parfois une amnésie de ce qui s’est passé la nuit. D’autres fois, on est plus conscient, avec l’impression qu’on ne se rendormira que si on mange.

Ce trouble, on n’en parle pas, sans doute parce qu’il embête bien les nutritionnistes, qui n’ont strictement rien à proposer, puisque la volonté est inopérante. Il faut reconaître, aussi, qu'il est moins fréquent.

En fait, il est presque toujours associé à une restriction cognitive diurne, c'est-à-dire des efforts de contrôle, des privations. Comme le dit Noelle, on fait la nuit ce qu’on s’empêche de faire le jour. Et donc, la solution se situe le jour et pas la nuit. Ce sont les exercices de déculpabilisation et de consommation des aliments préférés, en fonction de ses sensations alimentaires, qui rendent l’alimentation nocturne inutile.

Bien sûr, un travail sur les émotions, par le biais des exercices de pleine conscience, ne peut qu’aider. En particulier pour ne pas passer du NES à l'insomnie.

catherinen.
Abonné

Bonjour à tous,

Je suis un peu nouvelle, en tout cas, je n'ai encore jamais posté.

Je viens de lire ce post, qui me parle puisque je suis atteinte de ce syndrôme.

Je suis devenue obèse grâce à lui, en passant vingt ans de ma vie à me lever la  nuit pour manger. J'ai même été jusqu'à essayer de prendre des somnifères, que j'ai arrêté très rapidement quand je me suis aperçue que je me levais la nuit sous somnifères pour manger et que je ne m'en souvenais plus. Trouver les paquets vides dans la poubelle m'a prouver que je mangeais même sans en avoir conscience.

J'avais réussi à décrocher de ce syndrôme, mais pas de l'obésité, au moment où j'ai construit ma famille, en abandonnant les régimes. Mais je suis restée bonne mangeuse et obèse. J'ai donc décidé de me faire opérée, et j'ai bénéficié d'une sleeve qui m'a permis de perdre environ 25 kgs en 4 mois.

Le souci, c'est que quand j'ai commencé à ne plus perdre, je me suis mise en tête que je devais faire acte de volonté, et j'ai pris rendez vous chez une diététicienne, qui m'a demandé de noter ce que je mange et de ne pas dépasser 1400 calories , ce qui reste confortable, mais qui amène à contrôler. Résultat, deux mois plus tard, j'ai commencé à me réveillée la nuit, et j'ai très vite eu peur que ce syndrôme ne revienne. Je me suis un peu acharnée , en respectant malgré une reprise de poids, mes rendez vous, mais au final, j'ai fini par reprendre 10 kgs et je me réveille  à nouveau plusieurs fois toutes les nuits.

J'ai commencé la méthode Linecoaching, en parrallèle, mais je n'ai pas réussi à l'intégrer complètement, par manque de disponibilité psychique, et parce je crois, elle fait interférence avec le contrôle de mon alimentation et les résultats à obtenir par rapport à mes rdv chez la diététicienne.

Du coup, je suis un peu perdue, mais votre réponse, Docteur Apfeldorfer, me fait penser que j'ai fait fausse route, et que le retour de ce syndrôme est finalement lié au retour du contrôle alimentaire. J'aurais sans doute du me contenter de mes 25 kgs perdus qui étaient déjà bien appréciables.

Haut de page 
X