Je me présente ! - le 24/05/2016

Bluebeth
Abonné

Bonjour !

Houlala, ce n'est pas poli de ne pas se présenter et je ne l'ai jamais fait !


En fait, j'avais commencé à rédiger un texte pour me présenter, moi et mon rapport à la nourriture. Et puis, il faisait............ 10 pages sous word, alors je me suis dit non, je ne peux quand même pas poster une pareille chose !!! Néanmoins, l'écrire m'a fait un bien fou (et constater que je revenais d'assez loin !)


Donc tu coup je vais essayer d'attaquer d'une autre manière et d'être plus... concise !


Je m'appelle Leslie, je viens d'avoir 34 ans ! Maman au foyer depuis la naissance de mon fils il y a tout juste 4 ans, j'ai également une fille qui vient d'avoir 2 ans. Auparavant j'étais une bosseuse acharnée. Aujourd'hui c'est pareil mais avec mes deux loupiots at home !


J'ai entretenu depuis petite lentement mais sûrement un rapport hautement conflictuel à la nourriture mais aussi avec mon image. Je crois pouvoir dire (et quelle avancée de réussir à le dire !) que je suis quelqu'un de naturellement mince (avec des formes de femme cependant !) mais qui s'est toujours cru grosse de par un entourage relativement malveillant et/ou maladroit. Grosse mais aussi mauvaise, voire sale...


J'ai connu la restriction cognitive dès mon plus jeune âge avec une maman aimante mais complexée et très maladroite qui ne nous privait jamais de sucreries (qu'elle nommait "saloperies" ^^) tout autant qu'elle ne nous privait jamais de commentaires à leurs égards "Ce n'est pas bon pour la santé, pour la ligne, c'est mauvais, c'est pas bien." C'est pas bien. J'y ai grandit. Jeune ado, j'ai également connu des périodes de réelle misère financière apportant la grande faim (frigo et placards vides, que du pain à manger - et très peu-  et l'estomac qui fait super mal)...


Premier régime (hyperprot) à 20 piges : j'étais bien dodue, j'ai tout perdu. Puis après, yoyo. Dans les vêtements car avant, malgré mes complexes, je n'ai jamais été obsédée par la balance. Mais j'ai surtout au fil des ans connu le conflit avec la nourriture en voulant bien faire. En voulant ne pas tomber dans les régimes, mais manger équilibré. Je criais haut et fort, comme beaucoup, que je savais ce qu'il fallait faire pour mincir mais que je n'y arrivais pas. Et ce que je croyais équilibre alimentaire n'était rien d'autre que de la restriction cognitive, mais forcément, je ne le savais pas.


Du besoin d'équilibre, je suis pernicieusement passée au besoin de perfection, d'hygiène absolue. Du dégoût de moi-même j'ai peu à peu construit une image faussée tant sur mon corps que ce qu'il y avait dedans : je me croyais vraiment pourrie !!!! Travaillant dans le milieu du cinoche notamment, je fréquentais assidûment vegan, fan du bio, du macrobiotique et autres "délires d'orthorexie". J'ai pratiqué des jeûnes, des monodiètes, le tout bio (avec le compte en banque qui ne suivait pas, heureusement qu'il y avait les jeûnes !!!), le veganisme etc. Mais je me trouvais toujours aussi affreuse en tous points.

La transformation de ma vie par la maternité a été de nombreuses occasions. Déjà, de peser plus de 100 kg en sachant toute la souffrance qui avait créé cela. (Je mesure 1,75cm), et surtout, après quelques mois de lutte contre l'amour que nécessite un nourrisson, j'ai fini par accepter et surtout découvrir la bienveillance (et peut-être aussi l'amour ^^ !) Envers les autres. Puis après, envers moi.
C'est du moins ce qui a commencé à pointer le bout de son nez quand j'ai découvert les travaux des Docteurs Apfeldorfer et Zermati. Mais on ne balaie pas 20 ans d'autodestruction avec quelques lectures et un site internet, même tous fort passionnants.


Je me suis inscrite, j'en ai gardé les grands principes (cela m'a un temps délivré de l'orthorexie, et de la diabolisation des aliments) mais malheureusement, dépressive et ultra fragile, je suis peu à peu retombée. Suite à la naissance de ma fille, j'ai fait un burn-out terrifiant, et même pas remarqué par le père de mes enfants, pourtant des plus aimants. Tentative de suicide et tout le tralala. L'implacable solitude des mamans je la vivais (et vis encore faut dire !) de plein fouet. J'ai comme d'hab essayé de me re construire seule mais ça n'a pas marché.


J'ai connu encore deux phases de grosses brutalités alimentaires envers moi (supprimer "définitivement" toute source de sucre dans mon alimentation puis après, ne me nourrir que de fruits crus (^^ yep !) avant de balancer tout ça aux oubliettes, pour de bon, je le crois.
Pour cela, il m'aura fallu franchir une barrière : lire le livre de JP Zermati, "Maigrir sans régime". Un électrochoc merveilleux. A cette période de ma vie, c'était de cette bienveillance dont j'avais besoin. Je me suis laissée porter par les paroles du docteur mais dignement, sans effet gourou ou autre. Juste parce-ce que ce qu'il y disait était du PUR ET SIMPLE BON SENS. Cette lecture m'a permis alors d'ouvrir les yeux : "Tu étais sur la bonne voie il y a deux ans quand tu as commencé LC. Tu dois reprendre cette voie si tu veux la paix." (Bon ok, ça fait un peu témoin de Jehova écrit comme ça mais c'était pas le cas hein ! ;-))


J'ai remangé de tout (produits animaux, sucre). Alors je me suis réinscrite, avec cette fois-ci les entretiens téléphoniques. Sur motivée, j'ai vite laissé tomber : la pleine conscience était des bâtons dans mes roues (à chaque séance, je m’effondrais de sommeil ou m'énervais littéralement). Et puis surtout lors d'un entretien téléphonique,  ma coach m'a diagnostiqué "sur stressée" et demandé de voir avec un docteur ou psy comment gérer ça. Ça m'a vraiment cassé dans mon élan. Je m'étais à nouveau sentie crade et insoignable. Alors j'ai laissé tomber le site. Je maintenais cependant ses principes en me fixant comme objectifs de ne plus me priver de rien, de ne plus retomber dans l'idée d'une bonne alimentation.
Pas facile. Mais j'ai réussi. C'était déjà un progrès.


En janvier de cette année, après un Noël rudement éprouvant sur le plan émotionnel (aaaaah, la famille !) j'ai voulu me reprendre en main. J'ai repris LC. Mais j'ai re-merdé. Je re-bloquais sur la RPC. Et je ne comprenais pas pourquoi malgré ce que je croyais être de la bienveillance, je faisais autant d'EME.


Anéantie, il ya deux mois, j'ai fini par envoyer un long mail d'au secours à ma coach. Sauf que je n'avais pas rentré le bon nom du coup jamais de réponse puisque jamais reçu. Acte manqué ?


Franchement déçue, je me suis alors dit "Linecoaching, c'est pas démerde toi tout seul" comme j'avais toujours  connu. Alors j'ai fouillé sur les forums, les blogs et les tchats. Et ALORS LA !!
Wahou, j'ai accéléré subitement la cadence. Concrètement, les tchats. Ça peut paraître étrange mais de lire autant de fois ces questions si redondantes avec systématiquement des réponses courtes et précises, ça m'a fait les petits chocs dont j'avais besoin. C'est à la suite de ses tchats des docteurs que j'ai alors compris que je ne faisais pas d'EME mais des COMPULSIONS, et que si je me croyais libérée de mes problèmes alimentaires, j'étais TOUJOURS en RESTRICTION COGNITIVE (et pas qu'un peu) !


Et là, j'ai pu débloquer le programme et avancer. Franchir un cap  fou pour moi : aimer la faim !!! Ce fût si bon que j'ai décidé d'aller plus loin en participant à une journée thérapie avec M. Zermati. Le bonheur, le vrai !!! (Compte rendu ici pour les plus courageux !

Cela ne fait qu'une dizaine de jours, mais voilà un sacré cap de franchi. J'essaie de maintenir tout ce qui m'a fait du bien, car je me répète, mais  ça peut vite partir quand on a pratiqué pendant 20 ans l'activité "je m'autodétruis en je ferme les yeux sur ce qui est bon pour moi." Je sens bien que les monstres ne sont jamais loin, mais je me sens ENFIN sur la (vraie) bonne voie.

Aujourd'hui physiquement, je fais 70 kg. Je réussi à admettre que je ne suis pas grosse, (il m'aura fallu le devenir vraiment pour l'admettre) mais que j'ai simplement des formes de femme. Certes, j'adorerais que mon bidou tout mou et mes cuisses bien dodues se fassent plus discrets mais j'ai fini par accepter l'idée que ça n'arrivera peut-être jamais, qu'il me faudra savoir faire  le deuil de ce corps que j'aurais toujours voulu avoir. Merci LC !

Mes prochains buts ?

- Me défaire de la balance (dur dur) car je sens qu'elle est capable de me faire re-sombrer cette bête.

- Entretenir mon corps avec fermeté et bienveillance : càd faire du sport mais pour me faire du bien et non pour me "tailler" dans la violence comme j'ai toujours fait jusqu'alors. Donc entretien du corps via sport, massages, récupération et même... pleine conscience !!!  Je prévois de filmer des séances et au bout de quelques mois d'en faire une vidéo (je viens de la mise en scène et du montage j'en suis toujours aussi accroc !) ça me motive à être douce avec moi mais avec une ligne droite, un but, et peut-être aussi à accepter mon image.

- Et simplement vivre sereinement cette nouvelle vie avec l'alimentation (parce-que j'ai des petits besoins alimentaires je crois bien!)

Voilà, désolée c'était long, mais pourtant je vous jure que j'ai abrégé de ouf ! ;-)

Au plaisir de vous lire toutes et tous !


Leslie
 

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

long je ne sais pas, mais passionnant en tous cas !!

à bientôt

viens souvent sur les forums c'est un excellent moyen de travailler pour les "sur-stressés" (sic)  dont je fais partie  wink

une de mes patientes m'a cité une phrase attribuée à Brassens : "les normaux sont trop nombreux laissons-le se comprendre entre eux"

je pense qu'on a vite fait de se sentir inadapté dans cette société quand on a un système nerveux très réactif

 

a +    merci pour tes textes, tu écris bien!

Bluebeth
Abonné

Bonjour Izabelle et merci pour ton retour et le compliment  ! J'adore cette phrase de Brassens que je ne connaissais guère !

Oui, je les écume les forums depuis quelques mois, cela me fait beaucoup de bien, c'est pour cela que je commence aussi à y communiquer. Mais un peu délicat car j'ai beaucoup de mal à faire dans le bref, et je me doute bien que ce n'est pas ce qui est recherché sur un forum !

Les gens qui me connaissent un peu me demandent tout le temps "Mais tu ne parles jamais ???"

Ceux qui me connaissent bien savent que... j'écris !

 

À souvent te lire, j'avais cru comprendre que tu faisais partie des sur stressée frown il y a pas mal de similitudes  entre les uns, les autres, de par nos parcours, tous différents qu'ils puissent être...

Tu parles d'"une de tes patientes", je n'ai pas lu suffisamment loin pour savoir ce que tu faisais dans la vie, est-ce indiscret de te le demander ?

 

 

Douce journée à toi, avec beaucoup de lacher prise et au moins trois choses positives ! wink

 

à+

izabelle
Animatrice forum

moi j'apprécie les longs messages sur le forum !  ça fait du bien un peu d'aprofondissement

je suis psychologue, principalement pour enfants, mais aussi un peu pour adultes où je suis spécialisée en adultes hypersensibles-surdoués et Cie

moi je parle beaucoup mais je n'ai pas la plume facile, par contre j'apprécie beaucoup quand un texte est vivant et c'est le cas des tiens

à bientot

Bluebeth
Abonné

Ah oui, un métier où tu cotois les émotions, et pas les plus faciles, du matin au soir... Wahou, j'imagine les progrès par lesquels tu as dû passer. Mais en même temps, plus tu progressais dans le programme (et progresses encore j'imagine) plus il devait y avoir comme des flux positifs avec tes patiens, non ?! Je sais pas si je me fais bien comprendre, mais en tout cas, à te lire, on voit que les émotions sont au centre de ta vie, mais que tu les vis avec beaucoup de philosophie...

 

Bon, si tu aimes les longs posts, on va s'entendre ! ;-)

Sérieusement, je vais essayer de ne pas aller jusqu'à me faire rattraper par un modérateur ("mais enfin vous savez que c'est interdit de mettre 800 pages ??? surprise") mais j'ai assez envie de me remettre à écrire, ya les écrits du mal être et ceux du bien être, je vais essayer de mettre à profit les derniers ! smiley

 

Je te souhaite une bonne journée, à bientôt !

izabelle
Animatrice forum

oui alors en fait quand il s'agit des émotions de mes patients c'est fort différent, je n'ai aucun problème avec ça, le détachement est automatique sinon je ne pourrais pas faire ce métier, je suis là pour les aider, pas pour me laisser envahir

c'est même mon job que de les aider à leur faire une place donc je suis plutôt contente quand il y en a, c'est bien plus facile qu'avec les personnes qui bloquent tellement qu'elles ne savent même plus ce qu'elles ressentent

 

oui bien sûr le programme a eu des effets sur ma pratique, notamment avec les adultes, avant je n'en prenais pas, maintenant un petit peu

Bluebeth
Abonné

Je vois très bien ce que tu veux dire en fait.

Les quelques fois où j'ai vu des psys, je me disais qu'il devait automatiquement y avoir un gros détachement pour qu'ils rentrent chez eux en bon état ! Je voulais surtout souligner que je remarque en lisant tes nombeux posts, que les émotions semblent être très au centre de ta vie, et que tu en parles avec une douce et agréable philosophie !

 

Haut de page 
X