La colère - le 13/05/2012

capuccino
Marraine

Elle m'a habitée pendant de longues semaines, dévastant tout sur son passage tel un ouragan qu'on ne peut arrêter. Elle m'était destinée puisque j'étais incapable d'aboutir à une perte de poids malgré ma pratique quasi religieuse de LC et des exercices proposés. Je l'ai dirigée vers d'autres envers qui j'ai nourri des envies de meurtre. Et puis sa violence m'a fait peur alors j'ai cherché à comprendre et j'ai lu le livre de Tich Nhat Hanh, lentement comme on déguste un met délicat. Je me suis imprégnée de la substance de ce livre et la paix s'est installée en moi. 

Et puis aujourd'hui, journées d'EME parceque je me suis pesée, et que j'ai constaté avoir pris quelques centaines de grammes et là,  ELLE est revenue violente comme au premier jour avec cette envie de m'agresser, de m'insulter de me rabaisser plus bas que terre, de me faire du mal et d'agresser tout ce qui bouge à côté de moi...En une fraction de seconde, je me suis dit "attention tu es en colère"! Et là, pas de cris ou hurlements, la tension a baissé d'un cran et tout est rentré dans l'ordre...Mais depuis cet épisode, je suis d'une tristesse épouvantable, envie de pleurer, découragement...Si j'avais laissé parler ma colère, c'est sur je me serais insultée, puis je m'en serais prise à mon mari qui à son tour aurait réagi...et sur qui j'aurai fini par rejeter la responsabilité de ma colère mais je n'aurai pas eu cette épisode de tristesse face à cette réalité qui me bouffe : 10 mois de LC, pas 1 seul gramme de perdu. Alors que vaut-il mieux colère ou tristesse ?

Commentaires

Labrador.
Abonné

Bonsoir Capuccino,

je ne sais pas répondre à ta question : colère ou tristesse, je voudrais juste t'apporter mon soutien pour passer ce moment difficile.

Tu as trouvé une clé pour t'apaiser, utilise la à fond.

Demain est un autre jour.

Bon courage

JolieRonde.
Abonné

Bonjour Cappuccino,

Tu poses la question comme si tu avais le choix.

Ces émotions qui viennent te traverser, tu ne les choisis pas.

Elles te parlent, ne te juge pas. Elles sont douloureuses mais elles te disent quelque chose, prends le temps de les écouter, de respirer avec elles. Ne lutte pas à vouloir à tout prix les faire partir, par exemple en cherchant absolument la détente, ou en mangeant ou tout autre chose qui ne ferait que les renforcer. Elles sont là, que veux-tu c'est comme ça. Tu peux chercher à les comprendre, les analyser, les faire sortir, ou tu peux les identifier et puis respirer avec elle, t'en occuper avec ton souffle, tu verras elles se calmeront d'elles mêmes, parce que tu les auras prises en considération, parce que tu les auras acceptées.

Courage Cappuccino, c'est souvent très difficile comme moment, je suis juste avec toi et je te souris.

Maintenant, je me dis qu'il y a eu de la tristesse parce que tu as identifié la colère justement, donc déjà bravo tu as eu l'intelligence et la clairvoyance d'identifier ça et heup comme un ballon qui se dégonfle la colère fait place à la tristesse. Ben oui peut-être que, comme quelqu'un qui part, la colère est partie et on est un peu triste. La tristesse aussi parce que tu t'aperçois que cette colère te fait du mal à toi. Ce sont mes modestes pistes de réflexion mais ce sont juste des hypothèses. Une chose est sûre c'est que tu avances :))

:))  Bien à toi

izabelle
Animatrice forum

les deux mon général   smiley   (bon là je fais référence à une blague que beaucoup ne doivent pas connaître, mais bon)

 

pour ma part, quand je suis en colère, il y a généralement autre chose  "caché en dessous", du moins si cette colère dure....  si elle ne se calme pas au bout d'un certain temps, je sais qu'elle est là en réaction à un autre ressenti bien bien planqué en dessous

alors je creuse, et puis ensuite tout le travail est d'accepter de ressentir tout ceci, tout ce qui ressort

ça peut peut-être t'aider d'écrire, par exemple imagine que ta colère prend la plume et elle sort sa diatribe par écrit....

la colère est là pour nous faire bouger, en ce sens c'est une amie.....   mets-toi à son écoute

 

et de tout coeur avec toi, je sais que tu as traversé des phases positives, pendant les vacances si je me souviens bien....   tu avais mesuré tes progrès sur le plan du comportement alimentaire, et c'est ça que tu dois prendre à compte pour voir ta réelle évolution

10 mois ça peut paraitre long, mais tu fais un travail en profondeur, ensuite c'est pour toute la vie.......

claire.
Abonné

bonjour Capuccino, je suis extremement touchée par ton temoignage car il aurait pu etre le mien.... ( y compris sur les mois ici et le resultat!)

...cette colère omnipresente, cette perte d'enthousiasme, ce sentiment d'en vouloir a tous. Il devient devastateur chez moi, et le plus triste est que j'en resends nettement l'impact sur mes enfants, entre eux, avec moi, etc....ce week end, j'ai fait une seance de morale et de reproches à mes fils, je me demande si ils ne devraient pas me filmer pour faire fortune sur youtube tellement le numero est excessif!...j'ai l'air d'en rire, mais j'en ai une boule dans la gorge!....

Il y a quelques jours j'ai posté un message pour hurler ma demotivation....et il m'a permis de voir malgré tout ce que je commacait à comprendre par rapport à la nourriture.

Alors je pense que tu as eu raison de faire le constat de la colère et la stopper à temps, même si elle t'a valu une grande tristesse que tu aurais peut etre masqué par des sentiments violents mais qui existe quoi que l'on fasse. Cette tristesse, si on la laisse apparaitre, elle finit par passer car on peut tacher de l'accepter, quitte à l'ecrire et la decrire. cela permet de mettre en face de cela ce qui est positif, car tu as forcement fait des decouvertes par rapport à toi meme en faisant les exos de LC...en faisant la RPC, en lisant TNH....alors peut etre devont nosu trouver le chemin de l'acceptation pour meiux agir...

Flowerbomb.
Abonné

Chère Capucino

 

tes posts sont toujours pleins d'émotions. je n'ai pas d'élément de réponse à t'apporter mais juste un soutien. Je te comprends, je vais bientôt fêter mon "1 an" le LC et je n'ai pas perdu un gramme non plus. mais je ne ressens ni colère ni tristesse, juste de temps en temps un fort agacement envers moi-même qui "n'a aucune volonté" mais ensuite je me rattrappe et je sais que la question n'est pas là. Alors j'arrive à accepter, car tout ce que j'ai fait ici est acquis et est devenu irréversible. mais j'en encore bien des failles qui ont à voir avec mes émotions (voir mon blog de michange 13 mai)  et c'est ce qui m'empêche de maigrir. mais cela viendra, j'en suis sûre. je me fais confiance

courage Capuccino et je suis sûre que nos deux docteurs sauront te répondre

Holimione.
Abonné

 Bonjour Capuccino,

 

"Alors que vaut-il mieux colère ou tristesse ?"

Comme les autres ici (et pourtant il y a de bien belles réponses..), je ne peux pas répondre à cette question...

Mais ta question m'a fait penser que les 2 ont (peut-être ?) toujours été là…

Parce qu'il est souvent plus facile "d'être en colère" (contre quelque chose, quelqu'un, y compris soi-même…)…. surtout que ce ne sont pas les "occasions" qui nous manquent pour nous contrarier…

Alors que s'avouer triste peut nous "remuer" plus encore….

Je ne sais pas pour toi, mais je sais que cela se passe ainsi pour moi => il m'est + facile de m'avouer être en colère que triste… dans la colère je suis CONTRE (quelque chose, quelqu'un), alors que dans la tristesse, je suis davantage "seule avec moi-même", ce qui est d'autant + difficile….

 

"En une fraction de seconde, je me suis dit "attention tu es en colère"! Et là, pas de cris ou hurlements, la tension a baissé d'un cran et tout est rentré dans l'ordre.."

Te rends-tu compte du chemin que tu as parcouru pour pouvoir "en une fraction de seconde" prendre conscience de tes sensations et y réagir aussi efficacement ???

Je te trouve terriblement efficace..

Bien sûr, cette efficacité ne se voit PAS ENCORE sur la balance, et c'est déprimant…

Mais tu as déjà fait un SI GRAND PAS, les autres vont forcément suivre…

 

COURAGE…..

J'ai une (et mêmes plusieurs) pensées pour toi…

Amicalement   

Holimione

Pomdereinette.
Abonné

Je rejoins Izabelle : chez moi, la colère cache toujours autre chose. L'arbre qui cache la forêt, en quelque sorte. Je suis en colère parce que... en fait je suis triste, ou angoissée, ou ??? et je "préfère" me mettre en colère plutôt que chercher plus loin.

Je sors aussi du livre de Thich Nath Han et j'en retiens surtout qu'il s'agit d'accueillir la colère, comme une amie. Non pas la laisser nous envahir ou être débordé(e) par elle, mais l'accueillir, et respirer avec. Par contre, dans mes souvenirs il dit aussi qu'elle ne doit pas durer plus de 24 h.

Je n'ai pas d'autre recours que la RPC. Encore et toujours. Ma psy conseille aussi d'écrire, sans surtout censurer. Elle appelle ça "la poubelle émotionnelle".

Il devait y avoir un tchat avec le Dr A sur ce thème, qui a été annulé. J'attends avec impatience son report, tant j'ai remarqué combien j'avais plus d'accès de colère dès lors que je respecte ma satiété. Tiens donc...

Et merci pour ce post, que je suivrai avec attention !

G.Apfeldorfer
Votre coach

Je lis, et cela me remplis de joie. Je n'ai rien à ajouter à ce que disent les uns et les autres. Les unes et les autres, en fait, me semble-t-il.

Pomdereinette, votre psy est-elle lacanienne? Jacques Lacan, psychanalyste et joueur de mots, parlait en son temps de "poubellication". Bon, je ne suis pas lacanien, loin de là, mais cela ne m'empêche pas d'apprécier ses jeux de mots.

Pomdereinette.
Abonné

Juste un petit H.S. pour réponde au Dr A. : Diantre non. Mais je suppose que tout thérapeute, comme vous et le Dr Z., finit par se constituer une "boîte à outils" en piochant diversement.

Haut de page 
X