Le grand mystère de la satiété - le 14/02/2012

capuccino
Marraine

Bonsoir,

si maintenant je sais reconnaître je crois la bonne faim après avoir eu tendance à manger dès qu'un petit faim apparaiisait, il me reste à maîtriser la sasiété qui pour moi demeure un réel mystère.

Je sais quand j'ai trop mangé mais ça m'arrive de moins en moins, même pour ainsi dire plus du tout.

Par contre m'arrêter de manger à sasiété, alors là c'est une autre affaire. J'arrêtre de manger quand je pense ne plus avoir faim et les 3/4 du temps, j'ai faim 1 à 2 heures après. Je décide donc de patienter à chaque fois et  je prends une collation plus tard. Les rares fois où j'ai sû arrêter de manger au bon moment, j'ai été tout étonnée de pouvoir arriver au repas suivant à ma bonne faim et sans avoir eu faim entre les deux repas. Je dois reconnaître que je bois beaucoup en mangeant et que cela doit fausser complètement mes sensations.
Quels exercices pourrais-je faire pour affiner mes sensations ? 

Commentaires

Nikaia.
Abonné

Bonjour Capuccino

Je suis dans le même état que toi ... je suis pour le moment quasi incapable de reconnaitre ma satiété ... j'ai juste réellement senti la faim du plaisir gustatif (et même la répulsion) avec un plat que j'adore mais qui est très gras : un feuilleté aux saint jacques et au beurre d'escargot ... je le dégustais sans faire autre chose et brusquement j'ai eu une vrai répulsion .. impossible de finir le dernier quart (alors que avant LC je l'enfilais sans y penser et que je pouvais prendre un dessert derrière) ... mais bon le truc est super gras (mais délicieux) et j'ai lu ici et dans le livre "maigrir sans régime" que c'est beaucoup plus facile de sentir la satiété avec les aliments riches en sucre et en gras ... ceci explique surement cela ..

et il faut en effet être attentif à ce que l'on mange...

je crois qu'il y a des exercices sur le sujet (étape 4 pour moi : je découvre la satiété)... peut etre devrais tu voir avec ton coach pour les faire ou les refaire maintenant que tu appréhendes mieux ta faim...

bon courage

Nikaia

Flowerbomb.
Abonné

moi aussi Capuccino, je suis comme toi, je ne reconnais pas ma satiété notamment parce que j'ai des EME pendant les repas et j'arrive pas à m'arrêter. j'ajoute du plaisir au réconfort que m'apporte la nourriture et ce sont des EME. je pense que la dégustation des 3 première bouchées est importante dans ces cas. mais encore faut-il réussir à les déguster, ces 3 premières bouchées.........c'est dur......

Flowerbomb.
Abonné

[quote=capuccino]

Je sais quand j'ai trop mangé mais ça m'arrive de moins en moins, même pour ainsi dire plus du tout.

 

[/quote]

 

cela aussi , j'ai l'impression ces derniers temps que je maîtrise de moins en moins la satiété. c'st bizarre....

isabellej.
Abonné

si je puis rajouter mon grain de sel pour la satiété, qui est fondamentale à mon sens pour commencer à mincir

ce qui m'a le plus aidé, c'est l'exercice pleine conscience sur la sensation de faim, que je fais désormais à chaque repas

cela m'a aidé bien sûr à ne plus avoir peur d'avoir faim, mais pas seulement

le fait d'être très consciente des sensations physiques de la faim m'a permis aussi de "comparer" avec les sensations physiques quand je suis à satiété

depuis, je fais une sorte de pleine conscience de la satiété, ce qui a complètement stoppé mes EME de fin de repas  (le petit yaourt en plus, le carré de chocolat, etc) et surtout permis de ressentir le respect de la satiété comme une chose positive, agréable, au lieu d'une privation

c'est assez compliqué à expliquer, mais à vivre c'est chouette...

capuccino
Marraine

Bonjour,

Mon souci n'est pas d'avoir peur de la faim c'est plutôt d'arrêter de manger trop tôt parce que je détecte mal ma sasiété et du coup j'ai faim rapidement après le repas. En fait j'arrête de manger quand jepense avoir assez mangé mais je ne le ressens pas franchement. En soi ce n'est pas un drame mais je mange souvent ou alors je décide de laisser la faim progresser plus longtemps avec le risque d'arriver à une trog grosse faim que je maîtrise mal (mauvaise humeur, fébrilité en préparant le repas...).

isabellej.
Abonné

des fois, quand je mange, je me dis, intérieurement, à quelle heure je souhaite avoir de nouveau faim  (quand par ex je ne peux pas diner à l'heure habituelle et qu'il faut que j'ai faim  plus tôt ou plus tard)

ça fait genre, "j'aimerai avoir faim à nouveau dans 6 heures" (ou autre), tout ça en mangeant, dans l'espoir peut-être naif que mon cerveau prendra cette info en compte pour réguler

j'ai l'impression que ça marche assez bien

sinon j'imagine que tu as déjà fait les exercices de l'étape sur la satiété?  est-ce que l'un deux t'a plus parlé, permis d'avancer sur ce sujet?

Nikaia.
Abonné

je comprend tout à fait .. j'ai tendance à faire le même chose ... dans l'optique "plutot un peu moins que trop" .. et si j'ai de nouveau faim entre les repas je vais me prendre une collation ...

Par exemple le dessert de midi que je "saute" et que je prend (ou un équivalent)  vers 4 ou 5 h si j'ai faim dans l'après midi ... en attendant de mieux savoir gérer je trouve que c'est une option qui se tient ... mais j'espère réussir à détecter la satiété après les exercices ...

Lyphaé.
Abonné

C'est difficile à expliquer la sensation de satiété... Personnellement, je ressens quand je n'ai plus faim, mais en général ce n'est pas suffisant. Je n'ai plus faim mais si je me concentre un peu sur mes sensations je sais que j'aurai faim une heure après le repas si je ne mange pas encore. Comment ? Aucune idée. Je le sais, c'est tout. Et la majorité du temps, mes sensations sont les bonnes.

Bon, ça ne vous aide sans doute pas mais bon... Ça fonctionne comme ça pour moi :-)

Labrador.
Abonné

Bonjour,

je suis dans le même cas que vous.

Je recommence l'exercice sur la satiété car je n'arrive pas à savoir ce que j'ai ressenti ou pas.

Je mange moins et ca me fait des collations presque à chaque fois. Je n'arrive pas à décoder le "presque".

Probablement à refaire dans qq semaines.

A bientôt.

 

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bonjour tout le monde !

La satiété, c’est l’absence de faim, sa disparition. Une absence de sensation, donc. Un désintérêt pour la nourriture.

J’aime beaucoup la réponse d’isabellej, qui propose la pratique répétée de l'exercice de pleine conscience sur la sensation de faim, pendant le repas. À partir de cet exercice, on peut voir comment noter faim évolue, et quand elle disparaît.

Le rassasiement gustatif consiste dans la fin du plaisir gustatif procuré par un aliment riche. Il n’est perceptible que si on mange attentivement, consciemment, centré sur la bouche, bien entendu. C’est le point d’arrêt normal pour les aliments riches. Quant aux aliments « légers » (fruits et légumes par exemple), on en mange une quantité modeste, fixée par apprentissage : la quantité qui convient habituellement.

Je vous conseille de vous centrer sur ce rassasiement gustatif, qui, quand on mange avec sa bouche, et pas avec son ventre, est bien repérable.

Et je rappelle aussi que le contentement à manger est un élément essentiel de la satiété. Ce contentement n'existe que si on mange ce dont on a envie, sans culpabilité, en y prêtant attention. Nos aliments doivent non seulement nourrir notre corps, mais aussi notre esprit. Les représentations dont ils sont porteurs ont normalement un caractère rassasiant!

Autres remarques intéressantes d’isabellej et lyphaé : "j'aimerais avoir faim à nouveau dans 6 heures". C’est ce qu’on appelle les appétits prévisionnels. Ce qui permet d’avoir faim à la bonne heure !

Mais ces appétits prévisionnels, qui s’acquièrent par apprentissage, disparaissent quand on ne sait pas reconnaître ses sensations alimentaires. Ils reviennent par la suite, peu à peu, lorsqu’on redevient capable d’identifier la faim, le rassasiement, la satiété. Nous n’insistons donc pas là dessus en début de programme, où nous recommandons de manger quand on a faim, même si cela ne correspond pas aux horaires habituels.

Alors, bon courage dans cette découverte du fonctionnement de votre corps et de votre esprit!

Haut de page 
X