L'été est là, les kilos aussi, que faire ? - 21062018

nawinawa
Ancien abonné

Bonjour

Cela fait au moins 35 ans que l'approche de l'été devient une torture. Cette année, comme toujours je me disais en janvier, ça ira d'ici juin. Mais non, presque deux tailles de plus ! en qq mois à cause d'une alimentation totalement anarchique et déséquilibrée ! Alors, je fais quoi maintenant ? Mon  désarroi, ce sont les vêtements je ne rentre pas dedans et pas question d'aller en acheter de plus grands ! J'avais refait la garde robe à la fin de l'été dernier... :-) . J'ai démarré voilà peu de temps sur linecoaching. J'apprécie beaucoup le mode d'alimentation qui nous est proposé ici. Mais il me faut décoller quelques kilos rapidement si je veux m'habiller ! Même si j'ai décidé cette année de profiter de la plage sans me gêner, comme les autres années.... Parce qu'aujourd'hui, j'ai décidé de mettre mon complexe à la poubelle. Je vais voir si j'y arrive ! La plage n'est pas loin ! 

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

eh bien moi je l'ai fait et quel soulagement......   je vais avec mon surpoids, persuadée d'être une "bombe"

et en fait ça marche.....

surtout quel bien être.....

pour les vetements achete toi aux soldes qq trucs à ta taille et pas cher, parce que plus tu te mettras la pression plus ça va compliquer les choses

tant pis si tu mets que quelques vêtements, l'important est de vivre, de profiter du soleil sur ta peau, de sentir l'été

plus tu seras bien, plus les autres ne verront que ça

j'ai séduit les deux hommes de ma vie quand j'étais la plus "grosse"  simplement parce que je rayonnais (forcément, être amoureuse), je peux te dire que le rayonnement, le plaisir attire plus que toutes les  lignes du monde

en tous cas ça attire l'amour, le vrai lien

pas la superficialité

alors existe, vibre, sens....  deux pantacourts, deux tee-shirts, des paréos et tout va bien pour l'été

tiens nous au courant, car tu sais, ça libèèèèère

 

nawinawa
Ancien abonné

Oui  pourquoi pas, juste un ou deux vêtements un peu plus larges ! Merci pour ton témoignage. Je ne doute pas que si je me sens belle, je suis belle ! Je me demande si m'être sentie moche tant d'années et avoir peut-être engendré un comportement yoyo (et bien des souffrances), ne s'est pas stigmatisé en moi; Même si je me sens belle, mais si j'ai faim, même si je n'ai pas faim, je mange parfois sans raison, parfois sans émotion, juste parce que je me dis : ce n'est pas normal que tu ne manges pas ! Mais bon, suis bien motivée, donc vais acheter une jupe un peu plus large et poursuivre ma route nutritionnelle avec la pêche ! :-D

Nawinawa :-)

izabelle
Animatrice forum

oui c'est quand même une émotion de se dire "c'est pas normal que tu ne manges pas"

enfin pas vraiment une émotion, mais un sentiment, un sentiment d'incertitude, de flou...

c'est ce que notre cerveau déteste le plus,  il lui faut s'habituer à lacher les rênes et cela se fait progressivement

une seule façon, dès que les pensées reviennent, reporter son attention sur les sensations : si on n'a pas faim ni envie de manger, c'est bien qu'il n'y a aucune raison de manger

pas besoin de convaincre le cerveau, mais juste reporter ton attention sur tes sensations

par exemple moi je me recentre sur la "paix" de mon estomac quand je n'ai pas faim, je me connecte à cette sensation, et là, pas besoin de discours, mon cerveau penseur s'apaise de lui-même

bravo pour ta pêche et profite bien de l'été!!!  et n'oublie pas que les hommes adoooooorent les formes quoi qu'ils en disent

si tu savais comme je me fais mater depuis que je ne suis plus renfermée

bon en même temps je ne suis pas sûre que ça te rassure!!!!   moi ça me gene plus qu'autre chose, sauf pour mon homme bien sûr

Naaga
Ancien abonné

en lien avec le sujet, j'aime bien cette phrase : //www.funnybits.mobi/2013/11/how-to-have-beach-body.html

wink

izabelle
Animatrice forum

hahaha !!!!  tout à fait ça

reborn60
Abonné

C'est évident smiley.

Evelyne

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
X