Ma mauvaise utilisation de l'EME-Zen - le 03/03/2012

isabellej.
Abonné

Il y a quelques semaines, après avoir découvert l'EME-Zen, je m'en ouvrais à vous, Dr Zermati, sur le tchat pour vous faire part qu'après quelques jours de pratique, j'avais eu une énorme crise de compulsion alimentaire comme jamais auparavant et je m'en inquiétais.

Vous m'aviez dit de penser l'EME-Zen comme un choix entre travailler sur l'inconfort ou le réconfort, ce que j'ai bien intégré et que je fais depuis

Mais peu souvent, car je gardais une certaine réticence avec l'EME-Zen, je préférais éviter d'avoir des EME pour éviter de me confronter avec cette difficulté.... Du coup j'ai fait beaucoup de RPC, mais au bout du compte j'étais toujours dans une attitude d'évitement....

Car j'avais toujours la tendance à utiliser l'EME-Zen comme un simple "suppresseur d'EME", ce qui occasionnait des moments de gros flottements avec retours en arrière désespérés, compulsions inexpliquées et soudaines sans pouvoir les relier à un contenu émotionnel, avec cette sensation d'être toujours plus ou moins dans le contrôle, non pas alimentaire, mais émotionnel

cela ne m'a pas empêché de faire des progrès néanmoins pendant le même laps de temps

 

Mais au fur et à mesure, j'ai vraiment pris conscience (à lire, relire ce qu'il se passe ici, d'autres livres sur la PC et de pratiquer très régulièrement la PC) que le travail que j'ai à faire est dans l'acceptation à un double niveau

 

L'acceptation des émotions, bien sûr, que j'ai commencée depuis que je suis inscrite, mais également l'acceptation d'avoir encore des EME, l'acceptation d'avoir toujours en moi pour l'instant ce mécanisme, ce réflexe, d'évitement des émotions

en bref, en même temps accepter les émotions et aussi accepter d'avoir encore le réflexe de ne pas les accepter....

Je ne sais pas si c'est compréhensible, mais cette prise de conscience m'a enfin permis de ne plus éviter les EME, de ne plus en avoir peur, de sortir du "tout ou rien", et de cette spirale infernale de l'évitement tout azimut, remplacé par la conscience et l'acceptation pratiquées conjointement....

le chemin est encore long bien sûr mais maintenent j'essaie de regarder en face mes EME, ne plus en avoir honte, de prendre conscience de ce à quoi elles me servent (m'éviter un ressenti) sans ME juger et d'accepter leur présence sans en faire tout un drame et me sentir soudain impuissante et dans l'incompréhension.

A partir de ce moment là, je peux enfin utiliser l'EME-Zen sereinement tel que vous l'avez préconisé, en travaillant alternativement sur l'inconfort ou le réconfort, mais tant que je n'avais pas changé profondément d'attitude, je n'y arrivais pas

 

Merci à toute l'équipe pour ce travail de compréhension et de conscience que vous nous proposez et qui à mon sens sera déterminant pour beaucoup de personnes.

 

Commentaires

black-kam.
Abonné

Moi qui me reconnais complètement dans cet "stratégie d'évitement tout azimut" j'ai hâte de connaitre l'avis des experts à ce sujet..

Pomdereinette.
Abonné

Wouhahou.

Accepter, c'est aussi accepter d'en être à cette étape là du chemin, accepter les (re)chutes, accepter peut-être qu'il en sera toujours ainsi, mais sans drame.

Je ne me souviens plus de la citation exacte, attribuée à Freud : faire de votre drame un malheur banal. C'est cela : si avoir recours à la nourriture pour se consoler n'est plus un drame, avoir une EME n'impliquera plus compulsion. Et si compulsion, quand bien même...

Je vas mûrir tout ça dans ma p'tite tête. Merci :-)

bambou.
Abonné

Merci pour ce témoignage très éclairant qui me parle vraiment.

Le mot qui me vient et qui revient en lisant ton message et en pensant à cette méthode c'est "bienveillance".

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bravo isabellej pour ces remarques d’une grande finesse et qui correspondent parfaitement à l’esprit dans lequel nous vous demandons de pratiquer la pleine conscience et l’EME-zen !

De cette façon, une EME ne nous impose plus alors un comportement, mais devient un signal émotionnel. J’ai envie de manger, que se passe-t-il en moi, puis-je vivre ce moment, accepter cela, rester un moment avec cela ?

Bonne route !

Chatoyante.
Abonné

[quote=G.Apfeldorfer]

De cette façon, une EME ne nous impose plus alors un comportement, mais devient un signal émotionnel.

[/quote]

Oh mais je me la garde celle là! et hop dans mon fichier fortune :)

 

Merci Isabellej pour cette analyse, elle me rejoint beaucoup et m'éclaire.

claire.
Abonné

Oui, c'est extremement interressant...et claire!

et l'ecceuil est là, se soigner de ses EME en les evitant plutot qu'en apprenant à les remettre à leur place d'emotions et ainsi laisser la nourriture à sa place elle aussi !

Ceall m'a paermis de faire la part des choses enter les vraies EME et les petits coups de stress qui me propulsaient vers la cuisine...accepter les premières m'a permis de ne pas me resigner dans le deuxième cas.

Bon, je dis ca fiièrement, mais il y a en core pas mal de boulot! Mais le noter et l'ennoncer, ça fait avancer!

Haut de page 
X