Manger sereinement à table avec des enfants

Aezhenn.
Abonné

Bonjour à tous !

 

je ne sais pas si vous avez des enfants mais j'avoue qu'il y a plein de paradoxes quand on veut faire cette méthode et qu'on a des enfants.

Personnellement je n'arrive pas à gérer.

Je vous brosse le tableau :

 

Une fille de 6 ans, qui n'aime rien, qui ne mange rien et avec qui on essaie de ne pas se battre au sujet de la nourriture mais qu'on surveille quand même parce qu'elle est très maigre... Donc franchement on ne la force pas à finir son assiette mais souvent on négocie pour qu'elle mange quand même un peu...

 

Une fille de 4 ans, qui mange mange mange et qui a peur de manquer... j'essaie de lui expliquer qu'il faut écouter son corps mais j'avoue que je ne sais plus quoi lui dire quand elle me répond : mais mon ventre il ne me dit rien. Et elle trouve toujours que les aliments sont aussi bons qu'au début du repas... il faut dire qu'elle est petite... Bref...

 

Et pour finir un petit bébé de 5 mois, qui va bien mais qui en principe nous sollicite justement au moment des repas.

 

Donc les repas c'est souvent : Mon coeur mange ! Ma chérie, tu es sûre que tu as encore faim ? tout en ramassant les jouets que mon fils fait tomber et pour finir je me lève pour lui préparer son biberon parce qu'il ne tient plus... C'est donc très rare que j'arrive à m'écouter en même temps.

Alors oui, de temps en temps avec mon mari on décide de manger après eux pour être au calme, mais comme les repas c'est un moment important on ne le fait pas souvent et c'est le seul moment de la journée où on voit nos enfants en plus.

 

Quel discours tenir à mes enfants ? avez-vous des solutions miracles ?

Bonne journée !

Commentaires

hemipresente.
Abonné

Ah j'ai hâte que tu aies une réponse. J'ai le même modèle que ta grande mais en 8 ans 1/2. Là elle en est arrivée au point où elle n'arrive plus à déglutir ce qu'elle mange et qui ne l'enchante pas sans boire en même temps. Elle bloque totalement. Je précise que les goûters et petits déjeuners ne posent aucun problème : pas d'anorexie donc. Enfin j'espère... :o/

erin94.
Abonné

eh bien c'est comme pour toi la GALERE

 

j'ai un garçon de 6 ans, un vorace qui devore tout sur son passage et avec qui on se bat pour qu'il modere son appétit car à un moment on se dit que c'est pas possible qu'il ai encore faim/ une place pour qqchose de plus

 

une fille de 4 ans, qui mange tres bien puree frites yaourt et cremes dessert ... et c'est tout ... donc elle peut passer 2 /3 repas sans rien manger si on ne demord pas du fait que ce midi par exemple c'est fraises/ chantilly et non un yaourt ...

 

ensuite y a les chamailleries, les betises, etc ... et donc pr moi les repas en famille sont durs à gerer ... du coup je m'ecoute pas ... ça commence que svt je en sais même pas si j'ai faim .

hemipresente.
Abonné

Aezhenn il est diversifié ton petiot au fait ?

Je crois que ça va prendre un peu de temps pour qu'on ait une réponse. Et puis ça ne concerne pas directement LC alors en aura-t-on une ?

hemipresente.
Abonné

Erin pareil, quand on mange à 4 c'est quasi impossible de savoir si j'ai encore faim ou même au début du repas si j'ai faim tout court.

Aezhenn.
Abonné

Pfff moi au début du repas je sais que je n'ai pas faim le 99% du temps...

Mais c'est l'heure du repas, du moment en famille... 

Et donc vu que je n'ai pas faim ou peu faim je devrais pas ou peu manger mais au contraire j'avale de grosse quantité de nourriture... et encore je ne sais même pas ce que j'avale la plupart du temps.

D'autant plus que mon mari mange super vite et a tendance à débarasser tout de suite, un vrai TGV ces repas !

 

Ceci dit ça concerne quand même linecoaching dans la mesure où on n'arrive pas à s'écouter soi même, écouter ses sensations, donc c'est un problème.

Par contre sur le discours aux enfants j'avoue c'est pas exactement le but de linecoaching mais qu'est-ce que j'aimerais éviter de reproduire les erreurs de mes parents et avoir des enfants pour qui la nourriture n'est pas un problème du tout !!!

erin94.
Abonné

moi aussi j'aimerai bcp que linecoaching nous dise quoi dire que faire face aux comportements alimentaires deroutant de nos enfants, entre l'ultravorace (ecoute tes appétits, si tu as plus faim arrete de manger) et la picoreuse (tu es sure de ne pas avoir plus faim, tu sais des legumes c'est bon pour ton transit ? et un fruit c'est bon aussi c'est sucré etc etc ... )

bin on fini schizo ....

 

au final moi je laisse fiare ma picoreuse, mais je suis bien la seule, je sais qu'à la cantine/ centre de loisir on lui fait la guerre pour qu'elle mange et cela la stresse .. limite elle ne veut plus aller au centre de loisir à cause de ça ... c'est impressionnable une gosse à 4 ans ...

puis c'est pas ds ma philosophie !

 

bref c'est compliqué

je pense d'autant plus quand nous même savons qu'à l'origine de notre probleme de poids se trouve notre mere et ses "mauvais "conseils

ambre
Abonné

Bonjour,

 

petite nouvelle depuis une dizaine de jours, j'ai aussi un picoreur et une dévoreuse et je trouve très difficile de trouver la bonne attitude. Et il me semble que ça rentre dans le cadre de la méthode parce que moi ça me stresse de ne pas savoir comment gérer ces différences d'appétits et surtout, je stresse de leur refiler les soucis dont j'ai hérité avec la nourriture !

 

Aezhenn je me reconnais totalement dans ce que tu racontes de tes repas ! Je vais suivre très attentivement ce fil !

Aezhenn.
Abonné

[quote=hemipresente]

Aezhenn il est diversifié ton petiot au fait ?

[/quote]

Excuse moi, j'ai oublié de te répondre... oui il commence tout doucement la diversification mais ce n'est pas compliqué l'alimentation à cet âge.

Mais pour l'instant il aime tous les nouveaux goûts et s'arrête quand il n'en veut plus, il s'est même régulé à 4 repas par jour  ! si seulement ça pouvait être aussi simple toute la vie !

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bonjour Mesdames,

C’est sûr, être mère de famille n’est pas de tout repos, c’est le moins qu’on puisse dire ! Surtout si on travaille : double journée. Sans compter qu’il faut aussi continuer à être une femme séduisante…

Concernant les repas de famille, voilà mon point de vue :

— Les enfants petits ont besoin qu’on les fasse manger, et cela est incompatible, pour les adultes, avec le fait de faire de leur repas un moment heureux, convivial, où on écoute ses sensations alimentaires. Conclusion : faisons d’abord manger les enfants, puis les adultes mangent à leur tour.Si vous avez vous-même très faim à ce moment-là, vous pouvez manger un petit morceau qui vous permettra de patienter, puis vous ferez votre repas par la suite.

— Les enfants plus grands, capables de manger proprement à table sans qu’on ait besoin de s’occuper de les faire manger, peuvent manger avec les grands s’ils mangent en se tenant bien, sans faire de bruit excessif. Si ce n’est pas le cas, on peut leur dire qu’ils sont peut-être trop petits pour manger avec les adultes et les faire manger en premier. Manger avec les adultes devient alors une forme de récompense.

 

Les enfants « qui ne mangent pas assez » : un enfant, normalement, ne se laisse pas mourir de faim. Il est normal que les enfants soient maigres à certains moments de leur croissance, puis un peu ronds à d’autres. Voyez avec votre médecin : Si la courbe de poids et de taille montent normalement, ce n’est pas la peine de vous préoccuper de ce qu’ils mangent, et sûrement pas de les pousser à manger plus.

Les enfants « qui prennent trop de poids » : vous n’allez pas les mettre au régime, tout de même ! Il est important à veiller à ne pas interdire ou rationner les aliments, ce qui fait automatiquement manger plus, dès qu’on peut grapiller. Mieux vaut centrer les enfants sur la dégustation, en leur demandant comment ils ont apprécié tel aliment, en leur demandant d’établir des comparaisons avec la dernière fois qu’ils en ont mangé, en leur faisant remarquer tel ou tel ingrédient, en leur parlant de la recette, de la provenance. Parler les aliments conduit en fait à leur prêter plus d’attention et à manger moins.

Les maris « qui mangent vite » : à lui aussi, il convient de rappeler que manger, ce n’est pas faire le plein à la pompe, mais partager convivialement le repas. Si malgré tout, il a fini un peu vite, faire comme avec les enfants. Tu as fini, tu sors de table, mais moi, je n’ai pas fini et je reste.

Bien sûr, tous ces conseils sont discutables, et je suis prêt à en discuter.

G. Apfeldorfer

Anick.
Abonné

Bonjour!

Je dois manger, du moins un peu, avec ma fille car elle a 14 mois et n'aime pas manger suite à un important RGO et une allergie à la protéine bovine qu'on a mis du temps à détecter, et qui lui ont causé beaucoup de douleurs pendant plusieurs mois. On essaie de rendre les repas conviviaux et agréable pour elle, avec musique et tout, pour arriver à faire remonter un peu son poids et son envie de se nourrir.

J'ai découvert qu'avec de la pratique, on peut arriver à manger en pleine conscience même dans ces circonstances. Je nous prépare de beaux plats colorés et je savoure chaque petite bouchée, entre les siennes. Nous les mamans ne pouvons peut-être pas prendre 10 minutes à nous, mais plusieurs fois 10 secondes, ça devient un peu plus possible. Le temps d'une bouchée, c'est mon temps à moi, pendant qu'elle fait souffrir ses macaronis et joue avec ses légumes. Je profite aussi du climat serein et joyeux qu'on essaie de créer à table pour me calmer moi même. La nourriture par terre, sur les murs, les vêtements et ailleurs, je ne m'en préoccupe pas pendant le repas (ou du moins j'essaie!) Le moment du repas est notre cérémonie du plaisir. (même si c'est o combien énervant parfois, lol)

Et le soir, quand papa est là, c'est lui qui fait manger la petite.

Ce n'est pas idéal mais on doit faire avec la vie qu'on a! Et quand je me retrouve seule, je suis d'autant plus d'attaque pour manger en pleine conscience. On a la chance d'être formées à la dure ;-)

hemipresente.
Abonné

Merci poru cette longue réponse, Docteur Z.

Anik tu nous encourages beaucoup, j'aimerais en arriver là dans quelques semaines. MAis je crois que j'en suis bien loin encore.

Aezhenn.
Abonné

 

Merci beaucoup Docteur d'avoir pris le temps de nous écrire cette réponse pointue et qui me semble très intelligente.  

Nous l'avons imprimée et affichée dans la cuisine pour nous en rappeler quand nous avons l'impression que tout tourne de travers !

Et nous avons bien l'intention de passer plus souvent du temps à manger à deux, après que les enfants sont couchés.

 

Bonne soirée

Aezhenn.
Abonné

Annick merci pour  ton message qui est plein d'espoir !

 

Ma fille maigrelette a eu également des allergies alimentaires dès la naissance, c'est sûr que ça a beaucoup perturbé son alimentation. Mais je trouve que tu gères particulièrement bien la situation, comme quoi tout espoir n'est pas perdu, loin de là !

erin94.
Abonné

Merci Docteur de vos lumieres sur l'alimentation de nos enfants  :)

ambre
Abonné

Merci beaucoup docteur pour cette réponse !

 

Une phrase m'intrigue : "Si la courbe de poids et de taille montent normalement, ce n’est pas la peine de vous préoccuper de ce qu’ils mangent, et sûrement pas de les pousser à manger plus"

 

Mon fils est un picoreur, pas dans le sens où il mange très peu (encore qu'il mange peu à chaque fois et a besoin de remanger souvent, trèèèèèès mal vu socialement), mais aussi dans celui où il est très, très sélectif et mange très très peu de légumes. Ceci dit il est en excellente santé, avec des courbes tout à fait normales. Est ce que ça veut dire que dans le cas des enfants de ce genre, pour qui même goûter un nouvel aliment est difficile (et beaucoup de gens dans l'entourage ont essayé, de toutes les façons possibles, avec pour seul résultat de le stresser encore plus et de lui faire appréhender les repas) il faut ne pas se préoccuper du contenu de leurs repas, avec le risque qu'ils mangent peu de salé pour se rattraper sur le sucré (pour schématiser) ?

Désolée d'insister sur mon cas perso, mais il me semble que la problématique des enfants "difficiles à table" concerne beaucoup de monde  et contribue largement à faire des repas des moments désagréable... Sans compter ce que je disais au début : que c'est socialement assez mal vu de ne pas forcer son enfant à patienter jusqu'au prochain repas, à goûter à tout quelle que soient les goûts et dégoûts etc. 

erin94.
Abonné

Ambre, ma fille est un peu comme ton fils, à ne manger que ce qu'elle aime, et parfois en quantité assez importante et à refuser toutes nouveautés, toute verdure, tout fruit etc

bin ici je ne la force jamais !

et elle a même droit à un dessert alors qu'elle a rien manger d'autre du repas.   j'ai retenu les leçons ZA : le dessert n'est pas le trophée pr avoir manger des legumes, sinon on va finir par se gaver de dessert.

 

je me dis que petit à petit elle en aura marre de tourner sur qq aliments au gout quasi identique et que d'elle même elle ira tester notre alimentation. (et en effet ses courbes taille poids sont correctes donc basta ...)

 

mon fils était selectif aussi vers ses 3 ans... aujourd'hui à 6 ans et demi il mange absolument de tout, même de la salade composée .. pas de joie, il prefererait des frites c'ets sur, mais bon il la mange !  là où mon frere de 29 ans ne la mange pas !!  :)

en fait c'ets plus lui qui m'inquiete car il fait facilement du gras ... du coup je l'encourage à bcp se "bouger"....

MiMax.
Abonné

J'ai aussi 3 enfants, et 3 styles différents.

L'aîné a 8 ans, mange très peu, végétarien de son choix, mais assez varié. Son alimentation principale reste cependant les yaourts. Il est super mince, jamais malade.

Le second a 6 ans, était intolérant au lait de vache quand il était bébé et (comme ça semble être la règle au vu des témoignages ci-dessus), il est devenu très très sélectif en ce qui concerne la nourriture. Et il est très exigeant, ne supporte pas que les aliments se touchent, le moindre défaut lui coupe l'appétit, bref c'est parfois pénible. Mais il a  faim en permanence, donc mange des laitages, des bananes, du pain... tout au long de la journée. Il est tout maigre, jamais malade, une énergie débordante.

Le petit dernier a 3 ans, je ne l'ai jamais embêté pour la nourriture (diversifié à 10 mois, car il ne voulait que mon lait), je l'ai laissé gérer son appétit et ses découvertes alimentaires tout seul... et il mange de tout, il est gourmet mais capable de laisser la moitié d'une pâte parce qu'il n'a plus faim. Au final, il ne mange pas beaucoup, mais très varié. Son poids est normal (moyenne basse), jamais malade.

 

J'ai décidé de complètement lâcher prise sur l'alimentation de mes enfants. Ils vont souvent se servir dans le réfrigérateur (au grand dam de mon mari) et je suis incapable de leur refuser une banane ou un yahourt, même 15 minutes avant de passer à table.

Pendant un moment, mon second faisait des crises pour avoir des bonbons au moment du repas. J'avais trouvé l'astuce de lui proposer des bonbons dans son assiette à côté des autres aliments. Il les mangeait en même temps que ses pâtes, viande et légumes, et ça a banalisé les bonbons. Aujourd'hui il n'en mange presque jamais.

Il me semble que c'est dans le livre du Dr. Zermati, Maigrir sans regrossir, où il cite une étude qui a montré que, statistiquement, les enfants qui ont des problèmes de poids sont ceux qui mange le plus "équilibré", les plus minces mangent "trop gras, trop sucré, trop salé"... aheum!

 

Chez nous, les repas sont très sportifs, entre les demandes des uns et des autres, et moi qui doit gérer tout ce petit monde (midi et soir). A midi, en période scolaire, je n'ai pas le temps de manger en décalé, et le soir, mon mari arrive avec une faim de loup et ne veut pas attendre. Bref, nos repas sont toujours très cahotiques et c'est un véritable problème.

Quand je suis seule avec les enfants, je réussis à d'abord répondre aux sollicitations, et quand le repas des enfants est bien amorcé, je me consacre à mon repas. J'utilise le temps de "mise en place" pour me souvenir de déguster, de manger lentement, etc.

 

Dans les outils, il y a des conseils pour mieux gérer son temps, mais pour moi, ce thème est encore inaccessible, je ne sais pas à quel moment du programme ont peut y accéder. Mais j'imagine que ça reprend les mêmes conseils que dans le message du Dr. Apfeldorfer (merci pour votre contribution).

 

Voilà pour mon grain de sel.

 

MiMax

G.Apfeldorfer
Votre coach

Une phrase m'intrigue : "Si la courbe de poids et de taille montent normalement, ce n’est pas la peine de vous préoccuper de ce qu’ils mangent, et sûrement pas de les pousser à manger plus"

Oui, si votre enfant grandit normalement, pourquoi aller l'embêter pour le faire manger ceci ou cela? Pourquoi vouloir qu'il mange plus que ses besoins? On ne parvient généralement qu'à obtenir l'exact contraire de ce qu'on voudrait. On l'oriente plus encore sur les aliments dont on veut le priver, et on le dégoûte parfois à vie de certains aliments.

L'idée de lui servir ses bonbons exactement de la même façon que les viandes et légumes, comme le propose quelqu'un du groupe de discussion, me paraît vraiment une très bonne idée!

En fait, si on veut qu'un enfant apprécie tel ou tel aliment qu'on estime bon pour lui, seule la vertu de l'exemple fonctionne. Mangez ces aliments devant lui en lui montrant que vous les appréciez, demandez-lui d'en goûter une bouchée au moins. S'il n'aime pas, on n'insiste pas, mais on recommence la semaine suivante, de telle sorte que l'enfant ait l'occasion de faire connaissance avec ce goût-là. Sans jamais être forcé, bien entendu.

ambre
Abonné

Encore merci pour votre temps et cette réponse on ne peut plus claire ! 

Aezhenn.
Abonné

Extrêmement intéressante ta réponse MiMax , c'est la preuve qu'on peut oser et que tout se passe bien !

Merci beaucoup d'avoir partagé ton expérience avec nous

Anick.
Abonné

On a toujours proposé de tout à ma fille. Desserts et plats principaux se mêlent sur la tablette de sa chaise haute. L'important, c'est qu'elle mange. Je ne sais pas si c'est à cause de ses problèmes alimentaires, mais j'ai l'impression que puisqu'on lui a toujours proposé de tout et qu'on la laisse choisir pour la nature des aliments et les quantités, elle n'est pas du tout attirée par le sucré ou les bonbons. Elle n'aime pas la crème glacé. Ce qu'elle préfère, c'est les oeufs, le melon et les bleuets...

MiMax.
Abonné

Anick, ta fille est encore toute petite. Profite de cette période bénie pour lui faire découvrir un max de goûts et de bonnes choses.

Les miens n'ont été attirés par les bonbons et les gâteaux qu'à partir de 3 ans environ. Mais comme ils sont très sélectifs, même dans cette catégorie-là, peu de confiseries trouvent grâce à leurs yeux ;).

Aezhenn.
Abonné

Mes filles je leur ai toujours fait goûter de tout sans jamais dire : ça c'est bon pour la santé, ou attention il ne faut pas trop manger de ça.

Et bien pareil, elle ne sont pas particulièrement attirées par les desserts. Elles en mangent parfois un petit peu.

Moi par contre... jamais un dessert dans ma famille sauf les jours de fête parce qu'"on n'en avait pas besoin"... plus une lubie d'un co*** de médecin qui, lorsque j'avais 12 ans a décidé que mon asthme c'était parce que je mangeait des produits laitiers et de la viande ! du coup mes parents ont tout arrêté.

Et bien ça n'a pas loupé, j'ai commencé à manger en cachette, voire la nuit, et que des trucs bien gras et sucrés. Un véritable cas d'école !

 

Mais il y a quelque moi j'ai failli tuer les parents d'une copine de classe de ma fille aînée. Un jour elle rentre de l'école et me dit : non maman je ne peux pas manger ça parce que c'est gras ! et après je vais être grosse !   Punaise, elle a 6 ans ma fille, l'entendre sortir ça m'a rendue folle... c'était donc la copine de classe qui lui avait expliqué cette stupidité... Et bien j'ai galléré plusieurs semaines pendant lesquelles ma fille me demandait : et ça c'est gras ? Bon la copine n'y pouvait rien... elle l'a forcément appris ailleurs...

080413143151_Libellule2.
Abonné

J'avoue être d'accord avec le docteur apfeldorfer. Sauf que moi je n'ai qu'un enfant et il mange avec nous.

En revanche la table est vraiment stressante, car il fait le zinzin. Je dois le sermonter, crier parfois.. fgrrr

Ce n'est pas de tout repos.  J'en conviens.

En plus j'ai tendance à finir son assiette. Lui est bien régulé, il et mince, sportif et quand il n'a plus faim, même pour de la danette au chocolat il n'en mangera pas.

Je vais tacher de me concentrer en pleine conscience et surtout arrêter de manger pour compenser le fait que le repas s'est mal passé. La bouffe récompense dans ces cas là c'est sans faim. Et surtout ne plus finir son assiette :)

Anick.
Abonné

Je suis comme toi Libellule; quand le repas se passe mal (ici, c'est qu'elle n'a pas mangé...), je finis son assiette en ramassant la table! :-S

CecB.
Ancien abonné

Bonjour,


J ai une petite fille d'un an, et nous partageons a trois les repas du soir. On a la chance d avoir une enfnat qui goute tout, et depuis ses dix mois refuse les purees, et veut manger... comme nous ! bien sur on adapte un peu pour elle, mais on mange presque toujours les memes ingredients.

Non seulement ca ne m empeche pas de me concentrer sur mon repas, mais ca m aide :

- je prends exemple sur ma fille... la voir etudier son batonet de pomme, le tripoter, le gouter a petites bouchees et faire des mimques selon le gout qu elle decouvre me apelle l importance de la degustation. Et comem l ecrit une coache, je prends vraiment le temps a chaucne de mes bouchees, entre ses bouchees a elle !

- moi qui ai du mal a reconnaitre la satiete, il m arrive souvent de ne pas prendre le dessert a table car je me consacre a ma petite puce fatiguee qui a besoin d etre vite couchee tellement elle s est frotte les yeux avec des mains pleines de jus de fraise ou autre ; quand la demoiselle est couchee, et qu eje me demande si je vais prendre ce dessert, je me rends souvent ocmpte que je n ai plus faim alors que sans la coupure, j aurais pris ce dessert de toutes facons ! bien souvent il ne me reste pas assez de place donc pour un dessert, mais juste assez pour un petit carre de chocolat que je savoure avec un cafe decafeine. En plus cela prend une saveur particuliere car c est pris avec le papa, bebe couche, un moment profond de detente pour nous deux.

Je ne sais pas comment ce sera lorsque nous aurons deux enfants mais pour l instant, ces moments me sont precieux !

Et quand la demoiselle se fait difficile, ne veut pas manger, on pose devant elle les aliments prevus pour le diner y compris le dessert, elle choisit, et on la laisse jouer avec son verre et sa fourchette si elle ne veut pas manger ;) au debut cela me coutait, et puis je me rends compte qu elle est bien plus sage que moi !

Anick.
Abonné

Tu es pleine de sagesse, CecB! Les jeunes enfants sont de bons professeurs d'écoute de soi et de pleine conscience!

CecB.
Ancien abonné

Pleine de sagesse ... hum, peut etre ne serait-ce pas le cas si j avais un enfant plus difficile cote nourriture !! j'ai de la chance et j en profite ;)

Hypomee.
Abonné

Bonjour ! 

C'est mon tout premier message ici !

Le problème de la "gestion" des enfants durant les repas m'a tout de suite sauté aux yeux quand je me suis inscrite. Je connaissais déjà la "méthode" et je savais que ce serait compliqué... 

Pour ma part j'ai une fille de 16 mois qui tantôt refuse de manger quand je suis à ses côtés, tantôt refuse son plat bébé et veut manger dans mon assiette. Impossible donc de prévoir de la faire manger avant, puisque son comportement est imprévisible.

Cela me stresse car je souffre de TCA depuis mon enfance, et le fait qu'elle se serve de la nourriture pour s'opposer à moi m'est particulièrement douloureux.

Souvent, mon repas se réduit donc à un tour "à la pompe", comme dit M. Apfeldorfer, un morceau de fromage englouti debout dans la cuisine...

Je n'ai pas de solution, vous l'aurez compris, mais suis ravie de pouvoir enfin échanger avec des personnes qui ne me vanteront pas le dernier régime à la mode.

CecB.
Ancien abonné

Bonjour Hypomee,

Ton message me fait reagir vu que j ai une petite cherie de 12 mois ;)

Deja, je pense qu il ne faut pas identifier la phase par laquelle passe ta fille aux problemes que tu as pu avoir : elle n a pas de TCA, elle est juste une petite fille tres saine qui veut s affirmer par tous le smoeyns qu elle a a sa disposition :) Rappelles toi bien que c est normal et qu elle n a pas de probleme !!

Ce qui m interpelle dans ton message, c est qu elle refuse parfois la nourriture "bebe" - peut etre t envoie-t-elle un message ? A 16 mois, beaucoup d enfants n ont plus envie de manger bebe et souhaitent evoluer.

Le plus simple c est souvent d essayer d adapter le repas familial, et pour l experimenter je trouve ca assez facile.

Par exemple, tu as envie d'une salade grecque : tu la prepares comme d habitude pour toi, et pour ta fille tu prepares sur une jolie assiette des batonnets de concombre si elle aime prendre des bouchees de gros morceaux d aliments qu elle tient dans sa main, sinon des petits morceaux qu elel prend a la main ou que tu lui donnes a la fourchette ; des petits morceaux de tomate (cerise si ca te dis, ils preferent souvent c est plus doux) ; des petits morceaux de feta, et enfin de spetits morceaux d olive noire denoyautee. En plus tu en apprendra un peu plus sur ces gouts - est ce qu elle melange tout abvant de manger ? Est ce qu elle finit d abord une categorie d aliments avant de passer au reste ? Essaies aussi de lui mettre a cote des petits bouts d epain toaste, tu seras peut etre surpirse de son attitude ;)

Notre diner hier soir : tarte a la carte. Cuisinee sans sel pour nous tous, les adultes salent dans leur assiette, servie avec une salade verte pour nous, des tomates cerises pour elle....

Bien sur il faut accepter que l endroit du repas soit  assez ... sale :) et ne pas s en preoccuper pendant le repas - tout ce qui compte, c est de passer un moment agreable, ou ta fille experimente les aliments, ses envies, et toi tu as aussi le temps de manger meme si ce n est pas parfait tout de suite !

Et pour me simplifier la vie j ai achete un aspirateur a main, qui aspire aussi les liquides ;) quand on sort de table, j aspire la table, la chaise haute, le sol, petit coup d eponge et c est fini !!

 

Courage a toi !

CecB.
Ancien abonné

[quote=CecB]

 

Notre diner hier soir : tarte a la carte.

[/quote]

OUps... nous avons mange une tarte a la carotte ;) pas a la carte

Anick.
Abonné

Peut-être que ce n'est pas necessairement un moyen pour ta fille de s'opposer à toi. Ma fille a 15 mois et est très difficile à table, un peu dans le genre de la tienne, mais on essaie que ce moment soit le plus agréable possible pour elle, avec des plats colorés qu'elle peut manger elle même, de la musique, de la bonne humeur... C'est moi qui doit travailler sur moi même pour ne pas le prendre personnel lorsqu'elle ne goute même pas avant de tout jetter par terre, ou alors qu'elle joue avec la nourriture sans manger et qu'il y en a partout sauf dans sa bouche. Lorsqu'elle ne veut pas manger, c'est correct. Elle mangera plus de collations, ou alors elle mangera le lendemain! Ici, c'est surtout l'inquiétude qui me rongeait, vu son très faible poids, mais j'essaie de lui faire confiance, de faire confiance en ses propres signaux de satiété et de croire qu'elle mange ce qui lui convient. De toute façon, on ne peut pas forcer un bébé qui ne veut pas à manger, sous peine qu'il mange encore moins et qu'il se mette vraiment à utiliser la nourriture comme moyen d'opposition bien légitime. Ne pas manger quand on en a pas envie, c'est un droit, et c'est sain pour un enfant de le faire savoir!

 

Je suis comme toi stressée avec l'alimentation de ma fille, mais je me rends compte qu'elle gère très bien et que l'important, c'est de la laisser se développer sans la contaminer avec mes idées intellectuelles de l'alimentation, elle qui sait déjà se réguler, même si elle n'est décidément pas amoureuse de la bouffe...

Je t'envoie plein de courage!

Pomdereinette.
Abonné

Merci pour ce post ! Mes loulous ont respectivement 2 et 6 ans et difficile de s'écouter quand les repas se passent à essayer de maintenir un peu d'harmonie tout en ayant un semblant de conversation avec le papa !

Déjà me réconforte la remarque d'Annick : 10 fois 10 secondes, c'est déjà pas mal :-)

A vous lire je me dis qu'il faut peut-être aussi apprendre  déléguer : laisser plus le papa s'occuper du plus jeune, ne pas se lever constament pour répondre à toutes les demandes... Je sens qu'il va y avoir de la responsabilisation dans l'air :-)) 

Haut de page 
X