Mon bonheur se mesure en kilos... - le 27/10/2011

Lisette.
Abonné

Je fais ce constat effroyable... Je caricature un peu le trait, mais pas tant que ça.

Je ne comprends pas ce qui a pu me mener là. Je me rends compte que le poids qui s'affiche sur la balance donne le ton à ma journée (ou mes journées entre 2 pesées). Je ne parle même pas de la taille des vêtements que je peux enfiler ou de mon aisance à bouger, non, c'est le chiffre qui parle. S'il baisse, je me sens d'attaque pour ma journée, je suis de bonne humeur, s'il monte, je me sens morose, nulle... Autant vous dire qu'avant un entretien, il a interet à descendre laugh

Je ne suis pourtant pas afficionados de la mode, je ne souhaite pas ressembler aux jeunes filles très minces des catalogues, je ne juge pas les gens sur leurs poids, pourquoi moi, j'ai construit cette mesure?

Je ne pense pas que ça ne concerne que moi cela dit... Quand je vois les gens qui perdent du poids et qui se transforment, sont plus confiants dans la vie, plus entreprennant, je me dis que même si la minceur ne fait pas le bonheur, pour certains, c'est tout de même vrai !

Comment comprendre ce comportement? Comment changer ce regard? J'ai l'impression qu'il y a là une clé... mais qui m'échappe encore.

Merci et bonne route à tous ! smiley

Commentaires

Pomdereinette.
Abonné

Idem ici. Le poids sur la balance donne le ton à ma journée, ou semaine (j'espace les pesées).

En même temps, en-dessous d'un certain poids je me sens fragile, fragilisée, et paf, compulsion. Histoire de retrouver la femme "forte" dans tous les sens du terme.

Pour moi je l'explique par un conditionnement acquis dansl 'enfance. Pesée une fois par semaine, avec Maman qui contrôlait le poids sur la balance. Sourire et félicitations si perdu, regards noirs et réprimandes (des deux parents) si repris. J'ai 47 ans... mais la petite fille continue à réagir en-dedans.

Par chance, je vis avec un hôm et deux louolus qui se fichent éperdument du poids de leur compagne/maman et l'aiment quel que soit ses variations. Alors les jours de blues je me mire dans leur regard, et j'essaye de surtout pas leur faire payer mon désarroi intérieur.

maily.
Abonné

Et si vous mettiez la balance à la porte? 

J'étais aussi comme vous, une compulsive de la balance, à me peser jusqu'à 2 fois pour vérifier le poids que j'avais vu la minute d'avant qui, bien sur, variait.

Depuis que je suis arrivée sur linecoaching, j'ai lu partout qu'il fallait arrêter de se peser, parce que ça génère du stress. Et j'ai essayé. Et je me suis pesée tous les 15 jours. Et j'ai vu que j'avais perdu du poids, du coup, paf, EME, et paf, reprise du kilo perdu.

Alors, j'ai décidé de suivre les conseils de tout le monde et j'ai mis ma balance dans une pièce où il est plus difficile d'aller se peser, loin de ma salle de bain! Et je peux me concentrer sur moi, uniquement moi, pas le poids que je fais qui en fait ne me définit pas du tout...

 

Lisette.
Abonné

Votre réponse est drolement interessante :) J'avoue que ça me fait un peu peur, je ne suis pas sure d'y etre prete. Mais j'ai perdu un peu de poids là, je vais essayer d'arreter de me peser avant un moment en gardant cette bonne nouvelle...

Je ne sais pas pourquoi mais ça me fait peur de ne pas me peser, je ne me vois pas grossir ou maigrir, alors je ne saurais pas du tout où j'en suis. Et puis si je prends du poids, je préfere réagir avant que ça ne dégenere. Et puis régulièrement ma mère me demande où j'en suis surprise Je sais, c'est naze... Mais ça m'angoisse.

Merci pour votre réponse, vraiment, probablement pas je voulais entendre, mais une piste à suivre.

babydols.
Abonné

Lisette,

J'étais comme toi avant, mon poids gérait ma journée :

Poids en baisse :  la journée commencait bien, j'avais le sourire

Poids en hausse : crise de larme, dégout de moi meme, journée pourrie en perspective

 

j'ai viré la balance !!! je me suis liberée d'un sacré poids !!!! pas le poids du corps, le poids de l'angoisse !!!! et ça fait sacrément du bien

car au final, un poids c'est juste un chiffre, peu importe lequel, ce qui compte, c'est la silhouette, c'est se sentir bien dans ses fringues

quand on grossit, on se sent tout de suite boudinée, serrée dans son pantalon, pas besoin de balance pour le voir.

la balance ça sert a peser les aliments, mais pas les gens, on est pas des objets, une personne ne se résume pas a un nombre de kg !!!!!

 

ALLEZ OUST VIRE TA BALANCE ( ou retire les piles et range - la dans un placard) !!

zouzou.
Abonné

coucou les filles !!! je suis comme vous et la je viens d en faire les frais , hier heureuse car perdu et ce fut l escalades des EME grrrr du coup aujourd hui je suis pas bien physiquement car je me sens ballonnes , envie de vomir , et mal dans ma tete car je me sens nulle , triste, et je sais que  jai repris je le sens  !!  j ai l impression d etre de nouveaux dans le cercles des regimes grrr l affrontement de la balance et moi meme !!!

je crois que je vais ecouter vos conseils et dire au revoir a gigi ma balance  mdr mdr et oui je vois la difference dans mon comportement , je ne  metais pas ser et  jarriver a me concentrer sur mes sensations, mes sentiments , ma faim ect....................... et depuis hier c est  linverse !!

courage les filles on va y arriver !!

bonne aprm bisous

Flowerbomb.
Abonné

alé les filles tout le monde cache sa balance !

moi je l'ai fait il y a quelques mois et je me suis aussi libérée du poids de l'angoisse de me peser

et c'est vrai, la meilleure mesure sont les vêtements

savylaeti.
Abonné

C'est clair, très clair, archi clair: je me porte beaucoup mieux quand je ne me pèse pas, et bien sûr surtout quand je n'y pense même pas! Il faut arriver à se souvenir que ce n'est PAS important et que l'important c'est de gérer ses émotions et ses envies de manger et de mieux se connaître, un point c'est tout. Le fait de mettre la balance au grenier, assez difficile d'accès, m'aide beaucoup, et tous les 15 jours environ j'y monte pour 'vérifier' mais je ne me laisse pas influencer par ce que j'y vois. Je me suis inscrite le 3 août et 3 mois plus tard je n'ai perdu que même pas 2 kg, mais qu'est-ce que j'ai gagné en souplesse d'esprit, en sérénité, en spiritualité... Ca, c'est divin! Courage les filles, la balance est notre pire ennemi, sachez-le!

savylaeti.
Abonné

Je voulais aussi dire que, à la (GRANDE!) limite, ce qui compte c'est si on fait 80 ou 70. Mais qu'on fasse 78 ou 80, ou 70 ou 72, qu'est-ce que ça peut faire?! Et ces mesures par dizaine, ben ça ne peut pas se faire sur une semaine ou 2 (ou alors c'est qu'on est devenue anorexique! et encore...) DONC ça ne sert à rien de se peser si souvent. Plus on s'écoute, plus le corps nous écoute et nous respecte et moins on a d'EME et donc moins on mange. Enfin à mon avis :)

jpzermati
Votre coach

Bonjour Lisette,

Ce que vous décrivez c'est l'action du stresseur poids. Le stresseur poids n'est pas un poids. C'est une idée. Une pensée qui englobe tout ce que l'on pense, en bien ou en mal, des gens mlinces ou des gens gros.

Ce stresseur est déclenché par un nombre incaclulable de situations : la balance, les miroirs, les repas, l'été, les magazines, les discussions sur le poids, la vision d'une personne mince ou en surpoids... Il influence la façon de manger. Il peut renforcer les comportements de restriction ou déclencher des EME. Il nous coupe de nos sensations alimentaires.

Derrière tous ces déclencheurs se cachent des peurs et des blessures. La peur d'être rejeté, exclu et celle d'être jugé comme une personne sans volonté. Et même de se considérer soi-même conme une personne sans volonté.

Ce stresseur se cache derrière la peur de grossir, de ne pas maigrir, ou de regrossir. Il peut aussi bien empêcher de maigrir, faire grossir ou  regrossir après une perte de poids.

Se débarrasser de ce stresseur suppose un travail profond d'acceptation de soi ainsi qu'une réflexion sur la place du corps dans les relations soaciales et humaines. Et également sur la place de la volonté dans la question du poids.

Dans un premier temps, le plus simple reste tout de même d'éviter la fréquentation trop assidue de la balance.

La valeur d'une personne ne se mesure pas en nombre de kilos. Nous le savons bien. Mais ça ne fait de mal de se le répéter de temps en temps à soi même.

Je vous suggère la lecture de ce très bon livre A 10 kg du bonheur de Danielle Bourque.

A très bientôt.

JP

Haut de page 
X