Posture RPC et Bodyscan - 22032012

GsiK.
Abonné

Bonjour Messieurs les docteurs,

 

Je souhaitais vous demander si cela était obligatoire de réaliser la RPC et le Bodyscan en position assise et sur une chaise, peut-on le faire sur notre canapé assise en tailleur pour la RPC et allongée sur le dos pour le bodyscan?

Ou est-ce qu'il est necessaire de garder une certaine forme d'inconfort physique lors de ces exercices afin de nous entrainer à tolerer nos inconforts emotionnels et physiques du quotidien?(base de la méthode PC si j'ai bien compris) 

J'ai une autre question concernant le bodyscan, est-ce normal de ne pas avoir de perception du bas de mon corps, bras et visage, je ne sens que mon bassi-fesses-dos?

 

Merci pour vos réponses!

Commentaires

Pomdereinette.
Abonné

Perso, si je ne pratique pas sur une chaise somnolence et endormissement sont au bout, voire en milieu de parcours !

anneau.
Abonné

Personellement, je pratique la rpc en tailleur (j'ai un coussin de meditation) et le body-scan couchée (meilleure sensation corporelle). Je ressent aussi un certain inconfort sur la chaise et j'ai l'impression de penser à garder la "juste" position au lieu de me concentrée sur l'exercice, mais ce serais interessant d'avoir l'avis d'un coach.

lore.
Abonné

alors je vais peut-être passer pour une mauvaise élève mais pour moi la rpc, je préfère la faire à ma façon plutôt que pas du tout et le plus souvent c'est allongée sur mon lit, je sais que c'est comme ça, par étapes que je pourrai me relever... Et pour le body scan, la première fois que j'ai voulu pratiquer comme je n'arrivais pas à me concentrer mentalement sur les parties de mon corps, j'ai fait tout l'exercice en me massant les parties du corps concernées : le gros orteil gauche, les orteils, le pied etc La fois d'après je n'en ai plus eu besoin, et encore maintenat il m'arrive de le faire allongée, ça me fait du bien alors qu'assise je ne le ferais pas. Je me dis que ces exercices-là je préfère me les approprier d'abord parce que si je me mets la pression à vouloir suivre la consigne à tout prix, j'abandonne. Je ne me mets pas d'interdit ce qui ne veut pas dire que j'associe rpc et détente nerveuse, car j'ai pu expérimenter l'arrivée à la conscience de pensées douloureuses, et finalement j'avance quand même...donc à mes yeux ce qui compte c'est le but : se réconcilier avec moi-même tant pis si je ne m'assois pas à chaque rpc, déjà quand j'arrive à en faire une je suis bien contente

GsiK.
Abonné

Merci à vous pour vos réponses qui font part de vos propres expériences!

Cependant, j'aurais aussi besoin d'une réponse d'un des 2 doc...

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

 

Bonjour jess2210,

Quels sont les objectifs des exercices de pleine conscience dans la méthode LineCoaching ? Ils visent à augmenter votre tolérance émotionnelle, diminuer les pensées automatiques, votre fatigue mentale, la nécessité de faire appel à des conduites d’évitement émotionnel, par exemple de type alimentaire.

On se centre sur un élément du présent, par exemple la respiration, et on examine à partir de là d’autres éléments qui apparaissent dans ce moment présent. Vis-à-vis des pensées, cela conduit à rester contemplatif, sans suivre ses pensées et les considérer comme des problèmes qui nécessitent des solutions, des soucis qui nécessitent des raisonnements.

Il se peut que certaines séances soient agréables, induisent du calme et un sentiment de relaxation, mais ce n’est pas le but recherché.

Pour travailler sur la tolérance émotionnelle, on peut utiliser l’inconfort des postures, ou bien des sensations déplaisantes comme des démangeaisons, ou encore des bruits pénibles. Dans une situation d’inconfort, on notera les pensées qui apparaissent, les émotions, les sensations physiques qui en découlent. On le fera avec curiosité et bienveillance, en prenant note que c’est ainsi qu’on réagit. Notre impulsion de base est de mettre fin à cet inconfort. On y résistera, pour mieux étudier l’inconfort. Puis, lorsqu’on estimera qu’on a suffisamment exploré l’inconfort, si celui-ci est toujours là, on modifiera sa position, en pleine conscience, afin d’examiner comment il se modifie lorsqu’on bouge, lorsqu’on se gratte…

Bon, alors vous pouvez, j’espère, désormais deviner ma réponse à vos questions : on adopte une posture quelconque, qui au bout de 10 à 20 minutes deviendra de toute façon peu confortable (saut peut-être, la position couchée, pour le body-scan). On peut s’asseoir sur une chaise, ou sur un coussin ou un banc de méditation, ou par terre en position du lotus (si on en est capable). Qu’importe. Nous avons plutôt préconisé la position assise, parce que les personnes en surpoids ou obèses ont de la difficulté, parfois, à adopter les positions traditionnelles comme par terre avec soussin et jambes croisées, ou lotus.

Traditionnellement, le body-scan se fait position allongée, pour un meilleur ressenti, comme le note anneau, mais dans tous les groupes auxquels j’ai participé, la moitié des personnes s’endorment ! Aussi, je préfère la position assise.

Il est possible que vous perceviez mieux certaines parties du corps que d’autres, et certaines peuvent vous sembler insensibles. Si tel est le cas, vous noterez mentalement ce fait, sans jugement. Et vous poursuivrez votre chemin. À la prochaine séance, vous verrez s’il en est toujours ainsi, ou bien non. Avec curiosité et bienveillance. Il n’y pas de bonne au de mauvaise sensation.

Haut de page 
X