quelle est la différence entre une EME et manger en stressant de peur de ne pas pouvoir s'arrêter - 02022014

anthezome.
Abonné

je m'explique, c'est l'heure du gouter, j'ai faim, aucun problème à la base, c'est la chandeleur je fais des crêpes avec mes enfants

 

premier problème j'adoooore les crêpes et j'ai toujours du mal à m'arrêter !! donc quand je commence à manger une crêpe ou que même je la cuis, j'angoisse déjà

j'ai respiré et tout et tout mais bon....`

je mange la 1ere en dégustant trés trés lentement, mais je les ai faite trés fine donc j'ai du mal à sentir le gout de la crêpe, du coup je fais autre chose avant de manger la 2éme pensant que ca m'aiderait.... ben non je n'éprouve pas la force, la volonté d'arrêter, pas de sentiment de satiété, alors une, deux, trois, quatre crêpes d'enfilées plus 3 carrés de chocolat et la enfin c'est bon je n'en veux plus...........

 

bon alors c'est quoi ça ? une EME? Comment faire ? ca me fait ca avec les crêpes mais aussi les gateaux , le chocolat....

Commentaires

Patience
Marraine

anthezome,

Personnellement, je vois derrière ce moment une EME liée à la peur de grossir.

Tu dis que, dès que tu commences à cuire une crêpe, tu ressens déjà de l'angoisse. Je suppose que c'est l'angoisse de ne pas pouvoir s'arrêter tellement c'est bon ; et donc de grossir car tu en auras mangé trop...

Tu parles également d'autres aliments tels que les gâteaux et le chocolat. Je suppose que ce sont des aliments que tu as classé dans la catégorie "grossissants" ; comme les crêpes, peut-être...

Enfin, tu écris que tu n'as pas la volonté de t'arrêter. Et je crois que c'est le Dr A. qui le disait : quand on a le sentiment de ne pas pouvoir s'arrêter de manger, c'est une EME.

Conclusion, je dirais qu'il n'y a pas de différence entre une EME et manger en stressant de peur de ne pouvoir s'arrêter. Tout ça = EME.

Cela dit, au bout de 4 crêpes et 3 carrés de chocolat, tu n'en voulais plus. Tu avais trop mangé ? Ou bien, ma foi, tu as mangé à ta faim en respectant ton envie ?
Si c'est le cas, moi je dis bravo ! Ca veut dire que, malgré ta peur, tu as réussi à te connecter à tes sensations et que tu as pu t'arrêter une fois arrivée à satiété. Et ça c'est top !

Au plaisir de te lire

anthezome.
Abonné

effectivement patience en te lisant je m'en rends compte, non je suis fière car j'ai réussi à m'arrêter avant d'avoir ce sentiment de ballonement qui est présent quand j'ai trop mangé donc......

izabelle
Animatrice forum

anthezome, si tu avais faim, alors comme tu dis, aucun problème!!!

si c'était une petite faim,  le sentiment de satiété est plus dur à repérer pour moi, parce que la faim est très vite comblée

si c'était une bonne faim,  pourquoi pas plusieurs crepes très fines, cela ne semble pas excessif

peut-être bien que la satiété c'était à ce moment-là.....

 

j'ai l'impression que tu culpabilises de manger, alors même que tu as faim......

peut-être que tu n'es pas habituée à cet aliment, que tu n'en manges pas souvent, donc c'est tout à fait normal d'avoir du mal à sentir la satiété

d'ailleurs c'est mon cas, je mange rarement des crepes, et à chaque fois j'ai du mal à sentir la satiété, je suis "entre-deux"  c'est à dire que mon mental intervient beaucoup, mais mon corps n'est pas très affirmatif

alors il y a une sorte d'incertitude un peu inconfortable  (surtout quand on veut tout contrôler!!!!)

il faut accepter cette incertitude, écouter ton corps du mieux possible  et te concentrer sur le gout et sur ta faim....

on ne peut pas faire parfaitement à chaque fois, mais c'est dans ce genre d'expérience qu'on apprend à mieux se connaitre et à expériimenter réellement nos sensations

octobrerouge.
Abonné

oui, c'est vrai, il y a parfois de l'incertitude au niveau du corpset la tête contôle....

anthezome.
Abonné

c'est vrai ce que vous dites.....

 

gouter, je rentre en angoissant à moitié, j'avais faim bon je commence en stressant de ne pas m'arreter car j'avais envie de tout !!!! je me fais plaisir avec un truc au chocolat puis une pomme pour me caler et la ben je me mets à faire un truc que j'ai arreté à 19h, heure de manger donc tout est ok pour ce soir j'ai réussi à m'arrêter en réflechissant.... respirant....

anthezome.
Abonné

fiere de moi j'ai bien géré le gouter !!! je commence à stresser, je respire, je me dis je me prends 3 trucs qui me font plaisir, j'avais faim, mal géré la gamelle du midi, j'ai eu faim toute l'aprés midi.....

je prends mes trucs, je déguste et au bout de 2 ben j'avais plus faim, j'ai arrêté trop fière de moi j'ai savouré, profité !!! en plus devant la télé !!!

cilou_cile.
Abonné

[quote=izabelle]

alors il y a une sorte d'incertitude un peu inconfortable  (surtout quand on veut tout contrôler!!!!)

il faut accepter cette incertitude, écouter ton corps du mieux possible  et te concentrer sur le gout et sur ta faim....

on ne peut pas faire parfaitement à chaque fois, mais c'est dans ce genre d'expérience qu'on apprend à mieux se connaitre et à expériimenter réellement nos sensations

[/quote]

tout pareil que toi izabelle wink

et anthezome, toi c'est les crêpes, moi c'est la raclette: quand j'en prévois une, je me mets la pression direct en me disant que je ne saurai pas m'arrêter. Résultat, alors que je sens que je n'ai plus faim et que je n'en ai plus envie, je mange quand même, comme si il ne fallait pas faire mentir la prophétie wink mais bon, ça n'arrive quasiment qu'avec cet aliment, surement parce qu'il est très tabou et lié à plein de choses enfouies en moi. Je l'accepte, peut être qu'un jour ça ira mieux.

et pour reparler de cette incertitude, je sais que quand elle arrive, c'est que je suis à quelques bouchées de la satiété. Et comme je me mets une grosse pression pour arrêter à la bouchée près (moins maintenant heureusement!), eh bien, ça déclenche cette incertitude et ce sentiment de malaise. Je l'accepte et je continue de savourer ce que je mange. Et si ma bouche ne veut plus manger, je m'arrête, en vivant avec ce malaise...oui, tout ne peut pas être parfait.

izabelle
Animatrice forum

bravo anthezome,  tu vois s'arrêter quand on a plus faim c'est possible!!!

bien sûr cilou-cile, sur le fromage moi aussi je peux avoir du mal,  parce que c'est très rassasiant, et du fromage sur le plat principal, je suis un peu chamboulée, je crois que c'est normal

c'est bien que tu renonces à vouloir respecter ta satiété à la bouchée près,  car cela met une pression inutile,   le tout est de d'écouter  "au maximum", au mieux,  et de toute façon on ne mange pas une raclette tous les jours non plus

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

EME ou pas EME ?

Anthezome, votre incapacité à vous arrêter de manger quand vous avez commencé me semble principalement due à la peur de manquer. Lorsque l’on diabolise un certain nombre d’aliments, que l’on culpabilise lorsqu’on les consomme,  on a tendance à continuer à manger une fois que l’on a commencé. On se situe dans un système tout ou rien. À l’inverse, lorsqu’on s’autorise à manger ce qu’on aime,  sans interdit, sans culpabilité, alors pourquoi continuer à manger lorsque notre plaisir faiblit ?  On sait que l’on pourra revenir à ces aliments-là dès que l’envie nous en prendra.

Une peur de manquer est bien évidemment une émotion et nous sommes bien dans le cadre d’une envie de manger émotionnelle. Nous appelons cela des émotions alimentaires et nous parlerons plutôt d’émotions extra-alimentaires en ce qui concerne les émotions qui découlent du reste de notre vie.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’on est dans l’émotion, on ne peut plus percevoir clairement ses sensations de faim et de rassasiement. On mange pour calmer l’émotion, uniquement.

Ces peurs de manquer, les peurs de grossir, sont essentiellement abordées au moyen des exercices alimentaires de banalisation des aliments riches du programme. Ils vont vous permettre de dédiaboliser tous les aliments, ce qui vous permettra de constater que vos appétences ne vous conduisent pas à les désirer en permanence. Quant aux émotions extra-alimentaires,  ce seront les exercices de pleine conscience qui devraient vous permettre d’augmenter votre tolérance émotionnelle, de prendre de la distance par rapport à vos pensées et vos émotions, de pouvoir les vivre sans les fuir, sans chercher à les éviter en mangeant de grosses quantités de nourriture.

Encore un détail : ne soyez pas perfectionniste en ce qui concerne l’écoute des sensations alimentaires. Manger « trop » n’est pas anormal, ni catastrophique. Considérez votre alimentation sur la durée (disons 10 jours). Après le flux, le reflux, après avoir mangé beaucoup, on a moins faim et les apports se régulent. Ce n'est que si cette régulation ne se fait pas qu'on peut considérer qu'on mange "trop".

anthezome.
Abonné
C est tt a fait vrai docteur je me retrouve dans tt ce que vs dites. J ai hate de faire l exercice pour dediaboliser les aliments car je pense que c est vraiment la peur d etre privee de nouveau. La je viens de le refaire mais je vais suivre vos conseils et de ce fait reguler le repas suivant par rapport a ma faim et je déculpabilise en me disant c pas grave c ce que j aime faire c comme ca et au fur et a mesure j en mangerais moins
FRED73
Marraine

Moi, j'ai peur de manquer de tout ! Je n'ai pas d'aliments tabous et mange de tout. Je finis toujours mon assiette même si je n'aime pas ce que je mange !!! Je n'arrive pas à me dire, je n'aime pas je laisse. Quand je sais que je n'aime pas je ne me sers pas.

Avec le reste, j'ai beaucoup de mal à me servir moins parce que j'ai l'impression d'être au régime même si je sais que je pourrai me resservir. Et pour moi la régulation ne se fait pas parce que c'est toujours pareil : je mange pratiquement toujours trop ! Quand je mange moins que d'habitude, même si j'ai assez mangé, je me dis que ce n'est pas possible de manger si peu et j'ai alors des EME pour "rétablir la situation". J'ai du mal à accepter de manger moins même si je sens bien que je n'ai pas physiquement besoin de plus, même si je me sens mieux dans mon corps, moins lourde quand je mange à satiété ( cas extrémement rare !).

Je ne sais pas si vous allez pouvoir m'aider, j'ai l'impression que c'est un peu insoluble tout ça !

izabelle
Animatrice forum

Fred, de mon coté j'ai eu cette phase aussi,  et je me suis aperçue, en ce qui me concerne, que c'était parce que ma tête  prenait  "le controle",  toutes ces pensées controlantes qui viennent s'inviter genre  "tu n'as pas assez mangé, tu auras forcément faim dans l'après-midi"

on a peur de se faire confiance,  de se mettre dans cette incertitude qui est si inconfortable pour notre coté  controleur

ce que je fais dans ces cas là : j'accueille les pensées, du genre  "ok,  mission controle a démarré,  inquiétudes, incertitude.....  le package est là...."    et je me reconnecte à ma sensation, par exemple la sensation dans mon estomac qui me dit  :  "je te jure, je n'ai plus besoin,  plus de tension, ici c'est la paix"

en fait je me recentre sur la sensation de satiété  (laquelle est assez imperceptible,  mais pour ma part, je la ressens comme une sorte de paix au niveau de mon estomac qui ne tire plus)   tout en accordant  le moins d'importance possibles aux pensées controlantes

si vraiment elles me gavent,  je me recentre sur la vision  de la barre protéiné que je pourrais manger dans l'après-m si j'ai faim, je la vois, bien là dans mon sac,  et je me recentre sur mon estomac, son bien-être,  comme il est bien, là.....

 

ça n'empeche que les pensées controlantes reviennent systématiquement,  surtout quand je vois que je mange peu (et que ça m'inquiète, oui,  on est des être bizarres, mais qq part c'est normal)...    mais je leur accorde de moins en moins d'importance, ce sont justes des pensées qui passent

le truc c'est de ne pas lutter contre, car cela les renforce,  mais de se centrer sur la sensation,  dans le moment présent

 

voilà pour ma part,  ce que je fais pour ne plus me faire  diriger par ma tête et la calculatrice folle (des calories).....

bien sûr quand je m'écoute, je fais des journées à beaucoup beaucoup moins de 2000 kcal dont j'ai entendu que soi-disant c'était la ration normale pour une femme,   alors tous ces chiffres qu'on nous balance, c'est n'importe quoi, ça ne fait que nous angoisser....

revenir à son corps,  à ce qu'on sent, là maintenant

et tout à l'heure,  eh bien ça sera tout à l'heure

mavo.
Marraine
Comme ça paraît simple, limpide, évident, intelligent... Mais pourquoi est-ce si difficile à automatiser ? J'en reviens à une question que j'avais déjà il y a quelques mois. Quand je suis en train de trop manger, je ne pense pas, je n'ai pas un centimètre de recul pour me dire "hello la peur de manquer", je suis dans l'absence complète... Comment mettre de la conscience et de l'écoute de soi quand on n'est pas là ?? Remettre encore une fois l'ouvrage sur le métier !!
Patience
Marraine
mavo, Peut-être que je me trompe. Mais je crois qu'une fois qu'on est lancée dans cet automatisme qui est de manger, manger, manger, eh bien c'est quasiment impossible de s'arrêter... Justement parce qu'on est en pilotage automatique. Parfois on pense à s'arrêter, mais on n'y arrive pas parce qu'on est dans un système et pas dans un autre... Selon moi, la solution est dans le travail de deconstruction de cet automatisme, petit à petit, à froid. Afin qu'il se grippe même dans une situation tendue. Voilà comment je vis cela. Je comprends que plus je pratique la pleine conscience, plus je me deconditionne, plus les EME sont light... Peut-être auras-tu d'autres regards de la part des autres filles ! Au plaisir de te lire !
FRED73
Marraine
Alors c'est donc ça, je suis encore dans le contrôle! C'est vraiment pas simple de se rendre compte que l'on est sous son emprise. Je ne m'en étais rendue compte que pendant la journée du 20 avril avec le docteur Zermati. Mais je pensais être plus dans l'écoute. Je suis encore dans la lutte aussi : lutte contre tout ce qui m'embête et que oui je voudrais maîtriser ! J'ai encore beaucoup de mal à laisser passer les choses que je ne maîtrise pas. J'ai peur que la situation m'échappe en fait. En y réfléchissant, je me rends compte que ne pas contrôler les choses me fait super peur. Je m'en rends compte aussi avec mes enfants et avec mes élèves : les enfants sont totalement incontrôlables !!! J'ai peur que tout parte en vrille, que la situation dégénère et que ce soit le chaos (rien que ça !). C'est donc un problème de confiance en moi, en mon corps. Si je ne contrôle plus rien que va t'il arriver ? Je sais pourtant intimement que notre corps sais mieux que quiconque ce qui est bon pour lui mais, mais ... Merci Izabelle de me permettre de clarifier tout ça.
anthezome.
Abonné
Je suis pareil fred. En plus apparemment on fait le meme metier.... d aailleus en parlant de se faire confiance c le probleme que j ai avec ma balance. Je me pese car je ne me fais pas confiance. Je verifie.... je me suis pesee ce matin pres 10j d abstinence lol. Un vrai miracle ben la j ai decouvert que ces 10j de teavail avec le site m ont ete benefique j adhere donc encore plus car je me sens bien je me prive moins. Je m écoute. Je me regule sur plusieurs repas et surtout j arrete de vouloir me changer mais je m accepte avec me defauts en essayant de pouvoir les cobcilier avec un poids stable
mavo.
Marraine
Oui Patience, tu as raison, et cette déconstruction prend du temps. Un temps qui me paraît infini parfois, mais que sont quelques mois face aux 25 années qui précèdent ? Fred, complètement en phase, tout ça tourne autour du contrôle et de la peur de se faire confiance. J'en étais là en avril dernier, et je voulais "prendre mon envol". En réalité, je ne me suis jamais fait assez confiance pour vraiment lâcher prise, mais je crois quand même que parfois j'arrive à lâcher la rampe pour faire un pas ou deux sans filet ! Je suis engagée dans un processus long, lent. Et c'est tout l'inverse de mon mode de fonctionnement habituel (aller vite, avoir vite des résultats). Donc je cherche tout le temps l'effet baguette magique, le déclic qui va tout changer. Il faut que je fasse mon deuil du déclic, il n'y aura pas UN déclic. Il y a et il y aura des tout petits pas. Les uns après les autres...
izabelle
Animatrice forum

mavo, pour acquérir des automatismes, y'a pas de secrets :  refaire et refaire encore et encore......

dans notre tête, on voudrait  :  déclic : on a compris,  ça y est c'est bon!!!!

on est marrantes, qq part......

dans la réalité  c'est   répéter, répéter, répéter   avant qu'un automatisme se mette en place

 

il y a aussi des défauts d'automatisation dans toutes sortes de domaines, par exemple la dyslexie, la dyspraxie....

alors si ça se trouve,   on peut aussi avoir plus de mal que la moyenne d'automatiser ce truc-là, pourquoi pas?

dans ce cas, c'est la conscience qui prend le relais,   le temps que l'automatisation se mette en place

 

Fred,  c'est normal, je ne crois pas que le but soit d'accepter de ne plus rien controler,   parce que de toute façon c'est mission impossible, et puis le controle est utile dans plein de domaine de vie, et notamment pour le travail  (enfin pour certains travaux)

pour ma part j'ai compris que ma volonté de controle faisait partie de moi, mais j'essaie de l'orienter plutôt vers les choses que je peux  "réellement"  controler,  c'est à dire mes actes

donc renoncer à controler l'incontrolable : mes pensées, mes émotions, les pensées, les émotions et les actes des autres

plutôt que de me dire que je dois "arrêter de controler"    j'essaie plutôt de me dire, dans une situation qui l'exige,  que je dois  "accepter l'incertitude"

ça cible mieux ce qui nous pose problème,  car  notre controle a un sens, un but, nous protéger de l'incertitude,  donc si on veut juste l'arrêter, cela ne fonctionnera pas,    il faut juste, à mon sens, accepter l'incertitude dans les domaines où le controle ne peut de toute façon pas s'exercer

tu as justement l'occasion d'en faire l'expérience à chaque fin de repas  : accepter l'incertitude de cette satiété pas encore apprivoisée

si tu cherches volontairement à te confronter à cette incertitude,    pas forcément à chaque fin de repas,  mais genre plusieurs fois par semaine,   ça sera plus facile

tu prends rendez-vous avec ton incertitude  et tu fais connaissance avec elle

FRED73
Marraine
Merci Izabelle, C'est vrai qu'il vaut mieux se dire " j'accepte l'incertitude" que "j'arrête de contrôler " aussi pour la bonne raison que quand on se dit "j'arrête de contrôler",on se contrôle pour arrêter de contrôler ce qui est tout de même un comble ! Alors que si on se dit " j'accepte l'incertitude" pas besoin de se contrôler pour accepter. L'acceptation ne vient pas du contrôle mais du lâcher prise. Acceptation donc, mais aussi confrontation avec les pensées et les émotions. En fait c'est : confrontation avec les situations que l'on veut eviter puis acceptation des émotions qui vont surgir. Comme Mavo, j'attendais un déclic mais il n'y en aura pas si je ne me confronte pas à l'inconfort.
mavo.
Marraine
Merci à toutes les deux... Confrontation et acceptation, j'aime bien l'idée. Travailler encore et encore et encore les automatismes, ça ne fait pas rigoler... Mais personne n'a dit que LC était facile, n'est-ce pas !?! :-)
Haut de page 
X