Rapport de l'ANSES - le 09/05/2012

tamar.
Abonné

Bonsoir tout le monde.

Je ne sais pas très bien où poster cela, ce n'est ni une question ni une révolte ni un appel au secours, simplement un cri d'horreur, que je voudrais partager avec vous.

Comme nos docs parlent du rapport de l'ANSES à toutes les sauces, j'ai eu envie de le regarder d'un peu plus près, et comme je suis une perfectionniste invétérée, je me suis tapé la totalité de ce pavé. Que vous dire ? Il ne contient rien de nouveau par rapport avec tout ce que nous avons déjà entendu ici, mais le toucher du doigt comme ça, c'est tout à coup autre chose...

Comme de juste, j'ai retenu d'abord ce qui concerne mon petit Moi, à savoir les femmes ménopausées ou dans ces eaux-là, et comme nous sommes un certain nombre dans le secteur, il fallait absolument que j'attire votre attention. Je ne sais pas si l'ostéoporose est un mot terrifiant pour vous, mais il l'est certainement pour moi, qui ai vu ma mère, décédée à un âge très avancé, passer les trente ou trente-cinq dernières années de sa vie à littéralement s'effriter en petits morceaux. Citez-moi un seul os de son corps qui n'ait pas subi de fracture ! Et les dernières en date, quelques mois avant sa mort, sont survenues spontanément, en position assise. Croyez-moi, ce n'est drôle pour personne. Bref, pour en revenir à nos moutons, voici ce que j'ai appris :

 

La pratique des régimes amaigrissants est délétère pour l’intégrité du capital osseux

(impact sur la masse osseuse et donc probablement sur le risque fracturaire).

· Un faible poids ou toute perte de poids, même de peu d’amplitude, peuvent exacerber le

processus d’ostéopénie à la ménopause ou lié à l’âge (1% de variation de masse osseuse pour

5-6 kg perdus).

· Les fluctuations de poids corporel (qu’elles soient volontaires ou non) sont considérées

comme éléments prédictifs de la masse osseuse. Par conséquent l’historique de l’évolution

pondérale est un paramètre important à considérer dans la gestion du capital osseux.

· La pratique d’une restriction calorique basée sur une réduction des apports lipidiques

s’avère délétère pour le capital osseux.

· Les régimes hyperprotéiques, ainsi que toute surcharge sodée, dans des situations

extrêmes, peuvent engendrer une acidose métabolique se traduisent par une fuite urinaire de

calcium.

Et ce n'est pas tout, pour faire court, plus on est vieux plus les régimes sont dangereux :

 

Concernant les personnes âgées, à la différence de l’adulte jeune (Prentice et al. 1992), la succession

de perte et reprise de poids conduit après 65 ans à une perte de masse maigre et au gain de masse

grasse (Lee et al. 2010).

 et ça, naturellement, justement au moment où on a plus de mal à faire du sport et où on a besoin plus que jamais de toute sa masse maigre.

Tout le monde en prend pour son grade, d'ailleurs: les enfants, les femmes enceintes, les hommes sportifs, bref, dans tous les cas de figure, on se démolit la santé par les régimes. Encore quelques exemples :

 

La perte de poids conduit à une augmentation de la libération des polluants organiques

persistants qui ont pour conséquence des perturbations des systèmes endocrinien,

reproducteur et immunitaire, des dysfonctionnements métaboliques, pouvant contribuer à la

reprise de poids, des troubles du développement, ainsi que des cancers.

· La reprise pondérale concerne 80% des sujets à un an et augmente à long terme.

Bref, s'il m'arrivait de lorgner un peu de temps en temps vers les régimes en voyant l'absence de résultat, comme sans doute pas mal d'entre vous, cette fois c'est définitivement fini, ce qu'il me reste de santé, au moins que je fasse le nécessaire de mon côté pour le conserver jusqu'à la fin, c'est la moindre des choses  qu'on se doit à soi-même, non?

Doc, existe-t-il une version light de ce pavé quand même un peu indigeste? Dans ce cas, ce serait une oeuvre de salut public de la poster quelque part dans le site. Merci en tout cas d'avoir attiré notre attention dessus.

Commentaires

lissiboa.
Abonné
merci Tamar c'est intéressant !
Ederl.
Ancien abonné

Waou !!!!!! c'est de la bombe !!!!! et dire que ce sont des mèdecins qui prescrivent des régimes, c'est totalement fou, absurde et violent....

Alexandra.
Abonné

Purée, ça fait peur ! Bien contente d'avoir ouvert les yeux sur les régimes !

Holimione.
Abonné

Merci Tamar pou avoir eu le courage de tout lire et nous retranscrire ici ce qui t'a le plus marqué...

effectivement, cela fait réfléchir.... je suis juste à la ménopause (52 ans), et comme je viens de me faire opérer du genou, le chirurgien m'a justement dit que j'avais les os "en mauvais état"... en clair que que j'avais de l'ostéoporose....

=> je crois  que je vais me préoccuper de cela sérieusement, avant que cela ne dégénère davantage => je crois que l'homéopathie a quelques remèdes intéressants en la matière..

 

en tout cas merci encore.

dernière chose : peux tu m'indiquer le lien de ce rapport stp ??

 

 

merci !!

 

@ +

yayie.
Abonné

merci d'avoir lu le rapport pour nous et d'en avoir tiré un résumé.

tamar.
Abonné

 

Holimione, désolée d'avoir mis tant de temps à te répondre, je n'étais pas à proximité d'un ordinateur.Voici le lien:

//www.anses.fr/Documents/NUT2009sa0099Ra.pdf

Bonne continuation,

Tamar

Narméa.
Abonné

hé bé..... ça fait froid dans le dos ce truc là....

Marie-Paule.
Abonné

Eh bé !

Je viens de lire le machin en diagonale : que autre son de cloche par rapport à ce qu'on entend ici en Belgique, où régulièrement le gouvernement veut nous mettre au régime, en diffusant entre autres bêtises un spot télé particulièrement "lourd" : on y voit un jeune homme mince croquant une pomme et son copain obèse mangeant "des crasses".  Devinez quoi ? le jeune homme mince deviendra le patron de la "boîte à la pomme croquée" et l'autre.... ben, rien.

Ce rapport est déculpabilisant pour ceux et celles qui hésiteraient encore à faire le pas de se sortir du cycle des régimes (parce que être mince c'est bon pour la santé, etc...). Non, il y a un réel danger pour la santé à vouloir maigrir à tout prix, ouf, c'est dit, enfin !

A 50 ans, vouloir maigrir m'a coûté : 40 kilos de plus que le poids pesé la première fois chez WW, une dizaine de dents et la pose d'implants pour les remplacer, un genou en compote et une capsulite rétractile. Et j'ai bien de la chance, d'après le rapport !

Donc c'est décidé, je m'en tiens à mes sensations alimentaires et je continue mes gentils petits exercices pour rester en mouvement !

Merci pour cette diffusion ! 

Haut de page 
X