restriction quantitative plutot que qualitative - 16112011

lizzz.
Abonné

Chers Docteurs,

je n'ai plus d'aliments tabous, par contre je suis en restriction face à la quantité.

Si je mange plus que ce que ma tête avait pensé, je culpabilise.

la nature de l'aliment n'entre pas en compte. La quantité oui.

Quand on parle de "manger moins" pour mincir, tout en respectant sa satiété, sa faim. ça veut dire qu'on se "limite" au niveau quantité?

Dans "maigrir c'est dans la tête" on parle calories / modération. Du coup, je me dis : pour mincir faut manger moins, et non, pour mincir faut manger à sa faim.

Vu que je ne connais pas "mes besoins". Je pensais être une petite mangeuse, mais je me rends compte que je "souhaite" être une petite mangeuse pour mincir. vite et bien.

Bref, c'est ma tête qui commande pour le moment et je pense que si c'est si difficile pour moi, c'est que je m'efforce de manger de petites quantités. je n'écoute donc pas forcément mes sensations, je m'oblige inconsciemment à manger "cette quantité".

et j'essaye de me convaincre que j'ai mangé assez, que je me suis écoutée. Alors parfois ça marche! mais souvent je compulse sur le repas suivant, ce qui veut bien dire que je suis frustrée, d'avoir mangé si peu.

Je ne suis pas sûre que mes questions sont claires, dans la mesure où je sens bien qu'en moi, tout cela est confu......

j'espère que vous comprendrez et que vous pourrez m'apporter conseils et réponses à mes interrogations.

 

Commentaires

lys.
Abonné

Bonjour Lizzz

je suis aussi dans la meme problematique que toi si je mange ce qui me fait plaisir ,ma tete me dit de ne pas en manger beaucoup parce que j ai peur que mon plaisir ne s arrete pas,j ai l impression que cela doit aussi etre dans le programme car le dr Zermati dit que c est le plaisr qui devient régulateur..... Personnellement il me semble etre encore trés loin de ce moment là

bises lys

Pomdereinette.
Abonné

Il me semble que plus vous prendrez le temps de vraiment déguster, de trouver du plaisir, justement, moins vous aurez besoin de la quantité.

Je dis "il me semble" pasque déguster, pas simple... (en tous cas pour moi)

lizzz.
Abonné

Non c'est pas dans ce sens là, c'est à dire que j'angoisse par rapport à la quantité que je mange et non la qualité.

Si j'ai très faim, je mange  en dégustant, mais  j'aurais tendance à décider de m'arrêter quand j'estime que ça fait beaucoup en quantité.

Et là, que ce soit du concombre ou des bonbons, c'est pareil, je vais me dire que ça fait "trop" visuellement, sans penser à : faim ou pas faim?

même si j'ai bien fait de manger ça, car j'avais faim, c'est clair ou pas?

Dans ma tête pour mincir faut manger peu, mais très très peu! et du coup, je culpabilise en permanence car je trouve que je mange trop! (même si c'est faux) car après de long discours intérieur, je sais que c'était pas trop...... enfin bref, j'suis pas claire, j'le sens bien......

Pomdereinette.
Abonné

C'est moi qui ai répondu trop vite, parce que je crois avoir bien compris.
Ce que je voulais dire, c'est que si tu parviens à réellement goûter, déguster ce que tu manges, plutôt que t'angoisser sur la peur du trop (même si non effective) la quantité juste te semblera alors une évidence, que tu n'auras plus besoin d'essayer de quantifier intellectuellement. Enfin, je crois.

Suis-je plus claire ?

Et... bonne dégustation ;-)

capuccino
Marraine

Lizzz,

Si tu écoutes vraiment ta faim, il n'y a aucun risque que tu grossisses même si tu manges trop à un repas. Il te suffit d'attendre d'avoir à nouveau faim pour remanger et ça suffit à ne pas te faire grossir.

Il y a des gros mangeurs, des petits mangeurs qui se connaissent. Nous, notre problème c'est qu'on en sait rien. D'après ce que j'ai pu observer chez moi, je suis une petite mangeuse.

Par rapport à mes périodes de régimes, je mange moins en quantités mais plus riche en qualité et donc cela s'équilibre. Moi aussi j'ai peur de trop manger et comme jai encore du mal avec la sasiété (enfin je crois) quand j'ai un doute je m'arrête AVANT de trop manger quitte à remanger une petite collation plus tard.

Aujourd'hui, je suis allée au restaurant et j'ai remarqué avoir pris de nouvelles habitudes : un petit peu d'entrée, 1 seule tranche de viande avec un peu de haricots rouges sur lesquels je suis revenue car j'avais encore un peu faim et j'avais surtout gardé de la place pour un sorbet...J'aurai dû m'arrêter au bout d'une cuillère ou deux mais ma gourmandise a eu le dessus. Tout ça faisait sans doute un peu trop mais je n'ai grignoté quelque chose que vers 21 heures (pas de repas complet ce soir, juste une petite bouchée de fromage et un yaourt). Je crois que c'est ainsi que les choses s'équilibre. Le fait de décider d'une quantité est un début, après il faut analyser le retour de la faim ou pas et à quel moment. Si c'est juste en sortant de table, c'est que tu n'as pas assez mangé en quyantité ou en qualité...

lizzz.
Abonné

En fait, je n'ai pas de soucis de ce côté là, je mange, je m'arrête...... mon souci est de culpabilisé si je mange une grande quantité alors que j'ai faim.

Comme si ma tête revenait en mode régime et me disait : "oh la la tu manges tout ça, tu vas grossir" alors que je sens bien que j'avais faim et que je n'ai pas trop mangé.

je pense que je n'arrive pas à me faire assez confiance, car normalement, on mange différente quantité à chaque repas, même si ça se "vaut" mais parfois on a une plus grosse faim et des fois une toute petite, moi j'aurais tendance à m'imposer une petite quantité.

Je pense que c'est dû aux régimes, car je comptais les calories, mais surtout je pesais tout, tout le temps, au gramme prêt, et du coup, ça doit m'avoir laissé des traces.

Quand je faisais WW, à l'époque de flexi point, je comptais pas 1 ou 2 points, je prenais les calories / le sucre et je faisais la formule de calcul, si c'était 1.2, je notais 1.2 LOL

bref, au gramme prêt, à la virgule prêt.

j'ai du mal aujourd'hui à me "laisser m'adapter" à des quantités différentes.

on est largué dans cette méthode sans "filet", "sans cadre" c'est le but, de devenir autonome, et je crois que ce qui est le plus dur c'est de s'adapter quotidiennement, à des repas différents, en goût, en qualité, en quantité......etc

Bref, il suffit de se faire confiance et de s'écouter et j'y arrive, maintenant, de mieux en mieux, mais toujours cette petite culpabilité qui se pointe en me disant c'était trop! alors que mon corps, me dit pas ça du tout, je me sens bien et légère après le repas.

C'est ma tête qui n'est pas en harmonie avec mes sensations.

J'crois que j'suis toujours pas claire hihihi...... désolée, je me rends compte à quel point c'est compliqué de décrire ses sensations, ses émotions...... son ressenti

waimea.
Abonné

Si si tu es trés clair !

Je suis comme ça aussi.

C'est à dire que dans ma tête il y a une quantité de nourriture ingurgité "acceptable" et la suite me fait culpabiliser. 

La méthode m'aide car à force d'écouter mes sensations je me rend compte qu'il y a des repas ou je peux manger 2 fois plus car j'ai bosser de 7h du matin jusqu'à 20h et que je me suis beaucoup depensé. Un jour ou je ne travaille pas et ou je suis à la maison, tranquille (et oui pas encore d'enfant donc je peux m'accorder de vraies pauses) un simple bout de fromage et de pain me rassasie.

Mais il est vrai que j'ai moi aussi du mal à me faire confiance car lorsque j'ai une grosse faim, je culpabilise parfois de ce "trop mangé visuel ou intellectuel" qui comme tu le dis est une sorte de restriction.

Je pense que c'est par l'expérience, en écoutant nos ressenties dans divers situations, à des repas et circonstance différents qu'on va apprendre à se faire davantage confiance et à lacher le controle.

On a tellement intégré le message qu'il faut souffrir et faire des efforts pour mincir que ça parait inconcevable qu'on puisse juste s'écouter et être bien. C'est fou car même en expérimantant les sensations et notre satiété, la tête et les cerveau veux encore dominer et controler.

La RPC aide beaucoup pour être plus dans la sensation et moins dans l'intellect.

Pour le moment je n'ai pas résolue non plus cela car dés que je lache le controle ... je grossis ... donc je n'ai pas encore trouvé l'équilibre entre l'écoute de me sensations et le lacher prise sur les quantités.

ça va venir, on est en chemin

 

 

 

jpzermati
Votre coach

Bonjour Elise,

Vous avez raison. Il n'est pas facile de se faire confiance quand on a perdu ses repères. Sans repères physiologiques, on est bien obligé de manger avec sa tête. Mais c'est un piège. On ne peut plus en sortir.

Pour le moment, vous mangez donc plus en fonction de l'idée que vous vous faites de vos besoins que de la réalité de vos besoins.

Ce n'est qu'une étape, cela va s'améliorer.

Essayez la confiance en soi, vous verrez ça ne marche pas trop mal non plus. Je sais vous n'avez pas l'habitude. Mais croyez-moi, pour les sensations alimentaires, ça vient plus vite que vous ne le pensez.

Et puis dites-vous que dans ce domaine aucune erreur n'est irréparable. Si vous dépassez votre satiété, votre faim vous dira ensuite de manger moins, plus tard ou peut-être même pas du tout. Et alors !

C'est en procédant ainsi, par tatônnement successifs, que vous pourrez réinstaller vos propres repères. En rapport avec les beoins réels de votre corps et non plus en rapport avec un nombre de points ou les conseils des uns et autres.

Laissez vos sensations faire leur travail et mettez votre cerveau au repos.

Bon courage.

JP

Haut de page 
X