Révélations - 28012012

capuccino
Marraine

A lire et relire les échanges des forums, des chats et à avancer dans ma lecture de certains livres (les vôtres messieurs A. et Z.) certaines choses m'apparaissent comme évidentes aujourd'hui sur la manière dont j'ai pû faire face à mon intolérence émotionnelle pendant aussi longtemps avant que tout n'explose. 

Mon poids a commencé à augmenter l'année où mes parents nous ont envoyé ma soeur et moi, vivre chez notre grand-mère. Cette année-là j'ai pris 10 kilos et ma soeur est devenue encore plus ronde que moi. Notre prise de poids a été régulière jusqu'au moment ou chacune de nous a pris le problème à bras le corps et l'a réglé comme elle a pu.

A 18 ans j'attaquais mon 1er régime WW, l'année d'après mon père décédait et ma soeur devenait anorexique.

J'ai commencé à fumer au travail, pour faire partie d'un groupe, pour apaiser le stress généré par la mort cotoyée de trop près, les responsabilités et aussi pour son effet anorexigène.

Je fêterai dans quelques jours le 4ème anniversaire de mon arrêt du tabac. C'est à ce moment-là qu'au niveau poids tout s'est vraiment emballé avec cette incapacité à maintenir très longtemps les restrictions alimentaires auxquelles je m'astreignais depuis 30 ans sans jamais arrêter plus de quelques jours. 

Aujourd'hui je viens de réaliser que ce ne n'est pas mon intolérence émotionnelle qui a augmenté mais que le tabac jouait comme la nourriture un rôle d'évitement face aux émotions, exactement comme la nourriture. En arrêtant le tabac, j'ai perud une béquille et c'est pour ça que je boite plus maintenant. D'ailleurs l'année de cet arrêt, je pleurais souvent comme ça sans raison apparente, en me mettant devant ma table à repasser, à la terrasse d'un café...comme cela m'arrive encore souvent.

Je ne sais pas si la prise de conscience aide à avancer mais en tout cas ça me rassure sur le fait que m'on cas ne s'est pas "aggravé" ces dernières années. Je suis toujours la même.

Vraiment merci à vous de donner à chacune de nous des réponses précises et claires qui apportent beaucoup à celle qui aposé la question mais aussi à celles qui lisent les réponses.

Commentaires

Lia.
Abonné

Ca me parle ton message. J'ai usé dans ma vie de beauocup de stratagpmes pour faire face comme je pouvais à mes émotions qui me semblaient parfois tellement destructrices. J'ai utilisé la lecture sur un mode boulimique pendant des années, aujourd'hui encore j'ai toujorus 3-4 livres en route en même temps et je me balade toujours avec un livre "au cas ou" même à la piscine!. La cigarette aussi, dans le milieu des soins paradoxalement c'est très fort les pauses clopes, cette idée de relâcher la soupapa, de s'accorder une pause pour "souffler".

Et me dernière clope doit dater de 2002-2003. Ensuite grossesse, fin des régimes,et difficulté à perdre du poids. Hors l'aspect cigarette je ne l'avais pas vu sous cet angle a pu jouer dans la délingue niveau poids. Mais je suis très heureuse d'être non-fumeuse cela n'a pas de prix. Et je crois beaucoup à la valeur de ce programme et de tous les outils qui nous sont proposés. Enfin pour moi ca semble plus long que pour d'autres mais ma foi......le temps qu'il faudra à chacun n'est pas significatif d'un "échec" ou d'une "réussite", enfin c'est ce que je me dis.

Merci pour tous tes messages sur le forum.

jpzermati
Votre coach

Bonjour capuccino,

C'est effectivement une jolie prise de conscience.

Fumer est un évitement émotionnel comme la nourriture. Ou bien d'autres statégies qui n'ont l'air de rien. Bien sûr on pense à l'alcool, l'internet, les jeux sur téléphone, la lecture, la télévision, le sport...

Naturellement on peut aussi lire pour se cultiver, faire du sport pour entrenir sa condition physique. Le probème ne se pose que s'il s'agit d'un évitement émotionnel trop systématique qui finit pas entrainer des état de dépendance et altérer le bon fonctionnement psychique. Comme manger !

Cette prise de conscience vous fera avancer en renforçant vos motivations à travailler dans ce sens. Vous devez augmentez votre tolérance émotionnelle. D'une part pour améliorer vos troubles du réconfort et d'autres part pour votre intolérance émotionnelle ne vous entraine pas à mettre en place de nouvelles stratégies de subsitution.

Car beaucoup de personnes qui arrêtent de fumer se mettent à manger. Ou beaucoup de personnes qui font des régimes se remettent à fumer. 

Bravo !

JP

Flowerbomb.
Abonné

Eh bien...........je suis toujours surprise et émue pas tant de confidences sur ce site..........je vais aussi faire une révélation qui n'a rien à voir avec la cigarette (même que j'ai arrêté de fumer il y a 9  ans) mais j'ai envie de raconter.

 je n'ai jamais été grosse ni même en surpoids, plutôt mince même. mais, bien entendu je me suis toujours trouvée "grosse" alors j'ai toujours fait attention à ma ligne et de temps en temps je faisais des régimes. en fait, rien de transcendant jusque là. et puis, à 33 ans, j'ai fait une dépression en fait j'étais en dépression depuis fort longrtemps mais je ne lâchais pas prise j'étais dans le contrôle de mon être. et un jour, tout cela s'est écroulé d'un jour à l'autre, mon armure est tombée et je suis tombée en enfer. et là, soit je me prenais en main soit je me laissais mourir. alors j'ai entamé une psychothérapie ce qui m'a sauvé la vie. je vous passe les détails, mais voilà ce qui est arrivé : j'ai pris 12 kilos en 3 mois. c'était terrible et cela a duré 5 ans, où j'allais me coucher 3 fois par semaine sur le divan. j'ai tellement pleuré que je pensais ne plus avoir de larmes dans mon corps. mais le pire céitait tous ces kilos et le pire encore c'est que j'ai commencé à grossir alors que j'allais mieux, que je redécouvrais la couleur du ciel, le parfum des fleurs, bref, j'ai fait un régime et j'ai tout repris bien entendu et depuis, je me bats contre mes bourrelets.

mais je viens seulement MAINTENANT, donc 15 ans après et grâce à LC de prendre conscience de quelque chose : je mange par émotion lorsque je suis bien, que je me sens heureuse et contente, et fière de moi. et j'ai découvert tout dernièrement que mes EME sont exclusivement pendant les repas. comme il y a 15 ans, je "croquais" la vie à pleine dents chaque fois que je me mettais à table.

voilà, tout ça pour dire que oui, je pense que la prise de conscience aide à avancer. même si c'st long. mais cela fera de nous de meilleures personnes.

Haut de page 
X