salivation excessive - 15012015

Elda.
Abonné

Bonjour,

Je suis sur le point de terminer l'étape "je découvre la faim". Je n'ai eu aucun mal, pendant 2 jours, à me passer de petit déjeuner, car effectivement je n'avais pas faim. Ma faim est revenue une heure avant l'heure du déjeuner, à 14h30, ici en Espagne, et j'ai donc attendu l'heure du repas en restant à l'écoute de mes sensations. Chez moi, la faim se manifeste par un creux à l'estomac et davantage de salivation.

Le motif de mon post est le suivant : à plusieurs reprises, après avoir pris un repas , donc retardé par rapport à l'apparition de la faim, j'ai continué à produire un excès de salive important. J'avais bien mangé, donc plus faim, et cette salication excessive était déroutante et incommodante. Je voudrais savoir à quoi cela est dû et si c'est arrivé à d'autres. 

En d'autres moments de la journée, le même phénomène s'est reproduit. Salivation excessive sans autre symptômes de la faim. Je me demandais alors si c'était une manisfsestation de la faim, mais j'ai du mal à l'associer à la faim, sans creux à l'estomac en même temps.

Merci de me donner votre avis !

.

Commentaires

Paquito
Parrain

Bonjour Elda, c'est amusant, car je subis moi aussi ce phénomène de salivation excessive. J'ai essayé d'en parler sur le chat, j'ai même envoyé un message à mon coach, mais je n'ai pas trouvé d'explication convaincante. Chez moi, ça se manifeste dès que je me remets à vouloir travailler sur ma façon de manger. Dès que je me remets à observer mes sensations alimentaires, je me mets à saliver, surtout après les repas, alors que je sais pertinemment que je n'ai plus faim. La réponse que j'ai reçue (et qui me sert) est que la salivation n'est pas un signe de faim, mais d'envie de manger. C'est pourquoi j'associe cette salivation à une EME. J'aimerais te dire que ça finit par passer, mais pour moi ce n'est pas le cas. Je me demande si cela n'arrive pas parce qu'on est encore dans le contrôle, et qu'on réagit à l'observation de nos sensations alimentaires comme s'il s'agissait d'un régime.

Tu le vois, je n'apporte pas vraiment de réponse, mais au moins tu sais que tu n'es pas seule !

Francisco

Chléa.
Abonné

Ben pareil pour moi : salivation = envie de manger...

C'est probablement ce qu'on apelle " avoir l'eau à la bouche " ...

Tres différent ( pour moi ) d'avoir " l'estomac dans les talons " (= faim)

Parfois les deux sont mélés ...

Mais juste la salivation,sans le reste,pour moi c'est juste envie de manger

Apres ,lessensatiosn sont tres différentes d'une personne à une autre je pense..;d'ou l'interet de bien se connaitre, d'avoir bien repéré nos PROPRES sensations ..

Ce qui est loin d'etre simple..

Elda.
Abonné

Merci à tous les deux pour vos réponses !

Paquito, c'est exactement ça, je ressens la même chose. 

Je viens de faire une pause dans mon programme LC, une semaine, pour cause de rhume superlatif et de soucis familiaux. Eh bien, dès que je me remets à respecter et attendre ma faim : rebelote, salive, salive, même après le repas et donc quand je n'ai plus du tout faim.

C'est donc une EME, sans doute, particulièrement vicelarde je trouve !

Tout de même, ayant posté ce message sur le fil Vos questions à Gérard Apfeldorfer et à Jean-Philippe Zermati

j'aurais apprécié d'avoir une réponse des docteurs !!!! Est-ce qu'ils lisent le fil qui portent leur nom ?

malala.
Ancien abonné
Bonjour, Vos messages sont rassurants!!! Je me voyais encore comme un ovni!!! Je ne sais pas si vous avez repassez voir ce sujet qui commence à dater. Personnellement, j ai commencé LC il y a une dizaine de jours et l hypersalivation est apparue hier soir! La journee se passe...je dine mais l insomniaque que je suis a a nouveau faim 4h apres le repas...et puis je me lâche en mangeant vite..et mange plus que ma faim! sans vider le frigo (hier un donut et ce soir un bol de cereales) Alors avant j aurais juste culpabilisé! Aujourd hui,etant a l écoute de mes sensations...ben je la trouve tres inconfortable,cette sensation et sans baver je sans mes glandes salivaires travailler... Edt ce que ca s est arrangé pour vous depuis?
vs64.
Ancien abonné

Bonjour

je suis nouvellement inscrite (1 semaine)   et j ai decouvert pour ma par la description des symptomes de la faim avec etonnement pour la salivation...   je ne sais pas si c est lié, mais pour moi,   ce symptome apparait depuis de nombreuses années  dès que je subis un stress intense, une angoisse etc.

 et , lorsque j étais fumeuse, et que j avais envie d une cigarette.  c'est d ailleurs lorsque j ai arreté de fumer il y a 3 ans, que  je me suis apercue de cette salivation  et de ce 'gout' etrange' dans la bouche. j ai essayé de stopper cette salivation avec des pastilles, des chewings gums, des chocolats , de la nourriture....

du coup je me dis  que tout ces elements sont liés,  le stress, l angoisse, l envie de fumer, l envie de grignoter ??   ce qui est sûr c est que cela  m arrive independement de la faim, parfois meme en fin de repas, 10 minutes apes avoir 'bien' mangé !! 

c  est d ailleurs en train de se passer là tout de suite, et du coup j essaie de reflechir dessus et de laisser venir pour ne pas metre quelque chose dans la bouche et faire disparaitre cette salivation, car je ressens bien que je n ai pas faim..!  

c est deroutant, d autant que c est une sensation desagrable,  je l associais avant au syndrome de sevrage de la nicotine, est c e que c est un symptome d angoisse ? 

Paquito
Parrain

Bonjour,

je profite de ce nouveau message pour réagir sur ce fil. J'ai eu l'occasion de poser la question directement au Dr Apfeldorfer lors de la journée à Paris que j'ai passée il y a quelques mois. Selon lui, c'est une habitude, une sorte de manie. Le moyen de s'en défaire serait de ne pas y attacher trop d'importance, de "saliver en pleine conscience", et ça devrait passer.

Pour ma part, ça ne passe pas. C'est plus ou moins fort selon les moments, mais ce qui est sûr, c'est que ça apparait dès lors que je m'efforce de respecter mes sensations alimentaires. 

Alors oui, je pense que ça peut être lié à l'angoisse. L'angoisse de ne pas y arriver, de ne pas suivre le programme correctement, etc.

Paquito

vs64.
Ancien abonné

merci Paquito de ta reponse.   je vais essayer de laisser venir cette sensation sans vouloir la faire disparaitre à chaque fois, on  verra bien si ca passe ! 

bonne soiree

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

Bonjour à tout le monde et je vous souhaite le meilleur pour l'année qui vient de démarrer.

Je vois, Paquito, que la salivation continue à vous tracasser, et que vous êtes loin d'être le seul dans ce cas. Bon, je vais essayer de reprendre les choses à ce sujet et de refaire le point.

La salivation peut être déclenchée par bien des choses: tout d’abord, une envie de manger.

Une envie de manger peut être due à la faim, et lorsqu'on a faim, par la vue d'un aliment qui nous semble appétissant. C'est le cas le plus banal et c'est pourquoi on associe la salivation à la faim.

Comme vous le savez aussi, une envie de manger peut être de nature émotionnelle. Il peut par exemple s'agir d'anxiété ou bien de tout autre émotion dont nous cherchons à nous défendre en mangeant.

Mais je ne crois pas que ce soit le cas le plus courant. Et comme Ivan Pavlov l'a découvert depuis bien longtemps, la salivation est très facile à conditionner. Une fois créé un lien entre un événement et le fait de saliver, la survenue de l'événement fera automatiquement saliver. Il peut bien sûr s'agir d'une clochette, mais aussi d'une simple pensée. Des pensées de bonne nourriture, bien sûr, des pensées d'interdiction de nourriture, des pensées de prises alimentaires. Et là où ça devient un peu pernicieux, c'est lorsque la pensée en question concerne elle-même la salivation. Le fait de simplement surveiller sa salivation et de s'inquiéter de ce que l'on salive peut devenir un stimulus conditionnel qui fait saliver !

Comment se sortir d'un tel cercle vicieux ? Le plus simple, comme je l'avais dit à Paquito, est de laisser ce conditionnement se tarir de lui-même. Si on peut effectivement conditionner un chien à saliver au son d'une clochette, ce conditionnement cesse au bout de quelques temps si aucune nourriture n'est jamais associée au son de la clochette.

Je vous conseille donc… de saliver en pleine conscience, c'est-à-dire d'observer votre salivation, la façon dont vous déglutissez, le circuit que la salive suit, les pensées qui peuvent vous venir dans ces moments-là, tout cela en pur observateur, sans chercher à modifier quoi que ce soit, avec curiosité et bienveillance. Peu à peu, les choses devraient se calmer d'elles-mêmes. Elles se calmeront d'autant mieux que vous ne chercherez pas à les calmer.

Et rappelez-vous que cette salivation n’a en fait aucune conséquence négative. On peut saliver à cœur joie autant que l'on veut sans qu'il se passe rien de particulier. Il s'agit juste d'un désagrément, tout particulièrement si on a décidé en son for intérieur que cela ne devrait pas exister.

Haut de page 
X