soirée arrosée et comportement alimentaire - 20042014

acdc.
Abonné

bonjour à tous,

 J ai fait l'expérience hier d'une soirée bien arrosée et du coup je me dérêgle à fond. Le problème est que cela ne se produit pas juste le soir même mais aussi le lendemain...où je mange des tas de trucs sans limite.

En fait, je vois bien que comme j'ai fait des exces la veille, je me sens nulle, coupable et que cela me pousse à avoir envie de manger du sucre, du gras...en quantité énorme. plus je mange plus je m'en veux. résultat, je me sens grosse gonflée et nulle.

avez vous observé la même chose pour vous? comment vivez vous cela?

 

merci!

Commentaires

mavo.
Marraine
Oui. L'alcool est un désinhibiteur et il ne rend pas service pour ce qui est de rester bien connectée à ce que ton corps demande. Dès que je bois un peu trop, je "dérape" beaucoup plus. C'est-à-dire que le discours interne, que je repère maintenant mieux à jeun, reprend complètement les commandes et me fait trop manger. (Par exemple, des pensées du genre "oh ce soir, c'est bon, j'ai bien le droit de manger plus"). Ensuite clairement le lendemain peut être vécu dans la culpabilité, ce qui engendre des EME. Le conseil des Dr A et Z sur l'alcool, c'est de prendre un peu ses distances, au moins au début du programme. Ceci étant dit, si tu as une soirée trop arrosée, gérer le lendemain est tout à fait possible. Ça passe par du lâcher-prise, de l'acceptation, de la RPC pour accueillir le sentiment de culpabilité, le laisser vivre... Comme pour toute EME, en fait. Je ne suis pas convaincue d'avoir été super claire... :-)
acdc.
Abonné

merci pour ton message..qui est très clair!

je pense en effet que l'alcool ne me rend pas service ni sur le coup ni après; aujourd'hui c'est EME sur EME...dur dur; heureusement que je suis inscrite ici sinon je serais bien déprimée.

là je me dis que je ne me sens pas bien ce jour mais je suis rassurée sur le fait que je me saisis de l'approche line coaching pour avancer. ça change pas mal de choses dans l'état d'esprit quand même.

vivement être plus sereine avec la nourriture et avec mon corps!

capuccino
Marraine

Si sur le moment de son absorption l'alcool t'empêche d'être au plus près de tes sensations alimentaires, brouille tes signaux de faim et de satiété, le lendemain, on est dans un autre domaine. On est dans le domaine des EME. Tu ne manges plus parceque tu as faim ou tes signaux brouillés mais parce que tu ressens des émotions négatives vis à vis de ce que tu as mangé (en trop sans doute).

Je ne sais pas où tu en es dans le registre de la pleine conscience mais là aujourd'hui, il serait intéressant d'accueillir ton ressenti visà vis des émotions qui viennent te rendre visitent et de respirer avec.

N'oublie pas que personne n'est parfait, personne ne mange exactement selon ses besoins. Chacun fonctionne du mieux qu'il peut. Hier, j'ai mangé un peu plus, parce que j'avais besoin de réconfort, parce que j'avais un peu  trop bu ou parce que je voulias encore prolonger le plaisir que j'éprouvais à manger ce merveilleux boeuf bourguignon en compagnie de mes amis. Quelle importance ? C'est ainsi que fonctionnent les mangeurs régulés. Si je suis à l'écoute de mes sensations alimentaires, tout rentrera dans l'ordre dans les jours à venir. Nous ne sommes pas des machines.

acdc.
Abonné

merci, cela fait tellement de bien de lire vos réponses; je me sens moins seule et moins fachée contre moi même ce qui est énorme

Hobbinat.
Abonné

Ben, moi aussi j'ai ce problème ! Avec l'alcool c'est difficile !

Hier, j'ai partagé un barbecue avec des amis. A l'apéro, pas de problème, je prends un verre (de vin rosé) et je mange sans abuser un peu de boudin et de jambon avec un morceau de pain. Je n'avais déjà plus fin après ça, mais je ne voulais pas rater le clou de la soirée : une côte de boeuf  grillée ! La aussi, rien de bien méchant, (il y avait environ 150g de viande par personne) je me suis régalée et ai vraiment apprécié le morceau et le vin qui l'accompagnait (un bourgogne 1er cru que mon père m'a offert). Un verre de cet excellent vin. cheeky

C'est là que j'aurais dû m'arrêter. 

Mais je ne l'ai pas fait ! Je ne SAIS PAS FAIRE ! J'ai repris un verre parce que le vin était trop bon. 

Et  après, j'ai carrément dérapé.

Ce verre en a appelé un autre puis un autre... je pense qu'à la fin de la soirée au lieu de deux verres j'en ai bu cinq ou six (impossible de dire exactement combien !) et comme je buvais, je mangeais, probablement pour éponger l'alcool en trop ! Pain, fromage, pain fromage... Puis café au lait et chocolat (là je suis restée raisonnable)

Mais bon sang ! Pourquoi est-ce que je ne peux pas m'arrêter au deuxième verre !!! 

Inutile de dire que ce matin, j'ai le foie en vrac et que je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout contente sadde moi ! 

Est-ce que ça vous arrive ?  enlightenedcomment gérez-vous ça ? Comment puis-je m'arrêter alors que je suis déjà sous l'emprise de l'alcool au deuxième verre !? Je ne bois jamais en dehors de ces moments de convivialité et je ne voudrais pas en arriver à me priver totalement d'alcool, j'aime trop les bons vins ! 

Haut de page 
X