spécialistes de la santé vs votre méthode ? - le 14/07/2011

Tayiam.
Abonné

Bonjour,

 

D'abord, un tout grand merci pour ce site qui permet un suivi même en l'absence de nutritionniste "éduqué" à votre méthode.  :-D

 

Je voulais vous poser une question qui m'oppresse depuis de longues semaines : comment aborder votre méthode avec des professionnels de la santé complètement opaques à votre vision des choses ?

 

J'habite à Bruxelles et, tant mon médecin généraliste que les autres médecins rencontrés jusqu'ici (gynécologue, gastro-entérologue et radiologue) ne croient pas à votre méthode. Ils apparentent plutôt cela à du "charlatanisme" et je suis un peu perdue.

 

D'un côté, ce sont eux les spécialistes et j'ai envie de les croire et d'un autre, je SAIS (je le sens en tout cas) que je suis sur la bonne voie avec votre méthode. Mon poids n'avait jamais cessé d'augmenter depuis mon enfance (j'ai 26 ans), sauf en période de régime (périodes extrêmement pénibles pour moi). J'ai donc atteint un "sommet" de 120 kilos. Depuis la découverte du Dr Zermati sur un blog, et la lecture de son livre "Maigrir sans régime", puis la découverte de ce site et du Dr Apfeldorfer (presque 8 mois, maintenant depuis le début de ces découvertes), j'ai stabilisé mon poids sans me restreindre de rien ! Quel bonheur ! (Même si je sais que je dois perdre du poids pour des raisons de santé).

 

Avez-vous quelque chose à me conseiller ?

 

Je sais que cela peut paraître bête, mais cela me rassurerait qu'un spécialiste de la santé que je peux voir en chair et en os me confirme que je suis sur la bonne voie et que je n'essaie pas de me leurrer par manque de volonté face à un régime. (Et je sais que c'est le cas : actuellement, je n'ai absolument pas le courage d'entamer un quelconque régime. J'en ai trop fait et sans réelle solution).

 

Par ailleurs, mais ce n'est peut-être pas le lieu d'en discuter (auquel cas, je m'excuse et vous pouvez effacer ce qui suit), je connais quelques problèmes de santé suite à mon obésité. Arrivée à 120 kilos, mon foie a marqué quelques signes de faiblesse qui se sont vus lors d'une prise de sang. Ce n'était pas alarmant mais il fallait que je perde du poids pour que cela s'arrange. Je me suis alors inscrite dans un centre de l'obésité où une "nutritionniste" m'a prescrit le régime hyperprotéiné, bien connu pour maigrir vite. Je n'ai su le tenir que deux jours (je n'ai jamais trop aimé manger des protéines et je ne pouvais littéralement plus avaler une seule bouchée de protéines, alors que je ressentais de la faim). J'ai donc poursuivi, seule, un régime "classique" hypocalorique que j'ai tenu assez longtemps pour descendre à 115 kilos. A ce poids-là, mon foie avait l'air content (:-) ).

 

Mais, j'ai repris 3 kilos et je flirte à nouveau avec les 118 kilos. J'imagine que mon foie n'apprécie sans doute pas des masses (je n'ai pas osé refaire une prise de sang). Mais pensez-vous que ce soit grave ? Je veux dire, pensez-vous qu'il est mieux de régler mon problème une fois pour toute, quitte à ce que je pèse 118 kilos un peu plus longtemps ou que ce serait mieux de me forcer à un régime (beurk) puis de renouer avec mes sensations alimentaires ? Je vous pose cette question, un peu rhétorique, parce que même si pour moi, cela ne sert à rien de faire "régime", mon médecin traitant pense, au contraire, que je dois passer par là !

 

Je suis consciente que vous n'avez pas mes résultats sanguins et je n'étalerais pas ma vie ici si j'avais quelqu'un à qui poser la question "en vrai". Mais, mon objectif "perte de poids" est d'être en meilleure santé. Et donc, je ne veux pas le faire au détriment de ma santé, justement !

 

Un tout grand merci d'avoir pris le courage de me lire jusqu'au bout ! :-)

Commentaires

Anick.
Abonné

Ces médecins sont spécialistes, mais de quoi au juste? Certainement pas de la perte de poids durable, celle qui prends en compte ta tête comme ton corps, et tu peux le constater toi même en regardant les résultats de ce qu'on a pu te prescrire. Je trouve tes médecins bien prétention de crier au charlatanisme s'ils n'ont pas été en mesure de t'aider. Tes médecins ont leur spécialités mais ne sont pas Dieu et n'ont pas la science infuse sur tous les sujets. Même les grands spécialistes de l'obésité ignorent plusieurs choses...

Je pense que l'idée de faire un régime, puis de respecter tes sensations alimentaires est contreproductive car, avec le régime, tu t'éloignes de ces sensations et de toi même. Pour moi, la majorité des régimes sont comme un élastique. Plus tu l'étire, plus tu va remonter haut et rapidement! 

Je comprends le sentiment de vouloir trouver à l'extérieur de soi l'idée qu'on est sur la bonne voie, mais tu trouvera toujours un spécialiste pour une idée pour chaque spécialiste contre. Et si on arrêtait d'écouter tous les prétendus spécialistes? La plus grande spécialiste de toi, c'est toi. Les autres peuvent t'inspirer, mais je crois qu'il faut arrêter de chercher ailleurs l'assentiment et suivre aveuglément leurs recettes. 

Je crois à cette méthode parce qu'elle demande de se reconnecter à soi et à son corps, qu'elle nous incite à nous écouter, à nous connaitre et, par la bande, à devenir une personne plus saine, plus complète. Quel régime peut en dire autant? Ils sont a peu près tous basés sur le déni de soi, de ses sensations, de ses intuitions, voire le dégoût de soi même pour se motiver...

Ton foie, et tout toi, gagnerez à changer durablement tes comportements alimentaires sans enfoncer le clou dans le problème. 

jpzermati
Votre coach

Bonjour Tayiam,

Je m'aperçois que j'ai laissé passer votre question et j'en suis désolé. D'autant qu'elle est tout à fait essentielle.

Je comprends bien votre dilemme. Les médecins que vous avez rencontrés à Bruxelles voudraient vous dissuader de poursuivre votre démarche.

Mais qu'ont-ils donc à vous proposer ? Un régime ?

Dans ce cas, voici ce qu'il faut leur faire savoir. L'ANSES qui est l'agence française de la santé a publié l'année dernière un rapport très complet sur l'évaluation des régimes amaigrissants. Ce rapport écrit noir sur blanc que les régimes amaigrissants sont dangereux pour la santé, qu'ils génèrent ou aggravent des troubles du comportement alimentaires, qu'ils sont dangereux pour la santé mentale. Et plus grave que tout, qu'ils aggravent le surpoids.

En dehors des régimes désignés par le rapport, celui-ci cite de nombreuses études qui montrent que tous les régimes sont concernés, qu'ils soient équilibrés ou non, sévères ou non, prescrits par un médecin ou non.

Vous pourrez vous procurer ce rapport sur internet à l'adresse suivante : //www.anses.fr/Documents/NUT2009sa0099Ra.pdf

Si votre poids est responsable de complications médicales, il est certainement souhaitable que vous perdiez du poids. Mais il est encore plus souhaitable que votre surpoids ne soit pas aggravé par la pratique d'un régime, même équilibré, dont les études les plus scientifiques ont démontré l'inefficacité et la dangerosité. Votre tentative de maigrir pour améliorer vos troubles hépatiques en sont une bonne illustration. Si vous avez une forte raison médicale de maigrir, vous avez une raison encore plus forte de ne pas grossir. Notamment, en vous imposant un régime dont les résultats sont connus d'avance (95% de reprise de poids et parfois plus, ceci dans ujn délai de moins de 3 ans)

Il est donc tout à fait légitime que vous tentiez de maigrir en entreprenant une démarche qui ne passe pas par un régime.

Par ailleurs, le GROS a organisé la formation de 30 praticiens cette année en Belgique. Et le professeur Yves Simon qui est psychiatre et chef du service des troubles du comportement alimentaire à l'Université Libre de Bruxelles soutient cette démarche.

Je sais que ce n'est pas facile, mais vous n'avez pas de raison de vous laisser influencer par des personnes qui ne peuvent rien vous proposer de plus efficace qu'un régime. Fussent-ils de brillants médecins dans leur spécialité !

 

Bon courage.

JPZ

Haut de page 
X