c'est la cata

fafette.
Abonné

Bonjour tout le monde !

Je suis dans la partie "gérer ses EME" et c'est l'HORREUR ! Je sais repérer le moment où je vais manger pour me calmer mais je suis incapable de faire l'exercice de respiration, de prendre ne serait-ce que 3 minutes pour y réflechir :(

C'est vrai que mes EME cette semaine sont assez forte car j'ai fait face à un événement qui m'a angoissé, stressé et même poussée à la parano (gentille parano hein :) ) pendant plusieurs jours, mais j'ai l'impression que tous ce que j'ai appris les semaines précédentes et en train de s'écrouler. Et je redoute d'avoir repris du poids alors que je perdais régulièrement jusque là car même si je sais que mon corps va réguler, mes EME sont quotidiennes :(

J'ai l'impression que cette partie est difficile pour tout le monde... Si vous avez des astuces pour réussir à réflechir avant de manger sous le coup de l'émotion, je prends !

Bonne journée :)

Commentaires

lorraine
Marraine

Fafette,

J'espère vraiment que les aliments que tu as mangés sans faim ont réussi leur fonction c'est à dire de te réconforter de cet évènement qui t'a angoissé.

 

Quand on est en train d'apprendre comme ici une nouvelle façon de manger on ne réussit jamais " tout bien" de manière linéaire. Les "essais-erreurs" sont normaux. Desfois on "stagne" avant de progresser...

Quand on est aux prises avec des EME , on peut essayer d'attendre que la faim revienne ou manger moins au repas d'après. Et surtout évite de te peser en ce moment, car si tu as effecivment grossi tu seras vraiment découragée avec le rsiuqe de faire encore plus d'EME. Alors pas de masochisme ! wink

 

Tu peux essayer de faire très régulièrement dans la journée et tous les jours des exercices de respiration à des moments anodins c'est à dire quand tu n'es pas prise par de grosses  émotions  . Même que quelques secondes, en étant bien présente à toi même, en observant aussi ce que tu ressens à ce moment là .

Plus on fait de la rpc, plus on devient présent à soi même,  et; de fait,  en capacité de choisir si on mange ou pas. Pour moi c'est vraiment la solution être présente à soi même avec ses sensations corporelles et émotionnelles.

Accroches toi ! smiley

izabelle
Animatrice forum

eh bien comme dit Lorraine, pour apprendre qqchose, au début on tatonne, on essaie, on s'entraine

y'a pas plus d'astuces que de trucs qui marchent à tous les coups

déjà c'est important d'observer ta réaction émotionnelle à cet événement, j'ai l'impression que c'est ce que tu as fait

et puis de savoir se réconforter, oui

 

mais surtout attention à cette étape  "gérer ses EME"

pour ma part, j'avais eu une recrudescence de giga EME au début,  car, par déformation "professionnelle"  (professionnelle de la lutte émotionnelle wink),  j'avais auto-traduit  "gérer les EME"   par   "maitriser les EME"

or dès qu'on chercher à maitriser les EME,  on bascule plutôt dans les compulsions  (donc pire !)

 

c'est assez subtil, mais le fameux  "moment"  où avant de se précipiter sur la nourriture, on prend un temps,  eh bien ce petit temps là est fondamental

mais ce qui est fondamental dans ce temps là c'est l'attitude

si ce temps ne vise qu'on nous permettre de NE PAS manger,  ça peut marcher au début

mais très vite les compulsions arrivent  (et sont irrepressibles)

 

il faut vraiment comprendre ce temps comme étant un temps  d'accueil de ce que l'on ressent

c'est un temps où l'on est avec soi-même, compatissant envers soi-même, présent à soi-même

 

cela s'entraine, comme le dit Lorraine c'est une très bonne idée d'entrainer cette capacité d'être présent à soi-même par des séances régulières de pleine conscience

 

 

pense que l'EME-Zen ne vise qu'à nous aider à faire plus de place à nos émotions, ce n'est en aucun cas une façon de  "ne pas manger quand on n'a pas faim"

il  ne dévoile son efficacité qu'à long terme s'il est bien utilisé, car à force de faire de la place às es émotions, on n'a plus besoin de lutter, donc les EME ne sont plus nécessaires

 

mais si on veut l'utiliser à court terme, on se précipite généralement dans les compulsions

 

c'est peut-être ce qui t'arrive, en tout cas moi ça m'est arrivé au début

fafette.
Abonné
Merci beaucoup Lorraine et Isabelle pour vos réponses qui m'appaisent ! En effet, je pense que je voyais cet exercice comme un "empêchement" de manger...
Fan_ny.
Abonné

Salut Fafette!

C'est marrant parce que j'allais sur le forum pour poster plus ou moins à la ligne près le même message que toi!

Bien que je ne puisse pas te conseiller vu que j'en suis au même point, je peux t'envoyer tout mon soutien et toute ma compassion. C'est vrai que ce n'est pas facile de comprendre la démarche au sens de "mieux gérer les eme" et non pas "juger" ou "empêcher les eme".

Je t'avoue que c'est pareil de mon côté. Je n'ai jamais eu autant d'EME que depuis que j'essaye de les gérer! Et c'est vrai qu'au début, en lisant l'étape, je me disais "facile! Trois minutes c'est rien !" et en fait... Incapable de le faire... Au point que je ne sais pas si je dois ou non remplir les comptes rendus parce que j'ai un peu honte d'enchaîner les EME sans espace de respiration.

MAIS le point positif dans tout ça, pour nous, c'est qu'on a une super marge d'action! Si on arrivait direct à cette étape, alors peut-être n'aurait-elle pas autant d'intérêt pour nous. Justement, si ces 3 minutes nous sont si difficiles, c'est peut-être qu'on touche là au coeur du problème de nos EME. Et que, le jour où on y arrivera, il y aura un vrai changement!

Sinon, une petite idée que je te partage : comme tu arrives à repérer le moment où l'EME se manifeste, pourquoi ne pas essayer de retarder la prise alimentaire, non pas avec 3 minutes, mais d'abord avec 20 secondes de respiration (que tu pourrais faire sans l'enregistrement juste comme ça), puis 40 secondes puis 1 min. etc... Peut-être que comme ça l'objectif des 3 minutes serait plus atteignable ?

Enfin, je dis ça, je donne des conseils mais ce serait bien que je les applique aussi :P

On est tous et toutes dans le même bateau!

Courage à toi et plein de bonnes choses :)

fafette.
Abonné
Coucou Fan_ny, Je crois qu'on a le même prénom ;) Ça me rassure de savoir que tu traversés exactement la meme chose en même temps ! Je dois avouer que j'attends presque impatiemment la prochaine EME pour voir si je suis plus sereine grace à vos conseils ! Bon courage à toi zussi, on va y arriver, même si ça doit être long. Et tu as raison, nous en serons encore plus fières ! Bonne soirée et vive les EME (euh)
lorraine
Marraine

Ben oui, t'as raison fafette, d'une certaine façon vive les EME ! smiley

Car ces envies de manger sans faim nous disent quelque chose de nous même, de nos émotions, états sur le moment....En tous les cas si on les repère, les observe, les ressent..Donc on avance vraiment dans la connaissance de soi même et du coup dans notre rapport à la nourriture qu'on peut mieux appréhender .....

"J'ai envie de manger " , "j'ai faim ?" "Non" "Alors pourqoi je veux manger ?" C'est avec ces questions là dont le réflexe est venu ici,  que j'ai compris que la fatigue me donnait envie de manger..;Maintenant je vais me coucher ! Quand c'est l'ennui qui me donne envie de manger, je me cherche une occupation....

Pour les angoisses j'y arrive aussi  souvent car je sais maintenant qu'on survit à une angoisse, juste la laisser être et moins on cherche à vouloir la faire disparaître en l'anesthésiant avec de la nourriture par exemple et plus elle est supportable...

 

Sur ce forum un peu plus bas il y a es fils sur l'EME-zen, et sur les EME qu'on peut venir raconter...Je pense que ça peut aider aussi à mettre un peu de distance entre son envie de manger et soi

 

Bonne continuation les filles smiley

 

Maridav.
Abonné

Ben moi je me joins à vous les Fanny wink!

Même étape pour moi...ou bien devrais-je dire même punition!

Depuis que j'ai commencé tout tourne autour des EME...j'avais envie d'expérimenter la faim ou ...

Mais non ça revient toujours là dessus.

 

Et au début j'ai eu une réaction d'énervement en voyant cela. Puis j'ai réfléchi au pourquoi de mon agacement.

Ben oui c'est ça : je ne veux pas me confronter à tout cela . Je ne veux pas ressentir et je ne veux pas quitter mon doudou si réconfortant qu'est la bouffe. 

ça me coûte d'écrire ça mais c'est quelque chose dont je viens de prendre conscience. Comme vous, j'hésite même à remplir le carnet! Les EME sont là et s'enchainent ,et je ne respire pas, j'arrive pas je bloque. Ou alors je respire avant, bien avant...mais au moment de la prise alimentaire, je bloque et après je m'autoflagelle...pourquoi tu ne l'as pas fait, tu savais que ça t'aurait fait du bien...etc. et hop une autre EME

Bon inutile de vous dire qu'effectivement, j'ai oublié la balance parce que là...sadsadsad

Donc je vais pratiquer vos conseils. 20 sec puis 30 puis...

 

Allez courage! Merci pour vos échanges! Je me sens moins seule!

lorraine
Marraine

[

maridav écrit  :

"Et au début j'ai eu une réaction d'énervement en voyant cela. Puis j'ai réfléchi au pourquoi de mon agacement.

Ben oui c'est ça : je ne veux pas me confronter à tout cela . Je ne veux pas ressentir et je ne veux pas quitter mon doudou si réconfortant qu'est la bouffe. 

ça me coûte d'écrire ça mais c'est quelque chose dont je viens de prendre conscience."

 

 

Woaw, superbe prise de conscience Maridav. Et bravo aussi du courage et de l'honnêteté envers toi même!

Eh oui, comme je l'écrivais sur un autre fil, "les il faut que", les "je dois" ne suffisent pas à initier un changement de comportement alimentaire. Ce sont des instances extérieures (la morale, la mode, etc) à nous qui nous dictent ces injonctions de maigrir et de manger autrement.

Pour changer, notre envie profonde et  réelle est nécessaire. Sinon, on  bute inlassablement tout en ayant l'impression de faire des efforts et d'être impliquée .

Pour aller vers un changement alimentaire (ou autre changement ) nous devons être acteurs (le JE veux/désire/souhaite est fondamental) de et dans  notre cheminement. Ce n'en est pas facile et linéaire pour autant, mais ça prend sens puisque c'est notre choix, choix motivé pour de très bonnes raisons puisque ce sont les nôtres. Les  efforts à fournir nous coûtent moins..... (Tu auras compris que mon expérience parle! smiley)

 

Dans tout changement ce qui fait peur -et c'est normal d'avoir peur-  c'est la perte de l'objet convoité, là en l'occurrence "la bouffe doudou". C'est oublier que dans tout changement si perte il y a, il y a aussi gain.

Nous concernant c'est gagner à se réconcilier avec la nourriture et avec nous mêmest voire à gagner en perte de  poids. Alors, quand même je l'affirme, ça vaut le coup de changer, d'être moins accro à la bouffe de trouver d'autres doudous , d'autres nourritures (valeurs à développer, loisirs, passions etc...)

Mais tout cela ne se fait pas en un jour. Encore bravo maridav de ta lucidité.

Il y a un livre lu il y a près de 30 ans qui ma beaucoup aidé à comprendre personnellement et professionnellement ces histoires de perte et de gain c'est : "la dépendance" d'Albert Memmi.

 

Maridav.
Abonné

MERCI Lorraine pour ta réponse! C'est toujours très intéressant, tu es posée, et tu analyses super bien les choses...

 

C'est tout à fait vrai le changement fait peur...pour ma part, changement de fonctionnement...changement de mode de protection. 

Toutes ces réflexions sont assez nouvelles pour moi, et le souci est plus profond que je ne le pensais...

Mais je ne veux pas remplacer par "autre chose", je veux pouvoir me confronter à mes contrariétés petites ou grandes, à mes angoisses, et à mes émotions, sans avoir "besoin" d'un autre dérivatif...ou d'une autre "addiction"...

Je note la référence du livre...à suivre!

 

Merciyes

lorraine
Marraine

Ah oui, mille fois oui,Maridav  surtout confrontes toi à tes émotions, et à tous tes états en général. Etre présente à toi même, le plus possible.
 

C'est  vrai, il ne s'agit pas de devenir acheteuse compulsive ou accro au jeu ! Le problème de calmer/anesthésier ses émotions resterait le même , il serait juste déplacé. Donc non, surtout pas.

Ce sont les extrêmes, tous  les actes posés continuellement de manière automatique, sans s'observer, se questionner qui sont à éviter ou atténuer car ils nous éloignent de nous..

 

 

Quand j'évoquais "l'autre chose" c'est par exemple concernant les prises de nourriture pour parer à l'ennui. J'étais une spécialiste de ne pas -toujours- bien savoir utiliser mon temps libre hors boulot, je tournais en rond essayant de calmer le stress post boulot. Maintenant je vais marcher ou je m'asseois et bois un thé ou je discute avec ma fille etc le tout en pleine conscience. On peut se réconforter ou se faire du bien autrement qu'en mangeant

ou encore concernant des sensations de ne pas remplir sa vie de manière créative, "de n'être rien" . Pour me calmer ou déculpabiliser ce genre de sensations me faisait manger ....J'ai cherché et trouvé ce qui m'allait bien, par exemple sortir en soirée en semaine (cinéma, sport, conférence...) de temps en temps,

ou encore d'appeler une amie ou d'aller marcher si une angoisse se pointe ou encore de faire une séance de méditation (20mn par exemple sur C. André ou F. Midal ou sans rien

 

Et c'est comme cela que petit à petit la réconciliation avec la nourriture arrive et pour le coup avec soi aussi, car la connaissance de soi accroit et avec elle l'estime de soi....La paix quoi...

 

Oui, venir à Linecoaching, peut nous emmener dans une grande aventure,  belle et constructive, et nous faire prendre conscience ou nous rappeler qu'il n'y a pas que la nourriture dans la vie ! On peut la remplir d'autres choses.

Bonne continuation  à toi et à bientôt

fafette.
Abonné
Merci pour le bouquin ! Ça me parle bcp, vu que j' ai transformé mon addiction au tabac en addiction à la nourriture !
izabelle
Animatrice forum

[quote=Fan_ny]

pourquoi ne pas essayer de retarder la prise alimentaire, non pas avec 3 minutes, mais d'abord avec 20 secondes de respiration (que tu pourrais faire sans l'enregistrement juste comme ça), puis 40 secondes puis 1 min. etc... Peut-être que comme ça l'objectif des 3 minutes serait plus atteignable ?

[/quote]

et SURTOUT, dans ce temps-là,  ne pas être dans la volonté  (style  "je tiens")  mais dans l'écoute bienveillante de soi-même  ('qu'est-ce que je vis de difficile en ce moment?")

il n'y a pas d'objectif de trois minutes,  si vous arrivez déjà à faire ça 20 secondes, vous avez réussi votre EME-Zen, c'est à dire vous travaillez sur cette tolérance émotionelle  qui portera ses fruits à long terme

c'est vraiment l'ATTITUDE que l'on a envers soi-même et son état intérieur qui est crucial à ce moment

c'est pourquoi on pratique un espace de respiration, car en pleine conscience c'est vraiment la meilleure attitude à avoir

mais la vraie pleine conscience  c'est ETRE  (avec soi-même)  et pas FAIRE  (tenir, retenir, réussir)

izabelle
Animatrice forum

[quote=Maridav]

Je ne veux pas ressentir et je ne veux pas quitter mon doudou si réconfortant qu'est la bouffe. 

ça me coûte d'écrire ça mais c'est quelque chose dont je viens de prendre conscience.

[/quote]

une belle prise de conscience en effet

cette prise de conscience est indispensable pour sortir de cette lutte "automatique"

la bonne nouvelle c'est que tu ne quitteras pas ton  "doudou"  puisque tu pourras continuer à te réconforter avec la nourriture (y'a même une activité spéciale pour ça sur LC !!!)

 

et  "je ne veux pas ressentir",  voilà c'est très bien de l'avoir repéré, car c'est effectivement là  le TRUC qui nous bloque

et c'est là où l'EME-Zen travaille en fait

bien sûr on ne veut pas ressentir (c'est le principe de l'EME),  mais justement  on se donne  ce petit temps  (pourquoi pas 20 secondes c'est déjà bien)    où l'on accepte de ressentir  EN PLEINE CONSCIENCE  (parce qu'en pleine conscience on ressent la réalité  au lieu de se charger de 15 mille souvenirs douloureux)

et à force de s'autoriser à ressentir, et grâce au "ressentir" en pleine conscience, qui nous permet de dédrmatiser, de savoir que ressentir est essentiel, utile, et pas dramatique

eh bien peu à peu  on finit par accepter de ressentir

 

 

pour ma part j'avais tellement bloqué mes ressentis  (à cause de l'hypersensibilité)

aujourd'hui que je m'autorise à ressentir, j'en constate les effets positifs de façon tout à fait inattendue en faite

bon en plus de ne plus avoir d'EME, en fait

c'est que ces ressentis sont véritablement essentiels pour notre vie

depuis que je m'autorise à ressentir, mes relations se sont énormément améliorées, mais d'une folie.....

mon travail aussi du coup ( vu qu'il est relationnel)

 

et donc ce que je bloquais depuis des années,...... eh ben c'était dommage

 

 

bref, faut du temps tout de même, mais   pour pouvoir y arriver,  la confrontation  à petite dose  et surtout en pleine conscience est fondamentale

 

c'est là où réside tout l'intérêt de l'EME-ZEn, car à ce moment là, on vit qqchse de difficile, donc s'y confronter en pleine conscience est une excellente pratique

 

c'est pour ça que c'est dommage de le transformer en simple  "outil"    "destructeur d'EME"  car cela nous fait passer totalement à coté de l'exercice  (et provoque des compulsions,c e qui est quand même dommage)

Anasoleil.
Abonné

Comme je me reconnaîs dans vos messages !

Difficulté à prendre 3 minutes pour respirer lorsqu'arrive une EME. Je l'ai fait une fois, je me suis apaisée, je n'ai pas mangé en suivant alors que je crois que j'avais faim ... cherchez l'erreur ...

Le reste du temps, je me dis : si je respire et que je m'apaise, je ne pourrai  pas grignoter du sucré alors que j'en ai envie ( et non besoin) ...

Je saisi mes compte rendus sans espace de respiration, est-ce bien utile ?

Ça coince à cette étape ... la lecture de vos précieux conseils m'aide au moins à y voir plus clair !

izabelle
Animatrice forum

oui c'est toujours utile les comptes rendus, car pour les remplir il faut s'observer et la position d'obsevation de soi-même est très précieuse pour développer un nouveuau rapport à soi-même

c'est vraiment important d'intégrer que on peut respirer, accepter de ressentir,  rester un moment présent à soi-même avec son inconfort en pleine conscience,  et pour autant par la suite grignoter du sucré

simplement avec plus de plaisir, car cela sera du pur réconfort au lieu d'être une anesthésie

de plus la satisfaction viendra naturellement assez vite et on n'aura pas besoin de grandes quantités, mais ça se fera naturellement

le réconfort  OUI   l'anesthésie  NON

 

comme l'EME-Zen nous incite à trouver un rapport à nous-même  empreint d'amour et de bienveillance quand nous vivons ces moments difficiles,   c'est allez contre lui-même que d'en faire un  "outil  privateur de réconfort"

il nous apprend à ne plus avoir besoin de nous anesthésier, progressivement bien sûr, mais le réconfort demeure et sera toujours présent

on ne mange pas que par besoin, et on n'a pas tout le temps obligé d'aovir faim pour manger

Maridav.
Abonné

ALors Fafette, où en es-tu dans cette étape?

 

Pour ma part, elle prend fin bientôt...mais ça n'est pas une réussite!

J'ai réussi à respirer parfois...j'y suis arrivée..;mais pas quand l'émotion était trop forte, où là je me suis laissée emporter, pour m'anesthésier avec la bouffe...Que c'est dur d'écrire ça. mais c'est la réalité et j'en prends conscience.

Je vais peut être prolonger cette étape?

Bichette-BonneEtoile.
Abonné

Bonjour, 

les emes c'est le "coeur" du programme. C'est particulièrement pour ça que je m'inscrit. C'est ce qu'il y a de plus difficile. 

Personnellement, je distingue 2 types d'emes : 

les premières : emes "pures" liées à une émotion ou difficulté. 

les secondes : les emes d'emes liées à la culpabilité d'avoir trop mangé, de se dire qu'on va grossir, qu'on y arrivera jamais, que foutu pour foutu, autant continuer et que ça ira mieux demain... 

mais il y a des "cycles"... plus on culpabilise, plus il est difficile de sortir du cycle, parce qu'on se dit qu'on a fait une eme la veille et qu'on est nulle, etc. 

Je viens d'avoir une phase de deux semaines d'emes, d'où m'a réinscription sur le site. 

C'est très dur de briser ça. Il faut reprendre confiance en soi, lever la tête, et se dire que oui, on va y arriver. Stopper le perfectionnisme c'est très dur. J'ai tendance à vouloir prendre "des bonnes résolutions" à repartir en mode régime pour gommer le poids et les excès pris le plus vite possible. Mais ça fait boule de neige. 

Donc, pas de panique face aux emes en raffale. Il faut au contraire, se faire du bien, s'écouter, se reposer. 

Fafette, il faut peut etre savoir pourquoi tu as ces emes en ce moment, est ce seulement lié à l'exercice ou as tu d'autres soucis dans ta vie qui sont la cause de ces emes ? c'est peut-être une façon de déplacer le problème. 

J'ai souvent constater que je préférais me prendre la tete sur mon alimentation (problème irrésolu mais je connais) plutot que de creuser ce qui ne va pas et accepter ce que je ne peux pas changer et avoir à traverser des émotions négatives mais dont on ne peut pas faire "l'impasse" à certains moments de sa vie. 

Quoiqu'il en soit, bouge, sors, fais toi une petite ballade, profite un peu, fais toi du bien, des petits plaisirs et repose toi. Ne te culpabilise surtout pas, nous sommes toutes passées par là. Je te soutiens et je suis sûre que si tu es plus tolérante avec toi même, tu peux apprendre beaucoup de cette expérience. 

Des bisous !

izabelle
Animatrice forum

[quote=Maridav]

.Que c'est dur d'écrire ça. mais c'est la réalité et j'en prends conscience.

[/quote]

cette prise de conscience est essentielle, donc c'est finalement une réussite cet exercice

tu sais des EME  tu vas continuer à en avoir régulièrement, donc beaucoup d'occasion d'entrainement de toute façon !

pour ma part, c'est  "hors-carnet" que mes avancées ont été les plus significatives

ce que tu as appris à cette étape, tu vas maintenant le continuer au quotidien : au premier lieu observer ces tentatives d'anesthésie, et avoir de la compassion pour toi, si tu as envie de t'anesthésier, c'est que tu souffres !

commencer à être avec toi-même un petit moment, c'est cela l'EMe-zen

izabelle
Animatrice forum

[quote=Bichette-BonneEtoile]

les premières : emes "pures" liées à une émotion ou difficulté. 

les secondes : les emes d'emes liées à la culpabilité d'avoir trop mangé, de se dire qu'on va grossir, qu'on y arrivera jamais, que foutu pour foutu, autant continuer et que ça ira mieux demain... 

[/quote]

oui, il me semble que les doc  différencient les EME  extra-alimentaires

et les EME aliimentaires qui sont liées au controle et à la restriction

généralement, on a les deux, on peut souvent commencer par la première et enchainer sur la deuxième....

tu as bien fait de te réinscrire, mais tu as changé de pseudo n'est-ce pas car celui ci il ne me semble pas le connaitre

Bichette-BonneEtoile.
Abonné

héhé oui j'ai changé de pseudo, c'est tout nouveau tout beau... Redémarrage sur de nouvelles bases ;-)

fafette.
Abonné

Coucou !

C'est pareil de mon côté, ce ne fut pas très folichon...

J'ai décidé d'arrêter de me prendre la tête avec ça car je sens bien que le problème est énorme et que je ne vais pas pouvoir le résoudre d'un coup. J'applique les conseils qu'on m'a donnés : je respire en pleine conscience dès que je le peux (dans les transports, en rentrant chez moi le soir, quand je sens monter une angoisse, etc.) et j'ai démarré la méditation via une appli.

Quand j'y arrive, je m'arrête quelques secondes avant de manger pour prendre conscience de ce que je vais faire.

Bon, la bonne nouvelle, c'est que malgré cette étape, je n'ai pas grossi .

Courage Maridav, je pense que le chemin est long car nous avons mis le doigt sur le noeud du problème et que c'est plus compliqué que de repérer sa faim ou sa sasiété ! En y allant par petit pas, on devrait y arriver. Bravo pour toutes les fois où tu as pu respirer ! C'est génial vu qu'avant tu ne le faisais pas du tout !

A bientôt 

 

Haut de page 
X