Comment gérer la pression familiale - 21062013

Lile.
Abonné

je suis le programme depuis 3 semaines avec déja des coups de mou.

En ce moment grosse envie de manger tout le temps et de tout, mais bon je sais qu'il s'agit de ppetites périodes de découragement qui devraient passer, il y a deja des discussions à ce sujet.

Par contre, mon angoisse actuelle est le retour pour le WE à la maison. Bien que je sois une grande fille... j'ai une mère "control freak" tout particulièrement sur l'aspect physique et la nourriture.

Elle obeit à la lettre chaque recommandation alimentaire des magasines (médicaux) et on doit tous suivre

j'ai toujours très mal vécu son regard sur moi, les critiques les interdictions, les obligations, les conctradictions... mais là j'en suis malade depuis hier. Je l'entend déja: mange pas trop de pain, ne mets pas de sucre, boit pas trop de lait, tu manges trop vite, faut se dépécher on a des choses à faire.. (faut pas manger trop vite mais faut se dépécher... l'angoisse), l'obligation de manger un fruit à la fin du repas (même si plus faim) juste par ce que tout le monde dit qu'il faut manger des fruits et des légumes. à paine la vaisselle fait, elle focalise sur ce qu'on va manger au prochain repas.

Elle a des idées complètement figées, elle part de principe que de toute façon je m'alimente mal, que je ne bouge pas assez

Et par la dessus, les commentaires sur mon apprence: t'as grossi, t'es pas assez souriante, tu te tiens mal, c'est pas bien, faut pas grossir, tu vas pas de sentir bien, c'est pour ton bien que je te dis ça, ce n'est qu'une question de volonté de faire attention à ce que l'on mange

Et si j'ai le malheur de lui dire que ça ne me fait pas de bien, alors là c'est que je suis de toute façon en désaccord avec elle quoi qu'elle dise, que je l'aime pas... et c'est partie pour la séance culpabilité.

je sais que je vais devoir manger à heure fixe, en fonction d'elle

Il va de soit que c'est toute l'origine du problème, mais identifier l'origine de ce problème ne le résoud pas.

comment gérer ce moment sans completement démolir ma motivation.

Pfff!!

Commentaires

Nounette73.
Abonné

Bonjour Lile

mère toxique ?

Son attitude n'est pas centrée sur toi mais sur elle, tu sais ?

 

Comme tu demandes directement des conseils je me permets une proposition.

 

Dans l'immédiat et pour faire face au WE qui arrive je te conseille de réviser les techniques de contre-manipulation,

un exemple ici //rhmt.free.fr/contre-ma1.htm

ou là (il faut descendre un peu //violence.morale.over-blog.com/article-la-contre-manipulation-48134497.html )

(G. Apfeldorfer explique la technique du disque rayé pour refuser de la nourriture)

 

Ces techniques sont utiles pour garder la distance face à qqn qui tente d'avoir une emprise sur toi, que ce soit conscient ou non de sa part, et quel que soit son profil

(je ne vais pas poser un diagnostic évidemment mais sache qu'il y a de la littérature sur le sujet et ça peut te faire du bien de savoir que tu n'es pas la seule, et qu'il est effectivement très compliqué de résister à ce type d'agissements).

 

Ensuite, pour te donner un autre angle de vue, au moment de prendre personnellement les réflexions(ce qui je t'accorde est assez difficile à éviter), quand ta mère te gonfle, essaie de la regarder avec distance en te demandant quelles angoisses peuvent façonner sa manière d'agir ? C'est une personne qui ne va pas bien et qui n'est pas heureuse.

Et toi, tu es libre.

Le fait de te poser la question (de ce qui la rend comme ça) va créer une "distance mentale" et pendant que tu chercheras à comprendre, dans ce que tu connais de son histoire, tu perdras le fil de sa tentative de culpabilisation. Ca te semple possible ?

Si tu accroches avec la pleine conscience c'est le moment d'y aller à fond aussi. J'avais écrit au début "pleine confiance", je crois que c'est ça que je te souhaite. De reprendre confiance en toi, en ta valeur, jusqu'à ce qu'aucune de ses attaques ne puissent t'atteindre.

Bientôt elle n'aura plus de prise sur toi.

 

Tu es robuste, tu es forte, tu es courageuse : sois le roseau qui ploie avec souplesse sous le vent des tentatives d'emprise maternelle et se redresse une fois la bourrasque passée ;o)

sur cette image bucolique je te souhaite un WE apaisé. Tu nous donneras des nouvelles ?

Nounette.

izabelle
Animatrice forum

comment gérer?

en n'y allant pas?

ah ah le bon conseil que voilà....

c'est juste que moi je ne pourrais pas, je veux dire, supporter ça.....   tu es vraiment méritante 

de plus, cela doit être particulièrement dur à supporter venant de ta mère

même si évidemment elle pense à bien faire, cela n'est pas évident ainsi  "mis sous controle"

la technique du disque rayé est en effet une bonne idée

en tous cas je te souhaite bon courage et surtout n'essaie pas de te justifier

n'obéit pas à ses ordres pour la nourriture et fais ce qu'il te plait.....

l'important là ne sera pas de manger à satiété, c'est presque mission impossible, mais de te détacher un peu de son emprise

Bliss.
Abonné
Protège toi. Blinde toi. Ne te laisse pas atteindre. Ne croit pas n'entend même pas. J'espère que cela ne durera pas trop longtemps et que tu auras le moyen de "faire des pauses", sortir dans le jardin? aller un bon moment aux toilettes? une petite escapade sous n'importe quel prétexte? Laves toi les mains symboliquement pour te "nettoyer" de tout cette négativité. Tu peux aussi essayer de te visualiser dans une bulle genre grand ballon épais et ne pas laisser les pensées de l'autre t'atteindre et les voir comme rebondissant à la surface. D'ailleurs tous les bons conseils que je te donne à moi de les appliquer prochainement lors de mon entretien......
FRED73
Marraine
Moi je dirais : ne te laisse pas culpabiliser, c'est elle qui a un problème pas toi ! Bon courage, tiens nous au courant.
Minoque.
Ancien abonné

J'ai une amie spécialiste de la mère toxique (la sienne ;-) qui explique que la bonne distance à mettre entre soi et ses parents c'est 100 kms... A méditer (en faisant la RPC ou pas :-) Cette bonne distance géographique contribue à mettre une bonne distance relationnelle, à ne pas se laisser envahir, par exemple, à se préparer pour se retrouver aussi et à choisir le bon moment pour se voir, etc...

Sinon, je partage l'avis de toutes et de Fred73, bon courage aussi, de tout coeur avec toi...

Lile.
Abonné
Merci pour les liens et le conseils, je vais essayer ça en effet
aster.
Abonné

J'espère que ces conseils t'ont servi, c en effet pas facille de se dépétrer de personnes toxiques, surtout quand c'est ta mère! L'important c'est de s'en détacher (et je sais, c'est bcp + facileà écrire qu'à faire, surtout quand c'est ta mère ;-)).

Et surtout, si ce n'est pas possible pour le reste, prends tes distances dans ta tête, ça sera déjà un grand pas de fait.

Si malgré tout ta motivation faiblit ce we, reviens te recharger sur le forum ;-)

Lile.
Abonné

Bonjour,

Home sweet home...

bon, pas si pire ce WE, après tout, la terre entière s'en est pris plein la gueule.

J'ai bien sûr eu droit à mes petits commentaires, mais je m'y étais préparée. j'ai réussi à ne pas m'ennerver, mais c'est gonflant quand même; oui j'ai grossi s'en blague je vis avec mon corps tous les jours, je le sais, pas besoin qu'on me le dise!

allez, je me remets en forme pour le programme!!

pleinedespoir.
Abonné

Oh là là ma Belle,

Je ne sais pas quel âge tu as mais je dirais.... laisse tomber tout cela et pose tes conditiosn avant d'aller ... " maman si tu continues ces commentaires je ne viendrai plus... "et le faire... je suis sûre que si tu persistes elle va capituler.. ou alors il audra s'en séparer quelque temps pour peut-être mieux se retrouver après....l'ennui si tu ne fais  rien ou si tu te blindes c'est qu'elle ne va pas bouger d'un yota et en plus toi tu vas te blinder contre tout... allez courage et donne des news....

FRED73
Marraine
Je suis d'accord avec pleinesespoir, c'est pas facile mais je crois qu'il n'y a pas grand chose à faire d'autre pour qu'elle arrête ! Je l'ai fait avec ma mère qui a tout fait pour essayer de me faire culpabiliser de ne pas venir mais j'ai tenu bon ! Depuis, ça va beaucoup mieux parce qu'elle sait que je suis capable de ne pas y aller si elle me prend trop la tête ! Bon courage, dis toi que c'est toi qui a raison : elle n'a pas le droit de se comporter comme ça avec toi.
MONTDOR.
Abonné

Bonjour Lile,

J'ai moi aussi une mère toxique, "SuperToxicMum" (STM), pendant des années je l'ai ménagée, en vain, je pense en effet qu'avec ce genre de personnage qui ne se remet quasiment jamais en question, la seule parade est de l'eviter. Cà je l'ai appris avec l'age et l'experience, on ne sera jamais assez bien pour ces pieuvres, je ne sais pas si tu es mariée et si tu as des enfants mais les critiques de STM deviennent encore pire quand tu fondes ta propre famille. Personellement j'assure un service minimum, je fais juste mon devoir de fille en allant la voir de temps en temps et c'est dur à chaque fois meme si j'ai 47 ans car elle ne tarit pas de reproches... Mais je ne fais plus ce qu'elle veut, mon désir passe maintenant avant le sien et si elle n'est pas contente tant pis pour elle. Elle a fait sa vie, pour nous il y a encore beaucoup à vivre et à faire. Tu n'as pas envie d'y aller, n'y va pas, la vie est trop courte pour se la pourrir meme par nos mères.

poneyville92.
Abonné

[quote=Lile]

Bonjour,

Home sweet home...

bon, pas si pire ce WE, après tout, la terre entière s'en est pris plein la gueule.

J'ai bien sûr eu droit à mes petits commentaires, mais je m'y étais préparée. j'ai réussi à ne pas m'ennerver, mais c'est gonflant quand même; oui j'ai grossi s'en blague je vis avec mon corps tous les jours, je le sais, pas besoin qu'on me le dise!

allez, je me remets en forme pour le programme!!

[/quote]

Hello Lile,

A part lui parler, je ne vois pas trop mais peut-être en présentant les choses différemment :

Une suggestion : prendre rv avec elle pour une discussion, il faut que ce soit le bon moment pour toutes les deux, au calme, tranquille. Essayer d'exprimer ce qu'elle peut ressentit, lui dire que tu comprends qu'elle s'inquiète pour toi, que ça la préocuppe..."j'ai l'impression que tu as peur pour moi..que tu te sens concernée par ceci cela..." et lui laisser du temps pour réagir sur ce que tu dis. Puis exprimer comment tu te sens toi, là ça peut être difficile mais tu dois absolument lui dire ce que son comportement a comme effet sur toi (son comportement, pas elle, la distinction est importante). Et ensuite voir si elle peut faire un effort pour moins se mêler de ta vie. Mais toujours, sans juger, sans nier les sentiments de l'autre...

Nounette73.
Abonné

Bonjour Lile,

bon ce qui est fait n'est plus à faire. C'est passé !

Tu dois souvent repartir en visite ? (pardon si ma question est indiscrète mais tu as quel âge ? ou plutôt ma question c'est de savoir si tu es étudiante ou si tu es "installée" avec un taf voire un compagnon).

Après, je réagis aux commentaires et ... je ne parle que de ma propre expérience mais "ne pas y aller" ne me paraît pas une solution appréciable à long terme. A mon avis l'évitement ne résoud rien en matière d'emprise maternelle.

Même si elle est toxique et inconsciemment manipulatrice (avec, ce qui est triste, les meilleures intentions du monde et aucune réelle conscience de la souffrance qu'elle cause), la mère ce n'est pas juste quelqu'un de classique. Il ne suffit pas de mettre un voile par-dessus pour faire disparaître ce qu'elle a construit.

Je pense qu'il est plus intéressant de travailler à la fois à retrouver une estime de soi robuste, et à augmenter sa résistance aux pensées automatiques et aux émotions négatives, pour anéantir cette emprise au lieu de la fuir.

On peut éviter une mère toxique mais on laisse une "place à prendre" d'une certaine manière, il y aura toujours un persécuteur pour détecter la zone de fragilité et venir la titiller ... et même si on se révolte, qu'on résiste, qu'on tient bon et qu'on arrive à prendre de la distance ... au fond ça revient à rentrer en relation avec ce type de personne, on continue à donner prise ...

Enfin comme je disais je ne parle que de mon expérience il y en a d'autres.

Et toujours en m'appuyant sur ce que j'ai pu connaître (c'est à dire que je me garderai d'en faire une règle générale) je suis très réservée sur les possibilités de dialogue posé, constructif et rationnel - avec quelqu'un qui déploie des stratagèmes mentaux élaborés sur le plan affectif ( et pas du tout rationnel ... parfois même il y a un côté obsessionnel ou pathologique). L'effort de rationalité lui-même, l'envie de résoudre la situation (l'envie d'amour), sont eux-mêmes une prise à ces stratagèmes. Risqué.

Recadrer la situation comme Poneyville le suggère me paraît très indiqué, mais APRES avoir reconstruit son estime de soi et être capable de distance voire d'humour. Sinon, on se met soi-même en situation de fragilité et on risque d'en revenir déçue et meurtrie, avec en plus le sentiment d'avoir perdu de la crédibilité.

Mais je ne connais ni la mère de Lile ni le niveau d'estime de soi de Lile (que je sens juste un peu perméable aux réflexions maternelles), dans son cas elle est peut-être prête.

Sinon Lile tu sais un thérapeute ça peut être une bonne approche pour comprendre pourquoi l'attitude de ta mère te touche et pourquoi, de manière tacite et collective, tous les membres de la famille se soumettent à sa tyrannie (dans ce cas, si tu "casses" le système tu peux te sentir déloyale vis à vis de ton père ou de ta fratrie, ou avoir le sentiment d'être un peu le mouton noir et questionner ton identité familiale ... ce qui t'amène à rester dans le rang).

Tout ça n'est qu'une piste de réflexion tu peux en trouver d'autres.

Tu sais on n'a pas besoin de changer les autres ni même de changer une situation, pour changer son vécu de la situation.  

Bon courage j'espère que le programme se continue bien pour toi !

Lile.
Abonné

Merci Arianne pour cette contribution!

Je suis la dernière de 3 filles et la plus réactive aux remarques de ma mère, Nous sommes toutes concernées, il y a celle sur qui ça glisse et qui réussi à faire ça vie comme elle l'entend (étant l'ainée et bien meilleur élève, elle à beaucoup moins subit le carractère de ma mère), La deuxième, qui en a bavé aussi, mais qui encaisse et accepte (bien qu'il y ait des conséquences, echec professionnel, personnel). Et moi, la dernière, j'ai beaucoup pris (mes soeurs sont parties toutes les deux en internat rapidemment, je suis restée seule à encaisser les problèmes de ma mère).

et j'ai très vite très mal vécu la situation, en colère constamment, à 20 ans, j'ai décidé de suivre des thérapies ça dure depuis plus de 10 ans maintenant, ça s'améliore mais il y a encore du boulot. Je change régukièrement j'ai du mal à tourver "ma" méthode (kinésiologie actuellemnt) (et je dois avouer que je suis fatiguée)

Je m'en rend compte en suivant ce programme que mes soucis alimentaires sont aussi liès à cette éducation (je n'avais pas fais le lien avant bizarrement)

je sais que le changement devra venir de moi, et qu'il est inutile de lui faire des repproches, elle refuse d'accepter qu'elle puisse avoir tors.

j'espere garder patience et avancer, tant pis si c'est doucement.

Merci a toutes (s) pour vos messages.

ET TRES BON COURGAE A VOUS

Noelle
Marraine

Bonjour Lile

 

est il possible que tu prennes un peu de distance, en espaçant tes visites  par exemple, le temps que tu te sentes plus en confiance avec toi meme? peut etre que cela te permettrait de souffler un peu et de faire ce que tu souhaites faire avec LC?

 

Bon courage pour ette étape

poneyville92.
Abonné

[quote=Ariane Nounette]

Recadrer la situation comme Poneyville le suggère me paraît très indiqué, mais APRES avoir reconstruit son estime de soi et être capable de distance voire d'humour. Sinon, on se met soi-même en situation de fragilité et on risque d'en revenir déçue et meurtrie, avec en plus le sentiment d'avoir perdu de la crédibilité.

[/quote]

Oui, absolument, je pense avoir répondu un peu vite après réflexion. La piste du thérapeuthe me parait également indiqué car, ça ne fait jamais de mal d'avoir un espace de parole à soi, quoiqu'il arrive.

Lavienrose.
Abonné
Le film "oui mais" avec Jugnot est super pour comprendre que c'est nous qui devons changer pour nous faire respecter.( quelqu'un l'a deja cité) Pour mon expérience, ma mère m'a toujours prise pour sa mère.... Après 2 ans de thérapie j'ai pu lui dire qu'elle ferait mieux de parler de ses problèmes à une personne compétente car moi je ne voulais plus l'aider. Elle ne m'a plus appelée pendant 2 mois, j'ai tenu bon, elle est revenue vers moi et la j'ai pu, petit à petit construire LA relation qui ME convenait ... En plus cela lui a permis d'avancer elle aussi. Il y a toujours des rechutes, car je n'ai pas encore trouvé mon équilibre, mais rien avoir avec cette culpabilité et cette colère que je pouvais éprouver. La réplique du film que j'adore: la zappette pour changer les autres n'existe pas" ( ou du genre)
liegama.
Ancien abonné

Courage, je compatis j'ai le même modèle à la maison, ma mère est toxique, manipulatrice, égocentrique et narcissique. Je lui parle plus depuis 3 mois car j'en pouvais plus de la gérer et de gérer ses tentatives multiples et variées de me casser. J'ai tout essayé depuis 13 ans, les discussions calmes, les grandes lettres qui prennent 2 mois à écrire pour bien exprimer les choses sans agressivité, les coups de gueule, les mois sans contacts, les moments à deux, l'utilisation d'intermédiaires, deux psy et j'en passe. J'ai été la mère bis de mes frères et soeurs, je l'ai écouté, aidé, aimé, soutenue mais elle de son côté n'a rien changé. 

J'ai failli perdre mon couple à essayer en vain de trouver un contact plus sain avec ma mère. J'ai compris que vouloir à tout prix essayer de trouver du sens à son comportement et me remettre en question ne m'avançait à rien.

Maintenant je lâche prise, ou du moins j'essaye, je fais le deuil en ce moment, de la mère que j'aurai voulu avoir, j'essaye d'accepter qui elle est complètement et totalement et surtout de me construire loin pour pouvoir éventuellement plus tard reprendre des contacts où je ne me sentirai pas anéantie à chaque fois. Je suis passée par une grande phase de grande colère, que j'ai accueillie comme j'ai pu dans de multiples RPC, maintenant ça alterne entre la tristesse, l'acceptation et encore de la culpabilité.

Je note que j'ai beaucoup moins d'EME quand je ne suis pas en contact avec elle et ça n'a pas de prix pour moi. 

C'est en effet à moi de changer et non plus espérer que ma mère change. A 37 ans, il était temps! 

MONTDOR.
Abonné

A peu pres le meme parcours que toi Liegama avec ma mère, y'a rien eu à faire,elle a toujours estime que seuls les autres etaient en tort, elle jamais. Aujourd'hui et depuis 1 an, suite à un AVC elle est en maison de retraite car elle ne peut plus vivre seule et est souvent "à l'ouest" et curieusement c'est là qu'elle est la plus sympa. Quand elle reprend ses esprits, alors que je suis la seule famille qui lui reste et qui s'ocupe d'elle, elle m'envoie des reproches, encore et toujours... Cela fait longtemps que j'ai cessé de l'aimer et si un jour mes enfants devaient eprouver pour moi ce que je pense d'elle, j'en mourrais de chagrin. Je n'ai jamais coupé les ponts avec elle car elle est ma mère et meme si son amour a été le pire des poisons, elle m'a aimé, mal, mais je ne veux pas avoir à me reprocher mon comportement un jour et avoir des regrets, culpabiliser, etc. Je veux aussi montrer à mes enfants qui connaissent un peu mon histoire avec elle qu'ils est important de respecter les liens familiaux et faire son devoir en tant qu'enfant et que parent. J'ai espacé mes visites et nos rencontres, au maximum, pas plus de 4 ou 5 fois par an (quand elle etait valide), je ne l'ai plus appelé au téléphone car elle en profitait toujours pour me cracher son venin, j'ai reduit nos conversations quand on se voyait (le strict minimum sinon dispute assurée) bref tout ce que j'ai pu faire pour prendre de la distance. Aujourd'hui je dois aller la voir presque toutes les semaines à la maison de retraite, pas plus d'une heure en general, souvent avec mes enfants, car je sais qu'il ne lui reste plus beaucoup de temps et j'aimerais qu'elle parte en paix, celle qu'elle ne m' a jamais foutu.... .

Noelle
Marraine

Et bien, Montdor, si ce n'est pas de l'amour pour ta mère, ça y ressemble !!!

Isana.
Abonné

Oh lala, Liegama, encore une fois, j'ai l'impression que c'est mon histoire que tu racontes :-S.  J'ai aussi le même modèle, et j'ai aussi le même parcours de "tentatives".  Le tout avec un papa un petit peu du même acabit mais avec des variantes ... tout baigne :-P.

Mes débuts en thérapie il y a 4 ans presque jour pour jour m'ont d'abord conduite à ressentir énormément de colère pour toutes les douleurs subies.  Gros clash lors de vacances "familiales" dans le Sud de la France l'été qui a suivi.  Tout a été mis sur le dos de ma thérapie et de ma thérapeute (d'après mes parents c'était un Guru mdr), et sur le mien, of course ;-).  Vilaine fille ... bouuuh, vilaine.

J'ai écris une lettre énooooorme avec tout mon coeur et mon âme de petite fille blessée.  Ma thérapeute l'avait lue et l'avait trouvée douce et non agressive, mais ... Mais pas mes parents, pas ma mère.   Que nenni.  Ma mère en a été tellement outrée et blessée que c'est mon père qui est venu chez moi pour "s'expliquer" ... ce qui revenait, pour l'ancien juriste qu'il était, à arriver avec mon "dossier d'accusation", tel un avocat qui entame sa plaidoirie et vient démonter les "preuves" à la barre :

  • un livre intitulé "La psychanlayse, cette imposture" (moi je suivais une TCC, mais quand bien même ?)
  • des feuilles de notes personnelles avec schéma, logigrammes, flèches, annotations surlignées en fluo et terminant par un CDFD,
  • CQFD me disant qu'en conclusion de tout ça, ma vision de mon enfance et adolescence n'était pas possible, que nous étions mes parents et moi, chacun d'un côté d'un ravin, dont je venais de dynamiter le seul pont de liaison ... yippie :-P.  Mon père a toujours aimé les films de guerre tel "Le Pont de la Rivière Kwai"  ... hum.

J'ai découvert alors que mes parents et moi n'étions vraiment, mais vraiment pas de la même planète mdr.  Nous ne parlions pas le même langage.  J'ai donc petit à petit pris mes distances, espacé les entrevues, etc pour, comme le conseillent Ariane Nounette, puis Poneyville, me (re)construire (site encore en construction actuellement mdr), puis, petit à petit, j'ai accecpté et mon comportement s'est modifié de lui-même.  LC y est aussi pour quelque chose car la RPC m'aide énormément.  Et ça a une incidence dans mes rapports avec mes parents.  Je pense que je sors tout doucement de leur "système", de la roue infernale "protecteur-bourreau-victime".  Ca met du temps.

Je suis d'accord avec ce qui a été dit avant : couper les ponts (arf mon père sors de ce corps mdr ;-)) n'est pas forcément la bonne solution, car effectivement, la place reste à prendre et on ne solutionne rien par rapport à soi-même. 

Lile, je suis contente de lire que ton WE s'est finalement pas trop mal déroulé, et je te souhaite courage et énergie pour la suite ;-).

Isana.
Abonné

Oops, j'ai oublié : merci Ariane Nounette pour les 2 liens :-) !  Je viens d'aller les consulter, c'est super intéressant !

pleinedespoir.
Abonné

Hello les filles!

Y m'semble que le sujet mère toxique est inépuisable.. la mienne est morte il y a 13 ans mais je garde encore le souvenir de son regard sans amour tout au long de ma vie de jeune femme: avec des commentaires du genre laconique et qui vous cassent les pattes assénés avec un regard glacial!:"tu as grossi".point.

Je ne veux pas  dire du mal des morts ( mon père a suivi 6 ans après)lui c'était le genre maltraitant qui n'assume rien , mais  ce qui me frappe c'est que nous  qui avons  des petits problèmes avec la nourriture sommes bcp à avoir eu des mères.. hum   problématiques on va dire.!

Bon Dieu tout ça me fait froid dans le dos....a posteriori! je nous  trouve toutes  très courageuses d'avoir traversé tout cela !

La nourriture fut certainement la douceur qui nous  a tant manqué...

Banal peut-être mais  tellement difficile à changer..

Bien à vous

izabelle
Animatrice forum

eh bien les filles je compatis !!!

la mienne n'a jamais été toxique, ça serait plutôt une crème

beuh.... ceci dit cela ne m'a pas empêchée de me sentir mal aimée, incomprise et tout ça....  à mes heures

 

mais j'imagine ce que ça doit être d'avoir une telle relation mère-fille et je suis de tout coeur avec vous

mavo.
Marraine
Je compatis aussi, ça fait mal de vous lire... Je suis la petite-fille d'une toxique, et ma propre mère a fait ce qu'elle pouvait avec ce qu'elle avait reçu, à une époque où voir un psy ne lui était pas venu à l'esprit. Du coup, j'ai fortement le sentiment que je dois la protéger, lui apporter l'amour qu'elle n'a pas eu (et ne pas maigrir puisqu'elle n'y est pas parvenue elle-même !:-)). C'est un puits sans fond, les rapports mère / fille ! Bon courage à toutes.
Deloo26.
Abonné
La mienne est une femme magnifique et c'est plutôt avec mon père que j'ai connu de graves difficultés relationnelles... Mais ma mère a aussi commis des erreurs, comme j'en commets moi même avec mes filles. Ce qui m'a aidé dans le cadre de ma psychanalyse, c'est de comprendre qu'elle avait juste fait comme elle avait pu. Ce qui ne m'empêche pas de me dire que j'ai aussi bien fait de me protéger dans ces moments là, car même si les parents font comme ils peuvent, cela ne nous oblige quand même pas à subir leurs maladresses ou leurs tentatives d'emprise. Quand je vois les 8 ans de psychanalyse que je me suis payée (dans tous les sens du terme !) je flippe à l'idée qu'en tant que mère, je fasse subir à mon corps défendant la même chose à mes enfants.... Je fais de mon mieux, mais est ce que ce sera suffisant ??
izabelle
Animatrice forum

oui ça sera largement suffisant

quand on fait trop bien ce n'est pas bien non plus.....

dans mes études, on avait étudié le fameux concept de Winnicott, ce qui est idéal pour l'enfant, c'est :

la mère suffisamment bonne.....

 

donc pas toxique bien sûr.....

quand je faisais ma thérapie, j'avais passé des moments à faire s'exprimer mon enfant intérieur sur ce qu'il ressentait,  à prêter mes mots d'adulte à mon enfant intérieur qui n'en disposait pas forcément

c'est très puissant de pouvoir enfin exprimer tous ces ressentis  enfouis pendant l'enfance, puis de déculpabiliser aussi, en comprenant que l'on s'est trouvé dans cette situation (par ex parents toxiques)  non pas du fait de notre valeur, mais parce qu'on s'est trouvé là à ce moment, au bout d'une histoire vécue sur peut-êre plusieurs générations, que c'est comme ça que ça s'est passé, mais qu'en tous cas, cela n'a rien à voir avec notre valeur intrinsèque

j'avais aussi écrit une lettre (non envoyée bien sûr)  pour exprimer tout cela noir sur blanc

cela m'avait permis d'arrêter de me prendre la tête sur ma mère et surtout d'être agressive avec elle  (mais bon bien sûr ma mère n'a jamais été toxique, plutôt trop couvante, ça reste largement plus facile)

liegama.
Ancien abonné

Je viens de lire les derniers commentaires sur le sujet, je me sens moins seule de voir que l'on est nombreuses à subir des parents toxique ou grands parents (Mavo). 

Je note juste que depuis 3 semaines je n'ai pas eu une seule EME et pas eu un seul contact avec ma famille à l'exception d'emails où je parle en quelques mots de notre projet et où je lis ce que font mes frères/soeurs/parents durant leurs vacances.

Je suis à fond dans mon projet, je m'éclate avec mon mari, je compense mon manque de partage avec mes beaux parents (qui arrivent demain chez nous) mais le problème n'est pas résolu. Après de longues RPC (plus de 30mn), il arrive régulièrement qu'une émotion remonte, qu'un lien se fasse dans ma tête, que la tristesse d'avoir les parents que j'ai me submerge. J'essaye de prendre et d'accueillir. 

J'apprends à ne plus culpabiliser de ne pas les contacter, de les dépasser sur certains points, de m'autoriser à réussir là où ils ont échoué (c'est assez dur cette dernière partie). J'ai encore des élans protecteurs envers eux mais je les identifie mieux pour ne plus y succomber. 

J'ai noté que lorsque le sentiment de culpabilité baisse j'arrive mieux à m'autoriser à prendre du plaisir à manger. 

Et pour la première fois depuis plus d'un an que j'ai commencé LC je sens que je commence à perdre. Je dis je sens car ayant décidé de ne jamais plus me peser c'est un pantalon qui étalonne la mesure de la perte vu qu'ii était assez serré il y a trois semaines. 

Le chemin est encore long mais je ne me vois plus faire machine arrière.

Haut de page 
X