Dégustation au quotidien - 12052015

izabelle
Animatrice forum

Alors la dégustation toute une histoire !!!

au début on se dit que ça va être trop fastoche,  et puis finalement pas tant que ça

là je parle surtout pour mon cas : mangeuse émotionnelle invétérée à la base

on se dit : oh ça la dégustation ça me connait, et en fait non!!!

c'était très dur  ne serait que d'y penser

parce que déguster, c'est ressentir  (le goût)

et quand on a le réflexe d'éviter de ressentir des choses "trop" fortes,  eh bien le gout aussi, on le zappe

 

c'est pourquoi je vous propose ce petit défi quotidien, qui va être très  simple :

 

déguster  UNE bouchée  en pleine conscience

donc en laissant les goûts exploser, ou du moins en les ressentant sans mettre de barrière, sans chercher à avaler très vite

juste laisser exister le goût,  le temps d'une bouchée

 

je vais m'y atteler dès ce midi, et j'espère qu'on sera un petit nombre (ou un grand)  à s'exercer ainsi

pour que le goût devienne, à terme, notre meilleur guide

 

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

eh bien tu fais comme tu le fais, au mieux !

rien n'est parfait mais on fait ce qu'on peut, du mieux qu'on peut

tu es encore plus obligée de prêter attention pour vraiment ressentir, et ça c'est une démarche très bénéfique

le plus important étant de porter attention, c'est ce que tu fais donc bravo

izabelle
Animatrice forum

alors hier dégustation d'un carré de choc fourré

le truc doit faire au moins 20g c'est un gros carré

j'avais besoin de réconfort donc je l'ai fait durer.... durer....

je pense avoir passé bien 20 minutes sur ce carré, à faire fondre chaque minimorceau et laisser les saveurs exploser en bouche

Anmary.
Abonné

interessant de lire tes dégustations ....j'en ai l'eau à la bouche ...

d'autant que je viens de terminer la phase de la dégustation de la pomme, de la baguette et du café ...

faire celà régulièrement avec de bons produits ... oui c'est terriblement agréable !

je voulais raconter comment j'avais dégusté ma pomme ....

un matin je pars au boulot vers les 6h45 sans avoir pris de petit déjeuner (j'avais pas faim) ... et seulement bu un café.

sans le savourer spécialement  mais je vois une pomme qui me sourit dans sa coupelle. La pauvre, elle est là depuis bien un mois ou deux ... un tout petit peu fripée mais encore assez agréable à regarder ... rouge ocre. Je repense à mes trois dégustations et je me mets en mode conscience avant de prendre la route. j'attrape la pomme et je saute sur ma bécane.

après quelques kms je prends la pomme d'une main tout en pilotant de l'autre et je relève la bulle de mon casque. je l'approche de mon nez pour sentir, elle est très peu parfumée ... et je commence à croquer dedans ! hummm quel délice.

immaginez de traverser un paysage de rêve ... avec un lever de soleil sur le marais, à tomber par terre... une route sinueuse peuplée d'oiseaux de toutes sortes dont des hérons qui me regardent passer ou bien prennent leur envol devant mon nez pratiquement. Les odeurs du matin et l'air qui caresse mon visage ....  et dans la bouche le gout amer sucré de ma pomme .... je la garde en bouche le plus longtemps possible, jusqu'à la transformer en compote ... avant de la laisser glisser dans le fond de ma gorge et de la sentir descendre le long de l'oesophage. Je remarque que quelques morceaux ont réussi à partir avant que je ne le décide conscienmment. j'ai vraiment une bouche qui avale et c'est un effort de garder longtemps l'aliment, un de mes grands plaisirs semble être celui d'avaler avant tout !

et pourtant, que c'est bon de déguster !  pourquoi ai je perdu cette partie du processus de me nourrir ...  la prise de conscience a été fulgurante ! et j'ai continué de croquer ma pomme pendant tout le trajet jusqu'à mon travail.... environ 15 mn ... j'ai jeté le trognon avant d'entrer dans le bourg ... et puis pour en faire profiter quelques bébettes gourmandes au passage.

Je recommencerai à chaque fois que mon corps se souviendra de ce plaisir ... la dégustation !

depuis cette expérience, j'ai le sentiment que je ne mange plus comme avant, je pense avoir encore quelques avalées sauvages ... mais dans l'ensemble je pense à ce que je mange et je le perçois non seulement avec la tête mais avec ma langue, mon palais, mon nez, mes yeux, mes oreilles, ma peau, ... tous mes sens sont en éveils pour apprécier la nourriture.

 

 

didi5063.
Abonné

super ta dégustation anmary, j'en suis aussi à la dégustation mais je ne pourrais faire ces excercices qu'en fin de samaine et cela me donne des idées!!!

izabelle
Animatrice forum

bravo Anmary et merci de partager ça avec nous !

Anmary.
Abonné

Je t'n prie, et en fait c'est super sympa d'écrire ce que nous vivons ... je crois que je vais lancer un nouveau sujet bientôt car je commence à vraiment y prendre goût !! c'est aussi délicieux que de déguster une barre de chocolat au lait avec du nougat à l'intérieur .... cheeky

delphdelph.
Abonné

 

Ce midi j'avais resto avec deux copines.

Ayant choisi un nouveau petit resto que nous ne connaissions pas, je me suis préparée à déguster attentivement mon plat.

C'était rissoto aux calamars et au chorizo : prometteur !

J'ai mangé lentement en savourant chaque saveur, et en prettant attention à la conversation en même temps.

Attention partagée !  cool

Mais c'était pas mal, mais sans plus (manque d'assaisonnement, je crois).

En tout cas à vue de nez il y en avait beaucoup trop pour la mangeuse linecaochée que je m'efforce d'être... mais avant LC je me serais réjouie d'en avoir autant dans l'assiette, et j'aurais tout mangé à m'en faire pêter l'estomac... blush

Au bout d'un moment j'ai posé ma fourchette pour faire ma pause de milieu de repas, et j'ai continué de discuter avec les copines, qui de leur côté avaient déjà fini le leur.

Et finalement, après quelques minutes de papotage : plus faim.

Je leur ai même proposé d'en prendre "parce que je n'arrive pas à finir" !  angle

Elles aussi, d'ailleurs, elles l'ont trouvé moyen (mais bon elles n'avaient plus faim, ça change tout).

Du coup : pas de dessert >> café direct.

Et j'ai laissé plus de la moitié dans mon assiette, sans culpabiliser. yes

izabelle
Animatrice forum

bravo delphdelph !

agnesmanu.
Ancien abonné

J'ai été surprise pendant la phase de dégustation.

En effet, on nous a demandé de déguster un aliment tabou et j'ai choisi les chips à l'oignon.

Or, je me suis vite aperçu que...les chips, c'est pas bon! cheeky Ca n'a pas vraiment de gout, c'est juste très salé, les gouts sont chimiques.

je suis contente de ce résultat qui va me mettre face aux aliments et me permettre de mieux les choisir.

izabelle
Animatrice forum

moi aussi je n'aime pas les chips, sauf quand je suis véritablement affamée  (et où n'importe quelle nourriture me semblerait délicieuse je pense)

hier j'en ai fait l'expérience sur des cachaouetes

j'adore ça mais elles étaient très très salées donc ça gachait le gout

Kaylee
Marraine

[quote=izabelle]

 

de mon côté je l'ai fait hier sur une cuillère de nut

[/quote]

Et alors ? Tu n'as rien décrit... "oh, la bonne saveur bien grasse et bien "moelleuse" de l'huile de palme qui envahit ma bouche dont je mets un temps fou à me débarrasser, oh la bonne saveur bien écoeurante faussement sucrée du bon sirop de glucose (ou de fructose) qui me donne ensuite une soif pas possible, oh la saveur inexistante de la noisette que je cherche en vain,  mes papilles étant complètement anesthésies par l'explosion de gras et de sucré"... hihihi humour de bon matin wink

Pour les Chips, après avoir regardé les étiquettes pour trouver le moins de "saloperies" dedans et surtout le % de sel, il y a les Lxxs, nature ou paysanne. J'ai toujours été déçue par les Chips avec une "saveur" ajoutée qui semble appétissante puis se révèle décevante, je concentre mes papilles sur les "nature" et je ne suis pas déçue. Tout au moins dans cette marque, qui me semble la moins pire, avec les Sxxxx, mais elles sont un peu plus salées.

izabelle
Animatrice forum

eh bien non détrompe-toi, le nut ça peut être tout à fait bon,  il faut néanmoins avoir faim

j'en ai déjà mangé avec une bonne faim et ce n'était pas si mal que ça  du tout

ça doit dater parce que là je ne m'en souviens plus, de cette cuillère de nut, ça doit dater du mois de mai je pense, mon homme en avait acheté pour les neveux

 

je préfère me faire fondre sous la langue un carré de pralinoise

là les saveurs de noisettes sont vraiment très très présentes !

Colombie.
Abonné

Je découvre ce fil aujourd'hui.

Je suis dans la phase dégustation, comparaison entre l'idéal et la réalité.

Depuis longtemps, peu de sucré dans mon alimentation car je suis à la limite du diabète et en obésité massive.Un aliment est vite trop sucré pour moi et n'aime pas avoir le goût sucré en bouche. je bois eau ou café après un aliment sucré.

J'ai pris consciance que je ne sais pas décrire l'arome et les saveurs, que j'ai du mal à choisir mon aliment idéal. Je mange parce qu'il faut manger et depuis longtemps ce qu'il m'est  conseillé de manger. Au départ, c'était uniquement pour perdre du poids.
Mais aujourd'hui, à 66 ans, viennent se greffer des aspects médicaux. Avec LC, certains aliments ne sont plus tabous mais à limiter.

C'est une phase où j'ai du mal à m'exprimer car je n'ai pas appris à déguster, je découvre la dégustation avec LC.

Depuis longtemps on me disais de manger plus longtemps, de mâcher, mais j'avais du mal à déguster sauf laisser les choses en bouche pour faire durer.

 J'apprécie le fait de croquer et le bruit de la mastication et le goût du jus qui s'écoule quand je mange un fruit plus que le plaisir gustatif.

izabelle
Animatrice forum

bonne idée de réactiver ce fil !!

et si on se motivait sur ce défi?

déguster le plus souvent possible en pleine conscience et venir en parler ici

Kaylee
Marraine

[quote=izabelle]

bonne idée de réactiver ce fil !!

et si on se motivait sur ce défi?

déguster le plus souvent possible en pleine conscience et venir en parler ici

[/quote]

Oui, bonne idée, et plus j'avance plus j'essaie de le pratiquer, sans le voir comme une punition (prendre son temps pour manger, au début de LC, pour moi c'était une punition).

Etant revenue de vacances avec une crève monstrueuse due à la climatisation, qui a dégénéré en bronchite, depuis une bonne semaine je mange beaucoup moins parce que... ce que je mange n'a pas de goût. Je ne souhaite à personne d'attendre d'avoir la crève pour déguster wink mais manger la bouche ouverte parce que sinon je m'étouffe m'empêche de ressentir la saveur des aliments. Comme je privilégie désormais la qualité à la quantité, en ce moment je mange beaucoup moins parce que le plaisir gustatif n'est pas au rendez-vous.

Colombie.
Abonné

Je suis à l'exercice : je mange pour me réconforter.

J'ai fait une première fois l'exercice avec du chocolat: carré de 10g individuel. j'ai dégusté ce chocolat et je l'ai trouvé bon. En ce moment, automne, tendance à manger + car froid ou au moins fraicheur, temps souvent gris, nuit qui arrive plus tôt et cela ne s'arrangera pas avant plusieurs mois.

Je savais que le chocolat contient du magnésium, élément qui calme le "coup de blues". J'ai réalisé que je pouvais en manger un peu chaque jour. Mais cette dégustation m'a fait rechercher pourquoi j'en mangais pas, peu ou la plaque de 100g, pourquoi un réconfort ou pas pour moi?.

Dans l'enfance c'était une tartine avec un carré de chocolat quand il y avait un gouter. J'avais oublié cet aspect car depuis 50 ans on me dit de le limier: régimesssss pour perdre du poids et risque de diabete. J'ai découvert que ces 10g de chocolat, fort en gout ce chocolat noir m'apportait réconfort et  énergie. Je ne vais pas le jeter parce que je dois le limier mais le déguster un jour à la fois.

Peu de temps après, j'ai dégusté ma soupe comme réconfort. Car cela me fait penser à la chaleur retrouvée après sortie par temps froid, ou en rentrant du travail ou de l'école ((association d'idée après le chocolat du gouter). C'était préparé par maman pour nous réchauffer le corps mais aussi le coeur, en tout cas aujourd'hui, je le vis plus comme cela.

J'ai dégusté mon assiette de soupe à "m'en lécher les babines". C'est une prise de conscience. Je pensais que boire une soupe chaude au retour de randonnéecar cela  permet une réhydratation et me faisait plaisir car besoin physiologique après  l'effort, avant de préparer le reste du repas. Aujourd'hui, j'ai compris que c'était aussi un aliment réconfortant.

Ces deux dégustations m'ont donné des idées pour utiliser du chocolat avant de devoir le jeter car trop vieux, oser le chocolat chaud chez moi... et voir soupes et potages comme aliment de réconfort, pour me faire chaud au coeur.

lylyoz
Marraine

Ce qui m'aide pour la dégustation c'est d'en avoir peu, dans ce cas là, je me dis qu'il faut que j'en tire un maximum de plaisir. Et evidemment, je le fais durer très longtemps et étonnamment c'est généralement plus avec le sucré que je m'observe agir de cette façon, alors qu'à priori je suis plutôt un bec salé.

Sans doute que j'associe le dessert au plaisir et surtout on en a pas besoin alors que le salé c'est vital. Intéressant la croyance que j'ai développé, on se nourrit de salé et le sucré est un bonus non nécessaire.

Kaylee
Marraine

Etonnant lyloz, en te lisant, je me rends compte que pour moi c'est l'inverse : j'ai tellement engouffré des quantités de sucré pour me consoler et plein d'autres sensations qui n'ont rien à voir avec la dégustation que j'ai beaucoup de mal à apprécier une dégustation de sucré.

Alors que maintenant je prends mon temps, je découvre plein de sensations dans des aliments salés que je ne prenais pas la peine de déguster avant, justement parce qu'ils faisaient partie du quotidien et de l'utile à la nutrition ; je découvre de l'amer, de l'acide, je ne trouve pas toujours les bons mots mais je m'étonne et j'apprécie. En ce moment, je découvre différentes sortes de salades, au moment de préparer la vinaigrette, je choisis en fonction de la salade du jour la moutarde, le vinaigre (j'ai trouvé par hasard du vinaigre de miel), l'huile (sésame, noix, noisette, olive). J'ai arrêté les huiles qui n'ont pas de goût, comme l'arachide, le tournesol, le colza.

X