Douleur et créativité. - 11062013

noodledish.
Abonné

Bonjour tout le monde!

J'apprends ici à écouter ma douleur. A croire en moi avec elle, à l'accepter plutôt qu'à me sentir diminuée par elle.

Parfois elle dure vraiment longtemps et je me dis que je ne sais pas quoi en faire.

Je me dis que j'aimerais vraiment bien en faire quelque chose de constructif.

Avez-vous des idées? Cela vous est-il déjà arrivé? Avez-vous trouvé des moyens d'expression qui vous libèrent? ...

Merci.

Commentaires

nickette.
Abonné

Salut Noodledish,

 

La poésie m' a beaucoup aidée il y a longtemps, très longtemps même.

j'écrivais ( sans règle) et on me lisait sur une radio libre ( on disait çà à l'époque) et les commentaires des animateurs et des auditeurs m'ont énormément aidée.

Aujourd'hui, je lis et relis toujours avec bonheur mes poètes préférés dont je connais pas mal de textes encore par coeur.

La poésie a été le petit bonheur discret et silencieux de ma vie, celui dont je ne parle jamais mais ici, personne ne me connait...alors j'ose.

 

Mais de quelle douleur douleur parles-tu, physique, morale ??

est-ce qu'on "soigne" les 2 avec la poésie. peut-être bien.

 

 

Et je suis allée voir ton profil et je je suis comme toi un bébé noodledish et çà me fait sourire...

 

Bonne soirée

Laureline.
Abonné

Bonsoir Noodledish,

L'année dernière j'ai fait un stage de modelage, quelques journées toutes simples pour être en contact avec la terre (l'argile), laisser venir ses images et ses mouvements, expérimenter les matières, les couleurs... On avait des temps de paroles entre les temps de modelage, pour parler de ce qu'on avait ressenti.  Les jours d'après ce stage j'avais un grand sourire intérieur et extérieur.

Ca a été un moment clef pour moi. Ca m'a reconnectée à mes sensations,  les premières désagréables (je trouvais l'argile froide dans mes mains, je ne m'y attendais pas du tout, je pensais adorer l'argile !), puis ce désagréable est parti. Ca a libéré des émotions aussi, ça a donné forme à des choses qui étaient informes jusqu'à ce moment. Des souffrances, mais aussi des joies, des désirs... Ce n'était pas un stage thérapeutique, mais il a eu de sacrés effets, il a marqué le début d'un changement.

Je n'en ai pas refait depuis, mais c'est très vivant en moi.

En ce moment j'aime beaucoup prendre des photos, essayer de capter ce que je trouve beau, ou fort, ou émouvant. Photographier ce dont j'ai envie de garder la trace. Je fais les photos avec mon téléphone portable et j'en partage après certaines avec mon entourage.

Je crois fortement dans ces pratiques où l'on a un espace de liberté possible, pour donner forme à la douleur, aux émotions... mais aussi pour être surprise par ce qui vient, se suprendre.

Laureline

 

Bliss.
Abonné
Je fais du land art. Dans la nature, forêt bord du lac ou autre, tu peux voir sur le net des idées. J'assemble au gré de l'humeur feuilles cailloux fleurs ou autres bouts de bois. Ca donne des figures, des formes des spirales ou dessins avec dégradés de couleur ou pas. Parfois j'en fais comme des offrandes à la rivière, sur une écorce d'arbre que je laisse filer. Ca me détend, c'est gratuit, c'est beau et ça disparait. Je me suis aperçue qu'une autre personne en fait dans mon coin de forêt, j'interviens parfois sur ses œuvres et elle sur les miennes (ou lui?)
alyan.
Abonné

A une époque je coloriais des mandalas, avec de la musique sur les oreilles. Juste le plaisir d'associer les couleurs au feeling, sans effort, ça me permettait de réfléchir et me retrouver comme dans un havre de paix intérieur. C'est un besoin qui m'est venu comme ça, bien avant que ce soit un peu la mode et que je sache qu'on pouvais en acheter des vierges sous forme de livres pour les colorier. J'en ai envie encore parfois, et j'en trouve des gratuits sur internet.

Récemment j'ai découvert le Zentangle dans le même esprit.

Ziguele.
Abonné

Bonjour Noodledish,

Excuses-moi de te faire une réponse aussi "conventionnelle" mais pour mes douleurs, parfois vives et qui durent longtemps, je fais de la méditation (pleine conscience). Je garde ainsi un rapport positif avec mon corps et peut aller de l'avant...Cette méditation m'a aussi redonné confiance en mon corps...et en moi-même. Cela n'empêche pas que je doive adapter ma vie aux limitations imposées par ces douleurs (difficultés à me déplacer, fatigue etc.). Mais cette "adaptation" n'est pas négative grâce à la méditation. Je fais avec plaisir tout ce qui m'est permis et je savoure chaque jour qui passe....

Bonne chance à toi !

Ziguele

noodledish.
Abonné

Bonjour à toutes!

Merci beaucoup pour vos réponses très enrichissantes.

Je parlais plutôt de douleur morale, mais je pense que celle-ci est aussi physique et que quelquepart la douleur physique est morale...

J'aimerais tellement trouver un côté très riche en ma douleur du genre "punaise que je me sens extrêmement mal, mais super je vais être très productive". Je crois que c'est comme ça pour certains écrivains, chanteurs, peintres, etc...

Merci encore.

nickette.
Abonné

Hier, j'ai regardé cette vidéo. Boris Cyrulnik en conférence à l'université de Nantes parle de la mémoire traumatique.

Vers la fin de son intervention, il évoque la création artistique et dit que sans les traumatismes de l'humanité ' guerres, souffrances ...) nous n'aurions peu pas de musées ou de bibliothèques.

//www.youtube.com/watch?v=rd13inJYbQk

Bonne journée

Lavienrose.
Abonné
En effet , je ne ressens plus ce mal être d'avant et du coup je n'ai plus envie de créer comme avant. Avant: avant de mieux me connaître....maintenant je sais ou chercher pour aller mieux ou laisser aller. Donc avant j'écrivais des poèmes et je peignais.... Ou je peignais et écrivais des poèmes sur ma peinture....pour mes poèmes j'avais souvent besoin d'un petit verre de rhum et de la musique bien mélancolique. Pour la peinture une musique chaude ( reggae, salsa...) Et puis bien sur, les voyages pour découvrir les gens leur culture( pas les monuments mais leur façon de vivre) pour m'ouvrir. Aussi une thérapie Danser danser danser
Laureline.
Abonné

Puisqu'il y a une amatrice de land art (et peut-être d'autres ?), je partage avec vous un lieu que j'aime énormément : la plage de l'Ile Grande, en Bretagne. Chacun peut y construire des cairns avec les galets de granit. Les vents et les marées d'automne les déconstruisent, les gens, tous ceux qui veulent, en reconstruisent... je trouve que c'est une belle métaphore de la vie, des émotions qui nous traversent, de ce que nous construisons. Voici un lien :

//lartdanslanature.blogspot.fr/2010/04/pyramides-de-galetsile-grande.html

Belle journée

Laureline

doveline.
Abonné

Merci pour le blog Laureline,

Les photos et la musique sont vraiment très "chouettes" !

Belle journée à toi et à toutes et à tous,

doveline

Laureline.
Abonné

Oui c'est un chouette blog, je l'ai découvert en cherchant des photos de l'Ile Grande.

En fait pour poursuivre sur la créativité, je trouve que tenir un blog est drôlement intéressant, c'est un espace d'expression et de partage. Sur LC je découvre l'intérêt du blog, et je participe à un forum pour la 1ère fois, je trouve cela très enrichissant. Plus ça va plus je me dis que j'arriverai peut-être un jour, après LC, à mon propre blog ou quelque chose d'équivalent... En fait il me faut le temps d'apprendre un peu mieux à publier des choses perso sans aller trop loin, trouver le juste équilibre... Par peur d'aller trop loin, de trop me dévoiler, j'ai tendance à ne rien faire, rien dire, me retenir. OOu regretter après d'en avoir trop dit !

C'est un peu éloigné et un peu lié à ton sujet Noodledish !!!Je me rends compte que certaines "expressions créatrices" de mes états intérieurs sont mieux bien à l'abri dans des carnets d'écriture (lus que par moi), de dessins etc, et que d'autres pourraient être partagées...

izabelle
Animatrice forum

moi je joue du Chopin au piano....

rien de tel pour rester connecté à une émotion pas trop agréable,  ça la rendrait presque belle....

 

pour la colère il y a les sonates de Beethoven aussi

 

noodledish.
Abonné

Salut izabelle :)

ça me fait plaisir ce que tu dis, parce que j'ai prévu de m'acheter un piano... J'ai joué pendant 10 ans et voilà 4 ans que j'ai arrêté. Je me suis dit il n'y a pas si longtemps qu'il était temps de recommencer...!!! ;)

izabelle
Animatrice forum

oui!

moi j'ai repris récemment aussi

je n'ai pas joué pendant quasi 10 ans en fait

mais en reprenant ça revient très vite et on se fait vite plaisir

en ce moment je travaille un impromtu de schubert, un nocturne de chopin que j'adore  et quand je veux me reposer qq sonates de Mozart

et puis des chansons pour mon chéri pousse la chansonnette

je me suis aussi mise à la guitare, mais là c'est plus dur de prendre du plaisir quand on a pas l'acquis

 

en tous cas la musique m'aide toujours à sortir du mode "lutte" contre les émotions, dont je ne me rends pas compte souvent 

Patience
Marraine

Moi j'ai parfois le souffle tellement coupé par la douleur morale, émotionnelle ou physique, que je ne fais... rien !

Les grandes douleurs, en effet, me sidèrent, me mettent automatiquement en pause.
Alors, souvent, justement, je me pose. Je m'asseois, dans le calme.
Ou alors je choisis des occupations que j'estime douces : regarder la télé, faire un gâteau au yaourt aux raisins et aux pépites de chocolat (!), prendre une douche...

Quant aux petites douleurs, je les vis en faisant du shopping ! Souvent je n'achète rien (!) ; mais c'est comme s'il fallait que j'équilibre la balance entre le douloureux et l'agréable.

PS pour les pianistes : vous me donnez une idée ! J'ai joué des années quand j'étaits petite. Puis quand j'ai eu mon premier CDI, j'ai utilisé ma première paye pour m'offrir un piano. Depuis 3 ans il est là, il prend la poussière... Et j'ai finalement quasiment oublié son existence ! Merci de me l'avoir rappelée ! :-)

Noelle
Marraine

Patience, ça, je trouve que  c'est une bonne idée, te remettre au piano (et te retrouver?)

A bientot de tes nouvelles

Noelle/AM

 

 

 

Haut de page 
X