La satiété - 23122011

lizzz.
Abonné

Lorsque l'on mange des aliments caloriques on ressent la faim du plaisir gustatif et là, on sait qu'on peut s'arrêter pour cet aliment.

ça ok.

Sur un repas classique...... si on a encore faim et pas forcément envie d'autre chose, vous continuez à manger? quand sait -on qu'on doit s'arrêter?

La faim du plaisir, le sentiment d'avoir assez mangé, l'estomac plein?

Dites moi, comment ça fait chez vous, pour ceux qui savent écouter leurs sensations et les respecter, si vous avez des "précisions" quant à cette sensation "naturelle" qu'il nous faut ré-apprendre.....

Car je pense que je mange moins que mes besoins, j'imagine mes besoins comme étant "petit" mais je me demande si c'est pas un reste de restriction.

car j'ai faim en général toutes les 4 heures, environ. Donc je pense que je mange bien, comme il faut, alors que je stresse en me disant que j'ai trop mangé. Mais la faim revient.

Ou alors je suis dans le faux.......

Commentaires

isabellej.
Abonné

Pour moi, je conçois la satiété comme d'avoir encore une "toute petite place", qui s'atténue au bout de 10 minutes

Au début j'ai eu du mal à trouver cette satiété, car j'ai été habituée à attendre d'avoir une sensation d'estomac plein, bcp trop tard...

mais maintenant ça va,  en fait je pars sur l'idée de contenter mon corps, lui apporter ce dont il a besoin, alors je l'interroge tout au long du repas,, parfois je ne termine pas des trucs, j'en prends une bouchée et mon corps me dit "c'est bon, là" , ça énerve mon mari de voir ces yaourts entamés dans le frigo....   

quand j'interroge mon corps, ou plutôt très précisément, mon estomac, celui-ci me dit sans faillir s'il a un besoin de prendre de l'énergie en mangeant ou non....

 

alors que bien souvent je suis persuadée d'avoir faim  (creux dans le ventre, mais surtout gorge qui se serre à max), je l'interroge et lui dit  "non, non je suis ok, pas besoin de réapprovisionnement"

 

et puis souvent je reste à table, lorsque je pense avoir assez mangé (beaucoup moins que ce à quoi j'ai été habituée dans mon enfance niveau portions), je reste à table  (les autres mangent plus, c'est plus long), je me détends....  et si au bout de 10 minutes je sens que j'ai encore faim, je complète

c'est tout un dialogue avec mon corps et ça marche super bien, ce dialogue n'est pas faussé par les EME puisque mon estomac ne me ment jamais

par contre la diminution du goût, je ne le sens que sur les aliments très caloriques effectivement, pas forcément dans un repas lambda.... d'autant que je ne suis plus du tout attirée par les aliments caloriques

Laurette2.
Abonné

Isabelle, j’aime bien comment tu en parles !
J’aimerais bien arriver à une telle qualité de dialogue avec mon estomac… mais je dois être un peu sourde… je l’entends surtout quand il était clairement « vide » au départ… ça doit faire caisse de résonance ! Alors quand il s’est rempli, forcément, je m’en rends compte : c’est le grand silence !
Sinon, la plupart du temps, je n’entends rien… si j’ai l’impression que je peux m’arrêter de manger sans regret, je considère que c’est bon. Et effectivement, ça m’arrive d’avoir à la fois l’impression d’avoir fini et l’envie d’encore quelque chose, et si je prends ce quelque chose (genre un yaourt ou un biscuit), après c’est tout bon.
Je n’en suis pas encore à l’étape rassasiement/satiété. Je suppose que ça s’éclairera à ce moment-là.
 

isabellej.
Abonné

j'imagine que c'est différent pour chacun, perso je n'ai pas fait non plus les exercices sur la satiété, vu que j'ai appliqué pour l'instant  le programme toute seule dans mon coin....

pour ma part si j'attends des sensations physiques pour la satiété, j'attends trop longtemps, ou alors elles sont trop tenues pour que je compte dessus à coup sûr

c'est pour ça que je dialogue avec mon estomac, il me sauve aussi la mise pour reconnaitre la vraie faim.....    il est le seul à 'dire" vraiment ce qu'il en est, lorsque ma gorge désespérement serrée me crie qu'elle a "faim"

ma gorge est serrée à la moindre contrariété, donc si je l'écoutais....

alors que l'estomac, quant à lui, raisonne en quantité énergétique   "est-ce que j'ai besoin de cette énergie supplémentaire, ou de cet aliment en particulier?'

en fait, le goût, il s'en fiche, vu que c'est dans la bouche que l'on déguste, donc lui l'estomac le goût c'est pas son truc, il me dit de façon objective si j'ai besoin d'ingérer des calories ou non

 

ensuite les EME c'est une autre histoire, mais les outils sur ce site sont vraiment géniaux

lizzz.
Abonné

moi j'ai fait les exos sur la satiété, j'ai juste peur d'être dans l'faux.

Cf: question aux dr que j'ai écrite hier. C'est surtout par rapport à ça en fait.

isabellej.
Abonné

dans ce cas j'irais voir ta question et les réponses....   Joyeux Noel à toi Lizz et à ta famille!

Rose-PetitBeurre.
Abonné

Coucou !

 

Je n'ai pas encore fait les exos sur la satieté non plus mais je me rappelle que dans les livres de nos chers docteurs, on parle d'une sorte de courbe du goût en relation avec la satieté.

Quand j'ai faim, que je mange un aliment, son goût me parait agréable au début. Mais plus je me rapproche de la satieté, plus son goût perd de son intérêt. Pour distinguer ça, il faut bien sûr être attentif à sa dégustation.

Quand j'hésite à reprendre une bouchée, que je ne sais pas encore si j'ai atteint la satieté, je me pose la question "est-ce que tu en as vraiment envie ?". Si je ne sais pas, je prends la bouchée en étant super attentive à son goût (des fois, je ferme les yeux pour bien me concentrer). Si je trouve ça encore bon, je sais que je peux continuer encore un peu (en allant doucement, en restant toujours attentive). Mais si le goût a "perdu de son pouvoir", me laisse indifférente, ça veut dire que j'ai assez mangé ou bien que je sature sur cet aliment précis et que maintenant, j'ai envie d'autre chose.

Le truc, c'est de vraiment prendre son temps.

J'ai remarqué que plus je me rapproche de la satiété, plus il y a de temps entre deux bouchées, je passe au ralenti en fait...

Lizzz, je pense effectivement qu'il y a des petits restes de restriction... Tu distingues "aliments caloriques" et "repas classiques", ça m'a fait tiqué. Je m'avance peut-être mais j'ai l'impression qu'un repas classique c'est un repas que tu imagines "équilibré", diététiquement parlant ? ça peut aussi s'apprécier. Mais sans doute que tu n'y trouves pas tout à fait ton compte au niveau gustatif et que tu compenses par la quantité. Pourquoi ne pas chosir la voie du milieu ? intégrer des aliments "caloriques' dans des repas "classiques"...  rechercher ton propre"équilibre gustatif".

exemples perso : j'adore les lasagnes mais je ne peux pas en manger sans salade ; j'adore les carottes rapées mais j'ai besoin de mon petit pain-beurre à côté. Ca a toujours été comme ça, je ne me l'explique pas ! je crois que j'ai besoin d'avoir des textures, des saveurs, des températures aussi, qui se complètent. Et bizarrement, ça se complète aussi au niveau des densités caloriques !

Sinon, moi aussi je stresse parfois avec l'idée d'avoir trop mangé (alors qu'en fait, non), j'ai du mal à me débarrasser de la petite voix de la culpabilité ("tu devrais pas") par peur de grossir j'imagine... mais bon... faut se ramener à la réalité et à à un plus d'indulgence. C'est juste qu'il faut du temps et beaucoup de patience pour se débarrasser d'une aussi vieille habitude.

Bonnes fêtes ! et plein de biseskiss

lizzz.
Abonné

Pour le repas classique, c'est pas de la restriction, je n'ai fait aucun repas équilibré depuis 2 ans..... je veux juste dire que sur un repas classique, on ne sent pas pareil les sensations en bouche, on le sent surtout sur les aliments caloriques.

C'est juste une différence au niveau sensation..... sur mes tartelettes par exemple, tomate / jambon, je ressens pas le "dégout" au bout de 3 fourchettes..... par contre sur du saucisson, si je déguste Oui......

C'etait juste pour comparer, le rassasiement gustatif, de la fin de la faim......

Mais ça y est Dr A. a répondu à ma question plus haut et j'ai compris qu'effectivement, je voulais trop bien faire, et du coup, je faisais un régime des sensations.....d'où les EME en force......

ça va aller mieux maintenant, j'vois où je dois m'arrêter globalement....et ça c'est top!

merci les filles pour vos explications, qui permettent de savoir comment ça fait, "chez vous"..... j'en reviens pas de poser tout haut des questions si ....... "simples"

on parle de truc, qu'on devrait connaitre, tout seul, sans les apprendre, instinctivement! c'est terrible d'en arriver là, à cause des régimes!

on devrait les interdires! tiens!

Haut de page 
X