Lâcher puis reprendre la méthode, un va et vient normal? - 18122011

marie4.
Abonné

Bonjour à tous et à toutes, 

J'écris ce post après quelques jours de "mise en veilleuse" de LC, avec retour à des comportements alimentaires antérieurs (familiers mais nocifs), puis retour à la méthode aujourd'hui. 

Je me demande, après avoir lu pas mal de posts sur le forum, si ce va et vient n'est pas un peu notre lot à tous au cours de notre cheminement. J'ai l'impression que suivre le programme demande beaucoup d'énergie car il faut remettre les compteurs à zéro, analyser nos comportements à la loupe, remettre en question nos habitudes parfois ancrées par des années de pratique... Bref, ça demande du courage, un effort de bienveillance envers nous même, un effort de "réflexion sur nos réflexes"... 

Bref, ce n'est pas si facile que ça, même si c'est aussi une délivrance et un acte d'amour envers soi même. Du coup, de temps en temps, on "lâche" et on a besoin de retrouver ce qui nous est familier, parce qu'il est dur d'adopter directement une nouvelle façon de fonctionner. Même si on aimerait bien continuer à avancer, même si ça ne nous rend pas heureux de revenir à des habitudes antérieures souvent destructrices. C'est comme si on avait besoin de ce va et vient pour lâcher définitivement le passé et ancrer des nouvelles habitudes dans le présent! 

J'ai entendu dire que lorsqu'on arrête de fumer ou de boire ou quelque soit l'addiction, on arrête souvent 10 fois, 15 fois avant de réussir vraiment à arrêter. Il parait que ces tentatives ratées sont en fait un passage obligé et que chacune d'elle rapproche de la tentative réussie qui sera la vraie libération. Peut être que c'est pareil avec les comportements alimentaires nocifs? 

Qu'en pensez vous? Avez vous aussi vécu ces va et vient? Avez vous la sensation qu'ils étaient un passage obligé, et donc normaux? 

En tout cas, j'ai l'impression que penser cela m'aide à me protéger de la culpabilité et de la mésestime de soi!

Commentaires

Labrador.
Abonné

Bonjour Marie4,

je ne dirai pas que je lache, mais que je fais des pauses. J'ai besoin de temps pour intégrer les exercices ou pour pour m'y préparer, de temps pour tester les outils, pour réfléchir. J'ai compris que je n'effacerai pas 40 ans de régimes en qq mois, alors je prends mon temps. Je fais les choses quand je me sens prête, sans culpabiliser.  Les prises de conscience sont lentes et génératrices d'émotions et donc souvent d'EME .... 

L'exemple de l'apprentissage du vélo pris par l'un des docteur est très juste. On roule, on tombe, on se remet en selle un peu mieux et on recommence.

J'essaie de conserver un carnet, c'est mon fil conducteur, même si ce que j'y inscrit n'est pas très joli à voir. J'essaie d'être honnête avec moi. 

Je suis certaine que nous tenons la seule méthode qui nous fera du bien et apaisera notre relation à l'alimentation : autre fil rouge. J'ai confiance.

 

Bon courage pour la suite. 

Pomdereinette.
Abonné

J'en étais restée à l'image de la chute de vélo. Et je me prends de bonnes gamelles, ces temps-ci... Mais oui, partir, revenir... ou plutôt, des pauses de plus en plus longues entre chaque étape. Parce que trop bouleversifiantes. Parce que pas le temps... Parce que s'occuper de soi, pfff...

Tourmaline.
Abonné

Il y a les bonnes gamelles, il y a les moments où ras-le-bol d'avoir à remplir un nouveau carnet, il y a les moments où il faut un peu  de temps pour intégrer le programme avant de commencer une nouvelle "activité" : oui je crois que ce va-et-vient est naturel.

Parfois gros ras-le-bol, parfois expression d'un tout nouvel amour de soi.

Margaux_l.
Abonné

Je suis persuadée du bien fondé de la méthode zermati mais depuis 1 mois que je suis ici, je ne fais que me décevoir.

J'arrive à ressentir la faim, la maitriser, mais des que je mange, quelque soit ce que je mange je n'arrive pas à sentir la satiété, je sais que je mange trop parce que je me régale, par envie, par plaisir ....je limite les dégats en attendant la faim suivante mais j'ai grossi ....bientot je vais avoir repris ce que j'ai perdu il y a 2 ans et que je n'avais pas repris! j'avais enfin réussi à stabiliser...... je me dégoute

j'en suis à me dire que je vais reprendre Dukan pour redemarrer à 80kg et non 85 comme maintenant parce que la pente est ascendante et que j'ai trop peur de regrossir encore et encore....

j'avoue je panique un peu

marie4.
Abonné

Merci pour vos réponses. L'image de la chute en vélo est très bonne, c'est vrai qu'on n'apprend jamais en une seule fois! Je me souviens étant petite, il fallait une sacrée motivation pour se remettre en selle! (en l'occurrence, voir les autres s'amuser sur leur vélo, ça donnait vraiment envie...) 

Pomdereinette, je comprends ce que tu veux dire quand tu dis que c'est dur de s'occuper de soi. Parfois, j'ai l'impression qu'effectivement, on tourne en boucle autour de soi même, c'est un peu égocentrique tout ça, bien que nécéssaire... J'imagine qu'on pourra lâcher la méthode quand les habitudes seront ancrées et qu'on pourra faire autre chose que de se centrer sur soi!

Margaux, par pitié, reste avec nous, ne pars pas chez Dukan!!! Tu risquerais de revenir avec des compulsions encore plus grandes et un bonus de kilos!... (sans parler du moral!) 

J'ai le même problème que toi sur la satiété, moi aussi j'arrive à ressentir la faim mais pour la satiété, c'est une autre paire de manche! Mais tu ne crois pas que c'est parce qu'on n'est pas encore assez loin dans la méthode? Moi aussi j'ai commencé en novembre, et j'en suis encore dans les exos sur la faim, je crois que la satiété vient après. Du coup je patiente tant bien que mal... Peut être que tu pourrais écrire à ton coach, lui demander de changer l'ordre du programme pour faire tout de suite des exos sur la satiété? En tout cas, il te rassurerai sans doute sur ton parcours. J'imagine que la RPC pourrait sans doute t'aider, si t'y arrives.. (moi je trouve ça difficile de prendre le temps de le faire, même si je suis persuadée du bien fondé!) J'ai déjà lu des témoignages de personnes sur le forum qui ont commencé le programme avec une prise de poids qu'ils ont reperdu ensuite. Je suis sûre que tu n'es pas la seule dans ce cas là et qu'il faut quand même s'accrocher! Tiens nous au courant!

Tourmaline.
Abonné

Patience les filles,

LineCoaching, c'est un cheminement : on apprend la faim, puis la satiété, puis quel mangeur on est... Chacune son programme en fonction du premier bilan. c'est vrai que c'est fou de réapprendre à manger, mais c'est bien cela que l'on fait.

Apprendre à manger : on devrait le savoir, tellement c'est naturel ! Comme respirer.

Eh bien non, les années de restriction congnitive, de "il faut manger ceci et non cela" avec toutes sortes de mode..., tout cela nous a fait perdre la confiance de notre corps et en notre corps et ses sensations : il faut plus d'un mois pour renouer avec soi.

Patience et persévérance !

Lia.
Abonné

Moi je ne dirai pas que je "lâche" et que je reprends. C'est plutôt des temps différents dans la démarche , des temps pour intégrer tout ce qui se passe, changer en douceur, accepter les choses qui se produisent. Mais les "chutes de vélo" comme les décrivent nos docs ne sont plus de vraies chutes, on sait ce qu'on a apprsi, on l'occulte un peu mais en fait c'est là bien caché et on est déjà en train de se remettre en selle.

Moi par exemple ce week end je suis tombée dans la boite des biscuits déliceux, pas faim bien sur, mais plein d'eme que je n'avais pas envire de voir/creuser/analyser. Pas envie de faire de  la rpc. Envie de manger les biscuits.

Et bine je les ai dégustés, trop, et ensuite j'ai attendu la faim et j'ai vraiment constaté que je me sentais "pleine de sucre" et que je n'en voulais plus. Donc les acquis de la méthode sont conservés quelquepart même si on ne les voit pas.

Margaux je t'ne prie aussi reste! 85 kilos pour moi c'est un bonheur lointain perdu il y a longtemps, refaire dunkan c'est t'assurer de retomber dans des compulsions et de reprendre et de te retrouver un jour comme moi bloquée au dessus de 95......et regretter tes 85!

Clafmax.
Abonné

Je crois qu'il est normal de s'accorder des temps de décrochage et d'assimilation. C'est une méthode qui se réalise dans la durée, il faut trouver les ressources en soi d'écouter ses sensations et de les respecter. Le corps humain n'est pa mécanique, il y a des ahuts et des bas, c'es tun apprentissage qui n'est pas linéaire. L'important c'est d'avancer toujours quelque soit le rythme. J'ai eu du mal au début avec la respiration en aplien conscience j'ai arrêter la méthode et puis j'ai pris le temps de faire les exercices et me revoilà... J'en ai tiré un vrai bénéfice. 

Margaux, reste avec nous! Si tu retombes dans Dunkan tu vas suelement aggraver tes soucis et de couper un peu plus de ton corps! Et vous avez besoin l'un de l"autre en pleine santé!

 

Bises à toutes

Pomdereinette.
Abonné

"Les reviviscences du mal ne signifient pas que nos efforts ont été vains ou que le changement est impossible. Ce la signifie juste que la vie est dure, et que lorsqu'on est fragile, il faut prendre soin de soi."

Et aussi :

"Il y a ainsi une nécessité absolue, et sur la durée, d'un climat de tolérance à ses difficultés : il est normal qu'il existe des périodes où les anciennes habitudes s'imposent à nouveau."

Mon credo actuel !

Dans : "Imparfaits, libres et heureux" de Christophe André

marie4.
Abonné

[quote=Lia]

Moi par exemple ce week end je suis tombée dans la boite des biscuits déliceux, pas faim bien sur, mais plein d'eme que je n'avais pas envire de voir/creuser/analyser. Pas envie de faire de  la rpc. Envie de manger les biscuits.

[/quote]

C'est exactement ça! Parfois, juste la flemme de se prendre la tête sur ce qu'il se passe! 

Pomdereinette, j'adore tes citations, je vais les méditer ces prochains jours... 

En tout cas merci pour vos témoignages car ça me réconforte! 

Margaux_l.
Abonné

Merci beaucoup de votre soutien. laugh Je sais qu'il faut du temps et de la patience

 

Un jour je me dis que j'ai 40 ans que cela fait 20 ans que je me bats que je suis dans le vrai en demarrant Linecoaching et un autre jour, les remarques sur ma (re)prise de poids, les regards, mon mal etre dans mes fringues, mes bourrelets (que je sentais moins à 78kg) me renvoient mon échec face à la nourriture

Je suis incapable de gerer une situation stressante actuellement autrement que par la nourriture, le reconfort immédiat, la pleine conscience ça ne marche aps encore.....

Je ne vais pas refaire Dukan même si je sens que mon mari pense que ce serait un moyen de 'redemarrer' comme je vais mal en en moment  il  dit que cela me remotiverait et me reconforterait de me sentir maigrir....je lui en ai deja tellement dit avec mes régimes que le pauvre tente de me soutenir et ne sait plus comment

un jour je dis je ne fais plus jamais de regime, le lendemain je lui reparle de Dukan.....je suis perdue et il ne sait plus comment m'aider!!!

en tout cas je vais retenter de refaire mes exercices et destresser

bonne nuit

Margaux

 

Margaux_l.
Abonné

pour les lectrices de Christophe André, il vient de sortir un livre sur la méditation ;-) et aussi un plus ancien "l'estime de soi" je vous le recommande :-)

 

pour moi en reflechissant le probleme n'est pas tant de resister à la faim et de trouver la satiété, mais plutot à certaisn moments l'envie de manger en pleine conscience que je n'ai pas faim et l'incapacité de faire autrement (pour le moment!!!) car pas envie de fair eun exercice de pleine conscience

Pomdereinette.
Abonné

Juste : j'en suis pour l'instant au même point. Sans doute parce que les émotions derrière sont trop pénibles.

Il y a eu des moments plus soft, alors ça m'aide. Dis-toi que demain ne ressemble pas obligatoirement à aujourd'hui. Un pas à la fois, et à chaque jour suffit sa peine :-)

isabellej.
Abonné

Je pense que c'est normal, je connais les méthodes de Zermati depuis 11 ans....   j'avais lu des magazines, des sites....   je savais que c'était ça, mais l'impression de connaitre m'a retenue d'acheter le livre Maigrir sans régime

il y a quelques années  j'achète le livre, enfin je commence à pouvoir passer qq jours de comportement alimentaire normal, en mangeant très peu finalement, à ma grande suprise, je perds trois kilos en trois jours d'ailleurs....

le livre "maigrir sans regrossir est-ce possible"  a ensuite été marquant dans ma compréhension définitive de la stupidité de la restriction cognitive, de comprendre, scientifiquement, comment se régule notre poids, c'est fantastique

et depuis, des périodes où je "zermate" quelques jours, puis des EME qui me font entrer dans un cercle vicieux de désamour et d'autres EME.....

 

Donc oui, ça prend du temps, sur mon chemin j'ai utilisé en complément plein de méthodes de thérapie qui m'ont beaucoup aidée à comprendre pourquoi ce désamour, pourquoi ces sentiments, pourquoi cette intolérance émotionnelle

 

maintenant je veux mettre toutes les pièces du puzzle ensemble

je pense que oui, ça prend du temps, au niveau psychologique

mais paradoxalement, au niveau nutrition, ce que j'ai ressenti la fois où j'ai vraiment commencé à respecter mes sensations alimentaires, que le "naturel" revient au galop, ça revient très vite, les bons réflexes sain et naturel d'écouter son corps, la faim, la satiété.....

maintenant mon gros boulot ce sont les EME

la route est longue mais passionnante

Tourmaline.
Abonné

isabellej : je trouve mon corps également sympa. Après tout ce que je lui ai fait subir, il réagit à ces nouvelles propositions avec rapidité et plaisir !

C'est la tête qui ne suit pas ! Tête de mule ! 

marie4.
Abonné

Isabelle, je trouve ton témoignage très encourageant! En fait tu décris bien qu'il faut une longue période de maturité pour que tout cela infuse... déjà, tu es capable de faire quelques jours de zermatage, et plus, ça a l'air d'être ancré dans ton corps puisque ça y'est, il a des réflexes sains... Mais tout cela est long et c'est vrai que les terribles EME nous guettent toujours quelque part! Même quand on ne s'y attend pas!

Du coup je me dis qu'il faut peut être les affronter quand ça va à peu près dans la vie, qu'on n'est pas trop mal, pour pouvoir ancrer des nouvelles habitudes sans trop souffrir, qui nous serviront en périodes de crise... Parce qu'honnetement, je trouve ça très dur d'apprendre à gérer les EME quand on est submergée! Typiquement, là, en période de fêtes, je pense que je vais être super indulgente avec moi même!!

Tourmaline, je suis d'accord avec toi, moi aussi je me dis que mon corps est plutôt cool, parce qu'avec tous mes dérèglements alimentaires, je pourrai avoir beaucoup plus de kilos en trop!Et c'est marrant, moi aussi il m'envoie tout de suite le signal que ce que je fais est bon pour lui quand j'écoute mes sensations alimentaires (genre plus de douleurs à la digestion, bien être global...) Comme quoi "maigrir c'est bien dans la tête"! smiley

isabellej.
Abonné

oui marie 4  ça a été long pour moi mais parce que je suis restée seule dans mon coin, mais à mon avis avec linecoaching ça peut aller beaucoup plus vite...   cependant c'est sûr qu'on ne défait pas en un jour ce qui s'est tissé pendant des années

d'autant que la plupart du temps, derrière tout cela il y a des problématiques psychologiques fondatrices derrière

heureusement pas pour tous, mais pour moi oui....

Mais ce va et vient, je l'ai vécu et c'est vrai que ça joue sur l'estime de soi, et puis sur la confiance des proches en la "méthode"

du coup, l'avantage aussi ici est le soutien en partant sur des bases communes de compréhension d'un bon comportement alimentaire

Haut de page 
X