Les pensées de jugements - 06022016

FRED73
Marraine

J'ai sans cesse des pensées de jugements. Chaque fois que je fais quelque chose une pensée automatique de jugement vient m'évaluer. J'ai intégré cela quand je suis partie faire mes études loin du domicile de mes parents à 18 ans. J'avais peur de ne pas m'en sortir toute seule alors je me suis dit que je me demanderais ce que mes parents me diraient pour savoir quelle décision prendre. 

Maintenant encore les pensées de jugements sont là et me pourrissent la vie. Comme je suis très sévère avec moi même, j'attends des autres qu'ils soient bienveillants avec moi comme je n'arrive pas à être ! C'est voué à l'échec... 

Donc, première chose à faire :repérer les pensées de jugements puis ne leur donner que l'importance qu'elles méritent. Ensuite, être bienveillante avec moi même et accepter de ne pas être parfaite. 

Je vous propose donc de venir noter vos pensées de jugements sur ce fil pour en prendre conscience puis pour ne pas les prendre pour argent comptant. 

Commentaires

FRED73
Marraine

Alors je commence,  ma principale pensée de jugements c'est je ne suis pas assez bien. Et quand je me mets à penser cela c'est le début de la fin ! Je perds totalement confiance en moi et je me dis que j'ennuie les gens. Ensuite, vient le moment de me dire que je suis vraiment nulle d'avoir de telles pensées et là c'est le cercle vicieux infernal... 

Alors, je dis STOP, vous ne m'aurez pas sales pensées qui veulent me faire sombrer avec elles !!! Je suis normale, humaine et je vais essayer d'agir avec moi même comme si j'étais ma meilleure amie. 

Spandelles.
Abonné

Alors ça, des jugements (négatifs of course), j'en ai tout le temps ! En ce moment c'est beaucoup "t'as pas de conversation, t'as aucun intérêt, t'es vide". (donc je me remplis de nourriture ?)

J'essaye de me contenter de les voir passer, mais c'est dur, je suis touchée à chaque fois.

En fait je m'en sors avec mon leitmotiv qui est "même les imbéciles ont droit au bonheur", bref je suis une moins que rien mais ça n'a pas d'importance, j'ai droit au bonheur comme les autres !

Amritaa.
Abonné

Bonjour Fred

 

Merci pour ce post car je pense que nous sommes tous concernés par ces pensées de jugements

 

Il faut savoir que c'est un fonctionnement de base de l'être humain "ignorant". Ignorant de sa vraie nature. Celui qui bavasse, qui nous torpille, qui veut notre mal c'est pas notre être aimant, bienveillant, c'est notre égo qu'il faut flatter à longueur de temps, qui a besoin d'être gavé sinon il fait son caca nerveux, c'est notre mental qui mouline dans les mêmes pensées permanentes. On peut noter que nos pensées récurrentes ne varient guère d'une année sur l'autre et si on ne fait rien, rien ne changera

 

il faut reprendre le pouvoir sur notre mental qui croit être le maitre alors qu'il est notre serviteur (raison pour laquelle il ne faut pas le tuer), donc la pleine conscience dans ce domaine est aussi un bon exercice, la méditation

 

A mon sens non pas qu'il faille les nier ses pensées mais s'il y a un travail à faire c'est d'avantage d'aller dans ses sensations de malaise quand on se trahit un peu plus chaque jour, quand on n'écoute pas nos besoins fondamentaux. 

 

Je fais un travail avec une femme extraordinaire qui s'appelle Fréde d'ailleurs et qui m'aide à écouter ma petite fille intérieure, celle que j'ai oublié de nourrir, que je n'ai pas écouté pour écouter les autres, à qui j'ai demandé de la fermer car ça contrariait les plans que d'autres avaient pour moi, je l'ai trahi maintes fois pour couler dans un moule social. Je n'ai pas à me juger pour ça, 

J'ai juste à venir en moi et à écouter mes besoins........ enfin j'ai juste ........ c'est pas aussi simple

 

Merci pour ton post Fred

izabelle
Animatrice forum

super très bonne idée de les noter sur ce fil, cela peut vraiment aider à prendre de la distance, ne pas prendre pour argent comptant

pour ma part, bien que n'ayant pas de pensées  "verbales" sur le sujet, j'ai en effet souvent la sensation de ne "pas etre assez bien"

c'est un grand classique

il me semble en effet important de pouvoir repérer ces pensées de jugement qui sont autant de "hameçons" prêt à nous embarquer dans cette lutte contre ce sentiment là

pouvoir suffisamment les dédramatiser pour se dire  "je ne suis pas assez bien... et alors?"

il est important émotionnellement de pouvoir faire de la place à ce sentiment pour qu'il ne soit plus menaçant

Amritaa.
Abonné

[quote=Spandelles]

Alors ça, des jugements (négatifs of course), j'en ai tout le temps ! En ce moment c'est beaucoup "t'as pas de conversation, t'as aucun intérêt, t'es vide". (donc je me remplis de nourriture ?)

J'essaye de me contenter de les voir passer, mais c'est dur, je suis touchée à chaque fois.

En fait je m'en sors avec mon leitmotiv qui est "même les imbéciles ont droit au bonheur", bref je suis une moins que rien mais ça n'a pas d'importance, j'ai droit au bonheur comme les autres !

[/quote]

 

Spandelles, je me demande si c'est toi qui parle quand tu parles de toi comme ça "t'as aucun intérêt, t'es vide" "même les imbéciles" "une moins que rien"  ((dis donc t'y vas pas de mains mortes hein ?"" dont tu fais partie selon toi etc etc, donc qui parlait de toi ainsi quand tu étais petite ? 

 

Ce qu'on pu dire les gens souvent ou une fois, penses tu que ce soit la vérité absolue ? 

 

Amritaa.
Abonné

[quote=izabelle]

super très bonne idée de les noter sur ce fil, cela peut vraiment aider à prendre de la distance, ne pas prendre pour argent comptant

pour ma part, bien que n'ayant pas de pensées  "verbales" sur le sujet, j'ai en effet souvent la sensation de ne "pas etre assez bien"

c'est un grand classique

il me semble en effet important de pouvoir repérer ces pensées de jugement qui sont autant de "hameçons" prêt à nous embarquer dans cette lutte contre ce sentiment là

pouvoir suffisamment les dédramatiser pour se dire  "je ne suis pas assez bien... et alors?"

il est important émotionnellement de pouvoir faire de la place à ce sentiment pour qu'il ne soit plus menaçant

[/quote]

 

quand tu parles comme ça Izabelle tu confirmes ce jugement donc tu es encore dans le jugement. Je ne pense pas que ça s'apparente à un sentiment, une émotion, c'est juste répéter ce que quelqu'un a un moment a dit de nous ou désolée de te l'annoncer mais ça c'est typique de l'égo . On croit toujours que lorsque l'égo parle il dit des choses du genre "moi d'abord" d'un air dédaigneux, mais ce cher égo fait aussi son caliméro, et il juge, il exige, il veut, il fait du bruit quoi

Spandelles.
Abonné

[quote=Amritaa]

Spandelles, je me demande si c'est toi qui parle quand tu parles de toi comme ça "t'as aucun intérêt, t'es vide" "même les imbéciles" "une moins que rien"  ((dis donc t'y vas pas de mains mortes hein ?"" dont tu fais partie selon toi etc etc, donc qui parlait de toi ainsi quand tu étais petite ? 

[/quote]

 

Quand j'étais petite j'étais plutôt valorisée, alors je ne comprends pas d'où me vient ce mépris de moi, qui me disait tout cela.

Amritaa.
Abonné

Valorisée par tout le monde ?  Parents,  enseignants,  amies,  famille ?  

 

Y a t'il quelque chose que tu ne t'ai pas pardonné  ?  Une ambition qui a échoué  ?  

 

Il y a forcément quelque chose en toi qui n'a pas été réparé.  J'ai rarement vu quelqu'un se traiter aussi mal,  avec autant de violence 

 

Peut-être est ce encore trop violent pour toi et tu minimises l'incident 

 

Pourtant je ne doute pas,  et je ne  suis certainement pas la seule., de ta grande valeur 

Spandelles.
Abonné

Valorisée par mes parents (surtout ma mère, même surement trop) et les enseignants, oui. Moquée par mes grands frère et soeurs, mais j'ai toujours (vraiment ?) vécu ça comme de la "blague" normale envers la petite soeur. Peut être pas finalement ... Peut être que je minimise, tu as raison.

Je sais par contre que je ne me pardonne la mort de ma petite soeur, j'avais 5 ans, elle est mort-née, je n'y suis pour rien, mais j'ai toujours culpabilisé de ne pas être morte à sa place, j'ai toujours imaginé qu'elle, elle aurait su prendre soin de ma famille, alors que moi je ne savais pas.

Merci en tout cas, Amritaa.

Amritaa.
Abonné
Spandelles mon aide se limitera à cet échange. Enfin c'est bien trop délicat pour qu'une internaute comme moi t'aides sur ton chemin Il te faudra trouver le support, la personne en qui ta confiance est absolue. Peu importe qui c'est je ne te conseille pas forcément une psychothérapie Moi je travaille sur ma petite fille intérieure, celle que j'ai oublié et cela m'aide énormément. C'est un travail d'âme à âme en méditation donc tu vous les champs d'investigation sont vastes. En résumé je pense que là tu as vu juste, cherche de ce côté car bien sûr tu n'es pas inférieure, moins bien etc que ce bébé disparu si tôt. Ça c'est une croyance bien sûr
Orange Cadmium.
Inscrit

Spandelles, terrible de perdre sa petite soeur à 5 ans! Cela m'émeut beaucoup pour toi, mais peut-être aussi parce que cela réactive ma culpabilité de "survivante".

Alors, moi, en ce moment, l'histoire que je me raconte, c'est que je ne rencontrerais jamais quelqu'un d'autre, parce que je suis trop grosse, trop vieille, trop indépendante, trop différente et patati-patata... J'ai beau me raconter cette histoire à chaque fois que je suis seule, ce qui l'infirme, à chaque fois je me la raconte quand même!... lol

Amritaa.
Abonné

Bonsoir Orange

 

Il y a une chose que je dis souvent car le jour où on me l'a dit j'ai pensé que c'était très juste mais si c'est violent : nous sommes notre pire ennemie. 

 

Alors traitons nous comme si nous étions notre meilleure amie. Que ferais tu, que dirais tu, que penserais tu de toi  si tu étais ta meilleure amie ? 

Noelle
Marraine

et si on retrouvait  cette bonne vieille DEFUSION???

Il y  a un post d'Izabelle, quelquepart sur le site , sur la DEFUSION, que j'avais pratiquée lors d'une Journée Thérapie, et cela m'avait aidée a prendre de la distance avec un fameux 'Tu es nulle ma pauvre fille, tu n'y arriveras jamais"

 

Titeraphy.
Abonné

Bonjour à toutes,

 

petite nouvelle ici, je parcoure un peu tous les posts et je trouve que celui-çi est un bonne idée en effet :)

 

Je suis passée maître dans "l'art" de m'envoyer des pensées de jugement, évidemment toujours négatives (sinon ça ne serait pas "drôle" hein ^^' )

 

Depuis plusieurs semaines je tourne en boucle sur un : "tu n'as rien à dire d'intéressant, tu n'es pas cultivée, en fait tu es juste bête" et de me comparer tout le temps aux autres en me disant que je suis "moins bien".... hyper sympa quand on a envie de se remonter le moral XD

 

J'ai la chance d'avoir un chéri qui me répète tout le contraire (et qui a la patience de me le répéter tous les jours surtout!!) alors depuis ce matin, j'essaie d'être dans la pensée positive envers moi-même. J'espère pouvoir le tenir quelques temps :) car ça fait du bien, même si c'est pas facile.

izabelle
Animatrice forum

[quote=Amritaa]

quand tu parles comme ça Izabelle tu confirmes ce jugement donc tu es encore dans le jugement. Je ne pense pas que ça s'apparente à un sentiment, une émotion, c'est juste répéter ce que quelqu'un a un moment a dit de nous ou désolée de te l'annoncer mais ça c'est typique de l'égo .

[/quote]

non je ne suis pas d'accord

personnellement  personne ne m'a jamais dit que je n'étais pas assez bien

c'est juste une histoire classique, j'appelle ça un sentiment, mais c'est plutôt un ressenti, bien sûr cela n'est pas une émotion en tant que telle

ce dont je parle  ce n'est pas de valider l'histoire, bien au contraire, mais de la dédramatiser,  ce qui revient simplement à faire de la place à ce sentiment-là :  l'imperfection

qui est liée au controle, qui est lié au rejet, qui est lié à la tristesse

en dédramatisant l'histoire de la fille pas assez bien  (ce qui en effet , Noelle, consititue de la défusion),  on accepte que cette histoire ne mérite pas qu'on lui porte tant d'attention que ça, car elle n'est pas grave, c'est juste qqchse de normal,  qui ne mérite pas de capter toute notre attention et notre énergie

pouvoir continuer à se dirigier vers ce qui est important pour nous  en dépit du fait que l'on se confronte à ce sentiment d'imperfection est une compétence indispensable pour vivre une vie riche et signifiante

Amritaa.
Abonné

Bonjour Isabelle et bonjour tout le monde

 

C'est une lecture Izabelle, une lecture du mental selon ma perception. Je ne dis pas que cette lecture est mauvaise car accepter ce qui est plutôt que de lutter contre c'est un sacré pas en avant. Ce qui nous fait souffrir c'est la lutte contre quelq'un quelque chose alors que nous ferions mieux de l'accepter et ainsi ne plus nous "frotter à elle". Là dessus je suis bien d'accord

 

Après dire que jamais personne ne nous a flingué sur place à un moment donné (une seule fois peut être la bonne, la répétition n'est pas obligatoire) c'est je pense faire fi d'une souffrance et se rassurer et toute histoire selon moi mérite toute notre attention surtout quand il s'agit d'une souffrance aussi petite soit elle, l'arbre peut cacher la forêt

 

Mais ça bien sûr c'est ma lecture et elle n'engage que moi

 

Un exemple très personnel. Je suis une maniaque concernant l'heure. Un rdv à 14 h comme ce que je viens de vivre et à 14 h croyez moi je serai là. Si je donne rdv à quelqu'un à 16h30, je n'apprécie pas du tout que cette personne arrive en retard et plus elle est en retard et plus je suis déchainée. Pourquoi ? j'ai l'impression de dépendre d'elle, de son bon vouloir, d'être sous son joug. Un jour je racontais à une psy avec laquelle je travaillais et je lui dit : j'ai horreur de l'attente.......... je me sens tellement dépendante de l'autre....... et elle m'a fait remarqué mon terme employé "l'attente" je n'ai pas dit j'ai horreur d'attendre non, j'ai bien dit "l'attente" ....... et là elle m'a rappelé qu'enfant une de mes tantes me violentait et pour moi l'attente me renvoie à cette sale journée où j'ai été son jouet. Je pourrais me dire "allez c'est pas grave, je dégonfle le truc, je dédramatise..... certes si les gens sont en retard il n'y a rien de grave en soi mais si je comprends pourquoi je fonctionne comme ça, j'aurai fait un sacré pas en avant. Ca n'empêche pas le travail qui suit  qui consiste à avoir des pensées lumineuses pour cette personne qui a abusé de moi enfant. On n'est jamais responsables de ce que l'on subit des autres mais on est responsables de ce que l'on en fait et de mon côté même si ça n'est pas facile tous les jours, je m'efforce de prendre cette responsabilité. Pour moi, pour mon âme et son chemin

 

Merci Izabelle pour cet échange

mavo.
Marraine

Hello Fred et merci pour cette belle idée de fil ! smiley

Pour moi ça tourne beaucoup autour du "pas assez bien" car je suis très perfectionniste. Je le suis malheureusement aussi à la place des autres et mes jugements portent aussi sur mon entourage, ce qui me conduit à être très exigeante, donc très chiante, ce qui est aussi un jugement...

Et si par hasard j'oublie qq chose, ou je fais mal qq chose... alors là les jugements pleuvent...

sharine.
Abonné

pour ma part il y a un malaise , mal être très présent.mais le problème c'est que j'ai tellement fait taire mon moi intérieur pour essayer de dépasser ces sentiments, que je ne sais plus ce qui me rend ainsi.je n'arrive pas à savoir ni a reconnaître ce qui ne tourne pas rond chez moi.alors, quelques fois je me dis "finalement tu n'as rien tout va bien Karine.Après tout si tu n'as pas de pensées négatives c'est que c'est OK dans ta vie" sauf que c'est mon corps qui me parle.Je m'explique. respiration difficile , opression, acné (de temps en temps), culpabilité lorsque j'enfourne un aliment, perte de sommeil,prise de poids,transpiration eccessive,crise de larmes et j'en passe.ces symptomes sont sparodiques (dieu merci) mais à un moment ou à un autre je les aient ressenti. comme si mon corps me rappelait à mon mauvais souvenir. sauf que je n'ai pas de mots à mettre sur ces maux.comme d'habitude, je me retrouve à la traîne...(tiens je viens de trouver une mauvaise pensée, juste en vous parlant ;-) ) être à la traîne...je dois trouver un moyen de reussir . la pleine conscience, me semble être une approche intelligente , censée pour y arriver.

Amritaa.
Abonné

Le Mahatma  – «grande âme» –Gandhi eut ces paroles ;«Le bonheur c’est quand ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites sont en harmonie»

 

Cette maxime que j'ai découverte il y a peu est très inspirante je trouve

 

Où en suis je de cet alignement, cette harmonie . Est ce que mes pensées, mes paroles et mes actes sont en harmonie, est ce que je fais ce que je pense, est ce que je fais ce que je dis, est ce qu'en moi les choses sont suffisamment claires pour passer à l'action

 

Si je ne le fais pas quels sont les freins que je mets en oeuvre : la peur ? l'auto sabotage (c'est souvent la même chose)

Quels sont les risques que je prend à être moi même ? N'est ce pas une chance infinie pour les autres d'être eux mêmes à leur tour, ne puis je les aider par cet alignement à devenir eux mêmes, et moi cesser de regarder en dehors de moi alors que la solution est en moi ... vaste programme

FRED73
Marraine

En fait, je pense Sharine que tu luttes tellement contre les pensées que tu peux avoir qu'elles ne parviennent même plus jusqu'à ta conscience ! Pour que ton corps ne te fasse plus souffrir le travail à faire est de laisser venir les pensées négatives et de les accepter pour ce qu'elles sont. C'est à dire rien que des pensées et non la réalité. Plus on lutte contre nos pensées, plus elles s'accrochent à nous. Il est normal d'avoir des pensées négatives,  tout le monde en a et ce n'est pas grave parce qu'elles finissent toujours par passer.

Haut de page 
X