Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

Mes difficultés au quotidien

Linecoaching au quotidien Se motiver au quotidien
14 nov 2013 à 09h

Bonjour,

1er post sur le forum, et je me rends compte que j'ai bien des choses à dire...! Et, peut-être, aussi, des conseils et des avis à trouver ?

Inscrite sur LC depuis -déjà ?surprise- presque 2 ans, j’ai perdu du poids, j’ai attendu mon 3 enfant, puis j'ai stagné, interrompu puis repris le programme à zéro après ma 3e grossesse...

Mais le break se prolonge : bientôt les 1 ans de mon petit dernier, les kilos repris s’accrochent, et je fais face à une année professionnelle bien chargée en stress et en contrariétés…

J’ai souvent le sentiment d'être "débordée" : débordée par les émotions, la fatigue, le travail, le temps qui manque toujours...

Je travaille à 80%, par choix, pour pouvoir profiter de mes enfants et être là pour eux, mais j'ai souvent l'impression d'être "à temps partiel" pour tout dans ma vie :

-au travail, quand il me manque toujours du temps pour faire ce que l'on me demande de faire

-à la maison, où l'énergie me manque pour m'occuper du ménage, du rangement,

-avec les enfants auprès de qui je passe tout le temps ou presque que je ne passe pas au travail mais avec qui j'ai parfois peu de patience

- Avec mon mari, pour qui il reste parfois trop peu de temps et d'énergie !

Manque de temps et d'énergie aussi, du coup, pour la pleine conscience, les exercices…

Je sais que j'ai progressé, dans le sens où je reconnais les signaux de la faim, je ne suis plus dans la restriction, la simple évocation d’un « régime » me révulse, et je suis convaincue du bon sens de la méthode que nous expérimentons ici…J'ai apris la bienveillance vis à vis de mon corps "imparfait", je l'accepte tel qu'il est (même si, bien sûr, j'aimerais maigrir un peu...wink) Et je sais que quand je l'écoute, il va mieux (et je maigris, cerise sur le gâteau !yes)

J’ai également compris que la route est longue, très longue, et qu’il s’agit d’un « travail » de longue haleine, avec beaucoup de lâcher-prise….

Pourtant…

Pourtant, trop souvent en ce moment, je mange pour me détendre, je mange pour me consoler, je mange par gourmandise, parce que je suis bien, ou parce que je m’ennuie,  je mange, machinalement, pour… je ne sais même pas pourquoi en fait !

En tout cas je mange très rarement parce que j'ai faim !

Quand je rentre après ma journée de boulot, après être allée chercher mes fils chez Nounou et à l’école, après les devoirs du grand, la « petite vaisselle » de la veille et le linge à décrocher…  quand je peux me poser 5 mn avant de faire à manger…je mange ! Et je grignote comme ça jusqu’au dîner ! J’alterne sucré et salé, en petites quantité, pour prolonger le plaisir et retarder « l’écoeurement »…

Parfois j’ai faim en rentrant, parfois non, mais, toujours, je mange… Et je passe à table sans avoir faim, mais je dîne quand même…

Comment contrer cela ? Je sais que je devrais attendre pour manger, prendre mon repas plus tard, voire ne pas le prendre si je n'ai pas faim au lieu de choisir la "facilité" : m'asseoir à table avec tout le monde et manger...

Je vois le problème, je pense que l’analyse bien, je sais que je n’ai pas faim ou que je mange pour répondre à une émotion mais…. Je n’arrive pas à trouver l’énergie ou la motivation nécessaire pour contrer cela ! D’où ce sentiment d’échec ou de faiblesse ou de paresse… bref, encore des émotions (négatives) et le retour du fameux : « Demain, j’arrête ! »sad

Et là je m'en veux car je sais que c'est possible de se faire confiance, j'ai toutes les cartes en main, mais je ne peux m'empêcher de penser que je maltraite mon corps à coups de trop-plein de nourriture, je le remplis sans arrêt et je sais qu'il me dit qu'il n'en pleut plus mais comment mieux l'écouter ?

J'ai des difficultés avec les exercices de pleine conscience, d'une part il faudrait pour cela que mes lascars me laissent plus de 2 minutes "en paix" cheeky, et d'autre part, quand j'ai le temps, j'ai du mal à me concentrer suffisamment...

Bref...j'ai l'impression en ce moment d'avoir 20/20 en théorie et 0/20 en pratique !! smiley

Et là je vois que j'ai écrit un looong roman, désolée blush...  Merci à ceux et celles qui auront eu la patience de me lire jusqu'au bout !

Bonne journée !

 

Anne

Voir le dernier message

21 commentaires

Je comprends très bien aussi, PrunilleB, ce que tu dis et cela me rappelle ce que j'ai vécu pendant des années. Cette impression d'être toujours en retard dans les tâches ou débordée d' activités.

Je suis aussi convaincue de la théorie LC de la faim et de la satiété.Jusqu'à 35 ans je n'avais aucun problème avec ces sensations alimentaires et pas de surpoids.Je n'étais pas débordée non plus, je savais bien m'arrêter de manger. Ensuite, un changement de vie m'a projetée dans le monde du stress, de la suractivité et j'ai pris des tas de kg, et je croyais n'avoir pas le temps de m'occuper de cela. Maintenant à la retraite, je suis occupée mais pas débordée. Et je n'ai plus d'EME je crois.

Si je raconte tout cela c'est parce que je ne suis pas convaincue que c'est forcément par perfectionnisme qu'on se sent débordé . Je ne suis pas perfectionniste, j'ai simplement conscience que si des choses ne sont pas faites, ma vie sera plus compliquée.

Par contre je crois qu'il faut arriver à trouver le moyen de déléguer certaines choses en dialoguant pour ne pas se sentir coupable et si c'est impossible de faire un tri à tête reposée pour rayer certaines choses de l'emploi du temps.

Et puis, comme dit Patience, programmer des plages de silence et d'inaction, ou de RPC.

Sinon, comme nous toutes, j'adhère à la théorie de LC oui. .... mais je me rends compte que pour l'instant je n'ai pas tellement progressé! sad

Une heure que je fais bosser mon fils qui a aligné 3 mauvaises notes sur 15 jours.......une heure que je luir répète patiemment, lui fait réviser, corrige etc........ Et j'aimerai manger 2 gros carrés de chocolat ou de la délicieuse tarte aux pommes (enfin elle a l'air) faite pour un apéro demain.......... Bon j'ai fait de la défusion, une chanson pour mon fils: Sur l'air de au clair de la lune Mets tes majuscules en début des phrases Souligne tes sujets en jaune si on te le demande Accorde tes adjectifs c'est bien plus joli Pense à ta vieille mère qui est fatiguée. Bon et là tant pis si demain il se plante c'est l'heure du dodo et l'heure du repos de la mère!!!!!!!!! En tous cas il a bien rigolé avec ma chanson c'est toujours cela de gagné.

bravo Bliss

très important de faire de la défusion avec ton fils s'il a un trouble de l'apprentissage

c'est vraiment difficile à vivre pour les enfants et ça les aide beaucoup à dédramatiser

Bliss, j'adore ta chanson !! La défusion, mon dieu, je n'en suis pas encore là hélas ! Je devrais y penser + souvent !!

 

RougeFoncé...  je ne progresse pas beaucoup non plus... parfois même je me dis que je régresse (même si je sais, au fond, que ce que j'ai "acquis" et appris grâce à la méthode LC est là, bien caché !) Je stagne....

Mavo, Cilou-cile, Izabelle..... je vais essayer de les faire, ces pauses... C'est vrai qu'en y réfléchissant je me rends compte que souvent, "j'oublie" même de passer aux toilettes dans la journée... (merci mon périnée en béton ! lol !)

Plus sérieusement, je crois que dans le sentiment de culpabilité que j'éprouve vis à vis de mon mari "hyper actif à la maison" vient peut-être de la craine qu'il ne me voie comme moi je me vois dans ces moments là : paresseuse et inutile....

Là encore, je crois que j'ai toutes les cartes en main pour progresser, reste le déclic à avoir pour dépasser mes blocages, ce qui est possible puisque je les connais !

 

 

Hello !

Eh bien, je constate que finalement on est tou(te)s un peu pareil(le)s... Et je retire plein de choses positives, et qui, je pense, vont m'aider, dans vos réponses...!smiley

 

Mon mari, je pense, n'est pas plus "amoureux" des tâches ménagères que je ne le suis, simplement, il fonctionne différemment de moi : il préfère tout faire tout de suite pour pouvoir se détendre ensuite, quant à moi je traîne tellement les pieds pour tout faire qu'il m'arrive souvent de "remettre au lendemain"... du coup, soit les choses ne sont pas faites et je culpabilise après coup, soit elles sont faites par lui la majorité du temps, et je culpabilise pareil !blush

Bon, il est vrai qu'on se lève très tôt et qu'il faut s'occuper des enfants, et faire ce que l'on a à faire au boulot...du coup l'énergie me manque !

Aujourd'hui, je suis en journée "enfant malade" (rien de méchant, des bobos de saison ! wink), donc à la maison avec mes 2 + petits... Hier, comme tous les mercredis, j'ai fait le "minimum" : lavage de sol, un peu de rangement, lessive(s)... Du coup, là, après avoir conduit le grand à l'école dans le froid et le brouillard (eh oui, j'habite le "grand nord" wink) je n'ai eu qu'une envie : me poser devant l'ordi avec un thé et un gâteau bien sucré... Je vais me préparer ce thé, mais j'ai, bien entendu, déjà avalé mon gâteau tout rond, sans attendre...et tout de suite après cela : Petite voix n°1 :"Oups ! Et la dégustation ? La pleine conscience, tout ça tout ça ?"devil suivie de Petite voix n°2 :"Et le linge ? Et la salle de bains à nettoyer?Tu pourrais profiter d'être là pour faire ce que tu n'as pas le temps de faire d'habitude....! " devil

Bref, la route est longue !

Par contre, hier, j'ai pris le temps sur mes habituelles petites courses de m'offrir une robe et un pull...oh, rien d'extravagant, ni d'exceptionnel, mais...une première depuis trop longtemps ! Et mon cher Mari, qui est décidément un ange, m'a dit en rentrant combien il était content que je me sois fait plaisir !  Petit Bonheur !smiley

 

Hello Prunille Je découvre le fil un peu tard parce que ces jours-ci je n'ai pas eu le temps de trop me connecter ici... Oups nous voilà déjà dans le cœur du sujet : les filles débordées ! Famille nombreuse ici aussi. Ils sont plus grands donc demandent nettement moins de logistique... Par contre ils sont plus challengeants en terme d'attention "intellectuelle" (projet de départ à l'étranger, problèmes de listes de mails malfaisantes, les histoires entre filles, etc...). Boulot à 100 (150 ?)%. Et qq loisirs qui prennent aussi du temps. Bref ça déborde facilement. Et les fins de journée c'est mon cauchemar. Alors je peux témoigner ici que le coup des pauses dans la journée, ça marche ! Et ça change la vie. Enfin ça a changé la mienne, au niveau de l'alimentation mais plus largement : moins de stress, plus d'écoute, moins d'énervement. Vraiment ! Bon le truc c'est que ça marche tant que tu les fais, ces petites pauses. Et là, depuis qq jours / semaines, je n'y arrive plus parce que ça déborde encore un peu plus que d'habitude. Mais je sens affreusement la différence !!! Et de vous lire toutes, d'ailleurs, me convainc à nouveau du faut qu'il faut que je remette un minuteur. En fait c'est toujours possible d'appuyer sur le bouton pause quelques fois dans la journée, même si c'est juste pour une minute ou deux. Même débordée. Même au boulot. Bon courage !!

En lisant ton message Prunille, je me suis dit "quoi?! ce n'est pas wonder woman? non...c'est pas possible!" ;) C'était ironique, bien sur, j'espère que tu ne m'en voudras pas. D'autant plus, que j'ai cru que tu parlais de moi! Cet espèce de besoin impérieux d'être parfaite partout! Et finalement, de se trouver bonne à rien et jamais à la hauteur. Malgré, en toute objectivité (ça m'arrive parfois), tout le travail abattu. Non ça n'est jamais assez....

Il y a de très bons conseils dans les post des filles, notamment ceux de Patience, je trouve. Je pense d'ailleurs que je vais en suivre certains.

Pour parler un peu de zhom, moi je n'ai pas un maniaque ni un cordon bleu à la maison. Pas un gros fainéant, ni un gros cochon mais peut être quelqu'un de relativement normal finalement. Parfois, il est sur le canapé, pendant que la tornade, c'est à dire, moi, virevolte un peu partout pour faire ci pour faire ça...et moi en mode "chie****" comme je me dis quand je pratique la défusion, je me dis "il peut pas se bouger celui là....". Mais après tout, c'est mon choix de vouloir toujours en faire plus, de toujours vouloir faire tout parfaitement...lui, si je lui demande un service, pour m'aider un peu, il le fait, Voilà tout ce qui compte, je pense.

Quant à moi, j'essaye de m'investir en pleine conscience dans ce que je fais, parce que je le fais pour suivre mes valeurs. Je pourrais en faire moins, faire différemment,Je prends alors conscience que j'ai ce choix. Et ça devient alors plus facile. Mais ça veut dire aussi que j'essaye de ne pas me forcer à faire des choses que je ne veux pas du tout faire (ça peut alléger du coup l'emploi du temps!), que j'essaye de prendre du temps pour faire une pause de temps en temps, sans culpabiliser, sans me traiter de fainéante....j'avoue que c'est quand même pas toujours aussi simple! ;)

Mais effectivement tout ça permet de baisser un peu la pression et mettre de côté quelques EME...

Je cherche à échanger mari qui ne fait pas grand chose de ménager contre mari qui fait tout. Je ne vais pas brosser le portrait de zhom, car ça va me mettre en colère;-) J'avais du mal à me mettre dans la case des perfectionnistes mais la je crois que je n'en suis pas une....je fais juste ce que personne ne fait et en plus je range ce que les 2 autres occupants dérangent!!! Si j'avais un mari comme les votre, pffff la maison serait déjà finie et on serait en train de se dorer la pilule en Thaïlande....heu non il pleut en ce moment.... Ben au Mexique....caramba!!!! Tout ça pour relativiser !! Prunille j'ai eu ce long moment de lassitude moi c'était le burn out maternel ou les prémisses!! Je ne me reconnaissais pas, toujours à penser famille à penser au bien être de fillette de zhom.... Elle a été un bébé aux besoins intenses ça veut dire portage intensif, réveils nocturnes très longtemps..... Bref j'étais fatiguée et mon cerveau n'arrivait pas à se mettre en mode : "et toi tu as besoin de quoi?" Il m'a fallu 2 ans, pour me dire stop: je commence à m'occuper de moi. On a commencé ainsi Zhom s'occupait de fillette et moi je sortais une heure: boutique, promenade, esthéticienne, quand il faisait beau je m'asseyais sur un banc avec un bouquin....je me déconnectais du mode Maman et maison! Après on a fait venir un copain pour qu'il s'occupe de fillette pour le déjeuner et nous on s'offrait un déjeuner dans la petite brasserie du coin!!! Je ne suis pas un exemple à suivre et je m'aperçois encore maintenant que je n'ai toujours pas débranché ce mode: je m'oublie!!! J'ai une amie qui vit sa vie: elle a son boulot la journée et le soir elle donne des cours de danse 2 fois par semaine et le samedi soir elle va danser. Elle est mère solo et à 2 enfants..... Je l'admire!!! Quand on en parle elle me dit qu'elle sait que ses filles auraient besoin de la voir plus mais qu'elle a besoin de vivre sa vie et ainsi elle fait passer le message à ses filles que dans la vie on fait ce qu'il nous plait.soit dit en passant elle est prof donc à le même rythme que ses filles c.-à-d. Vacances ensemble!! J'aimerai tendre vers ça!! D'ailleurs today j'ai dit à mes 2 zamours que today est ma journée et que je veux que la maison soit rangée à mon retour. Ce matin 1h de marche dans le froid....un petit tour ici, après bain, épilation Et je pars faire les boutique toute l'après midi!!!! A plus

(oups, doublon)

Avant, je m'interdisais plein de trucs parce que je culpabilisais mais aussi parce que quand mon mari faisait des trucs pour lui je me sentais rejetée. Donc si je ne voulais pas qu'il fasse des trucs sans moi, je n'en avais pas le droit non plus. Et puis un jour, il a su attendre, il m'a dit qu'il était essentiel pour lui de sortir des fois sans moi. J'ai énormément pris sur moi, c'est encore dur mais on fait maintenant des trucs chacun de notre côté. Je fais encore des fois un peu la tête mais il ne se laisse plus culpabiliser et je préfère en fait. Ça me fait grandir, et ça me fais du bien je le sais.