Mes difficultés au quotidien - 14112013

PrunilleB.
Abonné

Bonjour,

1er post sur le forum, et je me rends compte que j'ai bien des choses à dire...! Et, peut-être, aussi, des conseils et des avis à trouver ?

Inscrite sur LC depuis -déjà ?surprise- presque 2 ans, j’ai perdu du poids, j’ai attendu mon 3 enfant, puis j'ai stagné, interrompu puis repris le programme à zéro après ma 3e grossesse...

Mais le break se prolonge : bientôt les 1 ans de mon petit dernier, les kilos repris s’accrochent, et je fais face à une année professionnelle bien chargée en stress et en contrariétés…

J’ai souvent le sentiment d'être "débordée" : débordée par les émotions, la fatigue, le travail, le temps qui manque toujours...

Je travaille à 80%, par choix, pour pouvoir profiter de mes enfants et être là pour eux, mais j'ai souvent l'impression d'être "à temps partiel" pour tout dans ma vie :

-au travail, quand il me manque toujours du temps pour faire ce que l'on me demande de faire

-à la maison, où l'énergie me manque pour m'occuper du ménage, du rangement,

-avec les enfants auprès de qui je passe tout le temps ou presque que je ne passe pas au travail mais avec qui j'ai parfois peu de patience

- Avec mon mari, pour qui il reste parfois trop peu de temps et d'énergie !

Manque de temps et d'énergie aussi, du coup, pour la pleine conscience, les exercices…

Je sais que j'ai progressé, dans le sens où je reconnais les signaux de la faim, je ne suis plus dans la restriction, la simple évocation d’un « régime » me révulse, et je suis convaincue du bon sens de la méthode que nous expérimentons ici…J'ai apris la bienveillance vis à vis de mon corps "imparfait", je l'accepte tel qu'il est (même si, bien sûr, j'aimerais maigrir un peu...wink) Et je sais que quand je l'écoute, il va mieux (et je maigris, cerise sur le gâteau !yes)

J’ai également compris que la route est longue, très longue, et qu’il s’agit d’un « travail » de longue haleine, avec beaucoup de lâcher-prise….

Pourtant…

Pourtant, trop souvent en ce moment, je mange pour me détendre, je mange pour me consoler, je mange par gourmandise, parce que je suis bien, ou parce que je m’ennuie,  je mange, machinalement, pour… je ne sais même pas pourquoi en fait !

En tout cas je mange très rarement parce que j'ai faim !

Quand je rentre après ma journée de boulot, après être allée chercher mes fils chez Nounou et à l’école, après les devoirs du grand, la « petite vaisselle » de la veille et le linge à décrocher…  quand je peux me poser 5 mn avant de faire à manger…je mange ! Et je grignote comme ça jusqu’au dîner ! J’alterne sucré et salé, en petites quantité, pour prolonger le plaisir et retarder « l’écoeurement »…

Parfois j’ai faim en rentrant, parfois non, mais, toujours, je mange… Et je passe à table sans avoir faim, mais je dîne quand même…

Comment contrer cela ? Je sais que je devrais attendre pour manger, prendre mon repas plus tard, voire ne pas le prendre si je n'ai pas faim au lieu de choisir la "facilité" : m'asseoir à table avec tout le monde et manger...

Je vois le problème, je pense que l’analyse bien, je sais que je n’ai pas faim ou que je mange pour répondre à une émotion mais…. Je n’arrive pas à trouver l’énergie ou la motivation nécessaire pour contrer cela ! D’où ce sentiment d’échec ou de faiblesse ou de paresse… bref, encore des émotions (négatives) et le retour du fameux : « Demain, j’arrête ! »sad

Et là je m'en veux car je sais que c'est possible de se faire confiance, j'ai toutes les cartes en main, mais je ne peux m'empêcher de penser que je maltraite mon corps à coups de trop-plein de nourriture, je le remplis sans arrêt et je sais qu'il me dit qu'il n'en pleut plus mais comment mieux l'écouter ?

J'ai des difficultés avec les exercices de pleine conscience, d'une part il faudrait pour cela que mes lascars me laissent plus de 2 minutes "en paix" cheeky, et d'autre part, quand j'ai le temps, j'ai du mal à me concentrer suffisamment...

Bref...j'ai l'impression en ce moment d'avoir 20/20 en théorie et 0/20 en pratique !! smiley

Et là je vois que j'ai écrit un looong roman, désolée blush...  Merci à ceux et celles qui auront eu la patience de me lire jusqu'au bout !

Bonne journée !

 

Anne

Commentaires

FRED73
Marraine

Je te comprends parfaitement Anne. Je crois que cela est en grande partie à du perfectionnisme : tu voudrais être parfaite partout au boulot, être une véritable fée du logis, une maman patiente et à l'écoute et une épouse parfaite aussi. ça fait un peu beaucoup tout ça, non ? Profite de ta journée quand les enfants sont à l'école et chez la nounou pour faire des choses pour toi et je pense que ça ira déjà mieux, tu ne crois pas ? Un petit sas de compression le soir en rentrant, ça peut aussi t'aider. Bon courage.

PrunilleB.
Abonné

Bonjour Fred73,

 

merci infiniment de ta réponse !

Tu as raison... J'ai bien conscience qu'il est nécessaire de s'aménager du temps pour soi... Le souci est que quand je ne suis pas au travail (le mercredi et le week-end) mes enfants sont avec moi (Ah, l'emploi du temps ultra-minuté des parents qui travaillent ! wink) !

Mon mari est très présent, et fait énormément de choses à la maison et avec les garçons, malgré tout j'ai du mal à trouver...hum, non, à PRENDRE du temps pour moi ! Je me dis que ça n'a qu'un temps, mes fils sont encore très demandeurs vu leurs âges (7, 4 et bientôt 1 an), mais je sais que dans un ou deux ans déjà, ça ira mieux !

Il faudrait que je parvienne à me détendre sans passer par la case "nourriture", ce qui m'est encore difficile... Du coup, si je connais bien la sensation de faim, la satiété reste pour moi un grand mystère !

Je vais essayer de me concenter sur une façon de mieux gérer mes fins de journées, car c'est là, je pense, que le bât blesse !

Merci encore !

Patience
Marraine

Bonjour Prunille,

Je reconnais dans ce que tu écris la "musique" qui a longtemps rythmé ma journée-type.
Jusqu'à ce que je comprenne que mieux j'allais gérer mes journées, mieux j'allais gérer mes soirées. Et j'ai l'impression que c'est surtout le soir que tout part en live, non ?...

Personnellement, j'ai commencé par me mettre une alarme qui sonnait toutes les deux heures. Objectif : 5 mn de RPC.
Au travail, j'arrêtais tout, je m'obligeais vraiment à arrêter tout. Et zou, direction les toilettes pour 5 mn de pause. Au début, plein de culpabilité m'envahissait : "vu tout ce que tu as à faire", "et si jamais quelqu'un te cherche pile poil à ce moment-là", "et si quelqu'un frappe à la porte des toilettes"...
Et puis je me suis rendue compte que 5 mn, ça passe très vite. Et aussi que ça m'arrive très souvent dans la journée de passer 5 mn sans que le téléphone sonne, sans que quelqu'un passe me voir, ou que l'on rappelle ou repasse si je ne suis pas là.
A la maison, jour chômé et week-end compris, c'était pareil. Toutes les 2 heures, obligation de s'arrêter. 5 mn de dessin animé si besoin, 5 mn assise dans les toilettes, 5 mn assise sur le rebord de la baignoire, etc...

Et j'ai remarqué que plus je m'offrais des pauses dans la journée, mieux je vivais mes soirées.

Alors, c'est peut-être une 1ère piste pour toi : choisir de t'arrêter régulièrement.

 

Sinon, j'apprends aussi à lutter contre mon perfectionnisme. J'ai tendance à vouloir faire tout, à vouloir en faire trop.
Sauf que les journées ne font que 24h.
Alors maintenant je m'amuse à faire 80 % de ce que j'ai prévu, et puis c'est tout ! Et le reste attendra. Et puis c'est tout.
Alors parfois, le linge n'est pas décroché, la vaisselle n'est pas totalement faite, le bain du soir se transforme en douche vite fait pour le petit, ou le bon gratin que je voulais faire devient un apéro-dinatoire vite fait...
L'essentiel pour moi étant de profiter du moment, pas en quantité mais en qualité.

C'est peut-être, donc, une 2e piste pour toi : accepter, faire le choix de ne pas tout faire. Et profiter pleinement de ce que tu fais.

 

J'ai été longue (c'est pour ça que j'ai mis en gras ce qui me semble essentiel !), mais j'espère que ce qui m'a aidé pourra t'aider aussi !

Au plaisir de te lire

Anne.M.
Abonné

Anne, je ne partage pas seulement ton prénom mais je me reconnais exactement dans ce que tu dis (et je n’ai pas encore d’enfants… alors je n’ose même pas imaginer quand j’en aurai…). Ma liste de tâches à effectuer au travail ou à la maison est très longue et j’ai l’impression de tourner en rond et de brasser du vent sans rien faire de propre (pourtant je sais bien que ce n’est pas vrai). Quand à la méthode, c’est pareil, je connais la théorie mais je n’arrive pas à la mettre en pratique. Merci d’avoir écrit ce message.

Je pense que Fred et Patience ont mis le doigt sur le problème : tu veux tout faire et être parfaite mais les journées ne font que 24h et tu te crées du stress inutilement.

Personnellement, je n’ai pas encore trouvé l’apaisement alors je vais suivre ce post avec intérêt.

Noelle
Marraine

Oui, la recherche de la perfection, ça donne des pistes de reflexion interessantes, je paartage la position de Fred!

je te signale le fil suivant

Les forums du Programme au quotidien ! » Dépasser son perfectionnisme »

qui fait une synthèse d'une journée consacree au perfectionnisme et propose des pistes concretes, ce qu'evoque Patience, je crois,  en realisant  " 80% de ses taches prevues"

 

bon courage!

Soleluna.
Ancien abonné

Prunille, tu es une usurpatrice, sors de ce corps immédiatement, c'est de moi dont tu parles là! :))
débordée, manque d'énergie, motivation, pour soi, le boulot, le conjoint, tout pareil, tout. Et comme toi je n'ai pas les clés encore... Fred et Patience y'a des pistes dans ce que vous écrivez, indubitablement. A réfléchir..
Prunille : you are not alooooooooooooooone
Les filles ont est dans une partie publique ici non? ou bien? du coup, je préfère pas trop écrire
Bises

Bliss.
Abonné
Je n'ai qu'un seul enfant mais souvent cette sensation de débordement. Mon organisme et mon psychisme ayant fortement manifesté contre ce fait j'ai été obligée de modifier ma manière de faire. Tous les matins je me lève très tôt 5h45 pour avoir du temps pour moi, rpc, café tranquille lecture, lever de titou à 6h45 tout le monde parti à 7h30. Ca implique que tous les soirs dodo tôt, donc rarement de télé ou autre, Une fois la vaisselle faite etc...c'est dodo lecture et si j'invite du monde je les invite tôt et ils partent assez tôt (c'est des amis ils comprennent). Mes parents étant disponibles et retraités et sympas et pas trop trop loin je n'hésite pas à leur demander de l'aide, pour une soirée, un week end ou autre. OU à la voisine ou une baby sitter. Ok ça coute un peu mais vraiment les adultes ont besoin de temps pour eux. Mais bon avec un petit de un an c'est peut être difficile surtout avec deux autres pas loin? Le week end même si mon mari participe pas mal en général le week end quand j'ai congé (parfois je bosse) je prends quelques heures pour moi toute seule, copine ciné fitness balade ou autre mais impératif pour décompresser même avec un seul enfant. Je ne fais plus de repassage depuis des années sauf si une chemise doit être impeccable mais sinon je plie tout. Pareil que Patience, j'ai des surgelés et des soupes en brique ma foi il faut aussi s'alléger parfois à ce niveau et il y en a des bonnes de briques. Et dans la journée au travail quand j'y pense pauses pauses et pauses, pour lire respirer, marcher un peu dans la rue, juste m'asseoir sur un escalier. J'ai bien compris cette année que personne n'est indispensable et que quand la santé est atteinte alors là le boulot c'est simple on est remplacé....mais par contre sa santé atteinte on est seul avec à devoir recoller les morceaux et là la famille trinque. Prends soin de toi vraiment. Quelques minutes à la fois pour commencer, un soir par semaine, une activité. Des petits pas.
izabelle
Animatrice forum

[quote=PrunilleB]

Quand je rentre après ma journée de boulot, après être allée chercher mes fils chez Nounou et à l’école, après les devoirs du grand, la « petite vaisselle » de la veille et le linge à décrocher…  quand je peux me poser 5 mn avant de faire à manger…je mange ! Et je grignote comme ça jusqu’au dîner ! J’alterne sucré et salé, en petites quantité, pour prolonger le plaisir et retarder « l’écoeurement »…

Parfois j’ai faim en rentrant, parfois non, mais, toujours, je mange… Et je passe à table sans avoir faim, mais je dîne quand même…

Comment contrer cela ? Je sais que je devrais attendre pour manger, prendre mon repas plus tard, voire ne pas le prendre si je n'ai pas faim au lieu de choisir la "facilité" : m'asseoir à table avec tout le monde et manger...

Je vois le problème, je pense que l’analyse bien, je sais que je n’ai pas faim ou que je mange pour répondre à une émotion mais…. Je n’arrive pas à trouver l’énergie ou la motivation nécessaire pour contrer cela !

[/quote]

Hello Anne

les fameuses EME de fin de journées....   je pense que tu as fait l'étape dite  des "fins de journées"

est-ce que cela as eu un effet à ce moment-là?

ne serait-il pas profitable de la refaire à présent

 

ce que je ressens dans ton message, c'est que tu essaies surtout de lutter contre ton stress

et le meilleur moyen de lutte, c'est bel et bien de manger  (enfin, pour nous, parce qu'on a pris cette habitude!)

 

ce qu'il y a c'est que tu atteins une telle dose de stress en fin de journée, en mode  "bon petit soldat",  qu'à la moindre pause, la décompression "express"  (avec nourriture à l'appui)  te semble (inconsciemment)  indispensable

 

je crois qu'il est important que tu prennes conscience que ton corps  subit une accumulation de stress en cours de journée et que la seule façon de "décoincer" la machine, ce n'est pas de lutter, à la fin de la journée, pour ne pas manger sans faim, parce que c'est déjà trop tard,  tu lutteras un jour, et le lendemain non, ça ne sera pas naturel, et parce que tu es une maman, tu finiras toujours par sacrifier ton corps

 

bref, comment agir face à cette grosse montagne de stress qui s'accumule??

pleine conscience bien sûr

dans l'étape des fins de journées, on essaie d'installer cette pleine conscience régulière, en cours de journée, cette attention portée à son état intérieur

 

cela ne prend pas de temps, il s'agit de diriger son regard en soi-même

 

de même pour les taches ménagères ou les enfants,  tu peux les faire en pleine conscience

le bain des enfants, en pleine conscience, peut être un moment super chouette,  au lieu d'être stress pleurs et énervements.....

 

bien sûr, il faut lacher prise sur "vouloir tout bien faire"  et  boucler la quadrature du cercle,  lacher, lacher....

la maison rangée à la va-vite c'est parfois suffisant, les devoirs ton fils peut les faire seul  (et ensuite tu vérifies simplement),  pendant ce temps-là tu peux prendre une bonne douche, les autres étant occupés ailleurs (à mettre la table, devant un DVD ou à babiller gaiement)

bref, je ne sais pas, à toi de faire preuve d'inventivité  pour de dégager 5 min  (pour bouquiner ou prendre une douche, mais pas d'informatique, ça stresse!!!)

et surtout faire de nombreuses activités en pleine conscience,  pour être connectée à toi-même le plus fréquemment possible

 

à partir de ce moment là, faire le choix de te garder de l'appétit pour le repas sera une vraie envie.......   envie de te faire du bien, que ton corps soit bien

 

en bref,  pour que ton corps ne soit pas l'éternel sacrifié, il faut que tu aies conscience de son niveau de stress tout au long de la journée, et savoir doser, faire baisser la pression, ou utiliser la pleine conscience

bien sûr, ne pas se rajouter une pression superflue avec un perfectionnisme sur chaque chose

 

pour te donner un exemple, hier, après une séance de travail hyper intense, je m'étais donné à fond, et franchement j'avais super assuré, mais j'avais dépensé une énergie psychique monumentale, en enchainant plusieurs rdv avec des comptes-rendus de bilan

je sors de mon bureau lessivée

envie de féculent  (maintenant j'ai repéré que lorsque j'ai envie de manger des pâtes en plein après-midi, c'est que je suis en grand stress corporel)

 

eh bien au lieu de travailler sur un autre dossier,  j'ai été prendre une douche, comme ça, en plein après-midi, et ensuite j'ai marché sous la pluie

je sais pas évident de le faire pour tout le monde, la chance du travail libéral (même si l'inconvénient c'est que les sous ne rentrent pas régulièrement!!!   un petit coup de neige et j'ai plus personne!!)

 mais j'ai été la première étonnée de me voir lacher toute préoccupation de travail ou de bienséance,  même d'efficacité  (à quoi bon arpenter mon terrain de long en large sous la pluie????)   pour répondre à une envie de mon corps de décompresser

cela n'est possible qu'en développant cette conscience de notre corps et en lui accordant de l'attention

en s'organisant un petit peu, parce que ce corps-là, il est aussi important que celui de tes enfants....

 

allez courage Anne!

PrunilleB.
Abonné

Bonjour à toutes !

 

Waouh....et...waouh !

Merci, merci, merci de toutes vos réponses, de tous vos conseils et de votre bienveillance !

Comment répondre à toutes ?blush

Hier soir, déjà, après avoir lu les 2 premières réponses, et après avoir "vidé mon sac" sur le forum, eh bien je me suis sentie plus légère.... et beaucoup moins seule ! Alors lire tout ça ce matin (au boulot, mais...chut !wink ), c'est....extrêmement motivant, reboostant !

Merci !smiley

Hier soir, je n'ai pas grignoté en rentrant, je me suis posée, j'ai joué un peu avec mon p'tit dernier... et j'ai apprécié mon repas, je crois, même si la satiété reste encore au second plan....

Du temps pour moi, c'est vrai que j'en prends peu, je plaisante souvent que seule fille parmi 4 garçons, ce n'est pas facile de leur faire comprendre que, oui, j'aime avoir de plus de 10mn pour me préparer !!wink

Nos parents respectifs sont assez loin donc pas question de faire garder les enfants à l'improviste... Avec mon mari nous sommes plutôt casaniers et aimons faire les choses "en famille",mais je pense que ça me ferait du bien de pouvoir de temps en temps faire des choses pour moi toute seule ! 

Concernant mon "perfectionnisme", oui il y a sans doute un peu de cela.... Le côté "bon petit soldat" me parle énormément aussi !

Il y a aussi que mon mari étant très actif à la maison, je me sens parfois, du coup, très ... flemmarde, paresseuse ! Je crois que je culpabilise de le voir gérer toutes ces choses, jusqu'à parfois me "devancer"...

Exemple :  pas plus tard que ce week-end, j'avais prévu de trier les tiroirs de vêtements des enfants.... Eh bien sans que je lui en parle, mon mari s'y est mis ! Du coup je me suis sentie, comment dire... "inutile" ! 

Dans l'absolu, je ne suis pas une forcenée des tâches ménagères, ce serait mentir que de l'affirmer, hein,cheeky , mais en plus je vis avec un homme qui gère très bien les courses, le ménage, les enfants.... Et souvent on se retrouve le week-end dans le schéma : Papa sort faire les courses/fait le jardin/s'occupe du linge et Maman gère les enfants pour qu'il puisse faire ce qu'il a à faire... Et parfois (souvent) ça me fait culpabiliser ! J'ai l'impression de lui laisser tout faire ! (Sachant aussi que mon mari, lui, est perfectionniste : il aime faire les choses lui-même car ainsi elles sont faites à son goût !cheeky)

Bref (tu parles, mon post fait encore des kilomètres!wink) Je sais que je dois essayer de me consacrer à mieux gérer mes fins de journées, et donc, finalement, à m'aménager les fameux  "sas de décompression"...

Je vais relire toutes vos réponses et regarder les liens...

Merci à toutes de votre soutien précieux, je réalise que d'en parler avec des personnes vivant les mêmes difficultés et expériences  fait vraiment partie du travail sur soi...et fait avancer !

Bonne journée à chacune d'entre vous !

 

 

Pattie.
Ancien abonné

Je n'ai pas d'enfants, donc ma réponse est peut-être à côté de la plaque.

Par contre, j'ai un mari qui s'investit énormément : il fait le ménage, 99% de la cuisine, et même si on aime bien faire les courses à deux, il s'en charge souvent seul, quand je travaille trop. Au début, ça me faisait culpabiliser : dans ma famille, les femmes s'occupent de la maison, des enfants, de leur homme, qu'elles aient ou pas un travail. Je lui en ai parlé, une fois, et il a été très étonné que je culpabilise : pour lui, c'est normal : il travaille à mi-temps, il est donc plus longtemps et plus souvent à la maison que moi. Il ne se voyait pas étalé sur le canapé pendant que je prépare tout après une journée de boulot à temps plein. Depuis, je ne culpabilise pas. J'essaie juste d'être attentive quand il en a un peu marre, qu'il a envie de se faire servir à son tour, j'essaie de me libérer un peu plus tôt pour prendre le relais quelque temps.

Peut-être que simplement en lui parlant, tu pourrais évacuer ta culpabilité sur ce point-là. Vu de loin, il semble très conscient que ça n'est pas de la tarte d'avoir quatre hommes à la maison (dont un tout petit) puisqu'il est très présent. C'est aussi très important, pour un papa, d'être très présent pour sa famille. Ce n'est pas seulement de l'altruisme, c'est le pur plaisir d'être papa et d'en vivre autant les bons moments que les mauvais. Je le vois chez mes frères.

Et je suis sûre que tes hommes peuvent comprendre qu'une fille a besoin de faire des trucs de filles, parfois seule, parfois avec d'autres filles.

Et pour les enfants, c'est super, comme schéma : papa qui s'implique dans la famille, ça leur donnera envie de s'impliquer dans la leur, quand ils en fonderont une. Maman qui prend du temps pour elle, ça les aidera à respecter le fait que leur future compagne ait son propre univers, ce qui est bon pour la longévité du couple !

Pattie.
Ancien abonné

(oups, doublon)

FRED73
Marraine
Avant, je m'interdisais plein de trucs parce que je culpabilisais mais aussi parce que quand mon mari faisait des trucs pour lui je me sentais rejetée. Donc si je ne voulais pas qu'il fasse des trucs sans moi, je n'en avais pas le droit non plus. Et puis un jour, il a su attendre, il m'a dit qu'il était essentiel pour lui de sortir des fois sans moi. J'ai énormément pris sur moi, c'est encore dur mais on fait maintenant des trucs chacun de notre côté. Je fais encore des fois un peu la tête mais il ne se laisse plus culpabiliser et je préfère en fait. Ça me fait grandir, et ça me fais du bien je le sais.
izabelle
Animatrice forum

Je te comprends, Anne, tout à fait!!

moi aussi j'ai un chéri super actif,  déjà il travaille le week-end

il a toujours énormément travaillé, tout le temps,  depuis qu'il est à son compte

bon, c'est à la maison  (on travaille tous les deux en libéral, et chez nous)

mais c'est vrai que pour moi, le samedi, après ma journée de travail, vers 17h,  j'ai un petit moment avant d'aller récupérer ma fille,  eh bien j'hésite à me "poser" et à me détendre   parce que j'ai le réflexe de faire comme lui, de travailler tout le temps

du coup je me réfugiais derrière mon ordi, pour me détendre en cachette, mais ce n'est pas une vraie détente

 

donc à un moment donné, je me suis dit :  bon c'est samedi !!!!   j'ai bossé toute la journée, je peux quand même me poser 30 minutes et voir une bêtise à la télé!

 

et je l'ai fait......

il m 'a vu, et j'avais peur qu'il me fasse des réflexions...

 

et bien, que nenni !!!!!

 

lui, le sur-actif (qui fait aussi tout le ménage, mais rien du reste par contre), n'avait rien à redire que je veuille me détendre pendant le week-end

 

j'ai toujours cette appréhension car j'ai l'impression d'avoir plus besoin de détente que lui

mais finalement depuis que j'ai fait mon "coming -out'  du besoin de détente,  jamais une seule fois il me l'a reproché !

même maintenant que j'ai institué mon "sas de transition"  avec douche et pleine conscience à 18h30 (lui qui n'arrête jamais de bosser avant 20h!!!), il m'a vu,  cela lui a semblé étrange, mais il a tout à fait compris que ça répondait à un besoin que j'avais, sans que je lui explique d'ailleurs...  il ne m'a jamais fait de réflexion culpabilisante

 

et pourtant des fois le midi si je prolonge ma pause, j'imagine qu'il n'en pense pas moins!!!

mais en fait je crois que non, il s'en fiche, du moment que la maison ne part pas en vrac, ce n'est pas parce que lui ne se détend pas souvent qu'il veut que je fasse comme lui

évidemment, si je passais mon temps à ne rien faire, je pense que ça le dérangerai, mais que j'ai besoin de me poser, de décompresser, je crois que finalement, il  le comprend

donc j'ai envie de te dire d'essayer.....  fais ton coming-out  et programme-toi des moments de détente

ton chéri devrait en voir les bénéfices aussi, par exemple moi je m'énerve moins sur ma fille le soir, et ça il apprécie....

Lavienrose.
Abonné
Je cherche à échanger mari qui ne fait pas grand chose de ménager contre mari qui fait tout. Je ne vais pas brosser le portrait de zhom, car ça va me mettre en colère;-) J'avais du mal à me mettre dans la case des perfectionnistes mais la je crois que je n'en suis pas une....je fais juste ce que personne ne fait et en plus je range ce que les 2 autres occupants dérangent!!! Si j'avais un mari comme les votre, pffff la maison serait déjà finie et on serait en train de se dorer la pilule en Thaïlande....heu non il pleut en ce moment.... Ben au Mexique....caramba!!!! Tout ça pour relativiser !! Prunille j'ai eu ce long moment de lassitude moi c'était le burn out maternel ou les prémisses!! Je ne me reconnaissais pas, toujours à penser famille à penser au bien être de fillette de zhom.... Elle a été un bébé aux besoins intenses ça veut dire portage intensif, réveils nocturnes très longtemps..... Bref j'étais fatiguée et mon cerveau n'arrivait pas à se mettre en mode : "et toi tu as besoin de quoi?" Il m'a fallu 2 ans, pour me dire stop: je commence à m'occuper de moi. On a commencé ainsi Zhom s'occupait de fillette et moi je sortais une heure: boutique, promenade, esthéticienne, quand il faisait beau je m'asseyais sur un banc avec un bouquin....je me déconnectais du mode Maman et maison! Après on a fait venir un copain pour qu'il s'occupe de fillette pour le déjeuner et nous on s'offrait un déjeuner dans la petite brasserie du coin!!! Je ne suis pas un exemple à suivre et je m'aperçois encore maintenant que je n'ai toujours pas débranché ce mode: je m'oublie!!! J'ai une amie qui vit sa vie: elle a son boulot la journée et le soir elle donne des cours de danse 2 fois par semaine et le samedi soir elle va danser. Elle est mère solo et à 2 enfants..... Je l'admire!!! Quand on en parle elle me dit qu'elle sait que ses filles auraient besoin de la voir plus mais qu'elle a besoin de vivre sa vie et ainsi elle fait passer le message à ses filles que dans la vie on fait ce qu'il nous plait.soit dit en passant elle est prof donc à le même rythme que ses filles c.-à-d. Vacances ensemble!! J'aimerai tendre vers ça!! D'ailleurs today j'ai dit à mes 2 zamours que today est ma journée et que je veux que la maison soit rangée à mon retour. Ce matin 1h de marche dans le froid....un petit tour ici, après bain, épilation Et je pars faire les boutique toute l'après midi!!!! A plus
cilou_cile.
Abonné

En lisant ton message Prunille, je me suis dit "quoi?! ce n'est pas wonder woman? non...c'est pas possible!" ;) C'était ironique, bien sur, j'espère que tu ne m'en voudras pas. D'autant plus, que j'ai cru que tu parlais de moi! Cet espèce de besoin impérieux d'être parfaite partout! Et finalement, de se trouver bonne à rien et jamais à la hauteur. Malgré, en toute objectivité (ça m'arrive parfois), tout le travail abattu. Non ça n'est jamais assez....

Il y a de très bons conseils dans les post des filles, notamment ceux de Patience, je trouve. Je pense d'ailleurs que je vais en suivre certains.

Pour parler un peu de zhom, moi je n'ai pas un maniaque ni un cordon bleu à la maison. Pas un gros fainéant, ni un gros cochon mais peut être quelqu'un de relativement normal finalement. Parfois, il est sur le canapé, pendant que la tornade, c'est à dire, moi, virevolte un peu partout pour faire ci pour faire ça...et moi en mode "chie****" comme je me dis quand je pratique la défusion, je me dis "il peut pas se bouger celui là....". Mais après tout, c'est mon choix de vouloir toujours en faire plus, de toujours vouloir faire tout parfaitement...lui, si je lui demande un service, pour m'aider un peu, il le fait, Voilà tout ce qui compte, je pense.

Quant à moi, j'essaye de m'investir en pleine conscience dans ce que je fais, parce que je le fais pour suivre mes valeurs. Je pourrais en faire moins, faire différemment,Je prends alors conscience que j'ai ce choix. Et ça devient alors plus facile. Mais ça veut dire aussi que j'essaye de ne pas me forcer à faire des choses que je ne veux pas du tout faire (ça peut alléger du coup l'emploi du temps!), que j'essaye de prendre du temps pour faire une pause de temps en temps, sans culpabiliser, sans me traiter de fainéante....j'avoue que c'est quand même pas toujours aussi simple! ;)

Mais effectivement tout ça permet de baisser un peu la pression et mettre de côté quelques EME...

mavo.
Marraine
Hello Prunille Je découvre le fil un peu tard parce que ces jours-ci je n'ai pas eu le temps de trop me connecter ici... Oups nous voilà déjà dans le cœur du sujet : les filles débordées ! Famille nombreuse ici aussi. Ils sont plus grands donc demandent nettement moins de logistique... Par contre ils sont plus challengeants en terme d'attention "intellectuelle" (projet de départ à l'étranger, problèmes de listes de mails malfaisantes, les histoires entre filles, etc...). Boulot à 100 (150 ?)%. Et qq loisirs qui prennent aussi du temps. Bref ça déborde facilement. Et les fins de journée c'est mon cauchemar. Alors je peux témoigner ici que le coup des pauses dans la journée, ça marche ! Et ça change la vie. Enfin ça a changé la mienne, au niveau de l'alimentation mais plus largement : moins de stress, plus d'écoute, moins d'énervement. Vraiment ! Bon le truc c'est que ça marche tant que tu les fais, ces petites pauses. Et là, depuis qq jours / semaines, je n'y arrive plus parce que ça déborde encore un peu plus que d'habitude. Mais je sens affreusement la différence !!! Et de vous lire toutes, d'ailleurs, me convainc à nouveau du faut qu'il faut que je remette un minuteur. En fait c'est toujours possible d'appuyer sur le bouton pause quelques fois dans la journée, même si c'est juste pour une minute ou deux. Même débordée. Même au boulot. Bon courage !!
PrunilleB.
Abonné

Hello !

Eh bien, je constate que finalement on est tou(te)s un peu pareil(le)s... Et je retire plein de choses positives, et qui, je pense, vont m'aider, dans vos réponses...!smiley

 

Mon mari, je pense, n'est pas plus "amoureux" des tâches ménagères que je ne le suis, simplement, il fonctionne différemment de moi : il préfère tout faire tout de suite pour pouvoir se détendre ensuite, quant à moi je traîne tellement les pieds pour tout faire qu'il m'arrive souvent de "remettre au lendemain"... du coup, soit les choses ne sont pas faites et je culpabilise après coup, soit elles sont faites par lui la majorité du temps, et je culpabilise pareil !blush

Bon, il est vrai qu'on se lève très tôt et qu'il faut s'occuper des enfants, et faire ce que l'on a à faire au boulot...du coup l'énergie me manque !

Aujourd'hui, je suis en journée "enfant malade" (rien de méchant, des bobos de saison ! wink), donc à la maison avec mes 2 + petits... Hier, comme tous les mercredis, j'ai fait le "minimum" : lavage de sol, un peu de rangement, lessive(s)... Du coup, là, après avoir conduit le grand à l'école dans le froid et le brouillard (eh oui, j'habite le "grand nord" wink) je n'ai eu qu'une envie : me poser devant l'ordi avec un thé et un gâteau bien sucré... Je vais me préparer ce thé, mais j'ai, bien entendu, déjà avalé mon gâteau tout rond, sans attendre...et tout de suite après cela : Petite voix n°1 :"Oups ! Et la dégustation ? La pleine conscience, tout ça tout ça ?"devil suivie de Petite voix n°2 :"Et le linge ? Et la salle de bains à nettoyer?Tu pourrais profiter d'être là pour faire ce que tu n'as pas le temps de faire d'habitude....! " devil

Bref, la route est longue !

Par contre, hier, j'ai pris le temps sur mes habituelles petites courses de m'offrir une robe et un pull...oh, rien d'extravagant, ni d'exceptionnel, mais...une première depuis trop longtemps ! Et mon cher Mari, qui est décidément un ange, m'a dit en rentrant combien il était content que je me sois fait plaisir !  Petit Bonheur !smiley

 

rougefoncé.
Abonné

Je comprends très bien aussi, PrunilleB, ce que tu dis et cela me rappelle ce que j'ai vécu pendant des années. Cette impression d'être toujours en retard dans les tâches ou débordée d' activités.

Je suis aussi convaincue de la théorie LC de la faim et de la satiété.Jusqu'à 35 ans je n'avais aucun problème avec ces sensations alimentaires et pas de surpoids.Je n'étais pas débordée non plus, je savais bien m'arrêter de manger. Ensuite, un changement de vie m'a projetée dans le monde du stress, de la suractivité et j'ai pris des tas de kg, et je croyais n'avoir pas le temps de m'occuper de cela. Maintenant à la retraite, je suis occupée mais pas débordée. Et je n'ai plus d'EME je crois.

Si je raconte tout cela c'est parce que je ne suis pas convaincue que c'est forcément par perfectionnisme qu'on se sent débordé . Je ne suis pas perfectionniste, j'ai simplement conscience que si des choses ne sont pas faites, ma vie sera plus compliquée.

Par contre je crois qu'il faut arriver à trouver le moyen de déléguer certaines choses en dialoguant pour ne pas se sentir coupable et si c'est impossible de faire un tri à tête reposée pour rayer certaines choses de l'emploi du temps.

Et puis, comme dit Patience, programmer des plages de silence et d'inaction, ou de RPC.

Sinon, comme nous toutes, j'adhère à la théorie de LC oui. .... mais je me rends compte que pour l'instant je n'ai pas tellement progressé! sad

Bliss.
Abonné
Une heure que je fais bosser mon fils qui a aligné 3 mauvaises notes sur 15 jours.......une heure que je luir répète patiemment, lui fait réviser, corrige etc........ Et j'aimerai manger 2 gros carrés de chocolat ou de la délicieuse tarte aux pommes (enfin elle a l'air) faite pour un apéro demain.......... Bon j'ai fait de la défusion, une chanson pour mon fils: Sur l'air de au clair de la lune Mets tes majuscules en début des phrases Souligne tes sujets en jaune si on te le demande Accorde tes adjectifs c'est bien plus joli Pense à ta vieille mère qui est fatiguée. Bon et là tant pis si demain il se plante c'est l'heure du dodo et l'heure du repos de la mère!!!!!!!!! En tous cas il a bien rigolé avec ma chanson c'est toujours cela de gagné.
izabelle
Animatrice forum

bravo Bliss

très important de faire de la défusion avec ton fils s'il a un trouble de l'apprentissage

c'est vraiment difficile à vivre pour les enfants et ça les aide beaucoup à dédramatiser

PrunilleB.
Abonné

Bliss, j'adore ta chanson !! La défusion, mon dieu, je n'en suis pas encore là hélas ! Je devrais y penser + souvent !!

 

RougeFoncé...  je ne progresse pas beaucoup non plus... parfois même je me dis que je régresse (même si je sais, au fond, que ce que j'ai "acquis" et appris grâce à la méthode LC est là, bien caché !) Je stagne....

Mavo, Cilou-cile, Izabelle..... je vais essayer de les faire, ces pauses... C'est vrai qu'en y réfléchissant je me rends compte que souvent, "j'oublie" même de passer aux toilettes dans la journée... (merci mon périnée en béton ! lol !)

Plus sérieusement, je crois que dans le sentiment de culpabilité que j'éprouve vis à vis de mon mari "hyper actif à la maison" vient peut-être de la craine qu'il ne me voie comme moi je me vois dans ces moments là : paresseuse et inutile....

Là encore, je crois que j'ai toutes les cartes en main pour progresser, reste le déclic à avoir pour dépasser mes blocages, ce qui est possible puisque je les connais !

 

 

Haut de page 
X