Question au sujet de la respiration en pleine conscience - 22012013

Vé1976.
Abonné

Bonjour à toutes!  (et à tous)

 

Depuis que je pratique la pleine conscience, j'ai une question qui m'embête:  Pendant combien de temps dois-je accorder de l'attention aux pensées ou images mentales qui se présentent à mon esprit pendant une séance?

 

En fait, j'ai l'impression que, si j'y accorde trop d'attention, je m'éloigne de l'objectif de la séance qui est de me centrer sur ma respiration.  Par contre, en y accordant trop peu d'attention, j'ai l'impression de les "chasser" de mon esprit et de ne pas les "accueillir avec curiosité et bienveillance" comme l'indique de Dr G.A.

 

Ma question face à ces notions de "accueillir avec bienveillance", "tout est à contempler, rien n'est à rejeter" est donc "D'accord, mais pendant combien de temps?"

 

J'aurais aimé savoir si vous aviez des "petites phrases" à vous dire pour faire face à ces pensées et les accueillir adéquatement avant de revenir à la respiration?

 

Cela m'aiderait beaucoup...

 

Merci à l'avance!

 

Véronique

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

bonjour Véronique

eh bien en fait tu leur accordes très peu de temps, dès que tu te rends compte que tu penses, tu peux te dire  "tiens j'ai telle pensée"  et paf   tu te reconcentres sur ta respiration

tu ne les chasses pas, simplement tu en prends conscience et dès que tu en as conscience, en effet, tu ne commences pas à vouloir les décortiquer, savoir ce qu'elles sont exactement, tu te reconcentres direct sur la respiration, ça ne prend pas plus d'une seconde

c'est  le processus de se re-focaliser sur la respiration qui est important, et de laisser les pensées venir tout en ne suivant pas leur cours....   néanmoins des fois, ça y est on se rend compte qu'on a 'suivi' une pensée...

alors dès que l'on s'en rend compte, on se reconcentre sur la respiration

c'est un peu fatiguant je l'avoue....   du moins pour moi, mais cela m'a permis de faire de telles avancées....

bonne pratique!

Mandala.
Abonné

Très bonne question, je me la suis posée et me la pose encore parfois. C'est vrai, des fois j'ai des pensées qui viennent pendant la pleine conscience formelle, mais qui sont "intéressantes" dans le sens où ce serait utile de les suivre, par exemple une idée pour le boulot, quelque chose dont je me souviens et que je ne dois pas oublier. J'ai peur qu'en me recentrant trop vite sur la respiration je vais les oublier ou que je vais passer à côté de leur développement qui peut être très utile. Ce que je fais c'est que quand je me rends compte que je ne suis plus dans l'exercice mais que la pensée est intéressante et bien je vais jusqu'au bout de son développement et quand elle est terminée, là je reviens à la respiration.

 

Attention, les pensées dont je parle sont neutres émotionnellement, et elles sont différentes de par leur nature des pensées automatiques chargées émotionnellement du genre "je n'y arrive pas, je suis nulle", ou "machin m'énerve" ou encore "je suis fatiguée"… Les pensées dont je parle c'est peut-être 1% des pensées qui me viennent. Les 99% restant doivent être suivies d'une prise de conscience et d'un retour à la respiration sans ménagement (mais avec bienveillance !)

 

 

Mais c'est surement une bonne question à poser à nos docteurs !!

 

izabelle
Animatrice forum

ah bon ben moi c'est à 100 pour cent des pensées neutres émotionnellement du type :  je dois faire ci, ça, ça.....

alors autant te dire que si je commence à les suivre...

 

bon je dois avouer que lorsque j'ai une idée genre  enlightened  qui me vient pour un écrit que je dois faire ou pour un de mes patients, je m'arrête une seconde pour la noter, mais c'est vraiment une exception

 

mais a priori l'exercice il ne faut suivre aucune pensée, même les plus anodines....   pour prendre le pli.....

enfin si c'est de l'ordre de 1%, à mon avis c'est bon, j'aimerais bien déjà pour réussir à ne suivre que 1% de mes pensées....

Mandala.
Abonné

 

oui du coup je me rends compte que parmi les pensées à ne pas suivre il y a aussi les pensées neutres du genre "je dois faire ça et ça" mais qui correspondent à des choses que je sais déjà et dont la poursuite ne servira à rien. Donc celles-là quand je m'en rends compte je reviens à la respiration et je sais que je ne "rate" rien.

 

En fait les 1% c'est en général des pensées un peu "créatives"

Bèlilé.
Abonné

Mandala, ça me parle ta notion de "pensée créative", ça m'arrive aussi. Soit pendant, quand ça vient très clairement, soit après, dans l'heure qui suit, comme on se souviendrait d'un rêve.

Vé 1976, je ne pense pas que se dire des petites phrases pourrait être une solution, ce serait encore du contrôle.
Et j'ai l'impression que tu as déjà trouvé la réponse quand tu dis ça:

"En fait, j'ai l'impression que, si j'y accorde trop d'attention, je m'éloigne de l'objectif de la séance qui est de me centrer sur ma respiration.  Par contre, en y accordant trop peu d'attention, j'ai l'impression de les "chasser" de mon esprit et de ne pas les "accueillir avec curiosité et bienveillance" comme l'indique de Dr G.A."

Daan.
Abonné

Bonjoue Vé1976,

je trouve également que c'est une très bonne question. En effet, avant moi aussi je chassais toute pensées, et j'arrivais très bien à méditer dans mon idée ! Je faisais le vide sidéral. Mais après le post sur le "vide intérieur" (question aux experts), je me suis rendue compte que je chaissais toute pensée, et que cela ne me permettait pas de savoir au fond quel problème j'avais. Alors maintenant, je n'accorde effectivement aucune attention aux pensées du style "il faut que je fasse ci ou ça", mais un peu plus de temps à celles qui concernent mes états d'âmes du moment pour comprendre pourquoi je suis à un moment donné angoissé, ou triste ou stressée etc... Juste le temps de comprendre. Je me garde ça dans un coin pour l'après PC, puis je continue à suivre ma respiration.

Sinon, avant, méditer ne me servait à rien. Pas plus que regarder un bon film, un moment de détente, de détâchement, pour replonger tout de suite après dans le stress de la vie sans avoir rien appris sur comment j'ai été amenée à être par exemple angoissée à un moment donné, ou tout autre sentiment.

viviette.
Abonné

Bonjour à toutes,

En vous lisant sur ce post, je viens de penser à d' autres exercice complémentaires à la RPC formelle, style "apprenez à vous détacher de vos pensées en PC" ou "soyez à l'écoute de vos sensations avec la PC" et aussi "apprenez à tolérer la situation d'inconfort".

Je pense qu'une séance formelle RPC permet de se recentrer sur soi à l'instant T et d'y revenir indéfiniment dès que l'on sent ses pensées nous distraire; cela nous apprend aussi à vivre certaines émotions et sentiments que l'on doit accepter pour les laisser partir. Les autres exercices permettant de mieux accepter et tolérer lcs moments désagréables. C'est complémentaire, çà dépend de l'état d'âme où l'on se trouve.

Mais la RPC est un début.Est-ce que je me trompe? Qu'en pense -tu Izabelle?

Bonne journée

fleur2lotus.
Abonné

Merci Izabelle pour tes explications. Moi aussi ça fait longtemps que je me pose cette question. Du coup, j'avais abandonné la RPV vu que j'avais l'impression d'être trop idote (bonjour la pensée automatique devil) pour comprendre comment faire.

Grâce à cet éclaircissement, je vais essayer de m'y remettre, surtout quand tu nous dis à quel point celà a pu t'aider.

izabelle
Animatrice forum

[quote=viviette]

Je pense qu'une séance formelle RPC permet de se recentrer sur soi à l'instant T et d'y revenir indéfiniment dès que l'on sent ses pensées nous distraire; cela nous apprend aussi à vivre certaines émotions et sentiments que l'on doit accepter pour les laisser partir. Les autres exercices permettant de mieux accepter et tolérer lcs moments désagréables. C'est complémentaire, çà dépend de l'état d'âme où l'on se trouve.

Mais la RPC est un début.Est-ce que je me trompe? Qu'en pense -tu Izabelle?

[/quote]

J'en pense que tu as tout compris!  Tous ces exercices sont un peu similaires dans le sens où l'on se centre sur le PRESENT, c'est surtout ça l'essentiel,   la respiration est une des meilleures illustrations du présent et aussi c'est facile de se concentrer dessus car c'est un mouvement ou une sensation (l'air) bien tangible

et bien sûr pouvoir accueillir ce qui nous traverse sans y accorder trop d'importance....  tous les exercices visent cela...   mais on ne fonctionne pas tous pareils, je pense que celui sur les pensées peut être tout à fait indiqué à pas mal de personnes....

dans l'enregistrement qui dure 30 minutes,   tous ces exercices sont un peu faits l'un après l'autre, c'est fantastique....  bon ensuite j'avoue que je l'ai très peu fait parce que 30 minutes c'est long, mais en fait c'est de loin mon préféré....      j'aime beaucoup me centrer sur les sons..........     

 

tant mieux fleur2lotus si ça te donne envie de t'y remettre, c'est vraiment un exercice simple en apparence, compliqué à faire tout de même pour certains d'entre nous, et incroyablement efficace pour ceux qui "souffrent" de contrôle émotionnel et mental exacerbé....

Vé1976.
Abonné

Merci à toutes pour vos réponses qui m'ont amené à réfléchir!

 

Je comprends que je dois pratiquer la RPC en évitant de me concentrer sur mes pensées et en me recentrant immédiatement sur ma respiration lorsque je prends conscience d'une pensée ou image mentale.

 

En parallèle toutefois, je travaille beaucoup sur la tolérance aux émotions et j'aime beaucoup cette idée qu'on doit laisser les émotions passer à travers nous sans chercher à les contrôler.  Pour ensuite se rendre compte qu'elles nous ont traversées, qu'elles sont parties et que nous sommes intacts.  Cette image d'une émotion qui me traverse et me laisse intacte sans que j'aie besoin d'en "faire" quoi que ce soit m'a litteralement bouleversée et a changé une grande partie de ma vie.

 

Alors je mélange probablement un peu ces deux concepts, en ayant tendance à pratiquer la RPC lorsque je ressens une forte émotion, difficile à vivre.  J'ai alors tendance à me centrer sur moi-même mais, plutôt qu'à me centrer sur ma respiration, je m'attache à cette émotion difficile à vivre en cherchant à la cerner et à la définir pour mieux l'accepter...

 

C'est compliqué tout ça... J'essaie de faire le lien entre l'acceptation et la pleine conscience mais je n'y arrive pas vraiment...

 

izabelle
Animatrice forum

[quote=Vé1976]

Cette image d'une émotion qui me traverse et me laisse intacte sans que j'aie besoin d'en "faire" quoi que ce soit m'a litteralement bouleversée et a changé une grande partie de ma vie.

[/quote]

moi aussi!!!      ce qui m'a aidé à une période, c'est d'imaginer que je suis transparente et que l'émotion passe à travers moi telle une vague, je lui  laisse totalement le passage, elle ne se fracasse contre aucun "rocher" symbolique (mes pensées, mes jugements), elle est là, elle passe, elle passe vite.....

ta réflexion semble aller exactement au bon endroit, la pleine conscience est indipensable pour l'acceptation, sinon l'acceptation c'est juste "serrer les dents " et ce n'est pas la vraie acceptation

la vraie acceptation, c'est surtout l'acceptation de ce que l'on ressent, à l'instant T, et ça, justement c'est la pleine conscience

tu peux lire le post de Lorraine récent sur la pleine conscience, qui n'est pas loin de celui-ci....

merci de tes réflexions qui nous font tous avancer

Ziguele.
Abonné

Il me semble que le fait de recevoir des pensées et émotions, pendant une séance de PC, permet de les identifier et les connaître.

Identifier ces pensées et émotions, les accueillir avec bienveillance, permet de ne pas se laisser envahir ou dominer par elles. Cela permet de les garder à leur juste place et éviter qu'elles nous envahissent et s'incrustent, ne laissant plus de place à rien d'autre.

J'espère avoir expliqué quelque chose de compréhensible....Mais toutes ces notions sont nouvelles pour moi et fort difficiles à décrire !

Bonne chance à tous et toutes

Ziguele

izabelle
Animatrice forum

eh bien si tu débutes, tu maitrise déjà fort bien le sujet!  bravo Ziguele

Lavienrose.
Abonné

je cherchais des explications à mon questionnement et j'ai lu qu'Izabelle en a parlé.

J'ai du mal avec la pleine conscience sans musique ou sans son (instrument ou voix).

J'ai la tête pleine de pensées et c'est plus facile de la faire taire quand mon attention est portée sur des sons mélodieux.

Chez moi au calme j'arrive en ecoutant ma respiration mais ailleurs j'ai besoin d'etre guidée.

Du coup quand je ne peux pas mettre mes écouteurs, je zappe la RPC...Et cela me perturbe.

Comment trouver une parade?

est-ce normal d'avoir besoin d'un substitut ? est-ce quand même de la pleine conscience?

 

Noelle
Marraine

Bonjour Lavie en rose

 

Oui, pour moi, c'est normal, la voix  me sert de point d'appui,  et je prefère ce point d'appui là plutot que la musique pour faire de la rpc car ça me semble plus "solide" si je peux dire ça comme ça!

j'ai l'impression de me " dissoudre " avec la musique

j'arrive a faire un peu de rpc sans appui, du genre une ou deux minutes dans le bus, ou dans la vie courante en général quand je me sens stressée ou envahie par une pensée qui risque de me gêner, ou encore , très recemment, par la question "ai je faim"  ou " tiens ,   c'est une eme, je la regarde passer"

 

je sais que les "grands pratiquants" pratiquent sans support, mais bon,  je me laisse le temps d'y arriver

 

Bonne pratique!

Haut de page 
X