Trop manger et maigrir: dur d'y croire - le 28/06/2011

Anick.
Abonné

Bonjour!

Je me suis rendue compte depuis le dernier chat que j'étais sous une autre forme de restriction cognitive. Je me refusais à avaler une bouchée de plus que ma stricte satiété (ce qui ne veut pas dire que j'y arrivais!) alors c'était d'autant plus un interdit absolu dans ma tête que d'aller au resto et de me laisser aller à manger tout ce qui me fait envie. Je n'ai plus vraiment d'aliments interdits depuis un certain temps, mais d'autres interdits les ont remplacés, et c'est parfois lourd!

Depuis ce fameux chat qui expliquait qu'après un gros diner, on a qu'a attendre la faim et on ne grossira pas, j'ai l'impression de vouloir me prouver que ça marche vraiment aussi de cette façon, question de me libérer de mes derniers interdits. J'ai trop mangé à plusieurs reprises, dans des souper spéciaux avec des amies, puis j'ai attendu que la faim revienne pour remanger. (J'ai d'ailleurs trouvé que ce n'était pas si agréable au fond d'être si bourrée, de ne plus vraiment goûter, de devoir ensuite passer des repas, mais ça m'a libéré de le faire, de savoir que si ça me fait envie, je peux; que la méthode a cette souplesse.)

Mais voilà, j'ai l'impression de ne pas arriver à y croire. Ce serait si libérateur d'arriver à maigrir en mangeant simplement quand on a faim, et même si ma tête comprends le principe, il y a quelque chose en moi qui se dit que ce serait trop beau, que ce n'est pas possible. (C'est peut-être aussi simplement la rage d'être passé à coté de quelque chose de si sain et si simple pendant des années, entourée de pseudo spécialistes qui, au final, m'ont aidé à grossir!) Je suis donc allée me peser et, alors que la dernière fiesta date de plusieurs jours, j'ai pratiquement tout repris ce que j'avais perdu depuis un mois.

Je ne sais donc plus quoi penser. J'aimerais entendre des gens pour qui ça fonctionne!

Commentaires

G.Apfeldorfer
Votre coach

Connaissez-vous l’histoire de l’oeuf de Christophe Colomb? Lors d’un banquet, à son retour d’Amérique, on lui aurait dit qu’après tout, son soi-disant exploit était en fait à la portée de tous. Un peu fâché, Christophe Colomb aurait proposé aux convives de faire tenir un oeuf sur sa pointe. Bien entendu, personne n’y parvint. Christophe Colomb aurait alors toqué l’oeuf contre son assiette et l’oeuf tint alors aisément en équilibre. Les convives protestèrent: ce n’était que ça ? Ça n’était pas bien difficile! Et Colomb de répondre: “Peut-être, Mais il fallait y penser!”
Maigrir en écoutant ses sensations alimentaires est un peu comme ça: c’est simple, mais il fallait y penser! Attendre la faim pour manger, s’arrêter lorsqu’on est rassasié, manger ce qui nous attire à un moment donné. En agissant ainsi, on laisse jouer nos mécanismes internes de régulation du poids et notre poids se déplace jusqu’à atteindre notre poids d’équyilibre. Puis, toujours en mangeant de la même manière, le poids reste stable indéfiniment.
 
En fait, comme vous l’avez sûrement constaté, ce n’est pas si facile à faire. Il y a tant d’obstacles: repérer finement ses sensations alimentaires nécessite qu’on mange attentivement, qu’on mange pour le plaisir et qu’on s’arrête lorsqu’il se termine. Cela nécessite qu’on s’autonomise par rapport à son environnement. Cela nécessite qu’on ne fasse pas appel à la nourriture pour régler ses difficultés psychologiques et émotionnelles.
Actuellement, vous faites vos expériences, et vous constatez les effets de tel ou tel comportement sur votre poids. C’est très bien, ça. Vous apprenez à vous connaître, à voir comment ça fonctionne.
Vous constatez que si on peut parfaitement manger au-delà de son appétit certaines fois, on ne peut pas en faire une règle de vie. Pour se sentir bien, pour que le poids bouge dans le bon sens, mieux vaut manger autant que possible attentivement, pour le plaisir, en s'arrêtant lorsqu'on est rassasié, lorsque le plaisir gustatif se termine.
Vous êtes sur la bonne voie. Ne vous découragez pas!
G. Apfeldorfer
Flowerbomb.
Abonné

Annick, je comprends tous tes doute.

Dr Apfeldorfer, merci pour cette raison encourageante.

je dois dire que j'ai aussi des doutes parfois, même si je sais que je suis sur le droit chemin. en fait, ma façon de manger a tellement changé ces dernière semaines que mon doute subsiste dans le fait que je n'ai pas perdu un gramme, malgré tout. je stabilise à merveille, mais le problème est que je ne veux pas stabiliser. et je suis sûre que je ne suis pas à mon set-point. 67 kg pour 1,58m. alors que mon poids idéal serait auotur des 60 kilos je ne peux pas y croire. alors je me demande QUAND je vais perdre un peu de poids ! cela dit, je me sens beaucoup mieux dans mon corps et dans ma tête, bele surprise, je n'ai plus le ventre gonflé d'air après le repas midi et ça c'est que du bonheur.

Anick.
Abonné

Merci beaucoup! C'est vrai qu'il suffisait d'y penser, mais trop d'intervenants se bornent à croire que si leur méthode infaillible ne fonctionne pas à long terme, ces forcément à cause de leur clients sans volonté, et ils ne se remettent pas en question. Je vous remercie donc pour votre méthode si simple et révolutionnaire à la fois, et j'ai hâte au jour où je pourrai, faits à l'appui, dire que ça fonctionne! 

stridline.
Abonné

@Grazia : tu dis que ton poids idéal est de 60 kg au lieu des 67 kg que tu fais actuellement, mais qu'est-ce qui fait de ce poids ton poids idéal ?

A force de maigrir et de grossir, on finit par ne plus pouvoir maigrir autant qu'on le voudrait. Les cellules graisseuses qui ont grossi peuvent mincir, mais celles qui se sont multipliées ne vont pas disparaitre. Il y a aussi un apprentissage à faire sur l'acceptation de soi et de son corps, indépendamment du poids affiché sur la balance. Peut-être la plus difficile des étapes ...

Anick.
Abonné

Stridline a malheureusement raison. Cette étape est la plus difficile, et la plus dangereuse à mon avis. J'ai perdu plusieurs kilos avec cette méthode, mais j'ai fini par lâcher du leste et régimer un peu, malgré tout ce que je pouvais en penser et toute la liberté que cette méthode m'avait apporté, justement parce que je ne pouvais pas accepter du fond de mon coeur que mon setpoint était plus haut que je l'aurais voulu.

On a beau se battre contre notre poids naturel, le corps met tout en branle pour qu'on retourne et reste au poids qu'il a choisi. Autant faire la paix avec soi, à moins d'avoir envie d'une vie de bataille et d'obsessions.

Lia.
Abonné

Grazia: peut être que tu es à ton poids d'équilibre qui a l'air tout à fait "correct". Dans ce cas, si tu ne grossis pas et mange ce que tu aimes à ta faim pourquoi vouloir maigrir?

Merci pour ces rappels DR. Apfeldorfer.

POur ma part j'y crois encore. Je crois encore qu'actuellement je mange au delà de mes besoins et que donc je pourrais encore maigrir. J'ai été jusqu'à 106 kilos et là je suis à 96-97. Je mange régulièrement dans les conditions propices (assise, lentement etc..) que j'ai apprise avec la RA. Mais parfois je me décourage un peu de ne pas perdre plus et plus vite. 10 kilos en 18 mois.......

Par ailleurs j'ai peur que les modifications hormonales compliquent les choses avec le temps. Je sais qu'il n'y a pas X kilos à perdre en tant de temps. Cette incertitude de ne pas savoir ou se situe mon set point n'est pas rassurante.

Je vais continue dans ce programme en tous cas jusqu'au vacances. J'aprécie particulièrement tous les outils émotionnels et forme. Merci.

Emilie.
Abonné

Je suis d'accord avec vous pour dire que c'est difficile et que c'est parfois décourageant surtout quand on lit tous ces articles sur les régimes qui font perdre vite beaucoup de poids mais je pense qu'il ne faut pas oublié que la méthode proposée par linecoaching est un changement en profondeur si on est là c'est bien que les régimes qu'on a pu faire n'ont pas marché et on s'est rendu compte par nous même qu' au contraire même on reprend plus après un régime qu'avant donc moi aussi je ne voit pas l'aiguille de la balance descendre mais je suis confiante et je suis certaine (avec beaucoup de travail sur moi) de pouvoir reprendre possession de mes sensations alimenttaires! 

Courage les filles même si on perd pas de poids tout de suite c'est sur le long terme que notre travail portera ses fruits

katy1308
Abonné

Moi aussi j ai peur de ne pas maigrir ou bien encore plus peur de grossir que mon set point soit plus haut que la ou je suis maintenant. Mais d un autre cote, rien que l idee de me remettre au regime me rend malade.

Faire des regimes me donne l impression d avoir le controle de mon corps alors qu en verite c etait les regimes qui controler ma vie.

Alors comme beaucoup d entre nous, j espere que mon set point et plus bas que mon poids actuel, mais si par malheur je suis a dessous de mon set point il va falloir que j arrive a comprendre que je peux vivre avec 5.6,7 kilos au dessus de mon reve.

L alternative serait de continuer a faire des regimes et grossir encore un peu plus et apres encore quelques annees, surement avoir 5,6 ou 7 kilos de plus avec en prime ne pas me sentir libre face a la nourriture.

Bon courage a toutes
 

Jade.
Abonné

Libérés de nos obsessions ou enchainés à nos compulsions ? (indépendamment du poids) That is THE question ! lool !

Lamiteorange.
Ancien abonné

Que c'est difficile, en effet, de se dire que le simple fait de manger à sa faim suffise à maigrir.

J'y crois, mais le fait que mon corps refuse de perdre le moindre gramme (bon, ça ne fait qu'une semaine que j'arrive à manger à ma faim. Du moins, je crois) me déprime vraiment...

Lisette.
Abonné

Personnellement, ça ne marche pas vraiment le fait de manger trop à un repas et d'imaginer que j'aurais faim plus tard. Actuellement si je prends par exemple un gros gros petit déjeuner, j'aurais de toute façon faim 4h plus tard, c'est à chaque fois comme ça... Alors est ce que vraiment tout le monde fonctionne pareil? Ca m'inquiète un peu...

Lia.
Abonné

Patience Lisette, le programme est long et très fourni et pleins d'exercices te serotn proposés y compris sur la faim, la repérer, la différeer etc.......au début c'est bine normal de vouloir avancer vite , je suis dans la même cas. Mais en fait les habitudes se changent progressivement sur les semaines. Moi je mange de bons petits déjeuners, et sils sont plus importants la faim réapparait aussi quelques heures plus atrd mais à ce moment là si je déguste lentement ce que ej mange je m'apercois que j'en mange moins!

C'est la magie de la régulation de notre coprs mais il faut quelques temps pour remettre en route ce truc magique de faire confiance à nos sensations alimentaires.

Lee-lix.
Abonné

[quote=Lisette]

Personnellement, ça ne marche pas vraiment le fait de manger trop à un repas et d'imaginer que j'aurais faim plus tard. Actuellement si je prends par exemple un gros gros petit déjeuner, j'aurais de toute façon faim 4h plus tard, c'est à chaque fois comme ça... Alors est ce que vraiment tout le monde fonctionne pareil? Ca m'inquiète un peu...

[/quote]

Lorsque j'étais enceinte, on m'a dépisté un diabète gestationnel. Du coup, j'ai du faire gaffe au taux de sucre dans mon sang du matin au soir. Mon taux était trop élevé le matin : la diabéto m'avait dit que cela ne pouvait pas avoir de lien avec mon alimentation, car quoi que l'on mange, quoi que l'on fasse, on était nécessairement à jeun 4 heures après. Du coup j'ai du faire des piqûres d'insuline, un régime ne pouvant avoir aucun effet sur ce taux de sucre à jeun.

Donc peut être un élément de réponse ?

Vididi.
Abonné

[quote=Lee-lix]

[quote=Lisette]

Personnellement, ça ne marche pas vraiment le fait de manger trop à un repas et d'imaginer que j'aurais faim plus tard. Actuellement si je prends par exemple un gros gros petit déjeuner, j'aurais de toute façon faim 4h plus tard, c'est à chaque fois comme ça... Alors est ce que vraiment tout le monde fonctionne pareil? Ca m'inquiète un peu...

[/quote]

 quoi que l'on mange, quoi que l'on fasse, on était nécessairement à jeun 4 heures après.

[/quote]

Sauf que "à jeun", cela veut juste dire que le processus de digestion est terminé. Cela ne veut pas dire que l'on a faim.

Je crois que Lisette ne sent pas encore bien sa faim et mange parce qu'elle sait qu'elle faim et pas parce qu'elle sent qu'elle a faim. Patience, ça viendra. Il faut du temps pour bien identifier les sensations qu'on perdu depuis longtemps parce qu'on mange avec notre tête.

Chatoyante.
Abonné

[quote=Lisette]

Personnellement, ça ne marche pas vraiment le fait de manger trop à un repas et d'imaginer que j'aurais faim plus tard. Actuellement si je prends par exemple un gros gros petit déjeuner, j'aurais de toute façon faim 4h plus tard, c'est à chaque fois comme ça... Alors est ce que vraiment tout le monde fonctionne pareil? Ca m'inquiète un peu...

[/quote]

 

Bonjour LIsette,

Je débarque pas mal plus tard, alors peut-être n'est-ce plus d'actualité...

Ce que je voulais dire c'est que, comme toi, la plupart du temps ma faim reviens aux heures habituelles (selon le dépassement de la satiété en question bien sûr). Par contre, la différence que j'ai remarqué c'est que ma satiété est plus rapidement comblée. Mon organisme s'équilibre plus souvent dans la quantité que dans la fréquence. (bon, je sais que sur la fréquence on influe aussi la quantité... c'était juste pour tenter de nuancer).

M'enfin, c'était pour te partager une expérience différente.

Bonne journée.

AguaMaria
Marraine

Bizarre, pour moi la faim est retardée de beaucoup quand je mange trop copieusement, mais surtout des aliments riches.... L'autre jour, je mange un burger et des frites pour le déjeuner. Je ne finis pas, mon assiette, je mange vraiment très raisonnablement et je suis très fière de moi! Eh bien,  je n'ai pas eu faim jusqu'au lendemain matin. Quand je fais les exercices avec les aliments gras et salés ou sucrés, cela reporte de beaucoup ma faim, alors que les pâtes et la salade, même mangées en grande quantité ne me font pas cela. L'alcool, le lendemain (par exemple après un dîner bien arrosé) me donne l'impression d'avoir faim tout le temps. C'est fou c qu'on est différent!

AguaMaria
Marraine

Bizarre, pour moi la faim est retardée de beaucoup quand je mange trop copieusement, mais surtout des aliments riches.... L'autre jour, je mange un burger et des frites pour le déjeuner. Je ne finis pas, mon assiette, je mange vraiment très raisonnablement et je suis très fière de moi! Eh bien,  je n'ai pas eu faim jusqu'au lendemain matin. Quand je fais les exercices avec les aliments gras et salés ou sucrés, cela reporte de beaucoup ma faim, alors que les pâtes et la salade, même mangées en grande quantité ne me font pas cela. L'alcool, le lendemain (par exemple après un dîner bien arrosé) me donne l'impression d'avoir faim tout le temps. C'est fou c qu'on est différent!

Haut de page 
X