attendre la faim - le 27/01/2012

lys.
Abonné

Bonsoir

je réalise que je n arrive pas à attendre la faim(au moment d un repas en terme d horaires) ,comme si le fait de ne pas manger allait mpe faire perdre ou rater quelque chose , est ce que c est une eme ? Cela ne se traduit pas par une compulsion dans le style manger vite et beaucoup mais par un repas consommé sans faim donc ensuite inconfort ,culpabilite et prise de poids mais je n arrive pas à faire l eme zen que j associe à une envie imperieuse je pense que je me trompe et qu il y a quelque chose que jene veux ou n arrive pas a voir?

en fait j ai le sentiment que je n arrive pas à sauter un repas ,pourtant je n ai pas faim mais Je veux manger et c est pour cela que je ne fais pas l eme zen je veux manger  c est infernal;;;;;;;

pouvez vous m aider? lys

Commentaires

lys.
Abonné

je continue à discuter sur cet eme que je n arrive pas à qualifier EME ,je n accepte pas que manger aux heures ou un etre normal à faim soit une eme ,en fait je me culpabilise d avoir trop mangé au repas précédent , car si ce n etait pas le cas j aurais faim , je me culpabilise de ne pas etre dans la norme ,j ai dit un etre normal ........

enfin je me perds dans tout cela il faut que j accepte que manger sans faim quelque soit l heure est une eme ,j ai l impression que j ai encore tellement de choses à ressentir a comprendre que cela m angoisse  Lys

Nikaia.
Abonné

Un "être normal" suivant ta définition c'est quelqu'un de régulé, qui est capable de manger uniquement quand il a faim et qui sit mettre en application "l'appétit prévisionnel" pour que sa faim tombe au moment des repas.

Tu réussira à arriver ç cet état à la fin du programme normalement .. en attendant il faut accepter de ne pas savoir se réguler suffisamment pour avoir faim quand les autres ont faim...

Et si tu manges toujours sans faim .. tu ne pourras avoir jamais y arriver.

Je te conseille d'essayer d'écouter ta faim  et de ne manger qu'à ce moment là et de ne faire que des petits repas/collations .. ceci devrait te permettre de te recaler petit à petit...

En famille tu peux expliquer ta démarche .. et pour le boulot si ça te gène avec tes collègues, pourquoi ne pas dire que tu veux faire un peu de shopping à la pause déjeuner...

bon courage

Tourmaline.
Abonné

Tu bloques sur cette idée qu'une envie de manger sans faim à l'heure où "les autres, les gens normaux" ont faim, ce n'est pas une EME.

Pourquoi n'accepte-tu pas cette idée ? Parce que cela fait de toi quelqu'un d'anormal ? Sur ce site, nous avons tous des problèmes de régulation alimentaire : bienvenue au club !

Ce que tu décris ressemble cependant fort à une EME puisque cela déclenche tellement d'émotions, de peurs, d'angoisses... de peur de rater quelque chose. Sais-tu que s'il y a de la mousse au chocolat, du saucisson ou quelque chose que tu aimes, tu pourras en manger quand tu auras faim et que ce sera bien meilleur ? Il faut peut-être faire le deuil, se dire "cette mousse au chocolat là, je n'en mangerai pas (mais j'en mangerai d'autres !)"

Le programme LC est un cheminement. En suivant ce chemin, tu vas découvrir des tas de sensations, certaines désagréables, d'autres non (je te rassure : redécouvrir la vraie et bonne, faim, redécouvrir le goût des aliments, que c'est bon ! que cela fait du bien !).

Il n'y a aucune honte à être dans l'état où tu es. Tu es comme tu es et c'est avec cela que tu avances. Tu dépenses une énergie incroyable à lutter contre ce que tu es AUJOURD'HUI en te disant que tu devrais être autrement.

D'autre part, nous avons affaire à des experts dans les troubles du comportement alimentaire, l'évitement émotionnel, la recherche du réconfort perdu de l'aliment... Fais-leur un peu confiance : je crois qu'ils savent de quoi ils parlent. Ce n'est pas un site tombé du ciel, il est venu après des années et des années de recherche. je ne sais plus quand est-ce que j'ai lu "maigrir, c'est dans la tête"; mais c'était à sa sortie, et cela doit bien faire 10 ou 15 ans...

lys.
Abonné

Bonjour Tourmaline et merci pour ton soutien

oui je fais confiance à lc ,mais c est tellement ancré en moi toutes ces croyances que je doute encore beaucoup par moments et je panique ,mais je me dis qu avec de la patience de justement lc je vais y arriver ,mais je l avoue j ai des moments ou j ai peur et ou fonctionner comme avant me rassurerait dans un premier temps mais je sais que c est une erreur et de toutes les facons je n arrive plus à faire une seule journée de restriction , l idée meme fait surgir dans mon mental des emes alors je n ai plus qu a avancer sur ce pont comme tu le disais dans le chat avec les crocodiles en dessous mais c est hardu

bises  Tourmaline et merci pour toutes tes idées et ton aide lys

lys.
Abonné

Bonjour Nikaia et merci pour ton mail

Effectivement je vais essayer de faire de plus petits repas ,je discutais de cela avec Tourmaline pour essayer de trouver des idées , en fait c est surtout le soir je n ai pas faim mais c est le seul repas en famille donc je prepare et je mange avec mon conjoint et je peux manger seulement un fruit un yaourt ou une tisane dans un premier temps puisque je bloque à l idée de sauter un repas ,j etais deja tres stressee à l idée de sauter le petit dej dans l exo sur la faim il faut que je ressente ce qui se passe en moi dans ce moment précis ,ce qui fait que je ne peux sauter le repas alors que je n ai pas faim je pense qu il y a un deuil à faire Tourmaline en parle dans sa réponse et je le ressens ainsi aussi!!!!!

merci à toi Nikaia a bientot lys

Lia.
Abonné

Je te répond en live parce que j'ai vécu ca ce matin.Hier soir j'ai mangé un repas "normal" si on veut sauf que visiblement il devait être plus important que mes besoins parce que ce matin réveillée à 9 h: PAS FAIM!

Et déjà là ca peut être le début d'une EME. Je voulais avoir faim, parce que j'adore le petit déj et ses tartines et son café. Masi pas faim. Zut, ennui, agacement, frustration surtout, colère d'être "grosse" de suivre tout le programme et pas maigrir etc....les émotions la liste est longue.

Donc j'ai du faire un petit deuil du matin, celui de manger à ce moment là. J'ai fait 20mn de méditation, tranquillement, sans objectif autre que le faire pour mon bien. Et ensuite j'ai fait du ménage, rangement, lessive etc.....et OUF la faim est réapparue vers 10h45. Une petite faim, soit une patite tartine bien dégustée et un café. Et là bien sûr pas faim donc mon fils et mon mari mangeront sans doute seuls vers midi. Je serai peut être avec eux en train de boire un thé. Mais pour cette journée je dois faire le deuil des repas "normaux" pris à heure "normale" car je n'ai pas faim. Cette idée de normalité fait encore partie de la restriction cognitive, dieu sait que les diététiciennes le rabachent à longueur de temps, "3 repas par jour, pas de grignotage pas de collation". Il y a un tas de pays sur terre ou l'on mange 10 fois apr jour de toutes petites portions, on ma voisine norvégienne qui mange tartines tous les midi, jamais de chaud, une hérésie si l'on veut, mais complètement régulée et mince.

Tout ce tafra que lôn a appris fait partie de ce qui nous a fait grossir. Tous ces repas mangés sans faim, ses légumes engloutis pour notre santé ou pour rempir notre estomac pour ne pas avoir faim.

Avec le programme et toutes ses étapes nous pouvons expérimenter toutes ces situations. Et ensuite en suivant notre faim retrouver ce fameux appétit prévisionnel qui fait que naturellement en suivant nos sensations on mangera avec des horaires compatibles niveau vie familiale. C'est ce que je vis la plupart du temps mais pas toujours. Et parfois j'accepte que je n'ai aps faim à 19h parce que j'ai fait un bon gôuter un peu trop conséquent, et alors j'attends d'avori faim, 21 ou 22h et je mange. Mon fils et mon mari comprennent la démarche et que je le fais pour mon bien.

Je te dis tout ca parce que je le crois, mais en fait au fond de moi tous ces "minis deuils" quotidiens sont parfois bien difficiles à vivre. Et la RPC m'aide alors beuacoup à voir passer toutes ces émotions sans me laisser systématiquement emporter.

Dailleurs dans la ligne directe des deuils à faire et des choses dotn on a à se séparer aujourd'hui je vais mettre dans un sac certaines choses dont je ne me sers plus mais auxquelles je suis très attachée pour les donner....dur dur dur.....

lys.
Abonné

Bonjour Lia

super tu as attendu d avoir faim ,pour l instant je suis en difficulte des qu il s agit de sauter un repas mais je sais que la vérité en ce qui me concerne est là ,manger quand j ai faim ,tu as réussi à t occuper faire du ménage c est super , j ai du mal à faire le deuil  d un repas car c est un moment tellement réconfortant de manger ,cela a pris trop de place au niveau réconfort et je sais qu il va me falloir du temps pour me réconforter autrement ou pour accepter l inconfort ,finalement c est le but de m eme zen et comme par hazard je n arrive pas à faire l eme zen !!!!!

allez courage à nous toutes et patience comme le disent nos docteurs  lys

Nikaia.
Abonné

Lys

si ton problème est le repas du soir, essaye plutot de réduire le repas du midi (ou supprime ou diminue le gouter si tu en prends un).. peut être que tu dépasses ta faim sans t'en rendre compte (éventuellement dans ta volonté d'avoir un repas équilibré - crudité, plat, yaourt et fruit)

Pour le repas du midi, si tu vas dans une cantine, essaye par exemple de prendre un élément de moins :  Ne mange pas ton pain ou ne prend pas ton dessert, même si c'est un yaourt et un fruit, ne prends pas d'entrée ..ou essayede laisser une partie de ton plat (de mon coté c'est ce qui est le plus difficile .. il est plus facile de ne pas prendre que de laisser),  bref, réduit ton repas du midi (sans te préoccuper de savoir si il est équilibré ou pas!! tu peux varié ce que tu supprime suivant les jours) .. cela te permettra d'avoir faim un peu plus tot .. et donc pour le soir pour diner avec ton mari...

Bon courage ;)

Nikaia

Loli.
Abonné

Bonjour Lys,

Je suis exactement dans le même cas que toi. Je me dis toujours demain matin si tu n'as pas faim, tu ne manges pas. Et bien, je n'y arrive pas. D'ailleurs, je suis un peu angoissée. Je n'arrive jamais à attendre la faim, sauf dans de rares occasion. Du coup, j'ai l'impression de ne pas suivre la méthode correctement et la je culpabilise et ça me déclenche des EME que je ne controle pas encore tres bien (je suis débutante...2 semaines) . Et la c'est le cercle vicieux...

J'ai peur de ne jamais arriver à attendre cette faim de façon naturelle et détendue. Les peu de fois ou j'ai reussi à sauter le petit dej, j'ai passé ma matiné  à attendre que la faim arrive...

Courage, 

Loli

Labrador.
Abonné

Bonjour Loli, bonjour Lys,

j'avais le même pb que vous pour le petit-déjeuner. J'ai commencé par changer mon rituel (je mange puis je bois) en l'inversant. Puis j'ai changé ce que je mange. J'ai aussi inversé toilette et petit dej.

Tour cela pour désorganiser volontairement un rituel très fort. J'ai ensuite pu manger la moitier du petit déjeuner et garder l'autre moitier pour 1/4h plus tard. Et de fil en aiguille, j'ai compris et accepté de partir de chez moi sans avoir mangé, mais en ayant bu mon thé (sans sucre, sans lait).

Bon courage et trouvez vos ruses/ astuces.

A bientôt.

jpzermati
Votre coach

Bonjour Lys,

Je crois qu'en réalité vous éprouvez des difficulté à renoncer à vos repas parce qu'ils vous procurent essentiellement un réconfort. Ils apaisent vos émotions. D'une certaine façon, vous n'avez pas 3 repas par jour mais trois calmants par jour. C'est pour cela qu'il est si difficile d'y renoncer. Sauter un repas vous plongent dans un grand inconfort émotionnel. C'est à ce moment qu'il faut vous entrainer sur l'EME-zen. Cet exercice nécessite un vrai travail et un vrai entrainement pour livrer le meilleur de lui-même. Il est très efficace.

Parallèlement à cela, il faut aussi travailler sur cette croyance qu'un être normal doit avoir faim 3 fois par jour aux moments des repas.

Il n'y a pas d'êtres normaux. Le ryhtme des repas est strictement conventionnel. Il est déterminé par notre organisation du travail, notre culture, notre histoire... Il change dans tous les pays. Dans certains pays, on mage 8 à 10 fois par jour.

Les horaires sont donc socialement déterminés et ce sont nos appétits prévisionnels qui nous permettent de nous y adapter.

Toutefois, dans un premier temps, il est plus urgent de se reconnecter à son corps plutôt que vouloir à tout prix rester connecté à son groupe familial ou social. Un peu comme les nourrissons. Chaque chose doit venir en son temps.

Bon courage.

JP

 

Milk-it.
Abonné

[quote=jpzermati]Je crois qu'en réalité vous éprouvez des difficulté à renoncer à vos repas parce qu'ils vous procurent essentiellement un réconfort. Ils apaisent vos émotions. D'une certaine façon, vous n'avez pas 3 repas par jour mais trois calmants par jour. C'est pour cela qu'il est si difficile d'y renoncer. Sauter un repas vous plongent dans un grand inconfort émotionnel.

[/quote]

Ouf, touché. C'est exactement ça pour moi. J'ai BESOIN de mon repas du soir, par habitude de réconfort (problème avec les fins de journée ?), alors que sauter le petit-dej, chose que je fais tous les jours, ne me pose aucun problème ni frustration. Bon, y'a encore du boulot...

Merci pour cette réponse en tout cas.

lys.
Abonné

oui touché pour moi aussi c est exactement cela l aliment est avant tout pour moi un calmant

et comme j ai enormement d emotions et bien je me nourris pour m apaiser et finalemement j ai completement associe le fait de manger et eme

je suis en ce moment dans une periode de grande difficulté psychologique aussi je serai moins loquace

a bientot lys

Soledad.
Abonné

Bonjour Lys,

Si tu es en difficulté en ce moment, essaye de rester avec nous sur le forum, ne t'isole pas surtout ! Tu trouveras toujours des gens pour te répondre et t'encourager, ici, alors ne disparais pas, d'accord ?

La RPC centrée sur tes sensations physiques peut t'aider à relativiser et à calmer l'angoisse de sauter un repas. Si tu te concentres bien sur ce que tu éprouves, tu verras que tu peux tout réduire à des choses simples et supportables : l'angoisse, c'est juste la gorge qui se serre ; pleurer, c'est juste les yeux qui coulent ; avoir faim, c'est juste le ventre qui tiraille, ou la migraine, ou avoir froid... Rien de terrifiant, d'irréversible ou d'insurmontable, juste des sensations physiques désagréables mais supportables.

Reviens-nous dire comment tu vas...

Courage !

capuccino
Marraine

Bonjour Lys,

Je voulais juste d'apporter un petit mot d'encouragement.
Depuis mon arrivée sur LC, mon moral n'a été fait que de montagnes russes : heureuses un jour de découvrir que je pouvais respecter mes sensations alimentaires et cela avait un goût de liberté, catastrophée le lendemain parceque je ne trouvais pas de vêtement qui me convienne et que je réalisais le nombre de kilos pris en 1 année...

Régulièrement je viens ici pour y déposer ma douleur (ça aide), pour y faire part de mes (petites) avancées (ça aide aussi), pour partager ma colère (ça aide encore) et pour y trouver un grand réconfort grace aux échanges avec les autres adhérentes et nos médecins.

Les choses auxquelles on est hermétique un jour, nous parlent le lendemain, l'être humain est ainsi fait : il n'entend que lorsqu'il est prêt à le faire. 

C'est ainsi, qu'échange après échange nous progressons et intégrons des conseils donnés et répétés inlassablement.

Comme toi attendre d'avoir faim, de manière imposée et sous forme d'exercice m'a été impossible...j'en ai parlé à ma coatch et j'ai laissé tombé.
Ne manger qu'un seul et même aliment 4 jours de suite au déjeuner : pareil mission impossible...J'ai laissé tombé.

Mais aujourd'hui, je constate que je sais refuser une douceur offerte alors que je n'ai pas faim, je sais repousser ou avancer l'heure du repas selon ma faim, j'arrive à sauter mon petit-déjeuner pour le prendre 2 ou 3 heures plus tar ou le remplacer par une simple collation. Bien sûr c'est pas forcément tous les jours, il y a encore des ratées, mais je sens que ça vient de plus en plus souvent. Et pour bien m'imprégner du pourquoi de mon refus, je répète inlassablement "non merci, je n'ai pas faim".

Je sais aussi m'accorder le petit chocolat chaud du soir pour me rappeler celui d'autrefois en ces temps d'hiver. La chose qui a changé ce sont les quantités, le temps pour le déguster et le fait de savoir que je recherche le réconfort qui a le goût de mon enfance. Plus de frustration, plus de douleur.

Et puis enfin, j'ai intégré et testé pour de "vrai" l'EME/zen. Et bien ça marche. Dimanche dernier la journée a été hyper difficile et je ne sais pas combien de fois j'ai fait l'exercice mais c'est la seule chose qui m'ait calmée. On est vendredi, je n'ai pas refait d'EME de la semaine...Et bien sûr je suis moins serrée dans ma jupe...

Courage Lys, pour nous, les écorchées vives, avec nos émotions à fleur de peau, tout se fait dans la douleur et puis tout à coup quelque chose lâche et ça fait un peu moins mal...e c'es ça qui nous donne la force de continuer.

lys.
Abonné

Soledad,Capuccino

Je viens de lire vos messages ,ils me touchent tant , merci

oui je reste avec vous je continue le parcours ,je conbtinue le forum car tout sonne juste ,je suis juste débordée ,mon nouvel emploi à 48 ans ne me permet pas de respirer car j ai mis la barre trop haut ,étant considérée par beaucoup comme ayant une chance énorme dans un contexte ou les gens comme moi perdent leur emploi , je me donne à 200% de plus etant perfectionniste et obsessionnelle ,j ai fait pareil avec lc et voila il faut que je lache un peu et que je fasse les choses moins "totalement" car c est moi qui perd des plumes et finalement je n en retirerai rien de positif alors comme dirait les Docteurs COOL ,je vais essayer

merci pour vos messages qui sont adorables et me font beaucoup de bien lys

Noelle
Marraine

Bonsoir Lys  Si ça peut te consoler, moi aussi je viens de decider de baisser un peu mon niveau d'exigence et de me mettre un peu moins la pression, parceque je ne peux pas tout faire en même temps mais je veux continuer a mon rythme et accepter d etre moins au top. voila

je suis fière de moi lol

Haut de page 
X