Au travail, je continue à pratiquer Linecoaching assidûment - le 27/03/2012

Claire de Linecoaching
Abonné

L'activité professionnelle a ses contraintes mais ce programme vous demande de vous donner la priorité. Partagez ici vos expériences de  Linecoaching dans cet environnement particulier.

Commentaires

Lyphaé.
Abonné

La RPC au travail, je la pratique régulièrement en m'isolant quelques minutes... aux toilettes ! Seul endroit où se "cacher" pour prendre quelques minutes pour se recentrer sur soi-même. Ça me fait bien rire quand je l'écris mais ça m'aide énormément au jour le jour.

petite marie.
Abonné

bonjour,

ce sujet tombe à pic pour moi parce que je viens de découvrir quelque chose sur moi au travail.

je suis très stressée au travail et je pensais que cela venait de ma peur de ne pas être à la hauteur.

et puis, hier j'ai abordé un travail que je reportais depuis longtemps, que j'avais "peur" de faire... et je l'ai fait différemment, avant de commencer, j'ai laissé les émotions s'exprimer (merci la RPC).

j'ai ainsi confirmé qu'il s'agit bien de peur : si je m'étais retrouvée en tête à tête avec un fauve, je pense que les sensations physiques n'auraient pas été plus intenses...tout cela pour un malheureux dossier pas très difficile finalement...J'ai repris un peu de temps pour me recentrer et réfléchir à la cause de cette peur aprés avoir traité le dossier, et j'ai découvert que j'avais en fait peur de contredire un collègue et éventuellement de générer un conflit...

je me demande si mon stress ne vient pas tout simplement de la peur de décevoir mes collègues ou supérieurs et mes clients, peur de m'opposer aux autres et de défendre mes positions en cas de désaccord, peur d'être rejetée tout simplement...

peut être que certains se reconnaitront, ou pas...

bonne journée

petite marie

 

Soleluna
Abonné

ca me fait penser au mythe de la caverne de Socrate. C'est la nuit, y'a des monstres affreux dans la caverne, la peur tenaille les tripes, c'est terrible. Et puis au petit matin, on réalise que c'était rien, des brindilles peut-être et que c'était des ombres. Des ombres qui semblaient toutes grandes et vivantes. Suffisait de faire entrer la lumière (let the sunshine!!!) :)) c'est bien ca souvent non?

petite marie.
Abonné

je pense que tu as raison soleluna, je rajouterai juste qu'en général ces peurs ne se sont pas construites en un jour, et qu'à une époque de notre histoire, elles correspondaient à quelque chose de réel ou d'important, puis au fil du temps, elle se sont transformées en pensées ou mécanismes automatiques qui nous pourrissent la vie au quotidien...

petite marie

Soleluna
Abonné

Tout à fait d'accord. C'est pour ca qu'elles sont pas faciles à déloger hein :) mais elles finiront bien par partir, quand on les regardera pour ce qu'elles sont :)

magg.
Abonné

Hello!

Merci pour la création de ce poste qui va m'être très utile!

En ce moment je ne travaille pas, mais la reprise est prévue pour fin avril/mai, et j'appréhende beaucoup car je sais d'avance que je vais être beaucoup plus stressée, et me demande comment je vais pouvoir suivre le programme correctement (je fais un boulot assez stressant avec des horaises très aléatoires et très importants!), et ne pas perdre les bonnes habitudes que je commence à prendre en étant tranquille chez moi!

Alors à très bientôt pour s'échanger des conseils!

Magg

capuccino
Marraine

Au boulot, j'emmène mon repas que je mange ou pas ...ça dépend si on a le temps de faire une pause ou pas (hôpital). Mais c'est au boulot que je gère le mieux ma faim :

- je n'ai plus de complexe à "grignotter" un truc sympa juste pour tenir jusqu'au goûter,

-je me suis rendue compte que très souvent, si je veux manger un dessert, seul 1/2 plat cuisiné suffit à calmer ma faim...

- que je peux sauter un repas et me faire super plaisir par une glace en sortant du boulot et que ça me suffit en guise de repas...

Et surtout, c'est au boulot où j'ai annoncé clairement que je ne faisais plus de régime !!! alors que ça faisait plus de 30 ans que je ne goutais jamais ou presque les réalisations gastronomiques de mes collègues ou les croissants du dimanche matin...

Mais c'est aussi-là que je vois une concentration impressionnante au m2 de filles en restriction cognitive...

Lia.
Abonné

J'essaye au travail de pratiquer linecoaching autant que je peux. Prendre les escaliers quand j'y pense, penser à mon souffle quand je circule, à dégager me sépaules, relever la tête.

J'ai surtout compris que je prenais trop de stress sur moi. Et que le stress déclenchait des EME. Donc j'agis sur le stress au travail, ne plus courir partout, prendre le temps de faire les choses. Le plus dur en ce moment est de moins m'impliquer émotionnellement.

Je laisse un peu de côté l'aspect alimentation comme capuccino je suis mon corps, mes envies et mes sensations autant que je peux.

Pomdereinette.
Abonné

Linecoaching au travail... Tout un programme...

Au boulot, je mange trop parce que je mange avec les enfants, dns le bruit et l'agitation, et en situation de stress intense. Au boulot, on a déjà du mal à prendre le temps de faire pipi, alors la RPC dans les toilettes... Au boulot, on se soutient entre collègues et en même temps c'est le lieu de tous les conflits, rancoeurs, jalousies... Au boulot, on m'a collé des responsabilités dont je ne voulais pas, et depuis 8 mois j'y vais la peur au ventre. Le jour ne s'est pas encore levé pour moi...

Au boulot, je devrais pratiquer Linecoaching en mode survie. Je le fais avant, après, pas encore pendant. qu'il est dur de se donner priorité plutôt que s'oublier !

calico.
Abonné

Chère Pomdereinette, c'est un vrai gros souci que tu soulèves avec la question de se ménager des espaces libres au travail. Le stress et les contraintes peuvent nous détruire. Il n'y a pas longtemsp, ce sujet avait été abordé dans le forum sous le titre

LES PAUSES RPC DANS LA JOURNÉE ET LE STRESS AU TRAVAIL

Alors, effectivement, respecter son rythme aura automatiquement de l'effet sur l'alimentation et le bien-être. Si tu dis que tu dois pratiquer LC en mode survie, c'est que tu es déjà débordée. Essaie plutôt de pratiquer la RPC avant d'aller au boulot et en rentrant, puis gentiment tu pourras la pratiquer par petites touches pendant les repas. Simplement prendre deux ou trois bonnes respirations juste avant d'entrer dans la cage aux fauves, pour te réafférenter avec tes bonnes sensations et éviter de te laisser happer par l'agitation du repas en communauté? 

L'avantage de la RPC, c'est que c'est queqlue chose d'intérieur et que l'on peut pratiquer sans que personne ne s'en apperçoive. Tu peux très bien respirer tout en vaquant à tes occupations, y porter de l'attention. Personne n'en saura rien, tu n'auras pas "volé" de temps à l'institution et tu te sentiras un peu mieux. Maintenant si tu as des contraintes de fous, et que tu fais déjà tout ton possible pour t' adapter et que malgré tout c'est trop, la faute en incombe au système, pas à toi. Toi, tu fais de ton mieux, point barre.

Laisse tomber, les "il faut, je devrais" qui ne sont qu'une contrainte de plus. Une chose après l'autre, gentiment et avec bienveillance, comme tu le ferais avec un petit enfant qui apprend à marcher. 

A+ sur le forum.smiley

Pomdereinette.
Abonné

Merci pour la sollicitude :-)

C'est vrai : si je portais à ma personne la moitié de la sollicitude et de l'empathie que j'employe pour les autres... Et je suis certaine que nous sommes nombreux(ses) dans ce cas ici : toute sollicitude envers autrui et d'autant plus rudes et exigeant envers nous-mêmes. Faudrait peut-être penser à rééquilibrer la balance ?

kibi51.
Ancien abonné

C'est avec attention que je prends connaissance des messages adressés sous cette rubrique et ce chapitre! J'ai vécu moi-même passablement de pressions au plan professionnel pour "vibrer" avec une certaine émotion aux messages de certaines et certains!

Sur un plan plus général, dans un contexte normal, il me paraît parfaitement possible de "pratiquer" le programme sur sa place de travail. Sans forcément devoir se rendre dans un endroit plus discret... Par "simple" mentalisation - et donc contrôle - de ses émotions, de ses perceptions, de ses sentiments. Une règle que je m'efforce de pratiquer est de demeurer en permanence en auto-contrôle! Dans toutes situations, sans être figé dans un carcan aseptisé!

Dans le registre plus spécifique de la pression professionnelle, c'est également un travail sur soi et avec le regard des autres qu'il est nécessaire de pratiquer. Mais, incontestablement, le contexte influe sa manière de s'alimenter. Etre soi! Devenir soi, être conscient de ses forces et de ses faiblesses... Accepter ses faiblesses en les oralisant! Travailler ses forces en les développant!

Un premier témoignage de lundi de Pâques! Tout en sachant que parfois, il y a un écart entre le dire et de le faire! Mais comme le disait l'autre, plutôt que de faire ce que l'on pense, il vaut mieux penser ce que l'on dit...

Belle fin de w-e.

comete.
Abonné

Bonjour à tous,

 

merci pour vos astuces et bons conseils. Je suis sur linecoaching depuis plus d'un mois maintenant. Je sais que c'est peu comparé à grand nombre d'entre voux, mais j'ose intervenir ici car j'ai pour ma part un boulot très prenant (pas en milieu hospitalier :) ) auquel s'ajoute trois heures de trajet par jour. Je pars tôt et rentre tard et pratique donc linecoaching essentiellement au travail !

Je suis dans un milieu ou le nombre de personnes (et de façon générale de femmes, un sujet à développer...) en restriction cognitive et très important. Quasiment toutes mes collègues suivent "un régime" ou "font attention", et cela ne s'arrange pas en prévision de l'été. Impossible de leur faire comprendre que ma récente perte de poids et que mes "modifications alimentaires" ne sont pas due à un "régime", quand bon nombre d'entre elles ne jurent que par la méthode du Dr D. Aussi, je me suis imposée quelques lignes de conduite :

- Je ne cherche pas à expliquer les raisons de mes actes ou à me justifier : je mange si je veux, quand je veux, et ce que je veux, mais je ne me coupe pas socialement, et prend 10 min au minimum avec mes collègues pendant leur pause repas pour discuter quand je ne mange pas au même moment. Les premiers temps, j'ai mangé devant eux quand j'avais faim (même en dehors des heures "normales" de repas) pour éviter trop de remarques sur les régimes, les sauts de repas, et surtout pour éviter les précieux conseils sur les aliments à manger ou non... Cela ne m'a pas évité quelques réflexions, mais il y en aura toujours et sur tous les sujets. Et j'ai réussi à leur faire accepter mon rythme. Qui de surcroît tend à se calquer de plus en plus au leur.

- Je fais dans les transports (aller et retour, matin et soir) mes séances de RPC, et je "m'oblige" à faire au moins une séance de 10 min dans la journée, de préférence le midi, et oui, généralement aux toilettes, rare endroit où je ne serai pas dérangée :). Difficile à suivre au début, cette séance m'est désormais indispensable, surtout que je m'accorde rarement des pauses dans la journée.

- J'évite autant que possible les ascenseurs et utilise les escaliers. Parfois je ne peux pas permettre de prendre le temps de monter les six étages qui me sépare des services avec lesquels je travaille souvent, je monte donc en ascenseur, mais je redecend systématiquement à pied. Difficile aussi au début, ces descentes sont vite devenues mon défouloir :)

- Quitte à avoir un temps de transport long, je zappe mon dernier bus (dernier quart de transport) quand il fait beau (ou pas trop mauvais), et fais mes 20 min de marche le matin... et le soir. Un vrai sas de décompression ! J'ai juste prévu un peu plus de marge le matin pour ne pas être en retard. Parfois c'est difficile à tenir, mais finalement, je suis plutôt contente de ne pas me retrouver dans un bus bondé quand m'attendent encore 1 métro et 2 trains... et je rédécouvre progressivement mon souffle et mes jambes :)

- Je refuse les chocolats, sodas, verres etc. au boulot, mais propose systématiquement du thé à mes collègues proches quand je m'en prépare un.

- Quand j'ai besoin d'un aliment "réconfort", comme du chocolat (mon péché mignon), je le partage avec tous : non seulement je ne culpabilise plus, mais mes collègues sont ravies (elles "craquent" toutes malgré leurs restrictions), et nous passons de bons instants en destressant.

- Enfin, la majeure partie du temps, je prépare mon repas la veille et je l'emmène avec moi. Merci à le mode des Bento, qui me tient depuis 3 ans et grâce à qui on pose plus de questions sur mes boîtes et les décos que je fais avec la nourriture que sur le repas en lui-même. Ce qui ne m'empêche pas de suivre occasionnellement mes collègues au restaurant pour les anniversaires et autres événements.

Ce n'est pas facile tous les jours, mais grâce à ces quelques astuces et surtout grâce aux outils qu'on nous propose sur le site, je me sens vraiment mieux dans ma peau.

J'espère que mes petites expériences vous donneront des idées :) J'ai hâte de lire vos astuces. Courage à toutes celles et à tous ceux qui ont des boulots chronophages. Accordez-vous du temps, même si ce n'est que trois minutes, votre bien-être est plus important ! (dixit un ancien bourreau de travail ;) )

080413075303_Rikki.
Abonné

Pas évident, tout ça...

 

Je suis maîtresse d'école, et la journée est rythmée de manière immuable. Récré à 10 h 00, pause repas à 12 h 10 (sauf le vendredi où il n'y a pas d'aide individualisée et où on mange vers 11 h 40), deuxième récré à 15 h 00, sortie à 16 h 30. 

 

Pas question de manger à l'heure où on en a envie, ou bien à l'heure où on a faim : une fois sur deux, je suis de service de récréation, et je ne vais pas me mettre à manger devant les élèves bien sûr. 

 

Donc, si je saute un repas, la plupart du temps, ce serait "plus rien jusqu'à 16 h 30". J'ai bien trop peur pour cela. Heureusement, j'ai toujours faim le midi, les enfants, c'est fatigant, ça creuse ! smiley

 

Le midi, on se retrouve avec les collègues, chacune mange ce qu'elle a apporté, et en fin de repas on partage presque toujours une douceur. Chocolat, petits gâteaux, quelquefois fruits en saison... c'est plus ou moins moi qui ai institué cette habitude, je m'en rends compte, et je l'aime bien. Depuis quelques jours, j'achète des choses à partager en assez grande quantité, et je prévois de les remettre dans mon casier si on ne les a pas finies. Ca n'a l'air de rien, mais je me rends compte que je finissais plus ou moins systématiquement ce qui était proposé. 

Je n'ai certainement pas parlé de ma rééducation alimentaire en cours à mes collègues, on verra bien si je vends la mèche au cas où je perdrais un poids important, mais pas sûr. Ce qui me plaît, c'est que je continue à manger comme avant, personne n'a rien remarqué, j'essaye juste de déguster les douceurs de fin de repas au lieu de me gaver, mais j'en apporte toujours autant. 

magg.
Abonné

Bonjour Comete!

Merci pour ton témoignage et pour les astuce que tu donnes! Je vais m'en inspirer!

Je t'admire d'arriver à faire tes 10min de RPC dans la journée!!

J'ai un boulot très chronophage aussi, et je commence tout juste à me dire, que , oui, mon bien-être et ma santé sont plus importants!!

Merci encore et bonne continuation!

Magg

comete.
Abonné

Bonjour à tous !

merci pour vos réponses. 

Rikki : oui, effectivement, avec le rythme scolaire, ça doit être difficile. Peut-être y a t'il d'autres professeurs des écoles sur le forum qui ont des astuces? J'espère que tes sensations de faim s'adapteront bientôt à tes horaires. Félicitations en tout cas pour réussir à ranger les friandises sans tout manger ! C'est déjà un grand pas, je trouve.

 

Magg : courage, les 10 min dans la journée, j'ai eu beaucoup de mal au début à me les accorder. Je me trouvais des excuses "valables" pour ne pas les faire : les gens vont se poser des questions si je reste trop longtemps dans les toilettes, il faut vraiment que je finisse ce dossier maintenant, j'ai encore tout ça à faire, je ne veux pas encore finir tard... Et je me suis rendu compte d'une chose toute simple : mes collègues prennent bien plus de 10 min par jour pour leurs pauses cigarettes ! Je suis non fumeuse, est-ce une raison pour ne pas prendre de pause? Au final, ces dix minutes que je m'obligeais littéralement à faire au début en culpabilisant du temps "perdu", je prend du plaisir à me les réserver ! (Et, oh, découverte, un dossier avance plus vite avec un esprit plus calme, et il y aura de toute façon toujours beaucoup de boulot, une tâche en remplaçant une autre achevée.) Les premiers pas m'ont semblé difficiles, mais une fois le pli pris, difficile de revenir en arrière :)

 

Bonne continuation à vous tous !

marily.
Abonné

Je suis prof de cuisine et je mange avec mes élèves 3 x par semaine 11h45 mais maintenant je n'hésite plus de laisser un q.q chose dans mon assiette et mes portions sont plus petites. quand un plat n'est pas terrible je ne montre plus l'exemple en m'obligeant de manger ce plat-là.

Je n'arrive pas à faire la rpc avant de manger car à ce moment-là c'est la bousculade des jeunes et leur excitations  mais je me fais une petite pause avant d'attaquer mon assiette et ça marche bien.

Il me semble qu'il n'y a pas mal de profs sur le site est-ce le métier qui nous conduit à cet excès de poids A 10h on mange toutes une sucrerie ou un truc bon .. pas de carottes ou un bout de fromage..

J'ai même réussi d'abandonner le petit déj. sans être grinche avec les élèves!!

Ciaoo Marily

harmony.
Abonné

C'est drôle, je cherchais moi aussi une solution pour réaliser une séance pendant ma journée de travail. je n'avais pas pensé aux toilettes, hésitant à m'enfermer un quart d'heure par jour dans mon bureau, au risque d'être quelque peu incomprise de mes collègues de travail. je vais essayer le petit coin!

J'ai même envisagé de faire sonner mon téléphone pour me recentrer régulièrement sinon j'oublie. Dés que je passe l aporte de mon bureau, la tete dans le guidon, j'oublie mes bonnes résolutions, l'instant présent, la sérénité, la resiration... je suis happée, je ne pense plus à moi, je mange à n'importe quelle heure, je ne sais pas dire non, je gère dix trucs à la fois!

Quelqu'un a-t-il des petirs trucs pour éviter tous ces écueils?

Alors que mon comporteent change peit à petit à la maison grâce à LC, au boulot, je n'y pense pas, rien ne change. POURQUOI TANT DE MALVEILLANCE?

HELP AU SECOURS HILFE!!!

Lyphaé.
Abonné

Perso, il m'est arrivée de mettre une alarme toutes les deux heures au boulot, pour me rappeler de faire trois minutes de pleine conscience. Ça aide beaucoup !

izabelle
Animatrice forum

j'ai aussi mis mon alarme sur le téléphone toutes les deux heures pendant un bon moment....

Nasha1965.
Ancien abonné

Je trouve ça formidable comme idée et j'ai décidé de l'adopter même chez moi ![quote=izabelle]

j'ai aussi mis mon alarme sur le téléphone toutes les deux heures pendant un bon moment....

[/quote] Merci pour tous ces bons conseils !

Bises !

Natacha

TrueClairette.
Abonné

Coucou à toutes,

 

Moi je suis non fumeuse, donc certains de mes collégues prennent une pause clope, moi à d'autres moments je m'éclipse dans ma voiture, je mets un enregistrement spécial RPC et ... hmmmmm ... Ca va mieux.

 

Et puis je me suis rendu compte qu'une grande part de mon stress était lié à ma facheuse tendance à PROCRASTINER...

Tendance dûe à une impression d'être un peu une arnaqueuse... GEnre je ne mérite pas mon job, on va s'en rendre compte .... Je ne suis pas à la hauteur ...

 

Bref... Auto flagélation à tous les étages.... :)

Mais s'en rendre compte c'est déjà un bon début !!!

Noelle
Marraine

Ahh, ces fameuses pensées automatiques ...

je suis une arnaqueuse, je ne suis pas a la hauteur...

je connais ça... ou plutot, j'ai connu ça, bien que cela m'arrive encore de temps en temps, la mienne, c'est plutot je suis nulle, je n'y arriverai jamais...

j'ai eu une révélation de ce que sont ces pensées automatiques, a l'occasion d'une journée Poids et Moi, en mars , organisée par  le Dr Apfeldorfer et surtout de la façon de les gérer, sans chercher a les fuir ni à les nier, pas de combat, pas d'évitement

 il s'agit des techniques de défusion, si cela t'interesse, il y a une file speciale "la defusion" dans le forum,

 

tres tres utile

TrueClairette.
Abonné

Je vais vite y jeter un oeil :)

Merci

amandine25.
Abonné

Bonjour,

Je me retrouve vraiment dans le comportement de Trueclairette. J'ai jamais autant eu l'impression d'avoir bernée mes supérieurs: sur 300 personnes, je fais partie des 12 exceptionnels qui ont eu une augmentation et j'en ai honte tellement je trouve ça injuste pour les autres qui se donne à fond mais qui ont une plus grand gueule que moi.

Merci Noëlle, je vais aller regarder de plus près ce coin sur "la défusion".

Sealine.
Abonné

merci pour tous ces conseils !!

je reprends lundi le boulot et même si j'en suis qu'au tout début du programme (étape carnet découverte), je me dis que ça va être compliqué avec des horaires très contraints.... à partir de juin (fin de ma formation), ça ira mieux, car je gère mes horaires, mes temps au bureau ou à l'extérieur, je gère mes repas etc... mais je serai alors dans la folie de mon rythme de travail de surbookée (pleins de choses en même temps, plusieurs casquettes à tenir en même temps).

mais avec vos astuces, je devrais pouvoir y arriver !

Haut de page 
X