Dur d’avoir un petit appétit… - 03102011

waimea.
Abonné

 

Ce n’est pas facile d’être dans une société avec autant de bouffe et d’avoir un corps qui peut manger si peu de quantité. Je dois donc toujours faire des choix entre dessert plat, pain, vin ou quantités.

Toutes les personnes que je connais qui sont régulés sont des bons mangeurs qui ne prennent pas un gramme. Certes ils écoutent leur faim et leur satiété mais je pense que c’est plus facile d’être régulé quand on peut manger des grosses quantités avec un corps qui élimine plus rapidement… De plus ce sont ces mêmes personnes qui 2 heures après avoir mangé le triple de ma portion vont dire qu’elles ont faim alors que moi je n’ai pas encore digéré ma tomate et mon bout de pain.

Ce qui est dur dans mon cas c’est que je suis vite rassasié et si j’écoute mes sensations alimentaires, je ne mange vraiment pas grand-chose et c’est très frustrant !!! Bien sure des fois je m’autorise des repas plus pantagruélique mais je dois attendre un temps interminable que ma faim revienne. J’ai conscience des besoins de mon corps mais j’ai l’impression que ma tête à besoin davantage de nourriture et qu’elle n’est pas satisfaite.

Notamment la méthode m’aide et je me rends compte petit à petit que j’ai besoin de manger peu mais souvent car je ne me sens pas bien (dans ma tête) quand je n’ai pas mangé depuis plus de trois heures. J’avais oublié les besoins de ma tête à force d’être en restriction (manger 3 repas / jour)… et ça m'avais fait déborder dans tous les sens.

Ce qui m’aide aussi dans la méthode c’est que je subis moins depuis quelques temps mes EME et je les contrôle davantage. Je rentre du travail à 22h et je m’autorise de déguster quelques carreaux de chocolat. Ma tête en a besoin je me culpabilise moins.

Est-ce que pour trouver mon set point je dois prendre en compte cette faim psychologique ? J’ai l’impression d’être moins obsédé par la nourriture car je satisfais chaque partie de moi … le corps et la tête.

Ou est ce que ce sont des EME et que c'est le chemin à parcourir avant de pouvoir me contenter de ma faim physiologique ? (ça me parait impossible même si je me surprends à y croire)

Je voulais aussi passer mon coup de gueule car j’aime manger et je me sens voué à être frustré si je veux retrouver la ligne (et la garder) car ma faim ne me permet pas de me faire autant plaisir que ce que ma tête voudrait…  mais là aussi peut être que je réagis comme une EME women ?

J'espère ne pas avoir été trop confuse mais ce travail sur moi grace à linecoaching me fait émerger de nombreuses questions et reflexions et en voila quelques bribes 

Commentaires

lizzz.
Abonné

Ta question ( tes questions) je me les pose également. Comme je suis très au dessus de mon poids d'équilibre, mon appétit si j'écoute ma faim est très petit.

Avec le livre j'avais réussi à tenir en mangeant à ma faim, sur quelques semaines, mais au final des compulsions de plus en plus fortes sont apparus ensuite.

Je crois que je ne VOULAIS pas manger si peu! j'avais l'impression de me punir de manger!

me priver d'un plaisir!

tellement habituée à manger de grosses quantités.

Peut être qu'une fois arrivée au "juste poids" on aura un appétit "normal" comme les régulés, non?

du coup, ce serait juste une période à passer......

En tous cas, je trouve ça très frustrant de manger si peu.

J'avais même conscience que sur ma journée ça faisait, matin : pain, midi : légumes/ viande (petite portion), gouter: fromage et diner: dessert! un seul repas distribué tout au long de la journée!

parce qu'autrement, je devais choisir à chaque repas un seul aliment et j'avais une sensation de manque des autres "aliments" d'un repas.

J'sais pas si j'suis claire.

Bref, du coup, ça m'a mis en "échec" car je refusais de manger si peu. et pourtant je respectais enfin mes sensations! Arggggh! je m'ennerve moi même!

 

 

sodade.
Abonné

J'ai trouvé ça frustrant aussi pendant un temps.

Et puis, cette frustration a été compensée par le plaisir retrouvé de manger en ayant faim. Avant la faim m'effrayait. Maintenant, elle me permet de décupler mon plaisir. Et ce plaisir me permet d'oublier la frustration. CQFD wink

Pour maigrir, il m'a fallu supporter cette frustration oui. Mais je pense avoir atteint mon poids d'équilibre et j'ai un appétit un peu supérieur à celui que j'avais pendant l'amaigrissement. J'ai donc maitenant plaisir + appétit = une belle équation !

Bon courage !

waimea.
Abonné

Bonjour et merci pour vos réponses, 

Tout comme toi Lizzz moi aussi j'ai eu une période ou je me faisais un repas dans la journée! oui c'est frustrant. Maintenant j'essaye de gérer différement et de garder un peu de faim pour le sucré smiley

Sinon, en faite je ne suis pas une grosse mangeuse (même en EME) mais je mange encore trop ce qui fait que j'ai 4-5 kilos en trop. 

Il y a toujours quelques choses qui fait que je vais manger un peu plus (un repas qui dure, une joie, une tristesse, un stress, une colére, l'ennui, la gourmandise...). Comme je ne veux pas me frustrer je m'écoute et je mange ce petit peu plus.

Au fond je suis en train de me demander si ce petit plus que j'ai besoin de manger constament ne fait pas parti de mon rassasiment et donc je suis peut être à mon set point 

Car si je dois autant lutter pour manger moins et que cela me coute beaucoup, il me semble que c'est de la restriction ? 

Merci pour votre compréhension, 

 

 

waimea.
Abonné

Désolé ,j'ai doublé le message...

Bonne Aprés midi à tous !

lizzz.
Abonné

Sodade ton message est super encourageant! ça me donne plein d'espoir! moi aussi j'ai envie d'avoir faim pour prendre un max de plaisir!

surtout que je viens de me rendre compte que manger ne m'apporte plus rien! plus de réconfort, plus de plaisir!

je me sens mal, car peu importe ce que je mange, même mes trucs favoris, les manger sans faim et/ou sans envie véritable, ne me procure rien! voir pire du dégoût!

et je trouve que les aliments sont "différents" ou alors c'est moi qui suis différente! j'ai le sentiment que les aliments n'ont plus la même saveur......

Waimea tu es peut être déjà à ton poids d'équilibre, et ce serait là, l'explication. Je ne sais pas, en effet ton dernier commentaire fais penser à de la restriction, on ne devrait pas faire d'effort pour manger moins...... enfin j'imagine et je l'expère, j'en suis pas encore là......

Lily.
Abonné

A Lizz : je crois qu'une des découvertes que l'on fait au cours de ce programme, c'est que nos besoins sont beaucoup plus faibles qu'on ne le pense, et ce n'est pas très facile d'admettre qu'on a des petits besoins, et que finalement, un demi-sandwich, c'est assez pour un midi...

Je ne sais pas si c'est la frustration qui nous empêche de l'admettre... peut-être le dépit d'avoir si longtemps ignorer cette vérité ?

Normalement (mais je sais que ce n'est pas simple), on devrait prendre plus de plaisir à manger en moins grande quantité. Plus on prend plaisir à manger (plus on prend le temps de déguster un aliment qui fait envie, qui réconforte), plus la quanitité nécessaire est petite...

J'ai déjà ressenti cette frustration le soir... mais ce sentiment de "pas assez", cette envie de me remplir le ventre, ce n'était pas la faim... c'était une EME... Apprendre à se calmer autrement que par la quantité, c'est justement tout l'enjeu !

Ah oui : dernier petit message à Waiema : tu dis que tu as 4/5 kg à perdre, mais par rapport à quoi ? Au corps que tu voudrais avoir ? Peut-être effectivement que tu es à ton point d'équilibre... Moi aussi j'ai peu à perdre, et j'essaie de me dire que peut-être ce n'est pas ça l'important. Je veux faire la paix avec la nourriture, ne pas culpabiliser tout le temps, ne plus réfléchir en permanence à ce que je mange, et quand j'y serai arrivé, alors peu importe mon poids finalement..

Allez, on va y arriver... :-))

waimea.
Abonné

Oui c'est ça Lizz et Lily ! Je crois que je suis peut être en train de m'aperçevoir que je suis à mon set point bien que j'ai pleins d'EME même si je ne mange pas beaucoup. Je grignote par ci par là en ayant pas faim. 

Mais je me rends compte aussi à force de vous lire et de travailler sur moi que pour l'instant je dois avoir besoin de ça. Je travaille sur mes EME en RPC mais pour l'instant j'ai encore besoin de manger +.

Bien sure Lily les 4-5 kg de trop que j'ai c'est le poids que je voudrais attendre par rapport à mes propres critéres. Je suis bien daccord avec toi que l'essentiel est vraiment de faire la paix avec la nourriture et mes émotions. D'ailleurs j'étais une acro de la balance et depuis 2mois de linecoaching je ne suis plus remontée dessus! ! qu'est ce que ça fait du bien que la balance ne soit plus le barometre de mes humeurs.

Oui ! on va y arriver ! smiley

 

Aurélia78.
Abonné

Bonsoir à toutes,

Que je suis heureuse de lire tous ces messages, je me sens moins anormale !!

Je ne comprends pas ce besoin de me remplir et de manger en si grandes quantités. Je vois bien que de petites quantités peuvent me suffire mais on dirait que ça me fait peur. Je ne me l'explique pas. Bizarement aussi sauter un repas me mets dans une panique juste incroyable, pourquoi ?

Autant je peux sauter le petit déjeuner sans aucun problème (mais alors aucun) que l'idée de sauter le déjeuner et pire le diner, ça me donne de vraies angoisse, même si je n'ai pas faim du tout !

Avec la méthode, il y a une expérience sur sauter le petit déjeuner pendant 4 jours : je l ai passé haut la main cette épreuve mais je n'ose imaginer s'il avait fallu sauter le diner pendant 4 soirs de suite.

En fait, je crois qu'il faut quand même que je passe à l'attaque et m'imposer ce défi ...

 

Mais en tout cas merci de tous ces témoignages, comme je vous le disais : je ne suis pas la seule. C'est très important pour moi parcequ'il y a vraiment des jours où je me dis que je suis en train de devenir folle et que je vais finir à l'asile. Si si sérieusement. Mais non je ne suis pas folle, je ne suis pas seule et tout cela est le résultat de plus 15 ans de régime en tout genre ...

 

Aurélia

jpzermati
Votre coach

Bonjour waimea,

Je crois que vous avez bien analysé votre situation. Vous avez découvert que vous aviez de faibles besoins énergétiques mais que vos EME vous empêchez de les respecter.

Il est assez détabilisant de se découvrir de petits besoins quand toute sa vie on s'est considéré comme un gros mangeur. Mais à la longue on s'y fait. On peut même y trouver de nombreux avantages. Un peu comme les petits dormeurs. Ils ne se sentent pas frustrés de n'avoir besoin que de 4 ou 5 heures de sommeil. Ils se réjouissent d'avoir plus de temps libre que les autres dormeurs. Pour peu qu'ils sachent comment l'occuper.

Il est vrai que la situation des petits mangeurs présentent des difficulltés particulières. Socialement, ce n'est pas toujours facile. Respecter la norme sociale (3 repas par jour avec entrée, plat, dessert) vous ferait automatiquement grossir. Il vous faut donc apprendre à placer votre faim au moment où vous le jugez socialement le plus interessant pour vous. Cela oblige parfois à une gymnastique un peu acrobatique. Mais, avec le temps et la maitrise des appétits prévisionnels, tout cela est gérable.

Cependant dans votre cas, la frustration vient du fait que si vous respectez vos besoins énergétiques, vous ne savez plus comment vous y prendre pour calmer vos émotions. Vous disposez de deux solutions. Soit éprouver moins d'émotions. Le traitement des comportements de restriction vous aide dans ce sens. Mais bien sûr, il n'est pas concevable de faire disparaitre de sa vie toute contrariété, fatigue, stress... Soit apprendre à gérer autrement vos émotions. C'est le but des techniques de pleine conscience qui apprennent à mieux supporter les situations d'inconfort émotionnelles et permettent de répondre adéquatement à ses émotions plutôt que d'y réagir par des prises alimentaires destinées à abréger (souvent très peu, très mal) ces situations.

C'est donc tout simplement en traitant vos EME que vous parviendrez à respecter vos besoins énergétiques sans éprouver la frustration de ne pas manger pour calmer vos émotions.

Ce chemin est passionnant.

JP

jpzermati
Votre coach

Bonsoir Aurélia,

Il est possible que sauter un petit déjeuner ne pose aucun problème. Vos émotions du matin ne vous obligent pas encore à chercher un réconfort.

Mais les émotions augmentent au fil de la journée. Il y a un effet cumulatif. Comme pour la fatigue.

Et il en est donc différent de celles du soir ! Du coup, sauter le dîner vous prive de ce réconfort et vous oblige à vous confronter à des émotions que vous ne supportez pas.

Va falloir travailler l'acceptation des émotions !

Il faut y passer le temps, mais, vous verrez, ce travail est très payant.

 

Bon courage.

JP

waimea.
Abonné

Oui j'ai compris que le travail sur mes émotions est une clés essentiel pour que je réussisse ... étant une EME woman...

J'y ai dejà vu des résultats . Par exemple je  n'ai plus de frénesie (avec perte de controle). C'est agréable de se sentir présent même dans le débordement. Du coup, je déborde quand même moins.

J'espère vraiment réussir à être sereine face  la nourriture et trouver mon poids d'équilibre.

En tout cas je vais me donner tous les moyens et surtout... (c'est ma découverte du moment) je vais le faire en apprenant à m'aimer et en me respectant. Je me rends compte que cette réussite ne peux se faire qu'en unifiant mon corps et mon esprit.

Bon, j'ai du boulot :-)

Merci Docteur Zermatti pour votre réponse et votre soutien

eline.
Abonné

Bonjour,

merci pour ce sujet intéressant, je me sens moins seule et moins bizarre!

Bon dimanche!

Eline

Tassanne.
Abonné

Bonjour, à mon tour je vous remercie pour cette discussion dans laquelle je me retrouve tout à fait ... avec la même crainte de découvrir que toute ma vie j'ai trop mangé, sans savoir que j'avais un appétit bien moindre, en fait.

Bulle
Abonné

Moi aussi je me retrouve dans ce qui a été dit!

Et je me sens frustrée quand au resto par exemple, je suis calée à la 5ème bouchée de mon plat... Ca veut dire que je ne "pourrais pas" prendre de dessert, et pas finir mon plat ... Sauf que souvent, je compte sur la fée régulation, je vais un peu plus loin que ma satiété, et effectivement, la faim met beaucoup plus de temps à revenir!

Et il faut aussi que l'entourage s'habitue à ce nouvel appetit! : "tu manges que ça ?" "t'es sur que tu veux pas de dessert ?" "tu n'en reveut pas ? c'était pas bon ?", "t'es sure que tu manges assez?"... Ahlala, pas facile...

amie35.
Ancien abonné

Je suis dans ce cas là, j'ai unpetit appétit et en plus j'ai un set point qui etait élévée et les années passant je pense que cela ne s'est pas amélioré.

A 17 ans mon set point set etait déja à 80 kilos, je mangeais trés peu pour maintenir ce point là.

Les émotions, les coups dures de la vie et 20 ans plus tard j'ai beaucoup de poids a perdre mon revenir a ce  point d'équilibre ( s'il n' a pas été modifié).

Je suis une gourmande, je suis émotive et je compense mes petits moyens et grands tracas par la nourriture.

il faut que je diminue mes rations, lorsque je suis en week end ou en vacances ( = pas de stress ) je n'ai pas de soucis pour suprimmer des repas ( le p'tit dej ou le repas du midi si le petit dejeuné a été copieux) mais dans les situations de boulot ou des situations de réunion de famille ,c'est plus compliqué.

j'accumule fatigue stress, contrariété durant la journée et le soir lorsque je rentre chez moi dans mon appart vide, je relache la pression et tout me retombe d'un coup sur les épaules et je me mets en mode glouton qui mange des petites quantités tout au long de la soirée et qui finit par faire beaucoup.

 

 

 

waimea.
Abonné

oui c'est frustrant et j'en reviens à mon premier message. Je pense qu'il y a peu de régulés naturellement qui ont un petit appétit.

Je pense que la grande majorité des régulés (d'origine wink)  sont des bons mangeurs qui n'ont pas été frustrés par le manque de quantité et dont la nourriture n'est jamais devenu un enjeu.

Du plus loin que je me souvienne (aux alentour de mes 12 ans). J'avais des copines toutes trés maigres alors que moi j'étais bien potelé. Lorsque je mangeais avec mes copines un bon steack frites, je faisais comme elle, je mangeais une pars de gateau au chocolat par la suite. Sauf que chez elle ça passait tout seul et que chez moi ça faisait des kilos en plus. Ces kilos en plus m'ont donné envie de faire mon premier régime puis la quantité de nourriture est devenu tout un enjeu émotionnel, de récompense... dut aux régimes. 

Je me dis que l'une des raisons qui font que j'ai basculé c'est que j'ai un appétit plus petit que la moyenne et qu'à un moment donné j'ai eu envie de faire comme tous les enfants et manger de tout : "des bonbons, gateaux..." en plus des repas... (en même temps on voit rarement des parents donner des bonbons à des enfants qui n'ont pas fini leur assiette...)

Conclusion : Il me semble que dans la société actuelle, il est difficile de s'auto réguler naturellement quand on a un petit appétit. Heureusement qu'il y a des methodes comme linecoaching pour nous réapprendre à nous écouter ce qui, dans notre société d'hyper consommation n'est pas chose aisée.

Bonne journée !

lemonsha.
Abonné

Bonjour,

Je me retrouve bien dans toute cette conversation!

J'ai beaucoup de mal à accepter qu'à partir de maintenant mes repas vont être au format mini! mais ça vient.

En y reflechissant, c'est un peu comme faire le deuil de ce que je ne vais pas manger.

savylaeti.
Abonné

Oh moi aussi je m'y retrouve completement! Merci pour toutes vos reponses. Moi aussi j'en suis venue recemment a me dire que bon ben c'est comme ca, je n'ai pas besoin de beaucoup manger... et d'ailleurs, je crois que si on continue a s'ecouter, au fil des ans, les besoins diminuent encore plus car on est encore moins actifs (je regarde ma fille de 3 ans sauter partout meme en regardant son dessin anime prefere, par ex - ah si on faisait pareil en regardant notre film du samedi soir, on aurait de plus grands besoins alimentaires!) Donc ca fait vraiment partie du tout - moins manger parce que, ben en fait, on n'a vraiment pas besoin de beaucoup manger pour se maintenir en bonne forme et sante! Incroyable! Quelles absurdites on nous sort avec les 'proteines a chq repas' et les 'feculents a chq repas' etc.! Je vois ma fille (encore une fois!) (je ne l'oblige a rien, je ne lui donne que ce dont elle a envie): elle ne mange de jambon qu'une fois par semaine, et du poisson et du boeuf que 2 fois par mois! Par contre qd elle en mange, c'est une bonne portion. C'est comme si c'etait sa ration pour le mois/la semaine, mangee en un seul coup. Elle est en pleine forme, donc je ne vois pas pourquoi les adultes devraient faire differemment si ca leur chante?!

Manger pour suffire a nos besoins = manger peu pour plein de personnes, et j'en fais partie, et vous aussi. Oui c'est un peu un choc, mais il fallait aussi un peu s'y attendre - on est en surpoids et on veut ne plus l'etre si possible, donc forcement c'est qu'il faut moins manger. Mais SI PEU?! CA c'est le choc!!! Mais je crois aussi qd meme qu'au bout d'un certain temps, qd le poids s'est equilibre, nos besoins augmentent un petit peu a nouveau. Ce seront 'nos besoins de croisiere' (si notre activite physique ne change pas, bien sur!), par opposition a 'nos besoins pour mincir'. (Osé-je la comparaison avec le régime et la 'phase de stabilisation', où on réaugmente ses portions? Beurk!!! Je DETESTE ces mots!)

Merci encore en tout cas, ce forum est super et vos interventions ici, Drs Zermati et Apfeldorfer, me reconfortent TOUJOURS, c'est genial! Mais quel boulot ca doit representer pour vous!

Savylaeti

Haut de page 
X