Faim et/ou envie - le 07/09/2011

Alex.
Abonné

Bonjour,

depuis que je suis le programme, il y a une situation que je ne sais comment gérer : l'envie sans avoir faim.

Je développe : là, précisément, j'ai envie d'un mars, mais je n'ai pas faim. Donc, selon le programme, je ne devrais pas le manger et attendre d'avoir faim. Mais si j'attends, cette envie qui serai assouvie en mangeant ce dont j'ai envie de suite, va se transformer en obsession et risque, au moment où je mangerais par faim, de se tranformer en compulsion, voir crise d'hyperphagie...

Que dois-je faire dans cette situation ?

Merci pour vos réponses

Alex

Commentaires

Alex.
Abonné

J'ai oublié de préciser que, lorsque j'ai envie d'un aliment, je salive. Mais en travaillant sur ma faim il y a la notation "salivation" lorsque je dois décrire celle-ci. Est-ce qu'en fait mon corps me demande "du carburant" ou est-ce uniquement une envie... suis un peu perdue là laugh

stridline.
Abonné

sûrement tu n'as pas faim, et cette envie est une envie de manger émotionelle. Si tu la contres, comme tu dis, celà risque de virer à l'obsession et lorsque tu cèderas à la compulsion.

Tu dois te demander pourquoi cette barre de mars te fait envie. Tu es fatiguée ? C'est l'heure du goûter ? Pourquoi cette barre là maintenant ? Elle t'apporterait quoi ? Tu te sentirais comment après l'avoir mangé ? Est-ce une facon de marquer une pause dans la journée ? Est-ce pour célébrer, pour se consoler, pour se donner du courage ?

Après avoir réfléchi, et essayer de mettre le doigt sur tes motivations, tu décideras de manger cette barre de chocolat ou pas. Doucement en la dégustant, en l'appréciant. Et tu attendras d'avoir à nouveau faim pour ta prochaine prise alimentaire.

Pomdereinette.
Abonné

Ou alors tu attends effectivement d'avoir faim mais au moment de déguster tu mets en place un petit cérémoniel. Manger à table, avec une assiette, même si c'est une barre de mars. En ce qui me oncerne, manger à une table aide beaucoup à prendre conscience, déguster, et éviter le dérapage non contrôlé.

G.Apfeldorfer
Votre coach

La restriction cognitive consiste justement en cela : on s’interdit quelque chose dont on a envie, et plus on se l’interdit, plus cela fait envie. On finit par craquer, ou bien si on tient bon, cela nous pourrit complètement la vie.

Les exercices du programme vont vous aider à sortir de là, à cesser d’avoir peur de manquer, à culpabiliser de manger ceci ou cela, et même à culpabiliser d’avoir envie. Vous pourrez, au terme des exercices, mettre sur le même plan tous les aliments et vous demander si vous avez vraiment envie de tel ou tel. Et oh surprise, parfois, vous constaterez qu’un fruit vous fait plus envie qu’un gâteau !

Bien entendu, vsz n’en êtes pas là, et pour le moment, tant que vous n’avez pas pratiqué les exercices sur les sensations alimentaires et sur les aliments tabous, mangez votre friandise avec prudence, en la dégustant, en recherchant ce moment où elle cesse d’être gustativement plaisante.

Cette envie de manger due à la restriction cognitive est à comprendre comme une forme particulière d’EME. 

Alex.
Abonné

Bonjour, merci à tous pour vos réponses :)

Docteur, depuis le début du programme il m'arrive bien souvent en effet d'avoir envie d'aliments sains, et non plus forcément d'aliments "interdits". La première fois j'ai été très surprise et j'ai vécu cela comme une libération !

Voilà 2 mois que j'ai du chocolat chez moi et je vis à côté sans en être obsédée. Et j'arrive à en manger quelques carrés sans engloutir la tablette. Je ne peux que vous remercier, vous et le Dr Zermati, pour cela.

Mais des fois j'ai des envies, et si je n'ai pas faim, je me dis que je ne dois pas manger cet aliment, même s'il s'agit d'une pomme...

Stridine, je n'avais jamais pensé au fait que lorsque j'ai des "petites" envies il peut y avoir de l'émotionnel derrière, mais pour moi c'est de la gourmandise. Je vais faire attention à mes émotions à ma prochaine envie sans faim.

Bonne journée à tous

Alex

toscana.
Abonné

Et bien, moi, il m'arrive parfois d'avoir faim, une vraie faim avec le ventre qui gargouille et tout et tout, et pourtant, je n'ai envie de rien manger...

Je me répertorie mentalement les aliments que j'ai à disposition et RIEN ne me fait envie, pourquoi???

ptitedrey.
Abonné

tout pareil pour moi ! j'ai parfois faim, je le sais, je le sens, mais pourtant, rien envie de manger...

fandeJA.
Abonné

Bonjour

 

je ne sais pas si mon témoignage sera utile à quelqu'un, je le livre quand même. Le soir, après le repas, je lis ou je regarde la télé ou je joue sur l'ordi.  Et au bout d'un moment, j'ai envie de manger quelque chose avec une tasse de thé. Je résiste -ou pas - à cette envie. Hier soir, pour la première fois, j'ai résisté consciemment : pas en me culpabilisant, pas en me disant péremptoirement "stop ! tu as déjà mangé !" mais en me posant des questions sur les raisons qui me poussaient à interrompre mon activité (ordinateur) pour aller faire un tour au frigo. Puisque mon jeu m'intéressait, pourquoi étais-je perturbée par "l'appel du frigo"?  Je suis restée un moment à regarder les crèmes dessert, le pot de confiture, etc, et je me suis demandé ce que je retirerais d'une prise alimentaire à ce moment précis : je n'avais pas faim, seulement soif, et j'ai fini par prendre un verre d'eau. Si je m'étais préparé la énième tasse de thé de la journée, j'aurais mangé un petit quelque chose avec, alors que le verre d'eau se suffit à lui-même. En fait, moi qui n'ai jamais fumé, j'ai eu l'impression d'être une fumeuse en manque qui a besoin de sa cigarette du soir avant d'aller au lit. La nourriture, une addiction ? Le thé, en tous cas, c'en est une.

 Le parallèle n'est peut-être pas très bien choisi, car l'envie de fumer est sans doute plus difficile à oublier. Mais tout de même, j'ai eu l'impression de faire un pas vers la délivrance.

Nanie78.
Abonné

Je suis une ancienne grosse fumeuse, et les aliments pour moi c'est pire que la clope... Car pour ne pas fumer, il suffit de ne plus fumer du tout... alors que manger, tu peux pas ne plus manger du tout et l'abstinence pour moi est beaucoup plus simple que la modération wink

mereleub.
Abonné

d'accord avec toi minou,je suis une ancienne fumeuse ,j'ai pris du poids en stoppant

la cigarette.quant à la nourriture ,impossible de tout arrêter.

yelen.
Abonné

Moi aussi je suis une ancienne fumeuse. Je retrouve un comportement identique avec la nourriture les envies de manger suite à une eme . Avant je prenais une cigarette maintenant ... J'ai envie de reprendre une cigarette!

capuccino
Marraine

Bonsoir,

C'est marrant cette comparaison avec la cigarette car moi aussi je suis une ancienne fumeuse et ce soir, en montant dans ma voiture j'ai eu une grosse envie de cigarette. Mais ça m'a interpellé. J'ai commencé à fumer par jeu (je sais, il y a des jeux stupides) et j'ai continué pour l'effet coupe-faim du tabac. Ce soir, je me suis demandé si c'était vraiment une envie de fumer  (ça y ressemblait) ou une envie de manger que jadis (ce n'est quand même pas si vieux que ça) je calmais par une cigarette ? Et ensuite, je me suis offert le luxe d'une EME que je ne n'ai pas combattue car il faut aussi que j'aprenne à lâcher prise même pour ça. Et là ce soir, pas de culpabilité, juste un constat. Mais cette équation envie de manger-envie de fumer me perturbe.

A creuser. Et me voilà encore avec des devoirs pour le week-end !

sophieo.
Abonné

Ce que tu décris est tout à fait vrai, quand j'ai arrêté de fumer, je me disais que d'une certaine manière c'était plus facile que de maigrir puisqu'on peut ne pas fumer du tout alors qu'on ne peut pas ne pas manger du tout

cath40.
Abonné

 Ancienne fumeuse moi aussi  (sans problème de poids à cette époque) il est très clair maintenant  que mes EFE on fait place à des EME (avec toutes les conséquences sur ma silhouette...) 

Pomdereinette.
Abonné

Cela doit bien faire une dizaine d'années que je ne fume plus. il y a quelques jours j'ai senti une odeur de tabac et j'ai été prise d'une envie fulgurante d'en griller une. Comme je n'en avais pas connu depuis bien bien longtemps.

J'ai supposé que l'effort quasi constant pour respecter ma satiété devait créer une insatisfaction, un manque au niveau du plaisir. Encore beaucoup à apprendre...

Haut de page 
X