Intérêt de la Respiration en Pleine Conscience - 10022012

Clara2115.
Abonné

Bonjour docteurs,

Pouvez-vous m'expliquer quel est l'intérêt de la RCP svp? Je me permets de vous poser cette question car j'ai du mal à le faire, je troucve ça long... Ca m'ennuie, en plus il faut se tenir droit donc ça fatigue le dos et parfois ça m'endort... Je dois mal le faire surement mais si je comprenais vraiment l'intérêt à long terme j'arriverais peut être plus à m'y mettre!!

Est-ce quelque chose qu'il faudra pratiquer tous les jours?

Je n'en suis qu'au début mais j'aimerais bien comprendre.

Merci pour vos réponses.

Commentaires

sagattine.
Abonné

D'après ce que j'ai compris le but de la RPC est de se recentrer sur sa respiration, et d'apprendre à n'être attentif qu'à ça. A terme on doit pouvoir utiliser la pleine conscience dans d'autres domaines : dégustation, satiété,... J'ai cru comprendre que cet outil de RPC doit nous permettre d'augmenter notre tolérance émotionnelle pour apprendre à ne pas éviter nos émotions par la nourriture.

jacquie.
Abonné

moi je l'ai fait hier et je trouve que ça fait un bien fou, ça vide la tête et ça relaxe ++++

 

Je pétais le feu après laugh

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

A quoi ça sert, la pleine conscience ? Eh bien, comme nos hommes politiques, je vous répondrai : « je vous remercie d’avoir posé cette question ».

Elle mérite un assez long développement.

Nous pensons sans discontinuer, que nous nous en rendions compte ou non. Ces pensées que nous avons en arrière-fond de notre conscience sont parfois constituées de souvenirs agréables, de projets heureux, et alors, tout va bien. Mais dans d’autres cas, elles sont constituées de problèmes que nous ne parvenons pas à résoudre, de pensées qui nous rongent. Elles sont alors génératrices de fatigue mentale, d’émotions désagréables en cascade.

Nous cherchons alors à mettre en place des conduites d’évitement émotionnel, et manger excessivement fait partie de ces conduites d’évitement émotionnel.

La pratique de la pleine conscience consiste à se centrer sur le moment présent, à l’exclusion du passé comme du futur, sans jugement de valeur. La plupart des exercices consistent à se centrer sur ses sensations physiques : la respiration, les différentes zones du corps, les sensations procurées par le fait de manger, par le fait de marcher.

Le point important est : vous contemplez vos sensations, vous en êtes le spectateur, sans essayer de les juger ou de les modifier.

Augmenter vos capacités de concentration sur l’ici et maintenant vous permettra d’augmenter votre tolérance émotionnelle, de diminuer les pensées automatiques, votre fatigue mentale, la nécessité de faire appel à des conduites d’évitement émotionnel.

 

Dans ce que vous signalez, clara2115, vous avez de multiples occasions de mettre en pratique cette attention sur le moment présent, sans jugement de valeur et d’augmenter votre tolérance émotionnelle.

Par exemple, vous avez la pensée « je m’ennuie ». Cette pensée, si vous y adhérez, vous conduit à rechercher de multiples stimulants (manger ?) pour éviter cet « ennui ».

Mais allons plus loin à propos de cet ennui. Ce vide, s’il vous inquiète, n’est-ce pas parce qu’il est susceptible de se remplir de pensées, car n’est-ce pas ce qui se passe quand rien ne nous occupe ? On pense. Et ces pensées seront peut-être désagréables, accompagnées d’émotions pénibles. Des pensées comme : « je perds mon temps », par exemple, qui entraînent des sentiments de culpabilité ? Alors, détournons notre attention, par exemple, en mangeant.

Lorsque vous faites une séance de pleine conscience et que vient cette pensée « je m’ennuie » (qui est une pensée automatique, une forme de jugement) vous l’accueillez, avec curiosité, bienveillance, sans jugement, puis vous ramenez votre attention sur la respiration, encore et encore.

Lorsque vous ressentez des sensations pénibles dans le corps, du fait de la position, voilà une autre excellente occasion de vous entraîner à l’observation de vos événements physiques et mentaux, dans le moment présent ! Explorez ces sensations en notant le lieu, la forme, le type de sensation, l’intensité, et observez les fluctuations de la sensation. Observez vos pensées à propos de cette sensation (« c’est pénible », « j’en ai assez », « ça ne sert à rien »…)

Peut-être cette sensation va-t-elle passer. Ou peut-être va-t-elle devenir trop pénible. Vous déciderez alors de bouger, en pleine conscience du mouvement que vous faites, et vous observerez les effets du mouvement sur la sensation, sur les pensées.

 

Cette façon de considérer vos pensées et vos sentiments, non pas comme des problèmes qui nécessitent des solutions, non pas comme des soucis qui nécessitent des raisonnements, mais comme des faits qu’il convient de contempler, et rien de plus, c’est cela qui vous permettra de progresser sur le plan émotionnel.

Comme vous le constatez, la pleine conscience est un véritable travail sur soi-même. Il se peut que certaines séances soient agréables, induisent du calme et un sentiment de relaxation, mais ce n’est pas le but recherché. Le but recherché est d’augmenter notre tolérance émotionnelle, afin de ne pas avoir besoin de se protéger de ses pensées et émotions pénibles en mangeant.

Clara2115.
Abonné

Merci docteur pour cette longue et constructive réponse.

C'était important pour moi d'en comprendre l'intérêt! En effet, le fait de m'ennuyer, d'avoir mal au dos, d'en avoir marre me laissait penser que je ne faisais pas bien l'exercice, or, je viens de comprendre que ceux sont des sentiements et des sensations comme les autres et qu'il faut apprendre à les observer!

Je suis contente car j'avais vraiment l'impression de mal faire... Je vais donc pouvoir continuer en observant tout cela et en essayant au maximum de revenir me concentrer sur ma respiration!

Merci encore docteur pour votre réponse car je ne peux as avancer si je ne comprends pas pourquoi je dois faire telle ou telle chose... Non pas que je veuille précipiter les choses, mais même si je prends le temps d'avancer doucement j'ai besoin de comprendre chaque étape pour trouver une motivation!

Merci.

Zéphyr.
Abonné

Cette réponse du docteur est super, vraiment interessante mais voilà elle me panique, j'ai l'impression d'être en complet décalage!!

Moi j'ai l'impression que faire attention, me focaliser sur ma respiration me masque qqch, je voudrais justement avoir acces à mes emotions et mes pensées profondes pour ne plus les éviter et les comprendre, pas seulement les contempler.

Docteur vous dites que le but de la RPC est d'augmenter notre tolérance émotionnelle, l'intolérance aux émotions nous faisant manger par "volonté" d'évitement.

Mais je crois que je ne veux plus éviter mes émotions! Je veux enfin pouvoir y accéder pas simplement les contempler, mais aussi les saisir, les faire remonter, tout comme les pensées enfouies pour pouvoir les "gérer"! les comprendre et les étudier! Alors pourquoi est-ce que je mange (EME) si ce n'est pas par évitement émotionnel? Est-ce que par ce que j'ai peur de l'effet de mes émotions sur moi? Peur de mes réactions?. De ne pas savoir qu'en faire? J'ai peur de ne pas avoir appris quoi faire de mes émotions etd'être une handicapée des émotions!

Est-ce que la RPC est un outil qui ne me convient pas ou bien est-ce que je ne sais pas l'utiliser?

Bon je crois que je vais poser la question à mon coach mais au cas-où qqn se sente concerné je laisse ma réponse ici.

Fabou
 

Pomdereinette.
Abonné

Et est-ce que le "simple" fait de se poser et observer sa respiration n'est pas justement une porte ouverte aux sensations et émotions par trop refoulées ?

calico.
Abonné

Pas facile d'accéder au changement. En te lisant je vois deux choses qui sont en contradictions. Tu aimerais ardemment accéder à tes émotions lors des séances de RPC, mais dans le même temps tu ne souhaites pas le faire par trouille d'avoir la trouille de ce que tu pourrais découvrir. Aie. ça va pas être possible d'avoir tout et son contraire.

Les émotions sont ce que nous partageons avec le règne animal et ce qu'il y a de plus vieux au monde. C'est un savoir ancestral, on ne peut pas ne pas savoir. Au fond de nous, on sait tous, mais on a un peu perdu le chemin.... Etre très ou trop sensible n'est pas une fatalité, ni un handicap. Au contraire, c'est à mon sens, une chance de ne pas passer à côté des merveilles de la vie. Les émotions positives existent aussi.

Je n'ai pas la réponse à ta question, mais je t'encourage à essayer la RPC sous une forme toute simple. Par exemple prêter plus d'attention à des activités très répétitives et machinales: la vaisselle, la douche, la lessive. On les fait sans y penser. Mais que se passe-t-il quand on les fait en y prêtant attention? Pareil quand on mange et que l'on se rend compte à la fin du repas que l'assiette est vide et que l'on a même pas eu conscience d'avoir mangé, d'où la proposition de LC de prêter attention à notre repas. Même démarche. Peut-être que l'exercice à des moments sans nourriture sera moins "explosif" en matière d'émotions?

A voir avec ton coach.

lorraine
Marraine

Bonjour Fabou,

Oui, pose la question à ton coach, et comme je me sens aussi un peu concernée j'y fais suite aussi....Merci de me le permettre. Merci aussi à Clara 2115 d'avoir posé sa question.

Tu dis "Mais je crois que je ne veux plus éviter mes émotions! " : En respirant en pleine conscience, justement tu ne les évites pas. Tu les acceuilles, tu les observes et éventuellement si tu peux , tu les identifies et les nommes. Ces deux derniers aspects ne sont pas toujours évidents à réaliser, me semble t-il, ils relèvent d'une bonne connaissance de soi  plus ou moins acquise.

Un petit témoignage à ce sujet  : La psychothérapie que j'ai réalisée il y a quelques années avait mis en évidence une estime de soi fragile; je sais que certaines ruminations et des pensées que je ne contrôle pas et omni présentes par périodes, pensées pas très flatteuses  à mon égard peuvent me conduire tout droit vers le placard à chocolat . Je pouvais engloutir en 2 temps trois mouvements une tablette de chocolat. Ca c'était avant LC. Depuis, grâce à la RPC, je sais que ce sont des EME provoquées par ces pensées douloureuses. La respiration en pleine conscience m'aide à ne pas courir jusqu'au  placard à chocolat. Ou alors si j'y vais, c'est tranquillement,  pour prendre en toute conscience une barre de chocolat que je tente de déguster en toute conscience aussi !

C'est là où je pose également une question au Dr A. : je ne prends pas souvent le temps de  l'exercice de 10 mn de RPC d'affilée tel qu'il est préconisé . Par contre, tout au long de la journée, j'ai des moments de respiration en pleine conscience, pendant de longues secondes voire 2/3 mn d'affilée....quand je sens la faim arriver , à table pour ne pas manger trop et trop  vite, en voiture quand la conduite devient difficile, le matin quand ma fille ne se prépare pas assez rapidement à mon goût et que j'ai envie de hurler, au travail face à une urgence, le soir devant la télé etc etc etc....

Est ce que ces petits exercices /réflexes ont -ils une valeur identique à la RPC 10mn ou pas? Sont-ils complémentaires ? Vaut-il mieux faire les deux pour plus d'efficacité dans son rapport à la nourriture ? ( je précise juste que  je pratique une heure 30 de yoga/semaine où le travail sur la respiration est essentiel)  Merci beaucoup de votre réponse.

Très bonne fin de semaine à toutes et tous

ccil.
Abonné

Merci beaucoup pour tous ces commentaires et en particulier la réponse du Docteur. J'ai commencé LC depuis hier soir, je n'ai pas encore essayé cet outil. Je vais aller voir de plus près. Cependant j'ai un peu peur de prendre trop d'outils ou de défis à la fois, ça ne dois pas être facile à suivre... faut-il les prendre plutôt un par un?

isabellej.
Abonné

Fabou, tu parles de "gérer" tes émotions, cela relève quand même d'une intolérance émotionnelle

bien sûr consciemment tu veux prendre conscience de tes émotions, mais en les appréhendant de façon intellectuelle, on est surtout dans le contrôle, la maitrise, et au bout du compte cela aboutit souvent à des EME

une émotion n'est pas forcément à comprendre au niveau intellectuel, je trouve beaucoup plus efficace de la laisser exister plutôt que de l'analyser

depuis que j'arrête d'analyser, contrôler mes émotions, que je les regarde simplement,  je les tolère beaucoup mieux, des fois je suis obligée de me répéter en boucle  "quoi que ce soit, je peux le vivre", sinon c'est très vite fait de les refouler à nouveau, en intellectualisant, en les "gérant"

voici de mon expérience

et merci au Dr A. pour sa réponse si claire et ces petites touches d'humour que j'adore

Zéphyr.
Abonné

Merci beaucoup de votre aide, je vais "méditer" vos idées et tenter d'y voir plus clair sur la RPC, pourquoi ne me satisfait-elle pas autant que je le voudrais, peut-être que j'en attends trop qui sait?

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

 

Fabou, je crois que vous êtes sur la bonne piste.

Je réponds à lorraine, qui demande :

C'est là où je pose également une question au Dr A. : je ne prends pas souvent le temps de  l'exercice de 10 mn de RPC d'affilée tel qu'il est préconisé . Par contre, tout au long de la journée, j'ai des moments de respiration en pleine conscience, pendant de longues secondes voire 2/3 mn d'affilée....quand je sens la faim arriver , à table pour ne pas manger trop et trop  vite, en voiture quand la conduite devient difficile, le matin quand ma fille ne se prépare pas assez rapidement à mon goût et que j'ai envie de hurler, au travail face à une urgence, le soir devant la télé etc etc etc....

Est ce que ces petits exercices /réflexes ont -ils une valeur identique à la RPC 10mn ou pas? Sont-ils complémentaires ? Vaut-il mieux faire les deux pour plus d'efficacité dans son rapport à la nourriture ? ( je précise juste que  je pratique une heure 30 de yoga/semaine où le travail sur la respiration est essentiel)  Merci beaucoup de votre réponse.

Réponse:

On parle de pleine conscience formelle pour les exercices pratiqués assis, dans un moment déterminé, et de pleine conscience informelle pour ceux pratiqués à tout moment de la journée, en centrant son attention sur le moment présent.

Ils ne sont pas équivalents et on recommande classiquement de… faire les deux ! Traditionnellement, les séances de pleine conscience formelle sont de l’ordre de 30 mn. Ceux proposés sur le site sont raccourcis et je vous engage à les pratiquer 2 par 2 ou 3 par 3. La perception des inconforts est alors bien plus nette!

Si vous pratiquez le yoga, et si durant ces séances, vous acceptez d'examiner les pensées qui se présentent, puis que vous ramenez votre attention sur le focus de l’exercice, ces séances de yoga auront elles aussi des effets équivalents à la pleine conscience. Les étirements pratiqués sont un moyen très intéressant de ramener son attention sur les sensations corporelles, sur les pensées qui en découlenet, tout cela sans jugement.

Il y a plusieurs demeures dans la maison du père!

lorraine
Marraine

Bonsoir Docteur,

Merci beaucoup de vos réponses à mes questions ainsi qu'à celles  des autres coachés. Je me nourris  énormément de toute votre réflexion et j'avance...

Je prends note de vos conseils et choisis de profiter de toutes les demeures à disposition.....

Bonne soirée à vous et à tout le monde

Lorraine

Lia.
Abonné

Entendu ce matin (enfin à peu de choses près): "5 mn de balade vous font du bien, 10mn encore plus de bien. Une heure de promenade énormément de bien. 5 mns de rpc font du bien, 10mn plus de bien et 30mn énorméement de bien..........." )C. André méditer jour après jour.

Haut de page 
X