Je ne ressens pas le rassasiement gustatif - 22022013

liegama.
Ancien abonné

Bonjour à tous, 

Je viens d'effectuer pour la première fois l'exercice du rassasiement gustatif. j'ai choisi du pain avec du beurre demi-sel, gros aliment tabou pour moi. 

J'ai attendu d'avoir une bonne faim, je me suis posée seule, au calme à table avec mes 100g (80g de pain + 20g de beurre), j'ai fais 3 mn de RPC puis j'ai suivi le mp3 sur la dégustation d'un aliment (6mn). J'ai dégusté lentement avec les yeux fermés, j'ai garder chaque bouchée plus de 30 secondes en bouche etc... Bref j'ai l'impression d'avoir tout fait bien. Mais j'ai mangé toute la quantité de pain beurré, j'ai encore faim et j'aurai pu manger la même quantité (me suis rendue compte que durant mes EME je mangeais un bon 200g de pain beurré en plus d'autres choses, tu m'étonnes que je maigris pas quand j'en fais quasi tous les jours!). 

Je n'ai pas ressenti le rassasiement gustatif, je n'ai pas ressenti d'écoeurement non plus, mon plaisir n'a pas diminué, voir à augmenter au fil de la dégustation. 

Des suggestions car j'avoue être un peu déçue et découragée. J'ai encore 3 jours à faire. 

Merci d'avance de votre aide

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

oui je crois bien que ça n'est pas assez calorique!!!!

le pain....  parce que bon manger du beurre seul, c'est pas l'fun non plus.....

peut-être des chips en effet comme te l'a conseillé la coach,  ou bien des noix de cajoux salées.....

doremi.
Abonné

Je viens de découvrir mon prochain exercice et c'est justement celui-là.   Je suis un peu dubitative car j'ai du mal à trouver un aliment riche et salé qui me fait envie.   En général quand j'ai une envie impérative d'un aliment particulier,  c'est ponctuel et je ne l'éprouve plus du tout le lendemain.  Et en ce qui concerne les aliments salés, c'est plutôt du cuisiné, genre pâtes ou hotdog ou bouchées à la reine ou oeufs brouillés.  

  En fait c'est quand j'ai une vraie faim que j'ai envie de salé et je me demande comment je vais faire si je dois manger 4 jours de suite un aliment genre Chips ou curly.

En tout cas je ne commencerai cet exercice que le 11mars .  Si vous avez des suggestions..........

Pour répondre au premier post,  (excuse moi je n'ai pas retenu ton pseudo et je ne sais pas comment retourner au début de ce fil ),  je pense que c'est effectivement très difficile de reconnaître le rassasiement gustatif et que si on le découvrait dès le 1er jour on n'en serait pas là . 

En ce qui me concerne, c'est vraiment la clef de mon problème de poids et je pense que j'aurai besoin de bien plus que de 4 jours pour y arriver.

Ce sujet m'intéresse beaucoup.

A vous lire ...

FRED73
Marraine

Moi j'ai fait cet exercice avec des chips.Je pensais que je ne pourrais pas manger la totalité de ma "ration" pendant 4 jours. Et bien c'est très bizarre parce que le premier jour je n'ai effectivement pas tout mangé ( j'en ai laissé environ 20% ) mais les 3 jours suivants j'ai tout mangé même si je n'en avais plus envie !!! Je crois que là c'est vraiment la peur de manquer qui m'a poussé à tout manger.

Maintenant j'en suis au même exercice avec un aliment sucré. J'ai choisi des biscuits sablés nappés de chocolat noir. Il y en a 6 pour faire 100g. Le premier jour j'en ai mangé 4 alors que je n'avais plus faim après le 3ième.Aujourd'hui, après le 3ième je me suis dit que ces biscuits ne me faisais plus envie et que même si j'avais encore faim je les mangerai pour combler ma faim mais sans envie. J'ai donc décidé de m'arrêter et je suis très contente ! Liegama, peut-être y arriveras-tu mieux avec un aliment sucré? Essaie déjà un autre aliment salé, plus "écoeurant" quand on en mange beaucoup et tu verras bien. Sinon ne désespère pas et pense que si tu ne veux plus de cet aliment tu pourras manger autre chose 1h après. Bon courage et à bientôt !

didil.
Abonné

Je viens de terminer cet exercice dans la semaine. Je l'lai fait avec des cacahuètes grillées salées. En fait, je n'avais aucune envie de manger du salé, donc je n'avais pas grand plaisir à manger ces cacahuètes, alors que quelques jours auparavant, j'ai dû lutter lors d'un apéritif pour ne pas en manger au-delà de ma faim. J'en ai laissé plus de 30 % tous les jours et même 40 % le troisième jour, je crois. Au moment de m'arrêter, je me sentais à chaque fois écoeurée, donc j'en conclue que j'ai très certainement raté le moment de rassasiement gustatif que je n'arrive pas à déceler avec du salé, alors que j'y parviens plus ou moins avec certains aliments sucrés.

Avez-vous aussi noté qu'il vous était plus facile de déceler ce rassasiement gustatif avec certains aliments qu'avec d'autres ?

J'attends avec impatience d'en arriver dans trois jours à la même expérience avec du sucré ! Pour moi, ce sera du nutella ! Disons que je connais le résultat d'avance, sauf que je ne sais pas à quoi cela correspond en termes de grammes avalés... De plus, j'ai l'espoir de faire pencher la balance du bon côté, ce qui n'a pas été le cas avec l'aliment salé (stagnation).

didil.
Abonné

Doublon supprimé

liegama.
Ancien abonné

Merci pour vos réponses. Je crois que je suis en rébellion contre cet exo, je sais pas trop pourquoi mais ça m'énerve cet exo. J'ai l'impression que mon problème n'est pas du tout dans les aliments riches et salés, en général je n'aime pas cela. Je n'aime pas les chips, les frites, le saucisson, les trucs d'apéro, les trucs frits (je déteste) et j'ai arrêté le fromage il y a un an sans que cela ne me manque aucunement (j'ai remarqué que ça ne me réussissait pas). J'avais pris du beurre pour faire l'exo mais je n'en mange pas habituellement. Je n'ai pas d'EME sur ces aliments, je suis de toutes façons écoeurée par ce genre d'aliments donc je vois pas l'intérêt de l'exo. Je crois que je vais re-essayer une fois avec des chips tortillas et ensuite je remplis mon carnet pour passer à autre chose. Ca va faire bientôt un mois que je traîne la dessus. Je sais pas pourquoi mais ça me fout en boule.

izabelle
Animatrice forum

ça te fout en boule parce que tu veux tout bien faire...   trop bien

mais lâche l'affaire, crois-moi, sinon tu vas être déçue arrivée au bout du parcours....

notamment parce qu'il n'y a pas vraiment de fin.... finalement on se rend compte que l'on est dans processus, il n'y a pas de diplome, de mot "fin".....

donc en attendant il faut pouvoir prendre cette liberté, de "savoir" quand un exercice est intégré ou bien que tu n'en n'avais pas vraiment besoin

c'est comme pour la satiété, quand on sait déjà s'arrêter à satiété et que l'on doit fractionner, ça devient presque une violence

c'est pourtant nécessaire pour d'autres personnes, mais pas forcément pour soi

alors si un exercice ne t'apporte rien, ce n'est pas bien grave

essaie de savoir pourquoi ça te fout en boule....   quel schéma est à l'oeuvre?   la bonne élève, l'hyper-efficace???  ou autre????

liegama.
Ancien abonné

Tu as touché dans le mille je crois. Je me demande d'ailleurs si ma procrastination ne prend pas racine dans ma peur d'arriver à la fin du programme et mon anticipation de ma déception de ne pas avoir de "diplôme" ou plutôt de sentiment d'avoir réussi, perdu du poids, être régulée etc...Je crois que j'ai peur d'échouer. Ca m'aide de voir cela comme un "work in progress", plutôt qu'un chemin avec une ligne d'arrivée. Eh oui je crois que je suis encore dans le perfectionnisme, la bonne élève. Je crois également que je veux fort arriver à un résultat visible que je pourrai utiliser pour montrer à mon mari comment j'ai "changé", comme une preuve d'amour car il n'en peut plus parfois de me voir me battre contre mes démons et aimerait que je sois plus légère, accueillante et ouverte à la vie et moins prise de tête. Je sens que je touche juste en écrivant cela car quelque chose se détend en moi. Je vais essayer de me détacher de mon envie de montrer que je suis "arrivée", ça va peut être retirer un peu de pression.

De te lire m'aide à m'approprier encore un peu plus la méthode. J'ai fait un petit bilan des 8 derniers mois et j'ai noté que : 

1. Je sais maintenant reconnaître ma bonne faim et mange la majorité du temps à ce moment.

2. J'ai moins d'aliments tabous et j'écoute plus facilement mes envies de manger que ma tête et les relents d'années d'injections de régime/nutrition.

3. Je commence à sentir la satiété et il m'est moins difficile d'arrêter à satiété qu'il y a deux mois, je ressens moins de frustration.

4. Je ne maigris pas pour deux raisons je pense : à cause de mes EME (moyennes en quantité mais quotidiennes), à cause du fait que je mange bien trop vite, et du coup souvent trop.

5. J'ai des EME essentiellement le soir. Je sais maintenant que pour mieux gérer mes fins de journée rien ne vaut une bonne petite pause. Mais je ne le fais même pas tous les 3 jours si je compte les deux dernières semaines. 

6. Je peux encore beaucoup m'améliorer question manger plus lentement et déguster.

7. Je ne sais pas bien identifier l'urgence que je ressens le soir et que je calme avec de la nourriture.

izabelle
Animatrice forum

oui : work in progresss

très bons progrès.....

je comprends tout à fait ton envie, malgré ta lucidité, d'avoir cette impression de "réussite"

peut-être que, comme moi, tu as beaucoup de mal à tolérer le sentiment d'échec?

comme si échouer une fois c'était partir, sortir du jeu, que si tu ne faisais pas tes "preuves", on allait te renvoyer, ne plus te considérer...

bon là en fait je parle de moi....

mais en plus d'une envie certaine de réussir tout ce que je fais, j'ai aussi, en souterrain, on va dire cette impression qui a du se forger avec le temps, et en même temps qui appartient à mon histoire et à celle de ma mère et ma grand-mère, cette sensation que si je ne fais pas mes preuves, mes proches vont me virer de leur affection

ce qui est complètement con, bien sûr, mais quand on n'en n'a pas conscience, ce genre de pensée qui opère en sous-marin est particulièrement pernicieuse   et rend le sentiment d'échec absolument intolérable

tu connais mes méthodes pour arriver à accepter ce sentiment, que je peux vivre au quotidien, car en grande perfectionniste, si j'ai dit un mot de travers, j'ai l'impression d'avoir "tout râté"!!!!...

et même quand mon chéri me disait que je m'étais trompé sur la direction, je ne le supportais pas!!!

 

la méthode, donc, de rigoler un peu de moi-même, en imaginant que le mélo que je me joue, c'est   "l'échoueuse......   elle a TOUT râté!!!!!   bouh......."   je l'imagine à la monty python.... avec Johh Cleese qui me balance des tomates

non franchement ça me fait rire aux larmes, et surtout ça me permet d'accepter, oui, d'être en "échec" (surtout à partir de ce moment là, ce mot ne veut plus RIEN dire)

 

ah je te dis, les winneuses comme nous....    non je rigole....frown

 

on pourrait carrément faire un post :  

aujourd'hui j'ai râté..........  pour nous aider à accepter notre imperfection et nos petits échecs quotidien, voire en rire....

c'est une idée.....

FRED73
Marraine

Et si je te dis que rater s'écrit sans ^, tu vas mal le prendre ?wink

Lullabycrazy.
Ancien abonné

[quote=izabelle]c'est comme pour la satiété, quand on sait déjà s'arrêter à satiété et que l'on doit fractionner, ça devient presque une violence

c'est pourtant nécessaire pour d'autres personnes, mais pas forcément pour soi

alors si un exercice ne t'apporte rien, ce n'est pas bien grave

[/quote]

Encore une fois izabelle, tu me permets de comprendre quel est la nature de mon blocage en répondant à quelqu'un d'autre ! J'en suis pile à cette étape et n'arrive pas à m'y mettre vraiment, j'ai vraiment l'impression de bien ressentir la satiété et m'arrêter avant terme est une "violence".

Je vais donc lâcher un peu prise et arrêter de chercher à être la petite élève LC modèle.

Merci donc de tes interventions très intéressantes !

izabelle
Animatrice forum

merci lullaby, eh bien oui ne soyons pas des élèves modèles et approprions-nous la méthode

si on a déjà "capté" la satiété, y'a pas forcément besoin de s'acharner....

 

Fred  je suis super vexée!!!!!!

cheeky

raté, raté, raté.... je le recopierai deux cent fois.....

liegama.
Ancien abonné

Merci Izabelle pour ton support et ton éclairage. Je n'ai pas l'impression (mais est-ce parce que c'est inconscient?) que j'ai peur de l'échec parce que j'ai peur d'être rejetée. Je vais me poser la question au calme et on verra ce qui monte. Je sais que je redoute l'échec mais aussi que je suis en train de revoir ma conception de l'échec.

Aujourd'hui par exemple je suis hyper fière de moi. J'ai eu une grosse réunion pour notre projet qui a durée 2h de plus que ce que j'avais prévue et s'est allongée en déjeuner dans un resto bondé, bruyant où il m'était très difficile de manger calmement. J'ai réussi à manger à satiété quand même (première fois dans ce genre d'environnement).

 

Ensuite j'ai eu 5h de grosse discussion émotionnellement difficile avec mon mari sur des aspects professionnels mélangés au personnel (pas facile tous les jours de monter sa boite avec son mari).

 

J'ai quand même réussi à faire une pause de 5 mn de RPC l'après midi, à écouter ma faim, de faire une collation, de déguster les 3 premières bouchées, d'avoir deux EME que j'ai accepté sans manger, de dire non sans culpabilité à la soirée prévue (trop d'émotions m'avaient fatiguées) et j'ai terminé il y 30 mn avec une dernière collation que j'ai pris lentement en dégustant pour me réconforter de toute la journée et sans culpabilité (pour moi c'est encore un peu tabou de manger après 21H, traces de régime).

Je sais pas de quoi demain sera fait mais aujourd'hui est la preuve que je peux encaisser plus de choses émotionnellement que je ne le pensais.

izabelle
Animatrice forum

bravo super Liegama......   ça fait du bien de s'apercevoir que c'est possible, même si au début ça demande d'être vraiment vigilant et conscient

l'échec, on peut avoir des tas de raisons de ne pas le supporter....  déjà, naturellement, comme tout le monde, et ensuite selon notre histoire, notre éducation

on est dans une société où l'échec est presque considéré comme une tare, aussi....

mais parfois ça peut être un truc plus profond qui se cache derrière

à la limite pas besoin de savoir quoi  du moment qu'on arrive à accueillir ce sentiment  quand il arrive......

 

d'ailleurs pour ma part, quand je réussis des choses ou que j'ai des "succès", j'essaie de l'accueillir de la même manière..... avec un certain recul, ne pas m'identifier à ce succès, sinon ça devient une drogue...   juste d'en être heureuse, d'accueillir ce sentiment très agréable, mais sans me dire  "yes je suis la meilleure, ça y est maintenant je vais être au top"

et si on ne peut supporter l'échec, on peut difficilement développer de nouvelles capacités, par exemple celles qui sont importantes pour nous

Haut de page 
X