Les 4 piliers de la méthode sont-ils d'égale importance ? - 05012013

Sylvie75.
Abonné

Bonjour.

Si je résume, votre méthode repose sur 4 pieds.

Dégustation + sensation de bonne faim + pleine conscience + bouger son corps

Il me semble en lisant ce forum que beaucoup de personnes font un peu leur marché dans ces 4 piliers, ne se sentant sans doute pas capable d'appliquer les 4 aspects d'emblée, voire jamais.

D'aucune se passent de pleine conscience, d'autre de bouger etc.

Nous marchons sur 3 pattes la plupart du temps, même quand on veut être bonne élève, un peu comme on dit d'une voiture qu'elle roule sur 3 bougies.

Pour ma part, c'est la dégustation que je ne parviens pas à intégrer. J'avais intégré avec succès et bonheur dans ma vie "bouger son corps" quelques mois avant de venir sur LC. J'avais toujours mangé par faim (le problème étant mes EME quasiment chaque soir). LC m'a donc réellement apporté la pleine conscience, bien utile ces jours-ci pour gérer mes EME. Par contre, déguster me semble juste contre nature. Comment dire, c'est comme si vous me disiez à moi marcheuse, qui marche d'un bon pas et adore cela, "marche au ralenti, arrête toi après chaque pas pour savourer." Ca rompt tout l'effet de balancier, de régularité qui me procure de la joie. Je déguste si j'ose dire, mais rapidement. Bien sûr, vous allez me répondre sur cet aspect des choses, mais pourriez-vous aussi répondre sur l'aspect plus général des 4 piliers de la méthode et de leur égale ou inégale importance ?

Quand aux coaché(e)s, voyez-vous la méthode avec 4 piliers comme moi ou bien pensez-vous que je me trompe ?

Merci aussi à toutes celles et ceux qui suivent la rééducation de me dire leurs progrès et leurs difficultés.

 

 

Commentaires

lola1237.
Abonné

coucou, j'avoue que moi aussi je bute sur la dégustation et peine à remplir mon carnet. Bonne journée.

FRED73
Marraine
Pour moi, il y a aussi s'arrêter de manger quand la faim a disparu et je pense que la dégustation est une aide pour y arriver. Et là, il est vrai que pour moi c'est difficile aussi. Je pense que la dégustation est importante pour savoir quand l'aliment ne nous donne plus satisfaction et quand les signes de la faim ont disparu. Mais même si je suis persuadée de cela, j'ai énormément de mal à manger lentement et à faire attention à mes sensations. En fait, j'ai aussi beaucoup de mal à faire la RPC parce que j'ai vraiment beaucoup de difficultés à me poser. Quand je fais la RPC je suis contente de l'avoir faite, j'arrive à revenir sur ma respiration mais je n'arrive toujours pas à me libérer du temps pour ça, la reléguant toujours à la derniere place des choses à faire ! Je crois que je pense que j'ai toujours 40000 choses à faire et que si je ne vais pas vite, je n'arriverai pas à tout faire ! Je pense donc qu'il serait important que j'arrête de culpabiliser de m'occuper de moi !
Bliss.
Abonné
Je crois profondément à la dégustation, comme aux autres piliers dailleurs. Que ce soit de la baguette, de la pomme du café ou n'importe quoi d'autre, s'atabler, respirer, tâter etc......permet de se concentrer sur ses sensations et de manger moins en étant rassasiée. D'ou l'intérêt de manger de très bonnes choses pour être pleinement satisfait de peu. La marche c'est la même chose, tu peux marcher tr¨s tranquillement il y a des exercices de marche en pleine conscience ou tu regardes tout autour de toi, tu te concentres sur les odeurs, les couleurs etccc........et là tu ne cherches pas l'effort physique ou la distance parcourue. C'est 2 options pour la même activité. POur manger pareil, tu peux manger assez vite en dégustant peu un plat et hop c'est fini et tu ne te sens pas rassaiée voir comme moi franchement frustrée. OU alors prendre son temps, sentir la baguette, écouter le bruit de la croûte, la farine dessus etc......et en manger de manière satisafaisante assez peu. Pour ma part il y a là une clé très importante du programme. Quand aux différents piliers de ce que j'en ai retenu avec Marie la coach il y a la base du programme alimentaire et des exercices autour de l'alimentation. Tout le reste sport pleine conscience a une importance différente selon chacune. Izabelle disait à propos du sport (excuse moi si je déforme) qu'elle en faisait peu parce que ca lui déclenche plutôt du stress et qu'elle s'occupe assez dans son jardin en pente. Moi le sport m'est vital, j'ai besoin de me dépenser pour évacuer un trop plein de tensions, d'énergie accumulée, pour respirer, sentir bouger mon corps et parce que je me sens super super bien quand je me bouge. Pareil pour la pleine conscience pour certaines ca déclenche des eme, pour d'autres c'est fastidieux ou que sais je et moi j'adore. Je dirai que c'est du sur-mesure pour chacune. Le modèle s'appelle bio-psycho-sensoriel, donc sous entendu on tient compte de ces différents aspects pour maigrir sans régime avec plaisir.
izabelle
Animatrice forum

coucou

pour ma part j'ai l'impression que chacune de ces choses est importante pour l'un ou l'autre en fonction de ce qui "pèche" à la base

pour ma part, bien sûr la pleine conscience puisque les EME étaient ma difficulté principale, je suis même venue ici pour ça puisque le reste je l'avais déjà travaillé avec les livres (ce qui ne m'a pas empêché de refaire avec profit les exercices)

la dégustation, j'ai toujours été gourmande, je déguste, oui, mais pas trop lentement......   je crois que du moment que l'on déguste, on n'est plus obligé de compter le nombre de secondes comme dans les exercices, alors chacun son rythme, pourvu qu'on ait la dégustation!

par contre c'est vrai que pour l'EME-Zen spécifiquement, s'il m'arrive de déguster pour le seul besoin de réconfort, là je vais ralentir vraiment le rythme et me concentrer sur le bienfait de l'aliiment  pour éviter de basculer dans un trouble du réconfort

didil.
Abonné

Je suis tout à fait d'accord avec toi concernant ton analyse de la méthode, Sylvie75, même si j'aurais tendance à y ajouter un cinquième pied, la satiété. Cependant, je trouve que l'intérêt de cette méthode réside justement dans le fait que l'on n'est pas obligé de reposer sur 4 ou 5 pieds, comme tu dis. Chacun(e) y prend ce qui lui convient en fonction de sa problématique.

En ce qui me concerne, je fonctionne sur deux pattes avec la méthode : repérage de la faim et dégustation. J'aimerais acquérir la satiété comme 3ème patte, ce qui me donnerait une véritable stabilité. Je n'ai pas d'EME et la RPC est pour l'instant contre-productive pour moi, donc je en la pratique pas. Quant au sport, je n'en ai pas fait depuis plus de 30 ans et n'en éprouve absolument pas le besoin et n'ai pas envie de brusquer mon corps.

Tu as des difficultés avec la dégustation, ce que je lis souvent sur ce forum. Pour moi, ce fut au contraire une révélation. J'ai toujours mangé sans faim et sans goût pour ce que je mangeais par habitude et obligation. Je suis en train de découvrir que, si on y fait attention, les aliments ont un goût, que ce goût peut être bon ou moins bon selon la qualité de l'aliment ou sa préparation mais aussi le moment où je le mange (avec faim ou sans faim, ce qui fut malheureusement encore le cas au moment des fêtes). Du coup, moi qui avais toujours ingurgité mon repas en moins de 5 mn pour m'en débarrasser, je commence à prendre plaisir à découvrir le goût de ce que je mange. Et lorsqu'on prête attention à ce que l'on est en train de manger, lorsqu'on déguste, on mange forcément moins vite (avant, quand on me disait de manger moins vite, je comptais le nombre de mastications avant de m'autoriser à avaler, ce qui provoquait écoeurement et dégoût !).

Pour reprendre ton exemple de la marche, je pense qu'il y a deux façon de marcher, celle qui t'est habituelle et une autre, celle du petit enfant qui découvre les petits cailloux, les jolies fleurs... Je crois que déguster, c'est découvrir comme le petit enfant ! Je pense d'ailleurs que si nous avons des problèmes alimentaires, c'est bien qu'il y a eu une étape de loupée dans notre enfance, différente pour chacun(e) selon son histoire. Alors autorise la petite fille en toi à redécouvrir le plaisir de chaque bouchée et les bienfaits qu'elle peut t'apporter, comme le nouveau-né tète avec plaisir et s'arrête quand il n'a plus faim.

Alors, bonne dégustation !

Courtepatte.
Abonné

Merci, Sylvie75, pour ce petit résumé qui aide à faire le point et se concentrer sur l'essentiel.

Je crois personnellement que:

- la méthode est suffisamment souple pour qu'on puisse se focaliser dans un premier temps sur 1, 2 ou 3 piliers

- elle n'est vraiment efficace que si, à la longue, d'une façon ou d'une autre, on intègre tous les piliers à son quotidien. Et heureusement, il y a différentes approches possibles (par exemple, pour bouger, faire du sport de façon formalisée ou bouger au quotidien - jardinage, marche...)

Personnellement, j'ai actuellement du mal avec la dégustation (je mange souvent trop vite et / ou machinalement) et je me concentre vraiment là-dessus car je sens que c'est une clé importante pour moi.

Noelle
Marraine

bonsoir

 

je trouve que c'est assez simplificateur, puisque deja, les EME font partie du jeu, et comment! et il me semble, a la lecture des messages, que nous ne sommes pas tous egaux/egales devant les raisons qui nous amènent ici, et que cela evolue aussi d'ailleurs au fur et a mesure que nous avançons, plus ou moins dans cette approche

lore.
Abonné

Bonjour,

je me demande pourquoi chercher des piliers dans la méthode ? ou des pattes pour tenir debout ?

je pense que notre façon de nous approprier la méthode LC est forcément personnelle, liée à notre expérience, notre personnalité etc et puis à notre évolution au cours de la méthode

à une période, la dégustation a été une clef pour moi et aujourd'hui je trouve que c'est la pleine conscience

la dégustation m'a fait découvrir un autre rapport aux aliment, m'a montré qu'on pouvait en avoir une autre perception

c'était une étape, aujourd'hui, quand je pense dégustation, je pense pleine conscience, juste porter attention à ses sensations corporelles  : donc je n'avale plus tout rond sans y penser mais je ne suis pas non plus en train de tout observer, juste ce qu'il faut pour rester "connectée"

je ne crois pas que la dégustation telle qu'on la pratique dans l'exercice soit applicable au quotidien, d'ailleurs on nous dit par la suite de déguster les 3 premières bouchées,  pas tout le repas, ça serait trop artificiel, non ?

bonne continuation

Sylvie75.
Abonné

//www.linecoaching.com/maigrir/dossiers/poids-et-sante/10-conseils-pour-maigrir-en-se-servant-de-sa-tete

 

Dans cet article, c'est dix conseils, que l'on peut qualifier de piliers de la méthode. J'étais très réductrice en effet. Ceci dit, il manque la RPC, dans les conseils pour "que faire en cas d'EME".

Je suis surtout mauvaise sur 2 conseils, la dégustation et la fréquence des pesées.

marina82.
Ancien abonné

j'étais pareil, je n'avais pas assez de 12 heures  pour faire tout ce que j'avais prévu.

maintenant je passe en priorité: au lever je m'occupe de moi  :  LC, marche, RPC

et après je fais  le reste et surprise!!!!!!!! j'arrive à tout faire!!!!

bon courage

jpzermati
Votre coach

Bonjour Sylvie,

Je vais tenter une petite synthèse de la méthode.

1 - Sur le plan scientifique, elle repose sur les théories de la régulation et l'existence d'un poids d'équilibre propre à chacun.

Pour atteindre ce fameux poids, il est nécessaire d'avoir une bonne régulation et de respecter ses sensations alimentaires.

2 - Pour obtenir une bonne régulation, il convient de lever certains obstacles et de faire un travail sur trois axes importants.

            a - La restriction cognitive et les sensations alimentaires

            b - La gestion des émotions et l'intolérance émotionnelle

            c - La conscience corporelle et l'acceptation de son poids d'équilibre.

3 - Pour progresser sur ces 3 axes, un certain nombre d'outils et de compétences doivent être acquis et développés. La dégustation, la PC, le corps en mouvement sont des outils de progression parmi beaucoup d'autres.

 

Pour atteindre et maintenir le poidsd'équilibre,il est souvent nécessaire de travailler les 3 axes mais dans des proportions différentes selon les problématiques de chacun.

 

Quant au fait de marcher. Un bon marcheur sait marcher tout en profitant de ce qui l'entoure. Ce que ne fait pas souvent un marcheur qui débute. Le marcheur se nourrit des interactions avec son environnement. Il ne s'agit pas seulement de mettre un pied devant l'autre sur un tapis roulant. Il en est de même pour un mangeur. Il doit réapprendre à profiter de ce qu'il mange pour se nourrir et se rassasier de ce qu'il mange. Il ne s'agit donc pas de manger lentement mais attentivement. Avec l'expérience, on peut apprendre à observer plus rapidement beaucoup de choses. Mais il faut de l'entrainement.

A bientôt.

JPZ

Haut de page 
X