Ma stratégie long terme, car je suis obèse - 08122012

Sylvie75.
Abonné

Des histoires, on s'en raconte, n'est-ce pas ? Pensées ou images pour la plupart négatives qui ne nous aident guère, et dont l'on peut donc prendre connaissance... puis passer à la suite.

Mais si des histoires ou des images utiles se présentent ?

Voici celle que je me raconte en ce moment.

Tu es dans une immense forêt, celle de ta vie. Dedans, il y a un lieu, une belle clairière, la clairière de ton poids naturel. Tu sais où elle est, tu as les coordonnées, tu y as séjourné longuement il y a 10 ans. Tu sais ce qu'il faut faire pour y retourner : tu courais à l'époque, et tu mangeais à ta faim. Mais tu avais d'autres soucis à l'époque, tout en vivant dans cette clairière : tu t'étais mis à refumer, tu faisais un métier que tu commençais à trouver détestable, et enfin, ta vie amoureuse, c'était le désert. Mais tu faisais aller.

Aujourd'hui, tu es perdu dans cette immense forêt. Tu n'es pas seule, tu vis enfin le grand amour tel que tu le rêvais, simple et évident, tu fais enfin le métier intéressant dont tu rêvais, mais tu pèses 101 kilos. Diantre... Comment retrouver maintenant cette belle clairière pour ta santé ? Tu sais où elle est, tu sais ce qu'il faut faire pour y aller, donc tu connais le chemin, mais tu t'en fais une montagne, au sens propre. Là où il suffirait d'une marche régulière, tu t'imagines de l'escalade.

Et si tu compartimentais ? En informatique, on dit souvent qu'un programme complexe, c'est juste une suite complexe d'opérations simples. Déjà, si au lieu de penser 73, tu pensais par étapes ? 3K par mois jusqu'à 90, puis 2K par mois jusqu'à 80, puis 800g par mois jusqu'à 73 ? Et si tu ramenais ça à un objectif par semaine ? 700 g par semaine, puis 500 puis 200 ?

Ca parait tout de suite plus concret et plus simple non ? Alors je me suis téléchargé un calendrier personnalisable gratuit, puis j'ai noté tous ces objectifs poids de chaque semaine, et je suis arrivée jusq'à 1 an et demi.

Puis la première semaine a passé. Je ne sais pas pourquoi, j'ai fait n'importe quoi et j'ai pris 1k, au lieu de perdre 700 g. lol.

Mais au lieu de déprimer je me suis dit "Quelle importance; Ta clairière est là, elle ne bougera pas. Ce ne serait pas la première fois que tu atteins tes objectifs mais avec deux ou trois fois plus de temps que dans ton projet initial. Quelle importance avec le recul ? Alors voilà; Je vais me tenir à cela.

1) marcher au moins 1H (plus souvent 1H30 en fait) 5 fois par semaine, et pendant cette marche, songer avec plaisir à ma clairière du poids naturel.

2) manger à ma faim, en savourant, pratiquer la pleine conscience. Bref, appliquer les grandes lignes des conseils LC.

3) Noter chaque samedi si je suis proche de mon point d'étape (poids d'étape en l'occurrence).

 

Commentaires

Sorbet12.
Abonné

Bonjour Sylvie

ton message me fait me poser des questions et je te fais part de mon avis à chaud et sans jugement aucun.

Autant je trouve l'image de cette clairière attirante et très apaisante, autant il me semble que se donner des objectifs de poids à suivre semaine par semaine peut à moyen terme être stressant et pas complètement en phase avec le programme.

J'avoue moi aussi j'ai cédé à la même idée que toi, histoire de m'imaginer le moment ou je pourrais enfin remettre ces vêtements que j'adore et que je garde dans ma penderie depuis bientôt une dizaine d'année (avec plein d'antimite ...);  pour ma part j'ai remarqué que j'ai tendance lorsque je fais une courbe prévisionnelle de poids à avoir un effet "balancier " au bout de quelques semaines de succès.

Bon d'un autre côté tu décris très bien que cette première semaine qui est à l'inverse de ton objectif ne t'a pas stressée car la clairière est toujours la cheeky alors je te souhaite une très belle ballade dans cette forêt ou il y a aussi surement de beaux ruisseaux, des sommets et des tas d'autres beaux coins à explorer

Sylvie75.
Abonné

Merci de ton avis Sorbet. Je me pose bien sûr la même question. Mais ne pas se fixer d'objecitf, alors que c'est ma motivation, perdre du poids pour vivre vieille et en bonne santé, ben ça me donne l'impression que je n'y arriverai jamais.

Bon, le mieux, c'est d'essayer et je vous tiens au courant.

[quote=moi-même]Ta clairière est là, elle ne bougera pas. Ce ne serait pas la première fois que tu atteins tes objectifs mais avec deux ou trois fois plus de temps que dans ton projet initial.[/quote]

Ca c'est l'avantage d'être dans ses "late forties" et d'avoir de l'expérience. J'ai confiance en ma capacité de me mettre des objectifs à ma portée. Je me plante simplement sur les délais la plupart du temps. Pour mon diplôme d'informatique, j'avais visé 2 ans, ça m'en a pris 4. Mais j'ai atteint exactement le diplôme (et le job) qui me convient et qui est tel que je l'espérais. Disons que je sais que je vise juste dans mes objectifs, et c'est déjà ça. Après, je trouve ça souvent plus dur que prévu, et je fais des pauses.

mistigri.
Abonné

 

Certains ont besoin de se fixer des rendez-vous, et pour d'autres cela va être source d'angoisse....

 

Pour moi, mes objectifs, ce serait quelque chose comme :

- travailler sur mon manque d'estime de moi : à vie,

- travailler sur mon sentiment de culpabilité : à vie,

- travailler sur mon manque d'envie de bouger (au sens propre et figuré) : à vie

- travailler sur mes peurs : à vie

 

 Pour moi, il ne peut pas vraiment y avoir d'échéancier.....

ce qui ne veut pas dire que ton idée n'est pas constructive....pour toi et à cette période de ta vie.

 

et pour  la clairière .....très belle image;;;;; cela fait du bien de la visualiser, inondée de soleil et de paix, quelque part, pas très loin ....beaucoup plus près qu'on ne l'imagine.

C'est peut-être :

- m'apprécier   : pour toujours

- être bienveillante envers moi-même  : pour toujours

- accepter mes bons et mauvais côtés  : pour toujours

- bouger : allons, allons !

- créer : pourquoi pas ?

Bon courage

Sylvie75.
Abonné

[quote=Mistigri]- travailler sur mon manque d'envie de bouger (au sens propre et figuré) : à vie[/quote]

Je reprends à mon compte cette partie, en tout cas dans l'acception d'un manque d'envie de bouger au quotidien au sens propre.

C'est pourquoi la marche à pieds quotidienne n'a rien d'évidente pour moi, et constitue en tant que tel, que je maigrisse ou non, une activité bienfaisante. Pour la santé comme pour la psychologie. 1H30 de marche (en ville ou au bois) puis une bonne douche, sur le long terme, ça peut faire des miracles sur ma forme. De plus, j'ai remarqué que la marche stabilise ma faim sans difficulté. Malheureusement dimanche dernier, marchant avec de nouvelles chaussures et mes pieds ultra sensibles, je me suis blessée le pied et n'ai pu persévérer cette semaine (ce qui explique finalement le grand n'importe quoi de cette semaine) et donc reprise de la marche ce matin. Les jours de travail, je rentrerai à pieds, 1H25 (mais c'est moins joli que mes 2 ballades du week-end et c'est compliqué car il faut mettre les baskets dans le sac pour les chausser après le travail. Ce qui est pratique par contre, c'est que ça me fait une coupure franche et nette avec les problématiques boulot). J'aime marcher seule et sans parler, mais bien sûr, de temps en temps, mon mari m'accompagne alors on parle, mais j'essaie de parler peu dans ces moments où je suis tournée vers mes sensations agréables.

Sorbet12.
Abonné

je crois que ma réaction est aussi très personnelle et liée plus globalement à une prise de distance par rapport à la notion d'objectif (concept oh combien dévastateur dans le monde professionnel quand il est mal utilisé) wink

à bientôt pour lire la suite de ton chemin

harmony.
Abonné

Salut Sylvie, moi aussi , l'image de la clairière m'a séduite. Moi, je manque d'imagination; je ne me fais pas d'histoire, je fais l'aveugle et la sourde avec mon image, mon corps, mes angoisses. J'ai de tels blocages sur l'image que je porte sur moi que je ne me suis pas regardée en pied dans un miroir depuis plusieurs années. Quand je pratique le yoga et qu'il faut s'imagniner assis en tailleur, s'imaginer droit comme un I, s'imaginer pivoter à droite, je ne vois RIEN. C'est le grandvide sidéral!!! Je cherche à comprendre pourquoi, peur, culpabilité, mésestime de soi... Ce qui est sûr, c'est que je manque de bienveillance et que j'ai du mal à croiser son chemin. Mais par contre, je ne fixe pas d'objectif de poids, c'est trop dur, c'est alternativement stressant ou déprimant! Tu es peut-être un peu dure avec toi même. Puisque nos objectifs sont à tenir à vie, prenons le temps, échangeons, encourageons nous, partageons nos réflexions comme nous le faisons dasn la forêt de Linecoaching au milieu de cette fabuleuse clairière virtuelle. Chaque promeneur essaime sa graine, c'est fabuleux.

Je me reconnais dans ton parcours!

Merci pour ces paroles

Harmony

Ederl.
Ancien abonné

Je suis dans la forêt, c'est la vie et je cherche la clairière c'est la réappropriation de mon corps si longtemps abandonné, se le réapproprier c'est aussi donner de l'importance à quelques trucs, ma stratégie serait peut-être de :

1 acheter une balance et tout en étant réaisonnable avec elle, noter mon poids toutes les semaines ou tous les 15 jours.

2 acheter un beau carnet de route où il y aurait :

                a-  mes scéances de pleine conscience et de bodyscan (temps consacré - commentaires)

                b- mes scéances de sport   (hebdomadaire)

                c- mes réflexions ou les vôtres qui me semblent utiles dans cette réappropriation.

                d- les principes de base de LC : dégustation, attendre la bonne faim, reconnaître la satiété et la respecter, détection des EME....

                e- et donc mon poids

Je trouverais peut-être cette clairière ou d'autres....je ne sais pas, je me dis que si c'est si important pour moi il faut que concrétement ça existe et donc le pourquoi de la balance et du carnet de route.Mer

Merci Sylvie pour cette image et pour ce post.

mistigri.
Abonné

Grâce à toi, Sylvie la dynamique, j'ai réussi à faire une demi-heure de marche cet après-midi! Tu m'as un peu reboostée et je me suis dit : allons, il y a un rayon de soleil, il fait un peu moins froid et tu es en retraite...pourquoi ne pas t'habiller et sortir un peu !.

Et bien, avec le peu que j'ai fait, je me sens....comme oxygénée! plus saine!

Merci de m'avoir communiqué un peu d'enthousiasme!

Noelle
Marraine

ouh la!!  et bien la je ne me reconnais plus du tout dans cette recherche d'efficacité programmee jusque dans les aleas, mais alors plus du tout

 

je crois que j ai justement appris avec la pratique  de LC (longue durée, d'accord, je reconnais) a etre moins centrée sur l objectif, a accepter mon cote "looseuse", oui, je l'ai ecrit, looseuse et pas winneuse (vous n imaginez pas ce que ça peut faire de le voire ecrit noir sur blanc)  mais a repartir simplement  (bon, d accord,  pas a tous les coups) quand je succombe aux eme, quand je ne pratique pas au quotidien la RPC et a accepter de me faire confiance, avec gentillesse a mon egard, sans perfectionisme

 

ben voila qui est ecrit

Noelle
Marraine

ouh la!!  et bien la je ne me reconnais plus du tout dans cette recherche d'efficacité programmee jusque dans les aleas, mais alors plus du tout

 

je crois que j ai justement appris avec la pratique  de LC (longue durée, d'accord, je reconnais) a etre moins centrée sur l objectif, a accepter mon cote "looseuse", oui, je l'ai ecrit, looseuse et pas winneuse (vous n imaginez pas ce que ça peut faire de le voire ecrit noir sur blanc)  mais a repartir simplement  (bon, d accord,  pas a tous les coups) quand je succombe aux eme, quand je ne pratique pas au quotidien la RPC et a accepter de me faire confiance, avec gentillesse a mon egard, sans perfectionisme

 

ben voila qui est ecrit

080413075303_Rikki.
Abonné

Eh bien moi, je me reconnais dans les deux. Dans la plannification qui permet de se donner une perspective, de voir où on va, de savoir ce qui est possible, de fractionner par étapes. De savoir que chaque voyage commence par un premier pas. Mais aussi dans les côté anti-winner, pas la jeune louve ambitieuse aux dents longues, mais une femme tentant d'être apaisée et de laisser venir. 

 

Je ne suis pas sûre que ça soit totalement antagoniste. 


Le programme LC comporte d'ailleurs cette contradiction de manière intrinsèque : ce qui est "vendu", c'est "perdez du poids sans régime", pas "sentez-vous mieux avec vos kilos". Question d'accroche commerciale ? Bien sûr. Mais aussi but à long terme assumé. 

Sylvie75.
Abonné

Débat passionnant, mesdames...

J'ai réalisé tout récemment en lisant le blog d'Izabelle que j'avais le même problème qu'elle : Au fond de moi, il y a un truc que j'adore, c'est de me dire "Je veux être la meilleure." Et en surface, c'est LE truc à refouler, contraire à toutes mes valeurs blablabla.

Et Izabelle, c'est grâce à la pleine conscience et à ses nombreuses lectures qu'elle l'a découvert, et moi, grâce à Izabelle (lol, Izabelle fait de la pleine conscience pour moi)...

Ce sentiment de jouissance de petite fille, c'est une des rares pensées positives que j'ai, alors je le cultive, sans même m'en rendre compte, en jouant beaucoup pendant mes loisirs, par exemple, à des jeux multi-joueurs et gratuits sur le web. J'en parlais à mon mari ce matin, qui m'a dit que lui, c'était voisin : il joue beaucoup (et seul) aux jeux FPS (des jeux de garçon lol) avec des cheat codes, pour pouvoir régulièrement éprouver la jouissance du "J'ai gagné". Moi, il me suffit de ressentir "Je suis la meilleure, je vais gagner" et en réalité, peu importe si je gagne ou pas, j'ai la récompense pendant le jeu; Mon chéri lui, il n'a la récompense qu'à la fin.

Bref, tout ça pour dire que c'est du jeu réconfort, et que tant que ça ne nous empêche pas de vivre nos choix de vie, c'est pas plus embêtant que les 2 tagadas quotidiens que mon mari s'offre, et qui n'ont aucune influence sur son poids. Quand par contre, cette addiction au jeu "pour se sentir enfin bien" est une activité à temps plein qui vous fait rater votre toilette, ou le boulot, voire votre nuit de sommeil... bien sûr, on est dans l'optique : la solution devient LE problème, et n'en est donc pas une.

Bon, je sens que je suis légèrement hors sujet, et que je re-vante les mérites du bouquin "Le piège du bonheur" que je lis avec délectation.

Disons que je suis d'accord avec Rikki : je me mets des jalons intermédiaires pour que la tâche m'apparaisse abordable d'une part, parce que ça me sort d'un sentiment d'échec d'autre part.

Maintenant, chère Noelle, si tu ressens "J'ai encore raté", nous aussi, sans arrêt, comme tout le monde. Après, pour moi, c'est salutaire au moment où je ressens cela, et que j'ai un truc à faire et que cette pensée ne m'aide pas à agir, d'imaginer une affiche de film "LE RETOUR DE LA LOSE" avec mon portrait en gros quand je suis bien moche, "starring SYLVIE" . Ca m'aide énormément; En fait, le centre du sujet n'est pas tant "nos émotions sont-elles positives ou négatives, légitimes ou fausses, mais : Quelles que soient nos émotions, laissons-les vivre pour ensuite mieux DEFUSIONNER et apprenons à faire notre marché avec elles : style 'Tu m'es utile toi pour assumer mes choix de vie ? Non, bon, ben je te laisse où tu es, comme une histoire que je me raconte et qui continuera d'exister, que je m'en serve ou non. Tu m'es utile  ? Alors je me sers de toi pour agir."

Sorbet12.
Abonné

J'adore ce forum : enfin de vrais échanges avec des gens qui s'écoutent, se boostent les uns les autres avec bienveillance

vos réflexions et progressions sont très riches pour moi et m'aident (avec mon syndorme de la bonne élève à qui tout réussit sans effort)

merci à toutes et à Sylvie pour avoir lancé ce post

Ederl.
Ancien abonné

CouCou,

La balade en forêt s'annonce aventureuse, la clairière est quelque part dans nos têtes, la traversée des hémisphères ne va pas se faire toute seule.

Un autre espace, un autre temps, comparable à rien, mais qui existe bien en nous.

LC nous propose, nous disposons, nous emménageons, éclaircissons, non sans peine mais avec tout ce que notre espoir nous dit.

ils nous disent de grimper, on grimpe, ils nous disent de nous attacher, on s'attache, basé sur la confiance, l'écoute et la compréhension, peu de gens proposent des explications LC oui et c'est courageux.

Pour en revenir à des choses plus concrètes, j'ai donc acheté un super beau carnet de route reste plus que la balance qu'une copine doit me donner et voilà c'est repartis autrement en tout cas j'en suis toute excitée, encore un grand merci Sylvie !!! tu m'as donné une sacré idée à mettre à l'épreuve du temps.

Bonne nuit.

Isa24.
Abonné

Pour a part, je ne me fixe pas d'objectif poids car c'est juste un bon moyen pour engendrer des EME !

je suis plus dans un domaine de bien-être général : le fait de ré-aprendre à manger (sans être soit dans la restriction soit dans l'excès) participe déjà de manière importante de ce bien-être et en même temps me permet de retrouver du respect pour moi même : avant quand je me gavais je me dégoutais (genre : <<regarde toi grosse v...... tu te goinffre sans même apprécier ce que tu ingurgite>>), aujourd'hui quand je fais des excès ,comme je suis beaucoup plus dans la dégustation, je garde de moi une certaine image de "respectabilité".

Donc la statégie sur le long terme, pour moi, c'est plus dans la réapropriation d'une image positive que des objectifs chiffrés...

Se regarder dans une glace et pouvoir se dire "oui Ok t'es pas trop mal ce matin , ma vieille " c'est déjà une énorme marche de franchie !!!

izabelle
Animatrice forum

Coucou,

je n'avais pas vu cette discussion, faut dire que le forum est grand!

 

comme l'a dit Sylvie, ce n'est que récemment que j'ai pris conscience de mon envie de gagner, d'être la meilleure

et le fait d'en avoir conscience (et l'accepter) m'aide à ne plus laisser ce ressenti diriger ma vie

la "looseuse"  comme la "winneuse"  sont des états que l'on aura l'un après l'autre si on est un tant soit peu touché par cette problématique (ce n'est pas le cas de tout le monde)

le souci c'est quand les moments de "loose"   (ou le retour de la loose, magnifique titre dont je me resservirais à mon usage perso)  sont tellement insupportables qu'on va tout faire pour les éviter,  soit par des comportements  (manger?), soit en évitant de se confronter à n'importe quelle tâche où on serait susceptible d'échouer

on rétrécit son répertoire comportemental, et on déprime.....

franchement j'ai longtemps, longtemps fait cela.... et c'est pas la joie

 

Je crois qu'à partir du moment où l'on se rend compte que gagner est quelque chose qui nous procure beaucoup de plaisir, on prend déjà de la distance avec, ce n'est plus "indispensable", ça vient quand ça vient et on l'apprécie quand c'est le cas, mais on ne le laisse pas décider de notre vie, de ce qu'on va faire ou pas....

par exemple pendant des années je n'ai pas fait de guitare alors que j'en avais envie, mais bon mon frère joue tellement bien de la guitare, je serais forcément moins bonne que lui

il y a quelques mois j'ai décidé de m'y mettre par pur plaisir, pour moi,  cela m'oblige à me confronter à ce sentiment d'etre  "moins bonne" que d'autres, mais cela ne m'empêche plus de faire quelque chose qui me tient vraiment à coeur

Tout cela n'aurait pas été possible tant que mon envie d'être la meilleure demeurait totalement inconsciente, non-acceptée et non-assumée (ça ne se fait pas, vous comprenez....wink)

 

L'acceptation c'est vraiment une arme puissante de changement (même si ça parait paradoxal)

Haut de page 
X