Manger par ennui - 28072014

chrissie.
Abonné

Bonjour,

J'ai cherché sur le forum,je n'ai rien pas trouvé de réponses à mon petit souci.Il faut dire qu'il y a beaucoup de sujets abordée.

Voilà,mon principal problème est que je mange souvent par ennui.J'essaie de m'occuper l'esprit et les mains,mais ce n'est pas toujours évident.

Il est vrai que je devrais penser à faire de la  RPC ou penser à l'image refuge.Mais ce n'est pas encore un reflexe.Si vous avez d'autres solutions,je suis ouverte à toutes les suggestions.

Merci et bonne fin de journée à toutes.

Commentaires

Pascaline.
Abonné
Le forum, film sur l'ordi pendant que je range, Google, rpc comme on peux, parler au téléphone, marche... Un truc pas bien c'est que je m'arrache les quelques poils sur les jambes avec une pince à épiler. Ça m'occupe et ça me calme. Avec ma fille on a fait de la mosaïque aujourd'hui. Lego à construire peut être sympa. Apprendre un instrument? Boire plein de cafés...un bon bain...lire...rêver Qu'aimes tu faire? Bisou Xx
Chléa.
Abonné

Je me suis aperçue que je mangeai aussi par ennui .

Et je me suis aperçue, très surprise, que je ne mangeais plus par ennui .C'était 1 ou 2 mois avant mon incription LC

Cette prise de concience a eu lieu alors que, par la force des choses ( arret de travail et immobilité forcée ) j'ai été mise face à moi même.

Ce face à face, jusque là, je l'évitais et tout était bon pour ça ; des que j'étais désoeuvrée, et non entourée, je m'ennuyais et je mangeais.Je pouvais y passer un temps colossal ! Et en plus manger, c'était une "activité" : au moins pendant ce temps là, je " faisais" quelque chose

Au début de mon immobilité forcée- que je n'acceptais pas du tout - je mangeais . Quand j'ai enfin compris , et accepté, que cette immobilisation c'était ce que mon corps avait trouvé de mieux pour me dire " stop", j' ai , sans m'en apercevoir vraiment, cessé de manger par ennui .

J'ai enfin compris que c'est AVEC MOI  que je m'ennuyais.

J'ai accepté ce que je suis, mes faiblesses, mes besoins, mon coté sauvage ( et LC m'y a aidée ) 

Je n'ai plus besoin aujourd'hui d'etre entourée tout le temps, de faire tout le temps des choses; j'ai besoin et envie d'etre seule avec moi, parfois,..souvent ..et je ne m'ennuie plus jamais.J'ai été tres agréablement surprise de faire ce constat car avant, l'ennui était pour moi un vrai problème.

Pourtant, depuis 6 mois, mes journées ne sont pas tres remplies .Mais j'en ai profité pour partir à la découverte de moi même et j'aime beaucoup avoir du temps pour ça

Même si,  vu de l'extérieur, je n'en fais rien de ce temps ; moi je sais que j'utilise ce temps pour moi et ça me plait bien 

Tout ça pour dire que j'ai la sensation ( mais c'est peut'etre pas la même chose pour tout le monde, je ne sais pas )  que quand nous mangeons par ennui, c'est par ennui de nous même. et que pour que ce processus s'arrete, il faut parvenir à accepter qui on est, à s'accepter et à s'aimer , au moins un peu . 

On en revient toujours au même ...

Pascaline.
Abonné
Merci Chlea pour cette révélation. Être avec soi même. Aimer être avec soi même. Je me sens de mieux en mieux avec moi même surtout avec mes défauts. Ça n'a pas toujours été le cas. Xx
zazatissier.
Abonné

j'ai le même problème, combler le vide par la nourriture........ Pour m'occuper je lis un livre, fais des activité manuelles ou du rangement

maximette.
Abonné
Bon alors ma solution , qui n'est pas beaucoup mieux car je deviens addictt ,c'est de jouer sur la tablette ! Je ne le faisais pas pour ça a la base mais je me suis rendu compte que depuis je fais ces jeux ( candy blast et autres ...) je ne grignote plus ! Mais du coup , je n'ai pas ces temps avec moi même , j'ai sans arrêt l'esprit accaparé et je ne fais pas de "vraies" pauses , il y a toujours un stimuli ...même qd je regarde un film ! Ce qui exaspère mon mari me semble t-il !! Mais bon , pendant ce temps , pas de bonbons ou de gâteaux apéro ...
chrissie.
Abonné

Merci pour vos réponses?

En fait,je crois ,Chléa,que tu as raison,je m'ennuie avec moi meme.Je crois que mon problème est là et du coup la solution aussi.Je epnse qu'il faut que je travaille là dessus.Le tout est d'y arriver etd'apprendre à m'accepter et à m'aimer.Et ça c'est pas gegner,vu mon éducation.Car on m'a appris que ce n'était pas bien de s'aimer,que c'était égoiste.(merci mémé!)Ce qui est contradictoire avec ce qui est dit dans la bible d'ailleurs.3Aime ton prochain comme toi meme."Mais bon,je vais travailler là dessus.

A bientot

Bliss.
Abonné
Pour moi "l'ennui" est de l'ordre des EME, ça provoque des émotions désagréables et je recherche du réconfort dans un thé au lait, un biscuit etc. Cet "ennui" je le vois comme une fatigue de moi même, comme de retrouver quelquechose de trop connu qui me lasse et dont je ne sais que faire. Régulièrement donc je m'occupe, ranger, faire un truc lire etc...mais parfois ça ne masque que l'ennui et en fait il est toujours là c'est un peu une fuite. D'ailleurs hier soir le livre me barbait la série ne me disait rien, la musique non plus et sortir encore moins. Mon mari avait mal au dos alors je me suis retrouvée à lui faire un massage et c'était très sympa. Dans ces cas là j'essaie d'en apprendre plus sur moi, de voir ce qui se passe vraiment. Est ce un manque de choses intéressantes dans ma vie? une envie de plus de liens sociaux? pour moi derrière cet ennui il y a autre chose et aller le chercher ou le laisser venir peut m'en apprendre plus sur moi. En fait je me mets à disposition des choses en moi qui ne demandent quà émerger et ca peut être un petit truc. En général c'est un moment ou la créativité demande à émerger et pas forcément peindre une toile ou écrire un livre mais rempoter une petite plante ou découvrir un aspect de soi même. Aujourd'hui après le repas j'ai eu cette sensation aussi et en fait en la laissant prendre toute la place et en l^écoutant j'ai vu derrière la fatigue et l'envie de me reposer en journée ce que je fais peu et hop petite sieste et en me réveillant j'ai entrepris des choses. Parfois simplement je reste là je regarde par la fenêtre, un souvenir passe, j'observe, j'écoute mon fils chanter. Je me dis que ces moments d'ennui sont riches de trésors cachés. C'est comme un petit répit avant une jolie découverte. Et dans ces moments là si je les laisse émerger il y a aussi des souvenirs douloureux qui peuvent me visiter sans drame. Par ex hier juste je constatais que très souvent dans ma vie je m'étais plainte et que cela occupait beaucoup de temps. OU je repensais à tous les régimes absurdes les collections de magazines sur le sujet et je me disais avec indulgence que voilà c'était comme cela et maintenant je peux explorer d'autres choses. Cet "ennui" dans le sens d'un vide cache un "plein " de découvertes.
lylyoz
Marraine

Bonjour,

 

Difficile de se confronter à l'ennui...

Monsieur Apfeldorfer (je le vois parfois en session à son cabinet) m'a parlé d'une image qui a été déterminante pour moi, il m'a dit:" c'est comme lorsque vous avez envie de vous gratter, c'est désagréable mais si vous ne le faites pas, à un moment cette envie disparaitra." J'ai choisi de commencer par cette histoire de grattement, histoire de vérifier s'il disait vrai...
Après avoir vérifier donc la véracité de ses propos, jj'y ai été, bon gré mal gré, histoire de voir ce que ça faisait dans mon corps, comment je le notais, quelles pensées je pouvais avoir.
Pour les pensées, désormais  soit je les notes (lorsque j'ai un stylo et une feuille sous la main) histoire que je les laisse s'exprimer sans me les approrier et brûle le papier ou les gomme (actes symboliques) pour ne pas les faire mienne soit je les laisse passer sans m'y attarder.
 
Ou alors quand vient le moment où je me dis  que je m'ennuie, il se passe une fraction de seconde quant au choix de ce que je vais pouvoir faire de cet ennui. Je regarde les options qui s'offrent à moi (manger, je connais mais ça ne me satisfait pas vraiment car après l'ennui viendra la culpabilité. Une fois cette option écartée je vais donc voir comment ça se traduit dans mon corps, généralement un sentiment un peu diffus, une légère pression dans la gorge ou une légère pression sur le plexus. Je ferme les yeux un moment sans chercher à surjouer avec ma respiration, je leur laisse de l'espace tout simplement. Et à un moment ça passe. Finalement c'est comme si je m'étais occupé de cet ennui et satisfait il me laisse un sentiment qui n'est plus désagréable. 
 

Voilà mon humble témoignage.

Courage, on est au bon endroit pour ne plus se laisser bouffer!

 

Le mot de la fin: Step by step

Magalie

 

surmonchemin.
Abonné

Pour ma part, je vis un peu la même expérience que Chléa. Jusqu'à la fin de l'année dernière, je ne supportais pas l'ennui, une journée entière sans voir personne me faisait déprimer et du coup je bossais comme une tarée + plein d'activités autour + des sorties entre amis + je bossais + je bossais + je bossais = pas une case de libre dans mon agenda (surtout pas !).

Et au final, burn-out en fin d'année dernière, et plusieurs mois d'arrêt de travail. J'ai très mal vécu le fait d'être arrêtée : sentiment d'échec, d'être mise au banc, écartée du jeu, difficultés à faire les choses les plus simples, et puis l'Ennui ! J'avais rêvé d'avoir du temps pour moi et d'un seul coup, j'en ai beaucoup trop, qu'est-ce que je vais en faire ??? Sensation de vide vertigineux (et un certain nombre de kilos en plus, aussi, bien sûr).

Les différents médecins que j'ai pu voir m'ont à peu près tous dit la même chose : qu'il fallait que j'utilise ce temps libre pour apprendre à m'occuper de moi (personne ne le fera à ma place) et pour me (re)trouver aussi. Très concrètement, je n'avais aucune idée de comment on faisait çà, et jamais de réponse claire quand je posais la question, puisque la réponse devait venir de moi. Alors j'ai essayé comme j'ai pu et quand je trouvais le courage, je tentais d'avoir des petites activités de temps en temps. J'avais l'impression de qqch de très artificiel, de remplir des créneaux d'agenda parce qu'on me disais de le faire mais sans plus. Et puis je me suis mise à la méditation et la rpc aussi, parce qu'on me le conseillait et que je n'avais pas grand-chose de mieux à faire. Très artificiel aussi je trouvais, au début. Et puis la psy, et puis toutes les idées que j'ai eu pour m'occuper de moi (reprendre la piscine, refaire ma garde-robe, découvrir la sophro...).

Là-dedans, il y a des trucs qui ne m'ont pas parlé, et que j'ai lâché, et d'autres au contraire qui sont devenus moins artificiels et m'ont aidé soit à faire connaissance avec moi-même, soit à prendre soin de moi, soit tout simplement à exprimer ma créativité. Eux je les ai gardés comme des cadeaux précieux.

Et puis petit à petit la sensation d'ennui a disparu, mine de rien, sans trop que je m'en rende compte d'ailleurs. Je suis incapable de dire à quel moment j'ai commencé à ressentir les bienfaits de tout çà, mais le fait est là, je vais mieux, je me sens mieux avec moiet même sans rien faire, je ne m'ennuie plus. J'ai l'impression d'être beaucoup plus en contact avec moi-même, et plus je me connais, plus j'ai envie de me chouchouter et moins je m'ennuie. Tout ça me donne l'impression d'être plus "vivante" aujourd'hui, en m'écoutant, en étant au présent

Du coup, l'ennui ne me fait plus manger (j'ai encore pas mal d'EME, hein, mais ce n'est pas de l'ennui, c'est autre chose), et même que aujourd'hui, alors que j'ai passé la journée à me reposer de ma semaine un peu crevante, non seulement je ne me suis pas ennuyée, mais je n'ai pas mangé beaucoup et je n'ai fumé que 2 clopes (et ça, c'est cool ;-) )

Sinon, je me souviens aussi de ce post www.linecoaching.com/content/cest-quoi-ce-sentiment-de-vide qui donne plein de pistes intéressantes, avec aussi la réponse du dr.A

izabelle
Animatrice forum

vos réponses sont super intéressantes

pour ma part généralement je ne m'ennuie jamais

mais ça peut arriver, genre le samedi après-midi, après le travail, quand je me dis  "j'ai ENFIN  une à deux heures à moi"

pof.... le vide, je m'ennuie et en plus je suis trop nulle de n'avoir envie de rien faire alors que "pour une fois"  j'ai le temps!!!!!     j'ai envie de manger

finalement, pour moi l'ennui ne vient que lorsque je suis en lutte avec ce que je ressens,  que des ressentis pénibles remontent et que je cherche à les éviter

à partir du moment où j'arrête de lutter, par exemple que j'accepte le ressenti de solitude ou de nullitude,  eh bien ça y est   je ne m'ennuie plus car je suis présente à moi-même

je trouve soudain une activité motivante sans même réfléchir

mais tant que je suis en lutte contre moi-même, rien ne trouve grâce à mes yeux

Haut de page 
X