Mes enfants profitent de la méthode - le 07/07/2011

nadinem.
Abonné

Bonjour,

 

Avez-vous essayé de faire profiter de la méthode à votre entourage ? En ce qui me concerne, démarrer le programme alors que ma famille mange "normalement" a été une grosse difficulté pour moi. Comment expliquer aux enfants que je laisse des aliments dans mon assiette alors qu'habituellement, on leur inculque de finir la leur ?

Donc, petit décalage...Du coup, quand ils ont vu ma nouvelle façon d'appréhender les repas, j'ai décidé de leur faire partager mon expérience. Après, tout, ça n'a rien à voir avec les régimes. Il s'agit de quelque chose de sain et sans risques. On a donc fait des séances très amusantes de dégustation. Chacun devait goûter un aliment les yeux fermés. On devinait sa nature, on décrivait les arômes, les sensations de sucré, salé...Voilà, et je me suis sentie beaucoup moins seule !

Vous avez essayé vous aussi ?

Commentaires

stridline.
Abonné

Peut-être qu'il est aussi temps de dire à tes enfants qu'ils ont le droit de ne pas finir leur assiette. s'ils n'ont plus faim de ce plat, sans que ca les empeche de prendre un dessert ensuite ...

erin94.
Abonné

Bonne idee cette degustation en famille

 

ici j'essaye d'inculquer le fait de manger len-te- ment à mon fils, donc d'apprécier, savourer ... mais c'est dur !

katy1308
Abonné

Eh bien moi je commence ce soir, on a plus a finir les assiettes, cela va m eviter bien des disputes (en plus ils ne finissaient pas de toute facon). Voila donc ce sont les enfants qui vont etre content.

satinka.
Abonné

très interessant nadinem ta dégustation en famille.

chez nous nous n'avons pas tous des problèmes de poids,les hommes sont minces,les femmes sont rondes,mais le jeu peut amuser tout le monde.

pour les assiettes,on a mis en place la chose suivante,on se sert peu et on se ressert si on a envie-besoin,comme cela on n'a pas besoin de dire aux enfants de finir leurs assiettes si ils n'ont plus faim.

Yume.
Abonné

Je n'ai pas d'enfants mais.. avant de leur dire qu'ils peuvent ne pas finir leur assiette, il y a tout le processus à leur expliquer, non ? (La dégustation, le plaisir, sentir la faim / la satiété, ..)

nadinem.
Abonné

Oui, c'est évident. Il faut les mettre au courant de notre programme et leur expliquer pourquoi et comment on le fait.

gribouille.
Abonné

Bonjour !

La plupart des enfants ont un comportement normal vis a vis de la nourriture. Ils n'ont pas besoin de ré-apprendre ni la sensation de faim, ni la satiété, ni le plaisir.... Ils connaissent tout ça sans même le savoir.

Enfant, j'ai du finir mon assiette, mon pain et mon verre d'eau avant de sortir de table et maintenant j'ai beaucoup de mal a aller contre ces principes. Adulte, accro aux régimes j'ai appris à manger sans faim (ne jamais sauter de repas), sans saveur (vive les yaourths à 0% et la cuisson vapeur), sans plaisir et sans respecter mes envies (non pas de chocolat c'est interdit). Et maintenant je dois tout ré-apprendre.

C'est à nous parents d'y être attentifs. Ce qui, bien sur n'empeche en aucun cas de leur expliquer ce que nous faisons et pourquoi. Mais si vous les observez, vous verrez qu'ils appliquent cette méthode naturellement. Nous devons respecter leur faim et leurs envies, qu'ils soient moins conditionné que nous.

Bonne journée à tous !

hemipresente.
Abonné

[quote=gribouille]

Bonjour !

La plupart des enfants ont un comportement normal vis a vis de la nourriture. Ils n'ont pas besoin de ré-apprendre ni la sensation de faim, ni la satiété, ni le plaisir.... Ils connaissent tout ça sans même le savoir.

Enfant, j'ai du finir mon assiette, mon pain et mon verre d'eau avant de sortir de table et maintenant j'ai beaucoup de mal a aller contre ces principes. Adulte, accro aux régimes j'ai appris à manger sans faim (ne jamais sauter de repas), sans saveur (vive les yaourths à 0% et la cuisson vapeur), sans plaisir et sans respecter mes envies (non pas de chocolat c'est interdit). Et maintenant je dois tout ré-apprendre.

C'est à nous parents d'y être attentifs. Ce qui, bien sur n'empeche en aucun cas de leur expliquer ce que nous faisons et pourquoi. Mais si vous les observez, vous verrez qu'ils appliquent cette méthode naturellement. Nous devons respecter leur faim et leurs envies, qu'ils soient moins conditionné que nous.

Bonne journée à tous !

[/quote]

 

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Les enfants s'autorégulent. Ils le font bien mieux que nous. Cependant, on est bien obligé de leur faire GOÛTER des aliments dont ils ne veulent pas, sinon comment apprendront-ils plus tard à savoir de quoi leur corps a besoin ?

La méthode Linecoaching pose bien des questions, j'espère qu'elle apportera bien des réponses.

claire.
Abonné

Je suis d'accord, les enfant ont des comportements naturellement regulés....mais tout de meme, ils ne sont pas a l'abri de rderapages de leurs envies qui debordent leurs besoin: goinfrages de bonbon, exces de nutella, etc...certes, je me refuse de les coincés dasn des tabous alimentaires mm si je veille bien sur à l'approvisionnement en ce genre d'aliment, mais combien de foisn après des gouters exessifs, un de mes fils ne peut plus manger à table. Bien sur je le laisse faire, en lui expliquant qu'il ressend la réponse à cet excès....puis tout a coup, en tres tardive fin de soirée, il a faim a nouveau et demande un morceau de pain. Tour ceci est tres logique, mais comment ne pas chercher à organiser cela mieux. C'est heureusement accidentel car je pense que naturellement il pourrait tomber dasn un mode grignotant, ce qui ne me parait d'abord pas gerable en famille et surtout pas tres equilibrant alimentairement et comportementalement.

Ce soucis est tres leger, je ne peux pas considerer qu'il y a des grignoatge chez moi, mais avec l'intitulé "vie de famille", je venais jeter un coup d'oeil ici dans l'espoir de trouver des reponses concernant les rituels de repas. En effet, des articles sur le site insisteent sur la necessité de manger à son heure, comment gère-t-on cela dasn une famille de trois enfants? Je suis devenue extemement fatiguée de ces repas familliaux ou toujours un monstre ne voudra pas manger ce qui est preparé, ou je mange a toute allure et de facon tres peu confortable car peu calme. Alors abandonner ce temps de repas pour manger plus tard? je ne m'y resoud pas car la soirée se resoudrai à enchainer les service, multiplier les preparations, les debarrassages et rester cantonnée a ces activités alimentaires....

Les vacances arrivent, en famille, elargie, avec des amies, alors? peut on reelement partir du prinicpe que si on a pas faim, on ne va pas au repas?

Edith.
Abonné

Je comprends bien ton soucis. Quand j'ai commencé la méthode, je ne mangeais quasiment à aucun repas puisque à chaque fois je n'avais pas faim à l'heure du repas familial. Au début, cela se passait très bien, je préparais pour eux et je les regardais manger en faisant autre chose. Et puis, au bout d'un bon mois, c'est devenu pénible. J'en ai parlé à ma thérapeute et du coup j'ai essayé de manger en même temps que le reste de la famille la plupart du temps (pas le matin, je n'ai aps faim et on déjeune pas tous en même temps). Je m'aperçois que si je ne me goinfre pas le midi, j'ai faim normalement le soir en même temps que tout le monde... En fait au bout d'un moment, on s'auto-régule. On mange moins mais régulièrement.

Vous ne trouvez pas ?

Et en fait, avant je n'avais pas toujours faim au moment des repas puisque j'avais des pulsions qui me poussaient à manger juste avant et donc une fois à table... plus faim !

CecB.
Ancien abonné

En fait Yume, je crois que la vraie question est : mais ...pourquoi leur dire de finir leur assiette ???

S'ils ne se sont pas servis tout seul, impossible de savoir si la part serive repond a leur faim exactement !

S'ils se sont servis tout seuls :  ils ont peut etre mal juge de leur faim a priori, et se rendent comptent en cours de route qu ils n ont plus faim...

Je me bagarre avec ma mere car je ne supporte plus d entendre "Vous n allez pas me laisser ca..." Je lui explique calmement, gentiment, qu on n est pas des poubelles, que le fait de manger trop n empechera pas que d autres meurrent de faim, et que elle qui aime tant sa famillet et veut le meilleur pour nous devrait nous aider a respecter nos senstations.... Le reflexe est tres ancre, donc je continue a le combattre, mais elle sait que  c est vrai et fait des efforts ;)

Lily.
Abonné

Oui, la plupart des enfants se régule naturellement (sauf s'ils subissent déjà des interdits, des consignes de restriction, etc... et ce n'est pas rare !). Donc je crois que nous parents devons bien sûr respecter leurs sensations de satiété (j'ai faim/j'ai plus faim) même quand c'est assez désagréable (toutes les mamans qui ont cuisiné des heures pour quelques bouchées à peine avalées me comprendront !); et surtout leur apprendre le plaisir de bien manger : ce qu'est la qualité d'un aliment, la finesse du goût, la différence entre les saveurs... ce n'est pas toujours simple avec nos rythmes de vie, mais plus mes enfants grandissent, plus je me dis que c'est important !

anis.
Abonné

Discussion enfants et éducation ce midi : 5 mamans, 2 nullipares dont moi.

Chacune y va de son petit grain de sel sur les "ça c'est bien", "ça c'est mal". J'ai beau ne pas avoir d'enfants, je n'en pense toutefois pas moins !

Et là arrive LE sujet :

"Ma fille de 6 ans a refusé de se mettre à table l'autre soir, elle n'avait pas faim ! Pas de ça chez moi, je lui ai donc dit "si tu ne manges pas ton plat, tu n'auras pas de dessert" et bien elle est venue. Or de question qu'elle aille se coucher sans manger, marre de ces caprices, à 6 ans !".

S'en sont suivies des ovations des autres mamans et de mon regard navré ;-)

J'ai eu envie de lui dire "et alors ce n'est pas grave si elle n'a pas faim... Elle ne mourra pas de dénutrition en une nuit. C'est la meilleure façon que tu as de la fâcher avec la nourriture car non il n'y a pas de raison que ce ne soit qu'un caprice. Si toi tu n'as pas faim, tu vas te forcer ?...

Mais ce genre de commentaire de la part d'une petite jeunette qui n'y connait rien à l'éducation des enfants, ça ne serait pas passé.

Alors je me suis contentée d'arborer un sourire niais lorsqu'elle cherchait l'approbation de toutes.

(Bon évidemment d'autres facteurs peuvent entrer en compte et j'essaie autant que possible de ne pas juger ces situations ^^).

Bonne soirée à tous !!

masala.
Abonné

Bonjour, je réponds avec plus d'un an de retard, juste pour dire que je suis tout à fait d'accord et que je suis "tombée" sur cette méthode en chcerchant comment respecter l'autorégulation de mes enfants. Je teste donc personnellement afin d'en ressentir moi aussi les bienfaits et j'essaie le plus possible de laisser mes enfants libres de manger ce qu'ils veulent dans les quantités qu'ils veulent (en essayant de proposer des aliments sains et de la variété et en espérant qu'ils mangent au final effectivement de tout sur la semaine).

bonne continaution à vous.

 

Masala

mno05.
Abonné

Ben moi ça me fait franchement peur...

J'ai une fille que si j'écoute elle va manger que du sucré et puis plus rien... En gros elle va faire petit déj' - gouter et si je la laisse faire aux repas : dessert et pain...

Euh je fais comment là. Faut quand même bien qu'elle mange des légumes et des proéines non ???

Tulipe nl.
Abonné

Je relance ce poste car ça me préoccupe aussi beaucoup (trop?).

J'ai 2 petits de 4 et 6 ans et j'ai fait partie de ces mamans il y a deux ans qui, très fièrement, annonçait que mes enfants mangeaient de tout et finissaient leurs assiettes. Après une période rebelle où il refusait tout ce qui ressemblait à des légumes, mon fils a passé quelques séjours sur les marches "pour réfléchir" (ouais, bon... c'est la punition mais on n'a plus le droit de dire ça comme ça ;-) ) et depuis tout va bien, il goute, mange, et fini son assiette. La plus jeune suis à peu près les même principes... Oh !Ah ! Bravo !! Pffff ...

Et puis un jour il y a eu LC ! Et j'ai regardé les enfants, leur façon de manger, de se forcer (plus ou moins) discrètement à finir leur assiette, même s'ils n'ont vraiment pas envie et je me suis demandée si j'ai été trop dure, trop rigide...

Alors je me suis adaptée, assouplie : les portions que je sers sont moins grandes, ils peuvent se resservir et ne sont plus obligés de finir, régulièrement, quand je vois que le rythme se ralenti, je leur rappelle qu'ils ont ce choix. Je leur demande (fermement si il le faut) de gouter attentivement au moins 2 ou 3 bouchées pour être certain (une seule ne suffit pas, je trouve, il faut passer le cap des préjugés et s'habituer aux textures et gouts) et souvent ils sont surpris de trouver bon le plat qu'ils n'avaient pas envie de gouter. Si ce n'est pas le cas, pas de soucis, je les remercie d'avoir fait l'effort et d'avoir gouté et on passe à autre chose. Jamais je ne propose une alternative, ils se rattraperont un autre fois sur les nutriments qu'ils ont manqués.

Une chose très importante pour moi : je fais en sorte que le gouter soit en quantité raisonnable et suffisament éloigné du repas pour qu'ils viennent à table en ayant faim ! Si ils réclament à manger une demi heure avant, je leur demande de patienter. Si ils ont déjà faim une heure ou plus avant, un cracker ou un bout de tomate ou concombre que je coupe pour le repas du soir, pour patienter sans inconfort.

Je n'ai pas encore rencontré d'enfant qui disait non à un bonbon, même n'ayant pas faim. Je pense que les sucrerie sont extremement séductrices et "brouillent" les signaux, causant aussi une forme d'addiction. Je n'ai pas laché le contrôle sur ce point. Je me demande si je suis en pleine restriction ou se j'utilise mon bon sens comme il faut. Mes enfants mangent des bonbons plusieurs fois pas semaine (pas d'interdit général) mais en quantité limité. et loin des repas (ou alors carrément en "dessert" si ils y pensent encore, ce qui est rare). Un ou deux chamalow suffisent, pas besoin du paquet...

J'ai un sentiment très double sur mes principes : je ne vois que cette solution de "contrôle" sur les sucreries et je suis contente que mes enfants ne viennent pas m'en réclamer à longueur de journée (à l'instar de certains de leurs copains), mais j'ai peur en même temps de me tromper et déjà de leur faire subir une restriction (dont je ne connais que trop bien les conséquences).

En écrivant tout ça je prends conscience de mon besoin de contrôle et je n'arrive pas à savoir si il est justifié ou pas ???!!! Y a-t il un docteur dans la salle ??? ( et en plus j'ai complètement dévié du sujet...)

mouton.
Abonné

J'ai quatre enfants. Je suis convaincue depuis longtemps que les enfants s'autoregulent donc je ne les ai jamais forcé à finir leur assiette et je les ressers quand ils m'en demandent plus.

Pour les sucreries, il n'y a quasiement pas à la maison sauf à Noel et surtout à Paques où il y en a des montagnes. Dans ces périodes, on remplace souvent le dessert par les chocolats et parfois aussi les gouters. Je les laisse en manger la quantité qu'ils veulent lors de ces desserts ou gouters mais au bout d'un jour ou deux ils mangent des quantités qui me semblent correctes.

Je ne force pas mes enfants à manger les aliments qui ne veulent pas. Ca fait toujours un choc quand subitement l'un d'entre eux ne veut plus manger quelquechose qu'il adorait mais je ne suis pas du tout convaincue que l'on obtient quoique ce soit de bon en forçant à manger un aliment. Donc certains de mes enfants sont très difficiles d'autres moins. Mon mari a tenté à certains moments de les forcer mais au final à part une athmosphere infame à table, ça n'a rien donné. Donc maintenant c'est plat unique, si on aime on mange sinon on ne mange pas mais on ne râle pas.

Courtepatte.
Abonné

[quote=mouton]

Mon mari a tenté à certains moments de les forcer mais au final à part une athmosphere infame à table, ça n'a rien donné. Donc maintenant c'est plat unique, si on aime on mange sinon on ne mange pas mais on ne râle pas.

[/quote]

J'adore ce principe "on ne mange pas mais on ne râle pas". Je vais l'adopter à la maison aussi, tiens! (j'ai un mari et un fils pour qui manger est tout sauf un plaisir - tout le contraire de moi!)

mouton.
Abonné

[quote=Courtepatte]

[quote=mouton]

Mon mari a tenté à certains moments de les forcer mais au final à part une athmosphere infame à table, ça n'a rien donné. Donc maintenant c'est plat unique, si on aime on mange sinon on ne mange pas mais on ne râle pas.

[/quote]

J'adore ce principe "on ne mange pas mais on ne râle pas". Je vais l'adopter à la maison aussi, tiens! (j'ai un mari et un fils pour qui manger est tout sauf un plaisir - tout le contraire de moi!)

[/quote]

mon ainé est un super raleur, quand il n'aime pas il le fait savoir à la terre entière! Mais petit à petit il commence à raler en silence cheeky

maligne.
Abonné

Il y a une solution toute simple: si mes enfants disent "je n'ai pas faim", ils ont quand même l'obligation de se mettre à table. L'assiette vide, pour nous accompagner et discuter avec nous, parce qu'au repas on se met à table, ne serait -ce pour discuter.

lorraine
Marraine

Bonjou,

Pou apporter ma pierre à l'édifice........

Tulipe écrit :

"Je n'ai pas encore rencontré d'enfant qui disait non à un bonbon, même n'ayant pas faim. Je pense que les sucrerie sont extremement séductrices et "brouillent" les signaux, causant aussi une forme d'addiction. Je n'ai pas laché le contrôle sur ce point. Je me demande si je suis en pleine restriction ou se j'utilise mon bon sens comme il faut. Mes enfants mangent des bonbons plusieurs fois pas semaine (pas d'interdit général) mais en quantité limité. et loin des repas (ou alors carrément en "dessert" si ils y pensent encore, ce qui est rare). Un ou deux chamalow suffisent, pas besoin du paquet...

J'ai un sentiment très double sur mes principes : je ne vois que cette solution de "contrôle" sur les sucreries et je suis contente que mes enfants ne viennent pas m'en réclamer à longueur de journée (à l'instar de certains de leurs copains), mais j'ai peur en même temps de me tromper et déjà de leur faire subir une restriction (dont je ne connais que trop bien les conséquences).

En écrivant tout ça je prends conscience de mon besoin de contrôle et je n'arrive pas à savoir si il est justifié ou pas ???!!! Y a-t il un docteur dans la salle ??? ( et en plus j'ai complètement dévié du sujet...)"

Bien sûr ma fille -10 ans 1/2  aime les bonbons et le chocolat.

Ces deniers temps, elle m'a suivie sur le chemin du chocolat, en manger un peu en fin de repas. Je suis agréablement suprise l'autre jour après quelques secondes de silence, elle l'a finalement décliné car pas plus envie que ça.

Depuis qu'elle est toute  petite on travaille sur cette notion de "avoir faim" et "avoir envie de manger". je suis bien contente qu'elle sache questionner ses sensations corporelles et différencier facilement ce qui est de la faim et ce qui est de l'EME.....

C'est une gamine goumande et gourmette qui aime manger mais pas excessivement  plutôt régulée. Elle est mince sans être filiforme.

Elle n'a donc pas de problème avec la nourriture comme sa mère , moâ ! wink

A ce sujet jai une anecdote.

C'était avant LineCoaching. De temps en temps, y avait dans un des  placard de la cuisine  des smarties, sucettes et autres dragibus ramenés pour elle  par les amis invités à la maison. Alors que ma fille les oubliait moi j'en faisais une obsession et me les engloutissait en douce  vite fait bien fait ! Le jour où elle y pensait et qu'elle voulait en manger y en avait plus  ! Affreux. Le drame, elle pleurant à chaudes larmes, moi terriblement  honteuse. Après quelques épisodes de ce genre, j'avais décidé de lui laisser ces bonbons lui disant à peu près ceci :" tu sais pour moi c'est difficile, je n'arrive pas  à pas les manger, toi tu n'as pas ce problème  je vais te les donner car toi tu arives à les manger doucement..." C'était y 5 ans de ça....

L'autre jour, y a un mois,  elle avait envie des bonbons "violette" qu'elle avait eu l'occasion de goûter à une fête d'anniversaire. J'ai dit " OK mais à condition que si je te le demnandetu m'en donnes un" tout ça dit avec beaucoup de légèreté le rire dans la voix....A ce jour, je n'ai pas encore trouvé le paquet vide dans la poubelle...

izabelle
Animatrice forum

la mienne (9 ans)   dit toujours non à un bonbon, elle n'a jamais aimé ça

cependant elle est gourmande et adore le chocolat

cela ne l'empêche aucunement parfois de ne pas prendre de dessert pendant plusieurs jours parce qu'elle n'en a pas envie (alors qu'elle adore le chocolat)

j'en ai conclu que c'est ça, la régulation....

parfois elle redemande du gâteau ou du chocolat et elle sait parfaitement me dire si c'est par faim ou par gourmandise

je veille à lui en donner même quand il s'agit de gourmandise, elle aura moins faim au repas suivant, voilà tout

pour elle, la gourmandise, c'est simplement de la gourmandise, de temps en temps, ce n'est pas un moyen d'évitement, du coup  la régulation naturelle n'est pas perturbé

 

ensuite le dr A en avait parlé, les enfants ne sont pas égaux devant les sensations alimentaires, et certains les ressentent plus que d'autres (je pense pour ma part je ne les ressentais pas bien) et ça serait d'origine génétique

et puis, des le plus jeune âge,  on peut déjà mettre en place des habitudes d'évitement émotionnel par la prise alimentaire, moi j'ai commencé vers 8-9 ans,  et je vois tous les jours des enfants et ados qui font de même...

dans ce cas là, pourquoi ne pas faire des séances de pleine conscience avec eux, notamment avec ce très bon livre d'Eline Smel "calme et attentif comme une grenouille"

 

pour mes règles éducatives concernant son alimentation, elles sont très simples :

- ne pas se couper l'appétit, si elle a très faim je préfère avancer l'heure du diner (on est très souple sur les horaires)

- goûter de tout, au moins 3-4 bouchées pour élargir son répertoire alimentaire

- s'arrêter quand on a plus faim, sauf par gourmandise occasionnelle ou repas sortant de l'ordinaire

 

à bientôt les mamans!

maggy.
Abonné

Maman de 3 enfants, j'ai lu tous les messages précédents avec beaucoup d'attention. Je commence à peine LC et le sujet m'intéresse pour mes enfants.

Mon 1er a 8 ans, je l'ai forcé à finir son assiette pendant des années... Bébé, je lui enfournais de force la cuillère dans la bouche pour l'obliger à manger quand il refusait... bref... le calvaire. Ma 2de a 6 ans, et ne s'est jamais laissée forcer! J'ai bien essayé de reproduire le gavage que je faisais à son frère, mais elle était plus forte que lui!! Et puis ça a coincidé avec la période où je m'intéressais à Zermati, et donc j'ai laché un peu de leste. Le p'tit 3e a 3 ans, et ne mange que ce qu'il veut depuis sa naissance!!

Je remarque des comportements très différents sur les 3, maintenant que j'observe tout ça avec un peu plus de recul.

Mon aîné est ultra gourmand, pense beaucoup à la nourriture et peut avoir un comportement "bestial" quand on lui propose un aliment qu'il aime, il peut se battre pour une crème au chocolat...

Ma fille peut dévorer un jour et picorer le lendemain. A mon sens, elle se régule parfaitement. Elle s'arrête quand elle n'a plus faim, elle ne saute pas comme une furie sur du sucré, et elle prend vraiment le temps de savourer ce qu'elle mange (j'ai parfois le réflexe de la presser de finir de manger.. c'est idiot, je m'en rends compte).

Mon dernier adore le sucre, les olives, le fromage, mais n'ira pas plus loin que sa faim. il ne vient à table que quand il est décidé (s'il est occupé à autre chose, il ne ressent pas sa faim, je pense, et il lui faut un moment pour passer d'une activité à une autre). Et ce qui me fait penser qu'il a un comportement sain avec la nourriture, c'est qu'en dépit de sa gourmandise et de sa capacié à se "baffrer" par moment, il partage largement ses bonbons avec les autres. Il a donc compris que la nourriture est un plaisir encore meilleur quand il est partagé.

En définitive, je pense que je me suis plantée sur l'aîné. Du coup, j'essaie de lui ré-apprendre à attendre d'avoir faim avant de manger. Je lui dis de se poser la question, avant de prendre un 2e gateau, pour être sûr qu'il a encore faim. Mais ce n'est pas facile...

Mes 3 enfants sont grands et minces.. donc je ne me prends pas la tête sur leur poids. Je voudrais juste être sûre qu'ils ne partent pas dans la vie avec le même handicap que moi... c'est un motif de pression pour moi, mais j'me soigne : je suis ici :-D

Si vous êtes choqués par ce que vous lisez ci-dessus, dites-le moi!! Je suis peut-être complètement à côté de mes pompes!!

Savi.
Abonné

Rien de choquant dans ce que je viens de lire, Maggy!

Avant de découvrir la méthode (sur le blog "Pensées de ronde", un petit bijou, une gourmandise au quotidien), j'avais aussi tendance à forcer mes enfants à terminer leurs assiettes, à manger des choses sans plaisir parce qu'ils n'aimaient pas, à leur refuser un dessert parce qu'ils avaient laissé une partie de leur repas, etc.

En même temps, quelque-part au fond de moi, il y avait la terreur que mes enfants deviennent gros et en souffrent comme moi. Ma fille d'ailleurs a été qualifiée en surpoids jusqu'à ses 6 ans ... Alors qu'elle était tout simplement encore pleine des jolies rondeurs de la petite enfance ... car aujourd'hui, elle est mince, et a un appétit d'oiseau que je ne contrarie plus. Si elle a envie de cuisiner un gâteau, je la laisse faire, même si c'est deux fois sur le weekend. Je sais qu'ensuite, elle dégustera plutôt que s'empiffrer. Elle régule bien sa faim et je l'admire pour cela. Mon fils, lui, est dans une phase appétit d'ogre car il grandit à la vitesse grand V! Je ne contrarie plus non plus ...

Nous profitons tous de cet apaisement, puisque c'était surtout moi qui était à l'origine des messages contraignants liés à la nourriture.

Et ça fait du bien!

Je me retrouve en partie dans ce que tu écris, Maggy, et je ne considère pas être à côté de mes pompes, donc, par transitivité, tu ne l'es pas non plus à mes yeux ;-)

Tepacap.
Abonné

Je trouve ça beau que vos enfants puissent profiter de cette methode.

Je rêverrai de pouvoirme réguler toute seule comme une grande comme vos enfants...

Courtepatte.
Abonné

Super, j'ai vraiment bien aimé ton témoignage, et j'essaie de faire pareil avec mon gamin (6 ans). Lui et son père sont tous deux de merveilleux mangeurs régulés, et j'essaie de les prendre comme modèles!

Donc, non, pas du tout choquée, mais très intéressée, merci!

maggy.
Abonné

@Savi, merci de ton message, qui me réconforte! (je suis aussi une grande fan de Pensée de Ronde depuis fort longtemps!)

@Tepacap, on est là pour apprendre à retrouver cette régulation naturelle de l'enfance, n'est-ce pas... j'en suis au même point que toi, cela me laisse rêveuse. Mais on peut y arriver!! Faisons nous confiance!

@Courtepatte bonne chance!

mno05.
Abonné

Moi ce sujet me fait flipper...

 

J'ai trois loulouttes. Ma devise c'était tu n'as pas faim pour des légumes tu n'auras rien d'autre...

Depuis que je fais linecoaching, j'ai laché un peu de lest mais il y a des choses qui me paraissent inconcevable comme le fait d'accepter qu'elles ne touchent pas du tout aux légumes our après prendre 4 fois du fromage te 2 desserts... Qu'elles ne finissent pas forcément ok mais de là à les laisser manger ce qu'elles veulent quand elles veulent ça j'ai du mal aussi.

Alors on continue à passer à table en famille et c'est elles qui décient de la quantité dans leur assiette. Je veux qu'elle goutent à tout et qu'elle mange quand même un peu de tout avant de zappé (grand mal de notre génération). Je limite très fortement les bonbons...

Je me prends pas mal la tête sur ce sujet qui est assez casse tête pour moi mais bon je me soigne aussi ;-)

izabelle
Animatrice forum

eh bien mno05 je crois que ce que tu fais est tout à fait bien!!!!

c'est l'éducation, tout simplement

chacun a ses normes éducatives, l'important est simplement de ne pas forcer à un enfant à manger s'il n'a pas faim  ou à finir son assiette car chacun peut avoir un appétit différent

goûter... c'est l'essentiel...   pour les légumes,   et peu à peu ils finissent par apprendre à aimer

et ne pas se nourrir que de choses sucrées, pour moi ça me semble aussi essentiel

les aider éventuellemtn à repérer leurs sensations alimentaires : faim - satiété

je dois dire que depuis que je fais LC, ma fille très souvent ne prend plus de dessert parce qu'elle n'a plus faim, j'ai l'impression qu'elle est plus connectée à son corps qu'avant

de toute façon le mieux c'est encore l'exemple  et surtout ne pas se stresser là-dessus

didil.
Abonné

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt ces diverses façon d'appréhender la question des repas avec les enfants. Mes 3 garçons sont maintenant adultes et, comme leur père, n'ont aucun problème avec la nourriture ou leur poids.

J'ai toujours su que dans la famille j'étais la seule à avoir ce problème. Cela remonte bien sûr à mon enfance et je ne voulais en aucun cas transmettre à mes enfants ce que je considérais comme un handicap. J'avais des souvenirs trop douloureux des repas, petite fille, où mes parents (ma mère en particulier) m'obligeaient à manger de tout quand la moindre bouchée me donnait des haut-le-coeur, et où je devais rester des heures durant devant cette assiette pleine, refroidie, pour tenter d'en avaler le contenu, sans parler du gavage, pour ne pas chercher à éviter une telle souffrance à mes enfants. Du coup, j'ai été très compréhensive au cours des repas : petits, je ne leur en mettais jamais beaucoup dans l'assiette et s'ils ne finissaient pas, ce n'était pas un drame, s'il en revoulaient, ils pouvaient se resservir. S'ils n'aimaient pas le plat du jour et que je savais que l'un n'aimerait pas, il avait droit à autre chose (reste de la veille qu'il faudrait de toute façon manger ou autre chose de vite préparé), si leur refus de manger le repas du jour était nouveau ou occasionnel, ils pouvaient se rattraper sur la suite (sauf jour de fete, jamais de dessert chez nous, uniquement des fruits).

Je n'ai jamais acheté de boissons sucrées ni de bonbons. Si on leur en offrait, ils les mangeaient, chacun selon son rythme et à partir de l'adolescence, je me suis aperçue qu'ils n'y touchaient même plus.

Pour avoir la paix pendant les longs voyages en voiture (à 3 sur un siège arrière de voiture, bonjour les bagarres !), dès leur plus jeune âge, je leur donnais à chacun un petit budget (l'équivalent d'un sandwich-boission-dessert) et nous allions acheter tout ce qu'ils voulaient qui entrait dans le budget pour le voyage. Je vous laisse imaginer le bilan calorique et diététique, mais cela transformait le voyage pénible en véritable fête qui se préparait ensemble à l'avance... et le voyage était beaucoup plus calme !

Depuis que mes problèmes de poids ont recommencé il y a 7 ans, ce sont mes fils qui se désolent de voir mes difficultés par rapport à mon comportement alimentaire.

Fleur de Lys.
Abonné

Ce soir , j'essaie et dès demain , je vous fait le compte rendu.

Le plus dur , ce n'est pas de le mettre en place, mais de s'y tenir tous les jours : et tenir dans la durée.

Vous , comment vous faites?

mno05.
Abonné

Ici c'est ma deuxième expérience de linecoaching et mes enfants sont ravis!

En effet j'ai repris les bonnes habitudes pour elles aussi : elles n'ont pas faim elles ne sont pas obligées de manger, je les sers en petites quantités et si elles veulent en reprendre pas de soucis. Elles doivent gouter de tout mais on le droit d'être attiré plus par cela ou cela... je force mon mari et sa famille a accepter qu'elles ne finissent pas l'assiette monstrueuse qu'ils peuvent leur servir... bref... je leur demande aussi si elles ont faim avant de manger ou de se resservir.

 

La dernière fois on a même fait de la dégustation ensemble c'était rigolo de les faire sentir décrire leur aliment avant de le macher et de l'avaler et de dire ce qu'on en pense...

Rigolo et instructif donc à refaire!

Witchia.
Abonné

Je trouve ça très bien tout ce que vous dites.

Les miens sont encore jeunes pour faire les choses bien mais je ne les oblige pas à finir leur assiette. Ma mère ne le faisait pas avec moi et je trouve que c'est la base !!

J'essaie de les obliger à au moins goûter, ne serait-ce que prendre une bouchée. Ca arrive d'ailleurs souvent que mon aîné refuse puis au bout d'un moment il accepte (on lui dit que s'il le goûte il peut sortir de table), il sort de table puis il revient pour continuer à manger :D il s'est rendu compte que ce n'était pas si mauvais.

Mon aîné de 3 ans et demi mange LENTEMENT mais alors lentement c'est de la folie. Il met une vraie heure à manger et sans finir son assiette. Et ceci quelque soit le repas, les haricots verts comme les frites. Il a toujours été comme ça. il observe la nourriture, joue un peu avec, discute, regarde autour et picore lentement sa nourriture.Je trouve ça très bien. Mais actuellement il ne mange pas à la cantine mais l'année prochaine il y amangera et je suis inquiète. J'ai peur qu'ils lui cassent cette bonne habitude de prendre son temps et savourer ce qu'il mange puisqu'ils ont des contraintes horaires. Je précise qu'il a un poids stable normal.

pupucevert.
Abonné

coucou a tous

 

moi je viens sur ce post car ma fille de 7 ans 1/2 mange par compulsion par moments

je me sens perdue

la pediatre me dit qu'elle a repris du poids et d'etre vigilant

 

c'est vrai c'est une bonne mangeuse gourmande

 

elle ne sait pas qd s'arreter

l'autre jour elle avait mal au ventre apres un repas, je lui ai demande pourquoi et elle m'a dit "papa ne m'a pas dit stop alors je pensais que je pouvais continuer!"

la sensation de satiété a été perdue...

c'est dur

je me sens tiraillée avec la pediatre

ma fille est suivie par une diet tres sympa, mais elle espere etrez dans un IMC "la route imagée" correct et "etre sur la route"

mais elle sera decue si elle ne l'est pas

 

perso je ne la trouve pas grosse lol

 

elle se defoule pourtant endurance a l'ecole 2 fois par semaine et piscine le samedi matin ;)

 

je ne sais pas trop que faire

 

vu ce qu'elle mange avec nous,soit elle pique a manger soit je ne sais pas..

les bilans sangs sont ok

 

a suivre!!

izabelle
Animatrice forum

je te conseille de retravailler avec elle cette histoire de satiété

pour ça, faut vraiment qu'elle sache qu'elle pourra reprendre de l'aliment  plus tard, un autre jour, quand elle veut

si ma fille a trop mangé à un repas, je lui dis que ce n'est pas grave,  mais constater qu'au niveau du ventre c'est inconfortable,  et que du coup elle risque de ne pas avoir faim au repas suivant (mais que ce n'est aps grave, pas pratique, mais pas grave)

c'est important de dédramatiser pour permettre à l'enfant d'intégrer peu à peu  que s'arrêter à satiété est finalement plus agréable

 

donc maintenant quand elle veut manger plus que d'habitude, je lui demande si c'est par faim ou gourmandise, ce qui lui permet de s'interroger,  en elle-même,  sachant qu'elle pourra en reprendre de toute façon,  mais si c'est par gourmandise, elle peut prendre une cuillère ou deux,  et si c'est par faim,  elle peut prendre selon sa faim

pour ma fille cela fonctionne bien, la gourmandise n'est pas mal ni interdite, mais dans ce cas on prend peu et on déguste pour satisfaire sa gourmandise

 

par contre   ta fille a peut-être déjà des émotions qu'elle essaie de calmer en mangeant (ce n'est pas le cas de la mienne)

pour ma part, c'est à partir de 7 ans que j'ai commencé à vouloir calmer mes émotions en mangeant

dans ce cas, ça serait bien qu'elle puisse s'exprimer sur ce qu'elle ressent

un petit suivi psy peut aussi être utile, pour aider à s'exprimer, à se ressentir

pinklila.
Abonné

je trouve ce fil très intéressant moi aussi

 

pour ma part j'ai 2 enfants (4 ans et demi et 18 mois) et je suis épatée par leur régulation, y compris les aliments gras et sucrés

ma fille peut me réclamer une barre Kinder, une tartine de Nutella, du chocolat, et en laisser 1/10e en disant qu'elle n'a plus faim; une fois elle m'a même dit "beurk, elle n'a plus bon goût cette tartine de nutella!" waouhh!

pas de souci à jeter pour elle non plus car elle sait qu'elle pourra en avoir plus tard si envie

il y a de tout chez nous (bonbons, qui périment dans leur coin, chocolat, biscuits salés et sucrés, etc), pas particulièrement d'aliments tabous, et ce n'est pas pour autant qu'elle exagère.

je ne l'ai jamais forcée à finir, de toute façon c'est impossible, et je réalise bien qu'elle écoute vraiment son appétit (elle mange peu, que ce soit ce qu'elle adore ou ce qu'elle aime moins); elle a un poids normal, c'est un petit gabarit (pas grande) et elle mange selon ses besoins; elle a été allaitée 17 mois et a toujours mangé selon des besoins puisque je n'avais pas de contrôle (les "vrais" aliments ne l'ont intéressée que très tard > 12 mois)

 

mon fils de 18 mois est très gourmand ( a très tôt été attiré par les vrais aliments lui par contre) et j'essaie de le laisser se réguler seul, j'évite de lui dire que c'est le dernier carré de chocolat (pour ne pas l'inciter à en manger plus avant "la disette") même si parfois je me dis que 3 carrés à son âge....

ce qui me rassure c'est qu'il peut aussi s'arrêter au milieu d'un carré par exemple (et aller le mettre lui même à la poubelle!)

 

je ne tolère pas non plus les discours restrictifs en famille, notamment lorsque ma BM (anorexique, tient un discours anti-gros en permanence, "ils ne devraient même pas avoir droit à la sécu, toutes les pathologies qui découlent de leur inconscience alimentaire, ils n'ont qu'à les assumer!" pour vous donner un échantillon) fait des remarques sur tous les plats qui passent, sur le contenu des assiettes des enfants, etc; idem sur le poids des enfants ( ma fille a toujours été fine et portant ma BM lui a fait à plusieurs reprises des remarques sur le poids, "derrière mon dos", et un jour, juste après sa visite, ma fille me dit juste après être allée aux toilettes "c'est chouette, je vais être plus légère sur la balance" à 4 ans...)

 

je pense qu'il est indispensable que le papa adhère aux principes pour que l'ensemble soit cohérent

sof.
Abonné
Bonjour, Moi aussi je me permets d'ajouter ma pierre à ce fil. " Je n'ai pas encore rencontré d'enfant qui disait non à un bonbon, même n'ayant pas faim. Je pense que les sucrerie sont extremement séductrices et "brouillent" les signaux, causant aussi une forme d'addiction. Je n'ai pas laché le contrôle sur ce point. Je me demande si je suis en pleine restriction ou se j'utilise mon bon sens comme il faut. Mes enfants mangent des bonbons plusieurs fois pas semaine (pas d'interdit général) mais en quantité limité. et loin des repas (ou alors carrément en "dessert" si ils y pensent encore, ce qui est rare). Un ou deux chamalow suffisent, pas besoin du paquet..." Je te présente ma grande de 5 ans si tu veux ;-)! Il lui arrive souvent de laisser/ refuser un aliment qu'elle adore parce qu'elle n'a pas faim... Moi aussi je cale les bonbons plutôt au dessert ou au goûter, mais de toute façon elle n'aime pas trop ça contrairement au chocolat. Chocolat qu'elle déguste tous les matin au p´tit dej´, c'est son plaisir, de se préparer son carré et d'en donner un petit bout à sa petite sœur (20 mois). Attention hein c'est pas le genre de petite à sauter sur les légumes verts mais elle goute de tout (parfois avec la grimace), et elle est parfaitement régulée, en tout cas il nous semble. Je vous donne le protocole de la famille (copié sur celui de la crèche que j'ai trouvé très malin). On sert de tout mais en petite quantité et on peut se resservir à volonté. Pour se resservir d'un truc qu'on aime il faut avoir goûté de tout ( goûter ça peut être juste posé sur les lèvres surtout quand c'est des aliments vraiment difficiles). On passe au dessert à n'importe quel moment du repas et si il y'a encore faim après ben c'est le repas. Je lui demande régulièrement de demander à sa petite bouche et à son petit ventre s'ils ont encore faim, ou de se souvenir de laisser une place pour un dessert que je sais qu'elle adore. On joue aussi souvent à trouver les goûts de ce qu'elle mange. Et je lui explique que pour bien grandir il faut essayer d'apprendre a manger de tout. C'est un travail sur plus de 10 ans d'éduquer le palais d'un enfant, pas besoin de d'avoir tout gagné à 3 ans... Ma plus jeune (20 mois) a une alimentation toute différente, c'est naturellement une grignoteuse, elle fait de petits repas, j'ai jamais vu ou est le problème...? Elle mange à 8h, 10h30, 12h, 15h30, 17h30 & 19h. Elle est épatante, impossible de savoir à l'avance quel type d'aliment elle va manger, que des fruits, ou que des féculents, je l'ai déjà vu refuser un gâteau pour avoir des groseilles ou trier son assiette pour ne manger que les haricots vert et laisser la viande. Le lendemain ça va être l'inverse. Et je tente de préserver au maximum cette capacité naturelle. Voilou la recette maison et j'avoue que ça marche assez bien. J'ai dû me faire violence pour laisser une telle liberté avec la nourriture e à mes filles, surtout que La 1ère était un bebe vraiment très très potelé jusqu'à 3 ans... J'ai parfois été terrifiée qu'elle soit en surpoid, mais la je vois bien qu'il n'en est rien et je suis heureuse d'avoir su garder le cap ( grâce au papa qui m'a régulièrement recardée;-)!) Bien évidemment ces principes surprennent les grands parents (version gavage pour les uns et restriction cognitive pour les autres). Mais mes filles ont l'air de savoir aussi laisser "glisser" les remarques, elles doivent tenir ça de leur père ;-). Bises à toutes
Patience
Marraine

Je "réveille" ce fil à l'occasion d'une phrase de Fiston hier soir, et qui m'interroge.

Hier soir, Fiston était triste (il a oublié son doudou à l'école).
Du coup, il dit : "Bon, je vais arrêter de pleurer maintenant ; mais je vais manger quelques gâteaux apéro parce que j'ai du chagrin".

Les gâteaux apéro étaient sur la table, puisqu'on s'apprêtaient à s'offrir un petit verre.

Sur le coup, peur : "Aïe aïe aïe ! Fiston compulse à la moindre émotion !! Il est comme moi ! Il m'a vue ou entendue ou observée ! Je suis sûre qu'il m'a déjà vue manger sous l'effet de la tristesse ! Du coup c'est ma faute, c'est moi qui l'ai influencé !".

Du coup, je ne l'ai pas vraiment observé. Donc je ne sais pas s'il en a beaucoup mangé ou pas, s'il a mangé vite ou pas, etc.

Au dîner il a mangé peu. Mais il mange toujours peu le soir.

Donc ça m'interroge. Manger parce que j'ai du chagrin... Est-ce qu'à 4 ans 1/2 on peut déjà associer le réconfort de la nourriture à l'émotion ? Je suppose que oui. Mais le verbaliser ainsi ? Associer la logique de cette manière ?

S'il y a des spécialistes des enfants sur le site, je suis preneuse de réponses !

 

Au plaisir de vous lire

izabelle
Animatrice forum

ben oui  il est futé ce petit !!!!

il tient de maman, pour le coté futé, pas "compulsif"wink

il n'est pas compulsif du tout !!!!    et ce qui le montre c'est justement qu'il l'a verbalisé

il a du grignoter un ou deux gateaux et puis voilà, il était réconforté

ça c'est tout ce qu'il y a de plus normal !

 

finalement ce qui amène peu à peu les gens à des compulsions, c'est quand on leur dit que ce n'st pas normal, pas bien, qu'il ne faut pas...

si le réconfort est normal, simple, accepté, il se pratique naturellement sur des petites quantités  parce qu'il n'y a pas de trouble du réconfort  (et donc pas de compulsion)

Paquito
Parrain

Chère Patience,

je me permets de te répondre en qualité de papa, et d'éducateur spécialisé, travaillant dans la petite enfance. Il ne faut jamais négliger les compétences des enfants, aussi jeunes soient-ils, et je suis bien d'accord avec Izabelle, le simple fait que ton fiston ait verbalisé son intention de se réconforter avec la nourriture montre qu'il n'est pas en compulsion, mais bien dans une EME. Les EME sont naturelles et normales. Tout le monde cherche à se réconforter avec la nourriture, et, à l'exception des personnes en restriction cognitive, tout le monde le fait. Une EME ne débouche sur une compulsion que si on la combat. Une compulsion, c'est une EME qui a mal tourné. Les enfants sont naturellement régulés, et si on ne les matraque pas avec des discours diététiques, il n'y a pas de raisons qu'ils changent.

Paquito

Patience
Marraine

@izabelle, c'est vrai qu'il a beaucoup de moi, ce petit ! wink

@Paquito, merci pour ton regard de pro et de papa !

J'avoue que j'ai aussi pensé que c'était une EME tout à fait bien vécue. Mais mon coeur de maman, secoué par de vieux schémas bien ancrés et moi et plein de peurs diverses et variées, était tout chamboulé !!

Comme quoi, les regards des autres permettent de prendre du recul et de remettre les peurs à leur juste place !

 

Au plaisir de vous lire

Haut de page 
X