Obésité et régimes - le 11/04/2012

fredonzeweb.
Abonné

Je me suis posée une question et je me dis que ça peut intéresser d'autres personnes.

En dehors de certaines maladies, y'a t'il des gens obèses qui n'aient jamais fait de régimes?

Commentaires

jpzermati
Votre coach

Bonjour fredonzeweb,

Tout dépend en fait ce qu'on entend par régime.

Dans les sondages, quand on demande aux gens " faites-vous un régime ?" on obient 25% de réponses positives.

Quand on demande "Faites-vous attention à votre alimentation", on obtient 70% de réponses positives.

Aujourd'hui beaucoup de personnes ne font plus de régime. Elles font attention et se surveillent. C'est la nouvelle maniière de dire les choses.

 

JP

 

 

 

carton.
Abonné

Oui, en fait, beaucoup de gens ne font pas de "régime", mais sont pourtant, sans le savoir, et sans savoir mm ce que cela signifie "en restriction cognitive".

fredonzeweb.
Abonné

Bonsoir, merci pour vos réponses...

En fait, ce que je me dis c'est que si " l'humanité" n'avait pas un jour eu l'idée saugrenue de restreindre son alimentation, on ne connaitrait pas l'obésité.... non?

tamar.
Abonné

Il n'y en aurait sûrement pas autant, mais il y a aussi des obésités congénitales qui ont existé de tout temps.

positivethinker.
Abonné

[quote=jpzermati]

Bonjour fredonzeweb,

Tout dépend en fait ce qu'on entend par régime.

Dans les sondages, quand on demande aux gens " faites-vous un régime ?" on obient 25% de réponses positives.

Quand on demande "Faites-vous attention à votre alimentation", on obtient 70% de réponses positives.

Aujourd'hui beaucoup de personnes ne font plus de régime. Elles font attention et se surveillent. C'est la nouvelle maniière de dire les choses.

 

JP

 

 

 

[/quote]

 

Mais y a t'il des gens obeses ou en surpoids qui n'ont jamais "fait attention a leur alimentation" ? Ne peut on etre obese pour des raisons genetiques ou hormonales ?

tamar.
Abonné

Mais bien sûr ! Ma grand-mère, par exemple. Moi je ne l'ai connue évidemment qu'à un certain âge, mais il y a des photos d'elle (qui datent de plus d'un siècle, ça devait être les premières photos) à l'âge de 20 ans, où elle est manifestement en très fort surpoids. Je l'ai entendu dire une fois qu'elle ne connaissait pas la faim, c'est une sensation qu'elle n'avait jamais éprouvé de sa vie, elle ne savait pas ce que ça faisait. C'est bien la meilleure preuve qu'elle n'avait jamais fait de régime ! Et c'est aussi la preuve d'un dérèglement du métabolisme quelque part. Et sa mère à elle, que je n'ai pas connue mais dont ma mère m'a parlé, était encore paraît-il beaucoup plus grosse qu'elle, ce qui n'est pas peu dire, à une époque où les régimes n'étaient pas du tout, du tout à la mode. J'ai aussi connu dans mon enfance des femmes qui n'auraient pas fait un régime parce qu'elles n'en avaient pas les moyens, et qui vivaient leur obésité comme quelque chose de normal.

P.S. Avec tout ça, ne vous étonnez pas si mon espoir de perdre du poids avec LC est vraiment minime...

positivethinker.
Abonné

Oui, le metabolisme doit y etre pour quelque chose. De meme qu'il y a des gens qui restent tout mince meme s'ils mangent comme 4 ! J'en connais une qui ne parvient pas a grossir. Tout le monde l'envie d'ailleurs mais ca ne lui plait pas !

Si ta grand-mere ne ressentait pas la faim, peut-etre qu'elle mangeait trop tout de meme ?

tamar.
Abonné

Mais bien sûr qu'elle mangeait trop, car en plus elle s'ennuyait et n'a pas eu une vie très heureuse. Mais la tendance à trop manger a aussi un côté génétique. C'est vrai qu'il y a au fur et à mesure un mécanisme qui s'emballe et finit par provoquer des EME à propos de tout et n'importe quoi, ce qui aggrave donc le surpoids initial, mais l'instinct de manger trop, comme celui de se contenter de ce qui paraît à peine un minimum vital, figure à la base dès le tout début. J'ai déjà raconté plusieurs fois sur le forum que je l'ai constaté chez des bébés, certains gloutons qui se développent en adultes en surpoids, d'autres qu'il faut supplier pendant des heures de prendre un petit huitième de biberon, et qui se développent en adultes sveltes. A l'âge adulte, il finit par y avoir une interaction entre les données de base et les comportements erratiques, si bien qu'on finit par ne plus trop savoir ce qui est quoi, mais pour répondre à ta question initiale, il est certain qu'il y a des gens qui naissent maigres et d'autres qui naissent gros.

Hermine.
Abonné

Mon cas vaut ce qu'il vaut comme exemple, mais bon, je suis obèse et je n'ai jamais fait de régime. Je n'ai même jamais vraiment fait "attention" comme dit le docteur. Et je mange trop, beaucoup trop (enfin ... maintenant c'est plutôt : "un peu trop"). Ma famille n'est pas un repère d'obèses (donc pour la génétique on repassera) quant à d'hypothétiques maladies ? Ne réveillons pas mon petit côté hypocondriaque ;)

Donc oui, je pense qu'on peut être obèse et n'avoir jamais fait de régime ... (suffit d'être un peu submergé par ses émotions et déconnecté de ses sensations ... ça, ça n'a pas de rapport avec un régime).

fredonzeweb.
Abonné

Merci pour vos réponses, je trouve ça vraiment intéressant.

Une obésité "congénitale" voudrait dire quelqu'un est né en surpoids et le reste. Un peu comme on nait grand ou petit... alors, rien que pour ces personnes,cela démonte la théorie de l'IMC comme norme...

@ Tamar: du coup je m'interroge encore, est ce qu'il ya des "gros" bébé qui deviennent sveltes et des "crevettes" qui deviennent obèses sans avoir eu de troubles du comportement alimentaire? Parce que ta grand mère n'a pas fait de régime mais son obésité semble avoir été liée à un comportement alimentaire particulier...

@hermine: et si tu avais fait des régimes, ça serait sans doute pire... merci de ton témoignage...

Perso, j'ai pris du poids à l'adolescence, enfin, j'ai surtout pris des formes alors que petite j'étais... très petite et je crois qu'on me forcait à manger. Donc, ça ne serait pas congénital... pas maladif non plus... finalement, "grossir c'est dans la tête"!!!  Le fait de manger trop doit être lié à quelque chose à la base qui ne soit pas en rapport avec la restriction cognitive...

Bref, en dehors de la maladie et la génétique, comment est ce qu'on rentre dans le surpoids???

Merci d'avance aux futures contributions...

Nikaia.
Abonné

Je ne sais pas si le poids du bébé à la naissance stricto sensus joue : mes deux freres et moi étions trois "beaux bébés" de 4kg chacun (3,975 pour moi si je veux etre précise mais je suis née "tard", mes deux freres, plus agés étant entre 4 et 4,2) .. mes deux frères sont minces, voire maigre pour l'ainé (le plus gros à la naissance) .. et je suis très grosse.

La poids à la naissance peut aussi etre du à des problèmes in utero de mauvais passage (ou de trop bon passage) 

Ok j'ai fait des régimes ce qui a amplifié le problème, mais j'avais déjà une tendance toute petite à être non pas grosse mais un peu plus que mince sans aucun régime  .. un problème à la naissance a peut etre provoqué partiellement ce problème chez moi (j'ai fait le régime le plus express qui soit : perdu la moitié de mon poids en 1 nuit et je me suis retrouvée au service des grands prématurés.. cela à déregler pas mal de chose chez moi pendant une bonne vingtaine d'année ) .. il y a aussi surement un peu de génétique (du coté de mon père, nous sommes tendance obèse, du coté de maman ils sont tendance mince), un métabolisme surement assez bas chez moi au moins à l'enfance et à l'adolescence (j'avais une température corporalle naturellement très basse enfant .. je descendais à 35,4 le soir très très régulièrement) mais je crois aussi que pour moi un point fondamental est la réaction au stress : personnellement je grossis sous stress (parce que je fais des EME entre autre mais pas que) .. alors que d'autres maigrissent sous stress (parce que ça leur coupe l'appetit j'imagine ) ... et comme j'ai fait de longues études et que j'ai des boulots stressants ...

à cela on rajoute les régimes, les mauvais conseils, les petits dérèglements les uns sur les autres .. 

Nikaia

tamar.
Abonné

Non seulement des problèmes comportementaux viennent ajouter à une obésité génétique initiale (surtout à notre époque où tout le monde fait un régime), mais je suis persuadée que, je ne sais pas trop par quels mécanismes que nous connaissons mal, quelqu'un qui est réglé au départ pour être en surpoids, reçoit en dot, si je puis m'exprimer ainsi, une tendance innée à ce que j'appellerais faute d'un mot plus appropriée une sorte de gloutonnerie que d'autres personnes, réglées autrement au départ, ne ressentent pas, ou moins, ou différemment. Ce n'est pas quelque chose de séparé, c'est la façon dont "la nature" (ou tout autre terme qui vous convient mieux) maintient en état de surpoids la personne dont elle a "décidé" qu'elle serait en surpoids.

Dans la pratique, il y a toujours (chez les surpoids congénitaux) les deux choses à la fois (c'est d'ailleurs ce qui me pousse à avoir un petit espoir de perdre un peu de mon surpoids, non pour en arriver à un poids "normal", mais pour au moins ne pas dépasser ce qui est "fixé d'avance").

Quant aux bébés, je ne parlais pas de leur poids de naissance, qui effectivement peut être très faible (ma petite "gloutonne" préférée est née à 1kg2...), mais de leur comportement, de leur attitude devant le biberon, qui rappelle singulièrement celle de différentes catégories d'adultes. J'ai horreur qu'on me dise "tout le monde naît régulé", parce que ce n'est tout simplement pas vrai.

Nikaia.
Abonné

sur ce dernier point je pense qu'il ne faut pas négliger le fait qu'il peut y avoir des transferts (de désirs mais aussi de pouvoirs) entre les parents et les enfants ... même très jeunes ... je m'explique  un enfant qui refuse/met des heures à prendre son biberon aura sa mère (son père) beaucoup plus longtemps avec lui que s'il l'avale en 5 minutes chrono ... et à coté de ça il y aura chez l'enfant qui a tout but transquillement une satisfaction de la mère par apport à son enfant  ... 

mais je me trompe peut etre complètement

par ailleurs j'ai des amis, tous les deux très minces, qui ont eu des bébés littéralement obèses (des boules) et qui sont devenus des enfants/adolescents parfaitement normaux

AguaMaria
Marraine

Pour repartir de la question initiale, ce que je me demande surtout si des gens qui n'ont jamais faits de régimes ou fait attention de leur vie et sont à la fois régulés (mangent uniquement s'ils ont faim) peuvent être obèses... ou si ça arrive souvent. C'est là que la génétique interviendrait. Autrement, si on mange trop pour ses sensations, cela devient normal d'avoir pris du poids.

Marie-Paule.
Abonné

Il me semble que ça dépend aussi de qu'on entend par "surpoids" et "obèse".  Les normes actuelles ne sont somme toute "que" des normes.  Il y a sans doute dans la nature des gens maigres et des gens plus gros, des grands et des petits, des musclés et des mous.  Pour nos normes actuelles, il doit y avoir à mon avis plus d'obèses que pour les normes, disons de 1950. Je me souviens qu'on disait de ma grand-mère qu'elle était une "belle plante", un peu comme Christina Hendrickx (la rousse de Mad Men).  Mais pour l'heure, elle serait en grave surpoids...

Je me souviens aussi de dames, dans mon village, qui étaient "fortes", comme on disait, mais cela voulait dire bien enveloppées, et on les laissait tranquilles, on disait qu'elles "avaient des réserves".  Ces dames avaient  un poids stable et ne semblaient pas souffrir de leurs kilos. Elle devaient être 10/15 kg au-dessus de la norme de l'époque. De" vraies obèses" (j'entends pas là des personnes qui manifestement sont handicapées par leur poids et leur volume), je n'en connais qu'une dans mon village, elle était déjà obèse gamine, elle a eu un by-pass, a maigri et a tout repris. Elle a mon âge.  Avec mes 95 kg pour 1m60, j'ai l'air d'un mannequin à côté d'elle.

Il me semble que les personnes en surpoids étaient moins stigmatisées dans ma jeunesse (années 60-70). Pourtant c'était déjà la mode des minces (sans poitrine, de préférence, sans hanches non plus, zut alors pour moi) mais voilà, on l'était ou on ne l'était pas et il faut dire qu'on se moquait un peu de tout ça, ce n'était pas si important. L'essentiel c'était d'être en bonne santé et être trop maigre était synonyme de maladies, faiblesse (aussi faiblesse de caractère). On aimait mieux les "bons vivants".  On dirait qu'on a un peu perdu le bon sens et que tout le monde doit entrer dans le même moule, à savoir la taille 36-38.  Moi, à 14 ans, déjà 1m60 mais 54 kg, je mettais déjà du 40 (eh oui, j'avais des hanches et des seins, que voulez-vous...) et si j'avais voulu "faire régime", entendez, supprimer le pain, diabolisé à l'époque, on m'aurait envoyé de suite chez le médecin, ce qu'on a fait d'ailleurs...

Les gens finiront bien par se rendre compte que plus ils font attention, plus ils prennent du poids et se gâchent la vie. J'espère, sinon on va vers une génération d'anorexiques et ce sera la fin de l'humanité, car quand le poids est trop bas, la fonction sexuelle s'arrête....Nous les humains, on est doués pour se faire du mal !

tamar.
Abonné

Tu me rappelles que dans le village où j'allais en vacances tous les ans, on disait de moi: "elle se porte bien!" ça voulait dire que j'avais encore plus de réserves que l'année précédente, et oui, c'était une espèce de compliment...

sagattine.
Abonné

J'aime beaucoup ce que dit Marie-Paule sur la question des normes. Pour reprendre ce fameux IMC, si galvaudé dans les médias : selon ce qu'on va lire la norme va être à partir de 18 ou 20 (et dans ce cas le 18 est déjà du sous-poids là où d'autre vont y voir le début de la "normalité). Je crois faire un IMC de 30, je suis donc obèse même si je suis loin de me sentir dans ce cas. Et quelle ne fut pas ma surprise de lire sur le mode d'emploi de ma nouvelle pilule que j'étais en obésité considérable! Bref, des fois catégoriser c'est utile mais il ne faut pas oublier que les normes sont les produits d'une société donnée à un temps donné, et qu'elles peuvent donc évoluer.

mamzelzoï.
Abonné

Sur la régulation "naturelle et innée", n'oublions pas qu'elle peut être très très tôt faussée par les parents... Combien forcent un peu pour que le bébé finisse son bib... Comme s'il y avait des doses réglementaires à prendre... C'est l'avantage du sein à mon sens : le bébé est seul à savoir ce dont il a besoin, et on peut le priver de lait mais certainement pas le forcer à prendre plus qu'il n'a besoin. Sans compter qu'au bib le lait descend vite et sans effort, le bébé doit sans doute moins réguler selon sa faim qu'au sien où il doit produire un effort. Mais bon, ce ne sont que des généralités, j'ai connu une petite trèèèès gloutonne au sein, elle prenait 2kg par mois les premiers mois! Elle semblait obèse à un an, la pédiatre s'inquiétait beaucoup (pas la maman qui la laissait gérer les quantités de nourriture). A présent à 2 ans et demi elle a le gabarit de sa famille : une bonne carrure mais certainement pas de surpoids. Elle est magnifique! Mais voilà comment au nom de certaines normes établies (les courbes de croissance) un bébé d'un an a bien failli se retrouver au régime!

Ensuite, la nourriture a un aspect affectif qui fait que dans l'enfance certains parents poussent à manger beaucoup "pour être fort", "pour bien grandir", "pour faire plaisir à papa/maman"... Au final s'il y a bien une chose qu'on apprend mal aux enfants je trouve c'est la régulation! On leur enseigne que leurs sensations n'ont pas d'importance.

Enfin, nous vivons dans une société plus sédentaire, et dans un de leurs livres le Dr Zermatti ou le Dr Apfeldorfer, je ne sais plus, disait que l'activité physique permet de mieux être à l'écoute de ses messages corporels, de faim et de satiété. Une explication de l'augmentation de l'obésité parmi d'autres? Il n'y aurait sans doute pas que les régimes et la restriction cognitive en cause...

Haut de page 
X