OBESITE MORBIDE - le 26/03/2012

MALGRETOUT85.
Abonné

Bonjour Docteurs.

Tout d'abord, grands mercis pour votre site, qui est très complet...

Je me pose cependant une question : inscrite depuis peu à LC, je me demande quand même si, avec mon IMC de 38,6, votre méthode peut m'aider à perdre mes 30 (voire 35) kgs de trop ???

J'avoue que je suis dans une période de grands doutes..... Je travaille sur mon comportement alimentaire, sur mes émotions (la lecture d'un de vos articles m'a même permis de comprendre le pourquoi de mes rondeurs), et quand je vois que les autres inscrit(e)s n'ont que 5. 10 ou 15 kgs à perdre (par rapport à moi, c'est peu, ce qui ne veut pas dire que ce soit simple pour eux), j'aimerais être rassurée sur ce point.

Peut-être y a-t-il ici des personnes qui, comme moi, ont beaucoup de kgs superflus..... J'aimerais beaucoup avoir leur témoignage.

Merci

Commentaires

mariejo.
Abonné

Bonsoir

Je crois surtout que chacun a un parcours personnel à faire , et c'est toute la difficulté de ce site, qui regroupe tant de profils différents, mais qui ont pour but une relation consciente avec la nourriture.

Au début du parcours, on se demande "à quoi ça sert, tout ça je le sais déjà", et puis petit à petit, les efforts (parce que ce sont de vrais efforts, pas toujours facile de changer ses rapports avec la nourriture), font qu'on évolue dans sa tête.

Lia.
Abonné

J'ai été sur un site pour calculer mon imc....ce truc qui ne dit pas grand chose de nous en fait. Quand j'ai connu les théories défendues sur ce site à priori je faisais 38 d'imc. 

Je suis toujours dans des chiffres "hauts", je surfe entre 95 et 100kg. Je n'ai plus repassé la barre des 3 chiffres depuis plus d'un an. Ce qui me semble important c'est qu'ici je peux faire la paix avec mon alimentation, devenir plus douce avec moi même. Comprendre combien mon intolérance aux émotions et le stress de ma vie m'ont fait manger au delà de mes besoins.

Donc je suis toujours grosse. Mais je fais en sorte de m'aimer. Je m'habille du mieux que je peux dans mes tailles 48-50. Je fais de l'exercice. Pas pour maigrir mais parce que je me sens mieux quand j'en fais, j'ai du plaisir à marcher régulièrement dans la nature et à faire de l'aquagym. Alors avec tout cela et tout ce que j'apprend sur ce site je me sens mieux que quand je faisais 80kg et que je me détestais  à tout point de vue au point de faire n'importe quel régime plus crétin les uns que les autres.

Nous sommes nombreuses à être en surpoids, fort ou pas, 5 kg ou 30kg. Mais dans le fond si nou apprenons ici à nous aimer un peu plus tant mieux pour tout le monde.

Au fil des expériences et de tes lectures sur le site n'hésite pas à témoigner, à écrire des messages personnels etc...Il y a beaucoup de chaleur humaine et d'entraide sur ce site.

 

algaso.
Abonné

Je me trouve dans le même genre de problématique que "Malgretout85". J'ai un IMC de 41 et des brouettes donc il faudrait que je perde au moins 40 kg!!! ça me semble inaccessible mais je crois que la priorité n'est pas là pour l'instant. Il faut d'abord essayer de se réapproprier un comportement alimentaire le plus naturel possible. Je ne veux plus du tout entendre parler de régime. la méthode me fait prendre conscience de toutes mes erreurs passées mais je reste optimiste en me disant qu'avec le temps la tendance peut s'inverser.

Je me sens aussi en décalage quand je vois les personnes sur le site qui n'ont que qq kilos à perdre mais, je me raisonne et je me dis que nous avons toutes et tous le même problème: notre rapport à l'alimentation est tellement perturbé que nous ne pouvons plus gérer seuls tout cela. Peut-être que nous (les obèses morbides .... quel terme horrible) mettrons plus de temps à réguler notre corps mais je suis persuadée que nous y arriverons et qu'après de longs mois (il faut être patients) voire quelques années nos dizaines de kilos superflus auront disparu ou auront beaucoup diminué.

Je crois que le site est ouvert depuis moins d'un an donc il me semble normal qu'il n'y ait pas de témoignage de perte de kilos très importante ... soyons patient(e)s et confiant(e)s. smiley

Lia.
Abonné

J'ai une ancienne collègue qui a fait du LC sans LC. C'est à dire que d'elle même elle a changé plein de choses dans sa vie, son rapport à l'alimentation etc. Elle a perdu 30 kilos mais sur 5-7 ans avec des phases ou elle ne perdait rien pendant des mois. Le changement c'est fait tellement en douceur qu'on ne le voyait que peu. C'était flagrant sur les photos au fil des mois par contre. Elle a commencé par aller tous les jours au travail à pieds, 30mn de marche. Puis tout le reste a suivi. POssible mais très long.

En 6 mois d'arrêter toute forme de régime et de ne plus grossir c'est déjà pas mal.

carina.
Abonné

bonjour

comme toi MALGRETOUT j'ai un IMC de 38, et j'ai commencé le 8 mars toi le 9. nous sommes embarquées dans le même navire.le programme me parait bienveillant mais pour moi j'aimerais aller plus vite. Changer plus vite.  C'est contraignant de s'occuper de soi car personnellement je vis depuis des années pour les autres, je n'ai pas l'habitude de me donner la priorité.  malgré tout nous allons nous en sortir. Nous ne sommes pas seules.                                                      

bon courage prends soin de toi.

Hermine.
Abonné

Malgretout : non je crois que tu n'es pas seule. J'ai un poil minci mais j'ai quand même un imc qui doit être dans les 34 (évalué à la louche, je ne connais pas mon poids en fait) ... donc beaucoup de kilos superflus également. La question que tu te poses je me la pose également pas forcément exactement en ces termes.

Je sais (je me connais un minimum) que même si j'arrivais à mincir comme je le souhaiterai, comme je l'ai été à une époque, mon imc sera toujours "trop élevé" mon rêve, c'est juste d'être en "surpoids", adulte, j'ai jamais pu être plus mince, sauf en étant malade ... Et la question de perdre 30 ou 35kg elle concrète pour plusieurs personnes ici d'après ce que j'ai pu lire. Et même si on comprend et qu'on admet que cette méthode ne peut pas nous promettre une perte chiffrée, la question on se la pose mais je pense qu'elle est d'autant plus liée à l'ambiance générale qui règne autour de l'obésité.

Moi ce qui me trouble d'une manière générale, c'est qu'on est face, dans le cas des personnes obèses, à une contradiction de poids (ha ha ha) dès lors qu'on met les pieds ici :

On nous dit, on nous intime l'ordre, absolu et sans appel : il faut maigrir pour notre santé, avec un imc trop élevé nous courrons pleins de risques. Je ne nie pas qu'effectivement, un poids top élevé n'est pas le mieux pour la santé. Mais hors d'un imc normal point de salut !

Mais si on ne choisi pas son poids, si on ne peut décider de notre poids d'équilibre, que doit on faire par rapport à ces recommandations de santé ? Si cette méthode ne nous permet pas d'arriver à cet imc normal, parce que, bah c'est ce qui correspond à notre corps, on est censé faire quoi (dire "merde" à tous les médecins qui nous serinent avec notre obésité ? J'ai déjà eu affaire à des médecins très cons sur ce sujet et j'étais pas obèse à l'époque !) ça parait très excessif comme vocabulaire, mais en même temps quand on voit l'ambiance actuelle des recommandations sanitaires sur le poids, ça ne le semble plus tellement ...

Bref, comment on se situe entre la sérénité face à l'alimentation (oui je recherche quand même ça avant tout), l'acceptation de son corps et de son poids et ces injonctions sanitaires ?

Quoi qu'il en soit, même si parfois je me sens également parfois en décalage par rapport aux gens qui n'ont "que" quelques kg à perdre, je trouve très intéressant de lire leurs témoignages, de voir par quoi ces personnes passent et finalement, voir que ... on a beaucoup plus en commun que cet écart de kilos à perdre ! C'est plutôt appaisant, non ?

lore.
Abonné

Hermine,

les injonctions sanitaires comme tu dis, c'est vrai que ça devient gonflant à force, presque autant que les compulsions à manger. Ils (les experts en santé publique) se sont déjà rendu compte que les régimes amaigrissants menaient à l'échec, peut-être qu'un jour ils comprendront qu'ils n'ont pas le pouvoir de faire maigrir qui que ce soit à coup d'autoritarisme, de culpabilisation et de jugement. Peut-être ce qui compte c'est comment on se sent justement. 

Après c'est très personnel la santé, y'a que soi-même pour décider quelque chose à ce sujet, les médecins qui viennent te dire ce que tu dois faire, ça me fait horreur. Heureusement il y en a qui connaissent l'écoute, la preuve par LC.

 Injonctions sanitaires : au vestiaire !

bons conseils d'un médecin de confiance : moi je prends

Nanoucka.
Abonné

Bonjour,

 

Je suis toute nouvelle, je viens de m'inscrire il y a moins de 10 mn et moi aussi j'ai un fort IMC (36,5) mais je veux croire que c'est possible d'être mieux, plus en forme en travaillant sur mon comportement alimentaire. J'avoue que je ne sais pas du tout comment prendre ce site, par où débuter... On peut s'entraider ?

bbosaz.
Abonné

Je viens d'aller sur un site pour calculer mon imc quand j'ai commencé LC... Voilà ce que j'ai pu lire très rapidement: 

" Attention vous êtes en situation de surpoids. Consultez votre médecin ou un professionnel de la nutrition pour en déterminer les causes. Vous devez perdre du poids."
 
C'est horrible, non????!!!!!
 
Bref, j'étais donc en situation d'obésité sévère début janvier, quand j'ai décidé de m'inscrire, sur un coup de tête, sans trop savoir si ça m'aiderait réellement... Je suis fâchée depuis toujours contre les régimes, je n'en ai fait qu'un seul dans ma vie, pas trop draconnien, mais efficace (-13 kg en 1 an)... puis 20 kg  repris avec deux grossesses en 6 ans.J'ai toujours su qu'un régime, c'était à vie, ou alors ça ne servirait à rien qu'à reprendre du poids ensuite.
J'étais assez sceptique en m'inscrivant sur le site, mais... je me suis prise au jeu! Un peu trop peut-être pour démarrer: j'ai perdu 6 kg en 2 mois. Ca m'a fait un peu peur, du coup, je freine! Je ralentis la méthode, je ne veux pas perdre trop vite car j'ai peur d'un "retour de boomerang"!
Ce que je trouve difficile à accepter, par contre, c'est que 6kg en moins, ça parait ridicule, quand on en a 30 en trop...  Et puis si on essaie de ne pas considérer cette méthode comme un régime, il faut accepter que l'efficacité ne se trouve pas forcément dans la perte de poids, mais dans un mieux-être global... Je suis partagée entre l'envie de perdre du poids, et l'envie de laisser la nature et la méthode agir... en douceur...
 
Pour finir, j'ai recalculé mon imc, avec mes 6kg en moins, je découvre que je ne suis plus en situation d'obésité sévère, mais modérée! Génial ! Ca me fait une belle jambe!!! Ce qui n'empêche pas ce fameux site de m'indiquer:
 
" Attention vous êtes en situation de surpoids. Consultez votre médecin ou un professionnel de la nutrition pour en déterminer les causes. Vous devez perdre du poids."!!!!!!!!!
 
Bon courage à toi sur ce long chemin!
 
 
algaso.
Abonné

[quote=Lia]

J'ai une ancienne collègue qui a fait du LC sans LC. C'est à dire que d'elle même elle a changé plein de choses dans sa vie, son rapport à l'alimentation etc. Elle a perdu 30 kilos mais sur 5-7 ans avec des phases ou elle ne perdait rien pendant des mois. Le changement c'est fait tellement en douceur qu'on ne le voyait que peu. C'était flagrant sur les photos au fil des mois par contre. Elle a commencé par aller tous les jours au travail à pieds, 30mn de marche. Puis tout le reste a suivi. POssible mais très long.

En 6 mois d'arrêter toute forme de régime et de ne plus grossir c'est déjà pas mal.

[/quote]

C'est un beau témoignage qui montre qu'on peut perdre beaucoup de poids. C'est sûr que nous aimerions perdre vite notre surpoids mais c'est une pensée induite par les régimes que nous avons déjà faits et qui nous ont souvent fait maigrir assez vite ... pour reprendre encore plus vite!! Il faut donc qu'on apprenne à faire autrement et pour cela, c'est la patience qu'il faut prôner. Les changements durables doivent être envisagés sur du long terme.

Nikaia.
Abonné

Bonjour Malgré tout

Comme toi j'ai beaucoup de poids à perdre : j'ai un IMC de 42! . En théorie si je voulais ressembler aux mannequins des magasines il faudrait que je perde en théorie plus de la moitié de mon poids actuel... Mais en commençant cette méthode, je ne suis pas partie sur un régime et un objectif de poids mais sur retrouver un comportement normal vis à vis de la nourriture et voir mon poids diminuer sans me fixer aucune limite haute ou basse .. j'arriverai au poids qu'y conviendra à mon corps et il faudra qu'il me convienne .. je suis sure qu'il sera inférieur à mon poids actuel (j'ai déjà commencé à maigrir). Bien sur j'espère que mon poids d'équilibre sera le plus bas possible mais je ne veux pas avoir trop d'attente pour ne pas ensuite être déçue mais Au final, je sais qu'il faudra que je fasse avec le poids que j'atteindrai ...

Bon courage à toi...

Nikaia

Neam.
Abonné

Bonjour Malgretou85,

Comme toi, je suis nettement en surpoids avec environ 40 kg de plus que mon ancien poids de forme. Je pèse à peu près 100 kg, mon IMC tourne autour de 34-35 et je m'habille en 50-52. Je remarque d'ailleurs au passage que nous avons toutes des mensurations très différentes même si l'IMC est identique. Pour répondre à ta question, oui, je pense que linecoaching est adapté dans ce cas, surtout si on considère que cette méthode est d'abord axée sur une amélioration du comportement alimentaire.

Je me dis parfois que ça doit être plus facile de perdre du poids quand on est très gros puisqu'on a plus de marge de manoeuvre mais dans la réalité, c'est beaucoup plus complexe. D'ailleurs, à ce jour, ma perte de poids est seulement symbolique malgré plus de 6 mois d'inscription. D'un autre côté, si on accepte l'idée que les progrès sont lents et progressifs, c'est normal que ce soit plus long.

Comme le site existe depuis assez peu de temps, on n'a pas encore de recul. J'adorerais te dire que j'ai perdu 15 ou 20 kg avec lc et que je ne les ai jamais repris mais pour l'instant, tout ce qu'on peut dire c'est que le travail que nous faisons ici semble à nettement bénéfique à la plupart d'entre nous, et pas seulement au niveau du poids, et je crois que c'est la meilleure voie qui existe à ce jour pour régler les problèmes de poids, même si c'est long.

Alors, je te souhaite de pouvoir toi-même témoigner dans quelques temps que oui, tu as perdu une bonne partie de tes kilos en trop tout en douceur.

Bonne soirée

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bonjour malgretout85 et bonjour tout le monde.

Ah, le poids qu’on fait, et celui qu’on veut faire ! Ah, le poids qu’on cherche à vous imposer (les médecins, la société) et le poids avec lequel votre corps est d’accord !

La vérité est que, comme le dit Hermine, on ne choisit pas le poids qu’on fait, ni le poids qu’on peut faire.

Question santé, il faut le dire, bien des médecins n’ont pas intégré cette notion de poids d’équilibre et demandent à leurs patients des choses impossibles. Si bien que certains se sentent comme pris entre deux feux.

Mon conseil : manger selon ses sensations alimentaires, augmenter sa tolérance émotionnelle, mettre son corps en mouvement dans la mesure du possible (attention, si vous êtes sédentaires depuis longtemps et que vous avez un surpoids important : il convient d’avoir l’aval de votre médecin traitant !)

Agir ainsi donnera à l’arrivée (après un temps fou, si on est très loin de son poids d’équilibre) un poids stabilisé, qui sera ce qu’il sera, qui nous contentera ou bien non. Il conviendra alors d’accepter ce poids, et de vivre sa vie de son mieux. Car la vie, c’est en ce moment, pas plus tard. On aura fait de son mieux, on continuera à faire de son mieux. Et que peut-on faire dans la vie, sinon de son mieux ? Mieux que bien ?

On n’hésitera pas non plus à expliquer à son médecin, s’il cherche à vous pousser à faire mieux que bien, qu’on fait le mieux qu’il est possible, et qu’il lui revient de soigner les problèmes médicaux qu’on est susceptible d’avoir, dus ou aggravés par le poids.

 

Je fais un petit rappel sur le poids d’équilibre (PE) ou set-point :

Le poids d’équilibre ou set-point est le poids que l'on fait quand on mange selon les besoins de son organisme, c'est-à-dire quand on respecte ses sensations de faim et de satiété. Mais beaucoup de personnes sont au-dessus de ce poids. Elles peuvent donc espérer mincir et se stabiliser sans privation, en mangeant en fonction de leurs sensations alimentaires. 

Comment savoir si on est au-dessus de son poids d’équilibre, et donc si on peut espérer maigrir durablement? Il n’existe pas de moyen de mesurer ce poids d’équilibre, mais il existe certains indices :

- Les membres de votre famille sont plus minces que vous;

- Vous mangez souvent sans avoir véritablement faim ;

- Quand vous commencez, vous ne pouvez plus vous arrêter;

- Vous vous interdisez de manger certains aliments, mais vous mangez impulsivement parfois ou souvent sans pouvoir vous en empêcher;

- Vous mangez parfois ou souvent en raison de fatigue émotionnelle, de situations difficiles ou d’émotions douloureuses.

 

Alors, bonne route à toutes et tous, et en voiture pour le voyage en direction du poids d'équilibre!

Berthie.
Abonné

Je suis à peu près dans la même situation que toutes les personnes qui se sont exprimées sur ce forum. Théoriquement , + de 30kg à perdre, mais déjà "perdus" et "regagnés plusieurs fois depuis tant d'années! Donc plutôt perdant que gagnante!!!

Votre réponse Docteur et ce bout de parcours me dit que je commence à être gagnante, car je commence à changer de mentalité, à mieux m'accepter telle que je suis, à faire plus attention à la manière dont je mange..... @+ sur ce cheminLC

Lia.
Abonné

Merci pour ce rappel. Et merci aussi pour ce "après un temps fou". C'est là ou plusieures d'entre nous se sentent en difficulté .Accepter ce temps fou. Et tout le chemin à parcourir pour s'accepter d'ici là.

080413143151_Libellule2.
Abonné

Au delà du souhait de perdre du poids.. il s'agit de vivre en harmonie avec ses sensations alimentaires et ne plus être esclave de la bouffe.

Et ça c'est vraiment un objectif appréciable.

Surtout si on s'allège d'un peu de poids en passant ;)

Linda.
Abonné

Bonjour à tous et à toutes,

Lorsque j'ai commencé la méthode avec les bouquins, fin 2008, mon IMC approchait les 35 et j'ai doucement perdu 18 kg pour me stabiliser vers 28. Et puis j'ai eu des soucis et je me suis remise à manger sans faim ce qui fait que j'ai repris 9 kg mais assez lentement aussi.

Ca me change des régimes que j'ai pu suivre ou je perdais vite en mangeant quasiment plus rien et reprenait encore plus vite encore plus de poids que celui perdu suite à des crises d'hyperphagies que j'accompagnais occasionnellement de vomissement et de laxatifs.

Maintenant ça va mieux et, s'il m'arrive encore de manger sans faim, je ne vide plus les placards pour remplacer le malaise  mental par le malaise physique.

J'ai commencé il y a 5 semaines, j'ai déjà perdu 2 kg et je n'ai pas d'objectif, j'ai tout mon temps.

Bon courage à tous et à toutes

Chatoyante.
Abonné

Ce post tombe bien pour moi aujourd'hui...

Cela fait quelques semaines que je n'étais pas venue (3-4), car je suis dans un moment de découragement et je me demandais justement s'il y avait des personnes avec un surpoids élevé qui avait atteind son poids d'équilibre un jour...

Je fais autour de 42 comme imc aussi.

Bien sûr, mon objectif premier est de faire la paix dans ma relation à la nourriture, mais je ne fais plus l'autruche : j'ai un vif besoin de perdre du poids, tant psychologiquement que physiquement.

Moins me détester n'est plus suffisamment. Apprendre a m'aimer n'arrange pas mes articulations vieillissantes qui ont de plus en plus de mal à supporter tout ce poids.

Alors la réponse du docteur Apfeldorfer qui parle "d'un temps fou" me décourage un peu...

Depuis 2 ans (car j'ai commencé avec les bouquins avant d'arriver ici) j'en suis à 12 kilos en moins.

Oh, je sais bien, ils sont partis, pas repris etc. Je sais je me suis tout dis ça pour m'encourager.Mais là là, je me suis un brin inquiète, mes genoux risquent de lâcher avant que j'arrive à quelque chose qui a de l'allure...

Ces temps-ci, je me sens prise d'un drôle de sentiment d'urgence. C'est bientôt la date anniversaire du 2 ans en question et je me dis qu'a 6 kilos par année j'en ai pour 10 ans... pauvre genoux!

Mais bon, je me raisonne, je suis au moins sur la bonne voie. Je pense que j'aimeraias trouver la parade pour régler tous ces blocages que j'ai empilés durant tant année.

Bref, je garde espoir, mais traverse un creux. Il y a de toute façon peu d'alternatives et aucune intéressante dans la durée.

Je pense pouvoir dire que je te comprends malgrétout85.

iloredo.
Abonné

Coucou,

Juste pour dire que moi aussi j'ai un IMC très élevé; et bien souvent je suis découragée et même dégoûtée. Mais bon.... je crois qu'ici nous sommes enfin sur le bon chemin, même si les changements sont parfois imperceptibles. Il faut garder le cap, et je trouve que ton parcours Chatoyante est exemplaire. 

petite marie.
Abonné

bonjour à toutes,

juste un petit message pour vous témoigner mon soutien et mon admiration

je suis en surpoids, je suis montée au maximum au début de l'obésité.

Mais depuis que je suis sur ce site, la lecture des posts relatant les souffrances et difficultés des personnes en forte obésité, et le courage avec lequel certaines font face, l'humour aussi parfois, m'émeuvent toujours beaucoup.

je vous souhaite une bonne soirée et plein de bonnes choses

petite marie

Orphee94.
Abonné

Bonsoir,

Je te rassure, j'ai aussi un imc elevé (38). Je pense que cela ne va pas etre facile car le but recherché n'est pas de perdre rapidement des kilos comme les autres regimes mais de reapprendre à comprendre et vivre ses emotions, 20 ans de restrictions cognitives, ca ne s'en va pas comme ca.

Mon objectif pour le moment, ne plus grossir (le chiffre 100 me fait tres peur)

Courage

Orphée94

Berthie.
Abonné

Bonsoir à vous toutes qui me ressemblez un peu avec ce parcours diffcile. Vous lire m'aide car je vois que je ne suis pas seule.

Niquette.
Abonné

Bonjour M.Apfeldorfer

J'ai bien compris ce qu'était le poids d'équlibre mais est-ce qu'à force de faire des régimes le métabolisme de base n'est pas bouleversé ?

Dans ce cas manger selon ses sensations alimentaires ne risque-t-il pas de bloquer à un poids qui n'est pas notre poids de base ?

En fait la succession des régimes cognitifs ne me permettra plus de retrouver ce poids d'équilibre de départ ( c'est frustrant malgré tout ).

Lorsque j'ai évoqué ce problème à mon médecin traitant il en a convenu mais il me pousse à perdre ses kilos en trop ( je suis passée d'un IMC de 23 à 41 en 40 ans de régimes successifs et restrictifs !)

Sa réponse a été perturbante à 2 niveaux : " Dans les camps de concentration les obèses ont fini par maigrir ! "

- 1°point :  il a raison car le corps finit par descendre en dessous du poids d'équilibre ?

- 2°point :  il faut se raisonner et se prendre en mains ?

Autre point, j'enseigne l'Histoire à des ados et mon médecin s'est excusé de cette image mais c'était pour me faire " réagir" . Il a 3 ans de cela et je n'ai toujours pas " réagi" dans le sens où il le voulait. Je suis dans la culpabilité.

Bien sûr c'est un message culpabilisant tout comme Dukan qui s'attaque " aux gros " mais quelque part même si je suis convaincue par votre point de vue ( depuis " Maigrir c'est fou !" ) j'ai toujours un petit coin de ma conscience qui me dit que je devrais me ressaisir et me prendre en main sérieusement. Depuis que j'ai commencé LC le 22 mars j'ai perdu 3 kilos. Là encore j'ai encore un peu de mal à évaluer si je suis à l'écoute de mes sensations ou si je suis en restriction cognitive.

Le chemin est long mais où ménera-t-il ? Comment ne pas être décu par ce poids d'équilibre...

Merci à vous

Zéphyr.
Abonné

Bonjour Niquette,

 

Si je peux me permettre une réponse, ... tu ne tiendras pas en dessous de ton poids d'équilibre sans faire un régime en permanence... Et je pense que si on est toutes venues ici c'est qu'on en avait assez des régimes intenables, assez de nous infliger ces "sévices" et de ne pas nous respecter (j'emploie le mot "sévices" à dessein car  je suis choquée comme toi je pense de la réponse de ton médecin qui évoque les camps de concentrations, comment ose-t-il? cela en dit long sur les souffrances que l'on juge légitimes quand il s'agit des gros!).

Bref je pense que d'autres le diront mieux que moi mais je n'ai pu m'empêcher de réagir, ici tu es là pour prendre soin de toi, et qui sait, le poids où tu te sentiras bien reste peut-etre encore à découvrir!

 

Bonne continuation,

 

Fabou

fredonzeweb.
Abonné

Bonjour Niquette,

Je trouve les propos de ce médecin extrèmement choquants. Comment ose t'il évoquer la pire des horreurs humaines comme modèle!!!

Mais, pour lui répondre, j'ai envie de dire d'abord que plein de témoignages sur ce forum montrent qu'il n'est pas difficile de perdre du poids. Beaucoup d'entre nous ont déjà perdu des dizaines de kilos, sans même avoir été envoyées en camps! Le problème est que jusqu'à présent les méthodes de restriction n'ont fait qu'aggraver la situation...

Et puis peut être les obèses dont ils parlent ont repris leurs kilos au bout de quelques temps, une fois qu'ils ont eu accès à de la nourriture correcte... peut être même ont ils repris encore plus de poids, J'espère en tous les cas que tous ceux qui s'en sont sortis, en ayant vu la mort de si près, ont réussi à trouver la force de vivre libre de toutes les contraintes qui nous pourrissent la vie...

Je ne sais pas si ce médecin est quelqu'un d'important pour toi mais si mon médecin se permettait de telles réflexions, je ne me gênerai pas pour lui dire ce que j'en pense...

 

Bon, désolée mais ça m'a quand même mise en colère. Je te souhaire une bonne continuation dans le programme, prends soin de toi.

080413075303_Rikki.
Abonné

Je suis extrêmement choquée par les propos de ce médecin.

 

Je pense que le minimum de respect enver les personnes déportées devrait interdire ce type de raisonnement.

 

Mais si je m'oblige (ce qui me fait souffrir) à prendre ce raisonnement au sérieux, je voudrais répondre :

 

- hors assassinat direct, le taux de mortalité dans les camps de concentration était effarant, du fai tjustement  de la sous-alimentation (entre autres). Les personnes obèses ont été parmi celles qui sont mortes le plus rapidement, les survivants en témoignent.

- quand on est mort, on n'est pas gros. Je n'ai jamais vu de squelette obèse. (cynisme pour cynisme, il faut aller jusqu'au bout du raisonnement, non ? Et les survivants de camps de concentration étaient des squelettes ambulants)

- les personnes ayant survécu aux camps de concentration ont eu des problèmes d'alimentation dus à la dénutrition profonde qui ont souvent duré des années, voire toute leur vie

- j'ai personnellement connu une dame, déportée à 16 ans et rescapée, qui à la soixantaine avait un fort surpoids. Mais elle souffrait beaucoup moins de ce surpoids que des terreurs nocturnes qui, 50 ans après, la faisaient encore se réveiller en hurlant.

 

Si on ne mange pas, on ne mincit pas. Si on ne mange pas, on tombe malade, puis ON MEURT. La sous-alimentation fait partie des tortures.

Niquette.
Abonné

Bonjour,

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Bien évidemment quand il m'a tenu ses propos il a vu que j'étais choquée en tant que prof d'histoire bien sûr mais aussi en tant qu'humaniste.

Chaque année je rencontre une dame formidable qui vient témoigner de sa déportation auprès de nos jeunes. Elle évoque ses années terribles. Elle est aujourd'hui toujours si élégante et coquette et veut montrer un visage agréable pour ses jeunes pour porter un message d'espoir et de tolérance dit-elle. Elle me dit qu'elle leur doit une allure agréable par respect.

Je culpabilise en effet car cette personne qui a vécu l'indescriptible fait preuve de beaucoup de volonté pour être " présentable" comme elle dit malgré son âge et son parcours.

Ce médecin, dont j'apprécie le diagnostique sûr, a pris du temps avant de me dire cela et je pense qu'il a voulu me faire comprendre qu'on peut toujours maigrir . Se prendre en mains .

 Se donner bonne conscience en disant je suis obèse et je ne peux pas maigrir c'est peut-être un manque de volonté ou en tout cas un manque de respect vis-à-vis des autres et surtout de soi même ?

J'avoue être un peu perdue entre le poids à atteindre, l'image de soi et l'image que les autres nous renvoient. Même si on est "une belle personne" avec du charisme l'enveloppe corporelle reste la première impression que l'on donne de nous. Cette image lorsqu'on est obèse est souvent celle d'une personne qui se néglige donc qui ne se respecte pas .Il suffit de voir 2 personnes mangeant une glace, si l'une est une élégante jeune femme on dira d'elle " comme elle se régale" alors que pour l'obèse " quel manque de volonté elle s'empiffre".

Alors oui on peut maigrir ( j'ai déjà perdu des "tonnes" ) mais pour ne pas regrossir où est la limite entre "faire attention" , "écouter ses sensations alimentaires"  " respecter son corps" ...Accepter une image de soi qui n'est pas forcément celle attendue et qui fera souffrir. ( La réflexion de la vendeuse sur un petit régime pour que le vêtement tombe mieux....alors qu'on vient de perdre 30 kilos ! Désarmant )

Le chemin est long.

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bonjour niquette, bonjour tout le monde,

Je n’en peux plus, de ces médecins qui veulent vous envoyer en camp de concentration ! Et je n’en peux plus de ceux qui vous demandent de faire appel à votre volonté et de « réagir ». Je n’en peux plus de ces slogans comme « Arbeit macht frei », ou « Diet macht slim ».

Bon, voilà qu’avec le travail avec LineCoaching, vous avez perdu déjà 3 kilos. Vous êtes donc dans la bonne direction. Suivez-vous vos sensations alimentaires ou bien est-ce encore de la restriction cognitive ? Les choses se préciseront peu à peu. Laissez du temps au temps…

Le poids d'équilibre, encore et toujours : nous décevra-t-il ? Serons-nous déçus de ne pas être autre que ce que nous sommes, ou ce que nous serons bientôt ? Tout dépend de nos espérances, de leur raisonnabilité (voilà que je parle comme un énarque, maintenant, au secours !) Si certains maigriront comme ils l’entendent, d’autres ne maigriront que comme ils le peuvent, et pas davantage.

Je vous propose de voir les choses ainsi : le mieux qu’un être humain puisse faire, c’est d’aller au bout de ses potentialités, de ses capacités. La folie commence lorsqu’on tente d’être autre que ce qu’on est. Disons, plus mince que nature, par exemple. Plus mince que son poids d'équilibre. En respectant de votre mieux vos sensations alimentaires, vous êtes sur ce chemin: laisser cet équilibre se faire. Vous serez vous, authentiquement vous, et il n’est pas possible de se demander plus.

Sans doute, étant authentiquement vous, ne plairez-vous pas à tous. Peut-être parce que votre corps ne répond pas aux critères de conformité sociale. Peut-être pour d'autres raisons. Peut-être ne vous plairez-vous pas, parce que vous aussi êtes prisonnière du discours social. Mais peut-être pourrez-vous vous accepter telle que vous êtes, car vous saurez que vous faites du mieux que vous pouvez. 

 

La stigmatisation des personnes en surpoids existe, il ne faut pas se le cacher. Comme toutes les formes de stigmatisation et de discrimination, cela est profondément injuste.  Mais la vie n’est pas juste. Elle est telle qu’elle est, et nous la vivons, moment après moment. Du mieux que nous pouvons.

Niquette.
Abonné

Merci, mille fois mercis M.Apfeldorfer !

je vous relirai souvent pour me donner du peps quand je n'aurai plus confiance. Il est vrai que nous passons tous par des hauts et des bas . Il est aussi plus facile d'aider les autres que soi même il me semble.C'est peut-être là encore une des clefs. S'accepter, se bichonner se regarder.

Que d'étapes à franchir mais je comprends que si le chemin est long au moins il y a un chemin !

Marie-Paule.
Abonné

J'ai évoqué la méthode LC avec mon psy et il m'a dit "tu as le droit d'avoir des kilos en trop si tu veux" et ça a fait tilt. Oui, j'ai le droit , parce que la vie ne m'a pas facilité la tâche et que oui, j'ai compensé en mangeant. Et alors ? il fallait faire quoi ? boire ? fumer ? prendre des calmants ? J'aurais pu aussi (encore aurait-il fallu que quelqu'un m'en parle...) faire du sport, rencontrer des amis, mais justement j'étais mal, isolée, enfermée avec comme copain le frigo et l'armoire à crasses. Et après c'est la valse des régimes : j'ai bien perdu 200 kg, mais toujours le même ! 

Et ce fameux "déclic" qu'il faut avoir pour commencer un régime, comme si on ne le voyait pas, comme si on ne le sentait pas qu'on est lourde, encombrée, fatiguée par ce poids supplémentaire ! Le déclic, je l'ai eu des dizaines de fois, vexée par un "ça te plait d'être mal dans ta peau ?" ou "regarde comme tu étais à 18 ans" ou "tu ne vas quand même pas faire du tennis avec tes cuisses ?" Non, je vais me couper les jambes avant de monter sur le terrain...

Alors, oui, maintenant j'assume mes kilos et j'arrête de martyriser mon corps en le privant, en lui demandant des choses qu'il ne peut pas encore faire (jogging) et je choisis de lui, de nous faire du bien. De toutes façons, ça ne sera pas pire, et si je ne maigris pas, au moins je serai en paix.  Si je perds du poids, tant mieux, et encore je ne voudrais pas trop perdre, j'aime bien mon côté "Joséphine", mes vêtements amples et mes rondeurs joyeuses. Juste perdre ce qu'il faut pour protéger mes articulations et bouger encore longtemps.

Ma mère a vécu la guerre, elle était mince, elle mourait de faim et elle est morte obèse, bien entendu. Elle n'a jamais su se réguler, elle mangeait "au cas où". Et elle faisait une crise de panique tous les 31 décembre à cause des pétards, chaque fois qu'un chien aboyait, qu'un avion passait dans le ciel... Deux jours avant de mourir, alors qu'on lui offrait une crème vanille, je voyais dans ses yeux qu'elle se demandait si elle pouvait la manger... Je ne veux pas finir comme ça !

LC, pour moi, c'est d'abord un temps que je me donne pour faire la paix avec mon allimentation !

Haut de page 
X