programme suivi mais balance (désespérément !) immobile LE DOUTE !! - 28052013

Franne67.
Abonné

bonjour, 

J'ai besoin de comprendre !  Lorsque je saisis mes prises alimentaires sur le carnet "dégustation" je me rends compte que je mange en  "pleine conscience" maintenant, sans autre occupation, en essayant au maximum de déguster, à table, bref, je ne me "remplis" pas. Je ne suis pas sujette aux EME ayant déjà beaucoup travaillé sur l'aspect émotionnel par ailleurs. 

J'ai l'impression que je mange à ma faim parfois (mais c'est assez rare) un peu trop mais pas dans des proportions importantes. 

j'ai découvert la satiété en lisant une phrase dans un chat avec GA "la satiété c'est dans la bouche". Pour la première fois de ma vie j'ai pris conscience que l'excellent chocolat au lait et noisettes que je mangeais n'avez absolument plus aucun gout alors que quelques bouchées plus tôt je le trouvai fabuleux. Expérience étonnante ! 

Maintenant lorsque je ressens un creux à l'estomac mais que mon cerveau me dit "vérifie dans la bouche car tu as quand même beaucoup mangé" et, il s'avère que je n'ai plus de plaisir à manger et qu les aliments perdent leur saveur, je m'arrète et quelques instants plus tard (aidé parfois d'un verre d'eau) la sensation de creux disparait pour laisser place à la sensation agréable d'estomac plein. 

Alors "tout va bien" me direz-vous ! eh bien non... Je ne me nourris presque que de féculents et légumiseuses, beaucoup de biscuits secs (bio et avec des céréales dedans donc plus nutritifs que des biscuits faits de sucres et de graisse), je n'ai que très rarement envie de légume et viande, poisson, oeufs sont peu fréquents. Quant aux laitages je n'en mange pas étant intolérante à la protéine de lait. 

Cela fait 25 ans que j'alterne période de régime, de lachage, j'ai donné dans l'hyper protéiné (mais le corps a dit NON), c'était d'ailleurs le dernier avant linecoaching... yoyo avec une amplitude de 10 à 15 kg à chaque fois. Je pèse 94,6 pour 1,67... IMC 34.1

Physiquement et psychologiquement je vais bien, je mange à ma faim, je suis contente de ce que je mange, ma nourriture me plait, je dors bien, je me suis réconciliée avec le fait de manger et j'aborde l'avenir au niveau convivialité, invitation aux repas... avec beaucoup de sérénité ayant conscience que je commence à maitriser la satiété et mes sensations corporelles.

Mais j'ai quand même un objectif précis auquel je suis extrèmemnt attachée : perdre du poids or de ce coté là...rien... J'ai besoin d'être rassurée, j'ai besoin de pouvoir me projeter dans l'avenir à assez court terme. J'ai lu les témoignages c'est pour celà que je continue et je fais confiance à la méthode car je sens que c'est ce qu'il me faut. Mais, je le répète, j'ai besoin d'être rassurée quant au fait que je vais perdre du poids et que ma progressions va dans le bon sens. merci pour votre réponse.

 

Commentaires

pleinedespoir.
Abonné

Hello Franne 67,

Oh comme je te comprends! moi non plus je ne maigris pas et j'ai l'impression que je dois réduire encore mes portions... un ami médecin me disait : "Il faudrait toujours avoir un peu faim en quittant la table si on veut maigrir"... fichtre ,je pense qu'il avait raison... alors on peut causer, causer je pense que si on ne se restreint pas ... on ne  maigrit pas! le tout  est de s se restreindre sans se priver ou se frustrer  trop d'où l'importance de manger lentement en pleine conscience ,en dégustant etc etc... masi dans le fond tout cela reste un peu mathématique : si je gagne plus que  je dépense ,je fais des économies et en matière de kilos économie = kilos en plus!

Je ne peux guère te rassurer mais  ta coach le peut... par contre je peux te dire que je suis sur le même chemin et de tout coeur avec toi...

curuni.
Abonné

Bonjour Franne 67,

difficile en effet de ne pas avoir de doutes quand le poids ne baisse pas... Pour ma part, j'ai perdu 2 petits kilos en 2 semaines et depuis..... RIEN ! (depuis 1.5 mois)

Bon, au moins je ne reprends pas....

L'avantage de la méthode c'est que tu comprends peu à peu ce qui est encore à modifier dans ton comportement alimentaire et donc, tant qu'il y a une marge de progression, la perte de poids est possible...

C'est ce que je me dis... J'ai moins d'EME, je les gère mieux et je n'ai pas encore travaillé la dégustation ni la satiété donc j'ai toujours l'espoir de pouvoir encore perdre quelques petits kilos !

Je suis sûre que ça va venir pour toi aussi !

Bonne journée

Franne67.
Abonné

Salut Pleinedespoir, 

Effectivement quitter la table en ayant un peu faim c'est aussi ce que recommande la sagesse de la médecine traditionnelle chinoise... Le seul problème c'est que pour moi avoir faim est synonyme de "etre frustrée"... Or le frustration de ce coté là ça fait... 30 ans que je me la coltine... et comme toute chose, il y a des limites. Donc de la frustration je passe à l'obsession puis je craque et je me remets à manger alors que je pourrais différer celà jusqu'au prochain repas. Mais pour l'instant c'est un peu comme un ancien fumeur qui devrait vivre sans jamais sentir une odeur de cigarette pour supporter son sevrage... Ne pas s'exposer à la frutstration. 

En tout cas vu tout ce que je mange je devrais grossir... or là... je ne maigris pas mais je ne grossis pas non plus. Et je me fais plaisir à chaque repas. C'est plutôt agréable voire même un soulagement. Mais si j'avais une baguette magique je dirais : "allez on retourne à la période pas de kilo en trop et, promis, je fais du Linecoaching un principe de vie !!!". Il n'y aurait pas un petit génie qui traine dans le coin pour exaucer mon voeu ?

bon courage à toi aussi...

pleinedespoir.
Abonné

Salut Franne,

J'ai pas de baguette magique mais ce que tu dis sur la frustration m'interpelle: c'est si juste.... déjà ,bravo de ne plus grossir et de te faire plaisir et je pense que vient après le plaisir de ne plus se sentir" pleine"... mais un peu libre , tu ne crois pas? donc à la place de la frustration... un nouveau plaisir celui d'experimenter le "pas trop plein" et pouvoir jouer avec cela... on sait qu'on peut remanger quadn on veut mais on prend son temps .enfin... je l'espère pour toi et pour moi....

A bientôt peut-être

izabelle
Animatrice forum

juste pour vous apporter mon expérience perso....  quand je suis à satiété, en fait j'ai encore un tout petit peu faim....  mais ça passe ensuite très vite, genre en 5 minutes.....

ça correspond à ce que dit le médecin que tu cites, en fait.....   

après ce n'est pas de la frustration, pour moi, maintenant, de quitter la table avec un tout petit creux, d'abord parce que je sais que je suis à satiété, en réalité

à un moment j'ai eu des EME de fin de repas, et alors je me sentais frustrée, mais plus maintenant

 

sur le moment quand tu quittes la table, tu sens encore un petit creux mais en fait tu n'es plus intéressée par les aliments, et au bout de quelques minutes plus du tout faim....

c'est mon expérience à moi de la satiété pour l'instant

et en faisant comme ça je n'ai jamais faim avant le repas suivant

 

tout ça pour dire, la satiété c'est pas évident, il faut se laisser le temps de pouvoir appréhender à quoi ça correspond

Franne67.
Abonné

Hello Izabelle, 

Merci pour ta contribution. C'est quelque chose que je pense être aussi en train d'expérimenter. Le petit creux à l'estomac qui se remplit tout seul quelque minutes après avoir quitté la table. Mais ce que j'ai aussi observé c'est que quitter la table avec encore faim cela ne me permet pas de tenir jusqu'au repas suivant et comme je ne veux pas grignoter (je ne suis pas une grignoteuse naturellement) et bien je me "jette" sur la nourriture le repas suivant donc la dégustation devient un exploit ! En lisant les témoignages et en réfléchissant je me dis qu'en trouvant les sensations justes de la satiété, celles qui traduisent le fait que le corps a eu ce dont il a besoin mais pas plus pour tenir jusqu'au prochain repas, ça doit être cela "la clé". Maintenant je ne suis pas assez avancée et je ne sais pas si, comme pour la faim, les outils me permettront d'expérimenter la satiété (j'ai découvert les trois type de faim sans problème, maintenant j'essaye vraiment de manger quand j'ai une "bonne faim"). Ce n'est pas que je n'ai pas confiance mais c'est bizarre d'avancer comme cela "à l'aveugle". Je me laisse conduire mais les inquiétudes me lachent difficilement... Je me dis que j'aurai perdu du poids pour l'été  2014... tant pis pour 2013... ouinnnn... ;-)

Nounette73.
Abonné

Ca me rassurera aussi s'il y a des témoignages de personnes qui ont mis un moment avant que la perte de poids ne s'amorce ...

Franne tu as tout mon soutien !

izabelle
Animatrice forum

oui surtout ça sera pour toute la vie, pas seulement pour l'été!!!

c'est bien d'accepter d'avancer à l'aveugle, ça t'oblige à lâcher prise, à sortir donc des "pensées" sentiers battus, et à découvrir une nouvelle façon de fonctionner

en effet, tu pourras faire l'expérience de cela lors de l'étape de l'appétit prévisionnel, je crois....

si déjà tu "as" la faim, c'est super, le reste se mettra en place peu à peu....

il faut du temps, moi il m'en a fallu beaucoup mais je suis arrivée ici avec un fonctionnement basé sur les EME quotidiennes, donc remettre en cause un fonctionnement de 30 ans ça ne s'est pas fait en un jour, ce n'est même pas fini, mais pfff  quelle libération!

Totom.
Abonné

Franne, peut être que la solution pour toi serait d'accepter de prendre une collation : prendre une collation ce n'est pas grignoter, c'est répondre à sa faim, pour éviter d'aborder le repas en état de grande faim.

Prendre une collation ne coupe pas la faim, cela évite juste de craquer au repas suivant parce qu'on a trop faim : la seule difficulté de la collation c'est de ne pas être tenté d'assouvir complètement sa faim, car sinon c'est clair qu'on n'a pas faim au repas suivant ...

Grignoter c'est manger sans faim ...

Voilà toute la différence entre grignoter et prendre une collation.

Franne67.
Abonné
Oui... C'est vrai que grignoter c'est manger sans faim, manger pour manger. Donc finalement pas de risque à quitter le repas avec un doute. En fait on est tellement conditionné par : "vous voulez maigrir, commencez par arrêter de manger en dehors des repas" que je viens de me rendre compte que je m'interdis de manger en dehors des repas. Il va vraiment falloir aller au bout du conditionnement pour lâcher prise... Beaucoup de boulot en perspective mais quelle liberté ! Merci Totom pour cette intervention.
Totom.
Abonné

Le plus dur dans la collation, c'est d'accepter de ne pas calmer totalement la faim ... surtout si à ce moment là on a une EME..

Je suis contente si j'ai pu t'aider un peu:)

Ziguele.
Abonné

En commençant le programme LC, il me semble que la majorité d'entre nous sort d'une période plus ou moins longue de régime/contrôles/restrictions. Pour ma part jai passé de régimes pendant lesquels je "crevais de faim" à des périodes où je remplissais mon estomac au-delà du raisonnable....

Retrouver les bonnes sensations de faim et de satiété est donc compliqué, en tous les cas pour moi....Comme Izabelle il me faudra du temps pour réapprivoiser mon estomac et mon corps et décoder les signaux qu'ils m'envoient. Je découvre qu'en mangeant moins, je n'ai pas plus faim qu'avant, par exemple etc. etc.

Cet apprentissage est soutenu par la pleine conscience et là aussi il faut un peu de temps pour entrer dans cette méthode super efficace. Pendant cette période d'apprentissage il faut faire attention de ne pas "tout lâcher" au niveau des restrictions ou du contrôle, car la prise de poids est vite là....C'est hyper démotivant de débuter LC avec une prise de poids... Il faut donc admettre que, comme débutante, il faut rester prudente.

J'ai pu maintenir mon poids depuis le début de LC et c'est déjà, pour moi, une victoire. Petit à petit je sens que je commence à décoder mieux les signaux de mon corps mais il y a encore un grand chemin à faire. Patience, patience donc, même si la balance ne va pas dans le sens souhaité...

Bonne chance à toutes et à tous

Ziguele

Käess.
Abonné

Franne67, j'en suis aussi à la dégustation et comme toi.... c'est pas encore top niveau poids. 

Pour ce qui est de tes envies : pour ma part c'est la dégustation qui m'a permis de comprendre que j'aimais plus les émotions évoquées par le pain par exemple que le pain. Et que je ne profitais aps assez de mes lentilles corail qui sont excellentes. Je pense que tout va se tasse puisque c'est peut-être suite à des restrictions que tu as changé ta perception des aliments. 

Pour ma part, ma balance c'est mon moyen de vérifier si tout va bien, je me pèse tout les 15 jours. Elle me stresse un peu cette pesée. Alors j'évite. Je n'ai pas tellement de mérite, je ne me suis jamais beaucoup pesée, et j'ai perdu une taille le pantalon (avant LC), alors je me sens bien. Je n'ai presque pas perdu de poids avec LC. J'ai beaucoup progressé, donc je sais que je vais en perdre, mais je ne m'attend pas à en perdre avant d'avoir fini mon parocurs alimentaire vu que je ne sors pas d'une phase d'ogresseries mais de d'une grande perte de poids. Et je ne m'arrête pas à satiété. Dur dur de la perçevoir. 

Parce qu'il faut accepter de la percevoir. 

Aujourd'hui, j'ai atteint la satiété avec.... un sandwich poulet-crudités (et une compote à 9h). J'aurais pû n'en manger que la moitié, mais j'ai tout mangé, du coup, je n'ai pas faim ce soir. Quand je vois les gens avant moi prendre la formule avec la super pâtisserie et la boisson et la promo qui va avec, c'est rageant. Pour moi, accepter la satiété, c'est accepter : 

  • De ne pas se remplir ("soulagement" d'être repue)
  • De ne pas passer sa journée à attendre ses repas (hips, j'ai jamais grignotté, mais j'organisais des festins pantaguéliques deux fois par jour)
  • De laisser (ouch, je déteste gâcher)
  • De déguster et de prendre des petites portions à la cantine (et de tenir bon face à mes copines qui mangent entrée-plat-dessert et qui disent "mais allez tu es au régime mangeeeeee" quand je me donne un mal fou pour ne pas enchaîner les bouchées de manière mécanique affolée)

Je ne sais pas si c'est votre cas, mais je note que LC c'est fourbe. Parce qu'on est pas toujours honnêtes envers nous mêmes, c'est comme si on était schizophrènes : une partie de nous veut s'observer, l'autre se mentir. Avec les semaines, je sens que je me mens dès que je ne regarde pas mes sensations avec une grande concentration. Je me fais croire que j'ai faim, parce que ça me frustre de sauter un repas et de laisser. 

Voila comment je vis ma presque-non-perte-de-poids d'un kilo alors que si je mangeais comme avant LC j'en aurais perdu au moins 3.

Donc pour moi pour l'instant, stratégie de survie : 

  1. On continue le parcours et on prend son temps
  2. On s'introspecte le temps de comprendre ce qui tourne ovale
  3. On achète moins, mais du super-bon-bio-qualitatif
  4. Et on attend le retour de la faim ! 

En attendan de finir mon parcours je reativise en pensant que j'ai jamais mangé autant de choses méga caloriques et que j'ai jamais été aussi peu ballonnée, que j'augmente doucement mon plaisir et que je ne grossis pas. 

Bravo à celles et ceux qui m'ont lue jusqu'ici ! 

papaye971.
Ancien abonné

Salut... voici mon expérience sur le sujet:

inscrite depuis 1 an et demi, au début j'ai perdu 3 kilos assez rapidement, juste en me faisant plaisir, puis en juillet aout, déménagement, fini les bons réflexes de la PC, de la dégustation... fini l'écoute de moi!!!!

EME répétées et non gérées....

Je suis donc au bout de 18 mois au même poids que le jour de mon inscription, enfin j'exagère, je dois peser 300 g de moins!!! looool

J'ai certes pas perdu de poids, MAIS j'ai perdu beaucoup de mauvaises habitudes et surtout j'ai GAGNE en sérénité: je trouve mon bilan plutôt positif:

1. aucune restriction cognitive 

2. du plaisir dans tout ce que je fais, y compris le sport

3. je prends du temps pour moi...

4. je mange quand j'ai faim (je ne sais pas encore m'arrêter systématiquement à sassiété, mais j'y travaille)

c'est déjà BIEN!!!

Biche.
Abonné
Plume m'a part c'est pire puisque j' ´ai pris 3kg depuis,janvier..... Je pense que c'est du au fait que je paye toutes les années de privations en tout genre, et que je n'ai pas eu la volonté de ne pas prendre de trucs caloriques ´ je me suis jetée a corps,perdu dans la bouffe , jusqu'à en être malade..... Pour l'instant je vais mieux et je suis repue de tout ce que j'ai pu remanger, je me suis calmée et j'ai beaucoup moins d'eme,j'arrive presque a m'arrêter a saltiete, j'estime donc que j'avance , je n'ai plus pris de poids , j'ai même perdu 1k ((1des3que j'ai pris). Je suis donc sur le bon chemin. J'écoute mieux mon corps , même si je ne fais pas souvent de RPC, sauf le matin, sinon j'ai du mal a y penser, mais je fais parfois quelques secondes par ici et par la... Je me centre sur mes sensations même si c'est en cours de repas et pas au début.... Aujourd'hui pour la première foi, j'ai réussi a ne pas avoir d'eme , a arriver a chaque repas en ayant faim et a m'arrêter quand la sensation de satiété est bien la.... Pour la première fois je n'ai,pas dévorer un peu de tout en préparant le dîner...il y a donc progrès, on verra plus tard , le résultat sur le poids.... Mais la n'est pas ou n'est plus le plus important., c'est le sentiment de bien être qui est le meilleur atout pour continuer. Courage a toute , la victoire est au bout ....de nos efforts pour revenir a la normale....
Franne67.
Abonné
Merci Käess... Super témoignage. Je partage aussi ce regret de me dire qu'il va falloir être "sage" avec la nourriture et ses perceptions corporelles. Parce que finalement c'est de ça dont on parle... Bien entendu comme tu le dis les effets sont positifs... Mais manger pour manger... Ça avait un côté lâchage bien sympa quand même...
Lavienrose.
Abonné
[quote=Käess]

Franne67, j'en suis aussi à la dégustation et comme toi.... c'est pas encore top niveau poids. 

Pour ce qui est de tes envies : pour ma part c'est la dégustation qui m'a permis de comprendre que j'aimais plus les émotions évoquées par le pain par exemple que le pain. Et que je ne profitais aps assez de mes lentilles corail qui sont excellentes. Je pense que tout va se tasse puisque c'est peut-être suite à des restrictions que tu as changé ta perception des aliments. 

Pour ma part, ma balance c'est mon moyen de vérifier si tout va bien, je me pèse tout les 15 jours. Elle me stresse un peu cette pesée. Alors j'évite. Je n'ai pas tellement de mérite, je ne me suis jamais beaucoup pesée, et j'ai perdu une taille le pantalon (avant LC), alors je me sens bien. Je n'ai presque pas perdu de poids avec LC. J'ai beaucoup progressé, donc je sais que je vais en perdre, mais je ne m'attend pas à en perdre avant d'avoir fini mon parocurs alimentaire vu que je ne sors pas d'une phase d'ogresseries mais de d'une grande perte de poids. Et je ne m'arrête pas à satiété. Dur dur de la perçevoir. 

Parce qu'il faut accepter de la percevoir. 

Aujourd'hui, j'ai atteint la satiété avec.... un sandwich poulet-crudités (et une compote à 9h). J'aurais pû n'en manger que la moitié, mais j'ai tout mangé, du coup, je n'ai pas faim ce soir. Quand je vois les gens avant moi prendre la formule avec la super pâtisserie et la boisson et la promo qui va avec, c'est rageant. Pour moi, accepter la satiété, c'est accepter : 

  • De ne pas se remplir ("soulagement" d'être repue)
  • De ne pas passer sa journée à attendre ses repas (hips, j'ai jamais grignotté, mais j'organisais des festins pantaguéliques deux fois par jour)
  • De laisser (ouch, je déteste gâcher)
  • De déguster et de prendre des petites portions à la cantine (et de tenir bon face à mes copines qui mangent entrée-plat-dessert et qui disent "mais allez tu es au régime mangeeeeee" quand je me donne un mal fou pour ne pas enchaîner les bouchées de manière mécanique affolée)

Je ne sais pas si c'est votre cas, mais je note que LC c'est fourbe. Parce qu'on est pas toujours honnêtes envers nous mêmes, c'est comme si on était schizophrènes : une partie de nous veut s'observer, l'autre se mentir. Avec les semaines, je sens que je me mens dès que je ne regarde pas mes sensations avec une grande concentration. Je me fais croire que j'ai faim, parce que ça me frustre de sauter un repas et de laisser. 

Voila comment je vis ma presque-non-perte-de-poids d'un kilo alors que si je mangeais comme avant LC j'en aurais perdu au moins 3.

Donc pour moi pour l'instant, stratégie de survie : 

  1. On continue le parcours et on prend son temps
  2. On s'introspecte le temps de comprendre ce qui tourne ovale
  3. On achète moins, mais du super-bon-bio-qualitatif
  4. Et on attend le retour de la faim ! 

En attendan de finir mon parcours je reativise en pensant que j'ai jamais mangé autant de choses méga caloriques et que j'ai jamais été aussi peu ballonnée, que j'augmente doucement mon plaisir et que je ne grossis pas. 

Bravo à celles et ceux qui m'ont lue jusqu'ici ! 

[/quote] J'ai tout lu... Y'a quoi à gagner ? ;-)) Blague à part, chapeau bas pour ton compte rendu. Je n'ai vraiment pas cette capacité à savoir où j'en suis. Je me fais la promesse d'en écrire un en juillet.
curuni.
Abonné

Bonjour Käess,

j'ai tout lu aussi ! Et je partage complétement ton avis ! Je me suis également fait la réflexion que LC était "fourbe"... Mais bienveillant... J'en suis à l'étape de la dégustation mais je me rends compte déjà que je mange moins qu'avant et des fois ben c'est pas drôle d'avoir envie de plein de trucs et de se dire qu'après le premier "plat" on n'aura de toute façon plus faim...

Donc, pour l'instant, je "m'autorise" à lâcher une fois par semaine en cas d'EME un peu forte et, ce soir là, je dévore tout ce qui me fait ENVIE. Depuis quelques temps d'ailleurs ça passe doucement à une fois tous les 15 jours.

En attendant, le bien être est là et, comme je me suis bien remise au sport avec LC : mon métabolisme augmente donc j'ai plus faim qu'avant ET je muscle donc j'affine !

 

Bon courage à toutes, nous avons fait le bon choix et LC nous fait du bien !

Käess.
Abonné

Franne67, merci ! Oui je trouve aussi que mes journées sont plus faciles émotionnellement avec un lâchage au repas... Mais ce que m'a répondu G. Apfeldorfer c'est que c'est un piètre plaisir. Je pense que la clé, c'est de comprendre qu'on vaut mieux que ce petit plaisir et de faire confiance à LC et de les croire qu'il y a un plaisir bien plus grand au bout du parcours. Il y a toujours un petit plaisir dans les situations incofrtables qui nous pousse à les mainternir, je crois que c'est de cet ordre là.

Lavieenrose je te rassure, je parle facilement, mais seul le temps me confimera si je visais juste :)) et Bravo pour l'endurance dans ta lecture !

Curuni, dès qu'on nous fait nous poser des questions, forcément on peut se tromper. C'est toujours cette idée d'aller chercher les réponses en nous plutôt que d'appliquer une alimentation toute pensée. Mais du coup c'est fourbe, j'ai vraiment un diablotin de moi qui m'incite à fuir. Je ne sais pas pour toi, mais les lâchages (qui avant étaient la règle) me tordent en deux. Une fois qu'on commence à se réguler le corps se déshabitue. Du coup je trouve les lâchages pas si fous-fous que ça. Mardi, une part de flan coco mangée sans faim : malade pendant un jour et demi. La prochaine fois je poserai sept fois ma fourchette avant de manger (nouvelle expression). Et félicitations pour le sport ! J'aimerais pouvoir en dire autant !!!

curuni.
Abonné

Käess : Oui, moi aussi mon corps "m'engueule" dès que je dépasse un tout petit peu la limite... Mais le grand progrès de ma part c'est qu'avant j'engueulais mon corps en retour (qui a dit que j'étais schizophréne ??) et maintenant.... Je lui demande pardon....

Merci pour le sport : rien de violent que tu ne puisses faire aussi (si tu en as envie) : de la gym sans poids ou à poids très lèger et du vélo elliptique mais vraiment en appui de la gym et la musculature ne vient que de la gym !

Franne67.
Abonné
Käess et Curuni, j'ai observé comme vous que les excès se payent de plus en plus cher... Comme si le corps disait "bon ma cocotte t'as réalisé que tu me bousculait maintenant je ne me laisse plus faire..." Pour ma part les symptômes c'est une acidité gastrique avec remontée pas cool dans la trachée quand je fais un excès de produit sucré... Alors je suis aussi un peu schizo et maso aussi : je dis merci quand ça fait mal !!! OUPS... Finalement c'est qui le boss ? Bein c'est le corps... Bienvenue dans le monde réel !
aster.
Abonné

Comme vous, j'ai perdu peu de poids, mais je me régule beaucoup mieux et je ne grignote plus. J'ai fais un bon goûter cettte aprem, et là j'ai toujours pas faim, je me sens gavée (mais j'ai senti que je dépassais ma faim à la fin du goûter), donc je mangerai ce soir tard, ou demain.

Malgré tout c'est une frustration de ne pas perdre de poids rapidement comme avec un régime hypocalorique (mais je crevais la dalle en permanence, alors que là j'ai faim juste avant de manger et que je me fais plaisir en mangeant).

Moi aussi j'aimerais rembobiner et commencer le programme LC au poids que j'aimais bien avoir (et que je pleure), mais bon, c'est comme ça et le plus important est de s'apprivoiser et de se réconcilier avec soi-même.

Je fais aussi de la gym, ça m'aide à me sentir bien, même avec mes kg en trop.

fadinarde.
Abonné
Bonsoir! Je fais les mêmes constats que vous: je paie cher mes excès (là par ex je suis en vacances à Nice, rythme complètement décalé mais c'est pas grave. Donc déjeuner à 15h sur une terrasse, un calzone que j'ai mangé presque intégralement, une foutue eme de fin de repas, puis un dessert à la boulangerie du coin. Résultat: mal au ventre depuis cet aprèm. Pour m'aider à digérer j'ai marché 5km au bord de la mer. Je n'ai pas dîner, sauf quelques fraises et 2 figues fraîches. C'était déjà trop mais j'ai limité les dégâts...) Je vas essayer de réguler demain, et me remettre à la marche et surtout à la rpc, d'autant plus que je vais recommencer à travailler, la saison des mariages commence, sûr que je devrais jongler avec stress et contrariétés... Pas non plus de perte de poids après 9 mois... C'est décourageant, et pourtant je vois quelques changements dans mon comportement. Je crois que je vais essayer aussi de limiter mes portions (une sorte de fractionnement libre :-) ) en gardant en tête la possibilité d'une collation.... Enfin, toujours plus facile à dre qu'à faire!!
nouvomoi.
Abonné

Coucou tout le monde

Moi non plus je ne perds pas de poids

Mais je ne me pèse plus, j'ai déjà lâché le stress du à la balance, c'est déjà ça !!! (mon jean me sert de point de repère !!)

Mais je crois qu'en fait je mange trop globalement, juste un peu trop, ce qui fait que je ne grossis plus (c'est déjà "énorme" hihi !!)

Je pense qu'au fur et à mesure que je vais avancer dans le programme, je vais me rendrecompte que je n'ai pas besoin de manger autant, pour autant de plaisir ...smiley

bon weekend, il paraît que le soleil revientcool

curuni.
Abonné

Bonjour les filles !

Franne 67 : moi j'ai des coliques (désolée pour le manque de poésie dès les matin)... Et ça fait un mal de chien ! Rien à faire à part masser doucement, souffler et attendre que ça passe. Je crois aussi que je bois un peu trop de gazeux (coca zéro, perrier...).  La bonne nouvelle c'est que même si nous sommes schizo, maso, sado... C'est maintenant "au profit" de notre corps, plutôt bien... Et oui, c'est lui qui commande MAIS ma découverte récente : notre corps c'est aussi... NOUS.... Eh oui donc on apprend simplement à gèrer son corps en laissant à chacun son boulot : le corps pour la bouffe, le sport.. La tête pour le boulot, les sentiments, la réflexion, la lecture.... Et les deux ensemble pour le PLAISIR wink

Aster : non, non, on ne peut pas revenir en arrière. Moi l'année dernière j'avais le livre "maigrir sans régime" dans les mains et je n'ai pas fait le programme car je voulais perdre vite pour l'été PUIS faire la méthode... Et voilà comment j'ai "perdu" un an, c'est malin hein...wink

Fadinarde : tu en as de la chance d'être en vacances à Nice ! En effet, niveau alimentation ce n'est pas toujours facile à gèrer... Peut-être peux tu revenir sur l'outil "gèrer les repas de fête" ? Quoiqu'il en soit profites en et tu as bien géré en ne mangeant que quelques fruits le soir !

Nouvomoi : je suis sûre que ce n'est qu'une fois que nous aurons affiné un maximum nos sensations et notre comportement que le poids redescendra, patience, patience... Positivons en nous disant que la marge de progrès étant réelle, pas de raison que le poids ne continue pas à descendre!

Oui, le soleil est là et, bon sang ça fait du bien !!! 

Très bon week-end !

Gérard Apfeldorfer ancien
Votre coach

Bonjour à toutes et tous,

Ah, ce poids qui ne veut pas faire ce qu’on veut qu’il fasse !  Ça ne veut pas maigrir !

Bon je rappelle que l’objectif proposé est d’atteindre le poids d'équilibre et de s’y installer durablement, définitivement. Le poids d’équilibre ou set-point est le poids que l'on fait quand on mange selon les besoins de son organisme, c'est-à-dire quand on respecte ses sensations de faim et de satiété. Mais beaucoup de personnes sont au-dessus de ce poids. Elles peuvent donc espérer mincir et se stabiliser sans privation, en mangeant en fonction de leurs sensations alimentaires. 

Comment savoir si on est au-dessus de son poids d’équilibre, et donc si on peut espérer maigrir durablement? Il n’existe pas de moyen de mesurer ce poids d’équilibre, mais il existe certains indices :

- Les membres de votre famille sont plus minces que vous, sans effort particulier de leur part;

- Vous mangez souvent sans avoir véritablement faim ;

- Quand vous commencez, vous ne pouvez plus vous arrêter;

- Vous vous interdisez de manger certains aliments, mais vous mangez impulsivement parfois ou souvent sans pouvoir vous en empêcher;

- Vous mangez parfois ou souvent en raison de fatigue émotionnelle, de situations difficiles ou d’émotions douloureuses.

Si vous êtes dans un de ces cas de figure, vous avez sans doute la possibilité de maigrir.

Pour vérifier qu’on en est bien là, nous vous proposons dans programme un exercice de fractionnement des prises alimentaires. Cette expérience ne conduit pas obligatoirement à manger moins mais à tester vos sensations de satiété et la réalité de vos besoins alimentaires. Vous vérifiez si vous mangez juste ce dont vous avez besoin, ou bien plus, ce qui en fait est souvent le cas.

 

Certaines personnes ont un poids insatisfaisant, mais sont à leur poids d'équilibre. C’est parfois le cas pour des raisons génétiques, mais plus souvent parce qu’on a fait précédemment des tas de régimes qui ont fait s’élever le poids d'équilibre. On a alors le choix entre Charybde et Scilla : soit maigrir à force de privations et rester définitivement dans la restriction tout le reste de sa vie (ce qui est plus que dur), ou bien faire contre mauvaise fortune bon cœur, vivre sa vie du mieux qu’on peut, en mangeant normalement à  sa faim, ce qu’on aime, mais avec toujours du surpoids.

Je rappelle qu’un surpoids n’empêche pas de vivre sa vie, pas plus qu’être par exemple manchot ou une quelconque différence physique. Mais ce qui empêche clairement de vivre sa vie, c’est se tourmenter à propos de quelque chose qui ne peut pas être changé. Je change ce qui peut l’être, j’accepte ce qui ne peut pas l’être. J’accepte, c'est-à-dire je m’affirme tel(le) que je suis, sans honte aucune, car ainsi, je suis.

 

Bon, revenons aux sensations alimentaires. Respecter ses sensations alimentaires, en pratique, qu’est-ce que cela veut dire ? Doit-on s’arrêter de manger lorsqu’on ressent une forte sensation de satiété, lorsqu’on est repu, ou bien doit-on s’arrêter lorsqu’on a encore un peu faim ?

Le rassasiement correspond à un désintérêt pour le goût de la nourriture, qui précède nettement le moment où l’aliment devient déplaisant en bouche. De plus, on ne se sent pas « plein », car alors on cesserait d’être « confortable ». Je suis d’accord avec Izabelle : pour beaucoup, cela correspond à « avoir encore un peu faim », c'est-à-dire se dire qu’on pourrait manger encore un peu.

 

Bon, comme vous voyez, je ne suis pas partisan des réponses lénifiantes. La vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Ainsi pouvons-nous faire nos choix, et accepter des vérités parfois difficiles.

Bonne route à toutes et tous.

Courtepatte.
Abonné

Si le monde est juste, M. Zermati et vous devriez avoir un jour le prix Nobel de médecine.

Merci d'oser vous opposer ainsi à tous les faiseurs de miracles!

Nounette73.
Abonné

C'est un peu exalté comme vision cool

(Dans le sens où pour le poids, la solution est en nous ... Pour le Nobel, si on pouvait éradiquer la rougeole qui tue des centaines de milliers de personnes chaque année ... blushça m'irait bien, moi ).

Mais je partage ton enthousiasme.

Je trouve surtout que c'est une approche très professionnelle, respectueuse de la nature et avec une perspective sur l'avenir. Qui demande un travail sur soi, un effort, on y vient moins naturellement.

Ce qui est intéressant dans cette méthode c'est qu'elle diffuse. A notre niveau, dans d'autres domaines que l'alimentation (la RPC ça sert partout), et aussi elle diffuse vers notre entourage. Les mauvaises injonctions alimentaire "finis ton assiette !" "allez, fais-moi plaisir, tu vas pas aller te coucher sans manger quand même ?" etc., ne passeront plus par nous. Et nos amis verront la transformation, amaigrissement idéalement mais au moins une sérénité retrouvée dans l'acceptation de soi.

Si le monde est juste les faiseurs de miracle auront moins d'audience. Ce sera déjà bien, je trouve ! heart

Franne67.
Abonné
Meci pour cette réponse pleine de justesse et de sagesse. Je découvre la satiété et je découvre qu'elle passe par encore un peu cette sensation de faim qui s'en va très vite. Et surtout, dans "je teste ma satiété" je découvre que je mange trop...beaucoup... Tout simplement parce que je réduis mes quantités et que j'ai faim au moment du repas suivant (alors qu'avant, au début du programme, ayant un peu ouvert les vannes, mmmmh c'était bien, j'étais complètement décalée côté repas). Vous évoquez ce fameux "set point", on peux aussi imaginer que l'inconfort profond que l'on ressent à être en surpoids n'est pas simplement qu'une problématique esthétique mais bien un inconfort profond parce que l'on n'est pas à ce poids. Ça se traduit par plus d'efforts pour se bouger, un ressenti désagréable type être gêné par un ventre trop gros quand on se penche, moins de souplesse, les jambes qui souffrent et les pieds qui gonflent. La profonde nécessité ressentie de perdre du poids (malgré les monstrueuses pressions de notre société) ne pourrait-elle pas être aussi induite par le corps qui dit qu'au poids actuel rien ne va plus ? Et qui met donc la pression pour qu'on maigrisse ? Merci pour vos réponses éclairées ;-)
Franne67.
Abonné

Poursuite de l'aventure LC, étape satiété, premier carnet, limiter volontairement les UA en nombres et/ou en volume...

ET ? Eh bien je mange trop... Je me suis volontairement retreinte et pas plus de collation... et 400g en moins sur la balance en 7 jours... Pas frustrée... obligée comme le soulignait Kaess de lacher l'amour de l'acte de manger pour l'amour de l'acte de déguster... Et du coup, mon chocolat lait noisette acheté en supermarché (même si la pub dit le contraire c'est pas du grand chocolat...) après une séance de dégustation pilotée par monsieur Zermati himself !  (bon en vidéo... d'accord) eh bien il est super bof. Pas de longueur en bouche, surtout du gras et peu d'arome... Je vais troquer la quantité pour la qualité.... et faire bosser les petits commerçants de centre ville. 

C'est l'apprentissage de la semaine : peu mais bon et en prenant son temps. Et quand j'ai envie de faire marcher mes machoires de croqueuse de la vie, un chewing-gum jusqu'à épuisement...

Alors une question... est-ce une sensation qu'on peut péréniser ? après 40 ans d'ingurgitation, le naturel ne risque-t-il pas de revenir au galop ? Faudra-t-il se faire tatouer LC sur la main qui tient la fouchette pour s'en rappeler ?  et à mon mari je dirais que ce n'est pas Laurent Ckekchose mais Liberté et Confort ? Je m'égare, mais je savoure aussi cette avancée...

izabelle
Animatrice forum

bravo Franne c'est super

le naturel c'est ce nouveau comportement......   

ensuite oui il faudra peut-être un certain temps pour le réinstaller dans la place, après 40 ans, mais avec patience, tu verras que ça deviendra par la suite ton comportement habituel, comme tous les mangeurs régulés que tu vois autour de toi

cela peut nous sembler assez extraordinaire, moi la première, mais ensuite je vois les personnes autour de moi, et puis je me dis  "ah oui en fait c'est naturel comme comportement, alors y'a pas de raison que ça ne dure pas, il faut juste se faire confiance....."

bravo à toi pour cette belle découverte

Franne67.
Abonné
Merci Izabelle pour ces encouragements. Je crois que c'est la fin d'une époque et sans regret. Peut être est-il temps d'être plus juste en terme de comportement. En tout cas je teste avec efficacité la RPC pas seulement sur la gestion des EME...
Haut de page 
X