Quand je vous lis - 07032013

Emman.
Abonné

Je me sens bien.

Je me sens dans le vrai.

Je sens qu'une solution est là devant moi.

 

Et quand je suis face à une envie irrépressible de manger, une fringale, je suis dominée, plus rien ne compte, plus rien ne me fera changer de la direction à prendre : l'assiette, le paquet, etc etc !

Je viens de lire le post remonter la pente. J'ai l'impression de poster la même chose.

 

Je suis en ce moment en proie à de grands doutes. Je continue le site (en prime gros soucis d'argent, cela pèse dans la balance sans mauvais jeu de mots) ? Je continue de voir la nutritionniste qui me suit depuis l'été dernier ?

Je n'ai pas envie de renoncer à la méthode, mais mince quoi ! Je suis en colère (après moi). Je n'y arrive PAS !
 
Je suis toujours en proie à des repas trop copieux, à des moments de "boulimie", en tout cas des moments où je mange beaucoup et n'arrive pas à me ré-freiner. J'ai des fringales épouvantables, incontrôlables.
 
Mes sorties de travail sont toujours très sensibles. Une envie de manger impulsive et très forte.
 
Et je me sens si mal physiquement, un ventre énorme, un poids si lourd, un visage déformé. 
 
Voilà, j'y pense matin midi et soir, et je n'arrive pas me prendre en mains, en charge et à changer la donne.
 
Au fond, je connais aujourd'hui les outils, les techniques, je ne les mets juste pas en place.
 
Je parle de cela depuis des années. Je n'ai pas envie de baisser les bras. Mais je suis très lasse.
 
Je viens de fêter (très joyeusement) mes 40 ans ! Il serait temps que je passe à autre chose.

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

Très bon anniversaire à toi Emmanuelle!

Je comprends ta lassitude car l'impulsivité alimentaire est un réflexe souvent bien ancré.

Moi aussi souvent je mange plus que ma faim ou même sans faim

J'ai encore du mal à ne pas diner si je n'ai pas faim

J'ai encore du mal à faire de la RPC plus de deux jours de suite

mais on fait de notre mieux, bonnant-malant

c'est notre histoire qu'on écrit, qui on est, qui on veut être, on se dirige vers quelque chose, parfoisà l'aveuglette, parfois on y voit plus clair

quand le brouillard psychologique, c'est plus dur car il brouille les pistes et on repart dans ces évaluations, ces jugements de soi-même, le fait qu'il faudrait "y arriver" dans tel délai

au début  on se dit  "on doit y arriver en un mois, puis en trois mois, et puis non 6..."

et après : oh merde au bout d'un an, je devrais bien "y arriver".....

ah bah non... et là on se juge, on se bloque, on s'empêche juste d'être

 

il ne s'agit pas "d'y arriver"  ou pas, juste d'être, chaque jour,  de se diriger vers ce qui nous importe

 

Ce que j'aurais envie de te dire, c'est te concentrer sur un truc, chaque jour....

par exemple  aujourd'hui je fais de la RPC toutes les deux heures

demain   :   je fais de la PC sur la sensation de faim

après-demain :  un body scan

un jour suivant :  un EME-Zen

un autre jour  : déguster, poser les couverts, etc

 

c'est en faisant chacun de ces pas que tu trouveras le bonheur de te diriger vers quelque chose di'mportant pour toi

ne regarde pas le haut de la montagne, le fait d'y arriver un jour ou pas

regarde chacun de tes pas,  sois fière si tu arrives à respirer un grand coup avant de te réconforter, si tu arrives à déguster un fruit, etc....

 

essaie de vivre ces moments, ne pas t'écraser toi-même par la force de ton jugement impitoyable

 

et sache que nous sommes toujours là pour te donner envie de faire ces pas,  car nous faisons les mêmes, chacun à notre rythme

je fais partie des personnes, comme toi, pour lesquelles il s'agit d'un travail de longue haleine

de tout coeur avec toi

AMRITA.
Abonné

Emman dis toi que ces pensées négatives c'est ton mental qui les fabrique et que nous les femmes sont championnes du monde dans l'art de se flinguer. Notre relation à nos papas n'y est pas étrangère

 

Ton mental est comme un petit singe posé sur ton épaule ou dans ta tête et ce singe vient d'être piqué par une méchante guêpe. Imagine le carnage là haut

 

Ce petit singe (ton mental) saute partout, court partout, s'occupe de tout, à un avis (négatif) sur tout et te rend la vie impossible. C"'est lui qui rabâche et ressasse TOUS LES JOURS. Tous les jours ce sont les mêmes idées qui reviennent et reviennent sans cesse. A l'ouest rien de nouveau, c'est toujours les mêmes rengaines, comme quoi il n'est pas très intelligent voir pas du tout, incapable de créer, d'innover.

 

Alors oui la RPC vole à ton secours, par cette attention portée à ta respiration ton mental disparait, le singe s'en va. Il faut y aller tous les jours, plusieurs petites fois par jour, sans cesse, ne pas relâcher ton attention,  et tu verras petit à petit ce calme prendra le dessus et quand tu auras de vilaines pensées à ton sujet tu repenseras à cette période de calme et tu y reviendras

 

C'est un travail important, qui parait anodin, qui demande d'être exigente, qui demande une grande assiduité mais la récompense c'est le calme du mental.

 

Difficile de le croire et pourtant 

Ann.
Abonné

Bonjour,

Ben...moi aussi j'ai le même genre de soucis : des envies irrepressibles de manger... Mais que faire, sinon les accepter ? Tout en faisant le programmme ici ... (qui nous met doucement mais surement sur une autre voie...)

De toute façon, lutter contre est une bataille perdue d'avance, me semble t il.

Et si on lutte contre (ses envies de manger et ses excès), non seulement on ne gagne pas mais on va leur donner plus de pouvoir à ces idées...

Les accepter... bon je sais ce n'est pas facile, on n'est pas conditionnés comme ça...

Courage à toutes (et à moi aussi), ne lachez pas...

Ambre92.
Abonné

De mon petit coin moi qui vous lis tousles jours, je vous envoie plein de courage ! Je traverse les mêmes choses que vous toutes et en ce moment s'ajoute une foutue mononucléose qui me met à genoux ! Alors courage courage courage, faisons de notre mieux.

HelloMe.
Abonné

bon rétablissement Ambre ! Merci pour ton soutien :)

lorraine
Marraine

Emmanuelle,

Ca c'est super d'avoir fait la fête pour tes 40 ans ; ça fait du bien desfois de se mettre à l'honneur. Tiens, je te fais claquer 40 bises . smiley

 

Eh oui, c'est vraiment difficile de casser les habitudes, je fais aussi partie de ceux/celles qui ont besoin de temps, pour qui tout n'est pas réglé une fois pour toutes...

En même temps je me demande si tout doit être réglé une fois pour toute ? Est ce seulement possible ?

Pour les mangeuses émotionnelles que nous sommes la nourriture reste un bon moyen de se réconforter. Cependant avant elle me servait à 80 % maintenant  c'est beaucoup moins systématique et je pense que pour toi aussi...Tes frénésies alimentaires ne sont sûrement  pas continuelles

 

Ce soir , je refaisais, dans ma tête,  la réunion de cet aprèm (ça faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé)  en cuisant des madeleines vers 21 h dans ma cuisine . Pendant une demi heure j'étais bien déconnectée (pas à ce que je faisais) j'ai goûté machinalement aux madeleines, sans faim bien sûr puisque j'avais soupé, ...

Et bien , il n'y a pas si longtemps je n'aurai même pas eu conscience que j'étais en pilote automatique et j'aurai mangé bien plus de madeleines  Là, j'ai réagi  rapidement et je me suis arrêtée. Fière de moi....

Tout ça pour dire que je suis sûre que toi aussi tu as progressé sur  plein d'aspects. 

Et si tu faisais une liste de tout ce que tu as acquis depuis LC.....et te féliciter .

Laisser de la place à la douceur envers toi et non la colère... Baisser les armes nous fait avancer plus sereinement . Cheminer tranquillement....On a toute la vie devant soi.....

Nous  fonctionnons souvent  en tout ou rien. Autrement dit à se vouloir parfaite ou à défaut se considérer nulle....Non nous avons droit à l'imperfection, on ne peut  pas être au Top tous les jours...et il y a les apprentissages pour nous aider à nous améliorer. Rien n'est magique.

As tu appris à faire des pauses, des vraies pauses de détente, pour être simplement "être"  sans s'agiter : s'arrêter dans la journée. Ne pas enfiler 8 ou 10 h de travail d'affilée.La tension s'accumule trop, n'a pas l'occason de s'évacuer dans la journée et c'est le meilleur moyen pour se jeter sur le frigidaire le soir venu.

Ces pauses, ont mine de rien, je trouve, un effet assez miraculeux sur notre humeur et notre rapport à la nourriture....

 

Tu as bien fait de venir te raconter. Bon courage et à bientôt

Bonne nuit à toutes et tous

Fabienne

Noelle
Marraine

Bonjour Emman, et bon anniversaire!

Que dire de plus  sinon, courage, tiens bon  et pardonne toi de craquer  !

Le soir et meme parfois la nuit reste pour moi encore un point sensible, mais c'est vrai que la pratique du programme m'a fait  évoluer et a tranquilisé mon comportement, déjà vers moins de culpabilité, et donc moins d'EME liées a la culpabilité!

et puis,  j'ai observé que si je cuisinais avec affection quelque chose pour moi, j'avais moins d'eme le soir, je savais que j'avais pensé a moi en anticipant de me faire plaisir

tu vois, nous avosn tous et toutes des petits trucs

et quand meme un grand  support qu'est la RPC, a laquelle j'ai longtemps resisté, et maintenant, je comprends que c'etait pour eviter de me mettre face a des pensées automatiques tellement presentes, parmi lesquelles celles ci "je suis nulle, je suis seule" que je cherchais a eviter de voir et de percevoir , de ressentir

 alors, bon courage à toi

 

PS : as tu pensé a  en parler a ta coach??? 

 

 

mavo.
Marraine

Bonjour bonjour...

"J'y pense matin midi et soir", "je parle de cela depuis des années"... Comme cela résonne en moi, et certainement en beaucoup d'autres !

J'ai aussi 40 ans (plus pour très longtemps), j'ai aussi bien souvent des moments de lassitude : tout bien comprendre et ne pas arriver à faire. Et pourtant, j'y reviens, inlassablement, et j'ai aussi le sentiment de progresser. Très doucement, parce que à chaque fois que je gravis 5 mètres de cette foutue montagne, j'en descends 4. Mais je grapille quand même à chaque fois un petit mètre.

Plus on essaie, plus on réussit !

Bonne journée à toutes...

Bliss.
Abonné

Bon anniversaire!

Les moments style anniversaire sont là pour nous permettre aussi de faire un point sur ou on en est, ce qui va ou pas etc..je fête mes 42 ans ce week end et à chaque fois je me dis "une année de plus pour mon corps à porter tout ce poids là......"

Mais bien vite je me penche sur ce qui va bien dans ma vie, sur tous les bienfaits de ne plus faire de régimes, sur ma vie person, les choses dont je suis fière, le sport que j'ai fait, les amis qui sont proches etc... et j'en arrive à la conclusion que pour le moment c'est comme cela, pour le moment je ne suis pas encore devenue la petite mangeuse qui se contente de toutes petites quantités et gère toutes ses emes avec brio.

Soyons indulgentes avec nous même quand nous pouvons. On a une belle vie devant nous et les outils que propose ce site et aussi tous les autres outils de la vie nous sont disponibles.Le jour ou nous saurons les pratiquer régulièrement peut venir, et pas forcément dans 10 ans.

capuccino
Marraine

C'est avec un peu de retard, que je viens moi aussi te souhaiter un bon anniversaire.

A peu de jours près nous avons démarré ensemble le programme et je me souviens de ma certitude de perdre du poids lors de ce mois de juillet 2011. Je me rappelle aussi mes pleurs, mes révoltes, mes colères qui ont suivi face à mon incapacité flagrante à perdre du poids, à faire face à mes EME. Moi aussi je pensais à mon poids matin, midi et soir. Je me haïssais matin, midi et soir...Je refusais de toutes mes forces ce corps tant détesté et dont je ne voulais pas.

Aujourd'hui pourtant, je réalise combien ma vie ne serai pas différente avec des kilos en moins, au contraire. Lorsque enfin au lieu de lutter contre moi-même, mes kilos, mes EME, mon image, j'ai accepté cette situation, tout est devenu plus facile. Aujourd'hui je ne me résigne pas de porter ce poids mais je l'accepte et je me rends compte combien ma vie n'aurait pas été différente de ce qu'elle est sans tous ces kilos. J'ai réalisé enfin que le rêve d'être mince et d'avoir une vie tellement plus belle, n'était vraiment qu'un rêve. Aujourd'hui, je vis et je ne suis plus d'ans l'attente de cette vie meilleure. J'ai cru en un mythe pendant presque 40 ans, et là il est bel et bien mort. A bien y réfléchir, je vis même mieux aujourd'hui car je m'autorise tant de choses, tant d'actvités. 

Le week-end dernier, nous nous sommes offerts un week-end en thalasso. J'ai accepté les massages de mon corps trop gros, trop enrobé avec un tel plaisir !!! Aucun complexe à l'horizon, aucune honte, aucune gêne... J'ai réalisé à postériori que j'avais pu profiter du bassin aquatique sans me demander ce que les autres, plus minces, plus beaux, plus jeunes avaient pû penser de moi...Quelle victoire ! Même moi, je n'y aurai pas cru.

La vie est aujourd'hui et maintenant. Je vais avoir 53 ans et enfin j'ai réussi à passer à autre chose. Alors pourquoi pas toi ? 

Flowerbomb.
Abonné

Capuccino,

tu devrais devenir marraine. n'y as-tu jamais pensé ?

juliju.
Abonné

Bonsoir tout le monde,

"Quand je vous lis" cela m'inspire plein de choses à moi aussi. Plein d'espoir souvent de voir le regard porté sur soi se modifier peu à peu, devenir plus bienveillant, moins culpabilisé, moins emprunt d'émotions tourbillonnantes dont la seule réponse est la nourriture...

"Quand je vous lis" j'ai aussi peur parfois, de ne pas réussir à comprendre tout ce que cette démarche nous procure, et de ne pas réussir à me l'approprier. Je lis beaucoup vos témoignages, conseils sur les forums, et pour l'instant j'ai tant de mal à me l'appliquer dans les moments où je me sens vraiment mal avec mon rapport à la nourriture... Et pour être honnête, c'est que je dois rester préoccupée par mon poids (+22 depuis mon dernier régime). Et je m'en veux de continuer à penser ainsi. Je me sens superficielle parfois en fait à m'attacher autant à mon poids, à regarder les autres filles et me sentir pataude à côté.

Je sais que ce regard jugeant est celui qui me fait mal et enclenche les EME à répétition,...

Alors oui "quand je vous lis", il m'arrive de fortement douter de mes capacités de changement... Et ça m'énerce car je déteste cette inertie qui est la mienne!!

Je ne sais pas si c'était le bon endroit pour poster.. Et en même temps, "quand je vous lis" ces derniers temps, j'ai du mal à répondre, car j'ai du mal à me sentir légitime (et un peu trop en mode "la plaintive n'a pas de plan de contre attaque"). Alors j'ai pensé que c'était peut-être ici que je pouvais raccrocher.

Merci pour ce message donc Emmanuelle! Et bon anniversaire avec quelques jours de retard.

MiNNIE.
Abonné

Bonsoir Emman,

 

J'ai 60 ans et trés dinamyque, je suis comme toi j'ai fais des régimes et je me suis inscrite sur ce site de maigrir mais voilà 2 semaines je grossie au lieu de maigrir . Veut tu que l'on s'encourage ? On pourrais se dire ce que l'on mange et nos envies . Quand dis tu ? Au plaisir de te lire prochainement . Minnie

Lullabycrazy.
Ancien abonné

Juliju,

Je n'ai pas de grande révélation à faire, pas de grand réconfort à t'apporter, mais je te comprends.

Le mal à se sentir légitime, la futilité de s'attacher (quand même un peu beaucoup) à son poids, la peur de ne pas réussir à m'approprier cette méthode, de ne pas changer... C'est moi !

Bon courage à toi <3

capuccino
Marraine

Bonsoir Juliju,

Je ne crois pas que la démarche entreprise ici soit un long fleuve tranquille et personne n'a le droit de te jeter la pierre, quels que soient tes espoirs et tes préoccupations. Ta légitimité à être ici existe tout autant que la mienne ou celle de toute autre personne.

Si tu regardes bien ma date d'inscription, tu comprendras que tout n'a pas été aussi simple qu'il n'y parait. A mon inscription sur LC mon poids était ma seule préoccupation. Ma vie n'a été qu'une succession de régimes, de privation, de contrôle de mon poids. Ma vie n'était axée que sur l'hypothétique atteinte d'un poids jugé idéal, poids à partir duquel ma vie changerait et deviendrait merveilleuse. Ce poids je l'ai atteint quelquefois mais pas maintenu assez longtemps pour pouvoir juger si j'avais vraiment atteint le paradis ou pas.

Lorsque je suis arrivée sur LC, j'étais désespérée, en lutte contre moi-même et les kilos pris en quelques mois. Je me haïssais tant. Comment aurais-je pû aimer le gros tas que j'étais devenue alors que j'avais tenu bon pendant tant d'années. Comment aurais-je pu avoir du respect pour l'incapable que j'étais devenue face à son poids. Lorsque je lisais ici ou là des témoignages de filles disant qu'elles aimaient leur corps parcequ'il racontait leur histoire, j'étais admirative moi aussi de tant de sagesse, mais je me disais que jamais, je ne pourrai... Moi non plus je n'avais pas de plan de contre-attaque et moi aussi j'étais plaintive...D'ailleurs lors d'un chat, le Dr A. a su le pointer du doigt...Et moi aussi à ce moment-là j'ai douté de ma légitimité, pourtant tout comme la tienne ma souffrance était-là. D'ailleurs cette souffrance que je ne supportais plus non plus, je la jetais à la figure de qui voulait bien ll lire, ici ou là dans un forum ou lors d'un chat. Cette souffrance, là, cette colère là je les ai hurlées à ne plus en pouvoir, parceque comme toi, je ne comprenais rien à rien à ces histoires d'acceptation, de changement...Je ne voulais pas accepter, je ne voulais pas changer, je voulais juste retrouver mon poids d'avant, je voulais juste retrouver mon corps d'avant, me reconnaître dans une glace, remettre les vêtements qui emplissaient mon armoire, je voulais m'admirer à nouveau, m'aimer à nouveau. Moi aussi j'étais peut-être futile, qui sait ?

J'ai poursuivi ma route cahin-caha sur LC et j'y ai croisé des gens qui m'ont apporté la paix, qui inlassablement m'ont répété de faire la paix avec moi-même. Je me suis gavée de lectures recommandées ici ou là par les drs A. ou Z., par les forumeuses et je ne sais par quel miracle les choses ont changé. Pour moi, pas de véritable déclic, juste un jour, l'achat dans un magasin de vêtements à ma taille, juste l'achat de vêtements que j'aimais. ET ce jour-là j'ai osé reconnaître que j'étais pas mal habillée.

Le temps a filé et j'ai réalisé que ma vie n'étais pas plus pourrie avec 15-20 kgs de plus. Les mêmes galères, les mêmes problèmes de santé, les mêmes amis, les mêmes voisins, les mêmes ennemis, les mêmes collègues. Par contre ce qui a changé, c'est la notion de bien-être et de bonheur, ce que je m'autorise à vivre et ça, ça change tout.

Aujourd'hui, je n'aime toujours pas mon corps mais je l'accepte, aujourd'hui je n'aime toujurs pas mon poids mais je l'accepte et je vis avec ce que je suis devenue, avec le corps qui est le mien aujourd'hui avec le poids que la balance affiche et je vis certainement mieux qu'avec 15-20 kilos de moins.

PS : moi aussi je regarde encore les autres filles qui ont un corps magnifique en me disant que j'aurais bien aimé être comme elles mais maintenant je sais que parfois le prix à payer pour y arriver n'en vaut vraiment pas la chandelle.

Courage à toi.

izabelle
Animatrice forum

oui, juliju

tout le monde est légitime, surtout sur un forum où justement le but est de "partager" ses expériences

tu peux constater que beaucoup de personnes et moi la première, doivent réaliser une petite révolution intérieure pour changer de fonctionnement face à la nourriture

alors il y a des jours avec et des jours sans,  mais tous ces jours marchent main dans la main pour un changement en profondeur

parfois, pendant les jours "avec"  on se dit  "trop génial, ça y est je maitrise à donf, je vais perdre du poids fissa"

et puis le jour d'après  plus rien ne va, on repart dans les anciens réflexes  et on se dit  "j'y arriverai jamais"

 

alors moi, ce que je fais c'est que j'accueille ces pensées, l'une comme l'autre, avec bienveillance mais avec un certain recul, et surtout tous ces ressentis qui nous sont parfois si générateurs d'EME quand on ne veut pas les reconnaitre : échec, illégitimité, incompréhension, impuissance

accueillir son sentiment d'échec ou sa peur de l'échec est formidablement puissant, quand on l'accueille, on ne se sent pas 'écrasé" par lui, on ne se sent pas "en lutte "contre lui, c'est juste un truc qui est là  et ce truc là il n'est pas nous, puisque nous on l'accueille et on lui laisse un tabouret dans un coin...

 

en attendant, sois bien sûre que tu es loin loin loin d'être la seule...   et tu es parfaitement légitime

juliju.
Abonné

Merci beaucoup Lullabycrazy, Cappuccino, et Izabelle de vos messages très agréables à accueillir un lundi matin.

Je me sens un peu bête de ce message d'hier, mais finalement je l'accueille donc car il correspond à ce que je suis en ce moment wink!

Cappuccino merci de ton témoignage qui m'aide à redonner le petit coup de pied au sol en ayant en tête cette même paix intérieure que tu sembles avoir trouvé!

Alors bonne journée à vous.

(Journée que j'ai commencé par une séance de RPC... qui m'a rendormie! Mais c'est un bon début quand même!!)

Emman.
Abonné

Oh merci à toutes de vos réponses généreuses et sensibles.

Je réponds tard, je vous relirai de nouveau à tête reposée.

On est toutes légitimes, on avance toutes plus ou moins à grands pas.

 

Merci Izabelle de montrer aussi que tout n'est pas dompté, mais que tu as avancé et avance encore.

Idem Capuccino, je me suis d'abord dit, que globalement, depuis plusieurs années, j'acceptais de vivre pleinement malgré les kilos en trop : maillot de bain et plage l'été avec les enfants. Piscine à gogo avec eux (même en accompagnement scolaire, et j'adore, je vois plein de mamans 3 fois plus mince qui n'osent pas :). Je fais de plus  en plus attention à m'habiller avec plaisir et goût. Je fais un métier de communication et jamais je ne pense à mon poids quand je travaille et parle avec du monde.

ETc etc ! Et puis je me suis dit, bien non, le massage, je ne suis pas prête hihi. Il y a du travail.

Peut-être avec 20 kilos de moins, car j'en ai plus de 40 de trop, ça change vraiment le corps.

Je reviens !

Haut de page 
X