Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

questionnement

Communauté et échange Recherche de binôme pour avancer Ensemble
Ancien abonné A lire (0) Très actif (30)
20 Juil 2015 à 15h

Bonjour,

Je me disais qu' on pourrait avoir un post pour s'aider à trouver des réponses à nos questions.

Bien sûr il y a les coachs mais des fois c'est des questions "impulsives" ou des questions qu'on se dit bêtes, en fait il n'y a jamais de questions bêtes.

Je  commence.

Je bloque sur quelque chose de l'ordre du comment.

cette phrase en est le résumé : "Pour celà, essayez de mettre de la distance entre vos émotions et le fait de manger, et entre vous et vos émotions. Car vous n'êtes pas vos émotions, elles vous traversent, et passeront."

Je me dis qu'on est aussi nos émotions et c'est une richesse, qu'en pensez vous ?

Je sais aussi que les TCC sont fortement critiquées dans certains milieux et criticables, du coup je me perds dans ce dédale de façon de voir, de procéder.

 

Voir le dernier message

27 commentaires

Merci. Cela me parle bien tout ça.

Moi aussi je suis souvent en colère depuis que j'ai quitté le père de mes enfants et je m'énerve beaucoup plus facilement. J'ai un sentiment de gâchis, de la culpabilité... Beaucoup de colère que les institutions aient bougé trop tard, sentiment que cela aurait pu être évité s'il avait été soigné à temps quand j'ai alerté ...

Il faut accepter et c'est difficile, et j'ai l'impression d'être nulle, de ne pas y arriver, etc... parce que je mets la barre trop haut. Si je lâche la colère, je me sens triste. Bonne journée!

oui tu as ces sentiments récurrents  de   "la nulle",   "peur de ne pas y arriver"  ou sensation de ne pas y arriver,  et sans doute  "honte de ne pas y arriver"

bref, tout ça c'est des variantes en effet de cette histoire là  :   "la fille pas à la hauteur"

bienvenue au club !

sache que cette histoire est un grand classique

bien sûr que c'est lié à l'émotion de la tristesse, mais dans le fond c'est surtout une histoire (donc un ensemble de pensées) qui s'active régulièrement

et dans mon cas je me suis aperçue que ça ne servait à rien de lutter avec (de toute façon ça s'active),  mais ce qui était vraiment salvateur, c'est de le dédramatiser

déjà considérer qu'il s'agit d'une "histoire"  permet de le dédramatiser

ensuite la pleine conscience est vraiment utile pour nous aider à vivre dans le présent

et dans le présent, en fait les histoires s'atténuent, car la pensée c'est du passé, du futur

 

à force de s'entrainer à vivre dans le présent, les histoires deviennent moins importantes

toujours présentes (car elles ont leur utilité), mais cela nous incite plutôt à bouger  qu'à nous morfondre

 

ta colère contre les institutions je la comprend, et c'est compliqué d'être en colère contre une institution, car c'est un ensemble de personnes et des dysfonctionnements qui dépassent les personnes

 

dans ces cas là, il y a aussi le sentiment d'impuissance qui est très présent et qui est très dur à ressentir

 

je le vois tous les jours avec les parents que j'accompagne dans des situations familiales difficiles

 

je te souhaite plein de courage, prends soin de toi-même  et  pense à renforcer le moment présent

Bonjour à tous,

Je viens de débuter le programme et cela me fait peur... pourquoi je ne sais pas... surement peur de ne pas y arriver et d'être une fois de plus décue de moi même. 

Dans le programme ils nous parle d'écouter notre faim et de manger que lorsqu'on a faim. Mais hônnetement je ne sais plus ce qu'est d'avoir faim... Et sauter un repas lorsqu'on a pas faim me fait peur? 

Ressentez vous ces sensations et comment les gérez vous? 

Merci :)

[quote=Anaïs974]

Dans le programme ils nous parle d'écouter notre faim et de manger que lorsqu'on a faim. Mais hônnetement je ne sais plus ce qu'est d'avoir faim... Et sauter un repas lorsqu'on a pas faim me fait peur? 

Ressentez vous ces sensations et comment les gérez vous? 

[/quote]

je renchéris

le programme est justement conçu, avec l'étape de la faim, pour nous aider à retrouver ces sensations là

alors oui, ça fait peur de les retrouver

pour ma part, je faisais que je n'avais pas peur, mais en fait  si !!smiley

 

la peur ne cède devant qu'une chose : l'expérience

c'est en faisant l'expérience des choses que peu à peu elles ne nous font plus peur

donc oui au début tu auras peur, mais peu à peu toutes ces sensations qui sont absolument naturelles   te redeviendront familières

il y  a des petits  "pas " à sauter, en prenant son temps

n'oublie pas de t'appuyer sur le forum,  on est là pour s'entraider

Stress et/ou colère ?

je me rends compte que je suis stressée toute l'année sauf pendant les vacances d'été. Et je ressens en plus une sorte de colère. Quand je me sens sumergée, que j'ai beaucoup de chose à gerer et le sentiment que ça fait trop pour la journée, que je ne vais pas y arriver....La colère monte encore,  je suis alors une boule de colère !

le problème c'est que cette sensation fait monter mon stress et ma colère et souvent je sais que je vais finir par manger pour apaiser momentanément cette colère.....conclusion je suis encore plus en colère d'avoir mangé sans faim !angry

la colère que tu décris semble être une lutte émotionnelle contre d'autres ressentis

ce n'est une colère  "simple"  genre qq'un me fait une queue de poissson, mon sang ne fait qu'un tour

ou si n'importe qui te joue un tour pendable

une colère qui dure toute l'année c'est plutôt  une colère contre des choses que tu ressens sur toi, dans ton rapport à toi-même ou à la vie

c'est donc plus une lutte émotionnelle

c'est bien que tu prennes conscience de tout ceci

ensuite, peu à peu,  tu vas voir contre quoi, quel ressenti tu te mets en colère

 

moi ce qui peut me provoquer le plus ce genre de lutte émotionnelle ce sont les situations d'impuissance, de perte de contrôle, sentiment de ne pas être à la hauteur ou la frustration

la pleine conscience pratiquée régulièrement nous permet de prendre mieux conscience de tous ces ressentis qui s'agitent en nous et contre lesquels on a tendance à lutter en permanence

bonjour Anais,

lorsque j'ai débuté le programme, je ne savais plus ce qu'était d'avoir faim, je mangeais toujours sans faim, un gros petit déjeuner, si.... puis un déjeuner ... et un diner et il ne me serait pas venue à l'idée de sauter un repas.

avec l'apprentissage de la faim il est conseillé de ne pas prendre de petit déjeuner au début pour ressentir la faim et pour moi cela a été une découverte. Découverte de la sensation de faim et aussi découverte que finalement le plus souvent je n'avais pas besoin de petit déjeuner. J'arrive même à me passer de petit déjeuner lorsque je fais une marche le matin ou si je sais que je ne vais pas manger tôt à midi.

Il ne faut pas avoir peur et tu peux toujours préparer un en-cas si vraiment la sensation de faim n'est plus soutenable

bon courage pour cette étape.

Merci Didi

Bonjour Anais,

je crois que nous avons tous eu peur de cette étape qui bouleverse ce que l'on nous a appris : trois repas par jour ! En revanche tu peux être rassurée : teste la faim, saute un repas et observe les sensations et si cela t'effraie tout à coup tu pourras manger. C'est le côté rassurant de la méthode : on teste des choses mais on peut toujours revenir à l'aspect rassurant. Petit à petit ton corps comprendra qu'il n'y a pas de panique à avoir puisque tu le nourrira de toutes façons, mais pas forcément à heure fixe, pas forcément trois fois par jour ( parfois beaucoup plus) et pas forcément en grandes quantité.

Régulièrement je resteste la grande faim, c'est cela qui me rassure maintenant ! 

Belle continuation

Une autre question sur "le mode lutte".

Dans la journée en général je me répète quelques phrases de lutte et de motivation, genre " tu peux y arriver ", "ne pense pas à ça", "ne stresse pas", "cool, tranquille" et suivant les périodes il y a des ajustements.

J'ai appris ça des premières TCC et façons de gérer ses pensées automatiques et pour moi ça marche pas mal, c'est un peu long et des fois ça revient.

J'associe ce travail avec un travail plus en profondeur avec une psy.

Ma question est comment faites-vous mise à part la pleine conscience pour gérer vos stress, vos angoisses du quotidien, je me demande si il faut juste en prendre note ou s'il faut proposer une autre solution pour que ça soit efficace à long terme ?