Difficulté avec la RPC - le 12/10/2011

Nadia.
Abonné

Bonjour,

Je suis aux premiers exercices de pleine conscience, et je n'arrive pas du tout à me concentrer. J'ai très mal au dos, et je m'endors ou je m'ennuie. Avez-vous éprouvé les mêmes difficultées au début? Comment arrivez-vous à ne rien faire pendant 10 minutes sans vous endormir? Quand trouvez-vous le temps de le faire? (Moi le matin, je suis trop en retard, et pas assée réveillée, je cours toute la journée, et le soir je suis épuisée...)

Merci de vos témoignages

Nadia

Commentaires

Lyphaé.
Abonné

Bonjour,

Perso, j'ai la "chance" de prendre les transports en commun tous les jours (40' matin, 40' le soir). Je fais donc ça à ce moment : MP3 dans les oreilles, je ferme les yeux et ça passe inaperçu parmi tous les gens qui dorment dans le train.

Autrement, c'est vrai que c'est difficile au début : difficulté à se concentrer, ennui, endormissement... Mais il faut continuer, c'est important, le faire chaque jour, ne pas se dire qu'on le fait "bien" ou "mal", juste se concentrer sur soi-même, sa respiration, ses émotions.

De mon côté, j'ai mis deux mois et demi à "comprendre le truc". Et depuis que j'ai eu ce déclic, j'ai eu des EME mais je n'ai pas mangé : la RPC me permet d'accepter mes émotions, même désagréables, et de comprendre que manger ne résoudra pas mes problèmes.

Cette méthode vaut la peine, je t'encourage donc à continuer. C'est pas toujours facile mais le jeu en vaut la chandelle. Y a

Heliade.
Abonné

Bonjour

Je suis exactement dans la même situation : je ne m'endors pas mais je m'agite sur ma chaise avec la sensation d'étouffer, de ne pas réussir à me concentrer... J'ai même arrêté les exercices plusieurs jours parce que je n'avais pas le temps et surtout, il faut bien le reconnaître, parce que je n'en avais pas envie... Aujourd'hui, j'ai retenté l'exercice, avec une bien meilleure concentration. Je ne sais pas si c'est parce que je commence à comprendre le "truc" ou si c'est simplement parce que je suis plus calme car moins stressée mais c'est encourageant.

Je vais donc continuer et on verra ce qui se passera !

Je crois que le conseil de Lyphaé est excellent : l'important n'est pas d'y arriver mais de le faire.

Bon courage !

Tassanne.
Abonné

Bonjour Nadia, 

 

Eh oui, au début, c'est difficile et c'est pas naturel du tout !

Si tu t'endors, essaie de le faire assise, bien droite (et pas avachie sur le dossier par exemple). Pour le mal de dos, essaie de surélever les pieds sur un petit banc par exemple, ou des annuaires (si tu as encore des bottins papier;) )

J'y arrive mieux depuis que je me dis que ce sont dix minutes (ou cinq, ou trois...) d'entraînement, un peu comme des abdos: on n'en tire aucun bénéfice immédiatement, mais à force, à la longue, en en faisant régulièrement, on voit petit à petit un changement... et là on se dit qu'on n'a pas fait tout ça pour rien !

 

bon courage.

venise.
Abonné

merci à vous, vos témoignages sont encourageants

car j'en suis au troisième jour et impossible, impossible de trouver le temps, de ne pas m'interrompre bien avant la fin des dix minutes, de ne pas trouver ça ennuyeux

de croire que je fais mal...

il faut donc que je persévère si je comprends bien vos conseils !

Lyphaé.
Abonné

[quote=venise]

merci à vous, vos témoignages sont encourageants

car j'en suis au troisième jour et impossible, impossible de trouver le temps, de ne pas m'interrompre bien avant la fin des dix minutes, de ne pas trouver ça ennuyeux

de croire que je fais mal...

il faut donc que je persévère si je comprends bien vos conseils !

[/quote]

Tu ne fais pas mal, il faut juste persévérer et un jour les dix minutes fileront sans que tu t'en rendes comptes... Enfin, en tout cas c'est comme ça que ça s'est passé pour moi, je sais pas pour les autres.

althea.
Abonné

Merci de partager  votre expérience. J'ai été vraiment surprise par cet "exercice" et j'ai tendance à m'angoisser dès que je me centre sur moi-même.

Je vais donc persévérer en pensant à vous et espérer avoir les mêmes bons résultats.

Lee-lix.
Abonné

J'ai déjà posté ces liens il y a 3 mois, après une recherche sur le net au sujet de la pleine conscience. Je ne comprenais pas ce quon attendait de moi avec cet exercice :D Du coup, je pense que ces deux brefs articles sont éclairants :

//yogapourtous.blogspot.com/2009/11/la-respiration-de-pleine-conscience.html

//www.cps-emotions.be/mindfulness/

J'ai vraiment eu besoin de comprendre très précisément ce qu'était la RPC pour y arriver, donc je te comrpends très très bien ;)

Je ne pratique pas très régulièrement, mais l'outil me semble très intéressant. Il me semble qu'on arrive à se "déconnecter" avant  la crise. Comme un dépressif (cf. article) qui arriverait à déconnecter avant de laisser s'installer une crise d'angoisse.

En tant qu'ancienne grande fumeuse, je sais que la sensation avant la prise de nourriture (par compulsion) est similaire à cette urgence ressentie avant de fumer sous le coup d'un stress. La RPC permet de prendre les quelques secondes ou minutes nécessaires au "désamorçage" de l'émotion forte qui pousse à passer à l'acte. C'est un super outil !

venise.
Abonné

merci pour ta réponse lyphaé :) je vais tenter de persévérer alors !

Lisa.
Abonné

Bonjour Nadia;

Comment ne pas s'ennuyer en pratiquant les exercices de rpc, je trouve ta question interessante. En effet, il me semble qu'elle peut déboucher sur un autre questionnement: qu'est ce qui t'ennuie dans cette activité?... L'absence de mouvement?...Le sentiment de perdre ton temps?...laisser filer le temps en ne pensant à rien?... L'ennui, en ce qui me concerne, je ne le ressens jamais en méditant ( à d'autres moment de la journée,  oui, mais pendant ces minutes de répit, non). Et pourtant je suis une nerveuse, une agitée, une suractive!!! Je peux essayer de t'expliquer pourquoi je ne m'ennuie pas, en espérant que cela puisse t'aider. En fait, je ne peux m'ennuyer, parce que je suis en état de vigilance à l'égard de mon propre corps, de mes pensées: je suis tout à la fois actrice et spectatrice de moi même, assise sur le tapis, sur l'herbe, les yeux fermés, je concentre toute mon attention sur ma respiration, sur mon esprit agité comme un papillon qui voudrait sortir d'un bocal de verre et se cogne aux paroies. Aucune passivité là dedans, bien au contraire. J'accueille et repousse pensées et sentiments, sensations physique, bruits extérieurs pour me recentrer systématiquement sur moi; le vide ne s'installe pas facilement, la nature en a horreur, c'est bien connu. Les premières minutes sont laborieuses, et puis, peu à peu, j'attrape pour ne plus le lâcher le lent va et vient de la respiration comme si j'étais le ressac de la mer ( cette image m'aide beaucoup)... je ne ressens plus que cette respiration, rien d'autre, je la suis comme une funambule suit son fil, et le temps passe sans que je m'en rende compte.

L'ennui pour moi, c'est l'absence d'envie, la vacuité subie , les actes qui perdent du sens, une lassitude qui engourdit l'esprit et le corps... Pour le combattre, une petite séance de méditation qui remet tout en mouvement en douceur...

Je t'embrasse

Lisa

Nadia.
Abonné

Merci à tous pour vos réponses, ça fait du bien de se sentir soutenue comme ça. ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à avoir des difficultés, et que l'exercice apporte vraiment des bénéfices sur le long terme. J'ai encore des difficultés à me concentrer, mais j'ai trouvé une position confortable (assise par terre sur mon tapis, avec deux coussis sous les fesses), et je m'endors moins.

Je persévère donc...

Une question : vous arrive-t-il de pratiquer la pleine conscience en musique? 

Ingalill.
Abonné

Lisa, j'aime beaucoup ce que tu dis sur la pratique de la RPC, je m'y reconnais tout à fait ! wink

Nadia, non, je n'ai jamais essayé de pratiquer les exercices avec de la musique bien que je sois très tentée de le faire. Certaines musiques sont très apaisantes et pourraient peut-être m'aider à me centrer sur ma respiration mais en fait, j'ai très peur que mon esprit ne se mette encore plus vite à gambader ! Qu'en pensent les autres ?

Sinon, j'ai eu les mêmes difficultés que toi au début avec la RPC et je les ai encore actuellement, par moments... Depuis que je ne suis mis en tête qu'une séance ne peut être ni réussie ni ratée, j'ai plus de détachement. Moi qui boudais un peu l'exercice parce que j'avais l'impression de mal le faire, je me rends compte que j'y reviens. Pas encore tous les jours mais de plus en plus souvent...smiley

Lia.
Abonné

Fondamentalement une fois que l'on a pratiqué des exerccies de plaine conscience pliens d'activités peuvent se faire en pleine conscience (c'est le but de manger en pleine conscience par ex). Marcher en plaine conscience, faire la vaisselle en PC, écouter de la musique en PC.

Plus qu'une méthode, une fois pratiquée régulièrement ca devient un mode de vie. Enfin ca peut. 

Au début le silence je trouve bien quand même pour apaiser le mental. Il y a tellement de bruits et de musique tout le temps et partout qu'un exercice de ne rien faire dans le silence c'est quand même top.

Emmalie.
Abonné

Bonsoir,

Pour ma part, cela fait 2 fois que lors d'une séance de RPC, je ressens le début d'une crise d'angoisse avec un début de malaise. J'ai la sensation d'éttouffer, la poitrine qui se serre ensuite cette sensation se diffuse dans ma gorge jusqu'au point de la serrée et après c'est un peu comme si je commençais à m'asphyxier, j'ai la tête qui tourne le coeur qui s'emballe et c'est le début de la panique. La première fois que çà m'est arrivée j'ai paniquée et j'ai arrêtée la séance, je n'arrivais pas du tout à accueillir quoi que ce soit et après j'étais blanche comme une morte comme lessivée et j'étais un peu inquiète. Du coup, j'ai pris peur et j'ai arrêté pendant quelques semaines et puis j'ai repris et la ce soir çà a recommencé. Est-ce normal ? Quelqu'un pourrait-il m'éclairer ?

Merci d'avance pour votre soutien.

lizzz.
Abonné

Emmalie moi je poserai la question aux dr et/ou aux coachs, c'est étrange..... je n'ai jamais entendu parler de ce genre de réaction...... tu as défini ce que tu ressens avant l'angoisse? les émotions, les phrases internes etc? c'est à quel moment de la séance? vers la fin?

peut etre que pour la 2 eme fois tu avais tellement peur de refaire un "malaise" que ça l'a déclenché......

enfin, je poserai la question aux pros quand même...... pour être sûre

lolottelarigolote
Abonné

Pour moi , c'est une catastrophe . Je fuis cette activité comme la peste . Et dire qu'il m'en reste 3 à faire . J'ai contacté le coach car ça me met dans un très grand stress tellement ça m'énerve à rester là à m'écouter respirer . Je ne vois vraiment pas à quoi ça me sert . Je n'ai absolument pas de temps à perdre et il faut que je case 10 à 20 minutes pour RESPIRER . Ouf , ouf , ouf , je rigole doucement. 

Nadia , je suis comme toi pour le rythme : à fond lematin : l'école , les gamins , et tout le patacaisse ; le midi au boulot et je me vois bien dire : bon , ben là , si vous voulez , je vais respirer un ptit coup  ; et le soir je suis comme tu dis épuisée et je me couche comme les poules . 

Du coup , je fais respiration pleine conscience pour m'endormir et CA MARCHE , manque de pot , fô être assis , c'est vraiment pô juste .

lolottelarigolote
Abonné

Moi je m'ennuie terriblement .

Tag.
Abonné

[quote=Lia]

Fondamentalement une fois que l'on a pratiqué des exerccies de plaine conscience pliens d'activités peuvent se faire en pleine conscience (c'est le but de manger en pleine conscience par ex). Marcher en plaine conscience, faire la vaisselle en PC, écouter de la musique en PC.

[/quote]

Personnellement j'ai toujours du mal avec la respiration en pleine conscience. J'arrive à apporter de l'attention à mes sensations corporelles avec le bodyscan, à ce que je fais dans certaines activités comme tu le suggères Lia ... mais juste respirer en pleine conscience, je trouve ça dur !

petitsel.
Abonné

Un petit témoignage sur la RPC... oui en effet ce n'est vraiment pas évident, surtout quand on est du genre super speed, faire 3 choses à la fois, avoir en continu une liste de tâches dans la tête avec priorisation... et dans ces cas là ce n'est vraiment pas naturel...

J'ai eu beaucoup mais alors beaucoup de mal à m'y mettre... et au début à chaque fois que je me posais j'avais 1000 idées en tête, c'était vraiment difficile de m'y mettre et de me concentrer... même quand j'étais sur ma respiration j'avais des notes de musique en tête pour rythmer...

ça semble être la plus grande difficulté de ce programme pour les "speed"...

et pourtant...

depuis qq jours, à chaque séance de RPC je note des progrès... meilleure concentration, les idées qui ne partent plus dans tous les sens, et surtout... je suis tout le temps surprise quand l'alarme me dit ça y est 10 min !!! alors qu'avant j'ouvrais les yeux au bout de 3 minutes tellement le temps ne passait pas...

bref c'est une habitude à prendre, il faut donc pratiquer pratiquer pratiquer... même si ça nous semble être du temps de perdu... je suis persuadée que c'ets la clé pour de nombreuses étapes du programme, et surtout après ces séances, bah je suis moins speed, je relativise tout ce que j'ai à faire, je priorise et laisse tomber certaines choses car on ne peut jamais tout faire à 100%... bref je suis sure qu'avec encore qq semaines de pratique je ne pourrai plus m'en passer ! donc perseverons !!

Lia.
Abonné

Après quelques semaines ou j'ai eu du mal à me mettre à la prc ca revient. En fait ces temps je l'ai fait de manière "scolaire" genre si je fais bien mes devoirs j'aurai une bonne note! mais ca marchait moins bien.

Hier un moment d'anxiété m'a saisie littéralement comme ca, accumulation de différentes choses dans la journeé. Et spontanément je em suis arrêtée dans ma course effrénée, assise, je em suis mise à respirer très profondéement et tranquillement et ca a été super top miraculeux.

Il y a ce moment ou passer d'une activité apprise. Jusqu'à ce que cela vienne tout seul c'est long. Et il y a les chutes du vélo évidemment........

FloD75.
Abonné

Bonjour,

Moi aussi quand après l'observation de 10 jours de son comportement alimentaire je suis passée aux exercices de PC cela a été difficile. J'ai du coup "laché" le programme pendant une semaine car je bloquais : je rechignais pour trouver du temps, car même si je suis en congé maternité j'ai plein de trucs à faire à la maison. Puis j'ai repris et j'ai péniblement fait les 4 jours en fait le 2ème et 3ème jour je n'ai fait qu'une séance et le 4ème aucune, j'ai donc "triché" sur le carnet pour avancer.

Ce qui est étrange c'est que je me suis intéressée à la PC avant de faire LC, j'ai lu le livre de Christophe André "Méditer jour après jour" qui comporte un CD et j'avais commencé à faire des séances de méditation, mais j'étais tellement fatiguée par les réveils en pleine nuit et l'allaitement que je m'endormais tout de suite.

Depuis hier, c'est donc très récent, je me suis dit qu'il fallait que je le fasse, car à force de lire sur le forum mes camarades parler à tout bout de champ de la PC, même sur des sujets autres, cela finit par impressionner. Je me suis assise non plus sur un fauteuil, mais sur un pouf sans dossier et plus bas les pieds bien ancrés dans le sol et j'ai fait la méditation où il y a le moins de paroles. Et je me suis sentie bien. Je l'ai fait 2 fois. Ce matin je l'ai fait et au bout d'un moment je trouvais que cela durait longtemps les 10 minutes, j'ai donc regardé mon ipod et quelle ne fut pas ma surprise de voir qu'il était en pause ! J'ai regardé ma montre, j'y avais passé 20 mn environ sans m'en rendre compte. Je me dis que c'est un bon début ! Mais j'ai quand même du mal à me concentrer mais chaque chose en son temps.

 

inouk.
Abonné

Même chose ici. Étant d'un natuel calme et contemplatif, on aurait pu croire que ces exercices m'iraient bien... Mais lorsque je fais les exercices de RPC, j'ai la sensation d'arrêter de vivre pendant 10 minutes. Je n'étouffe pas physiquement, mais psychologiquement j'ai une sensation d'être privée d'énergie de vie.

J'ai déjà médité, et dans ma méthode de méditation, nous laissions les pensées défiler comme des nuages, sans tenter de les arrêter, mais en restant détachée... De cette manière, le flot des pensées qui va dans tous les sens trouvait un exutoire, l'énergie pouvait circuler, puis au bout d'un temps le mental s'était calmé de lui-même.

Avec la RPC, il faut sans cesse stopper le cours des pensées, et je le ressens comme anti-naturel. C'est un effort à faire pendant dix minutes, de contrôler son cerveau. Je préfère les laisser circuler et s'estomper d'elles-mêmes.

Je me sens bloquée dans le programme, car j'en suis à cette étape de la RPC, et je voudrais passer aux exercices suivants, mais je ne le peux pas. J'en ai pour 4 jours à mentir sur mes carnets pour pouvoir passer à l'étape suivante?

Ce qui est bien est que ça m'a donné le goût de remettre la méditation au goût du jour, dans ma vie. Donc je crois que je vais faire de la méditation à ma manière pendant 4 jours, puis je remplirai les cases de questions de mon mieux...

isabellej.
Abonné

coucou inouk

je pense que le terme 'stopper" est un peu différent de ce qu'il faut faire en réalité

au moment où l'on prend conscience que notre esprit s'échappe, c'est là le moment clef...  on s'est donc détaché de la pensée et des ruminations éventuelles

c'est le moment le plus important

ensuite il est proposé de recentrer son attention sur la respiration, mais il ne s'agit pas vraiment de stopper ses pensées, on le considère, on les regarde et on se recentre

la méditation que tu faisais est déjà super dans le sens où tu es détachée de tes pensées, dans ce cas il y a juste un petit pitch en plus, c'est de ramener ta conscience à  ta respiration

c'est une sorte de mouvement de recentrage qui s'avère incroyablement agissant pour nos comportements alimentaires

fais déjà à ta manière les deux premiers jours et puis les deux suivants, tente d'ajouter le fait de te recentrer sur ta respiration, mais sans le vivre comme un empêchement, un 'stop", plus comme la suite de ton processus du détachement de la pensée,  déjà tu prends consicence de ta pensée, tu t'en détaches, ensuite tu n'as qu'à la laisser en plan et te recentrer sur ta respiration

bonne continuation

inouk.
Abonné

Merci pour ta réponse Isabellej,

Je vais tenter la RPC dans cette optique... Je trouve quand même difficile de m'arrêter... Bizarre, je n'avais pas réalisé à quel point je n'aime pas ce genre "d'arrêt"...

Je me dis toujours que je ne veux rien manquer de la vie, et que là je ne peux plus "vivre" pendant 10 minutes.

C'est difficile à décrire, mais ça ressemble à cela.

valdesf.
Abonné

Bonjour,

Depuis quelques temps j'éprouve de la difficulté avec la RPC, alors que j'y arrivais bien au début, désormais j'ai le coeur qui bat la chamade et je sens très clairement mes pulsations cardiaques qui s'accélèrent et ma gorge qui s'assèche. Cela rend plus difficile la concentration sur la respiration.

Avez-vous déjà éprouvé ça?

Odrey.
Abonné

Bonjour,

 

Personnellement, je trouve la RPC vraiment intéressante et pas si compliquée à faire (j'ai commencé il y a 3 jours). Dès la première séance (faite au réveil), j'ai ressenti des effets : au bout de 10 minutes, j'étais calme et ça m'a aidé à tenir la journée. Je me suis même surprise en me recentrant sur ma respiration quelques secondes dans la journée pour souffler et me détacher de l'activité en cours. Je n'avais qu'une hâte, refaire une séance en rentrant chez moi.

Effectivement ces 10 premières minutes m'ont paru longues, mais je pense qu'elles sont nécessaires pour arriver à sentir le bénéfice, il faut donc perséverer pour celles et ceux qui trouvent ça fastidieux. Ne pas se blamer non plus s'il s'avère difficile de gérer ses pensées. Le but n'est pas de maitriser l'exercice à 100% en ne controlant que sa respiration, le but est de se recentrer sur soi pour prendre conscience de son corps et de ses sensations (enfin c'est comme ça que je le vois).

J'ai lu que certains se sentaient obligés de tricher sur leur carnet pour passer à la suite du programme. Je ne suis pas sûre que ça soit bénéfique car cet exercice peut permettre de gérer bon nombre de situations face à la nourriture dans la suite du programme. Cela nous aidera par exemple à se concentrer sur la faim, la satiété et donc à terme, de nous réguler sans difficultés.

L'étape étant importante, il vaut mieux prendre le temps d'y parvenir, même si cela doit durer 10 jours au lieu de 4. Nous ne sommes pas là pour faire un sprint mais plus une course de fond. Vous savez ce qu'on dit : patience et longueur de temps...

Courage, ça vaut le coup de s'accrocher ! smiley

Haut de page 
X