Les pensées hameçons - le 14/10/2015

izabelle
Animatrice forum

Les pensées hameçons  sont des pensées récurrentes qui ont tendance à nous "entraîner"  dans la lutte émotionnelle

parce que c'est lié à une souffrance, une histoire particulière

ce sont celles qui nous "accrochent"

on les appelle pensées hameçons car nous sommes libres ou non  de nous accrocher à cet hameçon

mais de pouvoir en prendre conscience, de ces pensées là, est souvent très utile

 

pour ma part, celles que j'ai repérées depuis quelques semaines, les plus puissantes pour aller m'entraîner du côté de la lutte émotionnelle sont :

" personne ne m'aime"

" il ne m'a jamais vraiment aimée"

" personne ne m'aimera jamais vraiment"  (notez le vraiment, c'est très caractéristique chez moi)

 

ça c'est du côté  "la non-aimée"

 

et puis aussi

" personne ne me comprend"

" il a trouvé que ce que je disais n'était pas intéressant, il n'a pas vraiment compris"

" tout le monde se fiche de ce que je pense"

 

du côté de l'incomprise de service

 

 

 

et vous, quelles sont vos pensées hameçons???

Commentaires

lylyoz
Marraine

Décidément ce post tombe à pic Izabelle !

Je vais faire une liste non exhaustive mais ça pourrait être.

Il la préfère elle! 

Je ne ne serai jamais aimé pour moi mais pour la fonction que je remplis

Je ne suis pas assez, mince, bien, intelligente... j'en passe et des meilleurs

Je ne suis pas à la hauteur, j'aurai pu mieux faire, on peut toujours mieux faire...

Je ne compte pas vraiment

Pour ma part, ce sont les pensées que j'ai plus de mal à gérer.

Parfois, elles s'invitent sans crier gare et ça me met vraiment en colère notamment le soir au coucher surtout quand j'ai l'intention de retrouver mon "monde refuge" avant de tomber dans les bras de morphée.

L'inconfort physique passe encore mais les pensées, arghh no

Primevere92.
Ancien abonné
Merci pour ce fil intéressant, A l'affiche actuellement j'ai "je suis nulle j'y arriverai jamais" Lorsque mon fils de 6 ans dit "je suis nul " alors je sursaute, je réagis, je lui dit qu'il ne doit pas dire ça, qu'il n'est pas nul, etc. Mais lorsque c'est ma petite voix dans la tête qui dit la même chose, je ne réagis pas comme ça malheureusement.
Kaylee
Marraine

[quote=Primevere92]Merci pour ce fil intéressant, A l'affiche actuellement j'ai "je suis nulle j'y arriverai jamais" Lorsque mon fils de 6 ans dit "je suis nul " alors je sursaute, je réagis, je lui dit qu'il ne doit pas dire ça, qu'il n'est pas nul, etc. Mais lorsque c'est ma petite voix dans la tête qui dit la même chose, je ne réagis pas comme ça malheureusement.[/quote]

C'est bien de rassurer ton fils Primevere yes Lorsqu'enfant ou adolescente tu disais "je suis nulle", est-ce que quelqu'un a pris la peine de te rassurer et de te prouver que ce n'était pas vrai ?

Fort utile izabelle, ce post sur les pensées "hameçon", j'ai du mal à définir celles qui me perturbent et me font parfois me prendre la tête en boucle toute la journée, mais je vais m'y pencher pour essayer de mieux les cerner.

izabelle
Animatrice forum

oui bravo c'est bien de les observer

 

une fois que l'on a repéré les hameçons, on est plus en mesure de faire le choix ou non d'y mordre quand elles se présentent

 

pour ma part je pensais qu'il y a avait surtout des histoires de "pas assez bien",  mais en fait j'étais surprise de constater que mes pires hameçons concernent bel et bien le fait de ne pas être aimée et ne pas être comprise

 

 

 

avec ma fille, j'ai une tout autre façon d'agir quand elle dit qu'elle est nulle (ou moche),  je le monte en blague, ou alors je lui dis  "non, c'est moi la plus nulle, tu ne m'arrives pas à la cheville, tu n'es que la princesse de la nullité, mais j'en suis la reine..." (sur le ton de la plaisanterie bien sûr)

en fait je l'aide à ne pas mordre à l'hameçon en dédramatisant cette histoire -là, mais bien sûr sans chercher à la faire disparaitre ou la controler

c'est juste qu'à partir d'un certain niveau de sensibilité ces histoires vont s'activer automatiquement et régulièrement chez toutes les personnes

en prenant l'habitude de lutter contre (et dans cette lutte, il y a rassurer ou se rassurer, ou se faire rassurer)  eh bien on ne fait au final que les renforcer, leur donner beaucoup d'importance, les prendre au sérieux, les prendre  "au pied de la lettre"

 

alors Primevere,  tu peux noter cette pensée  "je suis nulle"  comme un hameçon, et puis quand elle se présente, la laisser exister bien sûr, mais ne pas forcément y "mordre"  (c'est à dire partir dans la lutte)

ce n'est qu'un petit hameçon qui se balance...   laugh

Ilvy.
Abonné

Mes pensées hameçons récurrentes du moment sont les suivantes...

La principale :  "Je ne suis pas assez intéressante pour qu'on écoute ce que je dis puisque pas grand monde ne le fait."

Et la seconde qui va avec : "Je suis incomprise car la majorité des gens ont visiblement besoin d'exprimer d'une manière différente, exactement les mêmes choses que ce que je suis en train de leur expliquer." 

Je finis systématiquement par dire "c'est bien ce que je dis" et mes interlocuteurs font comme s'ils étaient les auteurs du sentiment d'abord exprimé par moi.

Je ne sais pas si je suis très claire dans mes explications...

lorraine
Marraine

Si, si, tu es très claire dans tes explications Ilvy, j'ai lu plusieurs fois et j'ai tout bien compris.

En plus, cela me rappelle une difficulté que j'ai bien connue celle de la difficulté dans l'affirmation de soi en particulier au travail avec certains collègues et quand j'étais petite avec certaines filles de ma classe.  Comme si je parlais dans le vide et que personne ne m' entendait .

Je crois qu'il un outil relatif à l'affirmation de soi, mais pas sûr que tu puisses déjà y accéder.

Tu ne dis pas si c'est surtout à la maison, au travail...?

 

Et je trouve qu'écouter l'autre  est tellement difficile; peu de gens arrivent à écouter vraiment sans interrompre et sans projeter leur propre histoire.

Avec Linecoaching j'ai eu plaisir à me raconter aussi et surtout (surtout au début) parce que je n'étais pas interrompue. Je pouvais aller au bout de mes idées. C'est vraiment quelque chose que je découvrais. Je trouve que cela participe à la confiance en soi. Je te le conseille

 

 

J'ai une pensée hameçon ces derniers jours, c'est la violence qu'il y a eu sur mon lieu de travail.,

Mais ça va, j'arrive à  laisser pendouiller l'hameçon le plus souvent . Ouf! L'apprentissage de la pleine conscience est passée par là

Par moment, je m'y accroche en lisant des trucs sur le sujet par exemple, mais ça alimente les pensées récurrentes("et j'aurai du" et "il aurait fallu" et "si seulement" etc), le film s'allonge et devient un film d'horreur. Vite j'arrête, je m'occupe autrement. Surtout pas alimenter. Car les pensées - croyances deviennent de plus en plus réelles dans l'esprit.

3x5 grandes respirations abdominales par jour aident bien + s'occuper avec des activités plaisir et bouger son corps le plus possible en pleine conscience, et quand même repérer les émotions ressenties, les ressentir et les laisser être simplement

Sitâ.
Abonné

Ca a toujours été un plaisir de te lire, Lorraine. Les gens de ta "vraie vie" ne savent pas ce qu'ils manquent smiley

izabelle
Animatrice forum

alors à la faveur d'une discussion sur l'autre fil,  j'ai vu émergé dans ma conscience des grosses pensées hameçons pour moi

ce sont des phrases que ma mère me disait souvent quand j'étais petite  et qui ont pris une forte valeur aversive tant elles illustrent combien à l'époque je me sentais incomprise et ne pouvant trouver de l'empathie à mes problèmes existentiels

donc la phrase que je ne peux encore supporter à ce jour d'entendre prononcer, mon homme est au courant, car quand j'entends cette phrase,  big  big hameçon, je suis susceptible de péter les plombs, et quand on me connait c'est vraiment très rare (donc je lui dis  : "ne me dis SURTOUT pas ça")

"Que veux-tu que je te dises?"  (ça me donne envie de hurler : mais rien, tu pourrais un peu compatir, bon sang::!!!!!!!!!)

voilà un énorme hameçon pour moi, rien que d'y penser ça me met dans ton mes états

 

et il y a aussi, mais moins fort

"ce n'est pas la peine de se mettre la rate au court-bouillon"

qui est pour moi aussi d'une très grande violence  (bon j'exagère comme toujours) car cela illustre réellement cette incompréhension de mon hypersensibilité d'enfant qui était totalement incomprise et bien entendu blâmée

 

ces deux phrases peuvent me mettre dans une colère folle, ça me donne envie d'arracher la rate de l'autre et la mettre vraiment dans un court-bouillon  angry

 

 

je suis contente d'avoir repéré deux beaux gros gros hameçons, mais rien que d'y penser déjà je suis en colère !!!   wink

(en plus ma mère m'a appelé au milieu de ce message laugh)

redgine's cocktail.
Abonné

Bonjour Izabelle,

Comme d'habitude, je lisais avec plaisir et zénitude ton post, puis, comme tu espaces bien tes lignes, sur mon écran d'ordi, j'ai vu apparaitre ta 1° phrase hameçon comme un diable qui sort de sa boite. 

"put***" et sorti de ma bouche et mon coeur s'est acceléré. En repensant aux fois où je l'ai entendu, maintenant ça me laisse sans voix, j'ai une boulle dans la gorge et les larmes aux yeux. Pas d'EME, mais un besoin impérieux que cela passe au plus vite, c'est très douloureux. Donc RPC, vite.

Ilvy.
Abonné

A Lorraine : Oui, c'est exactement ça, cette impression de parler dans le vide et de ne pas être entendue. J'y suis confrontée très régulièrement. Ça, plus le fait de se faire couper la parole en plein pendant une explication d'une histoire, anecdote ou autre... Je ne supporte plus.

Donc je parle moins et du coup on me demande souvent "Qu'est-ce qui se passe ? Tu es malade aujourd'hui ?"... Puis quand j'explique que je n'ai simplement pas envie d'intervenir, si c'est pour qu'on se fiche des réponses que j'apporte aux questions qui m'ont été posées ou qu'on ne me laisse pas terminer mes phrases, ça se calme un temps pour finalement reprendre de plus belle.

Pour répondre à ta question, Lorraine, cela se produit autant dans mon entourage personnel que professionnel, donc je suis rendue à un léger effet d'isolement ces derniers temps.

Actuellement, l'outil dont tu parles et qui semble correspondre à un outil dévérouillé dans mon parcours est "Osez vous exprimer !". Il pourrait effectivement être hyper adapté si dans mon entourage familial il y avait des personnes qui se sentaient concernées par ma démarche de rééquilibrage alimentaire, autant que ma tentative d'amélioration personnelle... Ce n'est pas le cas. no

Au boulot, seule une collègue s'intéresse à mes progrès... Quand elle en a le temps, mais je peux comprendre puisque c'est mon parcours et non le sien.

Alors j'avance un peu à tâtons car c'est assez difficile de passer outre, mais le moins qu'on puisse dire de ce fait, pour essayer d'en tirer du positif malgré l'hameçonnage assez fort, c'est que je ne devrai mes victoires qu'à moi-même. Et un peu à vous aussi parce que je n'oublie pas les recommandations qu'on m'apporte ici. wink

Merci en tout cas pour tes conseils ! smiley

A Izabelle : La rate au court-bouillon... parait-il que je me la mets souvent. Elle doit être bien bouillie depuis le temps, dis donc ! angry

C'est une phrase que je ne n'ai pas entendu depuis un certain temps maintenant mais j'avoue que si elle me revenait une énième fois aux oreilles, je ne suis pas sûre de savoir conserver mon calme...

Bon courage à tous et toutes en tout cas !

lorraine
Marraine

Oh !  merci beaucoup Sita de tes gentils mots. Ca me fait un bien fou.

aussi partie des personnes que je lis . L'humour que tu manies à merveille....Je m'en rappelle de tes anciens posts, avec pas de lunettes juste une frange et un oeil laissant deviner un joli minois. smiley D'ailleurs je crois que je vais finir par montrer ma bouille moi aussi. C'est agréable de voir celle des autres.

 

Maintenant ça va beaucoup  mieux la confiance en moi, mais je suis encore parfois  obligée de me dire ne parle pas si vite, arrête de croire que tu lasses tes interlocuteurs, et arrête de vouloir en finir au plus vite...

Je me dis que j'ai parfois une tendance à me mettre moi même dans la posture de celle qu'on a pas envie découter.

 

Ilvy je crois vraiment qu'il nous faut que  trouver notre valeur en nous  même et de l'intérêt pour nous même. Ne rien attendre des autres . Ne pas ressasser  sur ce que les autres ne nous apportent pas. Cela nous détruit   Mettons notre énergie ailleurs dans des occupations constructives et plaisantes pour nous .

 

Izabelle, j'ai été chercher la définition de la rate au court bouillon wink

J'ai été troublée par ton post et des propos de ta mère à ton égard. Je crois que c'est la première fois (bon, cest vrai j'ai été longtemps absente ! smiley) que tu évoques son manque empathie à ton égard (enfin, tu le dis pas tout à fait comme cela) . Tu  la citais surtout pour son calme et sa gentillesse.

 

Bien sûr, à un moment donné, il n'y a plus à se plaindre de nos parents, ils ont fait ce qu'ils ont pu etc...Mais pour avancer dans nos vies, dire nos blessures d'enfance à son importance aussi, je trouve . GA évoque le  manque d'empathie courant chez les mères de personnes souffrant de troubles alimentaires (je crois que c'est "manger c'est dans le tête " écrit dans les anées 1990). C'est son premier livre que j'avais lu en 2003 et là j'avais perçu la part émotionnelle dans l'acte de manger et de grossir.

La mienne me balançait des "t'es complètement folle" à tour de bras. Ca me paralysait. Et quand je lui en ai parlé à 40 ans passés elle me disait "c'est juste une façon de parler!"  Oui, ce qu'elle oublie de rajouter c'est qu'elle était sûrement décontenancée par certains de  mes mots, et de  mes attitudes et au lieu de me le dire en tant que tel elle préfèrait m'humilier......... Ca c'est une phrase, pareil, que je ne supporterai plus d'entendre.

 

Mais bon, je ne suis plus du tout dans le sujet du fil !  Sauf peut être pour  parler de ces hameçons  au passé.

Tout arrive.

Patience
Marraine
Ah, moi, j'ai un binôme de pensées hameçons ! - "Je suis trop...", à compléter par l'adjectif qui va avec : moche, grosse, gentille, conne, difficile, malchanceuse, bronzée, laxiste, molle, pacifique... - "Aie aie aie, on ne va plus m'aimer !!" Celle là, c'est la pire, celle qui va bloquer toute capacité à réfléchir et à agir. Tiens, je crois que ça vaudrait la peine que je la dessine un peu, cette "on ne va plus t'aimer"... ! Au plaisir de vous lire
Kaylee
Marraine

La rate au court bouillon, c'est une expression que beaucoup de salariées employaient dans l'entreprise dans laquelle j'ai travaillé 25 ans chaque début d'année au moment de passer l'Entretien Annuel Individuel, qui fut rebaptisé ensuite "entretien de progrès" angry, entre 1 h et 3 h de mise sur le grill par salarié, nous savions pile 1 mois à l'avance à quelle date ce serait notre tour, et pendant ce mois nous nous mettions "la rate au court bouillon". Si nos objectifs étaient atteints, même pour le personnel administratif dont je faisais partie (faire le classement plus régulièrement, par exemple), il y avait à la clé une augmentation brute d'environ 11 € par mois - se mettre la rate au court bouillon pour 11 € bruts par mois, si les objectifs étaient atteints, c'était... les mots me manquent. Je me souviens de crises de boulimie qui commençaient environ une semaine avant et s'accentuaient au fur et à mesure que la date fatidique dudit entretien approchait.

Lua Nova.
Abonné
Pensée hameçon préférée. Tu devrais faire... au lieu de faire! Ça marche avec tout! Tu devrais faire ton ménage au lieu de faire la rpc, tu devrais écrire ton mémoire au lieu de faire ton ménage... Un vrai juge intérieur tyrannique et incohérent. Il va de paire avec: tu n'es pas assez courageuse, travailleuse... Ou encore tu es trop paresseuse, grosse, molle, lente.. Trio de choc!
izabelle
Animatrice forum

[quote=Ilvy]

malgré l'hameçonnage assez fort

[/quote]

yes

très bien, quand tu observes le hameçon, déjà tu as moins de chance d'y accrocher

ce qui ne veut pas dire ne pas ressentir la souffrance en question,  par exemple le sentiment d'incompréhension

au contraire, le ressentir, lui faire une place

mais ne pas être hameçonné dans la LUTTE contre ce ressenti

 

c'est assez subtil et pas évident pour nous de faire la différence au début  car la lutte est très automatisée chez les mangeurs émotionnels   au démarrage

en tous cas pour moi ça l'était

izabelle
Animatrice forum

[quote=redgine's cocktail]

En repensant aux fois où je l'ai entendu, maintenant ça me laisse sans voix, j'ai une boulle dans la gorge et les larmes aux yeux. Pas d'EME, mais un besoin impérieux que cela passe au plus vite, c'est très douloureux. Donc RPC, vite.

[/quote]

oui RPC pour réussir à faire de la place à ce sentiment là

c'est super que tu n'aies pas d'EME car cela montre que le  "besoin que ça passe"  n'était pas si fort qu'avant

ce qui veut dire que tu commences à faire de la place à tout ça

yes

izabelle
Animatrice forum

[quote=lorraine]

Mais bon, je ne suis plus du tout dans le sujet du fil !  Sauf peut être pour  parler de ces hameçons  au passé.

[/quote]

eh oui ce sont de toute évidence des hameçons bien attirants !

ma mère est en effet très très très gentille, le coeur sur la main en fait

mais manquant totalement d'empathie, essentiellement parce qu'elle a tendance à bloquer tout ressenti désagréable quel qu'il soit

c'est quelqu'un de très "positif", mais à force de bloquer tout inconfort, cela ressort de façon plus ou moins sympa pour les autres, en général par une agressivité larvée ou des plaintes à répétition (mais ça c'est quand on était enfants)

et l'absence d'empathie chez elle, c'est essentiellement parce qu'elle n'arrive pas à supporter que quiconque soit triste, en colère, ou même simplement ait mal

quand un enfant a mal, elle va dire  "non non tout va bien tout va bien"

maintenant que j'ai compris son fonctionnement, je ne prends plus personnellement son manque d'empathie, mais quand j'étais enfant je ne pouvais avoir ce recul là

izabelle
Animatrice forum

bravo les filles pour ce repérage des hameçons qui nous entrainent dans la lutte !

Yoyo 32.
Abonné

pensées hameçon je ne connaissais pas ce fil ! pour moi ....t'es nulle, t'arrives pas parce que t'es pas assez perseverante , tu n'y arrivera jamais parce que t'es pas au top ! t'es grosse , et ça c'est le pire jean du 36 alors quoi ??? la preuve je suis nulle ...et c'est bien fait pour toi , tu ne te motive pas assez pour réussir enfin vous avez compris

la dépréciation en permanence parce que je voudrais être parfaite en tous domaines .. impossible là je susi très fatiguée et je voudrai aller dormir un peu ... mais , "la voie" me dit paresseuse! 

est ce que je vais me reposer sans complexes ???

izabelle
Animatrice forum

normal yoyo ce fil est nouveau !!!

bravo pour avoir repéré tes pensées hameçons

maintenant essaie aussi d'observer les fois  où tu "mords" à l'hameçon, c'est à dire quand tu pars en lutte intérieure contre ces sentiments d'être pas assez bien

Yoyo 32.
Abonné

en ce moment même et tout le temps ! là au lieu d'être sur l'ordi je devaris être en train de ranger une chambre et je suis là ! je me suis reposée quand même mais je regarde l'heure et c'est la cata

lorraine
Marraine

C'est vrai que c'est encore un nouveau fil ! Je ne sais pas où tu vas chercher toutes ces idées Iza ! smileyBravo!

Pour en revenir (et en finir) avec nos mères -la mienne aussi est très gentille- : je me dis que quoiqu'il en soit pour que nous soyons devenues les belles et bonnes personnes que nous sommes elles doivent bien y être pour quelque chose ! smileycheekywinkwink

Kaylee
Marraine

[quote=lorraine]

Pour en revenir (et en finir) avec nos mères -la mienne aussi est très gentille- : je me dis que quoiqu'il en soit pour que nous soyons devenues les belles et bonnes personnes que nous sommes elles doivent bien y être pour quelque chose ! smileycheekywinkwink

[/quote]

Oh oui, mais dans mon cas c'est dans le sens contraire : elle m'a appris le mensonge, elle m'a appris la trahison, elle m'a bousillée, mise en petits morceaux lentement à petit feu, heureusement je me suis rebellée et révoltée (hélas un peu tard) et si je suis devenue ce que je suis actuellement c'est bien parce que j'ai fait tout ce qu'il était possible pour ne surtout pas être comme elle, surtout ne pas lui ressembler, ni moralement ni physiquement.

izabelle
Animatrice forum

un bel exemple de résilience Kaylee !

lorraine
Marraine

Oh oui, Kaylee je comprends bien tout ce que tu veux dire et je compatis ......Les mères toxiques existent et y en a pléthore, c'est clair

Me concernant la méditation/rpc découverte ici a contribué à mettre de la distance dans mes ressentis à son égard  et notre relation a changé depuis 2012 (c'est pas vieux!). Maintenant je peux parler d'elle avec légèreté.

Oui, d'accord,  tu es un bel exemple de résilience Kaylee, c'est pour cela - aussi- que la vie est belle ! Rien n'est jamais figé

redgine's cocktail.
Abonné

Pensée hameçon qui me provoque une angoisse terrible, avec pleurs, accélération cardiaque, colique : "ne m'abandonne pas". Et bien aujourd'hui, j'y ai pas mordu quand l'homme est parti pour Cardiff jusqu'à lundi.

Je l'ai bien observée : il est parti, mais il va revenir, et puis j'ai besoin d'une pause, d'un lâcher prise à son sujet.

Je mis un doigt sur un hameçon, que j'ai avalé en entier, la ligne avec, depuis janvier : l'homme et sa maladie. Je le recrache régulièrement pour le ressaisir aussitôt. Je suis en observation, en compréhension de ce système d'amorçage, mais aussi en lutte car c'est trés dur pour moi, d'être à la fois présente pour lui faire des petits plats qu'il arrive à manger, de lui rappeler ses RDV médicaux qu'il oubli ou confond, idem pour ceux du boulot, de lui procurer ses médocs. Et quand il ne dort paas la nuit, je veille. Je ne sais pas quoi faire autrement. J'ai tellement peur pour lui, pour moi, pour l'avenir. Je suis en plein contôle. Trés douloureux, et épuisant.

Le problème, c'est que mon sas de décompression n'est pas chez moi, mais chez des amis. Et cela fait  trés longtemps que je n'y suis pas allé. J'ai besoin de cette éloignement géographique, car travaiilant à la maison, je n'y arrive pas autrement.

Comment être présente et aimante, sans prendre toute la place, et le couver comme une tigresse ? car c'est EME sur EME.

Forcément, mes contrôles étant utopiques et inutiles, c'est lui le malade, pas moi. Et la maladie est là, je n'y peux rien.

Je n'ai plus d'énergie vitale, et je mange car je n'arrive pas à rebondir. Je me cramponne comme je peux à LC, en me disant : une pause et ça repart.

Bonne nuit.

lorraine
Marraine

Je te souhaite aussi une bonne nuit redgine's, la plus douce possible

Que c'est difficle ce que tu vis, terriblement difficile....

Très douloureux et épuisant écris tu . Peut être un thérapeute peut il t'accompagner et te soutenir sur ce chemin .

Je t'envoie toutes mes pensées du coeur

A bientôt

redgine's cocktail.
Abonné

Merci Lorraine. Je ne vois plus ma psy depuis le mois de mai. Et je ne compte pas y retourner.

J'ai passé une nuit reposante et fait la grasse mat. Je me sens en pleine forme. Ma faim Sophie est revenue : je suis donc à l'écoute de mon corps de nouveau. J'ai mangé à satiété. 

L'homme est parti jusqu'à lundi soir à Cardiff pour un voyage rugbistique entre amis. Je suis seule, et en plus il a oublié son téléphone à la maison. Youpi !!!!!!!!!!! Je ne peux pas l'appeler pour prendre de ses nouvelles, ou si il va bien.

Hier au soir RPC de 10 mn.

Aux clients grincheux, insistants,  je leur ai dit : pas de dépannage ce week-end, à mardi !

Mon père va un peu mieux après 2 semaines alité. Ma mère commence à faiblir psychologiquement. Mais je n'irai les voir que lundi, après l'éducation canine avec mes chiens. Je stoppe les visites ce Week-end, je téléphone juste pour garder le contact et prendre la température.

Bon dimanche à tout le monde.

Ilvy.
Abonné
Pareil que toi, Kaylee. Je suis devenue ce que je suis parce que je me suis tracé un chemin. Pas toujours très net et stable, mais c'est le mien. En fait, je prends ma mère comme exemple... À ne surtout pas suivre.
amie35.
Ancien abonné
Les pensées hameçons voilà une idée qui m'accroche te qui me parle.
je reconnais les pensées hameçons, l'hameçon, m'est si familier  il revient souvent au même niveau que ma ligne de flottaison , il rode autour de moi il brille pour m'attirer dans le tréfonds. cela j'arrive à le repérer et à m'en défaire même si cela passe par des périodes pas facile
Mais le plus difficile à gérer ce sont les hameçons qui sont des lignes mitraillettes, qui me renvoi à l'hameçon suivant puis le suivant et comme cela je passe beaucoup de temps accroché cette ligne aux multiples hameçons. c'est toujours difficile de s'en défaire.
Comme si chaque hameçon qui constitue cette ligne me renvoi à des situations vécues dans le passé et que le suivant est en lien avec un autre événement . ils ont tous  un point commun. Ces lignes sont très douloureuses.
 
je m'explique : devis aujourd'hui" une situation de dévalorisation parce que je n'ai pas réussi à tenir les objectifs que je me suis fixée -> je suis nulle , je me sens dévalorisée . Hop j'ai attrapé le premier hameçon qui me renvoi au second qui me rappelle une période ou je n'avais pas de travail et je me dévalorisais , j'attrape le troisième hameçon, période ou j'ai raté mes examens, puis cela me projete   à ma période d'adolescente ou quand je n'avais de bonnes notes à l'école mon père  me dévalorisait au lieu de m'encourager puis cela me renvoi à ma période d'enfant ou une partie de ma famille me comparait à ma cousine qui était vu comme la cinquième merveille, moi j'étais la grosse qui n'avait pas la grâce et l'intelligence de la cousine.
J'ai pris l'hameçon,  j'ai remonté la mitraillette avec tout ses hameçons  dans la gorge,  c'est de plus en plus douloureux et cela peu durée plusieurs heures.
Je ne sais pas si vous avez vécue cela mais ce sont les lignes à remonter le temps qui me sont  insupportables. 
ladyl56.
Abonné
Comme toi Amie 35 ce n'est plus un hameçon, ni même une "mitraillette" mais un filet dérivant dont je ne peux sortir. Ma psy m'a fait remarquer que je ne m'adresse que des reproches et c'est vrai mais je n'en avais même pas conscience. Donc elle m'a demandé d'en faire une liste (elle va être longue) mais le premier qui me vient à l'esprit : Je me reproche d'être née Mes parents n'avaient que faire d'une 4e fille, le numéro 3 leur posait suffisamment de problèmes et ils me l'ont bien fait sentir, mais, parce que sûrement c'était mon tempérament, j'ai opté pour l'insouciance et j'ai bien profité de cette liberté même si j'ai l'impression de m'être faite toute seule. L'inconvénient c'est que je ne sais pas recevoir les compliments, par méconnaissance, car les reproches, ça je connais bien donc c'est devenu mon fonctionnement. CQFD Alors ce reproche premier, dans le temps et en importance, on va s'en occuper et peut-être, je dis bien peut-être, je vais me trouver qq qualité !!
izabelle
Animatrice forum

[quote=redgine's cocktail]

Pensée hameçon qui me provoque une angoisse terrible, avec pleurs, accélération cardiaque, colique : "ne m'abandonne pas".

[/quote]

une très belle observation de ton hameçon

avec la maladie, c'est un peu le même hameçon aussi, la peur qu'il s'en aille

il te faut faire de la place à tout ça, je pense que c'est justement ce que tu fais, tu gères très bien la situation

bravo Redgine

izabelle
Animatrice forum

[quote=Ilvy]Je suis devenue ce que je suis parce que je me suis tracé un chemin. Pas toujours très net et stable, mais c'est le mien. [/quote]

yes

izabelle
Animatrice forum

[quote=amie35]

J'ai pris l'hameçon,  j'ai remonté la mitraillette avec tout ses hameçons  dans la gorge,  c'est de plus en plus douloureux et cela peu durée plusieurs heures.
Je ne sais pas si vous avez vécue cela mais ce sont les lignes à remonter le temps qui me sont  insupportables. 

[/quote]

oui c''est sûr

mais ton observation va pouvoir te permettre parfois de ne pas y mordre, à cet hameçon-mitraillette

le premier hameçon, si tu y mords, va t'amener à "lutter"  contre

et ensuite, la lutte réveille tous les souvenirs douloureux liés à ce ressenti

 

l'inverse de mordre à l'hameçon, c'est faire de la place au sentiment douloureux dans le moment présent, par exemple le fait de se sentir  "nulle",  juste le laisser exister, mais dans le présent, là ici, maintenant, accepter d'en faire l'expérience, de lui faire une place

izabelle
Animatrice forum

[quote=ladyl56]les reproches, ça je connais bien donc c'est devenu mon fonctionnement. CQFD Alors ce reproche premier, dans le temps et en importance, on va s'en occuper et peut-être, je dis bien peut-être, je vais me trouver qq qualité !![/quote]

c'est vraiment bien de pouvoir faire une place à ce sentiment d'être quelqu'un dont  "on n'a que faire"

c'est bien sûr très difficile car lorsque tu étais bb, ce sentiment était le signe d'un très grand danger potentiel

mais en essayant de le vivre au présent quand il se présente, cela pourra modifier la donne certainement

pour que tu n'aies plus besoin d'avoir qq qualité pour avoir le droit d'exister et d'être aimée inconditionnellement

 

 

bon, bravo, les filles, ça bosse, là !!!!   yes

excusez-moi si je vire trop  "psycho",  déformation professionnelle !!!   laugh

FRED73
Marraine
Pensée hameçon: "je suis nulle" puis vient après " je suis nulle de penser que je suis nulle" puis encore après " je suis nulle de ne pas réussir à laisser passer cette pensée qui me dit que je suis nulle". Voilà le cercle vicieux dans lequel je tourne et retourne...
FRED73
Marraine
J'ai d'autres pensées hameçons : -"Il faut que je me prépare à affronter les choses parce que sinon je n'y arriverai pas" -"Je suis moins bien que les autres" -"Je ne suis pas intéressante" C'est bien de s'en rendre compte mais c'est quelque fois difficile de ne pas y mordre !
Kaylee
Marraine

[quote=FRED73]J'ai d'autres pensées hameçons : -"Il faut que je me prépare à affronter les choses parce que sinon je n'y arriverai pas" -"Je suis moins bien que les autres" -"Je ne suis pas intéressante" C'est bien de s'en rendre compte mais c'est quelque fois difficile de ne pas y mordre ![/quote]

Oh que oui frown ma pensée hameçon de ce matin, récurrente depuis quelques jours parce que je suis fatiguée et j'ai beaucoup de mal à avoir envie de repérer ma satiété, c'est : "je suis une grosse vache sans volonté". Puis je pousse un grand soupir et je me dis : et alors, je suis une grosse vache sans volonté, mais une gentille grosse vache, parfumée et à la peau douce.

Volonté, j'ai tellement entendu ce mot lorsque j'étais plus jeune et en surpoids, style "avec un peu de volonté, tu arriverais à maigrir". Comme si le surpoids était une question de "volonté"... pfff... mais que ls diktats ont la vie dure !!!

redgine's cocktail.
Abonné

Je dirai même plus, Kaylee, si c'érait une histoire de volonté, on serait toutes avec nos poids.idéaux, parce que, qu'est ce qu'on en veut de maigrir avec détermination,  résolution, ôpiniatreté, décision, énergie et hardiesse. D'ailleurs, que n'avons nous pas déjà fait ?

Bises à toutes celles qui n'ont pas eu la volonté

FRED73
Marraine
C'est comme des vagues avec ces pensées hameçons: quelque fois on n'y mord pas et d'autres fois on ne peut plus s'en détacher ! Et ça plusieurs fois dans la journée ! Un hameçon dans les vagues, je suis donc un poisson de mer libre de ne pas m'accrocher. Laisser passer les pensées avec les vagues... C'est vraiment fou ce qu'on peut se mettre dans la tête et se faire du mal tout seul!
izabelle
Animatrice forum

[quote=FRED73] C'est bien de s'en rendre compte mais c'est quelque fois difficile de ne pas y mordre ![/quote]

oui c'est dur,  et de toute façon parfois on y mord ce n'est pas grave

le fait d'en avoir conscience permet de ne pas y mordre systématiquement, c'est déjà ça  laugh

bravo pour ton observation !

izabelle
Animatrice forum

mon idée c'est que les mangeurs émotionnels sont en fait des gens qui ont TROP de volonté

notamment la volonté de vouloir toujours être  "confort"  à l'intérieur

trop de volonté, trop de lutte   entrainent des EME

donc soyons un peu moins volontaires avec nos états intérieurs  wink

FRED73
Marraine

 

oui c'est dur,  et de toute façon parfois on y mord ce n'est pas grave

Oui, c'est exactement ça ! Je me suis rendue compte que je me mettais trop la pression pour ne pas y mordre et dans ce cas il y a lutte pour ne pas se laisser happer !

Tinkerbell.
Abonné

[quote=izabelle]

mon idée c'est que les mangeurs émotionnels sont en fait des gens qui ont TROP de volonté

notamment la volonté de vouloir toujours être  "confort"  à l'intérieur

[/quote]

 

Mais ouiiiii, je me sens exactement comme ça, tu as mis le doigt juste au bon endroit je trouve (enfin, pour moi, en tout cas).

Par la force des choses, ayant déjà vécu pas mal de petits trucs divers et variés mais pas forcément cools dans ma vie, je cherche à toute force cette zone de confort et je DETESTE en sortir, j'ai l'impression du coup de me sentir très vite dépourvue face aux stress : une inspection au boulot me rend malade, un coup de téléphone à passer me force à le répéter dix fois dans ma tête avant de décrocher le combiné, une réflexion me hante pendant des jours... j'ai souvent l'impression de n'avoir aucune tolérance émotionnelle, qui me pousse souvent à aller grignoter un p'tit truc, ou à déprimer longuement au fond de mon lit en me lamentant dès lors que quelque chose me sort de mon confort habituel, c'est d'un pénible !

La Pleine Conscience aide, c'est sûr, mais j'ai beau le savoir, je ne lui accorde pas encore assez de place dans mon quotidien. Paradoxalement je cherche le bien-être, j'ai PLEIN de possibilités de le vivre encore plus au quotidien mais je ne le fais pas forcément... m'oui m'oui m'oui, je sens que ça va encore être simple à décortiquer tout ça, tiens...

FRED73
Marraine

Je suis moi aussi totalement d'accord avec ľ analyse d'Izabelle. Je voudrais moi aussi être toujours bien, toujours en forme, toujours calme et de bonne humeur et j'ai tendance à culpabiliser quand je ne vais pas bien...

redgine's cocktail.
Abonné

Je rejoins le groupe. A trop vouloir bien faire, de ne plus faire ci ou ça, je passe au controle automatique des nouvelles "habitudes". Je sors d'un truc pour rentrer dans un autre. Ah cerveau, quand tu nous tiens !

izabelle
Animatrice forum

ah oui notre cerveau est très efficace

trop?

non il fait son boulot, mais bien, bien....

alors il faut le laisser faire ce qu'il sait faire, mais avoir cette capacité de porter son attention ailleurs, vers ce qui est important pour nous, sans forcément entrer dans un brouillard de pensées pas trop utiles

par exemple si on voit qu'une pensée est un hameçon, on a déjà une possiblité de choix : "y mordre ou non"

parfois on y va direct, et puis on peut aussi se rendre compte très vite qu'on a "mordu"   (ou pas)

c'est mon cas pour le hameçon  "il ne m'aime pas",   je peux y mordre encore facilement et même restée hameçonée plusieurs jours sans savoir vraiment ce qui me travaille

c'est normal, l'amour est si important  pour moi

 

je crois que nos hameçons les plus puissants nous renvoient à nos valeurs les plus fondamentales

 

 

et il est vrai que c'est tout un travail que d'apprendre, s'autoriser à ne pas toujours être  "bien"  à l'intérieur

j'adore la métaphore du surf concernant nos états intérieurs négatifs

 

cela dit à peu de chose près la chose suivante :

" parfois les choses difficiles intérieurement sont des vagues si grosses qu'on est tenté de les retenir, de lutter contre elles.   Mais au bout d'un moment, cela devient si épuisant qu'on finit par lacher  et se laisser emporter.

Et s'il y  avait une autre alternative au fait de lutter contre  et de se laisser emporter?    Cette alternative, cela ressemblerait un peu à surfer

pour surfer, pas besoin de retenir les vagues, et on ne se laisse pas non plus emporter, on peut même choisir sa direction

comment on apprend à surfer?

en apprenant à monter sur la planche, d'abord sur le sable, puis dans l'eau

et puis en observant la mer, les vagues, le vent....

ensuite on commence à s'entrainer sur des petits vagues avant d'en affronter de plus compliquées

tomber de la planche fait aussi partie de l'apprentissage

en tous cas on ne peut pas apprendre à surfer en  collant un manuel de surf sur la planche, il faut s'entrainer, s'exercer, le faire dans le moment présent..."

 

 

alors les filles là on est en train d'apprendre à surfer

savoir ne pas être toujours  "à l'aise"  intérieurement, mais garder son cap, c 'est à dire cap sur les valeurs, sur ce qui est important pour nous

FRED73
Marraine
En fait, ce qui est difficile c'est de ne pas s'en vouloir d'avoir ces pensées automatiques. Je les repère très bien maintenant ces pensées. Pour ça pas de souci, non ce qui me pose problème c'est non seulement ne pas y adhérer mais également ne pas s'en vouloir d'avoir ces pensées là. Voilà comment ça se passe pour moi. Par exemple je repère que j'ai la pensée "je suis nulle " toujours récurrente. Et bien je lutte pour ne pas y adhérer en me disant d'une part que je suis nulle d'avoir cette pensée mais également que je suis nulle de ne pas réussir à la laisser passer. Résultat: je suis doublement nulle !!! Dur, dur la vie de nulle parce que quand je pense que je suis nulle cela m'empêche de faire les choses sereinement avec confiance. Sacrées pensées automatiques que j'ai encore beaucoup de mal à remettre à leur place: seulement des pensées... Pour ľinstant elles gagnent souvent la bataille parce que j'ai énormément de mal à me dire que depuis tout ce temps que je les connais elles arrivent encore à me pourrir la vie.
lylyoz
Marraine

Quand on voit une pensée hameçon: se demander si cette pensée est utile ou non.

Ceci dit l'étape suivante qui consiste à la regarder sans y adhérer est toujours délicate. De mon côté, je la traite avec humour quand je suis dans un bon jour style: tiens, te revoilà, ça faisait longtemps. Je t'ai manqué?

Et puis parfois, certaines pensées se pointent notamment avant de dormir car j'estime que là le guerrier a besoin de repos (moi en fait) et là l'acceuil est nettement moins chaleureux teinté de colère.

FRED73
Marraine

Je viens de relire le tchat de mercredi soir et j'ai relevé une phrase du docteur Apfeldorfer qui dit que le problème n'est pas d'avoir ces pensées, mais que celles-ci nous empêche de faire ce que l'on voudrait faire. En effet, si je pense que je suis nulle, je vais me dire que je n'y arriverai pas avant même de commencer. Donc, ne pas laisser ces pensées nous gouverner et faire. Ça marche tant mieux, ça ne sera jamais parfait, alors se satisfaire de ce qui a marché. Ça ne marche pas, tant pis, on ne va pas rester sur un échec. Ce n'est pas parce que ça n'a pas marché cette fois ci que ça ne marchera jamais. Tirer les conclusions qui s'imposent et recommencer.

Haut de page 
X