Allaitement - 30082011

Anick.
Abonné

Bonjour,

J'aimerais savoir si vous avez remarqué des difficultés avec le programme et certaines de vos clientes qui allaitent?

Dès que je suis correctement ma faim, ma production de lait baisse drastiquement. Une compulsion suffit à ce que ça rentre dans l'ordre pour les heures qui suivent.

J'ai restreint mes calories avant de faire ce programme et j'ai du arrêter car encore, ça jouait trop sur ma production de lait.

Ce n'est pas comme si je n'avais pas beaucoup d'énergie en réserve! Mon corps semble refuser d'y toucher pour faire du lait... Frustrant, quand je vois d'autres mamans qui fondent en allaitant! Je sais qu'il y a aussi une autre théorie selon laquelle le corps aurait tendence à ne pas toucher à ses réserves de graisses pendant l'allaitement pour ne pas libérer de toxines...

Je ne sais pas trop quoi faire avec le programme dans ces conditions. Je prends déjà des médicaments pour augmenter ma production de lait et je n'ai pas envie d'arrêter d'allaiter maintenant. Que devrais-je faire?

Merci!

Anick

P.S.: En passant, merci, si j'ai ce problème, c'est quand même que j'ai fait beaucoup de progrès au niveau de mes comportements alimentaires !

Commentaires

Anonyme

Bonjour Anick,

je viens juste te dire que pour moi ça a été la même chose : baisse de la production de lait quand je mangeais moins et des montées de lait après des compulsions. La puéricultrice de PMI m'a expliqué que l'on a besoin de plus de calories quand on allaite et que certaines mamans prennent quelques kilos.

Pour ma part, je viens d'arrêter d'allaiter ma fille depuis un mois et mon appétit à diminué d'autant : ce qui est très agréable pour bien gérer l'appétit je trouve. Sinon, je n'ai pas pris de poids pendant l'allaitement et j'ai tout perdu le poids pris. Du coup, j'ai mangé autant que je le sentais pour éviter d'avoir moins de lait (avec aussi un traitement de Dompéridone) sans prendre de poids.

Je me dis qu'en écoutant vraiment ses sensations, le corps sait ce dont il a besoin.

Et aussi, ce qui a été flagrant lors de l'arrêt de l'allaitement, c'est que j'vais l'impression d'avoir littéralement fondu, c'était spectaculaire. D'ailleurs, la diététicienne qui me suit me l'a fait remarquer.

Sinon, va voir une conseillère en allaitement qui pourra te rassurer sur les difficultés ( normalement on a toujours assez de lait, c'est le bébé qui ne boit pas assez ou le corps qui se met en mode "sevrage" si le laps de temps entre deux tétées est trop long - c'est ce que m'a dit ma conseillère - ).

J'espère t'avoir un peu rassurée sur ce problème qui je sais est stréssant.

Bon courage pour le parcours et félicitations pour les progrès !

Anick.
Abonné

Merci de ta réponse Eileen!

Dans le doute, j'ai décidé de suivre mon instinct et de simplement manger à ma faim, sans attendre d'avoir trop faim. L'expérimentation des grandes faim, ce sera pour plus tard. De toute façon, j'ai l'impression qu'en allaitant, c'est clair quand j'ai faim!

J'ai vraiment un problème de production. J'ai été suivie par deux consultantes en lactations et une clinique d'allaitement qui ne savaient plus trop quoi faire de moi et de ma minie, mais à 16 mois, elle est toujours allaitée, et j'espère continuer jusqu'à deux ans (toujours eu des objectifs chiffrables moi, c'est un peu pathétique!). Elle en a bien besoin, elle qui mange si peu et qui est si maigre!

J'ai hate de voir comment ce sera quand j'arrêterai d'allaiter. Je ne peux pas m'empêcher d'espérer que mon corps laissera aller un peu de réserve!

tita.
Abonné

[quote=Anick]

Merci de ta réponse Eileen!

Dans le doute, j'ai décidé de suivre mon instinct et de simplement manger à ma faim, sans attendre d'avoir trop faim. L'expérimentation des grandes faim, ce sera pour plus tard. De toute façon, j'ai l'impression qu'en allaitant, c'est clair quand j'ai faim!

J'ai vraiment un problème de production. J'ai été suivie par deux consultantes en lactations et une clinique d'allaitement qui ne savaient plus trop quoi faire de moi et de ma minie, mais à 16 mois, elle est toujours allaitée, et j'espère continuer jusqu'à deux ans (toujours eu des objectifs chiffrables moi, c'est un peu pathétique!). Elle en a bien besoin, elle qui mange si peu et qui est si maigre!

J'ai hate de voir comment ce sera quand j'arrêterai d'allaiter. Je ne peux pas m'empêcher d'espérer que mon corps laissera aller un peu de réserve!

[/quote]

 

Salut Anick,

petite question: comment sais-tu que ta production baisse ?

Tu as bien raison de suivre ton instinct et tant pis si tu dois avoir une approche differente et differee du programme.

J'ai eu moins meme des soucis pendant mes allaitements (bon j'ai eu une reduction mamaire il y a 10 ans donc ca n'a clairement pas aider) mais j'avais aussi des problemes de mise en sein avec ma seoncde. Le probleme venait plus d'elle que de moi, elle avait des soucis pour bien prendre le sein et teter de maniere optimale. Du coup ca jouait pas mal sur la lactation vu que c'etait a la demande. J'ai consulte un chiropracteur qui l'a un peu manipule surtout au niveau du palais. Enfin si tu as consulte des professionnels , ils ont du deja regarde de ce cote.

En tout cas c'est super de continuer l'allaitement aussi longtemps, mais a 16 mois elle doit avoir moins besoin de lait qu'avant, c'est peut-etre aussi pour ca que lactation diminue non ?

 

Tita

G.Apfeldorfer
Votre coach

 

Bonjour Anick,

Lorsqu’une femme allaite, elle sécrète une hormone, la prolactine, qui déclenche la production de lait. Cette hormone déclenche aussi une augmentation de la faim. Il est en effet nécessaire de manger davantage puisqu’on produit du lait et que ce ne serait pas bon si c’était en dévorant ses propres tissus qu’on nourrissait son enfant. Il n’est donc pas conseillé de maigrir drastiquement quand on allaite. Cela tombe bien : la plupart du temps, l’appétit est au rendez-vous.

Voilà pourquoi les nourrices du temps jadis étaient la plupart du temps bien en chair.

De plus, comme on a dû vous le conseiller, il convient de manger de la viande, des œufs, du poisson (protéines, fer), des laitages (calcium, acides gras), des aliments nourrissants (matières grasses) de façon générale. N’oublions pas que le lait maternel est très riche en corps gras !

Votre médecin peut éventuellement vous donner une supplémentation en fer, calcium, vitamine B9 et B12, et acides gras omega 3.

Anick.
Abonné

 

Titia: On a des problèmes depuis le début, qui viennnent sans doute autant d'elle que de moi. J'ai vu des tas de monitrices, D'IBCLC, de chiro, d'ostéo, son frein de langue a été coupé 2 fois, mais c'était surtout  un RGO qui s'était transformé en oesophagite qui causait proplème. De mon coté, j'ai été opérée quand elle avait quelques semaines et j'ai pris pendant des années un médicament supresseur de la prolactine. Au début, le manque de lait était surtout constaté à la balance. Maintenant, les jour où je n'ai plus de lait, je sens et vois bien que le réflexe d'éjection ne vient pas, et ma fille, après quelques minutes de têtée, me dit toute triste "lait pati (parti)" puis essait de retêter sans succès. C'est vrai qu'elle a sans doute moins besoin de lait qu'avant, mais elle mange peu, refuse tous les autres laits et les yoghourts, alors je pense que ce serait bien qu'elle boive au sein un peu plus!

 

Dr Apfeldorfer: Merci de ces conseils! Je dois vraiment avoir des petits besoin car même si j'ai un peu plus faim qu'en temps normal et que la faim est plus impérative dès le début, ma faim est tout de même timide et disparait vite... Je n'ai pas hâte de voir quand je vais arrêter les médicaments et l'allaitement! 

 
tita.
Abonné

Anick, je suis vraiment tres admirative de ta perseverance malgres tous ces soucis concernant l'allaitement ! Quel courage ! C'est vraiment super ! Bravo !!

080413143151_Libellule2.
Abonné

Anick,

 

Ce week-end j'ai mangé à ma faim.. et moins que d'habitude, car la balance a annoncé un -2 kilos ce matin.

Et ma production de lait n'a pas diminué...

en revanche je prends de l'homéopathein pour entretenir la lactation :

Agnus Castus

Ricinus Communis

 

Côté alimentation j'évite le chou et le persil, sauge et menthe...

Et surtout  je mange des lentilles ou du fenouil.... très très régulièrement .. Ne pas hésiter à mettre du cumin dans tes plats

Je bois beaucoup.. 2l mini mais par besoin

N'hésite pas à utliiser des coques d'allaitement. avec la pression ça augmente la production de lait.

Et donne à ta petite tes deux seins systématiquemen.

 

Les aliments galactogènes sont les aliments qui favorisent la lactation, en cas de baisse de lait dûe à la fatigue par exemple. Il est recommandé de manger varié et équilibré :Amandes, Pomme, Poire, Ananas, Abricot, Pruneau, Raisins, Salade verte, Cresson, Avoine, Orge, Millet, Quinoa, Lentilles, Avocat, Carottes, Céléri, Soja, Cumin, Fenouil, Anis, Fenugrec.

 

Et surtout restez zen.. Pour bébé 1 ma lactation était moins bonne.. la pillule avait bien fait chuter ma lactation. donc j'avais arrêté.

Et pour bébé 2, ça roule

 

080413143151_Libellule2.
Abonné

J'ai trouvé une autre liste d'aliments galactogène...

La tisane de verveine... j'en ai fait aussi héhé

Les aliments galactogènes
Amandes
Aneth odorant
Anis vert
Avoine
Basilic
Bière sans alcool
Café de céréales
Carottes crues
Coriande
Cresson
Cumin
Dattes
Fenouil sauvage
Fénugrec (arkogélules 3x3/jour ou directement chez l'herboriste dans ce cas broyer les graines au moulin à café)
Fruits secs et confits
Galactogyl (en cure de 3 semaine et vendu en pharmacie)
Galega
Houblon (à évitez si vous êtes déprimée)
Lentilles (censé d'après les croyances populaires d'épaissir le lait maternel
Malt en poudre
Malt d’orge (Ovomaltine par exemple au rayon chocolat en poudre)
Millet
Noix de cajou
Orge cuit
Ortie blanche
Quinoa (céréales à consommer comme du riz ex : pilaf) Les topinambours cuits
Salade verte
Verveine officinal

Anick.
Abonné

Merci Libellule, mais je crains que ça ne me suffise pas. J'ai pris des teinteures de plusieurs herbes galactogènes et je mange régulièrement des aliments favorisant la lactation, en plus de boire comme une assoiffée. Ce qui fait la grande différence pour moi, c'est vraiment la balance calorique! Je fais attention pour ne pas manger trop, pour ne pas manger trop peu: c'est un peu exaspérant mais bon...

Anick.
Abonné

J'ai aussi pris de l'homéopathie et vu une très bonne homéopathe qui chargeait la peau des fesses, pour pas de résultats. Peut-être faut il y croire, lol.

stridline.
Abonné

je vais me faire incendier, mais il serait peut-être temps que tu arrêtes de l'allaiter.

Oui je sais, elle a du mal à manger et toute prise calorique est bonne pour elle. Mais elle est grande maintenant, ce programme est peut-être l'occasion de couper ce lien.

Anick.
Abonné

Bah non, je ne mord pas Stridline ;o)

Je n'ai juste ni l'envie ni le courage d'arrêter d'allaiter. C'est pour l'instant grâce à ça que je dors correctement la nuit... et ça me rassure un peu de savoir qu'elle mange peu mais qu'elle a au moins un aliment de qualité...

Il faudra bien arrêter un jour, mais j'aimerais que ça vienne au moins un peu d'elle.

Qu'on se comprenne bien, je n'ai pas l'intention de l'allaiter jusqu'à 6 ans, mais jusqu'à 2-3, je trouve ça raisonnable, et je me sentirais tellement coupable de sentir que je fais passer mes problèmes avant son bien être!

stridline.
Abonné

je n'ai pas d'enfant alors autant dire que mon avis n'a pas de poids, mais : jusqu'à 2 ans, c'est dingue !

Je comprends ta culpabilité, mais dans nos sociétés occidentales, il n'y pas de raison de santé qui puisse pousser à allaiter aussi longtemps. On trouve des aliments de qualités qui remplacent peu à peu le lait maternel. Il n'y a pas de danger à diversifier l'allimentation. Et si elle préfère le lait, le lait en poudre, c'est bien aussi.

Tu as du mal à allaiter, et tu penses que celà joue sur ton poids, alors arrête. Ta fille a plus besoin d'une maman qui respire la confiance en elle dans ces beaux habits (oui je mélange les conversations), que d'une maman triste qui se débat dans ses compulsions. Et sa santé, elle trouvera de quoi se nourir en dehors de ton lait, c'est sûr.

Mais toi, tu ne veux pas arrêter, demande toi pourquoi. Sache en tout cas que ca ne fera pas de toi une mauvaise mère, que ta fille ne t'en voudra pas, et que vous vous aimerez toujours autant pareil.

MiMax.
Abonné

Anick, je crois que tu es au Canada, non?

Juste je voulais te dire qu'en France, il y a beaucoup de personnes qui prennent position pour ou contre l'allaitement, c'est un vieux débat. Je me permets de te dire cela, car je suis surprise de lire les avis (conseils?) qui te sont donnés ici, mais je crois vraiment que c'est culturel et spécifique à la France.

Je pense que dans beaucoup d'autres pays, on ne se pose pas tellement de questions, et on allaite tant que ça convient à l'enfant et à la maman... et surtout c'est un choix personnel.

Bon parcours sur linecoaching! 

stridline.
Abonné

[quote=MiMax]

on allaite tant que ça convient à l'enfant et à la maman... et surtout c'est un choix personnel.

[/quote]

je suis complètement d'accord, c'est un choix tout-à-fait personnel et je suis parfaitement pour avoir le choix. Mais il se trouve que cet allaitement longue durée dans son cas interfère avec ses problèmes alimentaires et sa facon de manger et que dans son cas on peut dire que ca ne convient plus tellement. Alors on peut légitimement se demander pourquoi on ne le remet pas en question.

Anick.
Abonné

Ma fille ne veut pas de lait autre que le mien. Et crois moi, on a essayé fort, mais bon, ça ne me dérange pas que ça au final. Pour moi, c'est l'aliment par excellence que la nature a prévu pour les bébés. Les préparations, c'est bien, mais ça n'égale pas le lait maternel.

Je sais que je peux facilement passer pour une extrémiste, mais j'essaie simplement de faire pour ma fille ce qui me parait le plus évident et le plus simple. Il y a des gens qui sont scandalisés que je l'allaite encore. Ce n'est pourtant encore qu'un bébé qui boit son lait, même si ce n'est plus un nourrisson. Je trouve bizarre qu'on soit à l'aise avec la sexualitée servie gratuitement dans la pub, dans les films, partout, et que l'allaitement tardif (et normal!) soit si tabou. Je crois qu'on dans notre société, on sèvre et met à l'écart nos enfants trop rapidement. Conséquemment, j'essaie d'agir selon mes valeurs et convictions, parce que j'ai aussi la chance de pouvoir le faire: j'allaite, la porte en écharpe, fais du cododo, on adapte nos horraires pour qu'elle ne soit pas gardée par des étrangers (et je n'ai rien d'une granole)... et je crois qu'au final, ça m'enlève plus de stress que ça m'en donne. Je dirais que je materne comme j'essaie d'apprendre à manger: intuitivement. Et comme pour l'alimentation, c'est plus simple quand ça vient de l'intérieur. Je suis un peu hors sujet là, mais c'est un sujet dont je me fais beaucoup parler ces temps ci, et j'avais envie que tu comprennes ma position. Je n'allaite pas idéologiquement; c'est un plaisir choisi qui a l'accord de mon intuition et de mes connaissances. Bien sur, ce n'est pas un jugement sur celles qui font d'autres choix. 

Ne plus l'allaiter pour diminuer les facteurs de compulsion, pour moi, ça équivaudrait à ne plus lui donner son repas de midi parce que ça me stresse et me fait compulser. C'est moi qui doit gérer ça, pas elle. Je pense qu'il est possible que tout le monde soit bien, et que je retrouve de l'espace dans mes vêtements sans arrêter quelque chose qui, pour l'instant, nous va à toutes les deux. De toute façon, je ne crois pas que ce soit vraiment un problème avec Linecoaching parce que finalement, mis a part quelques exercices que je ne fais pas, je peux faire tout le programme. Le niveau de faim qui coupe ma production de lait me fait aussi compulser. Si je mange à ma bonne faim sans trop attendre, ça va. C'est la gestion des EME qui reste tout un problème...

Voilà! Je te remercie quand même d'avoir pris le temps de me donner ton avis :-)

fanny118.
Abonné

salut stridine

tu écris: je n'ai pas d'enfant alors autant dire que mon avis n'a pas de poids, mais : jusqu'à 2 ans, c'est dingue !

cette petite phrase m'a fait réagir.  La diététique moderne et officielle (pas "dingue" du tout ) préconise d'allaiter jusqu'à 3 ans en ayant introduit progressivement une alimentation diversifiée à partir de l'âge de 6 mois. Celà veut dire allaitement exclusif jusqu'à 6 mois, ensuite, introduction d'autres aliments en gardant le lait maternel comme aliment principal jusqu'à l'âge d'1 an. C'est vrai que le lait maternel peut très remplacé par le lait maternisé 1er âge, puis 2ème âge jusqu'à 1 an, puis lait de suite jusqu'à 3 ans, mais le lait maternel reste l'aliment idéal du bébé et du jeune enfant. Je comprends bien qu'une mère souhaite donner le meilleur à  son enfant, surtout quand on entend les problèmes que pose le lait de vache, même maternisé. C'est difficile d'avoir un détachement suffisant et du recul pour analyser sa propre situation et décider s'il vaut mieux sevrer ou s'accrocher à un allaitement qui est problématique. 

En France nous avons perdu la culture de l'allaitement, nos mères ne peuvent plus nous conseiller et la majorité de nos concitoyens croient qu'un allaitement dure 1 mois, ou 3 mois maximum. Les mères qui allaitent au-delà doivent le faire en cachette si elles ne veulent pas récolter des regards désaprobateurs. Je milite contre ces préjugés, c'est pourquoi j'ai eu envie de te répondre. L'allaitement est un moment magique avec son enfant, et il est important pour sa santé.

stridline.
Abonné

La diététique moderne et officielle... La même qui nous met au régime et nous propose le programe nutrition santé (PNS) ? [humour]

Bon, je savais que les pro allaient me tomber dessus. Mais comme le dit Annick et Mimax, c'est un choix personnel, je ne faisais que remarquer que puisque ca mettait Annick en difficulté, et qu'en plus sa production diminuait, on pouvait quand même se demander pourquoi continuer.

Anick.
Abonné

Pro allaitement, j'ai toujours trouvé que ça sonne comme une religion. Disons que je suis pro choix éclairé et qu'en ce sens, toutes les questions se posent tant qu'à continuer où pas. smiley

cath40.
Abonné

J'ai allaité mes 4 enfants (pour info cela ne m'a jamais fait perdre un gramme  ...) Les sevrer fut à chaque fois un moment difficile pour moi, outre la chute des hormones il y avait cette perte d'un moment et d'une proximité très privilégiés.Quelque soit le temps d'allaitement je pense que le plus difficile c'est de couper encore un peu le cordon ...

Lina.
Abonné

Bonjour,

je "pointe", je suis moi-même allaitante, j'ai allaité mon premier 2 ans et demi environ (il s'est sevré naturellement pendant ma 2e grossesse) et j'allaite ma 2e, j'espère elle aussi jusqu'au sevrage naturel!

 

je trouve particulièrement important cet allaitement compte tenu de mes problèmes de poids et de régulation de l'appétit! j'espère que cet allaitement à la demande permettra à mes enfants de réguler leurs prises de nourriture ...

 

et sinon moi j'ai toujours grossi en allaitant!

Tassanne.
Abonné

A mon tour, je vous remercie d'avoir évoqué le sujet, puisque j'allaite aussi mon 2ème fils qui a bientôt 4 mois. Et j'ai remarqué aussi ce matin que j'avais beaucoup moins de lait que d'habitude. L'aîné a été allaité 9 mois, donc sur le principe je suis pas pressée de sevrer ;-) 

Haut de page 
X