Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

Arrêter de chercher à contrôler ses EME

L’alimentation émotionnelle Les envies de manger émotionnelles
Ancien abonné En or (29) Très actif (30)
03 Aoû 2020 à 03h

Bonsoir ou bonjour à tous, 

Récemment inscrit sur le programme, j'aimerai échanger avec ceux d'entre vous qui sont intéressés par le sujet. 

Voilà, je me suis beaucoup renseigné sur la méthode Zermati et Apfeldorfer ainsi que sur l'alimentation intuitive avant de m'inscrire, j'ai tout parcouru de long en large et sûrement de travers et probablement avec beaucoup de superficialités. Je fais partie de ces gens qui pensent au fond d'eux même s'ils ne veulent pas le reconnaître, qu'ils savent quand même mieux que tout le monde et qu'ils ont tout compris tout de suite.

 

Or, même s'il était possible de comprendre tout tout de suite et bien que j'en doute, il y a un pas entre accepter intimement quelque chose et le comprendre rationnellement. 

 

Mon problème est que j'ai tendance à me convaincre que j'accepte mes émotions et que lorsque je ressens une EME, janalyse ce que je ressens et une fois déduit l'émotion je me convins de la vivre en pleine conscience, que je l'accepte etc... Alors qu'en réalité je crois bien que je suis surtout en grosse tentative de contrôle de mon EME afin de ne surtout pas y répondre en vu de maîtriser mon poids et mon estime de moi (je suis plus fort que ça, etc).

 

Bien sûr, ça marche quelques fois avant qu'une ''petite faim'' très soudaine me pousse comme par hasard à m'enfiler un demi paquet de m&ms pour calmer mes nerfs. Alors ça ne part pas en compulsion car je ne m'en fais pas un sang d'encre, mais ça me fait réaliser que je suis loin d'être sorti du contrôle et loin de l'acceptation que oui, avoir des EME, c'est normal, que oui il faut y répondre, et que oui ça m'embête d'en avoir plusieurs par jour mais que c'est ainsi pour le moment et sur Rome ne sait pas faire en un jour.

 

Bref, je ne sais pas si j'ai vraiment une demande à vous faire, mais j'avais besoin d'écrire ça ''publiquement'' vis-à-vis de moi-même surtout pour le conscientiser vraiment. 

 

D'autres dans mon cas ? 

Voir le dernier message

Répondre
58 commentaires
Animatrice forum En or (1004) Très actif (30)
21/08/2020 - 17:21

hahah

le fait est que j'en ai encore eu une ce matin!

Bon week-end!

Ancien abonné En or (29) Très actif (30)
21/08/2020 - 16:02

Une idée géniale chaque jour je pense que c'est déjà beaucoup en effet à gérer, alors vaut peut être mieux laisser 24h entre deux sessions oui ! :p

Animatrice forum En or (1004) Très actif (30)
21/08/2020 - 11:58

oh oui c'est ce que je fais       je n'y reviens pas, enfin le lendemain  ;-)

Ancien abonné En or (29) Très actif (30)
20/08/2020 - 20:13

Et bien.. N'y revient pas ? :p

Animatrice forum En or (1004) Très actif (30)
20/08/2020 - 11:19

oui je pense que c'est très important de ne pas "combattre" son mental, surtout quand il est sur-puissant   ;-)

il faut l'aimer, l'apprécier, et savoir lui dire simplement "stop" quand il part dans les tours et va chercher à contrôler ou maitriser des choses sur lesquelles il n'a aucune maitrise

ça me rappelle ma fille hier, soudain elle commence à partir dans les tours, avec une sorte de panique devant la montagne de choses à faire,  ce qui me porte bien sûr tout de suite sur les nerfs par résonance : je lui dis  "stop,  tu sors marcher dans l'herbe 5 min et tu dis merci à ton cerveau, mais là sa panique ne sert à rien"

effectivement sans jugement, mais simplement dans l'appréciation de son utilité sur la plupart des choses mais qu'il n'est pas le "roi" de tout, et qu'il ait l'humilité qu'il y a certaines choses où il est moins compétent que le corps, par exemple,  pour ressentir la quantité et la qualité des aliments dont le corps a besoin

moi aussi j'utilisais au début la PC pour "lutter" contre mes émotions et pensées, pour tenter de les contrôler en fait, ce qui a tout à fait l'effet inverse du coup, puisque la méditation par principe est sans jugement et sans contrôle

j'avoue avoir encore du mal avec la PC parce qu'elle me confronte au fait que mes pensées sont vraiment extrêmement nombreuses et ça peut être parfois vertigineux la prise de conscience

et autre chose drole, quand j'arrive à méditer, soudainement j'ai tellement d'idées,  mon mental étant soudain plus "vide", que je dois absolument tout noter et du coup je sors à nouveau de ma méditation

c'est plutôt positif car j'adore ce genre d'idées qui éclaire toute une situation ou idée créative, mais ensuite je suis tellement enthousiasmée par cette idée que je n'arrive pas à revenir à ma méditation  ;-)

Ancien abonné En or (29) Très actif (30)
19/08/2020 - 13:55

Je sais pas pour toi, mais il y a quelques années en arrière j'avais déjà commencé à méditer et pratiquer la PC au détour d'un bouquin attrapé à la FNAC (parce que bon c'est un peu à la mode quand même ces dernières années, ce qui n'est sans doute pas plus mal :P) mais j'avais assez vite arrêté sans vraiment le conscientiser à l'époque, car j'avais interprété la PC de la mauvaise façon je crois.

À ce moment là, j'avais tendance à croire que mon mental était mon ennemi et que la PC était destiné à le faire taire en quelque sorte, à changer toutes mes croyances et pensées vers un cadre qui me semblait mieux. Mais au fond, mon erreur avait été de chercher à complètement me renier moi-même. Ce que je jugeais être des pensées dysfonctionnelles n'était en réalité que ma propre vision des choses que j'essayais de fuir au plus haut point, sentant bien que je n'avais pas les outils pour appréhender ce que je ressentais dans l'environnement et au stade de maturité dans lequel j'étais. 

Comique au fond, d'utiliser la PC pour se fuir soi-même et essayer de se formater. 

Maintenant, j'essaye d'arrêter de voir mon mental comme mon ennemi et de faire la séparation corps esprit. Je me dis que c'est un ami, qu'il veut mon bien et que lui aussi aspire parfois à retrouver la sérénité surtout lorsqu'il s'agite, car c'est le premier à s'user et à tourner en rond. Je lui propose donc maintenant de faire des petites pauses régulières avec la PC, mais cette fois-ci sans JUGEMENT. Chose que je ne faisais pas quelques années auparavant, sinon je n'aurais pas jugé mes pensées inadéquates à l'époque, et donc quelque part mon moi.

 

Surtout si l'on pose l'hypothèse qu'au fond l'intuition est sûrement le fruit d'une analyse rapide et poussée d'un ensemble de données et de détails que le cerveau peut capter afin d'en tirer des suppositions rapides sans pour autant pouvoir construire consciemment un raisonnement clair et limpide :)) donc vive le mental ! Mais avec plaisir et attention ! :D

Animatrice forum En or (1004) Très actif (30)
19/08/2020 - 11:21

super !

oui il faut tatonner, il n'y a que ça qui nous permet déjà de sortir de notre perfectionnisme et aussi de finir par sentir les choses vraiment sans passer par le mental

l'intuition est une grande force des gens hypersensibles, ça peut sembler parfois un fardeau l'hypersensibilité mais l'intuition est ce qui permet d'en voir le bon côté

et il me semble que notre intuition du moment est vraiment notre meilleur arme face à notre mental sur-efficace ou sur-entrainé

en fait pour moi ça a permis une sorte de balance, et de trouver un appui quand mon mental a  "peur" de sortir du contrôle

ça donne une sorte de confiance

Ancien abonné En or (29) Très actif (30)
18/08/2020 - 15:06

Je te rejoins complètement sur les pensées trouble fête, mais à mon sens qui ont tout simplement eu leur rôle à jouer dans un contexte plus juvénile où ce que je mangeais compulsivement étaient bien souvent la propriété de mes parents qui faisaient les courses, et donc en mangeant ces paquets de gâteaux je m'exposais à la colère de ces derniers d'avoir tout mangé !

Et cette colère me terrorisait ! Donc à quoi bon vouloir m'énerver d'avoir des pensées qui sont là pour me protéger finalement ? :) Comme tu dis, il faut que j'accompagne ces moments là avec douceur, jusqu'à ce que le cerebau comprenne que les données du jeu ont changé, et qu'il n'y a plus rien à craindre véritablement :) mais en les remerciant également de s'inquiéter pour moi, c'est toujours sympa de voir que nos pensées pensent à nous :p

 

Et pour ce qu est des EME et des envies, je pense continuer par essai erreur tout simplement. Si je sens que j'ai une envie que je déporte au repas qui finira en compulsion, c'est qu'à ce moment là c'était pas la bonne solution. Si je sens que en faisant ça j'ai à la fois soulagé ma faim, mon plaisir et mon envie spécifique tant mieux :)

 

Hier j'ai bien vu pour la deuxième fois ce que pouvait être une véritable EME, et j'ai été mangé directement, en en profitant cette fois ci pour travailler sur les pensées dysfonctionnelles liées :)

 

Belle journée à toutes 

Animatrice forum En or (1004) Très actif (30)
18/08/2020 - 08:14

Vlntn Abonné lun 17/08/2020 - 22:31
Pourquoi ce serait bizarre si j'en ai envie ? :)

 

Et pour Newlife, je suis bien d'accord, mais à la fois je me dis que différer de quelques heures la prise va rendre ma glace encore meilleure vu que j'aurais bien faim en l'attaquant ! Je vais continuer de tester écoute :)

 

héhé  je commence souvent par le dessert moi !!  faut dire que quand t'a bien faim le dessert, si bien sûr tu en as envie à ce moment là, est d'un goût formidable!

parfois même je ne prends qu'un dessert pour diner, car je ressens ce besoin de réconfort là

mais la plupart de temps je ne courre plus après les desserts

mais un bon flan patissier en entrée.... c'est ce que j'ai fait le week-end dernier en amoureux avec mon chéri

et le pire le lendemain on a fait un déjeuner de midi constitué de croissant et de gateaux :  la bonne expérience pour moi j'ai tellement calé sur le sucre que je n'ai pris que deux bouchées au cours de ce déjeuner....  ;-)

 

Valentin, écoute ton intuition du moment, il n'y a une seule solution, parfois on a une envie de glace comme ça, mais ça passe ensuite parce que c'est simplement une "idée" plus qu'un vrai besoin de réconfort, dans ce cas, pourquoi pas l'intégrer dans son repas suivant, moi aussi ça m'arrive souvent

parfois on a un vrai besoin de réconfort et surtout une vraie envie à ce moment là

en fait il faut vraiment être fluide et souple, se mettre dans le moment présent et le célébrer en s'écoutant

ce qui nous empêche souvent de notre écouter, c'est notre cerveau (surpuissant pour certains ;-) qui calcule sans cesse, qui réfléchit à ce qui serait le mieux, etc.....

le mieux c'est ce que l'on ressent sur le moment, mais profondément

on peut avoir envie d'une glace en voyant des gens en manger, mais ne pas en avoir vraiment envie de profondeur

tous ces niveaux d'envie sont différents et à mon sens plus on s'accordera à ce que l'on ressent profondément à l'intérieur et plus on se fera confiance, plus ça sera fluide et de plus en plus simple

belle journée à tous!

Animatrice forum En or (1004) Très actif (30)
18/08/2020 - 08:06

Vlntn Abonné lun 17/08/2020 - 11:51
Donc je finis par me dire que répondre à mon EME c'est vraiment naze car je finis en colère et sur les gonds d'avoir des pensées automatiques à la noix. Je veux ne pas culpabiliser ! Mais je culpabilise ! Et je veux défusionner de ces pensées ! Mais pendant l'EME j'ai beau les observer ces pensées elles créent bel et bien des émotions négatives qui annulent les bénéfices de l'EME ! Donc de-là plop je plonge en RPC et j'accepte tout ce gloulbi-gloulba émotionnel négatif et je le supporte !

 

Comme tu l'as dit, tout va bien jusqu'au moment où ces pensées automatiques s'invitent : c'est normal non, qu'elles soient là?  auparavant elles étaient invitées, maintenant elles continuent à se pointer..

et n'oublie pas la force de ta pensée....

il me semble qu'il faut que tu acceptes leur présence,  si tu les observes tu défusionne, mais si tu veux les faire disparaître, alors là elles s'accrochent

imagine-les comme des tantes bienveillantes mais un peu "vieux jeu", en fait elles s'inquiètent pour toi, mais elles ne te sont d'aucun danger, tout comme les émotions désagréables;, la plus désagréable d'entre elle étant l'incertitude de notre comportement alimentaire

observe les avec plus d'amour et de compréhension, et accepte simplement qu'elles soient là

au bout d'un moment, quand ton cerveau aura fait l'expérience nombre de fois que ces pensées ne sont plus utiles, elles ne viendront plus, mais pour l'instant c'est la force de l'habitude et le cerveau qui s'inquiète

une des méthodes de défusion de Russ Harris et de dire  "merci mon cerveau", c'est la plus brève d'entre elle  ;-)

 

pour préciser un peu mon propos, ce que je ressens de ce que tu décris, c'est que ton cerveau commence à "paniquer" quand les pensées automatiques arrivent, parce qu'elles jouent un peu les trouble-fêtes

donc au début il faut juste accepter la présence de ces troubles fêtes et continuer ta fête comme si de rien n'était

essaie de déconnecter ton cerveau au maximum dans ces moment slà

il stresse à mort car il s'inquiète, mais simplement mets un main rassurante sur lui, accepte son anxiété mais recentre toi sur tes sensations et ton plaisir

je sais qu'au début ça peut être très intense intérieurement mais dès que tu sens que tu vas péter les plombs, essaie de calmer ton cerveau et ses envies de contrôle : de tout, même des pensées!

se centrer sur le goût ça aide

X