Arrêter de chercher à contrôler ses EME - 03082020

Vlntn
Abonné

Bonsoir ou bonjour à tous, 

Récemment inscrit sur le programme, j'aimerai échanger avec ceux d'entre vous qui sont intéressés par le sujet. 

Voilà, je me suis beaucoup renseigné sur la méthode Zermati et Apfeldorfer ainsi que sur l'alimentation intuitive avant de m'inscrire, j'ai tout parcouru de long en large et sûrement de travers et probablement avec beaucoup de superficialités. Je fais partie de ces gens qui pensent au fond d'eux même s'ils ne veulent pas le reconnaître, qu'ils savent quand même mieux que tout le monde et qu'ils ont tout compris tout de suite.

 

Or, même s'il était possible de comprendre tout tout de suite et bien que j'en doute, il y a un pas entre accepter intimement quelque chose et le comprendre rationnellement. 

 

Mon problème est que j'ai tendance à me convaincre que j'accepte mes émotions et que lorsque je ressens une EME, janalyse ce que je ressens et une fois déduit l'émotion je me convins de la vivre en pleine conscience, que je l'accepte etc... Alors qu'en réalité je crois bien que je suis surtout en grosse tentative de contrôle de mon EME afin de ne surtout pas y répondre en vu de maîtriser mon poids et mon estime de moi (je suis plus fort que ça, etc).

 

Bien sûr, ça marche quelques fois avant qu'une ''petite faim'' très soudaine me pousse comme par hasard à m'enfiler un demi paquet de m&ms pour calmer mes nerfs. Alors ça ne part pas en compulsion car je ne m'en fais pas un sang d'encre, mais ça me fait réaliser que je suis loin d'être sorti du contrôle et loin de l'acceptation que oui, avoir des EME, c'est normal, que oui il faut y répondre, et que oui ça m'embête d'en avoir plusieurs par jour mais que c'est ainsi pour le moment et sur Rome ne sait pas faire en un jour.

 

Bref, je ne sais pas si j'ai vraiment une demande à vous faire, mais j'avais besoin d'écrire ça ''publiquement'' vis-à-vis de moi-même surtout pour le conscientiser vraiment. 

 

D'autres dans mon cas ? 

Commentaires

Vlntn
Abonné

J'aurais pu me relire... Désolé pour les fautes, impulsivité sûrement ? ^^

reborn60
Abonné

Bonjour Vlntn (Valentin ?!),

Bienvenue dans ce programme de réconciliation avec l'alimentation et, au-delà, avec soi-même.

Un sacré travail car il réclame beaucoup d'auto-bienveillance, qui s'apprend mais c'est pas facile, facile, j'en atteste.

Apprendre à faire cohabiter intellect et ressenti fait partie du processus pour qui s'est éloigné de ses sensations.

Alors, bon parcours.

Les forums sont une mine d'infos et de témoignages très "aidants".

PS : les fautes sont pardonnées, ici est le lieu où l'on travaille, si nécessaire, son perfectionnisme 

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
ventdautomne
Ancien abonné

Bonjour à toi aussi, oui c'est compliqué les EME et les émotions. Peut-être aussi parce que c'est totalement à l'encontre du discours ambiant de pouvoir manger pour se réconforter. La diététicienne que j'avais consultée m'avait bien recommandé de faire autre chose agréable mais de ne pas " craquer ". En fait,  je crois qu'il faut s'autoriser ces EME, les transformer en dégustation,  dédramatiser les compulsions et en parallèle travailler sur ses émotions.  J'ai remarqué que j'ai moins tendance à  avoir une envie de manger quand j'ai une émotion négative parce que mon réflexe devient de l'accepter et de voir ce que j'en fais...Mais si j'ai envie de manger, d'abord je mange! 

C'est long, je pense, ce travail sur les EME.Cela se vit.

GaelleB
Abonné

"Je fais partie de ces gens qui pensent au fond d'eux même s'ils ne veulent pas le reconnaître, qu'ils savent quand même mieux que tout le monde et qu'ils ont tout compris tout de suite."

Je n'ai pas pu retenir un grand sourire devant cette phrase! C'est exactement  ça !

J'en fais partie aussi et je suis convaincue que c'est une partie du problème. A force de rationaliser, d'intellectualiser, on oublie de ressentir!! Quand, en plus, on a tendance à trop penser et être toujours dans l'anticipation, il est difficile d'être posé dans "l'ici et maintenant "

Pour l'instant, je galère encore avec les EME mais je ne cherche plus à m'empêcher de manger et, au final, je mange plutôt moins pendant mes grignotages qu'en tentant de me contrôler.

 

Vlntn
Abonné

Wow! Que de réponses en si peu de temps ! Moi qui avait l'impression que le forum était un peu inactif (?).

 

Je vous remercie à la fois de votre accueil et de votre ressenti. Ça fait du bien de voir que l'on peut partager sa peine avec d'autres ici. Et oui en effet, c'est bien Valentin dont il s'agit :p

 

Je vais continuer à lire le forum lorsque j'en ressentirais le besoin et à soutenir les membres qui en auraient le besoin également à l'occasion, j'imagine que ça fait partie du tout et de l'expérience au sein de ce programme :)

En tout cas pour un mangeur émotionnel comme moi, ce coaching est vraiment éprouvant :') je vais m'autoriser à faire des erreurs et continuer à suivre le programme tranquillement. J'ai fais hier l'exercice d'écrire une lettre à un proche, une dans laquelle on se projette 3 ans en avant avec un programme suivi jusqu'au bout et des changements mis en place dans notre vie et une seconde où l'on a abandonné le programme peu de temps après et que l'on a pas où peu avancé dans sa vie après plusieurs années.

 

Assez déstabilisant et bluffant pour être honnête. 

 

Bonne journée à tous ! 

reborn60
Abonné

C'est assez "cyclique" les forums, en tous cas mes contributions le sont, au gré de mes humeurs .

Belle journée à la communauté.

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
Marieloup
Abonné

Bonjour, ce que je trouve difficile avec le EME c’est qu’elles sont plutôt furtives et robotiques. Ce sont souvent des moments où je suis plutôt dissociée de mon ressentie et je cherche quelque chose à manger sans m’en apercevoir. 
 

Ce que j’ai trouvé comme solution c’est de repérer les moments où ça se produits habituellement pour m’y préparer afin de rendre la prise alimentaire plus consciente. Je ne crois pas faire de réelles compulsions, c’est plutôt le fait de ne pas sortir de cet état Zombi qui fait que la prise alimentaire se répète.
 

J’ai quand même le sentiment qu’elles sont moins fréquentes et j’ai trouvé que manger en pleine conscience de ce que je mange plutôt que d’être dans l’accueil de l’émotion est plus profitable pour moi.

ventdautomne
Ancien abonné

Reborn60,  je suis une maniaque de l'orthographe ! Je fais mon exercice antiperfectionnisme sur les forums et blogs en m'interdisant de corriger ce qui est compréhensible. LOL.😉

reborn60
Abonné

Bonjour vendautomne,

A te lire sur les forums, je trouve que nous avons nombre de points communs .

Comme toi, je suis une puriste de l'orthographe. Je mentirais si j'écrivais que je ne me corrige jamais après-coup .

Belle soirée.

 

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
reborn60
Abonné

Bonsoir Marieloup,

Tu as repéré que plus tu mets de conscience dans les choses, plus tu es attentive, meilleur est le réconfort !

C'est la clé, voilà une belle avancée, bravo !

 

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
Fhimo
Ancien abonné

Bonsoir,

en tous cas les EME font réagir...elles sont sans doute au (le) cœur de nos difficultés de maîtrise et/ou maintien du poids...

Manger en conscience, avec moins de contrôle, de culpabilité, en acceptant de ne pas toujours réussir

pour ma part je prends cela comme une réadaptation au bien manger (quand j’ai faim ou quand j’ai besoin de plaisir et de réconfort en mangeant ), et un apprentissage à gérer les émotions autrement qu’avec un réflexe de prise alimentaire.
Ce n’est pas simple car nous avons développé ces apprentissages il y a longtemps

bonne soirée 

Vlntn
Abonné

Bonsoir à tous,

Je réagis à certaines de vos réponses. J'ai l'impression qu'en effet le salut est "tout simplement" dans le lâcher prise.

 

Aujourd'hui j'ai finis par faire la promesse à mon enfant intérieur qu'il aurait à manger ce qu'il veut quand il veut, qu'il est faim ou pas. Mon perfectionnisme s'était déporté au tout début du programme sur le respect de mes sensations alimentaires, celles de la faim et de la satiété, ce qui me conduisait à manger très peu et d'avoir faim toutes les deux heures. Autant cela peut être sympa lorsque l'on est chez soi toute la journée avec peu d'occupation, autant ça peut vite être chronophage.

En réalité, j'avais loupé le fait qu'il fallait manger dès qu'on en avait envie, et ce dont on avait envie (dans la mesure du possible bien sûr, si à 3h du matin j'ai envie d'un after eight j'attendrai le lendemain que le magasin ouvre quand même :p). Et que ce n'était pas, j'ai bien aimé l'expression vu sur le forum, "le régime de la faim et de la satiété".

 

Alors bien sûr, durant mes EME je mange encore un peu plus que j'en ai envie justement (et non pas plus que ce que je jugerai "raisonnable"). Non, vraiment plus que mon envie, mais c'est car j'ai encore un peu peur au fond que ce soit une autorisation transitoire à manger et donc je fais des réserves inconscientes. Du genre, ok il me dit que je peux manger ce que je veux quand je veux mais j'ai du mal à le croire alors je vais manger plus quand même on sait jamais :D

D'où la promesse, de pouvoir manger mes sucreries maintenant, dans deux minutes, dans dix, demain, après-demain, après après demain...

 

J'ai même repéré une pensée automatique assez drôle tout à l'heure issu de mon éducation familliale, en reprenant un bonbon "roh, après tout c'est pas tous les jours !"

 

Ben si, en fait, maintenant c'est tous les jours. Et si et seulement si j'en ai envie. Ben, ça fait bizarre quand même.

 

Maintenant mon perfectionnisme se porte sur mon envie de porter parfaitement mon attention sur ma dégustation et mon attention en mangeant, donc je m'astreins parfois à manger en faisant autre chose quand même, histoire d'entraîner mon attention partagée et de titiller ce perfectionnisme qui au fond ne me veut pas toujours du bien, mais qui témoigne surtout d'une certaine insécurité :p

 

Voilà, je poste et je finis de sucer mon kinder bueno ! :p

izabelle
Animatrice forum

eh bien oui, quelle activité soudaine, ça me réjouit!!!

 

bravo Vlntn pour avoir reperé cet accueil émotionnel parfois bien délicat quand on a pris l'habitude commode de contrôler ses émotions, et pour soutien l'alimentation

c'est toute une affaire que d'accepter "vraiment" ses émotions, je dois dire que ça m'a pris un peu de temps, car c'est un vrai changement de paradigme intérieur

en fait la seule façon d'accepter vraiment, c'est déjà en effet lacher prise,  faire de la place dans sa vie et son coeur pour l'innattendu, le non-prévu, l''ambigu, le flou....   et savoir surtout que ces émotions sont nos amies

parfois, oui, elles sont désagréables, mais elles nous guident vers nous-même, et en les acceptant, les accueillant, les aimant, on fait peu à peu émerger un nouveau sentiment : nous-même

on se met au centre, parfois après des années d'oubli pour certains, et c'est un peu une révolution tout de même

c'est pareil pour le perfectionnisme, on arrive à lacher peu à peu quand on lache sur ce drole de rapport aux autres où on s'est mis dans la tête où si on est "parfait" on serait sans doute mieux accepté

mieux accepté par nous-même peut-être, mais les autres nous aiment lorsque nous sommes vivants, donc avec des émotions

 

c'est tout un chemin je trouve de ré-introduire plus de vie et moins de contrôle, ça apporte des surprises incroyables, moi ça m'a vraiment changé la vie, mais vraiment, vraiment, dans tous ses aspects, me révelant à moi-même

 

je comprends aussi tout à fait cette "phase de transition" où on a envie de manger au delà de son envie, grisé par cette possibilité incroyable....

c'est super de pouvoir l'observer ainsi, car ça va se dissoudre peu à peu,  le plus tu rentres à l'intérieur, ton envie, ce que tu ressens, ce dont tu as envie

 

belle journée et belle continuation

izabelle
Animatrice forum

Marieloup Abonné lun 03/08/2020 - 16:43
Bonjour, ce que je trouve difficile avec le EME c’est qu’elles sont plutôt furtives et robotiques. Ce sont souvent des moments où je suis plutôt dissociée de mon ressentie et je cherche quelque chose à manger sans m’en apercevoir. 
Ce que j’ai trouvé comme solution c’est de repérer les moments où ça se produits habituellement pour m’y préparer afin de rendre la prise alimentaire plus consciente. Je ne crois pas faire de réelles compulsions, c’est plutôt le fait de ne pas sortir de cet état Zombi qui fait que la prise alimentaire se répète.
 

c'est super!   la conscience en effet, c'est ça qui est magique, porter son attention, être présent avec  bienveillance

ne pas chercher à contrôler : plus dur!!!!

mais ça vient en s'entrainant et en faisant l'expérience justement de cette conscience là, non seulement des aliments, mais de ce que l'on ressent comme sensations et émotions, sans chercher à contrôler

ventdautomne
Ancien abonné

Oui, Reborn60,  beaucoup de points communs et tu sembles comme moi beaucoup réfléchir et chercher à atteindre le meilleur de ta vraie personnalité. Bonne journée !

reborn60
Abonné

Bonne journée !

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
Vlntn
Abonné

Merci de ton message.

 

Je réagis sur ton passage sur le perfectionnisme car c'est quelque chose qui m'a également très surpris ce soir. Ayant passé une journée pour tout le moins très très bof, je ne me sentais pas super en forme et les excès alimentaires de ces derniers jours m'avaient un peu laissé sur ma faim.

 

En allant quand même chercher quelque chose à manger ce soir quand la faim vu revenue, j'ai pris le temps d'accueillir mes émotions, ma tristesse notamment. Et c'est drôle, car en prenant le temps d'interroger de manière bienveillante ce besoin de perfectionnisme, j'ai réussi à trouver un lien qui m'était alors jusque-là inconnu, celui de la croyance qu'en était "parfait", "enfin on m'aimerait". Ca m'a fait un choc de voir ça ! Et de me rendre compte qu'inconsciemment j'y croyais vraiment et ce depuis l'enfance très probablement.

Puis, un second choc ! Celui de réaliser, une fois que je n'avais plus faim à a fin de mon repas, qu'en réalité mes sucreries me servaient surtout de compagnie et de copines. Et de là, de réaliser qu'en fait j'avais peur de la solitude ! Moi !! Le mec qui peut passer des jours et des jours tout seul chez lui sans voir personne sans une once de regret ! :')

 

Mais qui en réalité, bien que pas forcément entouré par d'autres humains, était toujours entrain de lire, de regarder, d'écouter quelque chose... Ou bien il y a de ça quelques moi de tirer sur une cigarette ou encore un pétard. Et qu'en réalité, mes sucreries et fast-food, bien que oui ce soit bon et ça me fasse plaisir à l'occasion tout en étant bien rassasiant, ben ça me servait surtout de potes quoi... Surtout les jours où je voulais pas être seul avec moi-même probablement...

Bon en venant poster ça ici, c'est la même démarche au fond. Mais je préfère ne pas en rougir et venir en parler ici que de me gaver alors que j'ai pas faim x) puis pourquoi pas aller méditer quelques minutes sur ces étranges découvertes ahah.

 

Bonne soirée à tous et toutes.

izabelle
Animatrice forum

eh super l'introspection!  j'apprécie beaucoup!

je me reconnais beaucoup là dedans, étant moi-même tellement désireuse de relations, mais si souvent, si souvent déçue, avec des ressentis depuis l'enfance de rejet, exclusion, incompréhension, qui ressortent maintenant dans certaines relations "lambda" alors que, dans un mouvement contraire, mes relations avec mes proches deviennent tellement fortes et pleines de sens, sans doute parce que je deviens tellement plus moi, sans concession, et que je révèle à nouveau mon "atypisme" que j'ai toujours voulu cacher pour me faire aimer, accepter

ressort alors le fait de ne pouvoir se fondre dans la masse, et les souffrances que ça occasionne au niveau social, mais cela s'accompagne avec le fait d'avoir rencontré vraiment un être sensationnel, avec qui je peux m'autoriser enfin à être qui je suis et qui m'y encourage

je ressens tout à fait ce que tu dis avec les sucreries pour "copines",  récemment comme ma fille est en vacances, j'ai plus la possibilité d'être présente à moi-même, dans le calme et sans le rush

et du coup je m'aperçois que j'ai moins besoin de ce soutien-là

mais hier soir j'ai déprimé grave, alors je me suis réconfortée, mais consciemment

je suis restée présente à moi-même et à ce besoin de réconfort, j'étais heureuse de pouvoir le faire en pleine conscience

bonne journée à vous tous!

 

ventdautomne
Ancien abonné

Moi aussi je suis très avide de solitude.  Chez moi, il y a la bonne solitude: celle qui m'est nécessaire après beaucoup de stimulation extérieure car je suis hypersensible.  Et la plus problématique : celle qui me retient de sortir par crainte de me prendre les relations sans filtre et de m'y faire mal. Là aussi hypersensibilité !!!

Vlntn
Abonné

Ahah Izabelle c'est drôle mais ton message j'aurais pu l'écrire. Je n'ai pas grand chose à ajouter si ce n'est que je ressens qu'entre prendre conscience et complètement accepter et ressentir cela au fond de soi avec les changements qui vont avec cela demande un peu de temps, avec aussi bien des progrès que des régressions.

 

Ventdautomne je comprends tout à fait ton ressenti. J'avoue être un peu moins sujet à l'hyperstimulation que tu décris, enfin, je la supporte plutôt pas trop mal je crois :)

Comment ça s'articule pour toi ces envies de manger et ton hypersenbilité ? C'est une manière de te reposer de ces stimulations ou bien de te stimuler ? Moi aussi les relations sociales m'épuisent, pour autant je sais que de temps en temps une mouche me pique et j'ai besoin de sortir voir du monde :)

Prends soin de toi 

NewLife87
Abonné

Et bien là on est au cœur de mon problème, c’est l’histoire de ma vie. Je suis suivie par une hypnotherapeute et elle m’a encore dit lundi « charlotte arrêtez de vous cacher derrière un masque en faisaient croire à tout le monde que tout va bien, les gens ne connaissent pas la vraie charlotte ». 
j’ai peur du regard des autres et me retrouve donc souvent seule car je préfère rester enfermée chez moi plutôt que de voir des gens et d’être dans le contrôle. Et comme vous, qui dit solitude dit grignotage pour m’occuper... on tourne en rond mes pauvres gens 😅

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

Vlntn
Abonné

Le problème c'est que je sais pas pour toi mais je me demande chez moi si le masque ne sert pas à me cacher des autres mais aussi de moi ! Et sans grignotages viennent les questions, qui suis-je ? :p

Sinon une astuce anti-introspection, manger très très peu dès que t'as faim comme ça tu peux grignoter toutes les heures avec faim ! ;p (je plaisante bien sûr)
Quoique en ce moment j'ai faim toutes les 3h quand je respecte mon rassasiement, autant c'était drôle au début de pouvoir manger du chocolat toute la journée, autant devoir s'astreindre à un rituel de repas avec dégustation, pleine conscience et tutti quanti (cuisine, vaisselle...) toutes les 2 à 3h commence un peu à me gaver ! x)
Mais bon je suis pas encore à cette étape, patience patience :p

ventdautomne
Ancien abonné

Valentin, J'ai remarqué que j'ai besoin de manger 1/2 ou 1 carré de chocolat pour m'aider à commencer une tâche un peu rébarbative ou difficile quand je suis chez moi. Je l'appelle mon EME courage ! Sinon, manger ne m'aide pas si j'ai été très sollicitée. Dans ce cas là,  j'ai besoin de calme, de silence, d'un moment seule et c'est la méditation ou la relaxation qui me font le plus de bien. Si j'en avais les moyens,  j'opterais aussi pour le jacuzzi ou nager dans ma piscine !!!

NewLife87
Abonné

Moi j'ai besoin de mon carré de chocolat trempé dans le café à la fin du déjeuner pour signifier la fin du repas.

Valentin, chaque étape en son temps et on va y arriver...

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

izabelle
Animatrice forum

je suis comme toi ventautomne hypersensible,  ça ne me retient pas de sortir, ma problématique actuelle étant plutôt une sorte de "rejet" vécu dans un groupe "d'amis"  (pas des vrais bien sûr), donc je ne suis pas invitée, la question ne se pose pas

il est vrai que quand je voyais ces gens, je me forçais un peu et je ne me sentais pas forcément bien, maintenant je me sens exclue et mal aimée mais heureusement j'ai mon chéri qui m'aide énormément à être moi-même et accepter d'être vraiment moi-même, ce qui veut dire aussi ne pas courir après des personnes qui finalement ne m'intéresse pas, mais mes vrais amis étant loin....

je crois que je finis par accepter qu'au niveau relationnel j'ai besoin de qualité, et qu'il vaut mieux la solitude que le manque de qualité qui laisse au fond vraiment insatisfait.

 

Oui Valentin ça prend du temps à accepter je pense, je me sens encore dans le processus, pour moi c'est passé par des ressentis vraiment fort aussi au niveau social, comme je l'explique plus haut, et je crois que ça m'a vraiment aidé à lacher prise

au lieu de m'acharner à être comprise, donc acceptée (voir même aimée!), j'ai laché, j'étais obligé de lacher, ce besoin de compréhension, de reconnaissance

m'aimer moi en tout premier lieu telle que je suis, ce qui veut dire arrêter de "porter le masque" pour reprendre votre métaphore

c'est stressant, pas aisé, pas trop agréable, mais en fait on trouve une forme de sérénité peu à peu, on se trouve soi  je dirais

c'est un peu le calme après la tempête, on a accepté de tout lacher, de ne plus s'agripper et s'ouvrir à autre chose, à une plus grande richesse intérieure

c'est un peu mon processus du moment

 

merci à tous pour ces échanges!

Vlntn
Abonné

Oui, sur le fait de lâcher le besoin de compréhension de la part de personnes dont on sait au fond qu'elles ne peuvent nous le donner, ça me fait penser à je ne sais plus quelle citation du style "il n'y a qu'un idiot pour essayer toujours la même chose et en attendre un résultat différent".

Et même si ça peut faire souffrir de se sentir seul, j'ai personnellement expérimenté assez souvent la douleur de vouloir rejoindre ces autres qui ne me correspondaient pas, alors au fond, qu'ai-je à perdre ?

 

Bonne soirée à tous :)

Vlntn
Abonné

ventdautomne Abonné jeu 06/08/2020 - 13:04
Valentin, J'ai remarqué que j'ai besoin de manger 1/2 ou 1 carré de chocolat pour m'aider à commencer une tâche un peu rébarbative ou difficile quand je suis chez moi. Je l'appelle mon EME courage ! Sinon, manger ne m'aide pas si j'ai été très sollicitée. Dans ce cas là,  j'ai besoin de calme, de silence, d'un moment seule et c'est la méditation ou la relaxation qui me font le plus de bien. Si j'en avais les moyens,  j'opterais aussi pour le jacuzzi ou nager dans ma piscine !!!

 

Moi c'est le dragibus laissé en évidence sur la table pour quand j'aurais fais toute la vaisselle et le rangement ! ;)

Vlntn
Abonné

NewLife87 Abonné jeu 06/08/2020 - 13:44
Moi j'ai besoin de mon carré de chocolat trempé dans le café à la fin du déjeuner pour signifier la fin du repas.

Valentin, chaque étape en son temps et on va y arriver...

Ne dit-on pas que c'est le chemin qui compte ? :p

NewLife87
Abonné

Et bien Si justement, ce chemin va nous apprendre à mieux nous connaître et nous comprendre 

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

NewLife87
Abonné

Une introspection sur nous meme 😉 

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

NewLife87
Abonné

Je suis à l’étape « défusionner » ses pensées automatiques et c’est pas facile dites donc ! 
je n’arrives pas à détecter ces fameuses pensées...

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

ventdautomne
Ancien abonné

Vrai qu'au départ on se demande si on en a des pensées automatiques...laisse faire, lâche prise et tu vas les repérer. Ainsi, j'ai découvert que je me disais souvent: 

- c'est dur/ c'est compliqué 

- il (s) m'enerve(nt)

-j'ai pas envie/ je suis fatiguée 

- je suis grosse  etc...

L'autre jour, je me disais que j'avais peur...d'aller chez l'opticien. Alors, je l'ai imaginé version affiche de cinéma.  Avec en grand titre: J'AI PEUR. L'opticienne avec un sourire faussement accueillant derrière la porte vitrée,  moi terrorisée devant le magasin,  mon mari et ma fille m'y poussant avec des regards sadiques!!!le tout façon Hitchcock.  J'en étais morte de rire seule dans la salle de bain....

-J'ai peur est aussi une pensée automatique chez moi.Sans réalité !

 

NewLife87
Abonné

Ah ben j’ai aussi ce genre de pensées mais elles ne conduisent pas à des EME donc je n’y ai pas pensé.

par exemple, ma Voisine de vacances m’agace mais ça ne répond pas aux questions demandées pour l’exercice si 🧐

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

ventdautomne
Ancien abonné

En fait les pensées automatiques ne débouchent pas forcément sur des EME.Elles ont plutôt tendance à nous montrer la réalité sous un angle déformé.  Si tu passes ton temps, à te dire " elle m'agace" automatiquement sans chercher plus loin, je crois que ça devient une pensée automatique. Si tu fais une liste de ce qui te dérange,  non. J'espère t'aider.

Depuis hier j'ai la pensée automatique:( excuse le gros mot): "il est chiant" parce que mon mari s'agite alors que j'ai besoin de calme. Je repère la pensée,  defusionne et m'isole pour avoir ce calme. Il n'est pas" chiant", nous avons des besoins et rythmes différents.

NewLife87
Abonné

Ah ben oui c’est beaucoup plus clair comme ça ! 
Ce matin en courant je me suis aperçue que je me disais plusieurs fois par jour « je veux être belle et mince » et que je me le répète pas en boucle. Je ne sais pas trop sur quoi ça découle dans mon comportement par la suite mais c’est une pensée automatique que j’ai presque tous les jours finalement...

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

Vlntn
Abonné

NewLife87 Abonné sam 08/08/2020 - 14:08
Ah ben oui c’est beaucoup plus clair comme ça ! 
Ce matin en courant je me suis aperçue que je me disais plusieurs fois par jour « je veux être belle et mince » et que je me le répète pas en boucle. Je ne sais pas trop sur quoi ça découle dans mon comportement par la suite mais c’est une pensée automatique que j’ai presque tous les jours finalement...

Peut-être que repérer sa présence, le nombre de fois qu'elle apparaît en lui donnant un petit surnom comme proposé dans le programme permettrait de voir si c'est une pensée automatique juste comme ça (ce qui je pense arrive à tout le monde de se dire je veux être beau ^^), ou si elle est plus présente que tu ne l'imagines ? Et d'utiliser ça comme une porte d'entrée vers la découverte de son(a) (non) influence sur ta vie au quotidien ? :)

 

NewLife87
Abonné

Ah ben il est certain qu’elle arrive tous les jours mais je trouve qu’elle a plutôt une Influence positive puisque me motive à faire du sport 

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

ventdautomne
Ancien abonné

En fait si ce sont des pensées motivante il n'y a pas problème.  Les pensées automatiques nuisibles sont plutôt comme ceĺle qui m'accompagne depuis ce week-end : " je suis grosse ". C'est négatif, néfaste et n'est fondé sur rien de tangible...Qu'est ce que ça veut dire grosse?

reborn60
Abonné

Bonjour,

La thérapie ACT, dont s'inspire LC pour le travail sur les pensées automatiques, s'appuie sur le concept de pensées utiles ou inutiles, plutôt que positives ou négatives : "utiles ou inutiles pour vivre la vie que l'on souhaite vivre", pour citer Russ Harris.

On se laisse ainsi moins entamer par ses pensées et ça fait tomber l'anxiété.

Maintenant, comme pour tous les exercices de ce programme, ça demande de l'entraînement pour apprendre à faire un petit pas de côté quand une pensée automatique se présente et la "traiter" comme il se doit.

Belle journée à vous.

Ici, il fait très chaud dans mon petit coin de Picardie.

 

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
ventdautomne
Ancien abonné

Picarde? Moi Côte d'opale donc aussi Hauts de France! Et c'est vrai que c'est très chaud en ce moment...

reborn60
Abonné

Oui... une nuit encore difficile malgré orage et pluie. Heueusement, un mieux-être est prévu pour demain !

Bonne journée à toi ainsi qu'à la communauté.

"Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace se trouve notre liberté, le pouvoir de choisir notre réponse." Victor Frankl
Vlntn
Abonné

Bon je reviens ici demander votre avis voir un peu d'aide (Au secours !! :p).

Alors je comprends bien qu'il faut répondre à ses EME, que ce soit en mangeant ou pas d'ailleurs, que l'essentiel est donc de ne pas lutter.

Malheureusement pour ma petite tête, lorsque j'ai une EME solidement ancré, que je décide d'y répondre consciemment avec des phrases encourageantes "oui, je l'ai bien mérité ce réconfort, je vais manger ça ça et ça et ce sera tout comme j'ai envie"

 

Ben... Une fois entrain de déguster, j'ai toutes ces pensées gâchettes qui se déclenchent avec culpabilité à gogo et frustration qui suit. Donc je finis mon EME avec, oui des moments où j'ai senti le réconfort en effet ("humm, quelle est bonne cette crêpe au caramel trempée dans une marre de lait chocolaté !), mais alors ces pensées viennent me culpabiliser et ruiner mon EME.

De là, soit je pars en compulsion comme en quête de ce réconfort que j'ai touché du doigt un moment mais qui s'est noyé dans ces pensées automatiques, soit je suis obligé de faire de la RPC et de sentir toute la frustration et l'agacement qui monte en moi à cause de ce réconfort gâché.

Donc je finis par me dire que répondre à mon EME c'est vraiment naze car je finis en colère et sur les gonds d'avoir des pensées automatiques à la noix. Je veux ne pas culpabiliser ! Mais je culpabilise ! Et je veux défusionner de ces pensées ! Mais pendant l'EME j'ai beau les observer ces pensées elles créent bel et bien des émotions négatives qui annulent les bénéfices de l'EME ! Donc de-là plop je plonge en RPC et j'accepte tout ce gloulbi-gloulba émotionnel négatif et je le supporte !

 

Mais je me dis que j'aurais préféré rester avec mes émotions négatives d'avant l'EME que de rajouter tout ce torrent émotionnel en plus :(

 

Donc quoi, j'arrête toute EME en me rappelant que c'est finalement un moment qui n'en vaut pas la peine vu la tempête émotionnelle qui suit, ou je persévère et je m'entraîne encore ? Comment ne plus avoir ces pensées gâchettes qui m'abattent sur place ? x)

 

Merci à vous d'avoir eu le courage de tout lire :p

NewLife87
Abonné

Je pense vraiment qu’il fait que tu continue avec patience en gardant en tête que la bonne prise en charge d’une EME se fait sur 3 facteurs : répondre à son EME, avec quelque chose qui nous fait plaisir et sans culpabiliser 😉

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

ventdautomne
Ancien abonné

Dur en effet les émotions. Moi aussi,  au début,  je mangeais trop en EME. Il faut être bienveillant avec toi avant tout.  Parce que depuis qu'on est petits, on nous dit de pas trop manger des trucs caloriques et là,  déjà d'un coup, on y a droit ! Forcément,  au début, on a du mal à ne pas en manger beaucoup !!!

As tu fait les exercices avec un aliment calorique ? Cela peut déjà t'aider à te réconcilier avec eux. Ensuite,  je te conseillerais de t'arrêter dès que tu commences à culpabiliser. Tu vois alors ce que tu peux faire pour baisser l'anxiété d'un cran: respirer, analyser, en rire, chanter. Bref détente.  Et après TU décides ce qui te paraît le mieux pour toi là,  à ce moment là : continuer l'EME zen ou essayer de t'occuper autrement de tes émotions. 

La seule chose à ne pas faire serait de ne pas t'occuper de tes émotions.  Et si tu manges plein de crêpes,  pas grave. Quand on apprend à conduire, on refuse des priorités et on se tape les bordures de trottoir!😁 Tu mangeras moins ou pas du tout au prochain repas. 

Prends ton temps. Je crois que l'EMEzen est à la fois le plus difficile mais aussi le plus important dans ce programme. 

Bon courage, Valentin.

 

Vlntn
Abonné

Newlife, aujourd'hui j'ai eu une EME de fin de repas et j'ai réussi à y répondre de manière superbement agréable ! Beaucoup de plaisir, aucune culpabilité, peu de quantité sans aucun contrôle juste plus envie pour le moment (y'en aura toujours plus tard..) :)

Mais ce sont les EME en dehors des repas que j'ai tendance à ne pas assumer, du genre si j'ai envie d'une glace sans avoir faim, je me dis ok je la mange en premier durant mon prochain repas où j'aurais faim :/ Je sais pas si c'est très valable comme stratégie :') Si ça peut se rapprocher d'une envie spécifique qu'on peut décaler et tout va bien ou une belle stratégie de contrôle pour pas grossir ^^ je crois qu'on se doute de la réponse ^^

 

Ventdautomne merci de tes conseils. Non je n'ai pas fais l'étape sur les aliments caloriques, je crois bien être dans le parcours "mangeur émotionnel" car les étapes sur la faim, la satiété et le rassasiement sont en toute fin de programme pour moi ! Ce qui est assez logique, quand je ne suis pas parasité par des charges émotionnelles trop intenses j'ai pas vraiment de mal à savoir si j'ai faim ou non, je ne surmange que très rarement ou dans des occasions conviviales. Par contre jusqu'ici je confondais clairement faim et EME :) dans le sens il y avait les repas où je mangeais par faim jusqu'au rassasiement sans trop plein, et les repas où le besoin était surtout de me remplir ! Eme en puissance :)

 

Je vais appliquer ton conseil, EME-zen puis ne pas hésiter à prendre du recul si je vois qu'une spirale émotionnelle négative s'enclenche ;) et décider ensuite en PC ce que j'en fais :) merci à vous deux

ventdautomne
Ancien abonné

A mon avis pour la glace soit l'envie est mega forte et tu la manges tout de suite. Ensuite tu attends d'avoir faim pour remanger. 

Soit tu penses pouvoir différer et tu la manges quand tu as faim en collation ou en dessert après un repas où tu lui laisserais une petite place. Mais commencer un repas par une glace( sauf si elle est au concombre 😁), c'est pas un peu bizarre???

NewLife87
Abonné

Le principe de l’EME c’est d’y répondre tout de suite pas de se frustrer en attendant le prochain repas 😉

Hier est passé, demain arrivera, alors profite du moment présent :)

Vlntn
Abonné

Pourquoi ce serait bizarre si j'en ai envie ? :)

 

Et pour Newlife, je suis bien d'accord, mais à la fois je me dis que différer de quelques heures la prise va rendre ma glace encore meilleure vu que j'aurais bien faim en l'attaquant ! Je vais continuer de tester écoute :)

izabelle
Animatrice forum

Vlntn Abonné lun 17/08/2020 - 11:51
Donc je finis par me dire que répondre à mon EME c'est vraiment naze car je finis en colère et sur les gonds d'avoir des pensées automatiques à la noix. Je veux ne pas culpabiliser ! Mais je culpabilise ! Et je veux défusionner de ces pensées ! Mais pendant l'EME j'ai beau les observer ces pensées elles créent bel et bien des émotions négatives qui annulent les bénéfices de l'EME ! Donc de-là plop je plonge en RPC et j'accepte tout ce gloulbi-gloulba émotionnel négatif et je le supporte !

 

Comme tu l'as dit, tout va bien jusqu'au moment où ces pensées automatiques s'invitent : c'est normal non, qu'elles soient là?  auparavant elles étaient invitées, maintenant elles continuent à se pointer..

et n'oublie pas la force de ta pensée....

il me semble qu'il faut que tu acceptes leur présence,  si tu les observes tu défusionne, mais si tu veux les faire disparaître, alors là elles s'accrochent

imagine-les comme des tantes bienveillantes mais un peu "vieux jeu", en fait elles s'inquiètent pour toi, mais elles ne te sont d'aucun danger, tout comme les émotions désagréables;, la plus désagréable d'entre elle étant l'incertitude de notre comportement alimentaire

observe les avec plus d'amour et de compréhension, et accepte simplement qu'elles soient là

au bout d'un moment, quand ton cerveau aura fait l'expérience nombre de fois que ces pensées ne sont plus utiles, elles ne viendront plus, mais pour l'instant c'est la force de l'habitude et le cerveau qui s'inquiète

une des méthodes de défusion de Russ Harris et de dire  "merci mon cerveau", c'est la plus brève d'entre elle  ;-)

 

pour préciser un peu mon propos, ce que je ressens de ce que tu décris, c'est que ton cerveau commence à "paniquer" quand les pensées automatiques arrivent, parce qu'elles jouent un peu les trouble-fêtes

donc au début il faut juste accepter la présence de ces troubles fêtes et continuer ta fête comme si de rien n'était

essaie de déconnecter ton cerveau au maximum dans ces moment slà

il stresse à mort car il s'inquiète, mais simplement mets un main rassurante sur lui, accepte son anxiété mais recentre toi sur tes sensations et ton plaisir

je sais qu'au début ça peut être très intense intérieurement mais dès que tu sens que tu vas péter les plombs, essaie de calmer ton cerveau et ses envies de contrôle : de tout, même des pensées!

se centrer sur le goût ça aide

izabelle
Animatrice forum

Vlntn Abonné lun 17/08/2020 - 22:31
Pourquoi ce serait bizarre si j'en ai envie ? :)

 

Et pour Newlife, je suis bien d'accord, mais à la fois je me dis que différer de quelques heures la prise va rendre ma glace encore meilleure vu que j'aurais bien faim en l'attaquant ! Je vais continuer de tester écoute :)

 

héhé  je commence souvent par le dessert moi !!  faut dire que quand t'a bien faim le dessert, si bien sûr tu en as envie à ce moment là, est d'un goût formidable!

parfois même je ne prends qu'un dessert pour diner, car je ressens ce besoin de réconfort là

mais la plupart de temps je ne courre plus après les desserts

mais un bon flan patissier en entrée.... c'est ce que j'ai fait le week-end dernier en amoureux avec mon chéri

et le pire le lendemain on a fait un déjeuner de midi constitué de croissant et de gateaux :  la bonne expérience pour moi j'ai tellement calé sur le sucre que je n'ai pris que deux bouchées au cours de ce déjeuner....  ;-)

 

Valentin, écoute ton intuition du moment, il n'y a une seule solution, parfois on a une envie de glace comme ça, mais ça passe ensuite parce que c'est simplement une "idée" plus qu'un vrai besoin de réconfort, dans ce cas, pourquoi pas l'intégrer dans son repas suivant, moi aussi ça m'arrive souvent

parfois on a un vrai besoin de réconfort et surtout une vraie envie à ce moment là

en fait il faut vraiment être fluide et souple, se mettre dans le moment présent et le célébrer en s'écoutant

ce qui nous empêche souvent de notre écouter, c'est notre cerveau (surpuissant pour certains ;-) qui calcule sans cesse, qui réfléchit à ce qui serait le mieux, etc.....

le mieux c'est ce que l'on ressent sur le moment, mais profondément

on peut avoir envie d'une glace en voyant des gens en manger, mais ne pas en avoir vraiment envie de profondeur

tous ces niveaux d'envie sont différents et à mon sens plus on s'accordera à ce que l'on ressent profondément à l'intérieur et plus on se fera confiance, plus ça sera fluide et de plus en plus simple

belle journée à tous!

X