Souvenirs, souvenirs - le 19/08/2011

benedicteg
Abonné

Je ne sais pas si c'est un "aliment du bonheur", mais j'ai un souvenir associé à de la nourriture, c'est peut-être ma madeleine à moi…

quand j'étais petite, on allait toujours en Normandie pour les vacances. on avait une cheminée, et un très bon boucher dans le coin, réputé, il avait plein de médailles et tout. et on faisait de la côte de boeuf dans la cheminée, avec des pommes de terres cuites dans la cendre.

c'était le plat traditionnel des vacances! du coup, pour moi c'est vraiment resté le repas de la fête, associé à mon enfance et aux vacances!

 

c'est vrai que la nourriture, comme les odeurs, a vraiment le pouvoir de nous rappeler des moments du passé. c'est comme si on les revivait à nouveau!

Commentaires

Severine2017.
Abonné

Bonjour Benedicteg

 Comme toi, cette expérience m'a fait passée par des souvenirs d'enfance  aussi bien dans les odeurs que dansle plaisir même de remanger ces petites collations qui m'ont fait énormément de bien;pour moi, ce lâcher-prise alimentaire m'apporte un véritable bonheur de manger.....alors lorsque se mêlent des souvenirs,C'est sublime!

Patience
Marraine

Ah oui, la dégustation rappelle quelques madeleins de Proust dégustées pendant mon enfance !

Quand j'étais petite, la nounou qui me gardait faisait du poisson braisé et des pommes de terre vapeur avec de la mayonnaise. Ce poisson !!! DI-VIN !!! Je ne sais pas si c'est l'aliment en lui-même, ou bien le fait qu'il ait été préparé par cette femme que j'adorais (en écrivant ça, je me souviens encore de son parfum...), ou bien tout en même temps...

Et le gratin de blettes de ma grand-mère : mamma mia !!!....

Oui, il y a des petits plaisirs comme ça qui réconcilient avec la vie !...

Benedicte0206.
Abonné

... ma mère ne cuisinait pas...car tout était trop gras!!!!!!...à part sa ratatouille...

Christelle.
Abonné

Ah le sandwich beurre salé saucisson mangé sur un coin de table dans la cuisine de mon grand père, à 11h, l'heure du casse croute, après avoir travaillé pour lui et joué pour moi dans son jardin potager des bords de Seine...

Et lorsque je dormais chez mes grands parents, l'odeur du café au lait et des tartines grillées au réveil. Avec toujours toujours, la radio allumée et la voix nasillarde du présentateur météo de l'époque.

Et la sacrosainte purée steak haché (tout mélangé) du midi, cuisinée avec les pommes de terre du jardin et un bon gros morceau de beurre et du lait frais achetés le matin même au marché... des petits bonheurs simples quoi.

Sandy62223.
Abonné

Moi je me souviens des oeufs au lait que Maman me faisait ... trop bon heart

... et le pain trempé ( mélange pain lait chocolat + beurre pour que ça soit plus onctueux ) de Mamie heart

attiredelle.
Abonné

ET bien moi ma Madeleine c'est : le pain perdu !

Un dessert de pauvre que ma grand mère faisait comme personne...du pain rassi, des oeufs, du sucre, du lait.. dans des assiettes creuses... et vas-y que je lance une motte de beurre dans la poêle...

je n'ai jamais réussi à me régaler à nouveau avec ce dessert.

Comme quoi émotion et aliment sont si intimement liés...

benedicteg
Abonné

Je me reconnais dans ce que tu dis, Attiredelle : parfois ce n'est pas aussi bon que dans nos souvenirs… Et puis il est très difficile de retrouver une recette précise ; quelques détails peuvent tout changer !

J'ai une autre madeleine, cela dit : les crêpes au chocolat, avec de l'Orangina, que l'on mangeait en revenant de la plage quand j'étais petite. Combien d'heure n'ai-je pas passé à essayer de retrouver la recette de ces fameuses crêpes ! Et bien je ne sais pas pourquoi, je n'arrive pas à les faire exactement comme dans ce restaurant en Normandie…

Mais bon cela fait peut-être partie du charme de ces souvenirs…

meg.
Abonné

j'ai deux aliments bonheur le nounours guimauve - chocolat et le rocher such*** je le découpe en mini bouts pour qu'il dure plus longtemps

bordelaise.
Abonné

Des plats d'enfance....omelette aux girolles,gratin dauphinois,riz au lait,pain perdu..des plats simples mais avec des bons produits,frais, succulents..

Lisa.
Abonné

En ce qui me concerne, avec un grand père mareyeur à Pontivy, j'ai passé des vacances le nez dans ses surplus de langoustines, de soles,  d'araignée, de bigorneaux...Ca, c'était le quotidien!! Le dimanche, Ma grand mère Jeanne nous habillait toutes les quatre à l'identique, nous amenait en rang d'oignon à la "grand messe", et après... ha!!! après, on grimpait tous dans la camionnette de pépé Léon qui empestait le poisson, on filait dans une ferme sur la route de Noyal ou une vieille Bretonne barbue faisait des crêpes: il fallait déposer son panier de garniture muni d'une étiquette à son nom à côté du bilig, s'installer sur un immense banc à une immense table couverte d'une toile cirée un peu collante, et attendre son tour. La crêpe de blé noir finissait par arriver, avec une demi livre de beurre bien salé et un soupçon de fromage, et, gateau sur la cerise, le bol de lait ribot...que c'était bon...

Aujourd'hui,Je trouve  le lait ribot moins aigre, le blé noir moins puissant, le beurre moins salé qu'autrefois, les crêpières sont glabres, les nappes sont propres, les mouches sont mortes et je ne vais plus à la messe. Mais il reste le souvenir, j'ai pris le relai et sur mon bilig je m'efforce de retrouver la force des crêpes de quand j'étais petite, l'aliment du bonheur...

Minette Leblanc.
Abonné

Lisa, ton récit m'a vraiment fait saliver! ah le lait ribot (chez moi on ne le trouve qu'en supermarché mais certains sont quand même meilleurs que d'autres), les langoustines! Quel bonheur de t'avoir lue!

Tag.
Abonné

[quote=meg]

j'ai deux aliments bonheur le nounours guimauve - chocolat et le rocher such*** je le découpe en mini bouts pour qu'il dure plus longtemps

[/quote]

 

Ah le rocher Such***, moi je le creusais avec le bout d'une petite cuillère et je mangeais la croûte en dernier !

Enfin, c'est ce que je faisais avant, quand j'avais une relation normale à la nourriture, ça c'était de la dégustation ! Ces dernières années, c'était plutôt j'en avalais goulûment un et un autre, et encore un autre.

Depuis que j'ai commencé le programme, j'ai recommencé à déguster mon rocher Such**** et que c'est bon !
 

Badwitch.
Abonné

bigre...

je vais paraître bien terre à terre avec mon hachis parmentier (préparé par mamie) avec une petite salade aux échalottes... surtout qu'il fallait passer par l'étape "pot-au-feu" avant... et je n'étais pas fan à l'époque.

mais du coup, j'ai tjr pensé : le hachis ça se mérite !! :)

L'ennui c'est que Mamie excellait en cuisine et ne pas en reprendre, était un signe évident de maladie !!!

D'où ma présence, en partie, sur LC aujourd'hui.

héhéhé

Vididi.
Abonné

[quote=Sandy62223]

Moi je me souviens des oeufs au lait que Maman me faisait ... trop bon heart

... et le pain trempé ( mélange pain lait chocolat + beurre pour que ça soit plus onctueux ) de Mamie heart

[/quote]

C'est fou, moi aussi ce sont les oeufs au lait de ma maman qui me sont venus à l'esprit!

Ca, et le petit déjeuner du dimanche soir: chocolat chaud et tartines beurrées avec la confiture de fraise. Que je n'aime plus, mais le goùt de ce moment particulier, rare parce qu'elle n'acceptait pas toujours qu'on se nourrisse comme ça...

capuccino
Marraine

Pour moi, c'était les roudoudous que mon père au chomage nous faisait et ses puddings. 6 gosses, pas de sous pour faire des dîners à base de viande ou de légumes. Qu'à cela ne tienne, notre père faisait des puddings (vanille, chocolat, caramel...) avec les restes de pain dur pour transformer la tristesse du chomage en bonheur des enfants. Et ce merveileux repas se terminait par des roudoudous faits dans des coquillages qui nous coupaient le frein de la langue parceque léchés jusqu'au dernier morceau. Le caramel était amer et n'avait pas le goût de celui du commerce, mais qu'importe, c'était l'aliment du bonheur et de la tendre enfance, j'avais 5 ans.

upsette.
Abonné

Mes madeleines sont faits de goûts et d'odeur parce que les 2 sont très liés.

En vrac : les myrtilles sauvages,

l'odeur du serpolet qui est de la même famille que le thym dont je rafolle,

le nutella qui nous était servi dans des toutes petites barquettes à la cantine et que nous dégustions tant elles étaient petites !!

le pain de campagne bien dense, au goût acide.

 mais ce qui me met le plus la tête en vrac, direction les souvenirs comme dans le dessin animé Ratatouille ce sont les champignons des bois (chanterelles, cèpes ...) que j'allais ramasser dans les bois avec mon grand-père.

Laurette2.
Abonné

Moi : le pain perdu fait à la maison.

Et puis j'ai un souvenir beaucoup plus récent mais qui pour moi est vraiment de l'ordre de la dégustation : un thali végétarien dans un restaurant indien. Plusieurs plats en toutes petites quantités et une explosion de saveurs...

Marick.
Votre coach

pour moi le repas de fête ce sont les crêpes avec un jus de citron sur le sucre là aussi beaucoup de bon souvenirs d'enfance avec tous mes frères et soeurs.

Lyla.
Abonné

Pour je ne sais quelle raison, mon aliment-doudou c'est une purée maison... Le pire c'est que je n'ai absolument aucun souvenir (tout au moins conscient) qui serait lié à mon enfance et qui expliquerait pourquoi j'aime autant ça et pourquoi ça m'apaise d'en manger. 

Pourtant des souvenirs "alimentaires" j'en ai (la soupe du dimanche soir, remplacée parfois par du pain perdu, renommé pour l'occasion "pain surprise" ; le vermicelle à l'oeuf d'après les repas de fête chez ma marraine ; la sauce tomate ou le clafoutis de mamie...), mais aucun ne m'apporte de plaisir comme un simple écrasé de pommes de terre le fait...

bambou.
Abonné

Les plats de ma mamie : ses ris de veau, ses gateaux de fille de boulangers, sa blanquette....hum ...plein de douceur....

Ellyra
Abonné

J'en ai pas mal, et ils viennent pour la plupart de ma mère, qui sait si bien cuisiner!

Le hachis parmentier mangé, comme une autre personne d'ailleurs ayant posté ici, avec une laitue assaisonnée à l'échalote. A chaque fois que je fais un hachis parmentier, je ne peux m'empêcher de le manger ainsi, tellement j'adore l'association de goûts et surtout, l'acidité de l'assaisonnement lié à la douceur de la purée, et la fraîcheur de la salade liée à la chaleur du hachis...

Le gigot d'agneau du dimanche, accompagné de flageolets cuits avec le jus de cuission de la viande, et de pommes de terre vapeur. Je raffole de ce plat. Hélas, je n'en mange jamais car mon ami n'aime pas le gigot d'agneau et je n'en trouve jamais qui soit assez petit pour une seule part. Au-delà des saveurs, c'était le plat réconfortant du dimanche soir. Chez mes parents, le dimanche midi on mange si on a faim et le soir, on mange un bon repas, dont ce fameux gigot d'agneau.

Le coq au vin. Moi qui suis bien difficile en viande et qui ne supporte pas les viandes fortes, j'en raffole pourtant. Cela doit bien faire 5 ans que je n'en ai pas mangé et ça me manque.

Le lapin aux pruneaux avec sa purée maison. Un régal, j'adorais manger la purée avec le jus...miam!

Les tomates farcies avec le riz et le jus de cuisson...j'en fais de temps en temps, je me régale toujours autant!

Le milshake à la banane fait maison. Juste du lait et des bananes bien mûres, mixés comme ça, sans rien en plus, et dégustés dans des gros mugs avec un ou deux glaçons. J'en ai souvent fait mon dîner, et j'en refais de temps à autre chez moi. N'aimant pas le lait, le milshake était pour moi un réel bon moyen d'en boire sans avoir la nausée et en me régalant!

Les tartines de pain de mie beurrées avec des rondelles de bananes par dessus. Encore une fois, j'en ai souvent fait des dîners.

Le poulet/frite/salade ou steak/frite/salade du samedi midi. Un des rares moments où la mayonnaise (faite maison) était autorisée à volonté.

Mon gâteau d'anniversaire, appelé "moka sans cuisson", que ma mère me faisait à tous mes anniversaires parce que c'était le seul gâteau dont je raffolais vraiment. Tout ce qui était gâteau à la crème n'était vraiment pas mon fort, et ne l'est toujours pas d'ailleurs. C'était un gâteau, sans cuisson donc, fait avec du chocolat, un peu de café, et des biscuits cuiller mixés.

J'en ai encore plein, et à chaque fois que je cuisine, je pense à des moments passés en famille, des repas partagés avec mes parents, rares moments où seul le plaisir comptait (et pas le fait que ce soit gras ou non, comme dans les goûters et les prises alimentaires en dehors des repas).

J'adore cuisiner et essayer de retrouver les saveurs "d'antan". C'est vraiment un plaisir pour moi. Je fais souvent des recettes que ma mère faisait, qu'elle inventait parfois, comme son "riz à la bohémienne" dont je n'ai jamais réussi à retrouver la recette nulle part sur le net. Ma mère m'a expliqué comment elle faisait mais je n'ai jamais réussi à obtenir la même chose. C'était un riz à la crème, avec des poivrons, du maïs et de la sauce tomate.

sillyconne.
Abonné

mhhhhhhhhh... cela me donnerait (presque) faim... sourires....

la ratatouille de Maman, les oreillettes made by Papa... les canapés réalisé par mon ami au début de notre relation (maintenant il doit estimer qu'il n'a plus besoin de me séduire ??!)

et effectivement le désir de retrouver des goûts anciens, enfantins sans jamais sans approcher réellement....

calico.
Abonné

@ellira. Comme je partage ces super souvenirs gustatifs. Ma mère n'avait pas son pareil pour tout ce qui était plats mijotés. Son gratin de pommes de terre m'a longtemps fait rêver jusqu'au jour où j'ai pu créer le mien. Pas tout à fait le sien, ni mon souvenir, mais autre chose tout aussi bon et surtout qui me procurait le même plaisir. 

Pour moi les goût et les odeurs sont de puissants rappels de souvenirs heureux. 

Mon plus incroyable souvenir olfactif est un parfum. J'avais perdu ce souvenir jusqu'au jour où j'ai re-respiré le même parfum. Et alors les images sont revenues. A chaque fois que je mets ce parfum, j'ai à nouveau 5 ans, assise dans la cour chez ma grand-mère à jouer au magasin. Dans un carton à chaussures, j'ai trouvé un petit flacon qui a contenu du parfum. et ça sent divinement bon. Mais voilà, à force de déboucher l'odeur baisse, pour finalament disparaître à ma prochaine visite. Je n'ai retrouvé la trace de ce parfum aimé que beaucoup plus tard porté par une amie de fac. Enfin j'ai su son nom et depuis il ne me quitte plus. 

FORTUNE.
Abonné

Bonjour,

Moi aussi c'est surtout le parfum qui me retourne, ma mère m'était de la fleur d'oranger dans tous ses gâteaux. Un jour pendant un examen une d'entre nous a eu la mauvaise idée de se mettre de la fleur d'oranger comme parfum et là je me suis retrouvée ailleurs: avec ma mère attendant les gâteaux sortant du four et impossible de me concentrer, la note a été salée mais j'ai passé un bon moment.

misspurple.
Abonné

des granola trempés dans un verre de lait ou un yaourt quand je rentrais gouter chez ma meilleure copine

l'osso bucco /riz de mon père

la blanquette de ma mère

les pâtes au jus de ma mémé

la pintade aux pêches de ma mamie

pis les galettes en bonne bretonne of course!

Pougnette.
Abonné

Alors moi mon aliment bonheur par excellence, c'est evidemment le chocolat (et le nutella aussi)! Je sais ce n'est pas tres original. Mais c'est tellement bon! Quand j'etais petite, j'adorais quand ma mere nous faisait a gouter une simple barre de chocolat au lait entre deux tranches de pain :)

J'ai aussi le souvenir du bon chocolat chaud les jours de pluie, quand on rentrait de l'ecole tout mouille. Aujourd'hui encore, la ou je savoure le plus un chocolat chaud, c'est quand il pleut.

Je ne suis pas trop cafe, mais j'adore son odeur, j'adorais tremper mes petites galettes bretonnes dans le cafe de mon pere ou de mon oncle deja vers les 4 ans.

Une gourmande pure et dure!

Ederl.
Ancien abonné

pour moi aussi le plus lointain souvenir c'est une odeur, celle du safran, j'adore respirer cette épice.

et puis l'hiver chez mes grand-parents près de la cheminée,dans un grand bol de lait, on faisait chauffer les pinces et quand elles étaient bien rouges on mettait un morceau de sucre entre ces pinces au dessus du bol, le sucre se transformait en caramel, tombait dans le bol et on pouvait déguster ce lait au caramel, sacré souvenir, sacré rituel.

c'est chaud tous ces souvenirs, je veux dire que l'odeur, le goût sont liés à des situations, en fait c'est trés affectif, manger tel aliment dans quel contexte, et le contexte est évidement trés important donc si on se met à déguster tous nos alliments et qu'on ne mange pas sur un coup de stress ça nous laissera de supers souvenirs ! c'est toute une construction importante de la personne.

Magali84.
Abonné

Quand j'étais petite fille, j'aimais plus que tout la tarte aux pommes faite le dimanche après-midi avec mon papa. On faisait la pâte et l'étalait sur un plan de travail en plastique souple et transparent avec plein de gabarits possibles. Le secret? Mettre le plus de pommes possible, coupées très finement!

Depuis, j'ai perdu mon papa, et j'ai appris à faire beaucoup de choses plus complexes que les tartes aux pommes... mais je regrette ces moments-là.

fredonzeweb.
Abonné

De vous lire, je ne sais ce qui me touche le plus, la liste des plats qui me fait saliver ou les récits de votre enfance qui touchent mon heart...

Pour ma part, me revient toujours en tête les repas du dimanche chez mamie, que j'ai la chance d'avoir encore, et ce que je préférais c'était son rôti de veau Orloff accompagné d'épinards béchamelle... je n'en ai jamais remangé depuis...

lissiboa.
Abonné
@Lisa "Aujourd'hui,Je trouve  le lait ribot moins aigre, le blé noir moins puissant, le beurre moins salé qu'autrefois, les crêpières sont glabres, les nappes sont propres, les mouches sont mortes et je ne vais plus à la messe. " excellent et poétique, j'aime beaucoup ta phrase ;))) c'est ça la mémoire, les douceurs du passé .... j'avais un souvenir des rillettes d'oie de Mamie, je n'aime plus cela aujourd'hui, de toutes façons ce que je mange est toujours une partie de souvenir de la sustenance d'autrefois on avait ces griottes, et du cassis. Mamie faisait un dessert au jus de cassis au sago avec de la crème anglaise ou en version griotte mais le souvenir n'est pas uniquement celui du goût ou de l'aliment, plutôt une manifestation de la situation, de l'apres midi en été, de la famille encore vivante à l époque ......
Sarahp.
Inscrit

Moi c'est tout simple, le sandwich baguette nutella et la gourde de sirop de grenadine.... Souvenirs souvenirs de vacances d'été avec mes deux grands mère.... vive la Bretagne..... Je n'ai jamais trouvé le nutella aussi bon de ma vie....et c'est pas faute d'avoir vidé des pots pour retrouver ce goût !

 

L'autre plat souvenir c'est la blanquette de veau de ma maman.... Mais que je n'ai qu'en mémoire puisque je ne mange plus de viande... A l'époque, il me semblait que rien ne pourrait être meilleur !

Marie-Paule.
Abonné

Mes petits aliments bonheur :

  • la baguette/beurre/pâté de canrd : souvenir de la piscine de mes vacances (La Réole, dans le Sud-Ouest)  j'y avais droit à.... 16.00 h ! Depuis chaque fois que je reviens de la piscine, avec encore l'odeur du chlore (je sais, c'est un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup cheeky) dans le nez, je me fais un  sandwich/pâté. Mais je rentre de la piscine à midi et c'est mon déjeuner...
  • La soupe aux vermicelles : cube (je sais, ce n'est pas très naturel....) de bouillon de poule, vermicelle à saturation de l'eau et une noix de beurre quand c'est fini. Je la déguste après une soirée trop bien arrosée et alimentée, en repas unique dès que la faim revient.
  • Les melo-cakes : avec de la liqueur de fraises des bois, ils noient tous mes chagrins..... mais chut ! J'enlève tout le chocolat, je mange le marshmallow et je finis par le biscuit.  Le lendemain, c'est.... soupe aux vermicelles !
  • Et enfin, la soupe tomates/vermicelle Campbell (je sais, c'est industriel...) avec des tranches de pain grillé beurrées. Avant, je buvais le litre en mangeant tout le paquet de pain, maintenant c'est un bol avec 2 tranches....  Quand il n'y a pas de soupe, l'Oxo ça marche aussi (arrêtez de hurler, je sais !)
bozz.
Abonné

La choucroute préparée par ma mère, souvent repas du dimanche et sa soupe de légumes en hiver.

Ce sont des aliments emprunts d'images, d'odeurs, de sentiments.

misspurple.
Abonné

l'autre jour j'ia acheté du cacao VAn hout**, quand j'ai ouvert le paquet je me suis revue petite avec mes grands parents, en particulier mon grand père qui tous les matins se prenait son chocolat avec un rituel bien précis, tout m'est revenu!!!heart

Marine75.
Abonné

Le hachis parmentier de maman :)

Annette88.
Abonné

[quote=Benedicte0206]

... ma mère ne cuisinait pas...car tout était trop gras!!!!!!...à part sa ratatouille...

[/quote]

C'est triste :(

Didoune.
Abonné

Mon aliment bonheur... La figue. Un fruit que je n'aimais pas enfant mais qui aujourd'hui me fait penser à mon pays d'origine. Rien que de sentir l'odeur des figues et je me retrouve en enfance bizarre non ? 

liegama
Abonné

J'avais jamais vraiment réfléchis à mon aliment bonheur car il y a trop. Beaucoup sont liés à des découvertes gustatives lors de voyage, je me rends compte que j'ai des goûts précis pour des aliments spécifiques. Mon passe temps favori est de voyager en cherchant le goût qui va me transporter

La glace parfum fiorentina d'un glacier à Florence qui faisait les glaces le matin même, d'une onctuosité incroyable avec le goût du panetone.

Le cinnamon roll, brioche roulée avec du sucre et de la cannelle

Cheesecake que je fais maison

La colomba pasqua qui est servie à Pâque d'une pâtisserie à Parme avec ces gros morceaux d'abricots moelleux au milieu de la brioche

L'ispahan de chez Pierre Hermé

Le macaron caramel de La Durée

La cuchaule (brioche Suisse avec du safran) avec du beurre et du miel de lavande

Le dulce de leche, et tout ce qui est caramel, surtout au beurre salé.

Le pain perdu d'un restaurant Santa Barbara en Corse.

La glace pralines & cream de Haagen Dazs

Quand j'étais petite (maintenant je ne digère plus) les cabécous (fromage de chèvre coulant) sur du pain de campagne

La baguette de Kaizer Paris fraîche avec du beurre demi-sel Echiré

Un pecorino de Sienne

Des riciarellis de la pâtisserie Bini à Sienne

Du riz gluant à la mangue mangé à Bangkok

Une crème brûlée parfaite dégustée à l'atelier de Robuchon

Le chocolat cru sauvage de Bolivie, 72h de conchage de David, chocolatier à Crans-Montana

Bon j'arrête car il y en a trop et ça me fait saliver et me frustre car la moitié de ces aliments sont dans des lieux géographiquement trop éloignés de moi.

 

 

Ambre92.
Abonné

Oo Seigneur ! Je bave ! Très bon goûts liegama, ça fait rêver l'esprit et les papilles ^^

Lullabycrazy
Inscrit

J'ai pas mal de "souvenirs" alimentaires liés à ma grand-mère maternelle, elle cuisinait beaucoup et bien et nous allions tous les mercredis chez mes grands-parents qui nous gardaient le mercredi après-midi :

- La blanquette de veau (sans carottes, avec mon frère on se battait toujours pour avoir la feuille de laurier ! )

- Le chocolat chaud avec une baguette (et oui ! entière !) beurrée que nous faisait pour goûter la même grand-mère

- Les pommes de terre cuites sous la cendre dans une vraie cheminée dans la maison de campagne de mes grands-parents (et oui, toujours la même !)

- Les groseilles, la rhubarbe, les framboises, le cassis, qu'elle cultivait dans son jardin

liegama
Abonné

Oui après m'être relue, je bave moi même et me suis demandée si je ne me créais pas de la frustration à avoir des goûts pareils. Ce qui est marrant c'est que j'ai une mémoire "culinaire". Quand un de mes proches veut me rappeler un souvenir, il suffit qu'il me dise où on mangeait pour que tout me revienne. Je me souviens hyper précisemment des odeurs, goûts, saveurs de cardons à la truffe que j'ai mangé chez le 3étoiles Rochat à Crissier en Suisse pour mes 20 ans. Ca fait quand même 17 ans mais c'est aussi frais dans ma tête que si je les avais mangé hier. Je n'ai pas toujours été comme cela, j'ai développé mon palais au fil des ans. Mais je trouve cela compliqué maintenant car je suis très très facilement insatisfaite gustativement et ça me crée des EME.

Et toi Ambre, quels sont tes aliments bonheurs?

Ambre92.
Abonné

Ca me fait rire pour ta mémoire culinaire, c'est une chance, c'est comme ça qu'il faut le voir. Prendre du plaisir à manger c'est une chance. J'ai jamais fait de 3 étoiles pour le moment, juste une étoile et déjà c'était merveilleux, un bonheur, une vraie dégustation. Mon palais à moi  me permet de refaire des recettes sans qu'on me la donne, je reconnais assez facilement ce qu'il y a dedans ^^

Et je comprend tout à fait le côté insatisfaction, moi aussi ça me fait des EME si mon repas n'est pas la hauteur ^^

Après c'est bizarre mais cette question d'aliments du bonheur me bloque :/ J'aime beaucoup de chose, vraiment, mais rien qui ne m'émotionne. Il faut dire que rien n'est relié au bonheur au niveau nourriture, je veux dire...ma mère cuisinait régime uniquement ou alors le roti de veau et pâtes à la sauce tomate du dimanche soir en famille mais j'y avais le droit très rarement (j'allais comme une voleuse dans la cuisine mettre mon doigt dans la casserole de sauce tomate et je culpabilisai de faire ça, j'avais l'impression de trahir mes parents). Et lorsque nous faisions des restaurants ou les jours de fête, on me disait toujours qu'on "dérogeait" à la règle, que c'était exceptionel etc...donc tout est relié chez moi à une certaine culpabilité, une transgression.

Du coup cette question est très compliquée finalement pour moi ;-)

liegama
Abonné

J'aime ta réponse Ambre, ça m'a permis de comprendre quelque chose d'autre chez moi; à quel point le plaisir était lié à la culpabilité et la charge émotionnelle que j'octroyais à l'aliment. C'est la dégustation qui m'a permis de commencer à sortir de cela en pleurant. Je m'explique, lorsque j'ai dégusté du "crema novi' (le nutella italien, fabuleux, sans huile de palme uniquement huile de noisette) que je pensais adoré, je me suis rendue compte que le goût n'était pas aussi fabuleux que dans mon souvenir. Tout à coup, la charge émotionnelle que j'avais associée à cet aliment et son pouvoir réconfortant ont disparu et je me suis retrouvée à pleurer. Je pleurais comme si j'avais perdu une sorte d'ami, comme si maintenant je ne pourrai plus m'appuyer sur la nourriture quand tout ira mal puisque même elle, me trahissait en changeant de goût. Cette expérience de la dégustation était difficile (je me demande si c'est pas pour cela que je repousse l'exo sur le rassasiement gustatif, de peur de découvrir un autre truc de ce genre). 

j'ai parlé de mes aliments bonheur mais j'ai aussi pleins de souvenirs doux-amers, du type le goût de la pâte à crêpe crue avalée à la louche en vitesse dans la cuisine en l'absence de mes parents; le goût des caramels mous machés tout doucement pour ne pas montrer que je mangeais, le goût du dégout de moi même de ne pas être capable de me montrer en mangeant, le goût des larmes mélangées à la glace durant mes crises de boulimie. J'ai longtemps utilisé la nourriture comme la seule et unique transgression que je m'accordais dans mon monde de "il faut/je dois". LC m'apprend à me réconforter sans toujours utiliser la nourriture et ça c'est une vraie grande première pour moi. Mais je note que j'ai du mal à lâcher l'emprise émotionnelle, l'attachement à ces aliments "tabous" qui m'ont accompagnés durant tous mes "coups de mous".

C'est intéressant Ambre de creuser le côté "transgression", et de se demander ce que tu ferais si tu n'avais pas ce "problème de poids", quelle serait ta vie, quelles seraient tes envies, où serait la transgression, comment te réconforterais-tu?

lmlavie.
Abonné

Moi le seul souvenir que j'ai d'attendre et de déguster quelque chose était le paquet de curly que mon grand-père m'achetait au petit camion qui passait pour la viande et la charcuterie. J'étais si fière d'avoir mérité mon paquet de curly, rien qu'à moi. 

(Maintenant je me demande pourquoi!!) Sûrement car je ne mangeais à l'époque que des choses saines et que du coup les curly était la seule chose dégueu et grasse à laquelle j'avais le droit!!!

Si il me revient en mémoire aussi d'un milk shake vanille avec mon père dans un fast food. (décidément que des trucs dégueu!!)

Ah si, ça se mange aussi un baiser? Mon premier baiser ( avec la langue s'ils vous plaît: j'avais 7 ans) j'ai encore son odeur en moi!! Ca c'est pas dégueu... si?

Haut de page 
X