Stress alimentaire

papaye971
Ancien abonné

Bonjour,

en ce moment je découvre un programme de méditation sur le stress alimentaire.

Je propose ce forum pour vous faire profiter de mes découvertes et si on peut échanger à leur propos...

La séance du jour portait sur mes rapports à la nourriture...

Au départ, rien ne me venait à l'esprit... mais la narratrice expliquait qu'il ne faut pas aller chercher, puis rien que de l'entendre répéter "quel est votre rapport à la nourriture?", quelques pensées ont traversé ma tête.

J'ai remarqué quelque images qui ont toqué à ma conscience pendant ma respiration: à chaque fois, je mangeais vite, tout ce qu'on m'avait donné à engloutir, pour apaiser une douleur ou bien pour récompenser d'une longue journée d'école.

Ces images concernent mon enfance et mon adolescence: je vois ma mère me gaver: mange, t'auras moins mal au ventre! ou encore, ça c'est pour vos goûters!!!! et c'est complètement paradoxal, car ce sont mes propres parents qui me trouvaient grosse!!! mais me gavaient!

Pendant le reste de la journée, au moment des repas, je me suis demandée quel était mon rapport à cette nourriture... je mange car j'aime ce que je cuisine, car j'ai faim, car ça sent bon, mais il me reste des séquelles de mon enfance: notamment, cette façon de manger vite, de me gaver rapidement, pour étouffer quelque chose peut être? pour avoir MA part, (ah oui, ça aussi, ma mère comptait la portion de chacun de nous! et un enfant de 5 ans, avait la même part que l'adulte de 35 ou que l'aîné de 12!)

Je referais cette séance je pense qu'elle m'enrichit...

Commentaires

papaye971
Ancien abonné

Ce matin, je pratiquais une nouvelle séance de ce programme sur le stress alimentaire.

Je trouve la narratrice très bien. J'ai l'impression que j'arrive à voir ce qu'il se passe dans mon corps à l'évocation de certaines pensées. Et ce qui compte justement c'est de ressentir dans le présent, ici et maintenant, les effets des pensées, les émotions, ce que ça provoque.

Alors le thème du jour s'appelait CULPABILITE vs BIENVEILLANCE: 

Laisser venir ses pensées, la dernière fois que j'ai mangé en excès, et qui a déclenché de la culpabilité en moi... Puis souvenir d'enfance sur les premières expériences de culpabilité...

Waouuu et là, en continuation de la séance d'hier, je me revois voler dans le placard des rochers suchard (que je ne peux plus avaler tellement sont gros et bourratif de chocolat) et toute la contradiction de ma mère est là: elle me gave mais compte ce que je mange, j'ai fini par voler le paquet entier et lui faire croire qu'elle n'en avait pas acheter!!!! au moins je continuais d'avoir le droit à MA part... et puis du coup j'en avais 4 fois plus!!!! mais pour que ça ne se voit pas, je mangeais les 4 d'un coup!!!!!!!! quand je pense qu'un seul me dégoûte maintenant!!!!

Concernant la bienveillance, je n'ai pas tout saisi, j'ai mis mes mains sur mon coeur, plein de tendresse... et la séance s'est terminée, je n'ai pas compris...

 

minifouine.
Inscrit

Bonjour papaye,

Pourrais-tu me donner les références de ces méditations sur le rapport à l'alimentation ?

D'avance merci... Et bonne continuation à toi, ça déclenche des souvenirs en toi et t'aidera sans doute à mieux comprendre le pourquoi et le comment...

A bientôt sur ce fil, ou un autre peut-être.

 

papaye971
Ancien abonné

il s'agit d'un programme de PETIT BAMBOU.

 

minifouine.
Inscrit

Bon ça y est, je me suis inscrite sur le site de Petit Bambou... Je vais peut-être commencer avec les 8 méditations "découverte" et je verrai ensuite cela me convient ou non. En tout cas merci pour l'info.

 

papaye971
Ancien abonné

alors comment tu trouves?

 

De mon côté, je reprends ce programme sr le stress alimentaire, et aujourd'hui justement c'était à propos de envies irrésistibles de manger... c'était un entraînement sur la base d'un souvenir récent (pour moi hier soir) à refaire en vrai, dès que la prochaine occasion réelle se présente...

choucathou.
Abonné

Bonjour Papaye

je suis abonnée à petit bambou et je vais me lancer dans le programme stress alimentaire. Comment cela s'est -il passé pour toi?

bon dimanche

Choucathou

papaye971
Ancien abonné

coucou, très instructif...

Mais je ne l'ai pas terminé... tu sais, c'est un programme que je dois DIGERER... looolll mauvais jeu de mots!

En fait, faut que ça murisse en nous. Mais en fait, les séances sur mon passé, m'ont pas mal bouleversée, mais je pense avoir pointé mon blocage.

J'en suis à la 7eme séance sur les envies irrésistibles. 

Mais entre temps, sport et mental m'instruit aussi beaucoup: pour la concentration, mais aussi et surtout les objectifs. C'est génial.

J'ai fait une expérience marquante sur les pensées positives... je te conseille aussi ce programme même si tu ne fais pas ou peu de sport (j'en sais rien en fait!).

 

Fanette
Ancien abonné

Bonjour, j'écris ici car je viens de découvrir ce fil et qu'il parle de stress.

Alors, je résume: mon père, cancer, incapacité à attendre (je viens de corriger, j'avais écrit apprendre) la fin/faim... Certains se rappellent peut-être.

Et bien aujourd'hui, je me suis encore fait rire toute seule car j'ai écrit mourriture à la place de nourriture. P/T et M/N ne sont pourtant pas à touche-touche sur le clavier!

Mon inconscient a de la suite dans les idées, on dirait! Mais ça ne m'empêche pas d'être en quête, comme Papaye, du stress originel. Quête vaine, peut-être...

Soleil dans vos vies!

adonon
Ancien abonné

L'inconscient a toujours de la suite dans les idées !!! Mourritude, joli lapsus en forme de néologisme, moi, ça me parle bien.

C'est quoi "le stress originel" ?

Adonon

Fanette
Ancien abonné

Ce serait une sorte de trauma premier qui aurait altéré et perturbé durablement notre rapport à la nourriture, au fait de s'alimenter, en lien avec le moment du repas ou avec la pesée, la silhouette, ou le type d'émotion qui a entraîné ce rapport perverti, que sais-je?

Papaye semblait avoir mis le doigt sur quelque chose d'intéressant.

Je cherche moi aussi le moment où ça a déraillé dans l'espoir de trouver une clé, un aiguillage salvateur pas vu à l'origine. 

Mais je suis aussi consciente que tout cela relève peut-être de la mythologie. Le lâcher-prise sera sans doute plus efficace, il arrivera quand j'arrêterai de considérer qu'il y a un coupable intérieur ou pas, une faute originelle. Comme si l'expiation, la purge avait un pouvoir plus grand. Mmpff...

Emeraude
Ancien abonné

je ne connaissais petit bambou que de nom mais entre l'alimentation et le sport (auquel je n'arrive absolument pas à me motiver) vous me donner envie laugh

Fanette
Ancien abonné
Et la voix est top, tu verras!
adonon
Ancien abonné
Au sujet du "stress originel", merci Fanette pour ta réponse. Je doute qu'il existe. C'est à dire, je doute qu'UN événement existe, de façon isolée. Un événement résonne en nous en écho à un autre, à un autre, à un autre... autrement, dit on court toujours après LE point de départ, mais je pense qu'il n'existe pas, c'est une chaîne (d'événements, de paroles) qui constitue le problème, voire le symptôme. Repérer des éléments de cette chaîne est précieux : on peut alors faire un pas de côté, puis un autre, puis un autre... Je ne prêche pas, je vous raconte juste comment je vis tout ça, pas à pas. Bonne journée ! Adonon
reborn60
Abonné

Tiens, tiens wink...

Aller chercher le pourquoi du comment, se dire que si pour tout problème il y a une solution, ça signifie que toute solution implique qu'il faut trouver LE problème, quand effectivement, le problème n'existe pas seul, il est la somme d'évènements, plus ou moins grands et signifiants qui ont formé notre histoire... cette fameuse chaîne très "parlante" que tu évoques, Adonon.

Belle journée.

Evelyne

adonon
Ancien abonné
Eh bien quand le problème n'est pas isolé, je ne vois qu'une solution : prendre le temps de dénouer la pelote emmêlée ! Je n'aurais jamais pu y parvenir seule, et oui, il m'a fallu beaucoup de temps, mais quelle joie de ressentir cette liberté, de ne plus voir chaque événement à travers le prisme de l'angoisse ! LC n'aurait pas été possible pour moi sans ce travail préalable. Bonne soirée, Adonon
Haut de page 
X