étape de la satiété - 12042013

domi 2111.
Abonné

bonjour, je fais cette étape depuis hier mais il est compliqué de répondre à certaines questions du carnet sur les collations après repas

parfois j'ai sauté le ptit dej donc faim vers 10h mais j'évite désormais de sauter ce repas

parfois je prends le ptit dej mais pas très copieux, je peux ressentir la faim vers 10h donc là je viens de prendre une pomme et j'ai indiqué dans collation repas 1

mais hier midi après un ptit dej pas copieux, juste 2 biscuits ptit dej sur 1 paquet de 4, j'ai eu faim vers 11h30, donc je trouve que faire une collation sur repas 1 ça fait loin

mais de manger quelques tomates cerises prévisionnel sur repas 2 me semble + juste, mais on peut pas mettre le prévisionnel du repas suivant

que faut il faire ?  les tomates cerises à 11h45 et le repas est à 12h45, faut il mettre ces tomates cerises en collation repas 1

ou considérer que les tomates cerises sont l'entrée du repas 2 bien qu'une heure les sépare du repas habituel ?

 

en + difficile de répondre à la question  prenez vous habituellement une collation à cette heure là  oui/non

car c'est pas systématique c'est selon que ma faim est ou pas supportable, donc là je nage !

merci de votre aide

Domi

Commentaires

sorcièresucrée.
Abonné

je ne peux pas te répondre parce que bien qu'ayant commencé quasi en mm temps que toi, mon programme est dans un autre sens ... mais je lis les réponses, pour plus tard !!! (moi, j'en suis au carnet de dégustation)

izabelle
Animatrice forum

ouh là mais ne te compliques pas trop la vie sur les tomates cerises....  c'est un apéritif, voilà tout....  tu peux les compter dans le repas qui suit (enfin tu fais comme tu veux, mais c'est comme ça que je ferais il me semble)

pour la collation, je pense qu'il faut cocher  "prenez-vous habituellement une collation à cette heure?"  seulement si c'est quasi systématique, genre tu goûtes toujours d'habitude,  donc à mon avis au delà de 60% du temps.....soit plus ou moins régulièrement

c'est comme ça que je le voie, mais peut-être que je me trompe

peut-être vérifie avec la coach

domi 2111.
Abonné

coucou

merci les filles, ma coach me dit finalement collation sur le ptit dej pour les tomates cerises LOL

pour les collations, j'essayais de sauter le ptit dej ou gouter, mais du coup je fais plus 

donc 4 repas normaux et collations selon la faim entre ces 4 repas

bises et bon week end

domi

Annemie.
Abonné

coucou

j'en suis presque à la fin de cette étape, et elle a été révélatrice, très révalatrice

 

d'une part, quand je note, je me régule bien mieux.. ce n'est certes pas encore une bonne habitude de manger moins, mais c'est und ébut

et du coup, sans avoir faim, sans faire de régime, car j'ai vraiment mangé tout ce qui me plaisait sans restrictions aucunes, j'ai perdu 1 kilo et je me sens mieux, 

je me rends compte qu'en  fait la majeure parite des collations que je prenais je n'en avais pas besoin

je me rends compte que de diminuer mes quantitiés, et bien je n'ai pas plus faim après, donc c'était qu'elles étaioent trop grandeds

d'ailleurs le petit test de juste avant, évaluer ses portions, m'a fait prendre consciernce que j'avais presque toujours des portions trop grosses, sauf pour les matières grasses...

 

et vous? que'ls résultats? quelle expérience avec cette étape

mavo.
Marraine
Étape qui avait été aussi très révélatrice pour moi : en réduisant nettement mes portions, je n'avais presque jamais besoin d'une collation... La difficulté est d'arriver à garder le rythme des portions réduites !
Annemie.
Abonné

oui, c'est vrai, j'espère qu'lls referont cette étape, sinon je le referai,

faut dire qu'avec les carnets à remplir on est bien plus motivé

c'est cela qu'il faudrait changer... mais comment

FRED73
Marraine

Ben pour moi cette étape a été génératrice d'EME. Je me disais je n'ai pas trop mangé, je peux donc faire une collation. J'écoutais plus ma peur de manquer que ma faim. Mes sensations étaient totalement parasitées par mes émotions dont la principal : la peur de manquer !

Annemie.
Abonné

tu m'en vois désolée, 

en as tu parlé au coach?

peut être y a t il ujne étape que tu n'avais pas faite, celle par exemple d'étudier ta faim?

Lavienrose.
Abonné
Tout comme Annemie.... Ou presque Je ne suis pas chez moi, donc pas possible de me peser. J'ai vraiment l'impression d'avoir minci. J'ai la chance d'être en vacances, donc plus facile de gérer les repas à ma guise. J'ai pris cette semaine comme un jeu. J'ai toujours ma petite boite avec moi. Je fractionne tous mes repas, je mets la moitié dans ma boite au cas ou, pour mon éventuelle faim et je mange l'autre part dans une petite assiette calmement, concentrée et les 4 premiers jours en faisant le défi de déguster avec 20s en bouche. Finalement pour la collation, qui m'est nécessaire, je mange un fruit ou hier un carre de chocolat et ça me suffit.Le contenu de ma boite est parti 2 fois à la poubelle( car en vadrouille) sinon au congelo! Je ne le vis pas comme de la restriction/regime car je mange entrée plat dessert ( hier moitié d'un moelleux au chocolat). Ça me réconforte de savoir que je peux finir mon repas si besoin, car j'ai tout dans ma petite boite. Bon aujourd'hui pas la même chose.... Repas en famille réunie car ma tante est soins palliatifs et dur dur ! Je n'ai pas fait d'exces mais j'ai eu aux 2 repas la sensation de trop manger( je me suis resservie et sensation d'avoir le ventre lourd) Le fait d'en mettre moins dans mon assiette m'incite à manger lentement pour finir en même temps que les autres, j'en profite pour m'appliquer à la dégustation. D'avoir fait l'étape de la dégustation m'aide beaucoup, car je mets en pratique... 7 jours de satiété c'est plus jouable que 10 jours de dégustation. Je me pèse en rentrant chez moi mardi.... À suivre.
mavo.
Marraine
Bravo Lavienrose pour cette super semaine ! C'est une excellente idée, la boîte ! :-)
Annemie.
Abonné

oui, je trouve aussi, c'est vraiment une excellente idée...celle de la boite....

à retenir et  bravo bravo 

hier soir j'ai fait un barbecue avec un copain, et du coup j'ai moins bien géré cette étape

quoique, je n'ai pas pu terminer le boeuf grillé, plus faim du tout et je l'ai laissé et ne me suis pas resservie de taboulé

donc plutôt positif

par contre le samedi étant le jour des courses, je n'ai pu résister à m'acheter du chocolat

et à le terminer, car je le trouvais bon :(

Laureline.
Abonné

Je viens de lire comment tu t'organises Lavienrose. Sur le principe je trouve cela super, et au passage bravo pour ton avancée !

 Concrètement, j'ai essayé et je fais partie de celles à qui ça donne l'impression d'être au régime. J'ai déjà diminué mes portions depuis que je suis sur LC, et là je n'arrive pas à me dire que je vais mettre une partie de côté. Du coup pour moi, le fractionnement, c'est plutôt essayer de garder un aliment (le dessert en général) pour plus tard. Hier j'ai pu le faire, pas besoin de collation avant le goûter.

Ca, c'est possible le midi, parce que je sais que je vais pouvoir me faire un goûter sucré. Quand je fais un goûter ça équilibre bien ma journée, je n'ai pas trop d'EME le soir. Sauf des EME en fin de repas : le soir, finir mon dîner sans dessert, pas possible pour l'instant ! En fait, si je réduis mes portions au diner j'ai peur que cela déséquilibre tout et d'avoir des compulsions en soirée... parce que je me sentirai en restriction. Je crois que mon esprit et mon corps ne sont pas encore certains que les régimes sont bel et bien finis ! Pourtant ça fait longtemps !

En plus je n'aime pas le principe de la collation entre les repas (le goûter pour moi est une repas), ça me donne l'impression de grignoter, de mettre la pagaille dans un rythme que je commence à trouver...

Voilà mon petit témoignage qui ne fait pas avancer le schmilblick !

Bonne journée à tous

FRED73
Marraine

Merci pour ton soutien Annemie, mais ne t'inquiète pas ça va beaucoup mieux maintenant ! J'ai fait l'étape de la faim et je sais très bien la reconnaître, le problème n'est pas là. Pour moi le problème est dans le contrôle, j'ai réussi à le lâcher peu à peu et cette étape m'angoisse parce que je la vie comme du contrôle justement ! Avant de commencer le repas, je me disais "il faut que je fasse attention à ne pas tout manger" alors que maintenant je me dis "j'écoute mes sensations et je vois de quoi j'ai besoin et envie" et ça change tout !

FRED73
Marraine

Je te comprends tout à fait Laureline, pour moi cette étape me donne aussi l'impression d'être au régime parce que je me sens en restriction. Je ne l'ai pas réussie et je ne la recommencerai pas parce qu'elle ne me conviens pas du tout ! Comme je l'écrivais avant, je préfère nettement écouter mes sensations que de devoir me dire dès le début "je dois manger moins"

Annemie.
Abonné

comme quoi, Fred, autant de façons différentes d aborder et de ressebtur

la plus grande réussite, pour moi,, est de m' pêtre rendue compte que je pouvais manger ce que j'aime et de retrouver le plaisir de manger aux principaux repas

même là, nous sommes différentes, certaines ont besoin d'une collation, d'autres non

quand je mange suffiseemment au repas, en fait je n'ai plus guère envie de manger avant le repas suivant

sauf si j'ai une EME

je sais aussi attendre d'avoir un peu plus faim et ne pas caler à la première faim

je me suis vraiment rendue compte que mes portions étiaent trop grandes, et d'emblée je me sers des portions plus petites, quitte à en reprendre..

je pense que comme, par exemple un nouveau morceau de piano, on a besoin de refaire encore et encore jusqu'à ce que l'automatisme soit crée et que nous sortions d'un automatisme très ancien

la ou j'ai du mal, encore, c'est avec le chocolat

Minoque.
Ancien abonné

Bonjour "toute" le monde.. :-) !

Bon, bon, bon.. je rajoute mon grain de sel ici, mon impression est qu'il ne faut jamais perdre de vue que les exercices ne sont que des exercices à faire pour soi pour se connaitre soi et non  des règles à suivre pour la vie... Si certains détraquent un peu toute notre belle organisation (qui parfois est fragile et nous convient, je sais...), ils bousculent aussi nos habitudes et quelques fois nos à prioris, et suivant où on en est et qui on est les mêmes exercices peuvent être des révélations en + ou en - Bref,  à nous de rester ouvertes aux révélations, à nous de découvrir ce qui nous convient car ils ne sont que des exos pour apprendre à se connaître... Une fois, qu'on s'est dit celà, ça devient comme un jeu en quelque sorte, un jeu de piste avec soi :-))

Les exercices sur la faim par exemple m'ont donné la même impression d'être en restriction comme Laureline et Fred73 avec la satiété, avec plein de rattrapage, grignotage ou d'EME,  mais la dégustation m'a permis de me remettre de tout cela ... Là , j'en suis à "je gère mes fins de journée" et j'ai hate d'en arriver à la satiété, mais ça c'est toujours mon problème,  vouloir vivre le résultat sans vouloir vivre le chemin.. Mais j'ai envie de changer... Le programme je le prends comme un jeu du coup je peux m'attarder, je ralentis pour écouter, voir etc..  je me découvre et j'aime bien ! Mais je m'éloigne peut être du fil là... Vivement la satiété...  je sais aussi que je vais refaire la faim plus tard, pour mieux comprendre car ça m'a trop bousculé... ;-)

Bonne route !

Käess.
Abonné

Pour moi aussi l'étape de la satiété est compliquée. J'ai déjà réduit mes doses pendant l'étape de la faim (j'ai réalisé que j'étais lourde à la fin des repas) et surtout en mangeant plus doucement, je me sens mieux. Avec cette étape de la satiété j'ai du mal à réduire plus d'une fois par jour. Je réduis déjà mon petit dèj (je mange juste une compote) pour avoir bien faim à midi, alors si je midi je mange juste mon assiette et pas un fruit avec, à 17h je vais avoir des nausées et je vais détraquer ma fin de journée ! Par exemple, en mangeant une pâtisserie et plus faim le soir, ou du coup en mangeant avec excès le soir pour comprenser la frustration de la journée.  

Difficile de savoir si je m'affâme, ou si je tolère peu la faim... Personnellement, l'hypoglycémie c'est une faim 9/10 pour moi, avoir très très faim, c'est 8/10, et une bonne faim, c'est 7/10... Quand mon ventre à gargouillé, est creux, et que l'envie de manger doit arriver maintenant.

Mais je suppose que je vais encore réussir à manger moins vite, à faire des repas plus équilibrés (mons de petits et d'énormes, plus de normaux), mais je n'aime passss réduire, après du coup je mange tout le temps des collations et quand j'ai faim à 17h, j'ai pas envie d'une pâtisserie ou d'un bonbon mais de pâtes ! Bref, je verrai ce soir mon bilan ! 

izabelle
Animatrice forum

eh bien moi je l'ai fait 5 fois cette étape!!!

les quatre premières fois, EME monumentales, de moins en moins fortes cependant.....

ensuite je l'ai refaite à une période où je n'avais plus d'EME majeure (y"en a tjs des petites qui trainent mais rien à voir avec avant)

 

finalement j'ai bien fait de la refaire parce que oui, je mangeais encore trop en quantité, j'ai pu m'en rendre compte

et j'ai pu mieux apprivoiser des sensations particulières

 

mais cette étape est vraiment difficile quand on est sujet aux EME,  je pense même que dans le protocole c'est dit de faire ça pendant une période sans EME....  sauf que moi je faisais partie des gens qui en avaient tout le temps

et que je n'en avais plus, le fractionnement m'en reprovoquait de nouveau....

mais bon la dernière fois cela n'a pas été le cas....

comme quoi y'a de l'espoir

 

c'est vrai que ce qui m'a aidé, c'est un truc proche de la "boite",  c'est que je me disais    "si j'ai faim cet après-m  ou ce soir, je mange tel truc"  et je le visualisais.......    du coup j'arrivais à m'arrêter sans me sentir en restriction réellement.......

 

mais bon pas évident l'étape, c'est clair......

Laureline.
Abonné

oh la la cinq fois... comme quoi LC est une course de fond...

surmonchemin.
Abonné

Hello,

De retour sur LC, j'en suis moi aussi à cette étape. Comme je viens de la démarrer (j'ai fait une pause de 15j car trop de boulot, de stress, de déplacements, de tout !), je ne sais pas encore comment la gérer.

Le truc de la petite boîte me plait bien.

Aujourd'hui, j'ai eu la satisfaction de constater que je ne suis pas une mini-mangeuse non plus, puisque après un petit repas ce midi, j'ai eu vraiment faim en fin de journée (j'aurais pu faire une collation, sauf que je n'avais rien sous la main à part le distributeur de gateaux, et pour une fois je n'avais pas du tout envie de sucré).

Bref, du coup je trouve cette étape plutôt rassurante en fait. Je vais continuer à expérimenter et voir où ça mène... avec une petite boite cette fois ;-)

liegama.
Ancien abonné

Je me met sur ce fil car je refais cette étape. Je sors de plusieurs semaines de fortes EME je me suis donné quelques jours pour revenir à l'écoute de ma faim et me "calmer" avec plusieurs RPC. 

Je me sens prête à reessayer cette étape, mais dans un autre état d'esprit que la première fois. 

La première fois, je me suis sentie en "mode régime" et ça m'a déclenchait des EME. J'ai noté en relisant le tableau que je m'étais fait (je me suis fait un tableau excel où je notais ma faim avant repas, si j'avais fait une pause, ma satiété après repas et en gros ce que j'avais mangeais pour avoir un visuel clair sur une semaine et identifier des éventuels schémas), que je m'empêchait de manger des collations quand j'avais faim alors ça créait des EME plus tard dans la journée. J'ai aussi réalisé que j'avais peur d'être identifiée à une "petite mangeuse" et que j'avais peur de ne manger que des petites quantités le reste de ma vie, le plaisir étant associé à une sorte de réassurance que je ressens en étant "remplie" à la fin des repas. A voir comment je vis cette étape maintenant que je sais cela. 

Après la journée du 20.04 à Paris avec Dr. Z j'ai compris à quel point j'étais dans le contrôle. J'ai compris que ça ne m'aiderait pas à maigrir plus vite de me refuser une collation si j'avais faim, j'ai enfin compris qu'une collation était une prise alimentaire plus petite qu'un repas puisque le but était d'avoir encore faim au repas suivant.

J'avais tendance à ressentir la faim, attendre d'avoir encore plus faim, faire intervenir mon mental quand j'avais faim à un autre moment que le repas, me forcer à "résister à la faim" et attendre le repas, et si je mangeais une collation, j'en mangeais jusqu'à satiété voir plus, ce qui décalait encore plus le repas suivant. 

Ayant bien identifié ma peur de manquer/avoir faim, je la crains moins et je refais cette étape plus confiante. 

Hier matin j'ai bu un milk shake chocolat/caroube/lait noisette et 1/4 de tranche pain essene (d'habitude c'était une tranche entière). J'ai travaillé debout toute la mâtinée et j'étais étonnée de constater que je n'ai pas eu besoin de la collation et que j'ai commençais à avoir une petite faim à 12H qui s'est transformée en bonne faim à 13H45 (pdj mangé à 7H30). Donc le 1/3 de mon pdj habituel me "tient" près de 6h!

Hier midi par contre j'ai reçu un coup de fil à 14H alors que j'avais déjà bien faim, et ça m'a amené à manger vers 14H30 soit trop grande faim, du coup le dessert que j'avais prévu pour la collation (bol de cerise) a été mangé à midi. Donc pas de fractionnement sur le repas de midi. Pas besoin de collation l'après midi mais j'ai noté que vers 18H00, je commençais à ressentir des sensations que je prenais parfois pour de la faim et une RPC m'a permis de comprendre que c'était un léger "stress" de la journée et non de la faim. 

La faim est apparue plus nettement vers 20H30 où j'ai diminué la portion de légume que je prenais d'habitude. 

Ce matin je m'étais préparée un milk shake chocolat/caroube/lait noisette et un petit bol chinois de flocons d'avoines, banane. Le petit bol est la moitié de ce que je prends d'habitude comme céréales. Mais après le milk shake plus faim, j'ai donc remis le bol céréal au frigo. 

Annemie.
Abonné

merci legama pour ton témoignage, ça donne à réfléchir...

c'est exactement cela

pas facile, 

moi mon souci, c'est une fois l'étape faite, c'est comme si j'étais libérée et j'en reviens à mes habitudes...

Minoque.
Ancien abonné

Comme moi Annemie... c'est énervant, si j'osais la comparaison j'ai beau aimé la méthode et le chemin, c'est comme pour une liste, hop ça c'est fait...  Déjà, de s'en apercevoir c'est bien je trouve, on a compris un de nos fonctionnements.. ou alors si on ne comprend pas, pas grave : un peu genre comme pour la RPC, je laisse passer mes pensées et je me recentre sur ma respiration...

Bonne journée à vous !

Annemie.
Abonné

merci Monia, et oui, de toute manière on ne peut gommer des années de mauvaises habitudes

le chemin est long 

tiramisu.
Abonné

Moi je suis comme Fred73, je suis toujours dans la peur de manquer et cette étape me fout les boules.

J'ai à la fois la peur de manquer et la peur de perdre le contrôle en commençant à grignoter à gauche à droite pour compenser mes repas fractionnés...En même temps, je suis bien consciente de l'aspect totalement irrationnel de cette peur de manquer...alors que la peur de me mettre à grignoter correspond davantage à une réalité, car j'ai pu expérimenter que c'était en partie de cette manière que j'ai pris bon nombre de kilos et surtout, que j'ai perdu le contact avec ma vraie faim.

L'astuce de la petite boîte me semble intéressante, même sous forme symbolique.

 

J'ai l'impression d'être devant une piscine d'eau froide, il va me falloir un bon bout de temps avant de me lancer !

Lavienrose.
Abonné
Je lis que pour certaines c'est super dur de lâcher prise et de prendre ça, pour commencer, comme un jeu. Je comprends comme ça doit être frustrant. Je vais vous raconter mon secret : chut ne le répétez pas ;-) J'ai une amie, que je jalousais/ enviais douce-heureusement. Elle a un raffinement voire excessif: elle se tient droite, fait des mouvements avec ses doigts quand elle prend sa fourchette, prend de toutes petites bouchées, bois de la même manière en mettant ses lèvres de manière presque sensuelle sur le verre, s'essuie la bouche doucement avec 2 doigts, les autres bien en l'air. Elle laisse toujours dans son assiette, mange des bonbons avec plaisir,bois du coca calmement comme si c'était un madiran..... Je ne comprenais pas comment c'était possible et je comprends maintenant que je rêve de pouvoir faire comme elle.... Hier j'ai mange avec elle.....elle sait que je suis LC, elle était admirative de m'avoir vu mange calmement,j'en ai laissé dans mon assiette et surtout je me sentais comme elle. J'ai toujours refusé mon côté féminin, et de retrouver ce raffinement me plaît. ... Pourvu que ça dur ;-)
Minoque.
Ancien abonné

J'aime bien ton secret Lavieenrose... trop belle Lavieenrose, belle et raffinée moi je le vois bien !

Isana.
Abonné

Alohaaaa tout le monde :-).

Bon, je me joins à vous ;-).  

Je viens de la terminer cette étape.  Un seul mot : beuuuurk :-P.  Un calvaire :-P.  Moi aussi elle m'a donné la sensation de restriction, d'être mise au régime, et elle m'a également généré des EME, notamment de fin de journée alors qu'elles s'étaitent raréfiées avec l'étape portant le même nom (faite peu de temps avant).  Je ne suis satisfaite ni de l'étape, ni de son bilan (qui m'a semblé faussé, mais c'est de ma faute vu la façon dont je l'ai passée).

Par contre (car grâce à LC, j'apprends à positiver quoiqu'il arrive mdr :-P), elle m'a quand même appris des choses intéressantes :  

  • je reste convaincue que si elle m'a provoqué ces sensations-là, c'est qu'il y a quelque chose qui "coince" quelque part, et qu'en y revenant plus tard, je découvrirai ce que c'est,
  • je suis persuadée que je peux réduire mes quantités car me sentant en restriction, finalement, je ne les ai pas tant diminuées que ça (j'ai préféré limiter les dégâts pour ne pas provoquer plus d'EME),
  • même si elle m'a fait peur, me fait ENCORE peur mdr, je sais que j'y reviendrai par après, car elle est un des noeuds de mon "problème".

Depuis quelques mois, je vois un petit peu le programme comme le "débourrage" (pardonnez-moi le mot mdr) d'un jeune cheval : par exemple, pour lui retirer sa peur, on l'approche petit à petit un peu plus près de l'élément qui l'effraie, jusqu'à ce qu'il n'en ait plus peur du tout.  Je pense qu'en TCC, c'est comme ça qu'on désamorce certaines phobies ?

Bref, je m'égare mdr.  Tout ça pour dire que j'essaie à présent de noter les étapes qui m'ont été difficiles, de ne plus me fustiger avec ça, ni d'en ressentir un échec, mais, au contraire, de les voir comme des signaux que j'ai touché un point sensible, à retravailler jusqu'à ce que ça passe ;-).

Belle route à tout le monde ;-).

liegama.
Ancien abonné

Je me reconnais dans le côté : j'ai fini l'exo, on passe à autre chose (genre à mes habitudes d'avant et on oublie bien fort ce qu'on vient d'apprendre et surtout le fait qu'il faille encore beaucoup, beaucoup pratiquer). 

La suite du feuilleton de mon exo : 

Après mon milk shake j'ai eu faim à 10H30, j'ai commencé mon petit cinéma mental (mais non t'as pas vraiment faim, attend un peu, dans 1H30 c'est midi, tu pourras manger ton repas...) et puis j'ai pris conscience de ces voix et j'ai décidé de couper court et de manger. J'ai mangé la deuxième partie de mon pdj du matin (reste des flocons avoine/banane). 

La faim est revenue vers 16h. Mais j'aurai du faire une pause avant de manger car (encore une fois) j'ai un peu trop attendue. J'ai mangé mon déjeuner à 16h, j'avais prévu une grande assiette de salade verte + 1 petit chèvre frais + 2 tranches de pain + 1 part quiche maison. J'ai fait le fractionnement sur la quiche que j'ai laissé pour plus tard. J'étais étonnée de voir que j'ai atteint la satiété à la fin de mon repas. 

J'ai appliqué les "20 secondes dans la bouche", pour ralentir la cadence et j'ai essayer de déguster. J'ai encore eu des voix qui me disaient de pas manger de pain, plus de ci, moins de ça.... ces voix me pourrissent la vie, elles sont tout le temps là, j'ai envie de m'en débarrasser alors qu'il me faut leur faire de la place, les accueillir, elles me saoûlent!!!! 

Bon je diverge. La faim n'est pas revenue... il est 21H et je suis frustrée. Surtout que j'ai été nager 45 mn et marcher 20 mn et que je voulais avoir faim. Mais vouloir n'est pas écouter son corps, c'est contrôler. 

Résultat de la frustration (petite mais quand même) j'ai commencé à grignoter 2 amandes debout dans la cuisine et une tranche de pain, soit une petite EME ce soir. J'ai pris le temps de m'assoir pour la tranche de pain, ayant conscience de la direction que prenait la soirée. J'ai fait 3 grandes respiration et maintenant je vous écris, histoire de passer à une autre activité et laisser passer la frustration. 

Ah que je trouve le chemin long en ce moment, vous pouvez pas imaginer!

liegama.
Ancien abonné

Aujourd'hui, réveil à 6h par la faim, ça m'était pas arrivé depuis longtemps (avec les EME du soir). 

J'ai réussi à fractionner mon pdj en deux, j'ai mangé la première partie à 7h et la deuxième vers 10h. 

Par contre ce midi j'ai voulu déguster une focaccia au fromage et décidemment les laitages de vache ne me réussissent pas. J'ai eu hyper mal au ventre ensuite, envie de dormir, mal de tête lancinant, et plus d'énergie. Et j'ai pas trop réussi à fractionner le repas vu que le mal de ventre m'a tout de suite arrêté dans ma lancée. 

Maintenant j'attends la faim et je pense que je vais sauter le repas de ce soir histoire de me donner le temps de digérer cette focaccia que je regrette d'avoir mangé. 

Sara Sofia.
Abonné

Bonjour à tous & à toutes,

 

Je suis comme un poisson dans l'eau avec cette étape que je n'ai commencé que hier, alors que pour la dégustation pas du tout....

Je suis parvenue à réduire mes quantités de nourriture de moitié quel bonheur et même arriver à laisser dans mon assiette...Génial....

Et c'est parti pour un deuxième jour....super étape j'espère que les autres seront pareils....

 

Bonne journée...

liegama.
Ancien abonné

Ce midi j'ai réussi à laisser le dessert de côté et j'ai découvert que je mangeais encore trop souvent des aliments que je pensais "sain" au lieu de choisir des aliments qui me font réellement plaisir. 

Ce midi j'ai choisi des aliments qui me tentaient vraiment et j'ai été étonné de découvrir qu'il m'était bien plus facile de laisser dans mon assiette et de m'arrêter à satiété quand j'avais eu l'impression d'avoir pu me satisfaire. 

Je n'avais pas vraiment conscience de tous les aliments que j'ingère pour des raisons autres que mes appétits mais je sens qu'il y a quelque chose à creuser question EME de fin de repas et satiété. 

izabelle
Animatrice forum

eh oui comme quoi on est tous différents devant les exercices

je vais vous dire pourquoi je l'ai fait 5 fois, c'est qu'au début j'avais tellement d'EME que je n'en ai pas tiré tellement d'enseignements.....

mais pour finir une fois que j'ai émergée de mon océan d'EME, je l'ai refait plusieurs fois  (les deux premières fois étaient bien entendues catastrophiques, EME amplifiées et sentiment d'échec au top)

par la suite, quand j'ai réabordé l'exercice

la première fois j'ai fini en restriction.....   Eme le retour

deuxième fois  un peu de restriction    trois 4 jours d'EME après ça

la troisième, pas de restriction, pas d'EME

ce que j'enlevais du repas, je le mettais de côté pour le manger (impérativement) si j'avais faim dans l'après-midi

cela m'a permis enfin d'apprivoiser la fameuse sensation d'incomplétude que j'ai lu sur un autre post, du Dr GA en réponse à Totom

cette peur de la faim..... ça pour sûre elle est irrationnelle, mais alors elle est costaud....   je pense que c'est une peur fondamentale de l'être humain

Totom.
Abonné
Je me rend compte de mon côté que j ai besoin de manger encore plus souvent que je ne le faisais, lorsque je respecte la satiété, car la faim revient assez vite : en moyenne 3 h après le repas L encas me permet d attendre une ou deux heures de plus grand Max le repas suivant. C est assez inconfortable car il ne coupe pas ma faim ... J ai donc faim encore trop souvent à mon goût et c'est assez pénible à vivre je trouve. Il faut être super bien dans sa tête pour supporter cette sensation les 3/4 de la journée .. Car même si ce n est pas une grosse faim, c est une faim présente trop souvent et je finie par trouver ça vraiment inconfortable
izabelle
Animatrice forum

oui ce n'est pas trop normal, ça je pense, car à force comment se réconcilier avec la faim  si le signal est là en permanence?

moi j'ai faim au moment des repas, parfois un peu avant, mais pas toute la journée, je pense en effet que je ne supporterais pas...

 

à voir avec ta coach peut-être mais serait-il possible que tu manges un peu plus au repas, si du moins cela n'est pas inconfortable pour toi?

il y a l'étape d'appétit prévisionnel qui permet de travailler là-dessus il me semble

Totom.
Abonné
Je tâtonne !.. J essaie de trouver un encas qui me tienne mieux sans pour autant couper ma faim pour le repas Je me rend compte que ça a toujours été mon problème au final et que c est sans doute pour ça que je finie toujours par lâcher prise et manger plus car au moins comme ça je n ai plus la sensation de faim !...
izabelle
Animatrice forum

oui c'est très inconfortable en effet

tatonner c'est normal et c'est bien, c'est comme ça qu'on apprend à se connaitre.....

je te souhaite de trouver l'en-cas idéal.....

 

moi à un moment c'était la pomme  super coupe-faim pour une heure....

mais en ce moment plus envie,  sans doute parce que ce n'est plus la saison

par contre moi je dine tôt car en effet j'ai faim à 18h30, alors banco  je dine à cette heure-là.....

liegama.
Ancien abonné

Moi je tâtonne également encore mais je découvre peu à peu les collations. Il y a encore peu je n'aimais pas la sensation de ne pas être "remplie" à la fin du repas quand je faisais les exercices de fractionnement. J'ai du apprivoiser cette nouvelle sensation que j'ai pris pour de la faim. 

Ensuite, comme toi Totom, j'avais l'impression d'être au régime car ma faim revenait toutes les 3 heures environ et un en-cas me tenait 1 à 2h maximum. Donc l'impression d'avoir faim toute la journée. Mais en refaisant plusieurs fois l'exercice, j'ai pris peu à peu conscience que je confondais le stress que me générais la peur d'avoir faim avec la vraie faim. Je m'explique, je sortais du repas, je me lançais dans une activité et il suffisait que celle-ci m'éloigne de chez moi où d'une source de nourriture pour qu'inconsciemment je commence à paniquer ce qui générait une sensation de creux dans l'estomac que je prenais pour de la faim. Quand j'ai refais l'exercice sur quelques jours où j'étais chez moi tranquille, je me suis rendue compte que la moitié de mon pdj me tenait 5h alors que quand j'étais hors de chez moi j'avais l'impression qu'il me tenait à peine trois heures. 

Questions collations, j'ai encore du mal à accepter la satiété, c'est à dire le fait de ne plus sentir la faim tout en ayant l'impression de "rester sur ma faim". Je n'avais jamais fait de collation avant LC, quand j'avais faim hors régime, je mangeais jusqu'à me sentir remplie que ce soit un goûter ou non. 

Il n'est finalement pas si évident que cela de reconnaître ses sensations je trouve. 

Totom.
Abonné

Super interessant Liegama de te lire car je me rend compte à quel point on est toutes différentes ...

La collation je le pratique depuis de nombreuses années, et je n'ai aucun mal avec elle : je sais que je ne dois pas manger jusqu'à être remplie et je l'accepte sans aucun problème..maintenant je cherche juste une collation qui me coupe plus longtemps la bonne faim ..car au final quand je mange une collation alors que j'ai déjà une bonne faim, je reste avec ma bonne faim ...simplement ça évite d'arriver à une plus grande faim et m'aide à tenir encore 1 à 2h selon les cas.

Là où j'ai encore beaucoup de mal (et de te lire me donne de l'espérance), c'est avec les repas : accepter de s'arreter avant de se sentir remplie ... la "non faim" est une "non sensation" donc on ne doit pas se sentir remplie et on doit juste ne plus avoir faim et c'est là tout le problème pour moi. Mais de lire que tu réussis si vite à le faire pour la collation me donne du baume au coeur ..je me dis qu'il faut que je continue encore et encore ...

 

Je suis en train de réaliser aussi les choses suivantes : mes fins de semaines sont plus chargées en nourriture que mes débuts de semaines : il y' a une sorte de cercle vicieux qui s'installe : le début de semaine je mange moins assez facilement car je dois contre-balancer de manière naturelle mes excés de fin de semaine ..à partir du jeudi ça se corse, car non seulement je ressens plus la faim, mais en plus c'est resto le jeudi midi entre collègues et invitations à gérer le WE ..alors j'ai beaucoup de mal à ne pas dépasser ma faim : parce que j'ai  trop faim, et parce qu'il y a cette convivialité des restos et sorties qui font que j'ai envie de lâcher prise ....

 

Il faut que j'arrive à résoudre ça ....

Ce WE je ne m'en suis pas trop mal sortie : 2 restos et une invitation, j'ai à peine dépassé ma faim 2 fois sur 3 (vraiment très peu) ... par contre il y a eu une sortie que j'ai mal géré ..trop faim, resto pas bon, discussions énervantes ..bref j'ai dépassé ma faim  assez fortement, sans me faire plaisir en plus !!

Annemie.
Abonné

que le chemin est long et parsemé d'embuches

mais je me rends compte que nous progressons toutes à notre rythme

ayant eu plein de boulot hier je n'ai pas vu le temps passer et quand j'ai eu réellement faim, il était 145 heures

mais mes nouveaux locataires venaient pour signer le bail

j'ai donc du repprter, ensuite jsute avant de rentrer j'ai rencontrer une amie et on a parlé un peu

en fait  quand j'ai pu manger, il était 17 heures

je ne suis pas tombée d'inanition

cela n'a pas été insupportable

 

sans l'avoir fait exprès j'ai enfin fait l'expérience de la bonne faim

liegama.
Ancien abonné

Totom, je suis en ce moment en train de travailler sur la satiété (encore et toujours la pratique). J'ai trouvé un nouvel exo qui m'aide. Je fais une pause quand j'ai encore faim au milieu du repas. Durant la première semaine j'ai fait cette pause en sortant de table (quand je le pouvais, quand j'étais chez moi) et en mettant un minuteur sur 5 à 7 mn. Je revenais ensuite et me demandait où en étais ma faim. 

J'ai été bluffée car durant toute cette semaine j'ai toujours réalisé que j'étais à satiété. Mais ma satiété ne se manifestée qu'un moment après le début du repas et souvent je mangeais encore bien trop vite pour pouvoir la ressentir. Ce qui faisait que je notais que j'avais le sentiment d'être un peu trop remplie, mais toujours après le repas. Avec cet exo j'ai réussi à arrêter de manger au delà de ma satiété, sans me sentir privée car je m'autorise à remanger dès que j'ai faim. 

Cette semaine j'ai continué cet exo mais en restant à table. A la moitié du plat, je m'arrête, je pose mes couverts et je fais autre chose, je discute si je suis avec des gens, ou je sors de table si je suis seule chez moi. Ensuite je me demande si j'ai encore faim. Des fois j'ai encore faim, alors je continue, et quand je suis à la moitié de la moitié (qu'il reste 1/4 dans mon assiette), je me repose la question. 

J'ai noté cette semaine que souvent, le dernier 1/4 de l'assiette, je n'avais plus faim mais parfois que j'avais envie d'un autre goût, ou de finir sur une note fraîche, ou sucrée et ce dernier 1/4 serait alors de trop. 

J'ai également noté que je ne peux jamais respecter ma satiété si je mange debout dans ma cuisine (chose qu'il m'arrive encore de faire quand j'ai trop faim). Je note enfin que si je suis énervée avant de manger, ou dans une ambiance très bruyante, ça m'aide de prendre ne serait-ce que 3 grandes respirations avant de manger (l'autre jour, au resto, ambiance tendue et bruyante, je me suis eclipsée aux toilettes pour me laver les mains et j'en ai profité pour le faire en pleine conscience, sentir l'eau sur les mains, l'entendre couler, prendre mon temps, et bien ça m'a calmé et mis dans un autre état et tout le repas s'est déroulé différemment que si j'avais attaqué d'emblée). 

Totom c'est intéressant le lien que tu fais entre le lâcher prise et les invitations. Où as-tu besoin de lâcher prise en fait? Et pourquoi utilises-tu la nourriture comme média? Moi j'ai réalisé que j'avais besoin de lâcher prise quand j'étais invité, mais c'était plutôt envie de me faire plaisir, et ensuite je me suis demandée où était mon plaisir. Si mon hôte propose un plat que j'adore où j'ai beaucoup de plaisir, j'en profiterai pour déguster. Mais si mon hôte n'est pas particulièrement bonne cuisinière ou que je n'ai pas très faim, j'essaierai alors de prendre mon plaisir dans la conversation, dans l'échange, dans autre chose que la nourriture. Par contre je ne fais plus comme avant, c'est à dire manger avant de sortir pour ne "pas être tentée". Je ne me gâche plus l'appétit mais je fais des choix. Je sais par exemple que si je mange trop de sucre je vais avoir envie de dormir ensuite et je ne profiterai pas du moment. Ensuite c'est le tempo, si je mange en dégustant, en me rassurant sur le fait que je ne vais manquer de rien, ça va mieux en général. 

Noelle
Marraine

Bonne idée ton exercice de refelxion après 5 minutes, ça me donne envie d'essayer, en ce moment je m'interroge sur ma sasiété réelle le soir , parceque le midi, je mange relativement peu et je peux m'arreter sans problème  alors que le soir, je peine a me dire que j'arrête, genre non, pas déjà..

eme du soir, sans doute et aussi quand je n'ai pas vraiment soigné mon repas du soir, bien qu'il y ait de super  idées sur le fi "repas du soir".. allez, je me lance

Totom.
Abonné

Bonjour Liegama

 

Il se trouve en fait que lorsque je respecte vraiment la satiété , je me retrouve à avoir trop souvent faim ...:

exemple : je petit-déjeune le matin vers 7h30, la faim revient vers 10h ..j'attends 10h30 ou 11h pour l'encas, mais la faim reste présente (le but de l'encas n'étant pas d'assouvir totalement sa faim)

Ensuite je déjeune vers  12h30. La faim revient vers 15h30 ... et là, malgré l'encas vers 16 ou 17h , j'ai faim jusqu'au dîner de 19h30/20h

 

Alors quand je subis ça 3 jours, le 4ème j'ai tendance à manger plus ...et à chaque fois je remarque avec plaisir que je tiens longtemps sans cette sensation de faim... le hic c'est de trouver la bonne quantité : comment avoir faim le soir quand même ?? si je cumule gras et sucre, je suis quasi sure de en pas avoir faim au dîner ...

 

Autrement, ce que j'aime au resto, c'est le fait de me faire servir : de me mettre les pieds sous la table , partager un bon moment, me régaler .... c'est ma récompense et j'en use et abuse, car je sais qu'il faudra à nouveau faire tous les autres repas de la semaine ... cette convivialité, ce midi sans courir pour manger, prommener le chien, me poser et profiter doucement de la vie ..voilà aussi ce qui me fait manger plus

Haut de page 
X